La nation Wampis met en place le premier gouvernement indigène autonome du Pérou

Article ini­tia­le­ment publié (en anglais) sur le site d’in­for­ma­tion indi­gène Inter­con­ti­nen­tal Cry, le 4 décembre 2015.


Pour la plu­part des péru­viens, c’é­tait un dimanche comme un autre ; mais dans la com­mu­nau­té Wam­pis de Sole­dad, c’é­tait un jour his­to­rique. Le 29 novembre, la nation Wam­pis a décla­ré la créa­tion du pre­mier gou­ver­ne­ment indi­gène auto­nome du Pérou.

Sur une sur­face d’1.3 mil­lions d’hec­tare — une région de la taille de l’é­tat du Connec­ti­cut — le gou­ver­ne­ment nou­vel­le­ment élu ras­semble 100 com­mu­nau­tés Wam­pis, repré­sen­tant envi­ron 10 613 per­sonnes qui conti­nuent de vivre une vie de sub­sis­tance tra­di­tion­nelle basée sur la chasse, la pêche et l’horticulture.

Bien que ce gou­ver­ne­ment nou­vel­le­ment for­mé ne cherche pas à obte­nir l’in­dé­pen­dance vis-à-vis du Pérou, son prin­ci­pal rôle est de pro­té­ger le ter­ri­toire Wam­pis ances­trale et de faire la pro­mo­tion d’un mode de vie qui pri­vi­lé­gie le bien-être, la sécu­ri­té ali­men­taire et l’exis­tence en har­mo­nie avec le monde naturel.

Dans le monde d’au­jourd’­hui, ça n’est pas une mince affaire ; mais c’en est une néces­saire, comme Andres Nonin­go Sesen, Wai­ma­ku (Visio­naire Wam­pis), l’ex­plique dans un e‑mail récem­ment envoyé à « the New Inter­na­tio­na­list ». En rai­son de la pro­gres­sion des com­pa­gnies minières et pétro­lières, de la défo­res­ta­tion illé­gale et des plan­ta­tions de pal­miers à huile, les Wam­pis voient leur sub­sis­tance de plus en plus menacée.

Nous serons tou­jours des citoyens péru­viens, mais nous aurons notre propre gou­ver­ne­ment, res­pon­sable pour notre propre ter­ri­toire. Cela nous per­met­tra de défendre nos forêts contre les menaces de défo­res­ta­tion, d’ex­trac­tion, de forage pétro­lier et gazier, et de grands bar­rages. Ces menaces sont de plus en plus impor­tantes au fil des ans.

Cette uni­té nous offri­ra la force poli­tique dont nous avons besoin pour expli­quer notre vision au monde, aux gou­ver­ne­ments et aux com­pa­gnies qui ne voient que l’or et le pétrole de nos rivières et de nos forêts. Pour eux, nous ne sommes trop sou­vent qu’un petit insecte qu’ils veulent écra­ser. Toute acti­vi­té pla­ni­fiée sur notre ter­ri­toire, et ris­quant donc de nous affec­ter, devra être déci­dée par notre propre gou­ver­ne­ment, qui repré­sente toutes nos communautés.

Le nou­veau gou­ver­ne­ment est com­po­sé d’un pré­sident, d’un vice-pré­sident et d’un par­le­ment de 80 membres, élus par chaque com­mu­nau­té Wam­pis à tra­vers leurs propres assem­blées locales. Au final, il y aura 102 membres. La base de la gou­ver­nance c’est ce sta­tut de gou­ver­ne­ment de ter­ri­toire auto­nome de la nation Wam­pis, résul­tat d’un long pro­ces­sus, sur plu­sieurs années, avec plus de 50 ren­contres com­mu­nau­taires, 15 assem­blées géné­rales, pour déve­lop­per et débattre des sta­tuts qui éta­blissent leur vision du futur, dans tous les domaines, y com­pris la reli­gion, la spi­ri­tua­li­té, l’é­du­ca­tion, le lan­gage, et la redé­cou­verte des noms ances­traux des lieux.

Les sta­tuts mettent l’ac­cent spé­cia­le­ment sur les droits des femmes, en déclarant :

La nation Wam­pis œuvre­ra afin de par­ve­nir à la véri­table éga­li­té des genres. Le gou­ver­ne­ment tra­vaille­ra à tous les niveaux pour faire la pro­mo­tion d’une cam­pagne visant à mettre fin à la vio­lence contre les femmes Wam­pis… le res­pect des femmes et l’u­ni­té l’emporte sur les pra­tiques cultu­relles, en par­ti­cu­lier la poly­ga­mie, qui a pris place dans d’autres contextes his­to­riques et qui aujourd’­hui peut entrai­ner des conflits sociaux… Le gou­ver­ne­ment Wam­pis pri­vi­lé­gie­ra l’ac­cès au troi­sième niveau d’é­du­ca­tion pour les femmes, dans diverses uni­ver­si­tés du pays.

Les sta­tuts sou­lignent éga­le­ment les obli­ga­tions de l’é­tat péru­vien de res­pec­ter les droits et l’au­to­no­mie des peuples et nations indi­gènes. Par­mi d’autres prin­cipes, les sta­tuts requièrent que toute acti­vi­té pou­vant affec­ter le ter­ri­toire Wam­pis doit d’a­bord obte­nir le consen­te­ment préa­lable libre et éclai­ré de la nation Wam­pis. En par­ti­cu­lier, cela signi­fie que le gou­ver­ne­ment du Pérou ne peut faire de conces­sions per­met­tant aux com­pa­gnies minières ou pétro­lières d’en­trer en ter­ri­toire Wam­pis sans consul­ta­tion préalable.

Actuel­le­ment, les Wam­pis sont en train de s’op­po­ser à une telle conces­sion, qui a été accor­dée à, entre autres, Afro­di­ta S.A. pour des acti­vi­tés d’ex­trac­tion auri­fère dans une zone bina­tio­nale pro­té­gée le long de la fron­tière avec l’E­qua­teur. Depuis 2001, Afro­di­ta main­tient une pré­sence dans cette par­tie de l’A­ma­zo­nie Péru­vienne, et en 2010 a vu sa license sus­pen­due dans la région de la Cor­dillère du Condor, en rai­son de la résis­tance indi­gène sou­te­nue des com­mu­nau­tés vivant le long des fleuves Cen­pea et Mara­no. Ces deux fleuves ont souf­fert de pol­lu­tions graves au mer­cure et au cya­nure, en rai­son des acti­vi­tés minières de la région.

Ceci, selon le Pamuk (pre­mier pré­sident) nou­vel­le­ment élu, Wrays Pérez Rami­rez, sera le plus grand défi pour le gou­ver­ne­ment du ter­ri­toire auto­nome de la nation Wam­pis. Le nou­veau pré­sident a expli­qué à Inter­con­ti­nen­tal Cry, au téléphone :

Nous savons que cela va être dif­fi­cile de faire en sorte que le gou­ver­ne­ment natio­nal nous sou­tienne et recon­naisse notre ter­ri­toire. Cela va sem­bler inac­cep­table pour le gou­ver­ne­ment d’a­voir à nous consul­ter pour les acti­vi­tés qui pour­raient affec­ter notre ter­ri­toire. Nous savons que cela va être un tra­vail dif­fi­cile, mais nous sommes pré­pa­rés. Nous ne res­te­rons pas silen­cieux, sur­tout lorsque nous savons que nous sommes sou­te­nus par la légis­la­tion natio­nale et inter­na­tio­nale en ce qui concerne notre droit à l’au­to-déter­mi­na­tion, et au consen­te­ment préa­lable, libre et éclai­ré. Cela va être dif­fi­cile, mais pas impossible.

« L’é­lec­tion n’a pas eu lieu sans que le gou­ver­ne­ment soit au cou­rant », ajoute-t-il. « Les gou­ver­neurs des pro­vinces d’A­ma­zo­nas et de Lore­to ont été invi­té au som­met, ain­si que le ministre de l’en­vi­ron­ne­ment, de l’éner­gie et de l’ex­trac­tion minières, et que le ministre de la culture, mais ils ne sont pas venus. Au niveau local, nous avons le sou­tien de, et tra­vaillons étroi­te­ment avec, entre autres, les maires de Rio San­tia­go et de Moro­na qui sont en accord avec notre déci­sion ».

Cette déci­sion his­to­rique de la nation Wam­pis sera une source d’ins­pi­ra­tion pour les nations indi­gènes à tra­vers l’A­mé­rique Latine. En tant que modèle de déve­lop­pe­ment sou­te­nable et de pré­ser­va­tion de cer­taines des der­nières forêts res­tantes, cela devrait éga­le­ment ins­pi­rer les diri­geants mon­diaux lors de leurs ren­contres au som­met pour le cli­mat de la COP21 à Paris, cette semaine.

« Tan­dis que le gou­ver­ne­ment péru­vien et d’autres gou­ver­ne­ments sont à Paris en train de dis­cu­ter de la pro­tec­tion des forêts tro­pi­cales et des réduc­tions de conta­mi­na­tions, nous pre­nons des mesures concrètes sur notre ter­ri­toire pour contri­buer à tout cela », explique le Pamuk nou­vel­le­ment élu.


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

A la racine des luttes sociales et écologiques : la lutte contre la civilisation (par Mike Sliwa)

La civilisation est rarement remise en cause lorsqu’on discute de justice sociale. Il y en a bien quelques-uns qui font la connexion entre justice et civilisation, mais ils sont peu, et restent vagues. Lorsque j’ai commencé à connecter la civilisation à la justice sociale, j’ai complètement perdu certaines personnes. Cela peut être lié au fait que je n’ai pas présenté de documentation assez claire ou assez bonne, mais au fil des ans, je me suis mis à penser qu’il y avait plus que ça. J’ai commencé à remettre en question nos arrangements de vie, et, pour certains, ça n’est pas négociable.
Lire

Emmanuel Macron et le « peuple de bâtisseurs » (par Nicolas Casaux)

Dans son allocution du mardi 16 avril, Emmanuel Macron a vanté la grandeur de « notre » nation, en faisant référence à « un peuple » et « son histoire millénaire », au cours de laquelle « nous avons bâti des villes, des ports, des églises ». Bien évidemment, il passait sous silence ce que l’historien Howard Zinn rappelle dès l’introduction de son livre Une histoire populaire des États-Unis De 1492 à nos jours : [...]