Human (Yann Arthus-Bertrand)

Dans son der­nier docu­men­taire Human, Yann Arthus-Ber­trand est par­ti à la ren­contre d’hommes et de femmes au cœur de crises poli­tiques, de conflits d’im­mi­gra­tion ou de ten­sions éco­lo­giques. « On a tous dans notre vie des gens que l’on a ren­con­trés et qui nous ont fait avan­cer, nous ont ren­du meilleur, qui nous ont ren­du un peu moins cons », confie en pla­teau le photographe.

2 000 interviews dans 75 pays

Pour arri­ver à ce film, 2 000 inter­views ont été faites à tra­vers le monde « pour essayer d’a­voir l’es­sence de ce qui est impor­tant », explique Yann Arthus-Ber­trand. Avec ses équipes, il s’est ren­du dans 75 pays, et « on a posé 40 ques­tions, les mêmes ques­tions à tout le monde, sur le sens de la vie, ce que l’on vou­drait chan­ger, la croyance en Dieu, la peur de la mort… », détaille-t-il.

Tous les témoins, ano­nymes ou célèbres, ont été fil­mé sur fond noir. Un film de trois heures qui aborde des thèmes dou­lou­reux comme l’ho­mo­pho­bie, la dou­leur de l’exil ou encore la guerre.

Ci-après, le film, en ver­sion longue, en trois volumes :

VOLUME 1

VOLUME 2

VOLUME 3

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
3 comments
  1. Des images magni­fiques et cer­tains témoi­gnages, c’est vrai sont bou­le­ver­sants. C’est le pro­lon­ge­ment de votre pro­jet 6 mil­liards d’Autres (vu au Grand Palais). Un pro­jet très ambi­tieux. Cepen­dant, nous nous sommes fait la reflexion avec mes col­locs : aucune pré­ci­sion écrite des lieux fil­més (pays, régions), c’est vrai­ment dom­mage. Pour vous c’est peut être faci­le­ment recon­nais­sable, mais pas pour une majo­ri­té de per­sonnes (même si je suis prof d’His­toire Géo). Pour ma part, je trouve que c’est par­fois trop contem­pla­tif et pas assez « ana­ly­tique »,… Ce qui m’a déran­ger un peu c’est le « sur­émo­tion­nel », peut être sou­hai­té… Dom­mage car le témoi­gnage de ces Hommes n’a­vaient pas besoin que l’on en rajoute. A part ça, votre beau pro­jet néan­moins arrive au bon moment, dans une phase de tran­si­tion où l’on a besoin de se recen­trer sur l’essentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Si vous allez à San Francisco, vous y verrez des seringues et de la merde (par Nicolas Casaux)

La ville de San Francisco est régulièrement promue dans les médias de masse comme un modèle de gestion écologique des déchets pour son taux de recyclage de 80%. En France, le film documentaire Demain, réalisé par Mélanie Laurent et Cyril Dion, a beaucoup participé à la diffusion de cette idée. Partout où il passe, Cyril Dion brandit le cas de San Francisco comme une preuve de ce qu’il est possible de rendre une ville écolo-durable (« L’exemple le plus impressionnant, que nous présentons dans le film, est celui de la ville de San Francisco qui recycle 80 % de ses déchets »). Si seulement. [...]