350.org et les énergies « renouvelables » : le greenwashing de la colonisation (par Nicolas Casaux)

Il y a quelques jours, j’ai regar­dé une vidéo[1] d’une dis­cus­sion entre plu­sieurs jeunes figures de l’écologie rela­ti­ve­ment grand public, inti­tu­lée « Face à l’ef­fon­dre­ment, conti­nuer à se battre ? ». Par­mi les inter­ve­nants qui pre­naient part à cette dis­cus­sion, on retrou­vait Nico­las Hae­rin­ger, qui tra­vaille pour la branche fran­çaise de l’ONG inter­na­tio­nale 350.org.

Ain­si que le sug­gère le titre de la vidéo, leur dis­cus­sion tour­nait autour de l’effondrement à venir de la civi­li­sa­tion indus­trielle, sujet — rela­ti­ve­ment — popu­la­ri­sé par le livre Com­ment tout peut s’effondrer de Pablo Ser­vigne et Raphaël Stevens.

Dans cet ouvrage, les deux auteurs exposent en quoi la civi­li­sa­tion indus­trielle mon­dia­li­sée, loin d’être une aven­ture pleine d’avenir, est vouée à s’autodétruire à court terme, dans les pro­chaines décen­nies. Et ce, pour de mul­tiples rai­sons — pêle-mêle : la fini­tude des com­bus­tibles fos­siles, des mine­rais et des métaux et des mul­tiples res­sources actuel­le­ment sur­ex­ploi­tées par les nom­breuses indus­tries qui com­posent la socié­té indus­trielle, les consé­quences du réchauf­fe­ment cli­ma­tique lié aux émis­sions de gaz à effet de serre par l’industrie qui sur­ex­ploite les éner­gies fos­siles, les innom­brables pol­lu­tions et des­truc­tions des milieux natu­rels liées au déve­lop­pe­ment de la socié­té indus­trielle, les insta­bi­li­tés poli­tiques qui découlent et décou­le­ront des pro­blèmes pré­cé­dem­ment cités…

Le livre de Pablo Ser­vigne et Raphaël Ste­vens sti­pule que les éner­gies renou­ve­lables ne sont en rien une solu­tion, qu’elles reposent éga­le­ment sur un extrac­ti­visme insou­te­nable. On peut ajou­ter à cela le livre plus récent de Guillaume Pitron, La guerre des métaux rares, qui expose en quoi leur déve­lop­pe­ment pré­ci­pite de nom­breuses catas­trophes éco­lo­giques à tra­vers le globe (dont celles liées aux extrac­tions de terres rares en Chine), et en quoi toutes les hautes tech­no­lo­gies dépendent de catas­trophes éco­lo­giques pla­né­taires (extrac­tion du col­tan, du cobalt, etc., en Afrique et ailleurs). Et celui de Phi­lippe Bihouix, L’âge des low tech, qui expose éga­le­ment le mythe de la crois­sance verte et ses consé­quences éco­lo­gi­que­ment désas­treuses. Ces trois livres pro­posent une cri­tique par­tielle du mythe des éner­gies renou­ve­lables comme solu­tion aux pro­blèmes aux­quels la socié­té indus­trielle est confrontée.

Une éva­lua­tion plus com­plète pren­drait en compte le carac­tère anti­dé­mo­cra­tique des états modernes. Elle rap­pel­le­rait que toutes les hautes tech­no­lo­gies sont les pro­duits de ces socié­tés auto­ri­taires (ou de cette socié­té auto­ri­taire mon­dia­li­sée, puisque tous les États par­ti­cipent désor­mais d’un sys­tème éco­no­mique glo­bal). Qu’il en va ain­si des tech­no­lo­gies dites « renou­ve­lables » (qui font par­tie des hautes tech­no­lo­gies), qu’en plus de cela la pro­duc­tion d’électricité (toutes ori­gines confon­dues, soi-disant verte ou offi­ciel­le­ment pas verte du tout) ne sert qu’à ali­men­ter en éner­gie une socié­té dont tous les autres aspects sont éga­le­ment anti-éco­lo­giques : même si l’énergie verte était vrai­ment verte, son uti­li­sa­tion, elle, ne l’est jamais : rechar­ger un télé­phone por­table, regar­der la télé­vi­sion ou rou­ler dans une voi­ture grâce à une éner­gie hypo­thé­ti­que­ment verte n’a rien d’écologique ; quid de la fabri­ca­tion de la télé­vi­sion, de la voi­ture, des routes, etc. ?

Mais reve­nons-en à la dis­cus­sion pré­cé­dem­ment men­tion­née. Les dif­fé­rentes ana­lyses des par­ti­ci­pants pré­sen­taient plu­sieurs points com­muns. Tout d’abord, leur cri­tique sociale était très limi­tée. Les notions d’esclavage sala­rial ou d’esclavage moderne, le carac­tère anti­dé­mo­cra­tique de la socié­té indus­trielle, son carac­tère intrin­sè­que­ment inéga­li­taire, coer­ci­tif, oppres­sif, ses dyna­miques impé­ria­listes et expan­sion­nistes sécu­laires, etc., n’ont été que peu ou pas men­tion­nés. Par contre, ont été men­tion­nésle fait de faire son savon soi-même, de man­ger bio, de recy­cler, de ne pas man­ger de viande issue d’élevages indus­triels, et tous les autres ava­tars de l’écocitoyenneté.

L’ONG inter­na­tio­nale 350.org, pour laquelle tra­vaille Nico­las Hae­rin­ger, fait la pro­mo­tion de toutes les éner­gies dites « vertes » et milite « pour un ave­nir 100% renouvelable ».

Cela explique sûre­ment pour­quoi Nico­las Hae­rin­ger a évi­té de par­ler de la réa­li­té des éner­gies vertes, quand bien même un autre par­ti­ci­pant, Mathieu Dumé­ry (le « Pro­fes­seur feuillage » de la web-série éco­lo épo­nyme), sou­li­gnait timi­de­ment leur carac­tère dou­teux. Cela explique aus­si pour­quoi Nico­las Hae­rin­ger ne s’est pas épan­ché sur le sujet de l’effondrement — ce concept basé sur le livre de Pablo Ser­vigne et Raphaël Ste­vens, qui expose assez clai­re­ment le mythe des éner­gies renou­ve­lables. Or, par­ti­ci­per à une dis­cus­sion sur le thème de l’effondrement, tan­dis qu’on tra­vaille pour une ONG dont la prin­ci­pale acti­vi­té consiste à pro­mou­voir les illu­sions renou­ve­lables dans le monde entier, une ONG qui ignore tota­le­ment le concept d’effondrement, la réa­li­té de l’insoutenabilité com­plète de la socié­té indus­trielle, c’est pour le moins éton­nant.

***

La colonisation du continent africain

Chan­ge­ment de sujet, mais pour mieux y reve­nir. On peut faire remon­ter le début de la colo­ni­sa­tion de l’Afrique par les puis­sances euro­péennes au XVe siècle, avec le début de la traite négrière à des­ti­na­tion de l’Eu­rope. Traite négrière qui a ensuite pris son essor avec la colo­ni­sa­tion de l’Amérique par les Euro­péens, le mas­sacre des Amé­rin­diens, et le besoin d’esclaves (de main d’œuvre) des colons qui s’y établissaient.

Depuis cette époque, les puis­sances euro­péennes (ces « races supé­rieures ») n’ont eu de cesse de « civi­li­ser » les « sau­vages » et autres « bar­bares » d’Afrique (ces « races infé­rieures »), ain­si que l’expliquait Jules Fer­ry en 1885 : « […] il y a pour les races supé­rieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civi­li­ser les races inférieures. »

C’est d’ailleurs en 1885, lors de la Confé­rence de Ber­lin, que l’Afrique a été décou­pée, poli­ti­que­ment, en dif­fé­rents États, selon les ambi­tions hégé­mo­niques des puis­sances euro­péennes et non pas selon les iden­ti­tés et les volon­tés des popu­la­tions locales (ain­si que le sou­ligne Tiken Jah Fako­ly dans sa chan­son « Ils ont par­ta­gé le monde »).

Main dans la main, les puis­sances éta­tiques et les cor­po­ra­tions euro­péennes se sont appro­priées le conti­nent afri­cain. Les nom­breux peuples autoch­tones et leurs dif­fé­rentes cultures ont gra­duel­le­ment été soit déci­més soit incor­po­rés dans les socié­tés (ou la socié­té) que les colons y implan­taient. Et après que la plu­part des socié­tés tra­di­tion­nelles ont été éra­di­quées, et que les Euro­péens ont impo­sé un peu par­tout sur le conti­nent les struc­tures sociales et cultu­relles qu’ils vou­laient, une paro­die de déco­lo­ni­sa­tion a pris place, prin­ci­pa­le­ment au cours du XXe siècle.

En réa­li­té, une forme plus sub­tile et plus insi­dieuse de colo­ni­sa­tion voyait le jour, le néo­co­lo­nia­lisme dont par­lait Kwame Nkru­mah[2]. La France, tout par­ti­cu­liè­re­ment, conti­nuait à gar­der la main sur ses anciennes colo­nies à tra­vers les méca­nismes de la Fran­ça­frique (détaillés dans les tra­vaux de Fran­çois-Xavier Ver­schave, de l’association Sur­vie, etc.).

Aujourd’hui, l’Afrique est tou­jours contrô­lée et pillée par des forces exté­rieures au conti­nent, dont, bien sûr, les puis­sances euro­péennes, aux­quelles s’ajoutent aus­si la Chine, les USA et d’autres États, mais aus­si des mul­ti­na­tio­nales d’un peu par­tout (mais encore et sur­tout des mul­ti­na­tio­nales des pays riches comme Shell, BP, Total, et Arcel­lor­Mit­tal) qui déva­lisent ses res­sources minières, pétro­lières, fores­tières, qui acca­parent ses terres arables, et ain­si de suite. Le tout avec l’aide des ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales comme la Banque mon­diale et le FMI, et la com­pli­ci­té des régimes fan­toches du conti­nent. Ce que décrit Tom Bur­gis, jour­na­liste du Finan­cial Times, dans un assez bon livre[3] inti­tu­lé The Loo­ting Machine. War­lords, Tycoons, Smug­glers and the Sys­te­ma­tic Theft of Africa’s Wealth (en fran­çais : La machine à piller. Chefs de guerre, magnats, tra­fi­quants et le vol sys­té­ma­tique des richesses de l’Afrique) paru en 2015.

Ain­si, l’Afrique se trouve aujourd’hui, et peut-être plus que jamais, au cœur des dyna­miques expan­sion­nistes de la civi­li­sa­tion indus­trielle et du capi­ta­lisme mon­dia­li­sé. La colo­ni­sa­tion ne s’est jamais arrê­tée. La déco­lo­ni­sa­tion est res­tée lettre morte. Elle n’est qu’un concept creux et men­son­ger que bran­dissent ceux qui cherchent à jus­ti­fier et à ratio­na­li­ser la situa­tion actuelle du conti­nent. Ceux qui trouvent tout à fait nor­mal et juste que l’Afrique et tous les Afri­cains aient adop­té un modèle de déve­lop­pe­ment occi­den­tal, qu’ils soient mon­tés dans le mer­veilleux train du « pro­grès », qu’ils aient été « civi­li­sés », divi­sés en États, et tout ce qui s’ensuit. Ceux qui se fichent pas mal que tout ceci soit le résul­tat non pas de la volon­té des peuples d’Afrique mais de celle des puis­sances colo­niales qui ont rava­gé et décou­pé et pillé le conti­nent — et qui continuent.

Énergies renouvelables, greenwashing et nouvelle colonisation « verte »

Ce qui nous ramène au sujet ini­tial de cet article, car c’est ici que le déve­lop­pe­ment des éner­gies renou­ve­lables entre en scène. La colo­ni­sa­tion tou­jours en cours de l’Afrique — l’implantation de la socié­té indus­trielle de consom­ma­tion sur le conti­nent — est désor­mais faci­li­tée par le déploie­ment des éner­gies dites renou­ve­lables qui per­mettent de four­nir du cou­rant assez faci­le­ment, même à des vil­lages per­dus dans la brousse, et donc de les relier au mar­ché, de trans­for­mer leurs habi­tants en consommateurs.

Et qui se charge d’encourager les Afri­cains à récla­mer le déploie­ment des tech­no­lo­gies « vertes » sur leur ter­ri­toire ? L’ONG inter­na­tio­nale 350.org, à tra­vers une cam­pagne d’un cynisme répu­gnant, inti­tu­lée « DeCOA­Lo­nise Afri­ca[4] » (en fran­çais : « Déco­lo­ni­ser l’Afrique », sauf que l’expression anglaise joue sur le fait que « coal » en anglais signi­fie « char­bon », c’est-à-dire qu’en plus de « Déco­lo­ni­ser l’Afrique », ils entendent « Déchar­bo­ni­ser l’Afrique »).

À tra­vers cette cam­pagne, l’ONG 350.org sug­gère que le « déve­lop­pe­ment » de l’Afrique (à la sauce occi­den­tale, comme par­tout) doit conti­nuer — ce n’est même pas dis­cu­té, il s’agit pour eux d’une évi­dence — mais qu’il doit doré­na­vant se baser sur nos chères illu­sions vertes, et non pas sur le vilain char­bon et sur les éner­gies fos­siles qui étaient pol­luantes, mau­vaises pour l’environnement (ce qu’elles sont évi­dem­ment, mais ce que sont aus­si les éner­gies dites « renou­ve­lables », au même titre que tout ce qui consti­tue le « déve­lop­pe­ment », cette « croyance occi­den­tale » qui n’est pas « autre chose que l’extension pla­né­taire du sys­tème de mar­ché », comme l’explique Gil­bert Rist[5]).

Sur le site offi­ciel de la cam­pagne, on peut lire :

« À la manière du ”Par­tage de l’Afrique”, le déve­lop­pe­ment du char­bon et des éner­gies fos­siles en Afrique est une nou­velle vague de colo­ni­sa­tion entre­pre­neu­riale qui pro­fite aux cor­po­ra­tions et aux super-riches. Toute nou­velle cen­trale au char­bon engen­dre­ra des coûts immenses : des des­truc­tions envi­ron­ne­men­tales locales, des impacts sur la san­té des habi­tants, et une inten­si­fi­ca­tion du rythme et des impacts du chan­ge­ment climatique. »

Ce qui est exact. Même si c’est un peu tard pour se sou­cier des impacts des indus­tries fos­siles sur l’Afrique étant don­né que cela fait des décen­nies que les mul­ti­na­tio­nales de ce sec­teur pillent et ravagent le conti­nent. Mais mieux vaut tard que jamais, pour­rait-on croire.

Seule­ment, cette lutte contre le déve­lop­pe­ment du char­bon et des éner­gies fos­siles n’en est pas vrai­ment une, dans les faits, elle cor­res­pond plu­tôt à un sou­tien au déve­lop­pe­ment des éner­gies dites « vertes » dans l’es­poir (absurde) que l’Afrique atteigne le fameux « 100% renou­ve­lables » que nous pro­mettent tous les apôtres du ver­dis­se­ment de la civi­li­sa­tion industrielle.

350.org est une ONG inter­na­tio­nale qui a été créée de toutes pièces grâce à l’argent des Rocke­fel­ler (plus pré­ci­sé­ment, grâce à l’argent du Rocke­fel­ler Bro­thers Fund), ces chers phi­lan­thropes. Son finan­ce­ment dépend aujourd’hui majo­ri­tai­re­ment de fon­da­tions pri­vées[6], dont la Cli­ma­te­Works Foun­da­tion, une fon­da­tion qui regroupe, entre autres, la David and Lucile Packard Foun­da­tion, la William and Flo­ra Hew­lett Foun­da­tion (HP, ça vous dit quelque chose ? Hew­lett-Packard, une des prin­ci­pales mul­ti­na­tio­nales de l’informatique) et la Ford Foun­da­tion (Ford, tout le monde connaît) ; et le Clowes Fund, Inc., lié à la Eli Lil­ly and Com­pa­ny, une immense mul­ti­na­tio­nale de l’industrie phar­ma­ceu­tique (le Pro­zac, c’est elle), 10e groupe phar­ma­ceu­tique mon­dial par son chiffre d’af­faires ; et la Sili­con Val­ley Com­mu­ni­ty Foun­da­tion, dont les membres du conseil d’administration tra­vaillent chez Micro­soft, eBay, Elec­tro­nic Arts, etc. ; et le New Ven­ture Fund, une fon­da­tion finan­cée, entre autres, par la Rocke­fel­ler Foun­da­tion, par la fon­da­tion de Bill & Melin­da Gates, par la Ikea Foun­da­tion, etc. ; et la Over­brook Foun­da­tion, créée et encore diri­gée par la famille Alt­schul, dont l’actuel pré­sident, Arthur Alt­schul Jr., a tra­vaillé, comme son père avant lui, pour Gold­man Sachs, et pour un paquet de mul­ti­na­tio­nales amé­ri­caines dans le sec­teur de l’industrie phar­ma­ceu­tique, de la banque, etc. ; et la Tides Foun­da­tion, qui reçoit de l’argent de War­ren Buf­fett, un des hommes les plus riches du monde, qui pos­sède des inves­tis­se­ments dans à peu près toutes les indus­tries du monde, et aus­si de George Soros, un autre mil­liar­daire amé­ri­cain ; et de bien d’autres fon­da­tions liées à bien d’autres indus­tries et à bien d’autres magnats de la finance.

Si tous ces admi­rables phi­lan­thropes — qui font par­tie des « super-riches » que dénonce la cam­pagne de 350.org — financent direc­te­ment ou indi­rec­te­ment cette ONG, c’est parce que son acti­vi­té ne menace en rien leurs acti­vi­tés. En effet, nombre d’entre eux inves­tissent d’ores et déjà dans les indus­tries du solaire, de l’éolien, et dans toutes les indus­tries des illu­sions vertes (en Afrique, de nom­breuses cen­trales solaires sont construites par Vin­ci, Total, etc., les « renou­ve­lables » sont une affaire juteuse pour les grands groupes indus­triels, ou pour de nou­veaux groupes indus­triels), et tous tire­ront pro­fit de la conti­nua­tion du « déve­lop­pe­ment » de l’Afrique — qui cor­res­pond, rap­pe­lons-le encore, à l’intégration de toute l’Afrique dans la civi­li­sa­tion indus­trielle pla­né­taire, celle-là même qui est vouée à s’effondrer dans un futur rela­ti­ve­ment proche du fait de son insou­te­na­bi­li­té complète.

Mais en atten­dant, ce qui se déroule actuel­le­ment en Afrique, et ce que les éner­gies dites « renou­ve­lables » servent désor­mais à appuyer — encore une fois, non pas à la place des éner­gies fos­siles mais en plus — relève tou­jours de la colo­ni­sa­tion, bien que la nov­langue civi­li­sée pré­fère par­ler de « déve­lop­pe­ment[7] ».

C’est-à-dire que sous cou­vert d’un ima­gi­naire de « déco­lo­ni­sa­tion » men­son­ger, l’ONG 350.org encou­rage la conti­nua­tion de la colo­ni­sa­tion du conti­nent afri­cain. Une véri­table déco­lo­ni­sa­tion impli­que­rait le départ des mul­ti­na­tio­nales de tous les sec­teurs (pas seule­ment de celles du sec­teur des indus­tries fos­siles), l’arrêt du pillage de l’Afrique par les puis­sances cor­po­ra­tistes et éta­tiques, la réap­pro­pria­tion par les Afri­cains des terres qui sont les leurs afin qu’ils recouvrent leur auto­suf­fi­sance, à tra­vers une véri­table sou­ve­rai­ne­té, indi­vi­duelle et com­mu­nau­taire — ce que beau­coup réclament[8].

Mais, bien sûr, les ultra-riches capi­ta­listes qui financent 350.org ne veulent pas de cette déco­lo­ni­sa­tion-là. Celle qu’ils pro­meuvent, qui n’est en réa­li­té qu’une conti­nua­tion de la colo­ni­sa­tion, mais défen­due par de nou­veaux argu­ments « renou­ve­lables » et « verts », leur per­met et leur per­met­tra d’engranger tou­jours plus de pro­fits. En appor­tant l’électricité ici et là en Afrique, grâce aux éner­gies pas vertes comme grâce aux tech­no­lo­gies « vertes » (éoliennes, pan­neaux solaires, etc.), qui sont plus simples à implan­ter, ils per­mettent à des Afri­cains d’acheter les appa­reils qui vont avec, smart­phones, télé­vi­sions, lec­teurs DVD, de déve­lop­per des pra­tiques et toutes sortes d’activités indus­trielles et mar­chandes, etc[9] — « l’extension pla­né­taire du sys­tème de mar­ché » dont parle Gil­bert Rist.

Dans sa série d’articles inti­tu­lée « Tra­ver­sée d’une Afrique bien­tôt élec­trique », que j’examine dans cet autre article[10], le jour­nal capi­ta­liste le plus connu de France, Le Monde, expose cela de manière on ne peut plus signi­fi­ca­tive. Par exemple, en rap­por­tant les pro­pos d’un cer­tain William Kebet : « Quand nous connec­tons des clients au mini-réseau, nous leur pro­po­sons d’acheter des appa­reils ména­gers : télé, fri­go, micro-ondes, explique Ander­son. Nous vou­lons qu’ils s’habituent à uti­li­ser l’électricité avec des outils modernes. Plus ils en consomment, plus nous aug­men­tons notre béné­fice. » Ou encore ces pro­pos d’un autre pro­ta­go­niste : « De plus en plus de gens veulent la lumière, la musique, les films. Ils découvrent les avan­tages de l’électricité, les rêves qu’elle porte. […] Désor­mais on peut regar­der les nou­velles tous les jours à la télé. »

Dans un article de la BBC inti­tu­lé TV from the sun : « Now I am connec­ted to the whole world » (en fran­çais : Télé­vi­sion solaire : « Main­te­nant, je suis connec­té au monde entier »), on apprend que des mil­liers de foyers afri­cains, non connec­tés au réseau élec­trique, notam­ment au Kenya, peuvent désor­mais quand même regar­der la télé­vi­sion grâce à un kit solaire ven­du par la marque Azu­ri, com­pre­nant une antenne satel­lite qui leur per­met d’ac­cé­der à un bou­quet de 50 chaînes ! N’est-ce pas mer­veilleux ? C’est en cela que les pan­neaux solaires pho­to­vol­taïques per­mettent plus sim­ple­ment de tous nous trans­for­mer en consom­ma­teurs de hautes tech­no­lo­gies : pas besoin de réseau élec­trique et de toutes ses infra­struc­tures (câbles, pylônes, etc.).

Et dans un récent article du Monde diplo­ma­tique inti­tu­lé « Batailles com­mer­ciales pour éclai­rer l’Afrique[11] », dont le sous-titre lit : « Fermes éoliennes, bar­rages, cen­trales solaires, géo­ther­miques ou nucléaires… Le mar­ché de l’énergie se déve­loppe sur tout le conti­nent noir, sus­ci­tant la convoi­tise des géants mon­diaux de l’électricité, mais aus­si de cer­taines entre­prises afri­caines », Auré­lien Ber­nier écrit :

« On ne compte plus les ini­tia­tives des­ti­nées à ali­men­ter l’Afrique en élec­tri­ci­té. En 2012, les Nations unies inau­gurent le dis­po­si­tif Éner­gie durable pour tous, qui vise à four­nir, d’ici à 2030, un accès uni­ver­sel aux sources modernes de cou­rant, avec une prio­ri­té natu­rel­le­ment don­née à l’Afrique. En juillet 2013, c’est au tour du pré­sident amé­ri­cain Barack Oba­ma de lan­cer, lors d’un voyage en Tan­za­nie, le plan Power Afri­ca (Éner­gie pour l’Afrique), en par­te­na­riat avec la Banque afri­caine de déve­lop­pe­ment (BAD) et la Banque mon­diale. Ce pro­gramme pilo­té par l’Agence des États-Unis pour le déve­lop­pe­ment inter­na­tio­nal (Usaid) pro­pose une exper­tise tech­nique et juri­dique, des prêts et des outils finan­ciers pour déve­lop­per des pro­jets durables… par le biais d’entreprises amé­ri­caines. En octobre 2015, à la veille de la confé­rence de Paris sur le cli­mat (COP21), le groupe des Vingt (G20) orga­nise sa toute pre­mière réunion des ministres concer­nés, qui annoncent un plan d’accès à l’énergie pour l’Afrique sub­sa­ha­rienne. La même année, l’ancien ministre de l’écologie fran­çais Jean-Louis Bor­loo a créé une fon­da­tion, Éner­gies pour l’Afrique, qui vise à « connec­ter 600 mil­lions d’Africains à l’électricité d’ici à 2025 ». De pres­ti­gieux par­te­naires appa­raissent sur son site Inter­net : Viven­di, Car­re­four, JC Decaux, Bouygues, Élec­tri­ci­té de France (EDF), Das­sault, Eif­fage, Engie, Orange, Schnei­der Elec­tric, Total, Veo­lia, Vinci… »

Il rap­pelle ensuite que : « Grâce à la délo­ca­li­sa­tion des filières de pro­duc­tion de pan­neaux solaires et d’éoliennes dans les pays où la main‑d’œuvre est bon mar­ché, leurs coûts d’installation sont de plus en plus faibles ». Et cite des pro­pos tenus en 2015 par Thier­no Bocar Tall, qui était alors pré­sident-direc­teur géné­ral de la Socié­té afri­caine des bio­car­bu­rants et des éner­gies renou­ve­lables (Saber) : « Les capi­taux inter­na­tio­naux ont enfin trou­vé une porte à leur mesure pour entrer en Afrique : le déve­lop­pe­ment des éner­gies renouvelables. »

Les Anglais parlent de green­wa­shing (en fran­çais, on parle d’écoblanchiment) lorsqu’une entre­prise tente de se don­ner une image éco­lo­gique et res­pon­sable. C’est en ce sens que les ONG comme 350.org par­ti­cipent au green­wa­shing de la colo­ni­sa­tion (et du « déve­lop­pe­ment » en géné­ral). La nou­velle colo­ni­sa­tion (ou le nou­veau « déve­lop­pe­ment », ces expres­sions sont syno­nymes) est cool, « verte » et « durable », elle pro­met un ave­nir mer­veilleux « 100% renouvelable ».

Fina­le­ment, cette cam­pagne afri­caine de l’ONG 350.org s’inscrit sim­ple­ment dans l’entreprise média­tique mon­diale de pro­mo­tion des illu­sions vertes — en tant que solu­tions à tous nos pro­blèmes, en tant que moyens pour que la civi­li­sa­tion indus­trielle per­dure — et du mythe[12] du « déve­lop­pe­ment durable » plus généralement.

En plus du désastre éco­lo­gique qu’il consti­tue, le « déve­lop­pe­ment » (durable ou pas, c’est exac­te­ment la même chose) est un eth­no­cide en expan­sion, un pro­jet de des­truc­tion des (der­nières) cultures humaines dif­fé­rentes de la mono­cul­ture domi­nante (celle des smart­phones, des télé­vi­sions, des voi­tures, des Mac­Do, des avions, des anxio­ly­tiques et des anti­dé­pres­seurs, des « mala­dies de civi­li­sa­tion », des burn-out, des inéga­li­tés sociales colos­sales et qui ne cessent de croître, etc.).

En Afrique, les ONG comme 350.org ne sont que de nou­veaux mis­sion­naires « verts » (ou éco-mis­sion­naires) qui conti­nuent le tra­vail de leurs pré­dé­ces­seurs : civi­li­ser les der­niers sau­vages, s’assurer que tous les Afri­cains sont connec­tés à l’économie de mar­ché mon­dia­li­sée afin qu’ils deviennent eux aus­si des consom­ma­teurs. D’aucuns diraient que c’est ce que veulent les Afri­cains. Ce qui est pro­ba­ble­ment vrai, dans une cer­taine mesure. Dans la mesure où après des siècles de colo­nia­lisme, il est atten­du que les colo­ni­sés aient les aspi­ra­tions qu’on leur a incul­quées, qu’ils soient habi­tués au sys­tème colo­nial. Comme nous le sommes en France. Com­bien sont ceux qui réa­lisent que le sala­riat n’est qu’une forme moderne d’esclavage ? Même chose dans tous les autres États — qui sont le résul­tat non pas de pro­ces­sus démo­cra­tiques et de volon­tés popu­laires, mais de l’im­po­si­tion par la vio­lence de la volon­té d’une poi­gnée au plus grand nombre (le pro­duit d’une colo­ni­sa­tion plus ou moins récente). Mal­heu­reu­se­ment, les voix des der­nières popu­la­tions qui ne veulent pas de ce « pro­grès » et de ce « déve­lop­pe­ment » ne sont guère média­ti­sées. Qui s’intéresse à la volon­té et au sort des Pyg­mées des forêts d’Afrique cen­trale, par exemple ?

Qui s’intéresse à ce que nous a dit Ati Qui­gua, membre du peuple des Arhua­cos (qui vit sur le ter­ri­toire que l’on appelle la Colom­bie), lors de la 15ème ses­sion du Forum per­ma­nent de l’ONU sur les ques­tions autoch­tones, à New-York, en 2016 : « Nous nous bat­tons pour ne pas avoir de routes et d’électricité — cette forme d’autodestruction qui est appe­lée “déve­lop­pe­ment” c’est pré­ci­sé­ment ce que nous essayons d’éviter. »

Le conti­nent afri­cain, au contraire de l’Europe, abrite encore des popu­la­tions qui savent vivre sans la machi­ne­rie com­mer­ciale inter­na­tio­nale. Des popu­la­tions qui n’ont pas encore été ren­dues — entiè­re­ment — dépen­dantes ni du sys­tème mar­chand ni des hautes tech­no­lo­gies de la civi­li­sa­tion indus­trielle, qui savent vivre avec leur envi­ron­ne­ment immé­diat, en tirer leur sub­sis­tance quo­ti­dienne, sans le détruire.

Ceux qui pro­meuvent le « déve­lop­pe­ment » (« durable » ou pas, « vert » ou pas, c’est exac­te­ment le même) sont cou­pables de pro­mou­voir la catas­trophe sociale et éco­lo­gique que l’on devrait tous être en mesure de constater.

Nico­las Casaux

***

P.S. : La même chose se pro­duit un peu par­tout dans le monde. Et même en Poly­né­sie. Dans un autre article, j’é­tu­die l’exemple édi­fiant de l’ar­chi­pel des Toke­lau, qui fait par­tie de la Nou­velle-Zélande. Depuis qu’une cen­trale solaire y a été ins­tal­lée, ses habi­tants, qui vivaient encore il n’y a pas si long­temps de manière véri­ta­ble­ment sou­te­nable et saine, sont désor­mais accros à la bière impor­tée, à la télé­vi­sion, surfent sur inter­net à l’aide de leurs tablettes, de leurs smart­phones ou de leurs ordi­na­teurs por­tables, se déplacent en voi­tu­rettes de golf élec­triques, etc. — c’est-à-dire qu’ils ne vivent plus du tout de manière ni saine ni sou­te­nable. Comme beau­coup, ils sont pas­sés d’êtres humains à consom­ma­teurs. Voi­ci leur histoire :

https://partage-le.com/2016/06/le-desastre-ecologique-renouvelable-des-tokelau/

 


  1. https://youtu.be/AdkX0hQDs74
  2. http://re.ivoire-blog.com/archive/2015/05/19/definition-du-neo-colonialisme-par-nkrumah-kwame-460409.html
  3. https://www.cairn.info/revue-afrique-contemporaine-2015–3‑page-153.htm
  4. https://decoalonise.africa/
  5. Voir ici : http://journals.openedition.org/lectures/11782 et là : https://youtu.be/1VOI3xs7b1c
  6. https://350.org/2016-annual-report/
  7. Pour com­prendre la nature colo­niale du « déve­lop­pe­ment », vous pou­vez lire cet excellent article de Joa­quin Sabat publié sur le jour­nal du Mauss, inti­tu­lé « Le déve­lop­pe­ment est-il colo­nial ? » : http://www.journaldumauss.net/?Le-developpement-est-il-colonial, un article excellent mais trop timide ; il n’ose pas répondre fran­che­ment à la ques­tion alors qu’il démontre pour­tant l’évidence de la réponse : le déve­lop­pe­ment est évi­dem­ment colo­nial, au même titre que la « mis­sion civi­li­sa­trice », et de ses autres appel­la­tions.
  8. Voir les nom­breux articles en fran­çais publiés sur ce sujet par le World Rain­fo­rest Move­ment, le Mou­ve­ment mon­dial pour les forêts tro­pi­cales (une ONG inter­na­tio­nale mais qui n’est pas finan­cée par les super-riches), dont celui-ci, par exemple, inti­tu­lé « Des femmes afri­caines exigent que les entre­prises de pal­mier à huile leur rendent leurs terres et que cesse la vio­lence » : https://wrm.org.uy/fr/actions-et-campagnes/signer-le-petition-des-femmes-africaines-exigent-que-les-entreprises-de-palmier-a-huile-leur-rendent-leurs-terres-et-que-cesse-la-violence/
  9. Pour plus de détails sur ce sujet, voir cet article inti­tu­lé : « L’électrification ou l’expansion de la socié­té indus­trielle de consom­ma­tion : l’exemple de l’Afrique » : https://partage-le.com/2016/12/de-la-bible-a-lelectricite-loccidentalisation-du-monde-lexemple-de-lafrique/
  10. https://partage-le.com/2016/12/de-la-bible-a-lelectricite-loccidentalisation-du-monde-lexemple-de-lafrique/
  11. https://www.monde-diplomatique.fr/2018/02/BERNIER/58354
  12. Voir cet excellent article de Der­rick Jen­sen inti­tu­lé « Le déve­lop­pe­ment durable est un men­songe » : https://partage-le.com/2015/12/le-developpement-durable-est-un-mensonge-par-derrick-jensen/

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
11 comments
  1. J’ai­me­rais croire aux éner­gies renou­ve­lables. J’ai­me­rais envoyer chaque mois quelques sous pour des orga­ni­sa­tions comme 350.org. et me sen­tir utile. J’ai­me­rais me réjouir de l’A­frique « déve­lop­pée », d’être l’o­tage de l’in­dus­trie éolienne qui a com­men­cé de colo­ni­ser mon vil­lage. J’ai­me­rais me sen­tir libre au volant de ma voi­ture élec­trique pour aller cher­cher mon lait au super mar­ché en fai­sant signe aux pro­prié­taires des vaches qui broutent autour de chez moi. Je vou­drais ado­rer pas­ser ma vie entre mon tra­vail sous sur­veillance vidéo et mes loi­sirs dans des salles de sport cli­ma­ti­sées label eco+++. Je vou­drais me réjouir de mou­rir dans ces mai­sons spé­cia­li­sées après avoir sage­ment ser­vi ce sys­tème qui aura dic­té ma vie, cor­rom­pu mes enfants, anéan­tis mon envi­ron­ne­ment, bouf­fé mon temps en échange de sa recon­nais­sance d’a­voir lais­ser faire pour ne pas avoir d’his­toire, d’être la conne qu’il m’a deman­dé d’être, d’a­voir renon­cé à ma vie pour que per­dure l’in­jus­tice, le pro­fit, la domi­na­tion. Te lire Nico­las me redonne ce cou­rage qui par­fois vient à man­quer : dans ma région nous ne sommes pas nom­breux à sen­tir la corde ser­rée autour de notre cou par toutes ces fausses solu­tions, type éner­gies renou­ve­lables, aux­quelles s’ac­crochent nos voi­sins, nos amis même par­fois, repar­tis de plus belle der­rière ces illu­sions avec le sen­ti­ment de faire la révo­lu­tion verte… Ce ne sera pas facile de les arrê­ter, ils sont tel­le­ment sûrs d’être en guerre contre le sys­tème ! Le green­wa­shing a eu rai­son de leur cer­veau aussi.

    1. Très beau commentaire.
      Ça fait plai­sir de voir que je ne suis pas seul à res­sen­tir l’a­lié­na­tion constante de cet culture mortifère.
      Mer­ci pour ça.
      Simplement.

  2. Atten­tion aux détails.

    1 — le mythe des éner­gies vertes — le contexte.

    Je com­prends bien cette expres­sion car elle est par­tiel­le­ment juste. Si on demande à notre socié­té mar­chande de faire de l’éner­gie verte, on obtient évi­de­ment un résul­tat faus­se­ment vert. Le mode de fonc­tion­ne­ment du sys­tème capi­ta­liste signi­fie ren­de­ment de la rente, pro­pa­gande, coer­ci­tion et men­songe etc .. Le ‘vert’ est cos­mé­tique par sys­té­misme ‘natu­rel’.
    Mais si on était dans un sys­tème démo­cra­tique où les gens peuvent choi­sir et faire ce qu’il convient pour une éco­no­mie viable, verte, … les obs­tacles seront tout autre. Et, peut-être, est-ce pos­sible. Per­sonne ne peut pré­ju­ger des choix démo­cra­tiques éclairés.

    2 — le mythe des éner­gies vertes — les ressources

    L’exemple usuel est l’u­sage de métaux rares. Concer­nant le PV, c’est mani­feste, sauf qu’il est pos­sible de faire du PV sans pro­duits rares … le ren­de­ment est faible mais le soleil est gratuit…

    concer­nant l’éo­lien c’est encore plus évident. La pré­sence de puis­sants aimants per­ma­nents néces­site des métaux rares.
    Ici aus­si, c’est un choix. Il existe des éoliennes SANS aimants.
    Alors il res­te­ra éven­tuel­le­ment quelques nano­grammes de métaux rares dans les régu­la­teurs.. On change d’échelle..
    Il y a peut-être des solu­tions, QUI les recherchent ?
    Bref, les argu­ments res­sources rares sont très tendancieux.

    3 — le mythe des éner­gies vertes — démographie/démocratie

    À force de dire, avec jus­tesse, qu’il n’y a pas de solu­tion, que reste-t-il ?

    En gros 3 scénarios,
    — la lente baisse des niveaux de vie avec la dis­pa­ri­tion des condi­tions néces­saires (les res­sources ‘natu­relles’ et les pol­lu­tions de tout).
    — la catas­trophe due à l’in­ca­pa­ci­té du Sys­tème de fonc­tion­ner autre­ment (le capi­ta­lisme est une fuite en avant ; basé sur res­sources infinies, ..).
    — la pla­ni­fi­ca­tion, retour au rai­son­nable, lequel est encore dif­fi­ci­le­ment éva­luable … mais cela pour­rait se faire.

    Qui décide et domine ? Des per­sonnes HORS du risque de manque.
    Il en sera donc selon leurs bon plaisir.
    Comme le sys­tème capi­ta­liste est deve­nu pré­caire, fra­gile, on peut ima­gi­ner sans gros risque d’er­reur que la catas­trophe bru­tale est le scé­na­rio le plus pro­bable. On peut même pen­ser que c’est un excellent choix de la caste domi­nante (qui se croit à l’a­bri), ce qui rend ce scé­na­rio encore plus probable.

    1. Salut, mani­fes­te­ment ton rai­son­ne­ment sur le sujet est beau­coup trop par­tiel. C’est un sujet qu’on a étu­dié en long en large et en tra­vers. Pour com­prendre pour­quoi je te dis ça, je te conseille de lire ces quelques articles :
      1. https://partage-le.com/2017/07/letrange-logique-derriere-la-quete-denergies-renouvelables-par-nicolas-casaux/
      2. https://partage-le.com/2017/08/ce-nest-pas-seulement-la-production-delectricite-qui-pose-probleme-cest-son-utilisation-et-tout-le-reste/
      3. https://partage-le.com/2017/02/lecologie-du-spectacle-et-ses-illusions-vertes/

      Et plus géné­ra­le­ment de fouiller par ici si ça te ne suf­fit pas :
      https://partage-le.com/category/environnement-ecologie/energie/

    2. Au contraire de Nico­las je trouve ton bref expo­sé per­ti­nent, et sa conclu­sion d’au­tant plus.
      Il y aurait cer­tai­ne­ment des solu­tions à ten­ter, non pas dans une vraie démo­cra­tie mais dans la liber­té. Solu­tions qui cepen­dant ne ser­vi­raient à rien puis­qu’une bonne par­tie de l’hu­ma­ni­té pour­rie jus­qu’à l’os les sabo­te­raient par leur immobilisme.
      Comme l’é­crit Dau­riannes, ça fait du bien de lire cer­taines proses. Et j’a­joute, une fois de plus cher Nico­las : mais ça ne sert à rien d’autre — sauf peut-être à mieux pré­pa­rer le lec­teur au choc.

  3. Il est dif­fi­cile de répondre de manière brève à l’ensemble de ce post, d’autant qu’il alterne ana­lyse & jux­ta­po­si­tion de faits (ce qui ne vaut ni démons­tra­tion ni argumentation).

    Je ne répon­drai pas ici sur la ques­tion des finan­ce­ments de 350, me conten­tant de sou­li­gner que :
    – il est tota­le­ment gro­tesque, pour ne pas dire dif­fa­ma­toire, de lais­ser entendre que 350 serait l’allié de Total ou d’Engie
    – les fon­da­tions basées aux Etats-Unis ne sont pas liées aux entre­prises dont elles portent le nom – les liens entre la Fon­da­tion Ford (dont l’histoire est par ailleurs aus­si com­plexe que pro­blé­ma­tique) et l’entreprise Ford n’ont rien à voir avec les liens qui existent entre Total et la Fon­da­tion Total.
    – La seule chose que dit le fait que 350 soit finan­cé par des fon­da­tions pri­vées, c’est que 350 n’est pas une orga­ni­sa­tion qui se reven­dique comme anti-capi­ta­liste – ce qui n’est nul­le­ment une sur­prise, 350 ne pré­tend le contraire nulle part.

    Quelques pré­ci­sions ensuite : 350.org ne fait pas cam­pagne pour n’importe quel type de renou­ve­lable, mais pour susb­si­tuer aux fos­siles des renou­ve­lables contrô­lés par la « com­mu­nau­té » (au sens anglo-saxon). Il n’est donc nul­le­ment ques­tion d’un sou­tien aux mégas pro­jets solaires ou éoliens que des entre­prises comme Total peuvent sou­te­nir / dans les­quels ils peuvent inves­tir. Nous ne disons par ailleurs nulle part que nous sou­hai­tons main­te­nir (et encore moins faire croître) la consom­ma­tion éner­gé­tique, ou que notre ambi­tion serait d’amener télé­vi­seur, congé­la­teur, tablette, impri­mante 3D ou que sais-je encore dans chaque mai­son, par­tout dans le monde. Nous fai­sons cepen­dant le choix de nous cen­trer sur les poli­tiques de l’offre, consi­dé­rant que c’est à un levier de chan­ge­ment essen­tiel Y COMPRIS de la demande.

    Nous ne sommes par ailleurs pas des sou­tiens béats des renou­ve­lables, qui seraient ver­tueuses en tant que telles. À titre per­son­nel, je men­tionne aus­si sou­vent que je peux le fait qu’un futur 100% renou­ve­lable pour­rait par­fai­te­ment être tota­le­ment dys­to­pique, et réduire la socié­té à un agré­gat d’invididus, sans droits col­lec­tifs – après tout, c’est ce futur que Tes­la, Ama­zon, Apple ou encore Google nous préparent.

    Je pense en revanche que remettre en cause un mode d’approvisionnement en éner­gie n’est pas qu’une simple ques­tion tech­nique & que sor­tir de l’ère des com­bus­tibles fos­siles ouvre donc la voix à des bou­le­ver­se­ments bien plus pro­fonds que la simple ques­tion de savoir si notre élec­tri­ci­té est d’origine fos­sile, nucléaire, renou­ve­lable indus­trielle ou renou­ve­lable com­mu­nu­taire. Et je pense qu’il n’est pas aber­rant de faire le choix de construire le chan­ge­ment par une approche de « cam­pagnes » (autour d’un objec­tif pré­cis, limi­té, et « attei­gnable ») plu­tôt qu’autour de grands signi­fiants par­fois vides ou de reven­di­ca­tions trop géné­rales (quand bien même elles sont justes).

    J’ai tou­te­fois l’impression que le désac­cord prin­ci­pale (ou du moins, me semble-t-il, le plus inté­res­sant à creu­ser) tourne autour de la ques­tion de l’effondrement – c’est d’ailleurs le point de départ de la (très) vive cri­tique qui m’est adressée.

    Je ne pense per­son­nel­le­ment pas que l’effondrement soit un cadre d’analyse per­ti­nent pour pen­ser des stra­té­gies et construire des mobi­li­sa­tions col­lec­tives, pour au moins deux rai­sons : la ques­tion du temps & celle de l’espace.
    Le temps : je suis assez mal à l’aise avec l’idée d’effondrement comme quelque chose « à venir » : si la notion doit avoir un sens, alors il faut recon­naître qu’il est déjà en cours (ou qu’il est déjà adve­nu) dans de nom­breux endroits du monde (à com­men­cer par la colo­ni­sa­tion « des amé­riques », qui a pro­vo­qué la mort de plus de 90% de la popu­la­tion autoch­tone). Plus réce­me­ment, l’épidémie du Sida a repré­sen­té, me semble-t-il, un effon­dre­ment – face auquel les malades ont réagi et inven­té des manières de s’organiser col­lec­ti­ve­ment – non pas pour « vivre après l’effondrement » mais le jugu­ler et faire en sorte qu’il ne soit plus l’unique hori­zon possible.
    L’espace : l’intérêt de la notion d’effondrement est sans aucun doute sa capa­ci­té à nous aider à arti­cu­ler ensemble des situa­tions très diverses, à englo­ber des his­toires et des réa­li­tés très dif­fé­rentes, dans un récit com­mun. Mais ce fai­sant, elle ne nous aide pas à pen­ser les situa­tions par­ti­cu­lière – or ce sont ces situa­tions par­ti­cu­lières qui nous per­mettent, le plus sou­vent, d’agir et de pen­ser des formes effi­caces de résistance.
    J’ai dit une par­tie de cela dans l’émission – mais il me semble que le pro­blème de l’effondrement, au fond, c’est que pour beau­coup, il fonc­tionne comme un sys­tème auto-réfé­ren­cé : il n’y a pas de désac­cord pos­sible. Quand on exprime des réserves quant à sa per­ti­nence, on se voit rétor­quer qu’on est encore dans le déni (la fameuse pre­mière phase du deuil) ou, comme c’est le cas ici, qu’on est en fait un agent infil­tré des mul­ti­na­tio­nales qui pillent la planète.
    Il y aurait pour­tant énor­mé­ment de choses à tirer d’une dis­cus­sion de fond sur ces désac­cords, plu­tôt qu’à les rejet­ter pure­ment et simplement.
    À mon sens, la notion d’effondrement rem­plit un vide : le fait que nous n’avons pas de cadre d’analyse nous per­met­tant de pen­ser com­ment orga­ni­ser et avan­cer suf­fi­sam­ment vite dans toutes les sor­ties que nous devons prendre : sor­tie des fos­siles, sor­tie des fis­siles, des pes­ti­cides, de l’extractivisme, de l’emprise de la finance sur nos vies, etc.
    Mais je ne crois pas que l’effondrement rem­plisse ce vide de manière opé­rante. Et je crois que ce post de blog en est une preuve sup­plé­men­taire : si des désac­cords (impor­tants & fon­da­men­taux) débouchent sur la conclu­sion que l’une des par­ties (350 et moi, en l’occurrence) sont des idiots utiles du pillage du monde et de l’Afrique en par­ti­cu­lier, alors c’est que le rai­son­ne­ment qui sous-tend cette conclu­sion se place à un niveau de géné­ra­li­té et d’abstraction bien trop élevé.

    1. Bon, essayons d’organiser.

      1. 350, Total et Engie tra­vaillent à déve­lop­per les éner­gies dites « renou­ve­lables ». Il me semble que cela les range déjà dans une caté­go­rie com­mune. Cela consti­tue un point commun.

      2. Les fon­da­tions qui financent 350 reçoivent bien sou­vent de l’argent des magnats des entre­prises dont elles portent le nom et d’autres magnats de dif­fé­rentes indus­tries, plu­sieurs exemples sont don­nés (de Buf­fett à Soros en pas­sant par les Rocke­fel­ler : leur argent vous finance).

      3. Les « renou­ve­lables contrô­lés par la « com­mu­nau­té » » ne dif­fèrent pas vrai­ment des autres. Un pan­neau solaire fabri­qué en Chine et ven­du en masse à une entre­prise ou ache­té à l’unité par une « com­mu­nau­té », v’la la dif­fé­rence. L’uberisation du déploie­ment des renou­ve­lables c’est ça l’idée ? On sait que le désastre de l’industrie des renou­ve­lables relève, d’une part, de leur fabri­ca­tion qui relève comme bien d’autres de l’extractivisme (cf. le livre de Guillaume Pitron, La guerre des métaux rares). Comme toutes les pro­duc­tions de masse, la pro­duc­tion de masse de pan­neaux solaires et d’éoliennes, c’est un désastre. Mais c’est loin d’être le seul pro­blème lié au déploie­ment des tech­no­lo­gies dites « renou­ve­lables ». Par exemple, que vous le vou­liez ou non, que vous vou­liez ou non « ame­ner télé­vi­seur, congé­la­teur, tablette, impri­mante 3D ou que sais-je encore dans chaque mai­son, par­tout dans le monde », c’est pré­ci­sé­ment ce à quoi servent les renou­ve­lables. Très concrè­te­ment, c’est ce qui se passe, votre numé­ro 1, Bill McKib­ben en parle ici : https://www.newyorker.com/magazine/2017/06/26/the-race-to-solar-power-africa

      Parce que le pro­blème fon­da­men­tal, que tu me sembles esqui­ver en par­lant de l’effondrement, même si c’était un point inté­res­sant, puisque 350 est à des années-lumières de consi­dé­rer les impli­ca­tions des ana­lyses mises en avant par la col­lap­so­lo­gie (cela dit, je te l’accorde, l’effondrement, c’est du flan, une idée vague qui ne sert pas à grand-chose fina­le­ment, et puis le véri­table effon­dre­ment c’est celui du monde natu­rel et des popu­la­tions indi­gènes, c’est l’écocide et l’ethnocide), c’est que le déploie­ment des renou­ve­lables en Afrique sert le « déve­lop­pe­ment » (ce pro­jet colo­nia­liste), l’industrialisme, l’ouverture de nou­veaux mar­chés pour les indus­tries et les indus­triels. On le voit par­tout (dans les nom­breux liens que j’ai mis qui ren­voient vers la série d’articles du Monde Afrique, par exemple, dans l’article de Bill McKib­ben ci-avant, mais une simple recherche google avec en mots-clés « Afrique, solaire » ou « Afri­ca, solar », ou « Afri­ca, rene­wables », ce genre de choses, te don­ne­ra des tas d’autres exemples).

      4. La com’ de 350.org, les objec­tifs affi­chés, parlent tou­jours de par­ve­nir au 100% renou­ve­lables. En tant qu’ONG, vous êtes pré­ci­sé­ment des « des sou­tiens béats des renou­ve­lables » (si je me trompe, montre-moi en quoi ce n’est pas le cas). Que tu émettes per­son­nel­le­ment des réserves, okay, c’est un autre sujet. En tant qu’ONG, vous êtes pré­ci­sé­ment « des idiots utiles du pillage du monde et de l’Afrique », mais vous n’êtes pas les seuls, beau­coup de grosses ONG servent à cela, l’ONG-isation de la résis­tance et le colo­nia­lisme soft (soft power) que consti­tuent les ONG sont étu­diés et très jus­te­ment dénon­cés par plu­sieurs figures des luttes sociales (d’Arundhati Roy à David Harvey).

      1. Sur le point 1 : com­ment peut-on sérieu­se­ment écrire que « Total tra­vaille à déve­lop­per les éner­gies dites renou­ve­lables » et affir­mer que 350.org appar­tient à la même catégorie ?
        *Chiffre d’affaires Total en 2015*
        165 357 mil­lions USD
        *Inves­tis­se­ments orga­niques amont (extrac­tion de pétrole et gaz)en 2015*
        20 508 mil­lions USD
        *R&D en 2015*
        1 068 mil­lions USD
        *R&D annuelle 2015–2019 consacrée aux cleantech*
        370 mil­lions USD

        165 000 mil­lions de chiffre d’af­faire annuel, à peine plus de 100 mil­lions inves­tis annuel­le­ment dans les « clean­tech » (qui ne recouvrent par ailleurs pas que les renou­ve­lables) = Total ne tra­vaille pas à déve­lop­per les éner­gies renou­ve­lables. Total tra­vaille à piller, à creu­ser, à forer jus­qu’à la der­nière goutte tous les gise­ments d’hy­dro­car­bures possibles. 

        Je veux bien qu’on ait un désac­cord sur la ques­tion du déve­lop­pe­ment et de la civi­li­sa­tion (et encore, il fau­drait dis­cu­ter à un niveau d’abs­trac­tion moins éle­vé pour vrai­ment com­prendre où se situe le désac­cord), mais de là à affir­mer des choses aus­si en déca­lage avec les faits…

        2/ Je n’ai jamais écrit le contraire. J’ai sim­ple­ment dit que les fon­da­tions US n’é­taient pas stra­té­gi­que­ment liées aux entre­prises dont elles portent le nom. 

        3 & 4/ C’est sans doute là le désac­cord de fond : je ne pense per­son­nel­le­ment pas que le type de renou­ve­lable soit indif­fé­rent (et répondre « ube­ri­sa­tion » quand on parle « contrô­lé par la com­mu­nau­té » = il y a à l’é­vi­dence un gros mal­en­ten­du — ou il fau­drait qu’on m’ex­plique en quoi Uber est contrô­lé par la « com­mu­nau­té ») & je ne pense pas que trou­ver des manières de pro­duire de l’élec­tri­ci­té à petite échelle, dans des sché­mas contrô­lés par les consom­ma­teurs de la dite élec­tri­ci­té, soit équi­valent à un pillage ou au déve­lop­pe­ment comme étape ultime du pro­ces­sus colonial. 

        Et je conti­nue à avoir fran­che­ment du mal à com­prendre com­ment on peut sérieu­se­ment consi­dé­rer qu’il n’y a aucune dif­fé­rence fon­da­men­tale entre les éner­gies fos­siles et des pro­jets renou­ve­lables, a for­tio­ri de petite taille.

      2. (au pas­sage, mer­ci d’a­voir mis de l’ordre dans mes pre­miers com­men­taires mal posi­tion­nés et illisibles)

        1. 1. Peu importe la dif­fé­rence de magni­tude et les dif­fé­rences liés au fait que Total opère dans bien des domaines, l’i­dée était sim­ple­ment que Total par­ti­cipe (peu importe à quel point, ou avec quelle pro­por­tion de son bud­get) au déploie­ment des EnR. EnR dont 350 fait la pro­mo­tion. Oui ou non ?

          2. 3. 4. Tu éludes la ques­tion de savoir à quoi servent les EnR (et celle de leur pro­duc­tion). A te lire on croi­rait que 350 encou­rage exclu­si­ve­ment l’au­to-construc­tion de petites éoliennes Pigott. Ce n’est pas du tout ça, je ne sais pas si c’est de la mau­vaise foi (mais en même temps je n’at­tends pas grand-chose de cette dis­cus­sion c’est ton employeur), mais 350 encou­rage à fond le déve­lop­pe­ment du solaire et des EnR en Afrique (entre autres), c’est ouver­te­ment ce que déclare McKib­ben, par exemple dans ses cam­pagnes avec 350 Gha­na, « l’A­frique pour­rait deve­nir un lea­der des éner­gies renou­ve­lables ». Pas du tout des éoliennes Pigott et des pan­neaux solaires construits en récup. En France aus­si on a des « coopé­ra­tives d’éner­gies citoyennes » qui font dans la « gou­ver­nance citoyenne », ça ne change pas beau­coup la nature des tech­no­lo­gies uti­li­sées, l’éner­gie pro­duite sert tou­jours à ali­men­ter un appa­reillage indus­triel tout sauf éco­lo­gique, etc. En Afrique (et ailleurs), c’est un fait que le déve­lop­pe­ment des renou­ve­lables sert à la pro­pa­ga­tion du capi­ta­lisme, l’ou­ver­ture de mar­chés, des gens qui se mettent à ache­ter toutes les merdes du sys­tème indus­triel mon­dia­li­sé (les kits de petits pan­neaux solaires en Afrique servent à ce que les gens s’a­chètent télé­vi­sion, télé­phone, etc.). Peut-être que tu com­pren­drais mieux notre point de vue (pas for­cé­ment facile à com­prendre pour un non-ini­tié de manière immé­diate) en lisant ça, sait-on jamais : https://partage-le.com/2016/06/le-desastre-ecologique-renouvelable-des-tokelau/

          D’autre part le colo­nia­lisme en Afrique cor­res­pond au « déve­lop­pe­ment », l’A­frique a été « déve­lop­pée » par les colo­ni­sa­teurs, c’est ain­si qu’ils le conce­vaient et l’é­non­çaient. Le déve­lop­pe­ment en ce sens ça ren­voie à l’i­déo­lo­gie décrite et dénon­cée par exemple par Gil­bert Rist. Le déve­lop­pe­ment c’est l’in­dus­tria­li­sa­tion, la moder­ni­sa­tion, la mon­dia­li­sa­tion, etc. Un pro­ces­sus dont on sait (ou on devrait savoir) aujourd’­hui que c’est une catas­trophe tant sociale qu’écologique.

          Au-delà de tout ça, je me demande si tu réa­lises que le déve­lop­pe­ment des renou­ve­lables sert glo­ba­le­ment à deux choses : 1. à four­nir du jus à une civi­li­sa­tion indus­trielle qui est de cen­taines de manières dif­fé­rentes une cala­mi­té éco­lo­gique et sociale (même en ver­sion soi-disant « durable », « verte », etc.), et 2. à per­mettre de l’é­tendre encore davan­tage sur le globe. Où est-ce que ta vision c’est on va four­nir de la lumière aux Africains ?

          Pour le dire autre­ment, rem­pla­cer la source de l’a­li­men­ta­tion en éner­gie de la civi­li­sa­tion indus­trielle par les EnR (qui sont faus­se­ment « renou­ve­lables », « vertes », etc.) ne chan­ge­ra rien à sa noci­vi­té, même si les EnR étaient par­fai­te­ment et magi­que­ment 100% non-dom­ma­geables pour le monde natu­rel, ça ne chan­ge­rait glo­ba­le­ment pas les pro­blèmes aux­quels nous fai­sons face (ça les ferait d’ailleurs pt’et rapi­de­ment empi­rer, cf. le para­doxe de Jevons).

          Et appor­ter le pro­grès ou la moder­ni­té sous la forme de l’élec­tri­ci­té aux endroits où des popu­la­tions savaient encore vivre indé­pen­dam­ment de la méga­ma­chine, pour croire que c’est une bonne chose il faut être igno­rant, ou très naïf, ou plein de mau­vaise foi, ou les trois ou un peu des trois j’imagine.

          Pour le dire encore autre­ment, l’i­dée n’est pas qu’il n’y a « aucune dif­fé­rence fon­da­men­tale entre les éner­gies fos­siles et des pro­jets renou­ve­lables », mais que les deux sont nui­sibles et par­ti­cipent de la même chose en fin de compte : la civi­li­sa­tion indus­trielle, son ali­men­ta­tion éner­gie et/ou son expan­sion géographique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les progressistes et le maillage total de la planète (par Nicolas Casaux)

La plupart des progressistes semblent partager une aspiration mondialiste selon laquelle il serait très souhaitable que tous les humains et tous les endroits de la planète soient connectés entre eux, reliés, unifiés, d'une certaine manière, en une sorte d'humanité mondialisée, de technosphère totale, au travers des réseaux techno-capitalistes sur laquelle repose ladite technosphère (internet, l’électricité, le commerce mondialisé, les routes et autres voies de transport pour véhicules modernes, etc.). [...]