Contre l’industrie ! (par Armand Farrachi)

En fait de créer des richesses, le fanatisme industriel ne crée que de la misère, non seulement en appauvrissant directement les populations et en augmentant leur dépendance par l’endettement, mais en épuisant encore ces richesses par de continuelles atteintes aux ressources terrestres. Aucun milieu n’est épargné : lacs, océans, rivières, forêts tropicales ou tempérées, déserts, sols fertiles, marais et tourbières, mangroves, récifs coralliens, estuaires, littoraux, atmosphère, plus rien n’est à l’abri de l’exploitation et du saccage, pas même l’espace sidéral puisque des milliers d’instruments et de déchets franchissent déjà les limites terrestres. De quelque mot qu’il se masque, le seul principe de notre civilisation productiviste est la destruction. Destruction des hommes, des cultures, des peuples, des milieux naturels, destruction même de cette économie qui, emportée par son élan criminel, s’autodétruit et ne trouve à se survivre qu’en détruisant ailleurs.