Les fondations philanthrocapitalistes et l’écologisme corporatiste (par Nicolas Casaux)

Les deux exemples, ci-après, des finan­ce­ments de l’ONG de Jane Goo­dall (Jane Goo­dall Ins­ti­tute) et de l’ONG 350(.org), sont assez repré­sen­ta­tifs de la manière dont fonc­tionne l’é­co­lo­gisme grand public. Les per­son­na­li­tés et les orga­ni­sa­tions de pre­mier plan de l’é­co­lo­gisme, celles dont les médias parlent sou­vent, sont rare­ment révo­lu­tion­naires, pour ne pas dire jamais. Leur dis­cours se limite sou­vent à diverses pla­ti­tudes, à l’en­cou­ra­ge­ment de toutes sortes de fausses solu­tions et à l’énonciation de pro­po­si­tions rela­ti­ve­ment creuses, ou pire (faire ces­ser la pauvreté/développer les éner­gies et tech­no­lo­gies vertes/développer le bio/aller au tra­vail à vélo/déve­lop­per le déve­lop­pe­ment durable/voter pour les gentils/etc.). Et leurs actions à du pal­lia­tif (qui peut néan­moins, dans cer­tains cas, s’a­vé­rer réel­le­ment important).

Le finan­ce­ment de l’ONG de Jane Goodall

*

Le finan­ce­ment de l’ONG 350.org

Les mêmes rai­sons qui poussent les médias de masse (qui, dans l’ensemble, appar­tiennent à[1] — et véhi­culent gros­so modo l’idéologie de — la même classe d’individus que l’on retrouve der­rière les fon­da­tions phi­lan­thro­ca­pi­ta­listes) à pro­mou­voir l’écologisme des grandes ONG et de quelques per­son­na­li­tés sub­ven­tion­nées (par le pri­vé ou le public), poussent les fon­da­tions phi­lan­thro­ca­pi­ta­listes pri­vées et/ou les orga­nismes publics à finan­cer ces ONG et ces indi­vi­dus : ils sont inof­fen­sifs pour la socié­té indus­trielle capi­ta­liste actuelle.

Ain­si l’ONG 350.org a‑t-elle été créée et conti­nue-t-elle d’être finan­cée par l’argent des Rocke­fel­ler et de beau­coup d’autres ultra-riches capi­ta­listes ; ain­si la fon­da­tion Jane Goo­dall est-elle finan­cée par diverses fon­da­tions phi­lan­thro­ca­pi­ta­listes et même direc­te­ment par quelques cor­po­ra­tions, dont une com­pa­gnie aérienne ; et ain­si du WWF, qui est finan­cé par et qui col­la­bore avec diverses mul­ti­na­tio­nales (Coca-Cola, HSBC, etc.) et fon­da­tions ; et ain­si de la fon­da­tion Good­Pla­net de Yann Arthus-Ber­trand, « fon­dée avec le sou­tien de trois banques […] : BNP Pari­bas, la banque suisse Lom­bard Odier, et Cor­tal Consors, filiale de BNP spé­cia­li­sée dans le tra­ding en ligne pour les par­ti­cu­liers », qui col­la­bore avec Total[2] et est « finan­cée notam­ment par des dons d’entreprises, comme Casi­no, Suez ou BNP[3] » ; ain­si le film Demain de Cyril Dion a‑t-il été sub­ven­tion­né par l’AFD et copro­duit avec France Télé­vi­sions, de même que son film docu­men­taire Après-Demain ; etc.

Au bout du compte, ces ONG et per­son­na­li­tés gras­se­ment sub­ven­tion­nées, finan­cées et média­ti­sées consti­tuent une sorte de cau­tion éco­lo­giste de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste. Elles per­mettent de cana­li­ser et de contrô­ler les inquié­tudes popu­laires vis-à-vis du sort du monde natu­rel. Leur éco­lo­gisme est à l’écologie ce que les régimes élec­to­raux modernes sont à la démo­cra­tie. Une impos­ture. À pro­pos de ces éco­lo­gistes grand public, l’En­cy­clo­pé­die des Nui­sances de Jaime Sem­prun écri­vait, dans son Adresse à tous ceux qui ne veulent pas gérer les nui­sances mais les sup­pri­mer, en juin 1990, qu’ils :

« sont sur le ter­rain de la lutte contre les nui­sances ce qu’étaient, sur celui des luttes ouvrières, les syn­di­ca­listes : des inter­mé­diaires inté­res­sés à conser­ver les contra­dic­tions dont ils assurent la régu­la­tion, des négo­cia­teurs voués au mar­chan­dage (la révi­sion des normes et des taux de noci­vi­té rem­pla­çant les pour­cen­tages des hausses de salaire), des défen­seurs du quan­ti­ta­tif au moment où le cal­cul éco­no­mique s’étend à de nou­veaux domaines (l’air, l’eau, les embryons humains ou la socia­bi­li­té de syn­thèse) ; bref, les nou­veaux cour­tiers d’un assu­jet­tis­se­ment à l’économie dont le prix doit main­te­nant inté­grer le coût d’un « envi­ron­ne­ment de qua­li­té ». On voit déjà se mettre en place, cogé­rée par les experts « verts », une redis­tri­bu­tion du ter­ri­toire entre zones sacri­fiées et zones pro­té­gées, une divi­sion spa­tiale qui régle­ra l’accès hié­rar­chi­sé à la mar­chan­dise-nature. Quant à la radio­ac­ti­vi­té, il y en aura pour tout le monde.

Dire de la pra­tique des éco­lo­gistes qu’elle est réfor­miste serait encore lui faire trop d’honneur, car elle s’inscrit direc­te­ment et déli­bé­ré­ment dans la logique de la domi­na­tion capi­ta­liste, qui étend sans cesse, par ses des­truc­tions mêmes, le ter­rain de son exer­cice. Dans cette pro­duc­tion cyclique des maux et de leurs remèdes aggra­vants, l’écologisme n’aura été que l’armée de réserve d’une époque de bureau­cra­ti­sa­tion, où la « ratio­na­li­té » est tou­jours défi­nie loin des indi­vi­dus concer­nés et de toute connais­sance réa­liste, avec les catas­trophes renou­ve­lées que cela implique. […] 

Ce n’est donc pas une espèce de purisme extré­miste, et moins encore de « poli­tique du pire », qui invite à se démar­quer vio­lem­ment de tous les amé­na­geurs éco­lo­gistes de l’économie : c’est sim­ple­ment le réa­lisme sur le deve­nir néces­saire de tout cela. Le déve­lop­pe­ment consé­quent de la lutte contre les nui­sances exige de cla­ri­fier, par autant de dénon­cia­tions exem­plaires qu’il fau­dra, l’opposition entre les éco­lo­crates – ceux qui tirent du pou­voir de la crise éco­lo­gique – et ceux qui n’ont pas d’intérêts dis­tincts de l’ensemble des indi­vi­dus dépos­sé­dés, ni du mou­ve­ment qui peut les mettre en mesure de sup­pri­mer les nui­sances par le « déman­tè­le­ment rai­son­né de toute pro­duc­tion mar­chande ». Si ceux qui veulent sup­pri­mer les nui­sances sont for­cé­ment sur le même ter­rain que ceux qui veulent les gérer, ils doivent y être pré­sents en enne­mis, sous peine d’en être réduits à faire de la figu­ra­tion sous les pro­jec­teurs des met­teurs en scène de l’aménagement du ter­ri­toire. Ils ne peuvent réel­le­ment occu­per ce ter­rain, c’est-à-dire trou­ver les moyens de le trans­for­mer, qu’en affir­mant sans conces­sion la cri­tique sociale des nui­sances et de leurs ges­tion­naires, ins­tal­lés ou postulants. »

Leur cri­tique de la ges­tion des nui­sances, qui est aus­si une cri­tique de la ges­tion des inquié­tudes et des contes­ta­tions popu­laires, rejoint en cela la dénon­cia­tion de l’ON­Gi­sa­tion de la résis­tance for­mu­lée, entre autres, par Arund­ha­ti Roy :

Gil Scott-Heron l’a­vait chan­té, la révo­lu­tion ne sera pas télé­vi­sée, et le le col­lec­tif INCITE ! d’a­jou­ter à rai­son qu’elle ne sera pas non plus sub­ven­tion­née.

Nico­las Casaux


  1. https://www.bastamag.net/Le-pouvoir-d-influence-delirant-des-dix-milliardaires-qui-possedent-la-presse
  2. https://www.zonebourse.com/TOTAL-4717/actualite/Total-accord-avec-la-Fondation-GoodPlanet-25542889/?iCStream=1
  3. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/09/16/l‑empire-yann-arthus-bertrand-en-5-chiffres_4759524_4355770.html

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Davi Kopenawa, entretien avec un chaman Yanomami (Trip)

Peu connu dans son propre pays, Davi Kopenawa Yanomami est le leader indigène le plus respecté du Brésil. Il a été récompensé par l’ONU, a garanti à son peuple un territoire plus vaste que le Portugal, et sa biographie est un best-seller en France. Dans cette interview, la plus longue publiée à ce jour, fruit de deux jours de conversation, Davi parle de la vie, de la nature et de son peu d’espoir pour le futur : « je ne suis pas triste, non, je suis révolté ». [...]
Lire

La gauche, la civilisation et l’idolâtrie de la ville (par Ana Minski et Nicolas Casaux)

Aujourd'hui encore, malgré la présente situation sociale et écologique, les dynamiques inexorables que chacun constate, on retrouve, à gauche, y compris au plus à gauche de la gauche, y compris au sein de la gauche anti-industrielle (et/ou technocritique), une même célébration, un même amour de la ville, de la cité, de la vie urbaine. (À droite aussi, mais cela va de soi !)