“Nous ne devons rien, nous ne paierons rien” — Tout ce qu’on vous a raconté sur la dette est faux (Charles Eisenstein)

par Charles Eisen­stein, ori­gi­nel­le­ment publié (en anglais) sur Yes ! Magazine


La légi­ti­mi­té d’un ordre social repose sur la légi­ti­mi­té de ses dettes. C’était éga­le­ment le cas dans le pas­sé. Dans les cultures tra­di­tion­nelles, la dette, au sens large — les dons réci­proques, les sou­ve­nirs de ser­vices ren­dus, les obli­ga­tions pas encore acquit­tées — était la glu qui assu­rait la cohé­sion de la socié­té. Tout le monde, à un moment ou à un autre, a été débi­teur de quelque chose envers quelqu’un. S’acquitter de ses dettes était indis­so­ciable de s’ac­quit­ter de ses obli­ga­tions sociales ; Cela fai­sait écho aux prin­cipes d’équité et de gratitude.

Les asso­cia­tions morales liées aux acquit­te­ments de dettes nous accom­pagnent encore aujourd’hui, et sont à la base de la logique d’austérité et du code juri­dique. Un bon pays, ou une bonne per­sonne, est cen­sée faire tout ce qui est en son pou­voir pour rem­bour­ser ses dettes. Par consé­quent, si un pays comme la Jamaïque ou la Grèce, ou une muni­ci­pa­li­té comme Bal­ti­more ou Detroit, ne pos­sède pas assez de fonds pour rem­bour­ser ses dettes, il/elle se voit mora­le­ment contraint(e) de pri­va­ti­ser des biens publics, de dimi­nuer retraites et salaires, de liqui­der des res­sources natu­relles, et de réduire les ser­vices publics, afin d’utiliser les éco­no­mies engen­drées pour rem­bour­ser ses cré­di­teurs. Une telle pres­crip­tion prend pour acquise la légi­ti­mi­té de ses dettes.

Aujourd’hui, un mou­ve­ment nais­sant de résis­tance contre la dette émerge de la prise de conscience de l’iniquité de bon nombre de ces dettes. Mani­fes­te­ment, les plus iniques sont les prêts impli­quant des pra­tiques trom­peuses ou illé­gales — le genre de pra­tiques cou­rantes dans les pré­misses de la crise finan­cière de 2008. Des bulles spé­cu­la­tives aux prêts volon­tai­re­ment accor­dés à des emprun­teurs non-qua­li­fiés, en pas­sant par les pro­duits finan­ciers incom­pré­hen­sibles pro­po­sés aux gou­ver­ne­ments locaux, main­te­nus dans l’ignorance la plus totale vis-à-vis des risques, ces pra­tiques ont entraî­né des mil­liards de dol­lars de coûts sup­plé­men­taires pour les citoyens comme pour les ins­ti­tu­tions publiques.

Un mou­ve­ment émerge pour défier ces dettes. En Europe, le réseau Inter­na­tio­nal Citoyen pour l’audit de la dette (ICAN) fait la pro­mo­tion « d’audits citoyens de la dette », dans les­quels les acti­vistes exa­minent les comptes des muni­ci­pa­li­tés et autres ins­ti­tu­tions publiques pour déter­mi­ner quelles dettes sont le fruit de pra­tiques frau­du­leuses, injustes ou illé­gales. Ils essaient ensuite de per­sua­der le gou­ver­ne­ment ou l’institution de contes­ter ou de rené­go­cier ces dettes. En 2012, des com­munes fran­çaises ont décla­ré qu’elles refu­saient de payer une par­tie de leurs obli­ga­tions de dette à la banque Dexia, récem­ment ren­flouée, en expli­quant que ses pra­tiques trom­peuses avaient engen­dré des aug­men­ta­tions de taux d’intérêt jusqu’à 13 %. Pen­dant ce temps-là, aux Etats-Unis, la ville de Bal­ti­more a entre­pris une pour­suite en jus­tice pour récu­pé­rer de l’argent per­du à cause du scan­dale des mani­pu­la­tions du Libor, des pertes qui sont peut-être de l’ordre du mil­liard de dollar.

Et le Libor n’est que la par­tie émer­gée de l’iceberg. A l’ère de la fraude finan­cière géné­ra­li­sée, qui sait ce que des audits citoyens pour­raient décou­vrir ? De plus, à une époque où la loi elle-même est la cible de mani­pu­la­tion par les inté­rêts finan­ciers, pour­quoi la résis­tance devrait-elle se limi­ter aux dettes impli­quant des infrac­tions ? Après tout, le crash de 2008 était la consé­quence d’une pro­fonde cor­rup­tion sys­té­mique dans laquelle les pro­duits déri­vés « à risque » s’avéraient sans risques — pas en rai­son de leurs carac­té­ris­tiques propres, mais en rai­son des ren­floue­ments du gou­ver­ne­ment et de la Réserve Fédé­rale, qui ser­vaient, de fait, de garanties.

Les auteurs de ces “ins­tru­ments finan­ciers de des­truc­tion de masse” (comme War­ren Buf­fett les appelle) furent récom­pen­sés, tan­dis que les pro­prié­taires de mai­sons, d’autres emprun­teurs, et les contri­buables, se retrou­vèrent avec des actifs sans valeurs et des dettes plus éle­vées encore.

Cela fait par­tie d’un contexte plus large de condi­tions éco­no­miques, poli­tiques et sociales injustes, qui obligent l’emprunteur à s’endetter. Quand de telles injus­tices sont omni­pré­sentes, toutes les dettes, ou la majeure par­tie d’entre elles, ne sont-elles pas illé­gi­times ? Dans de nom­breux pays, des salaires en baisse et des ser­vices publics amoin­dris obligent pra­ti­que­ment les citoyens à s’endetter ne serait-ce que pour main­te­nir leur niveau de vie. La dette est-elle légi­time lors­qu’elle est sys­té­ma­ti­que­ment impo­sée à la vaste majo­ri­té des gens et des nations ? Si ce n’est pas le cas, la résis­tance contre cette dette illé­gi­time a d’immenses et pro­fondes consé­quences politiques.

Ce sen­ti­ment d’injustice sys­té­mique géné­ra­li­sée est pal­pable dans le soi-disant monde en déve­lop­pe­ment, et dans une par­tie crois­sante du reste du monde. Les nations afri­caines et sud-amé­ri­caines, le Sud et l’Est de l’Europe, les com­mu­nau­tés de cou­leur, les étu­diants, les pro­prié­taires avec emprunts, les muni­ci­pa­li­tés, les chô­meurs… la liste de ceux qui croulent sous une dette énorme, sans l’avoir choi­si, est sans fin. Ils par­tagent le sen­ti­ment que leurs dettes sont en quelque sorte injustes et illé­gi­times, même si ce sen­ti­ment ne se base pas sur la juris­pru­dence. C’est pour­quoi le slo­gan qui se pro­page chez les acti­vistes de la dette et les résis­tants à tra­vers la pla­nète est le sui­vant : « Nous ne devons rien, nous ne paie­rons rien ».

La remise en ques­tion de ces dettes ne peut pas se baser sur des appels au res­pect de la loi seuls, lorsque les lois sont biai­sées en faveur des créan­ciers. Il y a, cepen­dant, un prin­cipe légal pour remettre en ques­tion les dettes soi-disant légales : le prin­cipe de la « dette odieuse ». Signi­fiant ori­gi­nel­le­ment que la dette avait été octroyée au nom d’une nation par ses diri­geants, mais ne béné­fi­ciait en réa­li­té pas à la nation, ce concept peut être trans­for­mé en un puis­sant outil de chan­ge­ment systémique.

La dette odieuse était un concept clé de récents audits de dette au niveau natio­nal, notam­ment celle de l’Équateur en 2008 qui a entraî­né un défaut de paie­ment de mil­liards de dol­lars de sa dette exté­rieure. Rien de ter­rible n’est arri­vé, éta­blis­sant un dan­ge­reux pré­cé­dent (du point de vue des créan­ciers). La com­mis­sion pour la véri­té sur la dette publique Grecque ana­lyse toute la dette sou­ve­raine de la nation avec cette même pos­si­bi­li­té en tête. D’autres nations en prennent bonne note parce que leurs dettes, qui sont mani­fes­te­ment irrem­bour­sables, les condamnent à l’austérité pour l’éternité, à des baisses de salaires, à la liqui­da­tion de res­sources natu­relles, à la pri­va­ti­sa­tion, etc., avec comme unique récom­pense le pri­vi­lège de res­ter endet­té (et de conti­nuer à faire par­tie du sys­tème finan­cier mondial).

Dans la plu­part des cas, les dettes ne sont jamais rem­bour­sées. Selon un rap­port de la cam­pagne d’an­nu­la­tion de la dette Jubi­lé 2000, depuis 1970 la Jamaïque a emprun­té 18,5 mil­liards de dol­lars, en a rem­bour­sé 19,8 mil­liards, et doit tou­jours 7,8 mil­liards. Sur la même période, les Phi­lip­pines ont emprun­té 110 mil­liards de dol­lars, en ont rem­bour­sé 125 mil­liards, et doivent tou­jours 45 mil­liards. Il ne s’agit pas là d’exemples iso­lés. Essen­tiel­le­ment, ce qui se passe ici, c’est que l’argent — sous la forme de force de tra­vail et de res­sources natu­relles — est extrait de ces pays. Il en sort plus qu’il n’en arrive, en rai­son des taux d’intérêts qui accom­pagnent tous ces prêts.

Quelles sont les dettes “odieuses”? Quelques exemples sont évi­dents, comme les prêts pour la construc­tion de la tris­te­ment célèbre cen­trale nucléaire de Bataan dont les aco­lytes de Wes­tin­ghouse et Mar­cos ont énor­mé­ment béné­fi­cié mais qui n’ont jamais pro­duit d’électricité, ou les dépenses mili­taires des juntes du Sal­va­dor et de la Grèce.

Mais qu’en est-il de l’immense dette ayant ser­vi au finan­ce­ment des grands pro­jets de déve­lop­pe­ment cen­tra­li­sés ? L’idéologie néo­li­bé­rale pré­tend que cela se fait au béné­fice de la nation, mais il est aujourd’hui clair que les prin­ci­paux béné­fi­ciaires sont les cor­po­ra­tions des nations prê­teuses. De plus, la majeure par­tie de ce déve­lop­pe­ment sert à per­mettre au rece­veur de mettre en place des expor­ta­tions grâce à l’ouverture des mar­chés du pétrole, des mine­rais, du bois, ou d’autres res­sources à exploi­ter, ou en conver­tis­sant l’agriculture vivrière en agro-busi­ness, ou en ren­dant sa force de tra­vail dis­po­nible pour le capi­tal mon­dial. Le com­merce exté­rieur que cela génère sert au rem­bour­se­ment des prêts, mais les gens n’en béné­fi­cient pas néces­sai­re­ment. Ne pour­rions-nous pas dire, par consé­quent, que la majeure par­tie de la dette du monde « en déve­lop­pe­ment » est odieuse, et le pro­duit de rela­tions colo­niales et impérialistes ?

La même chose est vraie pour les muni­ci­pa­li­tés, les foyers, et les dettes per­son­nelles. Les lois fis­cales, la déré­gu­la­tion finan­cière, et la mon­dia­li­sa­tion éco­no­mique ont siphon­né l’argent entre les mains des cor­po­ra­tions et des super-riches, for­çant tous les autres à emprun­ter pour sub­ve­nir aux besoins les plus élé­men­taires. Les muni­ci­pa­li­tés et les gou­ver­ne­ments régio­naux doivent main­te­nant emprun­ter pour four­nir les ser­vices que les recettes fis­cales finan­çaient autre­fois, avant que l’industrie ne se soit enfuie vers des endroits où la régu­la­tion et les salaires étaient affai­blis, dans un « nivel­le­ment par le bas » mon­dial. Les étu­diants doivent main­te­nant emprun­ter pour s’inscrire dans des uni­ver­si­tés autre­fois for­te­ment sub­ven­tion­nées par le gouvernement.

La stag­na­tion des salaires oblige les familles à emprun­ter pour vivre. L’augmentation constante de dettes ne peut pas s’expliquer par une aug­men­ta­tion de la flem­mar­dise ou par l’irresponsabilité. La dette est sys­té­mique et inévi­table. Elle n’est pas juste, et les gens le savent. Plus le concept de dettes illé­gi­times se pro­pa­ge­ra, plus la contrainte morale liée au rem­bour­se­ment s’estompera, et de nou­velles formes de résis­tance contre la dette émer­ge­ront. Il en existe d’ailleurs déjà dans les endroits les plus affec­tés par la crise éco­no­mique, comme l’Espagne, où un puis­sant mou­ve­ment anti-expul­sion défie la légi­ti­mi­té de l’endettement hypo­thé­caire, et vient de faire élire une maire acti­viste à Barcelone.

Comme nous l’a mon­tré la récente tra­gé­die Grecque, cepen­dant, les actes iso­lés de résis­tance sont faci­le­ment écra­sés. En fai­sant front seule, la Grèce fai­sait face à un choix dif­fi­cile : soit capi­tu­ler devant les ins­ti­tu­tions Euro­péennes et mettre en place des mesures d’austérité encore plus sévères que celles que son peuple avait reje­tées lors du réfé­ren­dum, soit subir la des­truc­tion sou­daine de ses banques. Dès lors que ce der­nier choix aurait entraî­né une catas­trophe huma­ni­taire, le gou­ver­ne­ment Syri­za a choi­si de capi­tu­ler. Néan­moins, la Grèce a ren­du un fier ser­vice au monde en expo­sant clai­re­ment l’esclavage que repré­sente ce concept de dette, et le fait que des ins­ti­tu­tions anti­dé­mo­cra­tiques comme la Banque Cen­trale Euro­péenne contrôlent tota­le­ment les poli­tiques éco­no­miques nationales.

En plus d’une résis­tance directe, les gens découvrent des modes de vie en dehors du sys­tème finan­cier conven­tion­nel, et, ce fai­sant, pré­fi­gurent ce qui pour­rait le rem­pla­cer. Des mon­naies com­plé­men­taires, des banques de temps, des coopé­ra­tives de fermes qui font le lien direct entre pro­duc­teurs et consom­ma­teurs, des coopé­ra­tives d’aide juri­dique, des réseaux d’économies du don, des biblio­thèques d’outils, des coopé­ra­tives médi­cales, des coopé­ra­tives de garde d’en­fants, et d’autres formes de coopé­ra­tion éco­no­mique pro­li­fèrent en Grèce et en Espagne, évo­quant, dans bien des cas, des formes tra­di­tion­nelles de com­mu­nau­ta­rismes qui existent encore dans les socié­tés qui ne sont pas encore entiè­re­ment modernisées.

La dette est un pro­blème très mobi­li­sa­teur en rai­son de son omni­pré­sence et de sa gra­vi­té psy­cho­lo­gique. Contrai­re­ment au chan­ge­ment cli­ma­tique, qu’il est facile de relé­guer à une impor­tance uni­que­ment théo­rique quand, après tout, les super­mar­chés sont encore pleins de nour­ri­ture et que l’air condi­tion­né fonc­tionne encore, la dette affecte les vies d’un nombre crois­sant de per­sonnes direc­te­ment et incon­tes­ta­ble­ment : c’est un joug, un far­deau, une contrainte per­ma­nente sur leur liber­té. Les trois quarts des états-uniens sont endet­tés, sous une cer­taine forme. La dette étu­diante s’élève à plus d’1,3 bil­lions de dol­lars aux USA et envi­ronne les 33 000 dol­lars par étu­diant diplô­mé. Les muni­ci­pa­li­tés du pays évis­cèrent les ser­vices qu’elles four­nis­saient, licen­ciant des employés, et dimi­nuant les retraites. Pour­quoi ? Pour rem­bour­ser leurs dettes. La même chose est vraie au niveau de nations entières, à mesure que les créan­ciers — et les mar­chés finan­ciers dont ils se servent — res­serrent leur étau mor­tel sur le Sud de l’Europe, sur l’Amérique du Sud, sur l’Afrique, et sur le reste du monde. La plu­part des gens n’ont pas besoin de beau­coup pour être convain­cus que la dette est deve­nue un tyran diri­geant leurs vies.

Ce qui leur est plus dif­fi­cile de com­prendre, cepen­dant, c’est qu’ils pour­raient très bien être libé­rés de leurs dettes, qu’on leur pré­sente sou­vent comme « iné­luc­tables » ou « écra­santes ». C’est pour­quoi les plus modestes remises en ques­tions de la légi­ti­mi­té de la dette, comme les audits citoyens men­tion­nés plus haut, ont des impli­ca­tions révo­lu­tion­naires. Elles font dou­ter de la cer­ti­tude de la dette. Si une dette peut être annu­lée, peut-être peuvent-elles toutes l’être — non seule­ment pour les nations, mais pour les muni­ci­pa­li­tés, les sec­teurs sco­laires, les hôpi­taux, et les gens aus­si. C’est pour­quoi les auto­ri­tés euro­péennes ont fait de la Grèce un exemple si humi­liant — elles avaient besoin de réaf­fir­mer le prin­cipe de l’inviolabilité de la dette. C’est aus­si pour­quoi des cen­taines de mil­liards de dol­lars ont été uti­li­sés pour ren­flouer les créan­ciers qui avaient fait de mau­vais prêts lors des pré­misses de la crise finan­cière de 2008, et c’est aus­si pour­quoi pas un cen­time ne fut dépen­sé pour ren­flouer les emprunteurs.

Non seule­ment la dette a le poten­tiel pour être un point de ral­lie­ment qua­si-uni­ver­sel, mais elle est aus­si un point de pres­sion poli­tique unique en son genre. Car, les consé­quences d’une résis­tance mas­sive contre la dette seraient catas­tro­phiques pour le sys­tème finan­cier. L’effondrement de Leh­man Bro­thers en 2008 a prou­vé le niveau extrême d’endettement du sys­tème, et son inter­dé­pen­dance telle qu’une petite per­tur­ba­tion peut se trans­for­mer en crise sys­té­mique mas­sive. De plus, « nous ne paie­rons rien » est une forme de contes­ta­tion faci­le­ment acces­sible pour le citoyen digi­tal ato­mi­sé, et ayant un impact impor­tant dans le monde réel. Aucune mani­fes­ta­tion de rue n’est néces­saire, aucune confron­ta­tion avec la police anti-émeute, pour empê­cher le paie­ment d’une carte de cré­dit ou d’un prêt étu­diant. Le sys­tème finan­cier est vul­né­rable à quelques mil­lions de clics. Ici repose la réso­lu­tion d’un dilemme posé par Sil­via Fede­ri­ci dans le tri­mes­triel South Atlan­tic : « Au lieu du tra­vail, de l’exploitation, et par-des­sus tout des « patrons », si impor­tants dans le monde des écrans de fumée, nous avons main­te­nant des débi­teurs qui affrontent non pas un employeur mais une banque, et qui la confrontent seuls, et pas en tant que par­tie d’un organe col­lec­tif et de rela­tions col­lec­tives, comme c’était le cas avec les tra­vailleurs sala­riés. » Alors orga­ni­sons nous et dif­fu­sons, autant que pos­sible, ces mes­sages de sen­si­bi­li­sa­tion. Nous n’avons pas besoin d’affronter les banques, les mar­chés obli­ga­taires, ou le sys­tème finan­cier, seuls.

Quel devrait-être le but ultime d’un mou­ve­ment de résis­tance contre la dette ? La nature sys­té­mique du pro­blème de la dette implique qu’aucune des pro­po­si­tions poli­tiques réa­listes ou attei­gnables dans le contexte poli­tique actuel ne valent le coup d’être pour­sui­vies. La réduc­tion des taux sur les prêts étu­diants, les allè­ge­ments d’hypothèques, la régu­la­tion des salaires, ou la réduc­tion de la dette des pays du Sud sont peut-être des pro­po­si­tions poli­ti­que­ment réa­li­sables, mais atté­nuer les pires abus du sys­tème ne ren­drait le sys­tème qu’à peine plus tolé­rable, et cela signi­fie­rait que le sys­tème n’est pas le pro­blème — qu’il nous suf­fit de résoudre ces pro­blèmes d’abus.

Les stra­té­gies redis­tri­bu­trices conven­tion­nelles, comme l’augmentation du taux mar­gi­nal d’im­pôt sur le reve­nu, sont aus­si limi­tées, prin­ci­pa­le­ment parce qu’elles ne s’attaquent pas aux causes pro­fondes de la crise de la dette : le ralen­tis­se­ment de la crois­sance éco­no­mique mon­diale, ou, pour par­ler en termes mar­xistes, la baisse du ren­de­ment du capi­tal. De plus en plus d’économistes rejoignent une grande lignée, incluant Her­man Daly, E.F. Schu­ma­cher, et même (bien que cela soit assez mécon­nu) John May­nard Keynes, dans l’affirmation selon laquelle nous appro­chons de la fin de la crois­sance — prin­ci­pa­le­ment, mais pas seule­ment, pour des rai­sons éco­lo­giques. Lorsque la crois­sance stagne, les oppor­tu­ni­tés de prêts dis­pa­raissent. Puisque l’argent est prin­ci­pa­le­ment créé par l’emprunt, les niveaux des dettes aug­mentent bien plus rapi­de­ment que la masse moné­taire néces­saire à leurs rem­bour­se­ments. La consé­quence, clai­re­ment décrite par Tho­mas Piket­ty, en est la hausse de l’endettement et la concen­tra­tion de la richesse.

Les pro­po­si­tions poli­tiques pré­cé­dem­ment men­tion­nées pré­sentent éga­le­ment un autre défaut : elles sont tel­le­ment modé­rées qu’elles n’ont que très peu de chance d’inspirer un mou­ve­ment popu­laire mas­sif. La réduc­tion des taux d’intérêts, et les autres réformes incré­men­tales, ne vont pas sti­mu­ler une masse de citoyens apa­thiques et dés­illu­sion­nés. Rap­pe­lez-vous du mou­ve­ment Nuclear Freeze des années 1980 : lar­ge­ment décrié comme naïf et irréa­liste par les libé­raux au pou­voir, il a géné­ré un mou­ve­ment bruyant et enga­gé qui a contri­bué à la for­ma­tion de l’opinion cli­ma­tique à l’origine des accords START de l’ère Rea­gan. Le mou­ve­ment pour les réformes éco­no­miques a besoin de quelque chose d’aussi simple, com­pré­hen­sible, et attrayant. Pour­quoi pas l’annulation de la tota­li­té de la dette étu­diante ? Pour­quoi pas un jubi­lé, un nou­veau départ pour les débi­teurs hypo­thé­caires, les débi­teurs étu­diants, et les nations débitrices ?

Le pro­blème c’est que l’annulation des dettes implique la sup­pres­sion des actifs sur les­quels repose la tota­li­té de notre sys­tème finan­cier. Ces actifs sont à la base de votre fond de pen­sion, de la sol­va­bi­li­té de votre banque, et du compte épargne de votre grand-mère. En effet, un compte épargne n’est rien d’autre qu’une dette que vous doit votre banque. Pour évi­ter le chaos, une enti­té doit ache­ter les dettes contre de l’argent, puis annu­ler ces dettes (dans leur tota­li­té, ou en par­tie, ou réduire le taux d’intérêt à zéro). Il existe heu­reu­se­ment des alter­na­tives plus radi­cales et plus élé­gantes aux stra­té­gies redis­tri­bu­trices conven­tion­nelles. Les deux plus pro­met­teuses : « la mon­naie hon­nête » et la mon­naie fondante.

Ces deux alter­na­tives impliquent un chan­ge­ment fon­da­men­tal dans le pro­ces­sus de créa­tion moné­taire. La mon­naie hon­nête se réfère à la mon­naie direc­te­ment créée sans dette par le gou­ver­ne­ment, qui peut être direc­te­ment don­née aux débi­teurs pour le rem­bour­se­ment de la dette ou uti­li­sée pour rache­ter des dettes aux créan­ciers, puis les annu­ler. Les mon­naies fon­dantes (que je décris plus en détail dans « Sacred Eco­no­mics ») impliquent des frais de liqui­di­té sur les réserves ban­caires, taxant essen­tiel­le­ment la richesse à sa source. Cela per­met des prêts à taux zéro, cela réduit la concen­tra­tion de la richesse, et cela per­met à un sys­tème finan­cier de fonc­tion­ner même en l’absence de croissance.

Les pro­po­si­tions radi­cales comme celles-ci ont en com­mun de recon­naître que l’argent, comme la pro­prié­té et la dette, est une construc­tion socio­po­li­tique. C’est un accord social dont la média­tion se fait à l’aide de sym­boles : des chiffres sur des bouts de papier, des bits dans des ordi­na­teurs. Ce n’est pas une carac­té­ris­tique immuable de la réa­li­té à laquelle nous ne pou­vons que nous adap­ter. Les accords que nous appe­lons argent et dette peuvent être chan­gés. Cela requiert cepen­dant un mou­ve­ment de contes­ta­tion de l’immutabilité du sys­tème actuel et l’exploration d’alternatives.

Charles Eisen­stein


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
4 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

La guerre et la construction de l’État en tant que crime organisé (par Charles Tilly)

Tandis qu'une intervention militaro-policière est en cours à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, qui a débuté aux alentours de 3h du matin ce lundi 9 avril 2018, il nous semble opportun de republier cette très bonne analyse du sociologue états-unien Charles Tilly, qui nous rappelle que l'État est une forme d'organisation sociale (ou antisociale, c'est selon) née de la violence et de la guerre, et qui utilise la violence et la guerre pour continuer à s'imposer — ce qui est tout aussi vrai des premières formes d'État que des États soi-disant "démocratiques" actuels. [...]
Lire

Planète des humains ou Comment le capitalisme a absorbé l’écologie (par Michael Moore, Jeff Gibbs, Ozzie Zehner)

Nous vous proposons une version sous-titrée en français du film documentaire Planet of the Humans (« Planète des humains »), dont Michael Moore est le producteur exécutif, Ozzie Zehner un coproducteur, et Jeff Gibs un autre coproducteur, et le réalisateur. Un documentaire qui expose des réalités très rarement discutées concernant les soi-disant « énergies vertes », « propres » ou « renouvelables », mais des réalités que les lecteurs de notre site connaissent déjà, très certainement, étant donné que nous avons publié de nombreux articles sur le sujet. [...]
Lire

Remettre l’État à sa place (par James C. Scott)

Toute étude, telle que celle-ci, portant sur la formation de l’État, risque, par définition, de lui attribuer une importance surestimée qu’il n’aurait pas eu dans une description mieux équilibrée des affaires humaines. J’aimerais éviter cet écueil. Les faits, tels que j’en suis venu à les comprendre, nous enseignent qu’une histoire impartiale de notre espèce devrait accorder à l’État un rôle bien plus modeste que ce qu’il est d’usage de lui accorder. [...]