La Turquie pourrait couper les filières de ravitaillement de l’État islamique. Pourquoi ne le fait-elle pas ? (par David Graeber)

David Grae­ber (1961) est un anthro­po­logue et mili­tant anar­chiste US, théo­ri­cien de la pen­sée liber­taire nord-amé­ri­caine et figure de proue du mou­ve­ment Occu­py Wall Street.  » La pater­ni­té du slo­gan « Nous sommes les 99% » lui est par­fois attri­buée. Évin­cé de l’u­ni­ver­si­té de Yale en 2005, David Grae­ber, « l’un des intel­lec­tuels les plus influents du monde anglo-saxon » selon le New York Times, est aujourd’­hui pro­fes­seur à la Lon­don School of Eco­no­mics. Il est l’au­teur notam­ment de Debt : The First 5,000 Years (Dette : les 5 000 pre­mières années). (2011).

Source : http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/nov/18/turkey-cut-islamic-state-supply-lines-erdogan-isis

Date de paru­tion de l’ar­ticle ori­gi­nal : 18/11/2015


Les lea­ders occi­den­taux pour­raient détruire l’État isla­mique en exi­geant d’Erdoğan qu’il cesse ses attaques contre les forces kurdes en Syrie et en Tur­quie, et leur per­mettre de com­battre l’I­SIS sur le terrain.

Au len­de­main des atten­tats meur­triers de Paris, nous pou­vons attendre des chefs d’État occi­den­taux qu’ils fassent ce qu’ils font tou­jours en de telles cir­cons­tances : décla­rer une guerre totale et per­ma­nente à ceux qui les ont com­man­di­tés. Ils ne le sou­haitent pas vrai­ment. Ils ont les moyens d’é­ra­di­quer et de détruire l’État Isla­mique depuis plus d’un an déjà. Ils ont tout sim­ple­ment refu­sé de se ser­vir de ces moyens. De fait, alors que le monde enten­dait les diri­geants pro­cla­mer leur impla­cable réso­lu­tion lors du som­met du G20 à Anta­lya, ces mêmes diri­geants fri­cotent avec le pré­sident Turc, Recep Tayyip Erdoğan, un homme dont la poli­tique, les déci­sions éco­no­miques, et même le sou­tien mili­taire contri­buent ouver­te­ment à per­mettre à l’I­SIS de per­pé­trer les atro­ci­tés de Paris, sans men­tion­ner le flux inces­sant de leurs atro­ci­tés au Moyen-Orient même.

La ren­contre du G20 à Anta­lya le 15 novembre

Com­ment l’I­SIS pour­rait-il être éli­mi­né ? Dans la région, tout le monde le sait. Il suf­fi­rait de libé­rer les forces prin­ci­pa­le­ment kurdes de l’YPG (par­ti de l’Union Démo­cra­tique) en Syrie, et la gué­rilla du PKK (Par­ti des tra­vailleurs du Kur­dis­tan) en Irak et en Tur­quie. Celles-ci sont, actuel­le­ment, les prin­ci­pales forces com­bat­tant l’I­SIS sur le ter­rain. Elles se sont avé­rées extra­or­di­nai­re­ment effi­caces sur le plan mili­taire, et s’opposent en tout à l’idéologie réac­tion­naire de l’ISIS.

Mais au lieu de cela, les ter­ri­toires contrô­lés par l’YPG en Syrie se retrouvent pla­cés sous un embar­go total par la Tur­quie, et les forces du PKK subissent le bom­bar­de­ment inces­sant de l’a­via­tion turque. Non seule­ment Erdoğan a fait tout ce qui était en son pou­voir pour affai­blir les seules forces s’attaquant effec­ti­ve­ment à l’I­SIS ; mais en plus il y a de nom­breuses preuves qui per­mettent d’affirmer que son gou­ver­ne­ment aide, au moins taci­te­ment, l’État isla­mique lui-même.

Cela peut sem­bler outran­cier de sug­gé­rer qu’un membre de l’OTAN comme la Tur­quie sou­tien­drait de quelque façon que ce soit une orga­ni­sa­tion qui assas­sine de sang-froid des citoyens occi­den­taux. Un peu comme si un membre de l’OTAN sou­te­nait Al Qaï­da. Mais il y a des rai­sons de croire que le gou­ver­ne­ment d’Erdoğan sou­tient éga­le­ment la branche syrienne d’Al-Qaida (Jah­bat Al Nus­ra), ain­si qu’un cer­tain nombre de groupes rebelles par­ta­geant son idéo­lo­gie isla­miste conser­va­trice. L’institut pour l’étude des droits humains de l’université de Colum­bia a com­pi­lé une longue liste de preuves du sou­tien que la Tur­quie four­nit à l’I­SIS en Syrie.

Et puis, il y a les posi­tions offi­cielles d’Erdoğan. En août der­nier, l’YPG, revi­go­ré par ses vic­toires de Kobane et de Gire Spi, était sur le point de s’emparer de Jara­blus, la der­nière ville que contrô­lait l’I­SIS sur la fron­tière turque, que l’organisation ter­ro­riste uti­li­sait comme point de ravi­taille­ment, pour sa capi­tale Raq­qa, en armes, maté­riel, et recrues — les filières de ravi­taille­ment de l’ISIS passent direc­te­ment par la Turquie.

Des obser­va­teurs avaient pré­dit qu’aune fois Jara­blus reprise, Raq­qa tom­be­rait rapi­de­ment. Erdoğan a réagi en décla­rant que Jara­blus consti­tuait une « ligne rouge » ; si les Kurdes atta­quaient, ses forces inter­vien­draient mili­tai­re­ment — contre l’YPG. Jara­blus reste à ce jour aux mains des ter­ro­ristes, de fac­to sous pro­tec­tion mili­taire turque.

Com­ment Erdoğan a‑t-il réus­si à jus­ti­fier cela ? Prin­ci­pa­le­ment en décla­rant que ceux qui com­bat­taient l’I­SIS étaient des « ter­ro­ristes » eux-mêmes. Il est vrai que le PKK a par le pas­sé mené une gué­rilla par­fois sale contre la Tur­quie, dans les années 1990, ce qui l’a pla­cé sur la liste inter­na­tio­nale des orga­ni­sa­tions ter­ro­ristes. Cepen­dant, ces 10 der­nières années, il a com­plè­te­ment chan­gé de stra­té­gie, renon­cé au sépa­ra­tisme et adop­té une poli­tique stricte de ne jamais s’en prendre aux civils. Le PKK est à l’origine du sau­ve­tage de mil­liers de civils yézi­dis, mena­cés de géno­cide par l’I­SIS en 2014, et son orga­ni­sa­tion jumelle, l’YPG, de la pro­tec­tion de com­mu­nau­tés chré­tiennes en Syrie aus­si. Leur stra­té­gie vise à pour­suivre le dia­logue de paix avec le gou­ver­ne­ment, tout en encou­ra­geant l’autonomie démo­cra­tique locale dans les zones kurdes sous l’égide du HDP, au départ un par­ti poli­tique natio­na­liste, qui s’est réin­ven­té comme voix de la gauche démo­cra­tique panturque.

Sou­tien basque aux com­bat­tant-e‑s kurdes

Ils se sont avé­rés extra­or­di­nai­re­ment effi­caces sur le plan mili­taire, et en adop­tant les prin­cipes d’une démo­cra­tie de base et des droits des femmes, s’opposent en tout point à l’idéologie réac­tion­naire de l’ISIS. En juin der­nier, le suc­cès du HDP dans les urnes a empê­ché Erdoğan d’obtenir la majo­ri­té par­le­men­taire. La réponse d’Erdoğan fut ingé­nieuse. Il a appe­lé à de nou­velles élec­tions, décla­rant qu’il allait « entrer en guerre » contre ISIS, a effec­tué une seule attaque sym­bo­lique contre eux, puis a déployé la tota­li­té de ses forces armées contre les forces du PKK en Tur­quie et en Irak, tout en accu­sant le HDP de « sou­te­nir des ter­ro­ristes » pour leur asso­cia­tion avec eux.

S’ensuivit une san­glante série d’attentats à la bombe, en Tur­quie — dans les villes de Diyar­ba­kir, Suruc, et enfin, Anka­ra — des atten­tats attri­bués à ISIS mais qui, pour quelque mys­té­rieuse rai­son, ne sem­blaient cibler que des acti­vistes asso­ciés au HDP. Les vic­times ont signa­lé à de nom­breuses reprises que la police empê­chait les ambu­lances d’évacuer les bles­sés, ou s’attaquait même aux res­ca­pés à coups de gaz lacry­mo­gènes.

En consé­quence, le HDP a aban­don­né jusqu’à la tenue de ras­sem­ble­ments poli­tiques lors des semaines qui pré­cé­daient les nou­velles élec­tions de novembre par peur de meurtres en masse, et suf­fi­sam­ment d’électeurs du HDP ne ne sont pas allés voter pour assu­rer une majo­ri­té par­le­men­taire au par­ti d’Erdoğan.

La nature exacte de la rela­tion entre le gou­ver­ne­ment d’Erdoğan et l’I­SIS peut faire l’objet de débats ; mais nous pou­vons être cer­tains de plu­sieurs choses. Si la Tur­quie avait éta­bli contre les ter­ri­toires de l’ISIS le même genre de blo­cus qu’elle a mis en place sur les par­ties de la Syrie tenues par les Kurdes, ou fait preuve envers le PKK et l’YPG de la même « indif­fé­rence bien­veillante » dont elle a fait preuve envers l’I­SIS, ce « cali­fat » macu­lé de sang se serait depuis long­temps effon­dré — et les atten­tats de Paris auraient peut-être pu être évi­tés. Et si la Tur­quie fai­sait cela aujourd’hui, ISIS s’effondrerait pro­ba­ble­ment en quelques mois. Et pour­tant, a‑t-on vu un seul diri­geant occi­den­tal exi­ger cela d’Erdoğan ?

La pro­chaine fois que vous enten­drez un de ces poli­ti­ciens décla­rer qu’il est néces­saire de res­treindre les liber­tés civiles ou les droits des migrants en rai­son de la néces­si­té abso­lue d’une « guerre » contre le ter­ro­risme, pen­sez à tout cela. Leur réso­lu­tion est tout aus­si « abso­lue » qu’elle est poli­ti­que­ment confor­table. La Tur­quie, après tout, est un « allié stra­té­gique ». Donc, après leurs décla­ra­tions, ils sont sans doute allés par­ta­ger une tasse de thé ami­cale avec l’homme qui per­met à l’I­SIS de conti­nuer à exister.

Cette image illus­trant une cam­pagne de péti­tions deman­dant le retrait du PKK de la liste des orga­ni­sa­tions ter­ro­ristes a été cen­su­rée par Facebook

David Grae­ber


Tra­duit par  Nico­las Casaux
Edi­té par  Faus­to Giu­dice Фаусто Джудиче 

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

« L’important, c’est l’argent et la machine » : bribes de Conversations avec Kafka

Nous vivons une époque de mal. Cela se manifeste d’abord par le fait que rien ne porte plus son nom exact. On emploie le mot “internationalisme” et l’on entend par là l’humanité comme valeur morale, alors que l’internationalisme désigne seulement une pratique essentiellement géographique. On déplace les notions dans tous les sens, comme des coquilles de noix vides. Ainsi par exemple on parle de patrie, aujourd’hui, à un moment où les racines de l’homme sont depuis longtemps arrachées du sol. [...]