Dans une ère post-embargo, Cuba sert de modèle pour la protection marine

Article ori­gi­nal : http://www.dw.com/en/in-a-post-embargo-era-cuba-serves-as-a-model-for-marine-protection/a‑18475940


Long­temps tenu à dis­tance par un embar­go éco­no­mique des USA, Cuba a fait les choses à sa manière. Pour la popu­la­tion, cela a impli­qué cer­taines épreuves. Mais l’en­vi­ron­ne­ment marin, semble-t-il, en est sor­ti victorieux.

Lorsque les visi­teurs des­cendent du bus, dans un pous­sié­reux port de pêche à cinq heures de La Havane, ils ont par­cou­ru la moi­tié de la dis­tance qui les sépare de ce que l’on nomme l’E­den acci­den­tel de Cuba. Il faut encore cinq heures de bateau pour finir le voyage — mais cela vaut le coup.

Le parc marin du sud-ouest de Cuba que l’on appelle les Jar­dines de la Rei­na, ou jar­dins de la reine, est rem­pli de pois­sons et d’es­pèces de coraux qui ont dis­pa­ru de toutes les autres par­ties des Caraïbes et de la Floride.

Seules 1500 per­sonnes par année sont auto­ri­sées à visi­ter les jar­dins de la reine, que Chris­tophe Colomb a nom­mé ain­si d’a­près la reine Isa­belle I de Cas­tille. Ses carac­té­ris­tiques para­di­siaques sont en par­tie la consé­quence d’une récente his­toire politique.

Au début des années 90, l’embargo des États-Unis et l’ef­fon­dre­ment de l’U­nion sovié­tique ont créé une réa­li­té éco­no­mique épou­van­table, ce qui, entre autres choses, fit que les Cubains furent dans l’im­pos­si­bi­li­té de construire des infra­struc­tures pour le tou­risme, ou d’a­che­ter des pes­ti­cides, qui leurs étaient aupa­ra­vant four­nis par les sovié­tiques, pour pro­té­ger leurs récoltes.

En consé­quence, Cuba fut rela­ti­ve­ment pré­ser­vée des types de pol­lu­tions qui ont affec­té les îles voi­sines. Daniel Whit­tle, direc­teur du pro­gramme de Cuba pour le fonds de défense de l’en­vi­ron­ne­ment, a pas­sé 15 ans à essayer de pro­té­ger ces eaux et se sou­vient de sa pre­mière plon­gée dans les jardins.

« Ce qui m’a vrai­ment frap­pé, ce n’é­tait pas sim­ple­ment la cou­leur et la diver­si­té du corail, mais le nombre de pois­sons qu’il y avait », explique Whit­tle. « Des pois­sons vrai­ment gros, comme le mérou, la dorade, les tor­tues de mer, et beau­coup de requins. »

Les requins ont une grande valeur pour l'écotourisme
Les requins ont une grande valeur pour l’écotourisme

Suivi du nombre d’espèces

Les cher­cheurs sont par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sés par les requins, dont les popu­la­tions connaissent un déclin mas­sif, en rai­son de la valeur com­mer­ciale de leurs nageoires, qui — parce qu’elles sont sup­po­sées avoir des pro­prié­tés béné­fiques pour la san­té — sont ven­dues sur les mar­chés asiatiques.

Cuba, qui tra­vaille avec le fonds de défense de l’en­vi­ron­ne­ment pour pro­té­ger les popu­la­tions locales de requins, recon­naît le poten­tiel éco­tou­ris­tique de ces majes­tueuses créa­tures. Un rap­port éco­no­mique pré­li­mi­naire sug­gère que la valeur de chaque requin vivant oscille entre 300 000 et 1 mil­lion de dollars.

Mais les requins ne sont en aucun cas la seule espèce marine d’in­té­rêt pour le gou­ver­ne­ment cubain. Il mène un plan d’ac­tion natio­nale, avec le sou­tien d’EDF et de la Food and agri­cul­ture Orga­ni­za­tion (FAO — Orga­ni­sa­tion des Nations unies pour l’a­li­men­ta­tion et l’a­gri­cul­ture), pour créer un plan de mana­ge­ment de la conser­va­tion — qui com­prend des mesures pour com­battre la surpêche.

Pour gérer les pêche­ries, les scien­ti­fiques ont besoin d’é­ta­blir une base de réfé­rence des popu­la­tions des dif­fé­rentes espèces marines. Cela peut s’a­vé­rer dif­fi­cile à Cuba, où ces don­nées ne sont pas néces­sai­re­ment dis­po­nibles. Les scien­ti­fiques doivent sou­vent se conten­ter de ce que rap­portent les pêcheurs sur la taille de leurs prises.

les pêcheurs jouent un rôle critique dans la préservation de la santé des eaux cubaines.
les pêcheurs jouent un rôle cri­tique dans la pré­ser­va­tion de la san­té des eaux cubaines.

« Les pêcheurs doivent vrai­ment faire par­tie du pro­ces­sus. Nous avons besoin de leur assen­ti­ment, de leur sou­tien pour col­lec­ter les don­nées », explique Whittle.

Une forte houle à l’horizon

Mais d’autres pro­blèmes se des­si­nant à l’ho­ri­zon viennent trou­bler les eaux claires de Cuba — qui sont pro­té­gées à hau­teur de 25 %, en tant que réserves marines offi­cielles. L’an­nonce par le pré­sident des États-Unis, Barack Oba­ma, d’une nor­ma­li­sa­tion gra­duelle des rela­tions avec Cuba, fait sali­ver de nom­breuses com­pa­gnies des USA à l’i­dée des poten­tia­li­tés com­mer­ciales qui se profilent.

Y com­pris la coa­li­tion agri­cole des USA pour Cuba, un grou­pe­ment de pro­duc­teurs, com­po­sé de cor­po­ra­tions ven­dant des graines de soja, du bétail, et du blé, et pos­si­ble­ment d’autres pro­duits, comme des semences et des engrais.

« Cela va un peu être David contre Goliath », rap­porte Greg Wat­son, direc­teur de la régle­men­ta­tion et des sys­tèmes de desi­gn au centre Schu­ma­cher pour une nou­velle éco­no­mie, à Glo­bal Ideas. Il explique que la réin­tro­duc­tion de pes­ti­cides de pro­duits chi­miques dans les pra­tiques agri­coles pour­rait conta­mi­ner les eaux souterraines.

Et ses inquié­tudes ne s’ar­rêtent pas là. Bien que Cuba couvre actuel­le­ment la majo­ri­té de ses besoins quo­ti­diens en pétrole grâce à des impor­ta­tions du Vene­zue­la, le pays lutte pour l’in­dé­pen­dance énergétique.

« C’est une prio­ri­té poli­tique », explique Whit­tle, ajou­tant que Cuba pos­sède des mil­liards de barils de pétrole dans les pro­fon­deurs marines de la côte ouest du pays.

Si Cuba exploite ses richesses pétrolières, la nature préservée de ses eaux sera menacée.
Si Cuba exploite ses richesses pétro­lières, la nature pré­ser­vée de ses eaux sera menacée.

Les forages pétro­liers n’emballent pas les envi­ron­ne­men­ta­listes, mais un Cuba éner­gé­ti­que­ment indé­pen­dant ouvri­rait aus­si la porte aux éner­gies renouvelables.

Le scien­ti­fique marin et éco­no­miste envi­ron­ne­men­tal, David E. Gug­gen­heim, fon­da­teur d’O­cean Doc­tor (doc­teur des océans), une orga­ni­sa­tion à but non-lucra­tif, basée à Washing­ton, explique que le dégel des rela­tions USA–Cuba faci­li­te­ra la recherche sur l’île et per­met­tra aux scien­ti­fiques de sol­li­ci­ter des sub­ven­tions fédé­rales en dol­lars, aupa­ra­vant indis­po­nibles pour des pro­jets à Cuba.

Il aime­rait voir Cuba et les États-Unis mettre en place un plan de conser­va­tion encore plus impor­tant dans la région, éta­blis­sant un modèle simi­laire au parc marin de la paix, dans la mer Rouge, entre la Jor­da­nie et Israël, où les scien­ti­fiques du monde entier peuvent entre­prendre des recherches.

Il est peu pro­bable que cela se pro­duise immé­dia­te­ment. En atten­dant, Gug­gen­heim conti­nue­ra à explo­rer la riche bio­di­ver­si­té des jar­dins de la reine, un endroit qu’il a décou­vert il y a plus de 15 ans.

« C’é­tait comme remon­ter 500 ans en arrière », explique-t-il. « C’est tou­jours l’en­vi­ron­ne­ment coral­lien le plus pré­ser­vé que j’ai jamais vu ».


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delau­nay & Emma­nuelle Dupierris

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Civilisation & décolonisation (par Derrick Jensen)

Nous devons faire cesser cette addiction, cette maladie, l'empêcher de nous asservir, l'empêcher de tuer la planète. Et alors qu'il y a de nombreuses actions que nous pouvons et devons entreprendre afin de protéger la terre, les humains et non humains que nous aimons, de cette culture, la première chose à faire est très certainement de décoloniser nos cœurs et nos esprits. Ce processus de décolonisation sera différent pour chaque personne. Il différera chez les hommes et chez les femmes. Il différera selon que l'on est, ou pas, indigène.
Lire

Lettre ouverte : Pour se réapproprier l’écologie ! (par Derrick Jensen, Vandana Shiva, Chris Hedges…)

Il fut un temps, le mouvement écologiste œuvrait à protéger le monde naturel de l’insatiable exigence de cette culture extractiviste. Une partie du mouvement y œuvre encore : sur toute la planète des activistes de terrain et leurs organisations luttent désespérément afin de sauver telle ou telle créature, telle ou telle plante, ou champignon, tel ou tel lieu, et cela par amour [...]
Lire

L’ONU, le philanthrocapitalisme et l’écologisme grand public (par Fabrice Nicolino)

Le texte qui suit est tiré du livre crucial écrit par Fabrice Nicolino, « Un empoisonnement universel : Comment les produits chimiques ont envahi la planète » (Les liens qui libèrent, 2014). Il revient sur la création d'institutions supposément écologistes parmi les plus prestigieuses, et sur les intérêts économiques qui se cachent insidieusement derrière. Il complète bien le précédent article publié sur notre site, une traduction d'un texte du chercheur australien Michael Barker, qui traite à peu près du même sujet. Ils permettent de comprendre pourquoi il est illusoire de compter sur les institutions dominantes pour sauver quoi que ce soit (à l'exception de la civilisation industrielle).