Pourquoi les médias ignorent Jeremy Hammond tout en glorifiant Edward Snowden (par Kit O’Connell)

Article ori­gi­nal publié sur le site de Mint­Press à l’a­dresse suivante :
http://www.mintpressnews.com/why-the-media-ignores-jeremy-hammond-while-praising-edward-snowden/205501/


 

Le pira­tage de Strat­for, une agence gou­ver­ne­men­tale de ren­sei­gne­ment, par Jere­my Ham­mond, a entraî­né un élan mon­dial de soli­da­ri­té, expo­sant la manière dont les 1 % ciblaient les acti­vistes dans le monde entier.

Les médias grand public ont consa­cré des cen­taines d’ar­ticles au lan­ceur d’a­lerte de la NSA Edward Snow­den, qui a même fait l’ob­jet d’un docu­men­taire osca­ri­sé inti­tu­lé « Citi­zen­four », mais ils n’ont pas consa­cré le même niveau d’at­ten­tion à bien d’autres lan­ceurs d’a­lerte et pri­son­niers poli­tiques, comme Jere­my Ham­mond, sans tenir compte de l’im­por­tance des faits qu’ils avaient révélés.

En novembre 2013, un tri­bu­nal fédé­ral a condam­né Ham­mond à 10 ans de pri­son pour avoir pris part au pira­tage de Stra­te­gic Fore­cas­ting, une agence de ren­sei­gne­ment gou­ver­ne­men­tal basée à Aus­tin au Texas, que l’on sur­nomme aus­si Stra­for. Œuvrant au nom de Lulz­sec, un célèbre sous-groupe des Ano­ny­mous, Ham­mond a divul­gué 5 mil­lions d’e-mails pri­vés de Stra­for en les publiant sur le site Inter­net Wiki­Leaks, une publi­ca­tion qui fut ensuite appe­lée « Glo­bal Intel­li­gence Files » (« les fichiers de ren­sei­gne­ments mon­diaux »), ou GI Files.

Les e‑mails révé­laient que Strat­for ras­sem­blait des ren­sei­gne­ments au nom de cor­po­ra­tions pri­vées tout en par­ta­geant des infor­ma­tions sen­sibles avec les auto­ri­tés fédé­rales et locales. Par exemple, la com­pa­gnie espion­nait les Yes Men pour le compte de Dow Che­mi­cal, après que les acti­vistes aient publi­que­ment humi­lié Dow au nom des sur­vi­vants de la catas­trophe chi­mique de Bho­pal, en 1984 en Inde, qui avait fait des mil­liers de morts. Au même moment, Strat­for col­la­bo­rait avec les forces de police du Texas pour infil­trer le mou­ve­ment Occu­py Aus­tin durant les pre­miers mois qui ont sui­vi la for­ma­tion du groupe en octobre 2011.

Un tweet récent de @YourAnonNews, l’un des plus impor­tants comptes Twit­ter lié au mou­ve­ment des Ano­ny­mous, com­pa­rait expli­ci­te­ment Ham­mond à Snowden :

Tra­duc­tion : Beau­coup de gens ne savent même pas qui est Jere­my Ham­mond. Il est le Snow­den originel.

Pour com­prendre l’im­por­tance du pira­tage de Ham­mond, et pour exa­mi­ner la com­pa­rai­son entre ces deux lan­ceurs d’a­lerte, Mint­Press News s’est entre­te­nu avec deux per­sonnes ayant com­mu­ni­qué avec Ham­mond en pri­son, et ayant béné­fi­cié de son travail.

Azzur­ra Cris­pi­no est une acti­viste liée à Pri­son Abo­li­tion and Pri­so­ner Sup­port (PAPS — Abo­li­tion des pri­sons et sou­tien aux pri­son­niers). Elle a pas­sé des années à cor­res­pondre avec Ham­mond, et son groupe a essayé d’at­ti­rer l’at­ten­tion sur l’af­faire Ham­mond à tra­vers des cam­pagnes de péti­tions et de lettres, et de l’ac­tion directe. Elle était membre d’Oc­cu­py Aus­tin lorsque le pira­tage a révé­lé l’es­pion­nage de Stratfor.

Dou­glas Lucas est un jour­na­liste en free-lance de Fort Worth, au Texas. Lucas a béné­fi­cié d’un accès anti­ci­pé aux GI Files à tra­vers un par­te­na­riat avec Wiki­Leaks. Tous deux se sont joints à Mint­Press, mer­cre­di dans un café d’Austin.

« La pre­mière et la plus impor­tante dif­fé­rence, c’est que Snow­den n’est pas en pri­son, tan­dis que Jéré­my l’est », m’a dit Crispino.

Alors que Snow­den peut com­mu­ni­quer avec des acti­vistes, des jour­na­listes et des ingé­nieurs infor­ma­ti­ciens par vidéo­con­fé­rence depuis la Rus­sie, Ham­mond est limi­té dans ses com­mu­ni­ca­tions à l’é­cri­ture de lettres qui peuvent être cen­su­rées ou blo­quées par les auto­ri­tés car­cé­rales. Cepen­dant, la dif­fé­rence va encore plus loin, explique Cris­pi­no, parce que Ham­mond est un par­ti­san sans faille de l’a­bo­li­tion de la prison.

« Snow­den nous trans­met un mes­sage de réforme », explique-t-elle. « Comme si nous n’a­vions qu’à modi­fier une cer­taine chose, pour que tout rentre dans l’ordre en ce qui concerne la sur­veillance cor­po­ra­tiste et gou­ver­ne­men­tale. Tan­dis que Jere­my nous dit que tout cela est détes­table, et doit être entiè­re­ment déman­te­lé ».

Elle ajou­ta que Ham­mond, comme son frère Jason, lui aus­si incar­cé­ré, avait par le pas­sé par­ti­ci­pé à des actions vio­lentes contre des néo­na­zis de Chicago.

Lucas sou­li­gna le fait que les GI Files expo­saient une par­tie de la sur­veillance états-unienne nor­ma­le­ment invi­sible et com­plè­te­ment exempte de res­pon­sa­bi­li­té. Lorsque les médias citent des employés de Strat­for, comme Fred Bur­ton, vice-pré­sident du ser­vice des ren­sei­gne­ments, les repor­ters remettent rare­ment en ques­tion l’exac­ti­tude de leurs propos.

Lucas don­na des exemples de détails clé sou­vent révé­lés par les e‑mails : « à qui Strat­for ven­daient-ils leurs ren­sei­gne­ments ? Que fai­sait Fred Bur­ton le jour où il s’est adres­sé aux médias ? »

La fuite lui per­met de recon­si­dé­rer les décla­ra­tions du gou­ver­ne­ment et de Strat­for, au regard des faits appris rétrospectivement.

En com­pa­rant Snow­den et Ham­mond, Lucas sou­li­gna le fait que les médias grand public étaient plus réti­cents à par­ler de l’af­faire Strat­for, étant don­né que les clients de Strat­for étaient sans doute leurs spon­sors publicitaires :

« Les jour­na­listes ont un rôle impor­tant dans le contrôle de l’in­for­ma­tion que reçoit le public. Il est plus sûr, pour le busi­ness et l’ap­pro­ba­tion édi­to­riale, de par­ler d’un lan­ceur d’a­lerte ayant divul­gué des infor­ma­tions sur le gou­ver­ne­ment fédé­ral, l’ad­ver­saire tra­di­tion­nel des jour­na­listes d’in­ves­ti­ga­tion influents, que sur un lan­ceur d’a­lerte qui a pira­té des infor­ma­tions révé­lant que des polices locales col­la­bo­raient avec des espions de cor­po­ra­tions ».

La fuite de Strat­for de 2011, grâce à Ham­mond, s’est pro­duite à un moment où les médias sociaux étaient uti­li­sés de manière com­plè­te­ment inédite, à tra­vers le monde, pour sou­te­nir les mou­ve­ments d’ac­ti­vistes comme Occu­py Wall Street et les prin­temps arabes, et à l’a­po­gée de la puis­sance du col­lec­tif des Ano­ny­mous. Tout comme Snow­den a révé­lé au monde la sur­veillance de masse des États-Unis, Cris­pi­no explique com­ment la fuite des e‑mails a accru le sen­ti­ment de soli­da­ri­té mon­diale pré­valent au moment de la publi­ca­tion des GI files.

« Vous pour­riez vous deman­der ce que j’ai en com­mun avec les gens de Bho­pal qui se battent pour la jus­tice et les répa­ra­tions », deman­da-t-elle rhé­to­ri­que­ment. « De prime abord, il sem­ble­rait que je n’aie rien de com­mun avec eux ».

Elle pour­sui­vit : « je pense que l’une des choses les plus impor­tantes qui ait émer­gé des révé­la­tions Strat­for, c’est la capa­ci­té que cela a don­né aux acti­vistes de se sou­te­nir mutuel­le­ment à tra­vers le monde, de com­prendre et d’ob­ser­ver ces connexions d’une manière très impor­tante pour LA lutte. »

Et bien qu’il soit empri­son­né, ajou­ta-t-elle, Ham­mond exhorte ceux qui le sou­tiennent à expri­mer leur soli­da­ri­té à l’é­gard d’autres pri­son­niers poli­tiques comme Alva­ro Luna.

Cris­pi­no a sou­li­gné une der­nière dif­fé­rence entre Snow­den et Ham­mond : tan­dis que Snow­den a infil­tré la sur­veillance d’É­tat, Ham­mond a agi ouver­te­ment et effron­té­ment sous l’é­gide des Anonymous.

« Jere­my n’a pas fait qu’in­fil­trer Strat­for dis­crè­te­ment. Il est entré avec fra­cas et a fait en sorte de réduire Strat­for en pièces », conclut-elle. « Cela leur a pris six mois pour que leurs ser­veurs soient à nou­veau opérationnels ! »


Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
3 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Faire carrière : un métier salissant (par Arthur)

Devinette facile : les gens ressemblent à leur travail. Ils ont la tête de l’emploi. Au point qu’ils se posent toujours, en se rencontrant, la première question : "qu’est-ce que tu fais, toi ?" Une fois situé dans la division du travail, l’homme acquiert un statut social. Il n’est pas Pierre, Paul ou Marie. Il est commerçant, ingénieur ou avocate. Ce label le poursuit à chaque minute de sa vie. Si tu ne fais rien, tu n’es rien. [...]
Lire

La dépression est une maladie de civilisation (par Sara Burrows)

Mais la dépression n’est pas une maladie naturelle. Ce n’est pas une inéluctabilité liée au fait d’être humain. Ildari déclare qu’à l’instar de beaucoup de maladies, la dépression est une maladie de civilisation. C’est une maladie causée par un mode de vie moderne industrialisé hautement stressant incompatible avec notre évolution génétique.
Lire

Violence, non-violence : une réponse à La Décroissance (par Kevin Amara et Nicolas Casaux)

Au cours des derniers mois, le journal La Décroissance, par deux fois — dans leur numéro 151 de juillet-août 2018 et 154 de novembre 2018 — a entrepris de cracher sa bile mesquine sur l’organisation Deep Green Resistance et sur Peter Gelderloos, l’auteur du livre Comment la non-violence protège l’État que nous avons récemment traduit et publié aux éditions LIBRE. Plutôt que de proposer des critiques argumentées, ils se sont contentés de nous faire part de leurs sentiments, de leurs ressentis et de leur fondamentalisme irréfléchi. La calamité journalistique que constituait leur première critique à notre égard, celle de leur numéro d’été, ne nous paraissait pas valoir une réponse. Seulement, nos chers décroissants ayant réitéré dans leur numéro de novembre, et tout travail méritant salaire, un tel acharnement ne pouvait rester impayé. [...]