Une prolifération massive de sargasses étouffe les Caraïbes (le changement climatique, coupable probable)

Article ori­gi­nal (en anglais): http://robertscribbler.com/2015/08/19/massive-sargasso-seaweed-bloom-is-choking-the-caribbean-climate-change-a-likely-culprit/


Selon les diri­geants des Caraïbes, c’est un désastre qui va deman­der au moins 100.000 per­sonnes et 120 mil­lions de dol­lars pour le net­toyer (http://en.mercopress.com/…/sargassum-seaweed-greatest-singl…). Et « catas­trophe » n’est peut-être pas le meilleur mot pour le décrire — parce qu’une immense flo­rai­son des algues sar­gasses étouf­fant tout sur les plages et dans l’eau des Caraïbes est peut être deve­nu le nou­vel état anor­mal de l’o­céan. Encore un des résul­tats les plus dan­ge­reux du réchauf­fe­ment de la planète.

(Grand tapis de sargasses puant le soufre et étouffant en ce moment les plages et les eaux côtières des Caraïbes. À certains endroits ces tapis font 10 pieds d'épaisseur (près de 4 mètres). Ces grands tapis d'algues peuvent envahir les plages, tuer les espèces indigènes et entraîner la mort des zones océaniques qu'elles ont vidé de leurs nutriments avant d'en mourir - retirant par leur décomposition l'oxygène qui permet la vie dans ces eaux. Source de l'image: Mission Blue : http://mission-blue.org/…/sargassum-inundates-the-beaches-…/ )
(Grand tapis de sar­gasses puant le soufre et étouf­fant en ce moment les plages et les eaux côtières des Caraïbes. À cer­tains endroits ces tapis font 10 pieds d’é­pais­seur (près de 4 mètres). Ces grands tapis d’algues peuvent enva­hir les plages, tuer les espèces indi­gènes et entraî­ner la mort des zones océa­niques qu’elles ont vidé de leurs nutri­ments avant d’en mou­rir — reti­rant par leur décom­po­si­tion l’oxy­gène qui per­met la vie dans ces eaux.
Source de l’i­mage : Mis­sion Blue : http://mission-blue.org/…/sargassum-inundates-the-beaches-…/ )

Une légende d’anciens marins

Cette his­toire, ici, com­mence par un énorme radeau d’algues appe­lé mer des Sar­gasses. Ce vaste ensemble d’or­ga­nismes se forme à par­tir de deux espèces d’algues flot­tantes qui se repro­duisent en quan­ti­tés énormes et se lient entre elles. Ces radeaux flot­tants se regroupent et se ras­semblent dans la gyre océa­nique de l’At­lan­tique Nord — consti­tuant ain­si une vaste zone au large des côtes des États-Unis.

Les anciens marins qui tra­ver­saient l’At­lan­tique au début de la colo­ni­sa­tion de l’A­mé­rique du Nord ont sou­vent dû tra­ver­ser la mer des Sar­gasses qui avait ten­dance à être un trait mar­quant de leurs voyages car ces radeaux flot­tants étaient par­fois assez denses pour stop­per la pro­gres­sion des navires.

(Une carte de 1891, certifiée par la NOAA, présente les régions à forte et faible concentrations en sargasses dans l'Atlantique Nord et les Caraïbes Source de l'image:.. NOAA - Les enseignants en mer : https://teacheratsea.wordpress.com/tag/north-atlantic/)
(Une carte de 1891, cer­ti­fiée par la NOAA, pré­sente les régions à forte et faible concen­tra­tions en sar­gasses dans l’At­lan­tique Nord et les Caraïbes Source de l’i­mage:.. NOAA — Les ensei­gnants en mer : https://teacheratsea.wordpress.com/tag/north-atlantic/)

Cette énorme concen­tra­tion est res­tée un mys­tère pen­dant des cen­taines d’an­nées mais au cours du 20e siècle des cher­cheurs ont consta­té que ces algues sont trans­por­tées par le Gulf Stream depuis le golfe du Mexique et les Caraïbes jus­qu’à une zone située juste au sud des Ber­mudes. Là, elles pul­lulent en se nour­ris­sant des nutri­ments appor­tés par les eaux des grands estuaires du conti­nent nord-amé­ri­cain. Les sar­gasses recyclent ces nutri­ments puis servent elles-mêmes de base ali­men­taire à des cen­taines de d’es­pèces marines et d’oiseaux.

Les algues qui com­posent la mer des Sar­gasses ne pro­viennent pas uni­que­ment de cette région. Elles pro­viennent de toutes les zones tro­pi­cales et sub­tro­pi­cales de l’At­lan­tique — pul­lu­lant par­tout où il y a de la cha­leur et de la nour­ri­ture. On a récem­ment obser­vé les signes d’une baisse la bio­di­ver­si­té dans la mer des Sar­gasses. Des récentes expé­di­tions de recherche ont de plus en plus rare­ment obser­vé les espèces consti­tuant tra­di­tion­nel­le­ment les radeaux de sar­gasses. C’est un signe pro­bable de dégra­da­tion de la san­té de l’o­céan. Chose qui est sans doute liée à l’ac­cu­mu­la­tion mas­sive de sar­gasses ces der­nières années dans les Caraïbes.

Envahissement de l’océan par les sargasses dans un monde qui se réchauffe

Le genre péla­gique Sar­gas­sum se déve­loppe bien dans les eaux chaudes et riches en nutri­ments car il les uti­lise de façon très effi­cace et comme en ce moment la terre se réchauffe, les apports de nutri­ments dans l’o­céan Atlan­tique accrus par les eaux de ruis­sel­le­ment actuelles font croitre les sar­gasses : la mon­tée de la cha­leur dans l’at­mo­sphère mul­ti­plie les fortes pré­ci­pi­ta­tions (http://robertscribbler.com/…/dr-jennifer-francis-top-clima…/). Ces pluies aug­mentent l’é­ro­sion — les­sivent plus d’élé­ments nutri­tifs empor­tés par les cours d’eau.

En outre, l’in­dus­trie agri­cole, par ses engrais, charge les sols en phos­phates et nitrates. Donc, les fortes pluies actuelles tombent main­te­nant sur des terres arti­fi­ciel­le­ment char­gés d’élé­ments nutri­tifs. En plus de ce les­si­vage des engrais, on a sur toutes les eaux du monde une pluie constante de retom­bées azo­tées issues de l’im­mense et mon­diale uti­li­sa­tion des com­bus­tibles fos­siles — une troi­sième source d’élé­ments nutri­tifs qui n’é­tait pas aupa­ra­vant acces­sible aux sar­gasses. De plus, le réchauf­fe­ment des eaux de sur­face induit par les gaz à effet de serre qui ont, sur ces 135 der­nières années, ame­né le monde à se réchauf­fer de 1 degré Cel­sius, crée un envi­ron­ne­ment encore plus idéal pour que les sar­gasses croissent et se multiplient.

Les rap­ports indiquent main­te­nant que la plu­part des algues étouf­fant les plages et les eaux des Caraïbes pro­viennent d’une région à l’est d’es­tuaire du fleuve Ama­zone. Ces rap­ports laissent entendre que la défo­res­ta­tion, entraî­nant une aug­men­ta­tion de l’é­ro­sion des sols de la forêt ama­zo­nienne, et la mon­tée de l’a­gri­cul­ture indus­trielle au Bré­sil peuvent éga­le­ment jouer un rôle dans l’ex­tra­or­di­naire pul­lu­la­tion actuelle. Enfin, il existe de plus en plus de preuves que le Gulf Stream — le trans­por­teur des sar­gasses depuis la mer des Caraïbes et le golfe du Mexique — soit en cours de ralen­tis­se­ment parce que la cir­cu­la­tion ther­mo­ha­line fai­blit (http://robertscribbler.com/…/world-ocean-heartbeat-fading-…/). Tous ces fac­teurs com­bi­nés — le réchauf­fe­ment des eaux, l’aug­men­ta­tion de la charge en élé­ments nutri­tifs des eaux de sur­face et la baisse du trans­port des sar­gasses à cause du ralen­tis­se­ment du Gulf Stream — laissent sup­po­ser une grave per­tur­ba­tion dans le convoi des sar­gasses, acci­dent dont l’é­pi­centre se situe dans la mer des Caraïbes.

Plages des Caraïbes, la vie des océans menacée

On pense que ces fac­teurs se sont com­bi­nés ces der­nières années pour géné­rer une pul­lu­la­tion mas­sive de sar­gasses dans les Caraïbes. Dès l’au­tomne 2014, on rap­por­tait des amon­cel­le­ments de 3 à 4 pieds d’é­pais­seur (autour d’un mètre) s’ac­cu­mu­lant sur les plages le long des côtes des Caraïbes. En Août 2015, ces tapis ont gros­si pour atteindre jus­qu’à 10 pieds d’é­pais­seur (presque 4 m). Actuel­le­ment, de vastes éten­dues de plages sont noyées dans une puan­teur de soufre venant de ces grands amon­cel­le­ments en train de mourir.

Fon­da­men­ta­le­ment, les sar­gasses consti­tuent une par­tie vitale et essen­tielle de l’é­co­sys­tème de l’o­céan Atlan­tique. De nom­breuses espèces de pois­sons, dont le thon et les carangues, reposent sur la nour­ri­ture four­nie par ces algues pro­li­fiques. Des oiseaux, des tor­tues et des dizaines d’in­ver­té­brés dépendent éga­le­ment d’une manière ou d’une autre de ces algues mais quand elles deviennent trop pro­li­fiques, elles se trans­forment d’au­baine en malé­dic­tion. Les nids de tor­tues marines sont écra­sés sous la chose. Les nou­veaux-nés sont sou­vent inca­pables de grim­per à tra­vers ces entas­se­ments denses pour rejoindre la mer. Ces enche­vê­tre­ments denses limitent les dépla­ce­ments des plus grands ani­maux comme les requins, raies et tor­tues adultes et quand les radeaux deviennent trop épais de grandes por­tions de sar­gasses sont pri­vées de lumière et de nutri­ments. La consé­quence est que les grands radeaux incor­porent des zones pri­vées d’oxy­gène où la matière morte se décom­pose. Ces poches accu­mulent des bac­té­ries pro­dui­sant de l’hy­dro­gène sul­fu­ré et d’autres pro­duc­teurs de sul­fures — ren­dant les eaux toxiques et expli­quant les odeurs « d’œufs pour­ri » actuel­le­ment rap­por­tés autour des amon­cel­le­ments de sargasses.

© Martinique 1ère L'ampleur des algues sargasses sur la côte atlantique de Martinique
© Mar­ti­nique 1ère L’am­pleur des algues sar­gasses sur la côte atlan­tique de Martinique

Pour les nations insu­laires des Caraïbes dont la sta­bi­li­té éco­no­mique dépende énor­mé­ment de leurs plages imma­cu­lées et de leurs fonds océa­niques, cette accu­mu­la­tion incroyable de sar­gasses est un désastre. Aujourd’­hui Sir Hila­ry Beckles, de l’U­ni­ver­si­té des Antilles, a appe­lé à l’aide la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale ain­si (http://en.mercopress.com/…/sargassum-seaweed-greatest-singl…) :

« Nous avons là une menace endé­mique et sys­té­mique à la rési­lience et au déve­lop­pe­ment de ces pays et nous devons donc y appor­ter une réponse inter­na­tio­nale … Ce que vous exa­mi­nez est de l’ordre de 120 mil­lions de dol­lars… et nous allons avoir à déployer pro­ba­ble­ment plus de 100.000 per­sonnes pour mener à bien un tra­vail simi­laire sur tout l’es­pace des Caraïbes visant à rendre nos plages dis­po­nibles à ceux qui sou­haitent les uti­li­ser … Nous devons don­ner à nos enfants et aux tou­ristes qui pro­fitent de nos plages l’as­su­rance que ces mau­vaises herbes ne nous tuent pas et que la vie conti­nue. Nous devons faire savoir aux gens que dans les Caraïbes nous res­tons pas assis les bras croi­sés mais que nous essayons de trou­ver des solu­tions à la menace repré­sen­tée par ces sar­gasses ».

Mais, à l’ins­tar de tant d’autres catas­trophes se pro­dui­sant en ce moment — se conten­ter de réagir aux symp­tômes (que ce soient les sar­gasses, la séche­resse, les inon­da­tions, les migra­tions en masse, l’é­lé­va­tion du niveau de la mer, les incen­dies de forêt, la mise en dan­ger des espèces ou mille autres pro­blèmes liés aux émis­sions gazeuses issues des com­bus­tibles fos­siles de l’ac­ti­vi­té humaine et au grand réchauf­fe­ment de l’at­mo­sphère et des océans) ne traite pas le mal à la racine. Et pour ça il faut au moins un arrêt rapide des com­bus­tibles fossiles.


Tra­duc­tion : Mimi Mato


Liens (en anglais):

Sar­gas­sum Sea­weed Single Grea­test Threat to Carib­bean Tourism

Beau­ti­ful Carib­bean Beaches Now a Smel­ly Mess After Sea­weed Invasion

Sar­gas­sum Sea­weed Turns Carib­bean Waters Murky

Stin­king Sea­weed Causes Tou­rists to Can­cel Carib­bean Holidays

NOAA — Tea­chers at Sea

World Ocean Heart­beat Fading

How Glo­bal War­ming Pro­duces Increa­sing Ins­tances of Extreme Weather

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Du mythe de la croissance verte à un monde post-croissance (par Philippe Bihouix)

La croissance « verte » se base, en tout cas dans son acception actuelle, sur le tout-technologique. Elle ne fera alors qu’aggraver les phénomènes que nous venons de décrire, qu’emballer le système, car ces innovations « vertes » sont en général basées sur des métaux moins répandus, aggravent la complexité des produits, font appel à des composants high tech plus durs à recycler. Ainsi du dernier cri des énergies renouvelables, des bâtiments « intelligents », des voitures électriques, hybrides ou hydrogène…
Lire

L’APPEL DE LA VIE : Comment faire face à l’extinction de masse (2010)

L’appel de la Vie est le premier long-métrage documentaire à enquêter sur la menace croissante que pose la perte massive et rapide de biodiversité sur la planète. À l’aide d’éminents scientifiques, de chercheurs en sciences sociales, d’environnementalistes, entre autres, le film explore la portée, les causes, et l’impact planétaire prévisible d’une extinction de masse d’une échelle sans précédent depuis la disparition des dinosaures il y a 65 millions d’années.