®evolution — Rob Stewart (2013)

En 2006, Rob Ste­wart a pro­duit le docu­men­taire Shark­wa­ter pour ten­ter de sen­si­bi­li­ser la popu­la­tion à l’ex­tinc­tion pro­gres­sive des requins. À tra­vers ses recherches, il a décou­vert que ce n’é­tait pas uni­que­ment les requins qui étaient sur le point de s’é­teindre, mais les humains aus­si. Dans son nou­veau film, Revo­lu­tion, le cinéaste démontre à quel point la pol­lu­tion, la défo­res­ta­tion, les usines à char­bon, les émis­sions de gaz car­bo­nique, les sables bitu­mi­neux et la sur­pêche peuvent influen­cer l’en­vi­ron­ne­ment de telle façon qu’ils entraî­ne­raient notre dis­pa­ri­tion. Ste­wart invite les habi­tants de la pla­nète à se mobi­li­ser pour sau­ver cette Terre qu’on habite et que, trop sou­vent, on déshonore.

« À quoi ça sert de sau­ver les requins si, de toute façon, l’ONU pré­voit que, d’ici 2048, il n’y aura plus de pois­sons dans les océans ? »

Lorsqu’une spec­ta­trice lui a posé cette ques­tion dérou­tante après la pro­jec­tion de son film Shark­wa­ter à Hong Kong, Rob Ste­wart est res­té bouche bée. Effec­ti­ve­ment, à quoi bon pro­té­ger les requins si toutes les espèces marines vont finir par dis­pa­raître ? Sous le choc, le bio­lo­giste deve­nu réa­li­sa­teur a bal­bu­tié une réponse floue. « Il faut choi­sir ses com­bats… et puis…. quelque chose comme ça. »

Il n’y a pas à dire, Ste­wart était ébran­lé. Dans Shark­wa­ter, son pre­mier film, le Toron­tois s’était por­té à la défense des requins, ces pré­da­teurs qui conti­nuent de souf­frir de la mau­vaise répu­ta­tion qu’on leur a col­lée depuis Jaws. Des ani­maux pour les­quels il a tou­jours eu une affec­tion par­ti­cu­lière, et qui sont lour­de­ment affec­tés, voire déci­més, par l’industrie de la pêche à l’aileron.

« À quoi bon lut­ter si, au final, il ne reste plus rien ? » a donc vou­lu savoir cette jeune femme. Micro à la main, Rob Ste­wart a essayé de répondre. Mais il n’a pas pu. Et il s’est dit qu’il devait faire quelque chose. Ce quelque chose a été Revo­lu­tion. Un film dont le tour­nage s’est éta­lé sur plu­sieurs années et qui l’a ame­né à par­cou­rir la pla­nète pour consta­ter le ter­rible déclin de notre éco­sys­tème et pour ten­ter d’y trou­ver des solutions.

Le film/documentaire ®Evolution en Version Originale sous-titrée français et en HD :

https://vimeo.com/119626181

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
  1. *** Un des Films (comme Ceux de Coline Serreau…)à Voir Absolument !!!.…

    *** Allons Nous Être la Cause de Toutes Extinc­tions de Vies ???…
    A Quand le Véri­table « Changement » ???…
    Allons Nos Conti­nuer à Élire des Gens, des « Criminels »
    qui n’ en ont Rien à Faire de Nous,
    de la Nature et de la « VIE » ???…
    Allons Nous Conti­nuer à Nous Lais­ser Domi­ner & Massacrer
    par l’ Oli­gar­chie Finan­cière & les Multinationales ???.…
    Allons Nous Conti­nuer à Nous Lais­ser Empoisonner
    & à Lais­ser Détruire Notre Environnement
    & Tous les Élé­ments Essen­tiels à Toutes Vies
    par les Indus­tries Polluantes ????

    *** Allons Nous Conti­nuer à Res­ter Passifs
    en Atten­dant l’ Inévi­table Catas­trophe Pla­né­taire qui s’ en suivra ???.…
    *** J’ espère que NON.… (????????)

    *** Alors « AGISSONS » Dés Main­te­nant, Réveillons Nous,
    « Révol­tons Nous »,
    car il en va Réel­le­ment de NOTRE « SURVIE » à TOUTES & à TOUS !!!!.….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le Vent Se Lève, mais pas dans la bonne direction (par Nicolas Casaux)

Et donc, un « journaliste » : Pierre Gilbert. Travaillant pour un média « de gauche » : « Le Vent Se Lève » (LVSL). Le genre de média (de gauche, donc) qui te demande importunément de lui donner des sous dès l'instant où tu arrives sur son site (sans même te laisser l'opportunité, en premier lieu, de lire ce qu'il produit) ; le genre de média qui s'oppose à « l'adversaire néolibéral », à « l'hégémonie néolibérale », mais pas (pas dans le long texte qui le présente, du moins) au capitalisme, cependant qu'il se réclame de « la pensée marxiste ». Rien d'étonnant, la gauche, en somme. [...]
Lire

Le Musée de l’Homme ou la mise à mort du passé (par Thierry Sallantin)

De l'étrange similitude entre la stratégie de Daech visant à effacer les traces du passé cher aux archéologues, comme à Palmyre, ou les Talibans faisant exploser les trois Bouddhas de Bâmiyân, et la stratégie des concepteurs de ce "nouveau" Musée de l'Homme où l'on prend soin d'effacer les traces de l'immense variété des peuples chère aux ethnologues, pour tenter de faire taire tout sentiment de nostalgie qui pourrait nuire au but du parcours muséal proposé aux visiteurs : admirer la Mondialisation !