Argentine : Cristina Kirchner laisse derrière elle un projet contesté, les barrages de Patagonie

Tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié (en anglais) sur le site du Guar­dian le 1er décembre 2015.


Alors que la pré­si­dence de Cris­ti­na Fernán­dez de Kirch­ner en Argen­tine touche à sa fin, le pro­jet le plus grand et pro­ba­ble­ment plus contro­ver­sé qu’elle laisse en héri­tage vient d’en­trer dans sa phase de réa­li­sa­tion, au fin fond de la Patagonie.

Le gla­cier du Per­ito More­no en Pata­go­nie. Pho­to Jona­than Watts pour le Guardian

Ici, par­mi les trou­peaux de gua­na­cos sau­vages, les nids de condors et quelques nan­dous, une équipe d’in­gé­nieurs finan­cés par la Chine com­men­ce­ra bien­tôt à dyna­mi­ter les flancs de col­lines et à déver­ser des mil­lions de tonnes de béton pour construire deux bar­rages hydro­élec­triques géants qui sub­mer­ge­ront une région de la taille de Bue­nos Aires.

Les struc­tures mas­sives — qui s’é­ten­dront sur 3 kilo­mètres à l’en­droit le plus large — trans­for­me­ront l’É­tat de San­ta Cruz, appor­tant des emplois, de l’argent et le déve­lop­pe­ment au bas­tion du kirch­né­risme — mais pro­voquent aus­si des inquié­tudes quant à l’in­fluence crois­sante de la Chine et aux effets [envi­ron­ne­men­taux] sur une région connue pour ses eaux cris­tal­lines et ses gla­ciers spectaculaires.

Bien que l’é­tude d’im­pact envi­ron­ne­men­tal pour ce pro­jet de 5,7 mil­liards de dol­lars doive encore être annon­cée et approu­vée, les tra­vaux pré­pa­ra­toires sont déjà bien enta­més à côté de la val­lée de la rivière San­ta Cruz, autre­fois explo­rée par Charles Darwin.

Des dou­zaines de camions-bennes chi­nois immenses et de foreuses sont actuel­le­ment entre­po­sés au milieu de la vaste plaine. Des puits et des tun­nels sont creu­sés dans les flancs, près du site prin­ci­pal. Et un camp de base — avec des can­tines, des salles de jeux, et des dor­toirs mobiles qui sentent encore la pein­ture — a été mis en place dans cette zone semi-désertique.

Un ingé­nieur chi­nois au tra­vail sur le chan­tier. Pho­to Jona­than Watts pour le Guardian

Les condi­tions sont dures. En hiver, les tem­pé­ra­tures des­cendent sous les ‑20°C et le sol est sou­vent recou­vert de neige.

« Le prin­ci­pal défi c’est de s’a­dap­ter à la Pata­go­nie — en rai­son du froid, de l’hi­ver et des dis­tances impli­quées », explique Nes­tor Aya­la, le chef de chan­tier. « S’il vous manque une seule vis, vous devez faire 300 km pour trou­ver la pre­mière quin­caille­rie ».

Quelques cen­taines de tra­vailleurs vivent déjà sur le site, mais d’i­ci un an, Aya­la s’at­tend à ce que cette com­mu­nau­té tem­po­raire se trans­forme en petite ville de plus de 5 000 personnes.

Cris­ti­na — comme on appelle la pré­si­dente là-bas — quit­te­ra ses fonc­tions le 10 décembre, mais le nom Kirch­ner, sa célé­bri­té et sa noto­rié­té, vivront encore à tra­vers le bar­rage et ses consé­quences sociales, poli­tiques et environnementales.

Dans la droite ligne de son idéal péro­niste, c’est un pro­jet ambi­tieux d’en­ver­gure natio­nale et créa­teur d’emploi. Avec une capa­ci­té d’1,7 giga­watts, la cen­trale hydro­élec­trique sera la plus impor­tante d’Ar­gen­tine (il y a des bar­rages encore plus grands, mais ils sont sur des fron­tières et sont donc par­ta­gés avec des voi­sins). Fernán­dez  l’a décrit comme « le plus impor­tant pro­jet hydro­élec­trique » de l’his­toire du pays.

Mais c’est aus­si un pro­jet pro­fon­dé­ment dynas­tique. L’un des deux bar­rages por­te­ra le nom du mari défunt et pré­dé­ces­seur de la pré­si­dente, Nés­tor Kirch­ner. La région qui béné­fi­cie­ra le plus du flot d’argent, d’hy­dro­élec­tri­ci­té et d’emplois est le bas­tion des Kirch­ner, l’É­tat de San­ta Cruz. La pré­si­dente a une mai­son dans la ville la plus proche, El Cala­fate, et pos­sède plu­sieurs hôtels locaux. Sa belle-sœur Ali­cia vient d’être élue gou­ver­neur de l’É­tat et son fils Máxi­mo s’est assu­ré ici un siège au Congrès (par­le­ment).

« Les gens à San­ta Cruz sont contents que Cris­ti­na place cet endroit au centre du débat poli­tique, après qu’il a été consi­dé­ré comme le bout du monde pen­dant des décen­nies », explique le jour­na­liste local Ernes­to Castillo.

Mais le sou­tien est loin d’être uni­ver­sel. Les cri­tiques disent que le pro­jet est construit à la va-vite à la fin des fonc­tions de la pré­si­dente et en dépit de ses impli­ca­tions géos­tra­té­giques et envi­ron­ne­men­tales immenses.

Les banques chi­noises four­nissent le finan­ce­ment : le groupe chi­nois Gez­hou­ba construi­ra le bar­rage avec un par­te­naire argen­tin Elec­troin­ge­nie­ria, et le gère­ra pen­dant 20 ans. Après cela, les bar­rages seront trans­fé­rés au gou­ver­ne­ment de la province.

C’est le plus impor­tant de plu­sieurs énormes accords d’in­ves­tis­se­ment conclus l’an der­nier lors d’un som­met entre Fernán­dez  et le pré­sident Chi­nois, Xi Jin­ping. D’autres pro­jets incluent deux voies ver­rées et une base de loca­li­sa­tion par satel­lite contro­ver­sée en Pata­go­nie, qui offri­ra à l’ar­mée chi­noise une sta­tion de sur­veillance spa­tiale en Argen­tine. Il y a aus­si un pro­jet chi­nois de construc­tion d’une cen­trale nucléaire, bien que le suc­ces­seur de centre-droit de Fernán­dez , Mau­ri­cio Macri, ait pro­mis de reve­nir sur cette décision.

Des liens ren­for­cés avec la Chine servent à res­ter dans la droite ligne de la stra­té­gie péro­niste de jouer les super­puis­sances l’une contre l’autre, et d’une ten­dance régio­nale récente qui a vu plu­sieurs gou­ver­ne­ments d’A­mé­rique latine, dont le Bré­sil, le Vene­zue­la, l’É­qua­teur et la Boli­vie, ren­for­cer leurs liens avec Beijing.

Carte du Guardian

Dans le cas du pro­jet de bar­rage, cela a fait naitre une inquié­tude proche de la xéno­pho­bie. Dans un écho du « péril jaune » du pas­sé, cer­tains, dans la Pata­go­nie fai­ble­ment peu­plée, craignent une arri­vée de colons chinois.

Ces inquié­tudes sont infon­dées. Seuls 150 ingé­nieurs chi­nois tra­vaille­ront sur le pro­jet, moins de 4% de l’en­semble de la main d’œuvre.

Le débat plus signi­fi­ca­tif concerne la ques­tion de savoir si l’Ar­gen­tine n’a pas été pure­ment et sim­ple­ment bradée.

Ariel Sli­pak, un éco­no­miste de l’U­ni­ver­si­té natio­nale de More­no à Bue­nos Aires, dit que la pré­si­dente est cou­pable d’a­voir pen­sé à court-terme dans les accords conclus avec Xi, qui au bout du compte ne s’a­vè­re­ront pas meilleurs que les plus anciennes rela­tions dés­équi­li­brées  avec les USA et l’Eu­rope. Il pense que la Chine finance la cen­trale hydro­élec­trique pour parer aux pénu­ries éner­gé­tiques en Argen­tine, afin de pou­voir impor­ter plus de pétrole depuis cette der­nière. Les béné­fices, dit-il, seront pour les élites affai­riste des deux pays, tan­dis que les consé­quences seront res­sen­ties long­temps après le chan­ge­ment de président.

« L’hé­ri­tage de Cris­ti­na c’est de créer une nou­velle rela­tion de dépen­dance à la Chine », explique-t-il. « La Chine ne cherche pas de gains à court-termes ici. Ils font un mou­ve­ment géos­tra­té­gique pour s’as­su­rer l’ac­cès aux res­sources ».

En retour, l’Ar­gen­tine obtien­dra des inves­tis­se­ments et une nou­velle source d’élec­tri­ci­té — mais pas néces­sai­re­ment celle qui convient à ses besoins ou à sa géographie.

Les groupes envi­ron­ne­men­taux pensent qu’au lieu d’un bar­rage géant, il serait bien plus sen­sé de déve­lop­per des éner­gies alter­na­tives dans cette région célèbre pour ses  rafales de vent.

« San­ta Cruz pour­rait être le Koweït de l’éo­lien », dit Emi­lia­no Ezcur­ra de l’or­ga­ni­sa­tion envi­ron­ne­men­tale Ban­co de Bosques (Banque fores­tière). « Cris­ti­na aurait pu lais­ser un héri­tage de tech­no­lo­gie envi­ron­ne­men­tale d’a­vant-garde, au lieu de cela, elle laisse der­rière elle une hor­rible cica­trice sur notre terre magni­fique ».

L’in­quié­tude prin­ci­pale concerne l’im­pact poten­tiel sur la faune et le paysage.

San­tia­go Imber­ti, un mili­tant local pour la conser­va­tion des espèces, explique que le bar­rage inon­de­rait les sites de repro­duc­tions et d’hi­ber­na­tion de dizaines de mil­liers d’oi­seaux, y com­pris du grèbe mitré, gra­ve­ment mena­cé — une espèce autoch­tone, qui ne compte plus que 800 représentants.

Les groupes conser­va­tion­nistes ont lan­cé une contes­ta­tion judi­ciaire contre le pro­jet en octobre. Ils affirment qu’il a été lan­cé sans la néces­saire étude d’im­pact envi­ron­ne­men­tal, que cela viole la loi sur les parcs natio­naux, qui inter­dit le déve­lop­pe­ment dans les zones pro­té­gées ; et que cela va à l’en­contre de la loi de pro­tec­tion des gla­ciers, qui inter­dit toute acti­vi­té qui mena­ce­rait les gla­ciers du pays.

Les craintes se foca­lisent sur le gla­cier Per­ito More­no, un site du patri­moine mon­dial et l’une des prin­ci­pales attrac­tions tou­ris­tiques de l’Ar­gen­tine. À une heure de route d’El Cala­fate, la forêt bleue et verte de rochers gelés et tor­dus s’é­tend des mon­tagnes loin­taines jus­qu’aux eaux tur­quoises du lac Argen­ti­no. Tous les 2 à 12 ans, le gla­cier bloque le lac, jus­qu’à une rup­ture spec­ta­cu­laire, qui attire des hordes de touristes.

On s’in­quiète que les bar­rages pour­raient per­tur­ber ce cycle. Geral­do Bar­to­lo­mé, un ingé­nieur civil, a lan­cé une péti­tion en ligne qui affirme que la baisse et hausse inces­sante du niveau d’eau du réser­voir éro­de­rait le pont de glace. Après qu’il eut col­lec­té plus de 60 000 signa­tures, les concep­teurs du bar­rage ont recon­fi­gu­ré le pro­jet afin que le réser­voir ne soit pas connec­té au lac Argen­ti­no. Cela devrait pro­té­ger le gla­cier, mais Bar­to­lo­mé reste pré­oc­cu­pé par le fait que le pro­jet soit lan­cé sans consi­dé­ra­tion pour ses consé­quences probables.

« Aucune étude envi­ron­ne­men­tale sérieuse n’a été entre­prise », explique-t-il. « Je suis ingé­nieur. Je ne suis pas contre le pro­grès. Mais ils doivent prou­ver qu’ils n’af­fectent pas le gla­cier ».

Ceci est réfu­té par Elec­troin­ge­nie­ria. Mais non­obs­tant les impacts sur la glace, la contro­verse sur les bar­rages va faire rage long­temps après que Fernán­dez  aura quit­té le palais pré­si­den­tiel et sera retour­née à El Calafate.

Dans les années à venir, la Pata­go­nie va s’ou­vrir comme jamais aupa­ra­vant. Plus de colons vont arri­ver. Plus de loge­ments seront néces­saires. Les routes devront être amé­lio­rées. Une nou­velle ligne de trans­mis­sion élec­trique à haute ten­sion sera néces­saire pour connec­ter les cen­trales hydro­élec­triques à Bue­nos Aires, à plus de 3 000 km. Une fois tout cela en place, l’a­gri­cul­ture indus­trielle sera ren­due pos­sible, l’ex­trac­tion minière devien­dra moins coû­teuse, et des inves­tis­se­ments seront pro­bables, pour d’autres pro­jets de centrales.

Pour le meilleur ou pour le pire, le « bout du monde » ne sera plus jamais le même.

Jona­than Watts


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux 

Édi­tion & Révi­sion : Faus­to Giudice

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

La « civilisation », cette catastrophe (par Aric McBay / Thomas C. Patterson)

Le dénominateur commun, c'est le contrôle. La civilisation c'est la culture du contrôle. Une civilisation, c'est un petit groupe de gens contrôlant un large groupe via les institutions propres à cette civilisation. Si ces gens se trouvent au-delà des frontières de cette civilisation, alors ce contrôle prendra la forme d'armées et de missionnaires (des spécialistes religieux ou techniques). Si les gens à contrôler sont à l'intérieur des limites de la ville, de la civilisation, alors le contrôle pourra prendre la forme de militarisation domestique (la police, etc.). [...]
Lire

Quelques petits problèmes concernant le discours d’Aurélien Barrau (par Nicolas Casaux)

En à peine quelques semaines depuis que son appel a été diffusé sur le site du journal Le Monde, Aurélien Barrau est devenu la coqueluche de l’écologie grand public. S’il énonce des choses tout à fait justes, comme la nécessité pour l’humanité de cesser de s’étendre et même de laisser davantage d’espace aux autres espèces, et la nécessité de consommer moins, de décroître, de renoncer au principe de croissance, son discours pose problèmes pour plusieurs raisons. Retour sur un engouement tout à fait attendu. [...]
Lire

Le désastre de la civilisation et de la technologie (verte ou non) : l’exemple des Tokelau (par Nicolas Casaux)

Comment le « progrès », sous la forme, entre autres, du déploiement des énergies dites « renouvelables », ou « vertes », détruit les communautés humaines et le monde naturel / Pourquoi la société hautement technologique, verte et démocratique fantasmée par beaucoup n'existe pas