¡Gracias Bolivia ! — Une contribution qui mérite d’être lue

Tra­duc­tion de la contri­bu­tion de l’E­tat Plu­ri­na­tio­nal de Boli­vie, dépo­sée, le 12 Octobre 2015, sur le site de la UNFCCC en vue de la COP21.


Extrait de la contribution bolivarienne pour la COP21

« […] La cause struc­tu­relle qui a déclen­ché la crise cli­ma­tique est l’é­chec du  sys­tème capi­ta­liste. Le sys­tème capi­ta­liste favo­rise le consu­mé­risme, le bel­li­cisme et le mer­can­ti­lisme, pro­vo­quant la des­truc­tion de la Terre Mère et de l’hu­ma­ni­té. Le sys­tème capi­ta­liste est un sys­tème mor­ti­fère. Il mène l’hu­ma­ni­té vers un hori­zon de des­truc­tion qui condamne la nature et la vie elle-même. Pour résoudre struc­tu­rel­le­ment la crise cli­ma­tique nous devons détruire le capitalisme.

sachawasi-compressor

Le sys­tème capi­ta­liste cherche le pro­fit sans limites, ren­for­çant le divorce entre les humains et la nature ; il éta­blit une domi­na­tion des humains sur la nature et entre les êtres humains eux-même, trans­forme : l’eau, la terre, l’en­vi­ron­ne­ment, le génome humain, les cultures ances­trales, la bio­di­ver­si­té, la jus­tice et l’é­thique en pro­duits. Le sys­tème éco­no­mique capi­ta­liste pri­va­tise le bien com­mun, mer­can­ti­lise la vie, exploite les êtres humains, pille les res­sources natu­relles et détruit les richesses maté­rielles et spi­ri­tuelles des peuples. […]

La Boli­vie voit le « Buen Vivir » comme l’ho­ri­zon civi­li­sa­tion­nel et cultu­rel alter­na­tif au capi­ta­lisme, liée à une vision glo­bale et com­plète prio­ri­sant le déve­lop­pe­ment glo­bal en har­mo­nie avec la nature, et comme solu­tion struc­tu­relle à la crise cli­ma­tique mon­diale. Le « Buen Vivir » s’ex­prime dans la com­plé­men­ta­ri­té des droits des peuples à vivre à l’a­bri de la pau­vre­té et de la pleine réa­li­sa­tion des droits éco­no­miques, sociaux et cultu­rels mais aus­si des droits de la Terre Mère, qui intègre la com­mu­nau­té indi­vi­sible de tout les sys­tème de vie et d’êtres vivants, indis­so­ciables, inter­dé­pen­dants et com­plé­men­taires qui par­tagent un des­tin commun. […] »

Contribution de la Bolivie (Spain)
http://www4.unfccc.int/submissions/INDC/Published%20Documents/Bolivia/1/ESTADO%20PLURINACIONAL%20DE%20BOLIVIA1.pdf
Contribution de la Bolivie (US)
http://www4.unfccc.int/submissions/INDC/Published%20Documents/Bolivia/1/INDC-Bolivia-english.pdf

Traduction Kxxx
Relecture OlgaO & Nikooo

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
  1. Mer­ci la Boli­vie pour l’a­na­lyse, mais pas de révo­lu­tion pré­ma­tu­rée pour la réa­li­sa­tion de l’ob­jec­tif ! « Un pas en avant, deux pas en arrière »…

  2. Mer­ci à la Boli­vie, aux amé­rin­diens et à toutes celles et ceux qui, avec le « buen vivir », redonnent l’es­poir d’un monde habi­table. Je ne rêve pas de « grand soir », et encore moins d’une conver­sion mon­diale à la « terre mère » mal­gré mon admi­ra­tion pour les amé­rin­diens. La revue les z’in­di­gnés (dis­po­nible en par­tie sur http://www.les-indignes-revue.fr) en parle très bien. Il nous reste à écrire de « nou­veaux jours heureux »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Lettres aux jeunes de vingt ans

Bien des personnes ont trouvé le chemin pour monter haut, très haut dans l’échelle sociale, mais qui demeureront toujours insatiables. Je vous le dis, ce n’est pas la vie que je souhaite pour vous, car vivre ainsi c’est vivre dans la dépendance. Ne soyez pas pessimistes ; bien d’autres ont réussi leur vie sociale, tout en trouvant, dans le même temps, ce qu’ils appellent une raison de vivre. Ils se dévouaient aux grandes causes de l’humanité. Ils ne disaient pas non à l'argent, au pouvoir; au contraire, ils en avaient besoin, comme tout le monde car la vie en société est organisée ainsi, mais ils en avaient besoin comme on a besoin d’un outil pour travailler. L’être humain doit rester maître de l’argent, et non le contraire. Réussir sa vie, c’est réussir à vivre comme un être humain. Au revoir, mes chers petits-enfants.
Lire

Quand 中国 s’empare d’un autre empire, Syngenta (par Fabrice Nicolino)

Pourquoi parler ce jour du 中国 ? Mais parce qu’une entreprise publique chinoise, China National Chemical Corporation – ChemChina – vient de racheter le géant suisse de la chimie, Syngenta, pour quasiment 40 milliards d’euros. ChemChina était déjà un géant mondial, pesant 70 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel. Cette transaction en fait de très, très loin, le groupe le plus puissant de la chimie mondiale. Notamment dans le domaine des pesticides.