Farces et Attrapes de la COP21 & Le savoureux mystère des chiffres truqués (par Fabrice Nicolino)

Farces et Attrapes de la COP21

Hol­lande, à peine ren­tré de Chine, jure qu’il a convain­cu Pékin de lut­ter contre le dérè­gle­ment cli­ma­tique. Mais il oublie oppor­tu­né­ment de par­ler des expor­ta­tions, du char­bon, des objec­tifs bidon de la Confé­rence de Paris et d’un cer­tain Mau­rice Strong. Les bouf­fons du cli­mat sont de sortie.

Pour com­prendre la délec­table COP21 de décembre, tout oublier du bruit, et regar­der de près trois ques­tions vrai­ment majeures. La pre­mière concerne ce pauvre gar­çon – notre pré­sident Fran­çois Hol­lande – à peine ren­tré d’une visite offi­cielle en Chine. La ver­sion des com­mu­ni­cants est que Hol­lande-les-petits-bras a convain­cu un Empire de faire un geste pour le climat.

Rava­lons un rire ner­veux, et pas­sons aux choses sérieuses (1). Si la Chine fait tel­le­ment peur aux gou­ver­ne­ments du Nord, ce n’est pas parce qu’elle est deve­nue le plus grand émet­teur de gaz à effet de serre de la pla­nète. Non, ce qui les angoisse, c’est la baisse de sa crois­sance, qui ne devrait pas atteindre 7 % cette année, contre 10 % les années fastes.

Cette simple annonce a plon­gé la Bourse et ses amis au pou­voir dans la déprime, car qui peut ache­ter nos tur­bines, nos cen­trales nucléaires et nos avions ? Au tout pre­mier rang, la Chine. Il faut que son éco­no­mie croisse de manière démen­tielle pour que nos usines à détruire le monde tournent à plein régime. Est-ce bien com­pa­tible avec une vraie lutte contre lé dérè­gle­ment cli­ma­tique ? Ben non, ballot.

Non, car la Chine ne se contente pas d’importer : elle vend aus­si au monde entier, et bien­tôt des bagnoles made in Chi­na, sans quoi elle ne pour­rait pas ache­ter. Les échanges com­mer­ciaux entre la Chine et la France sont une cata, avec un défi­cit annuel qui dépasse les 25 mil­liards d’euros. On vend 15, on achète 40. Mais on conti­nue, comme on conti­nue­ra encore et tou­jours auprès des pays dits émer­gents, car nos grands hommes ne voient pas d’autre issue que de four­guer le plus vite et le plus cher possible.

Com­ment fait la Chine, les petits amis ? Eh bien, elle s’appuie mas­si­ve­ment sur le char­bon de ses entrailles pour conti­nuer sa course folle : elle consomme à elle seule autant de char­bon que le reste du monde. Quelque chose comme 3,5 mil­liards de tonnes l’an. Et une cen­trale au char­bon y ouvre tous les dix jours. Au plan mon­dial, la ten­dance est sans appel : demain au plus tard – dans deux ans, dans trois ? -, le char­bon sera l’énergie la plus uti­li­sée, devant le pétrole. Or qui l’ignore ? Le char­bon émet 1,3 plus de C02 que le pétrole et 1,7 que le gaz. Ses émis­sions de gaz à effet de serre repré­sentent 44 % de toutes celles pro­ve­nant de l’énergie, contre 35 % pour le pétrole.

Hol­lande est donc venu deman­der un coup de main aux Chi­nois tout en les sup­pliant de ne rien en faire. Ce qu’on appelle une situa­tion de double contrainte, qui n’est guère éloi­gnée de la schi­zo­phré­nie. Les Chi­nois, qui connaissent la chan­son, rédui­ront d’autant moins leurs émis­sions qu’ils redoutent plus que tout une révolte mas­sive de la socié­té, pour le moment comme muse­lée par les télés plas­ma, les six péri­phé­riques de Pékin et les 20 000 chan­tiers per­ma­nents de Shan­ghai. Comme il faut pro­duire de plus en plus mas­si­ve­ment, il faut de plus en plus de char­bon. Et comme on crame de plus en plus de char­bon, on aggrave chaque jour un peu plus la crise cli­ma­tique. Ajou­tons pour les sourds et les mal­en­ten­dants que le com­merce mon­dial est le grand moteur à explo­sion de la crise cli­ma­tique. En ver­tu de quoi l’Europe et les États-Unis négo­cient le trai­té trans­at­lan­tique (Taf­ta) qui vise à mul­ti­plier la pro­duc­tion et les échanges.

La deuxième ques­tion concerne le grand bluff de la COP21, qui mise tout sur la limi­ta­tion du réchauf­fe­ment à deux degrés en moyenne annuelle. En des­sous, ça irait encore. D’où vient ce chif­frage ? Pas très loin du trou du cul d’un négo­cia­teur ano­nyme (2). Ne repo­sant sur aucune base scien­ti­fique, il a été savam­ment mis en scène par des poli­tiques, de manière à défendre des enga­ge­ments « réa­listes ». D’autant plus baroque que des effets non-linéaires sont atten­dus dès 1,5 degré d’augmentation. Non-linéaires, c’est-à-dire non pro­por­tion­nels, et même non pré­vi­sibles. Un embal­le­ment géné­ral devient pos­sible. Pour­quoi une telle imbé­cil­li­té ? Parce qu’il faut pro­duire (voir plus haut).

La troi­sième ques­tion oubliée fait pen­ser à la célèbre Lettre volée, cette gran­diose nou­velle de Poe. Les rous­sins – la police – cherchent pen­dant des semaines un docu­ment qui se trouve néces­sai­re­ment dans un appar­te­ment, sans le trou­ver. Par­di ! Il est sur une table, bien en évi­dence. Muta­tis mutan­dis, tout est à dis­po­si­tion à pro­pos du sys­tème onu­sien de « lutte » contre le dérè­gle­ment cli­ma­tique. Ceux qui veulent savoir le peuvent. Qui a orga­ni­sé le tout pre­mier des Som­mets de la Terre, celui de Stock­holm en 1972 ? Mau­rice Strong.

Qui a créé puis diri­gé le Pro­gramme des nations unies pour l’environnement (Pnue) ? Mau­rice Strong. Qui a orga­ni­sé le Som­met de la Terre de Rio, édi­tion 1992 ? Mau­rice Strong ? Qui est deve­nu sous-secré­taire géné­ral de l’ONU ? Mau­rice Strong. Qui a ouvert ès qua­li­té la pre­mière confé­rence mon­diale sur le cli­mat, celle de Kyo­to, en 1997 ? Mau­rice Strong (www.mauricestrong.net/index.php/kyoto-conference-introduction).

Mais qui est-il donc ? Sans détour, un homme des trans­na­tio­nales. Et quelles ! Strong, né en 1929 au Cana­da, a diri­gé ou pré­si­dé un nombre impres­sion­nant d’entreprises dégueu­lasses, sou­vent fon­dées sur l’exploitation d’énergies fos­siles comme Dome Petro­leum, Cal­tex (groupe Che­vron), Nor­cen Resources, Petro­Ca­na­da. Quel­que­fois dans le même temps qu’il par­lait pour le compte de l’ONU ! On a confié les clés à quelqu’un qui avait un inté­rêt direct à ne pas limi­ter les émis­sions de gaz !

Et ce n’est pas tout. Bras droit de Strong pour Rio-1992 ? Ste­phan Schmid­hei­ny, ancien patron de la socié­té Éter­nit, spé­cia­liste de l’amiante. Le tri­bu­nal de Turin (Ita­lie) l’a condam­né à 18 ans de pri­son ferme en 2013 pour sa res­pon­sa­bi­li­té écra­sante dans la mort de 3000 pro­los ita­liens (3).

Et chez nous ? Brice Lalonde, nom­mé Ambas­sa­deur en charge des négo­cia­tions cli­ma­tiques par Sar­ko­zy en 2007, a été cadre très supé­rieur de l’ultralibérale OCDE. Jadis éco­lo « de gauche », il est deve­nu par­ti­san des gaz de schiste, consi­dé­rables émet­teurs de gaz à effet de serre. Comme de juste, il est deve­nu l’organisateur en chef du deuxième Som­met de la Terre de Rio, en 2012.

Reste le cas gro­tesque de Lau­rence Tubia­na. Nom­mée par Hol­lande repré­sen­tante de la France pour la COP21, cette sym­pa­thique tech­no de choc a sur­tout créé et long­temps diri­gé un monstre, l’Institut du déve­lop­pe­ment durable et des rela­tions inter­na­tio­nales (Iddri). Par­mi les membres fon­da­teurs, on trouve la très grande indus­trie, dont les célèbres amis du cli­mat et des abeilles, Bayer et BASF.

En résu­mé express, les trans­na­tio­nales tiennent la « négo­cia­tion » en cours : on parie que la COP21 pré­pare déjà un triom­phal com­mu­ni­qué de clôture ?


 

(1) La Chine vient d’admettre qu’elle avait gros­siè­re­ment men­ti sur sa consom­ma­tion de char­bon. Il fau­drait ajou­ter aux chiffres offi­ciels la baga­telle de 600 mil­lions de tonnes par an.

(2) Sté­phane Fou­cart, in Le Monde, 5 juin 2015

(3) Juge­ment cas­sé pour cause de prescription


 

Le savoureux mystère des chiffres truqués

De plus en plus goû­teux : voi­là qu’on apprend que la France oublie de décla­rer 50 % de ses émis­sions de gaz à effet de serre. Et qu’elle se pré­tend du même coup ver­tueuse. La COP 21 de décembre com­mence et fini­ra dans le men­songe tous azimuts.

Suite d’il y a 15 jours (Farces et Attrapes de la COP21). En résu­mé, la confé­rence cli­ma­tique de décembre est une fou­taise. Et voi­là qu’on découvre l’étonnant tra­vail du Com­mis­sa­riat géné­ral au déve­lop­pe­ment durable (CGDD), un machin d’État entre les mains d’ingénieurs des Ponts, des Mines ou du Génie rural. Sous le titre « Les émis­sions cachées » (1), les auteurs ridi­cu­lisent, tor­pillent et coulent toute la poli­tique fran­çaise en matière de dérè­gle­ment climatique.

Chaque État est cen­sé livrer un inven­taire annuel de ses émis­sions de gaz à effet de serre, des­ti­né à la Conven­tion-Cadre des Nations unies sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques (CCNUCC). La France comme le Mala­wi, la Syrie comme l’Irak, Le Japon comme le Luxem­bourg. Telle est la base de toutes les dis­cus­sions sur le sujet. Au cours des 20 COP qui ont pré­cé­dé celle de la fin du mois, les maqui­gnons du cli­mat ont dis­cu­taillé en pro­met­tant telle ou telle réduc­tion sur le mon­tant de leurs additions.

Or, écrit le CGDD avec des mots choi­sis, la France bidonne dans les grandes lar­geurs. Le chiffre remis à l’ONU pour l’année ana­ly­sée – 2012 – est de 460 mil­lions de tonnes d’équivalent C02 (le gaz car­bo­nique). Et c’est génial, car tous les poli­ti­ciens en poste depuis dix ans – Kos­cius­ko-Mori­zet, Bor­loo, Batho, Mar­tin, Royal – ont pu répé­ter en boucle que la poli­tique fran­çaise, exem­plaire, avait per­mis une baisse régu­lière sur une ving­taine d’années. Envi­ron 15 % en moins sur la période 1990/2012.

Le mal­heur est que notre cher pays est un gros arna­queur, car il oublie oppor­tu­né­ment les « émis­sions cachées » qui, elles, ne cessent d’augmenter. Pour­quoi ? Parce qu’elles repré­sentent les émis­sions de gaz à effet de serre impor­tées en même temps que les jolis pro­duits bario­lés venus des colo­nies et autres plai­santes contrées. Quand tu achètes un t‑shirt fabri­qué en Inde, ami lec­teur, ou un ordi­na­teur assem­blé en Chine, tu achètes aus­si, même si c’est invi­sible, les gaz que leur pro­duc­tion a fata­le­ment émis là-bas. Ben oui, tout a un prix écologique.

Et comme la France se dés­in­dus­tria­lise depuis 35 ans et qu’elle ne s’emmerde plus à fabri­quer de jou­joux, de lin­ge­rie, de télé­phones por­tables, de meubles ou de médi­ca­ments, elle importe de plus en plus mas­si­ve­ment. Entre 1990 et 2012, les émis­sions de gaz made in France ont donc bais­sé – coco­ri­co ! –, mais celles liées à nos impor­ta­tions ont elles aug­men­té de 54 %. Au total, il fau­drait ajou­ter aux 460 mil­lions de tonnes décla­rées la baga­telle de 211 mil­lions de tonnes impor­tées, soit 671 mil­lions de tonnes au total. Tout bien consi­dé­ré, les émis­sions de gaz à effet de serre de la France ont aug­men­té et conti­nuent d’augmenter. Mais cela, aucun jour­na­liste en cour, aucun jour­nal télé­vi­sé ne le dira, lais­sant le champ libre au bon gros men­songe gouvernemental.

Résu­mons : la France accueille une vaste foire cli­ma­tique au cours de laquelle elle jure­ra ses grands dieux que ses nobles efforts ont fini par payer. Mais ce sera inté­gra­le­ment faux, car rien n’ayant été ten­té pour limi­ter le com­merce mon­dial de choses inutiles, la situa­tion s’aggrave. Et que dire en ce cas des autres pays, tout aus­si tru­queurs, sinon plus ? Le bel exemple nous vient de Chine, où les auto­ri­tés tota­li­taires en place viennent pour quelque obs­cure rai­son de révi­ser par la dyna­mite leurs propres sta­tis­tiques. En 2013, sans que per­sonne ne s’en soit appa­rem­ment ren­du compte, l’Empire bureau­cra­tique a cra­mé 600 mil­lions de tonnes de char­bon de plus qu’annoncé. Soit un mil­liard de tonnes de CO2, qu’il fau­drait aus­si­tôt rajou­ter au bilan mon­dial si l’on était sérieux. Mais ain­si qu’on sait, ces gens sont de redou­tables bouffons.

Dans ces condi­tions ridi­cules, faut-il par­ti­ci­per, fût-ce loin, à l’immense pan­to­mime qui com­mence le 30 novembre au Bour­get ? Faut-il accep­ter d’animer les sem­pi­ter­nels ate­liers alter­na­tifs et alter­mon­dia­listes qui fleu­ri­ront en marge de la COP21 ? On pré­fé­re­ra envoyer se faire foutre les braves orga­ni­sa­teurs et leurs amis des médias. À la bonne franquette.

Fabrice Nico­li­no


(1) www.developpement-durable.gouv.fr/L‑empreinte-carbone-les-emissions.html

Sources :

Farces et attrapes de la COP21

Le savou­reux mys­tère des chiffres truqués

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Notre futur de chasseurs-cueilleurs : changement climatique, agriculture et décivilisation (par John Gowdy)

Les modèles climatiques indiquent que la Terre pourrait se réchauffer de 3 à 4 °C d'ici à 2100 et même de 8 °C ou plus à terme. Cela ramènerait la planète aux conditions climatiques instables du Pléistocène, lorsque l'agriculture était impossible. Des politiques pourraient être adoptées visant à rendre l’écroulement de la civilisation industrielle moins dévastateur et à améliorer les perspectives des chasseurs-cueilleurs du futur. [...]
Lire

Comment les barrages détruisent le monde naturel (et non, le Costa Rica n’est pas un paradis écologique)

En ces temps de désinformation organisée, revenons sur une des nombreuses illusions vertes qu'on nous présente comme une "solution" qui nous permettrait de continuer à bénéficier du confort industriel tout en ne détruisant plus la nature ou (et c'est surtout ce qui est mis avant) en ne déréglant plus son climat. Intéressons nous au cas des barrages et de l’hydroélectricité. [...]
Lire

L’Islande est un désastre écologique, contrairement à ce qu’affirme Arte (par Nicolas Casaux)

« Les îles du futur : Islande, un paradis vert à la croisée des chemins ». C’est le titre d’un documentaire réalisé par Daniel Münter, sorti en 2015 et régulièrement diffusé par la chaîne Arte, qui s’inscrit dans la longue série des documentaires visant à promouvoir le mythe d’une société industrielle écologique. Ma critique sera brève. Il s’agit d’un mensonge grotesque. [...]