Une entente secrète entre des groupes environnementaux et des compagnies pétrolières marque la fin d’une époque.

Dru Oja Jay est le co-fon­da­teur de http://www.mediacoop.ca/, co-auteur de http://www.pavedwithgoodintentions.ca/ et de http://www.offsettingresistance.ca/.


“Pour les éco­lo­gistes tra­di­tion­nels, c’était un peu comme décou­vrir que Amnes­ty Inter­na­tio­nal avait ouvert sa propre aile dans la pri­son de Guan­ta­na­mo”. Voi­là com­ment Nao­mi Klein décrit la déci­sion de Nature Conser­van­cy de per­mettre des forages pétro­liers sur des terres que l’organisme pro­tège en fonc­tion de l’habitat d’un oiseau mena­cé, en 1999.

Comme les choses ont changé !

Depuis lors, les pri­sons estam­pillées Amnes­ty Inter­na­tio­nal — ou tout au moins leurs équi­va­lents envi­ron­ne­men­taux — sont deve­nus de rigueur par­mi les ONG bien finan­cées. Cette ten­dance a atteint une sorte de point de bas­cu­le­ment la semaine der­nière, lorsque le Finan­cial Post a révé­lé que quatre groupes envi­ron­ne­men­taux cana­diens émi­nents ont tenu des négo­cia­tions secrètes avec des com­pa­gnies pétro­lières pen­dant des mois, et qu’ils auraient accep­té, selon le rap­port, de ces­ser leurs cam­pagnes contre cer­tains pro­jets de pipe­lines de sables bitu­mi­neux en échange des mesures cli­ma­tiques tièdes pro­po­sées fin novembre par le gou­ver­ne­ment néo-démo­crate de l’Alberta. Le pro­blème : les mesures du NPD per­mettent une aug­men­ta­tion de 40% dans l’extraction des sables bitu­mi­neux, et bafouent le consen­sus scien­ti­fique à pro­pos des mesures néces­saires pour évi­ter un désastre cli­ma­tique.

Depuis 1999, le Cana­da a vu deux grands accords entre des cor­po­ra­tions et les groupes écologistes.

L’Accord de Great Bear Rain­fo­rest (GBR) avait com­men­cé comme une énorme bataille entre les éco­lo­gistes et les Pre­mières nations d’un côté, et les entre­prises d’exploitation fores­tière sur l’autre. L’accord lui-même est arri­vé quand les bailleurs de fonds ont cou­pé les vivres aux prin­ci­paux groupes envi­ron­ne­men­taux, qui se sont alors joint aux négo­cia­tions secrètes avec les com­pa­gnies fores­tières. Le résul­tat fut une capi­tu­la­tion monu­men­tale aux com­pa­gnies fores­tières pré­sen­tée au public comme une vic­toire. Le fait que ces grands groupes verts ont chan­gé de camp a réduit les chances, déjà impro­bables, de voir une résis­tance effi­cace à l’exploitation fores­tière conti­nuer, à nulles. Car affron­ter Weye­rhaeu­ser est une chose ; affron­ter Weye­rhaeu­ser et Green­peace, le Sier­ra Club et Fores­tE­thics est tout autre.

En 2009, Mac­do­nald Stains­by et moi-même avons écrit un rap­port sur l’affaire GBR, inti­tu­lé « Off­set­ting Resis­tance », dans lequel nous avions émis un aver­tis­se­ment : “le plan émer­geant de cam­pagne contre les sables bitu­mi­neux suit dans les traces de l’accord du « Great Bear Rain­fo­rest », en incluant plu­sieurs des mêmes joueurs et tac­tiques”.

Peut-être à leur cré­dit, les éco­lo­gistes n’ont pas pas­sé beau­coup de temps à s’entre-déchirer publi­que­ment au sujet de l’accord GBR.

Mais en 2010, de grandes diver­gences poli­tiques et stra­té­giques ont été mises en évi­dence, lorsqu’un cer­tain nombre de groupes cana­diens a signé (l’Entente sur la forêt boréale cana­dienne), qui a notam­ment exclu les Pre­mières nations. Cette fois-ci, la nou­velle a sus­ci­té bien plus de réactions.

La jour­na­liste Dawn Paley a ame­né ces voix à l’avant plan, dans une série de rap­ports per­cu­tants.

« Je pense que la CBFA a cau­sé une grande frac­ture, non seule­ment dans le sec­teur des ONGE, mais aus­si chez les Pre­mières Nations », dit à l’époque Clay­ton Tho­mas-Mul­ler, qui mili­tait alors contre les sables bitu­mi­neux avec le Indi­ge­nous Envi­ron­men­tal Network.

Des sug­ges­tions d’un éven­tuel accord au sujet des sables bitu­mi­neux fai­saient déjà sur­face en 2010. Alors qu’il était clair qu’il y avait peu d’appétit pour un accord avec les com­pa­gnies pétro­lières de part et d’autre de la table, la pres­sion des bailleurs de fonds a per­mit à l’i­dée de res­ter vivante.

En 2013, Paley a publié un nou­veau rap­port, avec un même aver­tis­se­ment : que les groupes envi­ron­ne­men­taux se pré­pa­raient à un accord simi­laire rela­tif aux sables bitu­mi­neux. Tze­po­rah Ber­man — qui était un des prin­ci­paux archi­tectes des ententes de la GBR et de la CBFA — a répon­du dans un poste publique Face­book, écri­vant « Je suis tel­le­ment fati­gué de ces attaques, qui n’ont aucun fon­de­ment dans les faits ».

L’édition 2015 — ver­sion sables bitu­mi­neux — de l’accord secret a fina­le­ment été dévoi­lé. Selon le Finan­cial Post :

En plus de [direc­teur géné­ral de Envi­ron­men­tal Defense, Tim] Gray, les lea­ders envi­ron­ne­men­taux qui ont par­ti­ci­pé aux dis­cus­sions étaient Karen Mahon, direc­teur de Forest Ethics Cana­da ; Ed Whit­tin­gham, direc­teur exé­cu­tif de l’Institut Pem­bi­na ; et Ste­ven Guil­beault, direc­teur et fon­da­teur d’Équiterre.

Contrai­re­ment aux accords pré­cé­dents, aucun des groupes impli­qués ne sem­blaient vou­loir voir leur par­ti­ci­pa­tion deve­nir affaire publique. Plus d’une semaine s’est écou­lée et rien ne laisse sug­gé­rer que quel­conque par­mi eux ai déci­dé de ces­ser ses acti­vi­tés anti-pipeline.

Fores­tE­thics, qui se posi­tionne désor­mais en figure de proue dans les mani­fes­ta­tions contre le pipe­line de Kin­der Mor­gan, et ceci après avoir prê­té peu d’attention au dos­sier pen­dant des années, a même envoyé des cour­riels pour deman­der des dons après l’épreuve de force à Bur­na­by Mountain.

Tze­po­rah Ber­man, qui est le prin­ci­pal repré­sen­tant des bailleurs de fonds amé­ri­cains dans la lutte contre les sables bitu­mi­neux, ne fait aucune men­tion des conces­sions dans un article d’opinion du 1er décembre, dans lequel elle louange le gou­ver­ne­ment alber­tain pour son lea­der­ship. Mais elle y a lais­sé pla­ner un cer­tain doute, quant à l’opposition de cer­tains groupes à un ou plu­sieurs pipelines :

« Nous avons créé un espace poli­tique pour per­mettre au gou­ver­ne­ment de faire la bonne chose. Est-ce à dire qu’ils veulent tou­jours d’un pipe­line ? Pro­ba­ble­ment. Mais il est cer­tain qu’ils n’en ont pas besoin de quatre, maintenant. »

Main­te­nant que le chat est sor­ti du sac, Ber­man et les quatre orga­ni­sa­tions envi­ron­ne­men­tales devront faire face à des ques­tions dif­fi­ciles de leurs membres. Fores­tE­thics va-t-il user de sa posi­tion pour per­mettre à Kin­der Mor­gan de pro­cé­der, tout en blo­quant le Nor­thern Gate­way ? Équi­terre regar­de­ra-t-elle ailleurs alors que pas­se­ront les pro­jets de la ligne 9 ou Ener­gy est ? Envi­ron­men­tal Defense aban­don­ne­ra-t-elle son tra­vail contre la ligne 9 en Ontario ?

Mais sur­tout : ces groupes ont-ils accep­té (comme cer­tains l’ont fait dans les accords secrets pré­cé­dents) de ten­ter de convaincre d’autres acteurs de l’environnement d’arrêter leurs oppo­si­tion aux pipelines ?

Avec l’entente sur la forêt boréale, par exemple, les par­te­naires envi­ron­ne­men­taux avaient accep­té d’aider les entre­prises fores­tières à com­mer­cia­li­ser leurs pro­duits comme étant res­pec­tueux de l’environnement. Cela a créé une situa­tion où les com­mu­nau­tés qui s’opposaient à l’exploitation fores­tière sur leurs terres devaient désor­mais affron­ter­non-seule­ment des géants mul­ti­na­tio­naux comme Weye­rhau­ser, mais aus­si les orga­ni­sa­tions envi­ron­ne­men­tales. Ça a éga­le­ment mon­té les Pre­mières nations les unes contre les autres.

Dans le cas des sables bitu­mi­neux, le public est trop bien infor­mé pour croire aux pré­ten­tions exa­gé­rées selon les­quelles la forêt a été « sau­vée ». La rhé­to­rique, cette fois, est beau­coup plus torturée.

Ce qui est dif­fé­rent à pro­pos de cet accord secret est le nombre de groupes qui vont tra­vailler direc­te­ment en contra­dic­tion avec l’accord secret. Cer­tains ont été directs à pro­pos de leur rejet de la détente. “Le seul moment où nous allons arrê­ter notre lutte contre les pipe­lines c’est une fois que les pipe­lines seront arrê­tés”, a décla­ré Came­ron Fen­ton, mili­tant pour 350.org, au Finan­cial Post.

Il est trop tôt pour décla­rer la mort des efforts de col­la­bo­ra­tion for­cée par les bailleurs de fonds, mais il est aus­si trop tôt pour en décla­rer le déclin. Les mili­tants pour la jus­tice cli­ma­tique ont long­temps reje­té le para­digme d’une grande cam­pagne mon­tée dans le but de “faire un deal” sur un hori­zon de cinq ans, pour per­mettre aux bailleurs de fonds de pas­ser à d’autres choses. Cet accord pour­rait gal­va­ni­ser cette conviction.

Alors que cer­taines fon­da­tions très riches sont tou­jours dési­reuses de pous­ser des accords secrets, il ne s’agit pas d’une posi­tion una­nime et des fis­sures appa­raissent dans les rangs des bailleurs de fonds. Par hasard, Farhad Ebra­hi­mi, de la Fon­da­tion Cho­rus, a publié, un jour avant les nou­velles de l’accord secret, un long article enjoi­gnant les dona­teurs à four­nir un finan­ce­ment à long terme aux com­mu­nau­tés qui résistent aux pro­jets dan­ge­reux pour le cli­mat et qui font la pro­mo­tion de modes alter­na­tifs. Il leur a éga­le­ment deman­dé d’abandonner le contrôle qui conduit à des accords secrets :

« Une tran­si­tion véri­ta­ble­ment juste néces­si­te­ra un tra­vail à long terme, et le tra­vail à long terme néces­site des enga­ge­ments à long terme de la com­mu­nau­té phi­lan­thro­pique. Des enga­ge­ments de finan­ce­ment à long terme ne donnent pas seule­ment des outils de tra­vail aux orga­ni­sa­tions — ils les libèrent éga­le­ment du rituel annuel de la ré-appli­ca­tion. Dans une culture qui féti­chise sou­vent le « risque », je pro­pose que ceci est une façon impor­tante pour les bailleurs de fonds à prendre davan­tage de risques — en allouant plus de nos bud­gets à long terme — au nom des mou­ve­ments sociaux que nous cher­chons à soutenir. »

La volon­té des groupes envi­ron­ne­men­taux de pre­mier plan de se mettre secrè­te­ment en contra­dic­tion avec d’autres cam­pagnes — et avec un consen­sus scien­ti­fique — est moins cho­quante que cela était en 1999. Cela a cepen­dant plus de chances d’être jugé inac­cep­table par leurs dona­teurs et bénévoles.

Nous avons aver­ti d’une entente secrète au sujet des sables bitu­mi­neux en 2009, et beau­coup ont tra­vaillé dur pour l’arrêter dans les années depuis. En fin de compte, nous avons obte­nu un com­pro­mis insa­tis­fai­sant : l’affaire n’a pas été aus­si impor­tante que ce que nous avions pré­vue, mais elle s’est conclue quand même.

Le moment semble bon pour fer­mer les livres sur huit années de ce volet jour­na­lis­tique par­ti­cu­lier, por­tant sur la cri­tique des modes de finan­ce­ment des ONG. Il n’a pas été par­ti­cu­liè­re­ment amu­sant, mais il va pro­ba­ble­ment conti­nuer à être néces­saire. Je ter­mi­ne­rai par une der­nière pré­dic­tion cou­ra­geuse : le modèle d’accord secret se ter­mi­ne­ra avec un gémis­se­ment, et non avec éclat.

Les mou­ve­ments ont la trans­for­ma­tion comme objec­tif, et ils sont de moins en moins inté­res­sés par la décla­ra­tion de “vic­toires” pitoyables sui­vie d’un pas­sage à autre chose. Nous vou­lons tout : une pla­nète vivable, une dis­tri­bu­tion équi­table des richesses dura­ble­ment pro­duites, une déco­lo­ni­sa­tion des modes de contrôle des terres, et des orga­ni­sa­tions démo­cra­tiques qui reflè­te­ront ces objec­tifs. Lais­ser inex­ploi­tés l’essentiel des sables bitu­mi­neux qui nous res­tent en arrê­tant tous les pipe­lines pro­po­sés, c’est la pre­mière étape nécessaire.

Dru Oja Jay


Tra­duc­tion : Nata Porows­ka, Iles de la Madeleine.


Une note de Frank­lin Lopez à pro­pos de cet (excellent article):

Quelques petites remarques : Nao­mi Klein est citée en ouver­ture, alors qu’elle par­ti­cipe elle-même, en tant que membre du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de 350.org, à l’ON­Gi­sa­tion du mou­ve­ment éco­lo­gique, qu’elle cri­tique à tra­vers sa propre cita­tion, le type d’ON­Gi­sa­tion que cri­tiquent éga­le­ment Dru et Mac­do­nald. C’est aus­si iro­nique parce que Tze­po­rah Ber­man était une des contri­bu­trices du « Leap Mani­fes­to » de Nao­mi Klein, que Forest Ethics avait d’ailleurs aus­si signé. La ques­tion est donc de savoir si Klein, 350 et les autres mili­tants vont se dis­tan­cer de Tze­po­rah et de Forest Ethics une fois que tout ceci sera divul­gé ? Une autre remarque, il parle pas du fait que Came­ron Fen­ton, qui est cité dans cet article, est aus­si membre du comi­té de direc­tion, ain­si que Tze­po­rah Ber­man, du réseau « Tar Sands Solu­tions » (Le réseau des solu­tions aux sables bitumineux).

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La science, facteur majeur de la catastrophe sociale et écologique en cours (par Nicolas Casaux)

[...] La science, sur laquelle repose la quasi-totalité de la civilisation industrielle — son infrastructure, sa technologie, etc. —, doit rester l’autorité absolue. Les « antisciences » sont raillés, moqués, dénigrés — et tous mis dans le même panier ; et peu importe qu’il en existe de différentes sortes, et que la plupart de ceux qui sont mis en avant ne critiquent en réalité pas la science du tout (à l’instar des fans de Didier Raoult, ou des « climatosceptiques » à la Claude Allègre, qui se contentent juste de nier certains résultats scientifiques au profit d’autres études ou propositions qui se veulent tout-à-fait scientifiques). Critiquer la science, douter de son autorité ou de son bien-fondé, « cela ne se fait pas : la Science est politiquement neutre, même lorsque quelqu’un la laisse par mégarde tomber sur Hiroshima[1] », ironisait amèrement le mathématicien français Roger Godement. [...]
Lire

Moins d’humains ou plus d’humanité ? (par Yves-Marie Abraham)

Dans cette perspective, le salut de l’espèce humaine ne passe donc pas par une réduction du nombre d’humains sur Terre mais plutôt par l’avènement de sociétés réellement humaines. C’est avant tout d’un surcroît d’humanité dont nous avons besoin. Pour ce faire, il faut commencer par abattre le capitalisme, ce qui réclame du courage bien sûr, mais aussi beaucoup de précautions. [...]