Le plastique est partout : aujourd’hui la planète entière est polluée (The Guardian, RTS, Les Echos, etc.)

Tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié (en anglais), le 24 jan­vier 2016, sur le site du Guar­dian. Com­plé­tée par d’autres sources (régu­liè­re­ment mise à jour).



Les humains ont pro­duit assez de plas­tique depuis la seconde Guerre Mon­diale pour recou­vrir toute la Terre de film ali­men­taire, c’est ce que révèle une étude inter­na­tio­nale. Cette apti­tude à recou­vrir la pla­nète de plas­tique est alar­mante, expliquent les scien­ti­fiques — en ce qu’elle confirme l’impact per­ni­cieux des acti­vi­tés humaines sur le monde.

La recherche, publiée dans la revue Anthro­po­cène, montre qu’aucun endroit sur Terre n’est exempt de ce fléau déchet plas­tique. La pol­lu­tion est par­tout, avec des restes de réser­voirs d’eau, de sacs de super­mar­ché, des mor­ceaux de poly­sty­rène, des CDs, des bouts de filtres de ciga­rettes, du nylon et autres plas­tiques. Par­fois sous la forme de grain micro­sco­pique, par­fois en mor­ceaux. L’impact est sou­vent gra­ve­ment néfaste.

« Les résul­tats furent une véri­table sur­prise », explique l’auteur prin­ci­pal de l’étude, le pro­fes­seur Jan Zala­sie­wicz, de l’université de Lei­ces­ter. « Nous savions que les humains pro­dui­saient des quan­ti­tés crois­santes de dif­fé­rentes sortes de plas­tique — de la Baké­lite jusqu’aux sacs en poly­éthy­lène en pas­sant par le PVC — depuis 70 ans, mais nous ne savions pas les dis­tances qu’il avait par­cou­ru sur la pla­nète. Il a non seule­ment flot­té à tra­vers les océans, mais s’est enfon­cé dans les par­ties les plus pro­fondes du plan­cher océa­nique. Ce n’est pas un signe de bonne san­té planétaire. »

Ce que cette étude sou­ligne, prin­ci­pa­le­ment, c’est que le fait de retrou­ver du plas­tique devrait être consi­dé­ré comme le mar­queur d’une nou­velle époque. Zala­sie­wicz est le pré­sident d’une groupe de géo­logues qui étu­dient si oui ou non les acti­vi­tés humaines ont pré­ci­pi­té la pla­nète dans une nou­velle époque géo­lo­gique, appe­lée l’Anthropocène, qui aurait mis fin à l’Holocène ayant com­men­cé il y a 12 000 ans environ.

La plu­part des membres du comi­té de Zala­sie­wicz pensent que l’Anthropocène a com­men­cé, et ont publié un docu­ment dans la revue Science de ce mois-ci, dans lequel ils affirment que plu­sieurs acti­vi­tés humaines pos­té­rieures à la guerre montrent que notre espèce altère la géo­lo­gie. En par­ti­cu­lier, les iso­topes radio­ac­tifs relâ­chés par les bombes ato­miques qui laissent un puis­sant signal dans le sol, ce qui signa­le­ra aux civi­li­sa­tions futures que quelque chose d’étrange se produisait.

De plus, la quan­ti­té crois­sante de dioxyde de car­bone dans les océans, la fabri­ca­tion mas­sive de béton et l’usage répan­du de l’aluminium furent mis en avant comme des fac­teurs indi­quant l’avènement de l’anthropocène. Des impacts envi­ron­ne­men­taux moindres, dont l’augmentation de l’usage du plas­tique, ont éga­le­ment été men­tion­nés au passage.

Zala­sie­wicz affirme cepen­dant que le simple sac plas­tique et le réci­pient d’eau en plas­tique jouent un rôle bien plus impor­tant dans le chan­ge­ment de la pla­nète que ce que l’on pen­sait. « Pen­sez au pois­son dans la mer », explique-t-il. « Une grande majo­ri­té ont aujourd’hui du plas­tique en eux. Ils le prennent pour de la nour­ri­ture et l’ingèrent, comme les oiseaux nour­rissent leurs petits avec du plas­tique. Une par­tie est alors reje­tée sous forme d’excréments et finie sur le plan­cher océa­nique. La pla­nète est len­te­ment recou­verte de plas­tique. » Au total, plus de 300 mil­lions de tonnes de plas­tique sont fabri­quées chaque année, explique l’étude, inti­tu­lée « le cycle géo­lo­gique du plas­tique et son usage en tant qu’indicateur stra­ti­gra­phique de l’anthropocène. »

« En 1950, nous n’en pro­dui­sions pas une seule. C’est une aug­men­ta­tion incroyable », ajoute Zala­sie­wicz. « Ce total annuel de 300 mil­lions de tonnes s’approche du poids total de l’ensemble de la popu­la­tion humaine de la pla­nète. Et ce chiffre ne va faire que croitre. La quan­ti­té totale de plas­tique pro­duite depuis la seconde Guerre Mon­diale approche les 5 mil­liards de tonnes, et attein­dra très pro­ba­ble­ment les 30 mil­liards d’ici la fin du siècle. L’impact sera colossal. »

Comme l’explique l’étude, on retrouve déjà du plas­tique sur le plan­cher océa­nique, sur les îles iso­lées, enfoui sous terre sur des sites d’enfouissement et dans la chaine ali­men­taire. Même les régions polaires, géné­ra­le­ment consi­dé­rées comme des zones intactes, sont affec­tées. En 2014, des cher­cheurs ont retrou­vé des quan­ti­tés « signi­fi­ca­tives » de gra­nules de plas­tique gelés dans la mer Arc­tique, ayant été appor­tés ici par l’Océan Pacifique.

Dans cer­tains cas, la vie sau­vage s’adapte à l’expansion du plas­tique. Par exemple, sur des îles comme Die­go Gar­cia, des bernard‑l’ermite prennent des bou­teilles en plas­tique comme mai­son. Cepen­dant, la plu­part du temps, les impacts sur la vie sau­vage sont néfastes. Les créa­tures, des oiseaux marins aux tor­tues, s’étranglent avec le plas­tique, se noient ou s’étouffent mor­tel­le­ment. « Le pro­blème, c’est que le plas­tique se dégrade très len­te­ment, nous allons donc devoir affron­ter ce pro­blème pen­dant long­temps », explique Zalasiewicz.


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

N.d.T. — 1 : Entre 5 mil­lions et 13 mil­lions de tonnes de plas­tique finissent chaque année dans les océans, où il est esti­mé qu’il y aura plus de plas­tique que de pois­sons d’i­ci 2050 (selon une étude de la Fon­da­tion Ellen MacAr­thur). Un autre article du Guar­dian nous apprend que dans le monde, chaque minute, 1 mil­lion de bou­teilles de plas­tique sont ache­tées, un chiffre qui ne va faire qu’aug­men­ter (de 20%, au moins, d’i­ci 2021). En 2020, il est ain­si esti­mé que plus de 500 mil­liards de bou­teilles seront ven­dues (en 2016, 480 mil­liards de bou­teilles ont été ven­dues). La pro­duc­tion glo­bale de plas­tique devrait dou­bler au cours des 20 pro­chaines années, et qua­dru­pler d’i­ci 2050.

En mai 2017, dans le Guar­dian on pou­vait lire qu’une équipe de scien­ti­fiques avait décou­vert que l’île inha­bi­tée d’Hen­der­son, qui fait par­tie des îles Pit­cairn, situées au beau milieu du Paci­fique, est recou­verte de 18 tonnes de déchets plas­tique (38 mil­lions de débris). Une preuve évi­dente de la pol­lu­tion catas­tro­phique du milieu marin.

En juin 2017, dans le Guar­dian, tou­jours, on appre­nait que les plages d’îles iso­lées de l’Arc­tique étaient encore plus pol­luées par les déchets plas­tique que les plages d’Europe.

N.d.T. — 2 : Dans un autre article du Guar­dian, publié le 19 juillet 2017, et inti­tu­lé « Plas­tic pol­lu­tion risks ‘near per­ma­nent conta­mi­na­tion of natu­ral envi­ron­ment’ » (La pol­lu­tion plas­tique risque de conta­mi­ner l’en­vi­ron­ne­ment natu­rel de manière qua­si-per­pé­tuelle), basé sur une nou­velle ana­lyse glo­bale, on apprend que la quan­ti­té totale de plas­tique pro­duite dans le monde depuis les années 1950 s’é­lève à 8,3 mil­liards de tonnes, et que ce chiffre attein­dra 34 mil­liards de tonnes vers 2050. On apprend éga­le­ment que seule­ment 9% de ce plas­tique est recy­clé, 12% est inci­né­ré, et 79% s’ac­cu­mule dans des décharges ou dans l’en­vi­ron­ne­ment (parce que les décharges ne sont pas dans l’en­vi­ron­ne­ment, n’est-ce pas).

***

N.d.T. — 3 : Plus récem­ment (le 27 décembre 2017), le site d’in­for­ma­tion suisse RTS a publié un article inti­tu­lé  « L’in­dus­trie pétro­chi­mique veut doper la pro­duc­tion mon­diale de plas­tique », dans lequel on apprend que :

« La pro­duc­tion mon­diale de plas­tique devrait encore aug­men­ter de 40% dans la décen­nie à venir. Ce « boom » annon­cé est dû aux groupes pétro­chi­miques, qui veulent inon­der le marché.

Cette évo­lu­tion poin­tée par des experts, est d’au­tant plus inquié­tante qu’au­jourd’­hui déjà, cer­tains jugent que le pol­lu­tion plas­tique est un pro­blème aus­si grave que le réchauf­fe­ment climatique.

Les groupes pétro­chi­miques, dont Exxon Mobil Che­mi­cal et Shell Che­mi­cal, ont injec­té ces der­nières années quelque 180 mil­liards de dol­lars pour créer de nou­velles infra­struc­tures ser­vant à la pro­duc­tion de pro­duits plas­tiques. Ain­si, depuis 2010, plus de 300 pro­jets de ce type ont été entrepris. »

Dans un autre article, inti­tu­lé « Plas­tique : Total met le tur­bo dans son usine coréenne », publié le 11 décembre 2017 sur le site du quo­ti­dien Les Echos, on apprend que :

« Le pétro­lier fran­çais et son par­te­naire Hanw­ha inves­tissent 300 mil­lions de dol­lars pour aug­men­ter la pro­duc­tion de poly­éthy­lène de leur usine géante en Corée du Sud.

Pour Total, le plas­tique a encore un bel ave­nir. La major fran­çaise et son par­te­naire coréen Hanw­ha ont annon­cé lun­di un inves­tis­se­ment de « plus de 300 mil­lions de dol­lars » (envi­ron 250 mil­lions d’eu­ros) à Dae­san, leur pla­te­forme géante de pétro­chi­mie et de raf­fi­nage située à 150 kilo­mètres de Séoul. La coen­tre­prise déte­nue à pari­té par la major fran­çaise et le conglo­mé­rat coréen pré­voit ain­si d’aug­men­ter de moi­tié sa capa­ci­té de pro­duc­tion de poly­éthy­lène, le com­po­sant de base du plas­tique, d’i­ci à la fin de 2019.

Les billes de plas­tique fabri­quées à Dae­san ali­mentent essen­tiel­le­ment les mar­chés chi­nois et coréen où elles sont trans­for­mées en toutes sortes de pro­duits, des sacs et des embal­lages aux réser­voirs pour car­bu­rant en pas­sant par les tuyaux ultra­ré­sis­tants trans­por­tant de l’eau ou du gaz. Total table sur une crois­sance de la demande de 3 % par an au cours des dix pro­chaines années pour l’en­semble des poly­mères, dont le poly­éthy­lène fait par­tie. La consom­ma­tion pro­gresse par­tout dans le monde mais elle est plus sou­te­nue en Asie. »

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
4 comments
  1. En lien avec votre article, plas­ti­cienne, j’ai des­si­né une série sur la pol­lu­tion des océans réa­li­sée à par­tir de pho­to­gra­phies de par­ti­cules de plas­tiques trou­vées sur des plages aux quatre coins du monde ! Plu­sieurs ONG inter­na­tio­nales de pro­tec­tion des océans ain­si que des scien­ti­fiques m’ont envoyé des pho­to­gra­phies de ces frag­ments de plas­tique. Pre­nez le temps de décou­vrir ces des­sins ⬇️
    https://1011-art.blogspot.com/p/ordre-du-monde.html
    Et dans la conti­nui­té, une série pour le Muséum de Gre­noble, « Anthro­po­cène » : https://1011-art.blogspot.com/p/planche-encyclopedie.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Le temps est compté : interview avec un eco-saboteur (partie 1)

En 1993 Michael Carter a été arrêté et condamné pour activisme écologique clandestin (underground). Depuis, il travaille dans le domaine autorisé (aboveground), luttant contre les ventes de bois d'oeuvre et les concessions pétrolières et gazières, protégeant les espèces menacées, et bien d'autres choses encore. Aujourd'hui, il est membre de Deep Green Resistance Colorado Plateau et l'auteur du récit Kingfisher's Song : Memories Against Civilization. (Le Chant du Martin-Pêcheur : Souvenirs Contre la Civilisation)
Lire

L’optimisme et l’apocalypse (par Sebastien Carew-Reid)

Il va sans dire que notre aversion innée pour la douleur sous toutes ses formes alimentera des efforts héroïques pour la minimiser. Mais afin d’éviter l’angoisse psychologique dans un monde où les réalités déplaisantes sont omniprésentes, nous passerons inévitablement une grande partie de notre temps à censurer énergiquement et à altérer les informations que nous rencontrerons.