Big Mother is Washing You (par Alain Damasio)

Alain Dama­sio, né Alain Ray­mond le 1er août 1969 à Lyon, est un écri­vain fran­çais de science-fic­tion. Il choi­sit ce patro­nyme en l’hon­neur de sa grand-mère Andrée Dama­sio. Jeune, il écrit de nom­breuses nou­velles. Son pre­mier texte long ven­du à plus de 50 000 exem­plaires est La Zone du dehors, roman d’anticipation qui s’intéresse aux socié­tés de contrôle sous le modèle démo­cra­tique (ins­pi­ré des tra­vaux de Michel Fou­cault et Gilles Deleuze).

Son second livre est récom­pen­sé par le Grand prix de l’I­ma­gi­naire 2006 dans la caté­go­rie Roman. Il s’a­git de La Horde du Contrevent (roman accom­pa­gné d’une bande-son com­po­sée par Arno Aly­van), véri­table suc­cès public qui s’est ven­du à plus de 100 000 exem­plaires, régu­liè­re­ment cité dans les incon­tour­nables de la science-fic­tion française.


On connais­sait la sug­ges­tion de René Char : « Un poète doit lais­ser des traces de son pas­sage, non des preuves. Seules les traces font rêver ». C’é­tait si beau, dit par un résis­tant d’une telle trempe. Sauf que les traces, 60 ans plus tard, sont deve­nues, pour nos tech­no­po­lices, des preuves. Doigt, ongle, che­veu, iris, sang ou sperme, forme de ton visage ou de ta main… Et bien­tôt la voix. Le corps entier vaut empreinte. Le corps entier pour papier d’i­den­ti­té, haché à grands coups d’hé­lice ADN.

L’im­por­tant pour­tant devient moins de savoir qui vous êtes que de connaître, à chaque ins­tant, votre posi­tion. « Don­nez-moi vos coor­don­nées ». Bio­mé­trie, fichage et fichier comptent moins, pour l’aé­ro­dy­na­mique moderne du pou­voir, que la géo­lo­ca­li­sa­tion en temps réel. Autre­ment dit : la tra­ça­bi­li­té. L’art arach­néen de la trace. Au-delà des matraques et des traques.

Et dans l’é­chelle des délin­quances à sanc­tion­ner, nul hasard qu’on trouve désor­mais au som­met la chasse aux sans-papiers. Rien n’est pire pour ce sys­tème qu’un homme sans trace. Paie ton écho.

6a00e54efcba6a8834016764b64389970b-800wiTu le sais, ami : le moindre appel que tu passes ou reçois, la moindre page web que tu consultes, le moindre res­to que tu paies, sont sus. Tous tes achats, tes connexions, tes dépla­ce­ments de sous-sol ou de sur­face, l’en­trée de ton immeuble, tes clés à badge et tes cartes à puce, tes billets de concerts, tout ce que tu fais, ami, laisse dans ton dos un long sillage d’é­cume numé­rique. Une fine volute digi­tale d’actes horo­da­tés qui tour­billonnent dans le vent méti­cu­leux de l’archive.

Et alors ? Alors rien. Tu peux circuler.

Le logi­ciel est par-des­sus les toits. Si bleu, si calme.

Rien n’est plus indis­pen­sable à nos démo­cra­ties-mar­chés que la cir­cu­la­tion des hommes, des don­nées, des véhi­cules, des pro­duits et de l’argent. Rien n’est poten­tiel­le­ment plus dan­ge­reux, en même temps (pour tout pou­voir) que la liber­té de cette cir­cu­la­tion. Répondre à ce défi impli­quait d’a­ban­don­ner le répres­sif, trop lent, pas ren­table, sans se sou­mettre au per­mis­sif, porte ouverte à toutes les fraudes. La tra­ça­bi­li­té offrait une solu­tion élé­gante puis­qu’elle se contente de contrô­ler conti­nû­ment le mou­ve­ment sans jamais le stopper.

Savoir où est qui, n’im­porte quand. Au cas où.

L’é­poque se rêve fluide. Les sas à badge ont rem­pla­cé les bar­be­lés ; la cami­sole chi­mique ridi­cu­lise les élec­tro­chocs ; le col­lier élec­tro­nique se sub­sti­tue au car­cé­ral. Par­tout les angles durs de l’au­to­ri­té s’ar­ron­dissent, le pou­voir nu habille ses emprises, la vio­lence visible s’ef­face : dou­ceurs occi­den­tales. A la Dis­ci­pline, on pré­fère le Contrôle ; aux ordres, les sug­ges­tions com­por­te­men­tales ; à la sanc­tion, le har­cè­le­ment moral. On ne dirige plus : on coache, on conseille, on manage. Même la figure hon­nie du flic flotte. L’a­ve­nir est au vigile dont la mis­sion est cen­trale : s’as­su­rer que cha­cun consomme bien.

o-BIG-BROTHER-OBAMA-1984-facebookLa dis­ci­pline néces­si­tait des milieux clos (caserne, usine, hôpi­tal, pri­son) et des gar­diens coû­teux. Elle exi­geait l’éner­gie des chefs tan­dis qu’au contrôle suf­fit la sou­mis­sion aux chiffres : âge, ventes, objec­tifs. Un simple res­pect des normes. Deman­dées et vali­dées par tous. Puis­qu’on a besoin de repères et de règles lorsque tout bouge et doit bou­ger pour rap­por­ter. Le malaise du mil­lé­naire nais­sant n’est pas tant l’hé­gé­mo­nie gluante du contrôle. C’est que ce contrôle soit moins subi que récla­mé. Soit moins une muta­tion vicieuse du pou­voir hié­rar­chique que le besoin émer­geant d’une dis­so­cié­té incer­taine et pau­mée qui, faute de soli­da­ri­té, cherche dans ce contrôle sa sécu­ri­té sociale. Tech­ni­que­ment, 1984 est bien là, par le pan­op­tique et la sur­veillance géné­ra­li­sée. Mais poli­ti­que­ment, Big Bro­ther a été dou­blé par sa mère : Big Mother. Big mother ne dirige rien et ne trône en haut d’au­cune pyra­mide. Elle n’a pas besoin de visage puis­qu’elle a toutes les figures du confort. Elle n’a même pas besoin de nom puisque cha­cun l’ap­pelle par son pré­nom dans l’in­ti­mi­té du noir et de la peur des autres. Big Mother is washing you. Te torche, te dor­lote et te couche. Et c’est ce que tu veux, au fond. Parce que tout autour, le monde n’est pas encore assez net pour toi.

Pas encore assez blan­chi. Et ça, ça fait peur.

Alain Dama­sio


Pour aller plus loin, une inter­view de 2013, parue dans les Inrocks :
http://www.lesinrocks.com/2013/11/25/medias/lauteur-sf-alain-damasio-disseque-societe-controle-cest-pas-big-brother-cest-big-mother-11447605/

Print Friendly, PDF & Email
Total
14
Shares
1 comment
  1. Big mother nous torche et nous mouche mais le papier s’est per­cé et elle en a plein les doigts… c’est gluant et ça pu ! Tor­chés ou mou­chés de tra­vers ? Non, le bam­bin, comme tous les enfants que nous sommes réclament leur dû : l’é­man­ci­pa­tion. Une prise de parole dis­jonc­tée et impla­cable… et maman aura beau faire, son contrôle res­te­ra vain ; une illu­sion pour les bien-pen­sants sûrs de leur bonne morale et voi­là que la dis­ci­pline et la tor­sion des élans liber­taires repointent le bout de leur nez ! Elles sont bien ten­tées, toutes les matronnes girondes, de res­sor­tir le mar­ti­net à l’heure des trouilles de perte de contrôle de la mai­son­née. Alors, elles vont nous col­ler des claques à tout va, sans dis­tinc­tion de valeur ! Tous ceux qui se lèvent lui font peur : les fous de Dieux déglin­gués comme les ché­ru­bins révo­lu­tion­naires… Tous appellent un chan­ge­ment du monde, parce que le vieux on en veut plus… il est obso­lète et pour­ri jus­qu’à la rate… Alors, maman, ne crois-tu pas qu’il serait sage d’é­cou­ter tous tes enfants pour voir si les conne­ries des uns et les aspi­ra­tions des autres ne parlent pas de la même chose ? Ton sys­tème socié­tal de sépa­ra­tion et d’an­ni­hi­la­tion des humains est morbide !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Reporterre, Mr Mondialisation, Les Échos et la promotion des illusions vertes (par Nicolas Casaux)

Parmi les nombreuses balivernes colportées afin d’encourager le développement des industries des énergies dites « vertes », « propres » ou « renouvelables » — et notamment celles du solaire et de l’éolien —, dans l’optique de donner à croire qu’il pourrait exister une civilisation techno-industrielle « verte », « propre » ou « renouvelable », on retrouve cette idée selon laquelle, au surplus, recourir à ces technologies permettrait aux petites gens de récupérer « le pouvoir », ou « du pouvoir ». [...]
Lire

Où est notre Jeremy Corbyn ? (Chris Hedges)

La politique de Jeremy Corbyn, qui a remporté samedi une victoire écrasante à la tête du Parti travailliste qui avait essuyé une défaite électorale en mai dernier, fait partie de la révolte globale contre la tyrannie corporatiste. Sa longue carrière avait été marquée par une mise à l'écart au sein même de la classe politique de son pays. Mais n'ayant jamais renoncé aux idéaux socialistes qui définissaient le vieux Parti travailliste, il est sorti intact du tas de fumier que représente le néolibéralisme. Son intégrité, ainsi que son audace, offrent une leçon à ceux qui, aux États-Unis, se définissent comme appartenant à la gauche, font de beaux discours, cherchent à composer avec les élites au pouvoir — plus particulièrement avec le Parti démocrate — et sont totalement dépourvus de courage.