Monsanto est au courant du lien entre glyphosate et cancer depuis 35 ans

Tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié (le 8 avril 2015) en anglais à l’a­dresse sui­vante (à consul­ter éga­le­ment pour les notes de texte, en anglais aus­si du coup): http://www.gmfreecymru.org/documents/monsanto_knew_of_glyphosate.html


Selon des preuves mises à jour par des archives de l’E­PA (Envi­ron­men­tal Pro­tec­tion Agen­cy, agence de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment) aux États-Unis, il appa­raît que Mon­san­to était plei­ne­ment conscient, dès 1981, que le gly­pho­sate est sus­cep­tible de cau­ser des can­cers chez les mammifères.

Récem­ment, l’a­gence inter­na­tio­nale pour la recherche contre le can­cer (IARC) de l’OMS a publié un com­mu­ni­qué dans lequel le gly­pho­sate (le prin­ci­pal com­po­sant de l’her­bi­cide Roun­dup) est clas­sé comme « car­ci­no­gène pro­bable » pour l’être humain, et dont la géno­toxi­ci­té pour les ani­maux était « suf­fi­sam­ment démon­trée » (1). Cette annonce de chan­ge­ment vers une toxi­ci­té de classe 2A a don­né lieu à une vaste cou­ver­ture média­tique à l’é­chelle mon­diale, obli­geant Mon­san­to à pas­ser immé­dia­te­ment en mode défen­sif, afin de limi­ter les dégâts. La cor­po­ra­tion a deman­dé le retrait du rap­port, alors qu’il n’a­vait même pas été publié ! Comme c’é­tait à pré­voir, l’é­quipe indus­trielle tra­vaillant sur le gly­pho­sate a réagi avec fureur (2). Cette équipe de tra­vail a aus­si spon­so­ri­sé un article de « réfu­ta­tion » (3) par un groupe d’au­teurs for­te­ment liés à l’in­dus­trie de la bio­tech­no­lo­gie ; mais en rai­son du mani­feste point de vue sub­jec­tif de ce docu­ment (qui sug­gère que le gly­pho­sate n’a aucun poten­tiel car­ci­no­gène pour les humains), il est igno­ré en atten­dant qu’une équipe de cher­cheurs indé­pen­dants l’exa­mine (4).

Alors que Mon­san­to conti­nue de pré­tendre que le Roun­dup et le gly­pho­sate sont inof­fen­sifs (5) si uti­li­sés selon les ins­truc­tions, en dépit des preuves du contraire qui s’ac­cu­mulent, nous avons entre­pris une recherche à tra­vers les archives de l’a­gence pour la pro­tec­tion envi­ron­ne­men­tale (EPA) afin de décou­vrir ce que l’on savait du gly­pho­sate au moment de son enre­gis­tre­ment ini­tial. Ceci à la suite d’en­quêtes menées par Sus­tai­nable Pulse qui sou­li­gnaient un chan­ge­ment sou­dain en 1991 dans le point de vue de l’E­PA sur la toxi­ci­té. Ce qui a été décou­vert était très par­lant. Il y a eu de nom­breuses expé­riences sur ani­maux (des rats, des sou­ris et des chiens) afin de tes­ter la toxi­ci­té aiguë et chro­nique du gly­pho­sate sur la période 1978–1986, conduites par des labo­ra­toires comme Bio/dynamics Inc pour Mon­san­to puis sou­mises à l’exa­men de l’E­PA. Deux de ces rap­ports étu­dient la repro­duc­tion de rats sur trois géné­ra­tions (6) (7), et un autre s’in­ti­tule « étude de l’a­li­men­ta­tion à vie des rats avec du gly­pho­sate » (8); mais comme toutes les autres anciennes études elles étaient et sont tou­jours consi­dé­rées comme des secrets com­mer­ciaux et ne sont pas libre­ment acces­sibles pour un exa­men indé­pen­dant. Ceci sug­gère que ces études contiennent des don­nées que Mon­san­to ne sou­haite pas voir exa­mi­nées par des experts en toxi­co­lo­gie. Il est éga­le­ment très inquié­tant que l’E­PA ait régu­liè­re­ment accep­té les requêtes de confi­den­tia­li­té de Mon­san­to, pour des motifs plus que douteux.

Cepen­dant, des mémos archi­vés et acces­sibles de l’E­PA du début des années 1980 donnent quelques indi­ca­tions sur ce que contiennent les études sur les rats (9). Bien que ces études pré­cèdent l’a­dop­tion de règles inter­na­tio­nales et de stan­dards de bonnes pra­tiques en labo­ra­toire (GLP) elles sug­gèrent que les rats ont subi des lésions rénales signi­fi­ca­tives dans l’é­tude sur trois géné­ra­tions – l’in­ci­dence de la dila­ta­tion tubu­laire dans les reins était plus éle­vée dans tous les groupes de rats trai­tés, quand on com­pare au groupe témoin. La dila­ta­tion tubu­laire et la néphrose étaient aus­si accom­pa­gnées de fibroses inter­sti­tielles dans tous les groupes tests et dans cer­tains intes­tins les cher­cheurs ont retrou­vé de la matière amorphe et des débris cel­lu­laires. Moins d’un tiers des rats témoins pré­sen­tait des signes de dila­ta­tion tubu­laire. Dans les résul­tats de l’é­tude sur les rats, les chan­ge­ments de la muqueuse vési­cale sont signi­fi­ca­tifs parce que les méta­bo­lites, concen­trées dans les reins, ont mené à l’hy­per­pla­sie qui peut être consi­dé­rée comme une étape très pré­coce et condi­tion indis­pen­sable à l’i­ni­tia­tion de tumeurs. L’EPA était inquiète en 1981 que ces indi­ca­tions soient sinistres, et a d’a­bord refu­sé de publier un NOEL (No Obser­ved adverse Effect Level — « sans effet nocif obser­vé ») – elle a exi­gé de plus amples infor­ma­tions et des recherches addi­tion­nelles. Dans son adden­dum de 1982, Mon­san­to pré­sente des preuves qui mini­misent les effets et brouillent les don­nées – et sur cette base l’E­PA accepte la toxi­ci­té peu pro­bable du gly­pho­sate. Mais Mon­san­to savait que l’exa­men des don­nées de ces études pour­rait poten­tiel­le­ment mena­cer ses ambi­tions com­mer­ciales, et a par consé­quent exi­gé que les docu­ments de recherche concer­nés soient rete­nus et trai­tés comme des secrets com­mer­ciaux. Par consé­quent, Il n’y a pas eu de réel exa­men indé­pen­dant. Mon­san­to et l’E­PA se sont concer­tés afin de gar­der ces docu­ments à l’a­bri d’une exper­tise impar­tiale, en dépit des preuves irré­fu­tables des dom­mages occa­sion­nés. (Il est évident que l’E­PA pen­sait aux effets car­ci­no­gènes – elle savait en 1981 que le gly­pho­sate cau­sait des crois­sances tumo­ri­gènes et des mala­dies rénales mais a qua­li­fié ces décou­vertes de « mys­tères » afin d’ap­pli­quer le NOEL — « sans effet nocif obser­vé » — pour ce pro­duit chi­mique et d’au­to­ri­ser sa mise en place sur le marché).

Une méthode de pulvérisation (on comprend pourquoi on le retrouve un peu partout).
Une pre­mière méthode de pul­vé­ri­sa­tion (on com­prend pour­quoi on le retrouve un peu partout).

Dans les études sur les rats, les doses de gly­pho­sate admi­nis­trées aux groupes témoins étaient le cen­tième (1\100) de celles uti­li­sées plus tard dans une étude sur les sou­ris (9). Pour­quoi ces doses très faibles ont été déci­dées par Mon­san­to et accep­tées par l’E­PA n’est pas clair, puis­qu’il doit y avoir sus­pi­cion de mani­pu­la­tion des études, ou de confi­gu­ra­tion afin d’é­vi­ter des signes de dom­mages aux organes. Dans son mémo de 1986, l’E­PA remarque ces doses très faibles, et explique qu’au­cune des doses tes­tées n’é­tait proche « de la dose maxi­male tolé­rée ». Puis la « revue par les pairs » du Comi­té d’on­co­gé­ni­ci­té a expli­qué : « à des doses proches du MTD (dose maxi­male tolé­rée), des tumeurs auraient pu adve­nir ». Une nou­velle étude sur les rats a été exi­gée. Cepen­dant, Bio­Dy­na­mics (qui s’oc­cu­pait de l’é­tude pour Mon­san­to) a uti­li­sé les don­nées de trois études sans rap­port, menées en interne, comme témoin his­to­rique afin de créer du « bruit expé­ri­men­tal » et de dimi­nuer l’im­por­tance des résul­tats obte­nus par l’expérience.

Dans une étude sur les sou­ris diri­gée par Bio/dynamics Inc pour Mon­san­to en 1983(10), on remarque une légère aug­men­ta­tion de l’in­ci­dence des adé­nomes tubules rénaux (tumeurs bénignes) chez les mâles avec les plus hautes doses. Des tumeurs malignes étaient obser­vées dans les groupes sou­mis aux plus hautes doses. Cepen­dant, « selon le juge­ment de deux patho­lo­gistes exa­mi­nant, les tumeurs rénales n’é­taient pas liées au trai­te­ment ». D’autres effets com­pre­naient hyper­tro­phie cen­tro­lo­bu­laire, nécrose des hépa­to­cytes, néphrite inter­sti­tielle chro­nique, baso­phi­lie de l’é­pi­thé­lium cel­lu­laire des tubules et hyper­tro­phie chez les femelles. Le comi­té de l’E­PA a déter­mi­né qu’il y avait une « faible réponse onco­gé­nique » – alors que les preuves sug­gé­raient des mali­gni­tés pré­coces. Le conseil scien­ti­fique de l’E­PA a été consul­té, et a décla­ré que les don­nées étaient équi­voques et ont appe­lé à des études sup­plé­men­taires sur des sou­rits et des rats. Un nou­veau rap­port a été publié en 1985. Une des rai­sons pour cette ter­gi­ver­sa­tion était la croyance pré­va­lente mais fausse de l’E­PA selon laquelle les effets phy­sio­lo­giques devaient être liés aux doses : à savoir, plus la dose est éle­vée, plus l’ef­fet est important.

Bien que les condi­tions pré­can­cé­reuses n’é­taient pas bien com­prises il y a 35 ans, et qu’à l’é­poque les adé­nomes cor­ti­caux dans les reins n’é­taient pas consi­dé­rés comme dan­ge­reux, les preuves des mémos montrent que Mon­san­to, Bio­Dy­na­mics Inc, et les comi­tés impli­qués de l’E­PA étaient plei­ne­ment conscients, pro­ba­ble­ment avant 1981, du poten­tiel car­ci­no­gé­nique du gly­pho­sate sur les mam­mi­fères. Dans les mémos il y a des réfé­rences à bien plus d’ex­pé­riences « secrètes » sur des ani­maux et d’é­tudes de don­nées, ser­vant sim­ple­ment à embrouiller les légis­la­teurs avec des don­nées contra­dic­toires sup­plé­men­taires. C’est pour­quoi l’E­PA a publi­que­ment accep­té les garan­ties de sécu­ri­té du res­pon­sable de la sûre­té des pro­duits de Mon­san­to, Robert W. Street, et le sta­tut du pro­duit a été confir­mé pour uti­li­sa­tion sur le ter­rain (11). Mais dans les cou­lisses, selon un mémo de 1991 de l’E­PA, ses propres experts savaient avant 1985 que le gly­pho­sate cau­sait des tumeurs pan­créa­tiques, à la thy­roïde et aux reins.

Sur le site Web de l’E­PA (mis à jour pour la der­nière fois le 31/10/2014) une réfé­rence est faite à cinq études de Mon­san­to de 1980–1985, et il est inté­res­sant de sou­li­gner que ces études n’ont pas été ren­dues publiques dans le contexte des évé­ne­ments actuels et des infor­ma­tions sur les tumeurs malignes et les condi­tions pré­can­cé­reuses (12). Aucune de ces études n’a été révi­sée ou ré-inter­pré­tée par Mon­san­to et l’E­PA, bien qu’une étude de 1981 sur les rats et une de 1983 sur les sou­ris soient men­tion­nées dans les rap­ports récents de Greim et al (2015) (3). Selon la conclu­sion que le gly­pho­sate n’é­tait « pas clas­sable comme car­ci­no­gène pour les humains », rien n’a chan­gé dans les conseils de l’E­PA sur ce pro­duit chi­mique depuis 1990. Au vu des récentes décla­ra­tions du panel de l’OMS, et  au vu de la marée d’é­tudes scien­ti­fiques rela­tives aux dégâts sur la san­té asso­ciés au gly­pho­sate (13), l’at­ti­tude de l’E­PA est empreinte de com­plai­sance voire d’incompétence.

Une deuxième méthode...
Une deuxième méthode…

S’ex­pri­mant au nom de GM-Free Cym­ru, le Dr. Brian John explique que : « les preuves montrent que depuis 1981 à la fois Mon­san­to et l’E­PA étaient au cou­rant des tumeurs malignes et des condi­tions pré­can­cé­reuses chez les ani­maux témoins ayant été nour­ris avec des faibles doses de gly­pho­sate lors des expé­riences secrètes de nour­ris­sage. Bien que des inquié­tudes aient été expri­mées à l’é­poque par les comi­tés de l’E­PA, ces inquié­tudes ont ensuite été sup­pri­mées sous le poids de preuves contra­dic­toires avan­cées par Mon­san­to, dont cer­taines impli­quaient l’u­sage inap­pro­prié de don­nées de contrôle témoin de qua­li­té dou­teuse. Aucune de ces études n’est dis­po­nible pour exa­men indé­pen­dant (14). C’est en soi un scan­dale. Il y a eu un camou­flage pro­lon­gé et cynique dans ce domaine (15). Le gly­pho­sate est un « car­ci­no­gène humain pro­bable », comme l’a main­te­nant confir­mé le groupe de tra­vail de l’OMS, et peu importe les pro­tes­ta­tions de Mon­san­to et de l’E­PA, ils sont entiè­re­ment au cou­rant de son poten­tiel à cau­ser des can­cers depuis au moins 35 ans. S’ils avaient agi de manière pré­ven­tive à l’é­poque, au lieu de tour­ner le dos aux mau­vaises pra­tiques scien­ti­fiques (16), le gly­pho­sate n’au­rait jamais été homo­lo­gué, et des mil­liers de vies auraient été sauvées ».

Le Dr Stan­ley Ewen, patho­lo­giste uni­ver­si­taire à la retraite, explique que : « le gly­pho­sate a été impli­qué dans la car­ci­no­ge­nèse humaine par l’IARC et il est remar­quable que, dès 1981, le gly­pho­sate ait été asso­cié aux trans­for­ma­tions prè-néo­pla­siques lors d’ex­pé­riences sur des sou­ris. Cette décou­verte n’a jamais été révé­lée par le pro­ces­sus de régle­men­ta­tion et l’on peut donc s’at­tendre à voir la mali­gni­té humaine aug­men­ter dans le sui­vi des années à venir. John Lit­tle (lors d’un contact per­son­nel) a démon­tré une inat­ten­due et alar­mante recru­des­cence de 56 % de la mali­gni­té en Angle­terre chez les moins de 65 ans dans les 10 der­nières années. Les excré­tions uri­naires bri­tan­niques de gly­pho­sate sont pro­ba­ble­ment simi­laires au niveau ger­ma­nique docu­men­té, et par consé­quent tout le monde est en dan­ger. Les effets du gly­pho­sate sur les tis­sus endo­cri­niens comme la poi­trine et la pros­tate, ou même le pla­cen­ta, sont pour le moins per­tur­ba­teurs et une inci­dence crois­sante de néo­pla­sie endo­cri­nienne va pro­ba­ble­ment appa­raître dans les sta­tis­tiques natio­nales. L’é­quipe de tra­vail sur le gly­pho­sate nie l’im­pli­ca­tion du gly­pho­sate dans la mali­gni­té humaine en dépit de leur connais­sance de nom­breux cas de lym­phomes et d’a­dé­nomes hypo­phy­saires chez des ani­maux de test nour­ris au gly­pho­sate. D’un autre côté, le Prof. Don Huber, lors d’un récent mee­ting au Palais de West­mins­ter, a aver­ti de graves consé­quences si la consom­ma­tion effré­née de gly­pho­sate n’é­tait pas éli­mi­née. Je suis sûr que la sup­pres­sion des résul­tats expé­ri­men­taux de 1981 a fait aug­men­ter le risque mon­dial de malignité ».

Le toxi­co­logue-patho­lo­giste Vyvyan Howard explique que : « l’in­ci­ta­tion à la trans­pa­rence dans les expé­ri­men­ta­tions phar­ma­ceu­tiques gagne du ter­rain grâce à l’a­mé­lio­ra­tion de la légis­la­tion dans l’u­nion euro­péenne, aux USA et au Cana­da. Tous les essais pour les médi­ca­ments homo­lo­gués vont pro­ba­ble­ment devoir être dis­po­nibles dans le domaine public. Selon moi, il devrait en être de même pour les pro­duits agro­chi­miques. Pour les pro­duits phar­ma­ceu­tiques, au moins, l’ex­po­si­tion est volon­taire, et sous consen­te­ment éclai­ré. Il y a de nom­breuses études de bio sur­veillance qui démontrent une expo­si­tion éten­due des popu­la­tions humaines au gly­pho­sate, pro­ba­ble­ment sans consen­te­ment éclai­ré. Étant don­né le niveau mani­feste de méfiance concer­nant l’ho­mo­lo­ga­tion de cet her­bi­cide et les preuves épi­dé­mio­lo­giques émer­gentes de ses effets néga­tifs, il ne peut y avoir, selon moi, aucune rai­son pour gar­der secrètes les études toxi­co­lo­giques uti­li­sées pour jus­ti­fier l’ho­mo­lo­ga­tion. Elles devraient pas­ser dans le domaine public ».

Le Dr Antho­ny Sam­sel, cher­cheur scien­ti­fique, explique que : « les études secrètes com­mer­ciales de Mon­san­to révèlent une inci­dence signi­fi­ca­tive de tumeurs can­cé­reuses des tes­ti­cules et de crois­sance tumo­ri­gène dans de mul­tiples organes et tis­sus. Elles montrent aus­si une impor­tante fibrose inter­sti­tielle des reins com­pre­nant, en par­ti­cu­lier, des effets sur la glande pitui­taire, les glandes mam­maires, le foie, et la peau. Le gly­pho­sate a des effets signi­fi­ca­tifs sur les pou­mons indi­ca­tifs de mala­dies res­pi­ra­toires chro­niques. Le gly­pho­sate a une rela­tion de dose à effet inverse, et il appa­raît que ces effets soient hau­te­ment dépen­dants du pH. Mon­san­to, tout comme l’E­PA, connais­sait les effets délé­tères de ce pro­duit chi­mique depuis 1980, à la suite de la conclu­sion de leurs éva­lua­tions à long terme, mais l’E­PA a caché les résul­tats de cette décou­verte au pré­texte de « secrets com­mer­ciaux ». Mon­san­to a men­ti et a camou­flé la véri­té sur les effets néfastes du gly­pho­sate sur la san­té publique et l’en­vi­ron­ne­ment pen­dant des décen­nies. Les aug­men­ta­tions des mul­tiples mala­dies chro­niques, obser­vées depuis son intro­duc­tion dans l’a­groa­li­men­taire, conti­nue à croître paral­lè­le­ment à son usage. L’her­bi­cide Roun­dup de Mon­san­to basé sur le gly­pho­sate est omni­pré­sent dans les rési­dus de stocks ali­men­taires issus des récoltes asso­ciées à son usage. Les nations doivent faire front ensemble contre Mon­san­to et les autres com­pa­gnies de pro­duits chi­miques qui conti­nuent de détruire la bio­sphère. Nous fai­sons tous par­tie de cette bio­sphère et nous sommes tous connec­tés. Ce qui affecte l’un d’entre nous, nous affecte tous. »


Évè­ne­ment : la marche mon­diale contre Mon­san­to du 23 mai 2015 (cli­quez sur l’i­mage pour plus de renseignements):

11000718_456510211168241_4569944916886946574_n


Tra­duc­tion : Nico­las CASAUX

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Total
8
Shares
1 comment
  1. Bon­jour,
    À mes yeux cela s’ap­pa­rente à un crime contre l’hu­ma­ni­té …mais hélas les lob­by finan­ciers vont encore être de la partie…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les progressistes et le maillage total de la planète (par Nicolas Casaux)

La plupart des progressistes semblent partager une aspiration mondialiste selon laquelle il serait très souhaitable que tous les humains et tous les endroits de la planète soient connectés entre eux, reliés, unifiés, d'une certaine manière, en une sorte d'humanité mondialisée, de technosphère totale, au travers des réseaux techno-capitalistes sur laquelle repose ladite technosphère (internet, l’électricité, le commerce mondialisé, les routes et autres voies de transport pour véhicules modernes, etc.). [...]
Lire

Les enfants trans — Il est temps d’en parler (documentaire réalisé par Stella O’Malley)

Compassion et controverse se rencontrent dans ce documentaire de Stella O’Malley Étonnamment, au cours des neuf dernières années, l’on a assisté à une augmentation de 2500 % du nombre d’enfants traités par le service de genre la NHS [le système de santé publique du Royaume-Uni, NdT]. Cette statistique inquiète beaucoup la psychothérapeute Stella O’Malley. [...]