C. Stepanoff : « Le chamane hiérarchique est hiérarchique parce que la communauté dépend de lui »

Je me suis entre­te­nue avec Charles Ste­pa­noff autour de son essai Voya­ger dans l’in­vi­sible. Charles Ste­pa­noff est anthro­po­logue à l’EPHE et auteur de dif­fé­rents ouvrages sur le cha­ma­nisme et les socié­tés hybrides.

 

Ana Mins­ki


Ana Mins­ki : Vous avez étu­dié les dif­fé­rentes tech­niques de cha­ma­nisme chez les peuples d’A­sie du nord et de Sibé­rie et dans ce cadre dis­tin­gué deux types de cha­ma­nisme : un cha­ma­nisme hété­rar­chique et un cha­ma­nisme hié­rar­chique. Ces deux cha­ma­nismes se dis­tinguent par l’u­ti­li­sa­tion de la tente sombre, pour le pre­mier, de la tente claire pour le second. Dans le cas du cha­ma­nisme hété­rar­chique, cha­cun est capable de com­mu­ni­quer avec les esprits, tan­dis que chez les peuples pra­ti­quant un cha­ma­nisme hié­rar­chique, seul le cha­mane a le pou­voir de com­mu­ni­quer avec les esprits. Vous envi­sa­gez la pos­si­bi­li­té que la hié­rar­chi­sa­tion pour­rait appa­raître à la suite d’une spé­cia­li­sa­tion dans le domaine de l’i­ma­gi­naire. Un indi­vi­du pos­sède un pou­voir sur les forces natu­relles et devient le seul inter­mé­diaire entre le monde maté­riel et le monde vir­tuel, tous les autres indi­vi­dus dépen­dant sym­bo­li­que­ment de lui pour régler les pro­blèmes ren­con­trés avec les esprits. Délé­guer notre pou­voir d’i­ma­gi­na­tion entraî­ne­rait ain­si d’autres hié­rar­chi­sa­tions à sa suite.

Cette spé­cia­li­sa­tion a t‑elle des consé­quences visibles sur le quo­ti­dien des cha­manes et de ceux qui dépendent d’eux pour main­te­nir un équi­libre entre monde maté­riel et monde invi­sible ? Y a‑t-il des acti­vi­tés qui leur sont inter­dites ou dont ils peuvent se décharger ?

Charles Ste­pa­noff : Oui, vous résu­mez très bien la ques­tion. La hié­rar­chi­sa­tion des socié­tés avec des élites jouis­sant d’une posi­tion de pres­tige et de pou­voir leur per­met­tant d’obtenir l’obéissance, la force phy­sique et par­fois la vie des autres per­sonnes est intrin­sè­que­ment liée à la divi­sion du tra­vail. Pour qu’il y ait des sol­dats, des prêtres, des sei­gneurs, il faut qu’il y ait des gens qui acceptent de tra­vailler plus pour les nour­rir afin de leur libé­rer du temps pour se consa­crer à la guerre, à la reli­gion et à la sou­ve­rai­ne­té. Dans les socié­tés sans hié­rar­chie sociale, les fonc­tions de pro­duc­tion, guerre, reli­gion, sou­ve­rai­ne­té ne sont pas dis­tri­buées de cette manière entre dif­fé­rentes classes. Elles sont plus ou moins assu­mées par chaque homme ou chaque mai­son­née. Bien sûr il y a une forme de divi­sion du tra­vail uni­ver­selle, c’est la divi­sion sexuelle du tra­vail qui crée une dépen­dance réci­proque entre hommes et femmes. Ce qui n’est pas uni­ver­sel par contre et qu’il faut donc expli­quer, c’est la dépen­dance entre caté­go­ries sociales. Or dans un cer­tain nombre de socié­tés, la seule forme de dépen­dance sociale de ce type concerne l’accès à l’invisible qui est de la res­pon­sa­bi­li­té de spé­cia­listes com­pé­tents, les cha­manes. Com­prendre la divi­sion du tra­vail ima­gi­na­tif me semble donc cru­cial pour com­prendre la dyna­mique de l’émergence de la hié­rar­chie sociale, car cela en consti­tue sou­vent une des pre­mières étapes. Pre­nons le cas des Yuka­ghir, chez qui l’unique figure pré­sen­tant des traits hié­rar­chiques est le cha­mane. Son corps reçoit un trai­te­ment par­ti­cu­lier après la mort, des mor­ceaux sont conser­vés comme des reliques. À mesure que la hié­rar­chi­sa­tion s’accentue au cours du XIXe siècle, les cha­manes gagnent un cos­tume et un tam­bour par­ti­cu­liers. En revanche ils n’ont pas de signes dis­tinc­tifs dans la vie quo­ti­dienne. Ils exercent les mêmes acti­vi­tés de chasse, pêche ou éle­vage que les autres. Par­fois cepen­dant ils peuvent pré­tendre à une cer­taine auto­ri­té poli­tique et diplo­ma­tique mais ces cas demeurent excep­tion­nels et ils ne donnent pas nais­sance à un pou­voir stable. 

Ana Mins­ki : Un lien existe-t-il entre cha­ma­nisme et agri­cul­ture, cha­ma­nisme et domes­ti­ca­tion, cha­ma­nisme et domi­na­tion mas­cu­line comme l’af­firme She­pard : « Le cha­mane n’a fait son appa­ri­tion que bien plus tard. Il incar­nait la crainte que les agri­cul­teurs avaient des mau­vais esprits et des malé­dic­tions, et il fit son appa­ri­tion conjoin­te­ment à l’u­sage de stu­pé­fiant, à la pro­gres­sion de la domi­na­tion mas­cu­line dans la socié­té, à l’ex­ploi­ta­tion des ani­maux domes­tiques (et en par­ti­cu­lier du che­val) comme auxi­liaire de l’homme, et à l’é­vo­lu­tion des peuples séden­taires qui étaient pas­sés d’une par­ti­ci­pa­tion éga­li­taire au sta­tut de simple spec­ta­teur. » (Retour aux sources du Pléistocène)

Charles Ste­pa­noff : Les grandes tra­di­tions cha­ma­niques des peuples de l’Arctique, de l’Amazonie, ou de l’Australie n’ont rien à voir avec l’agriculture ou avec la domes­ti­ca­tion du che­val. Le cha­ma­nisme n’est vrai­ment pas typique des socié­tés agri­coles, on le décrit plu­tôt chez des chas­seurs-cueilleurs, des pas­teurs nomades et des hor­ti­cul­teurs iti­né­rants. Cette cita­tion de She­pard a autant de sens que d’affirmer que les Suisses ont inven­té la navi­ga­tion mari­time, mais c’est en géné­ral un auteur qui aime les for­mules fan­tai­sistes issues de ses intui­tions per­son­nelles. En l’occurrence il a mal com­pris les tra­vaux d’Esther Jacob­son sur l’archéologie des tra­di­tions reli­gieuses d’Asie inté­rieure, elle-même for­te­ment influen­cée par cer­taines théo­ries mar­xistes évo­lu­tion­nistes de l’archéologie sovié­tique décri­vant le pas­sage du com­mu­nisme pri­mi­tif au cla­nisme. Il réin­ter­prète ces tra­vaux dans le cadre de sa vision mora­li­sa­trice et escha­to­lo­gique de la révo­lu­tion néo­li­thique. Toutes sortes de plaies du monde occi­den­tal moderne lui appa­raissent en germe dans le Néo­li­thique, ce qui l’amène à regar­der cette période comme le reflet, le pré­sage, de notre époque à nous, au lieu de s’intéresser aux tem­po­ra­li­tés et aux dyna­miques propres des socié­tés du pas­sé. L’idée de She­pard que la domes­ti­ca­tion des plantes et des ani­maux serait source du patriar­cat et d’une guerre de l’humain contre la nature est démen­tie par mille exemples à tra­vers le monde, il suf­fit de son­ger aux hor­ti­cul­teurs ama­zo­niens, aux pas­teurs sibé­riens ou afri­cains, aux agri­cul­teurs autoch­tones nord-amé­ri­cains et aux chas­seurs-cueilleurs du monde entier qui pos­sèdent tous des chiens. La domes­ti­ca­tion n’implique aucune forme déter­mi­née d’organisation sociale ou de cos­mo­lo­gie, c’est au contraire chaque socié­té qui donne un sens par­ti­cu­lier à ses rela­tions au vivant domes­tique. Il est erro­né d’opposer terme à terme le Pléis­to­cène comme âge d’or de la nature sau­vage de l’homme et l’Holocène période des domes­ti­ca­tions et des alié­na­tions : la seule espèce domes­tique pré­sente dans toutes les socié­tés humaines est le chien, un ani­mal domes­ti­qué au cours du Pléis­to­cène, bien avant le Néo­li­thique. Cher­cher dans le pas­sé le visage du pré­sent, comme le fait She­pard, c’est éri­ger l’anachronisme en méthode, une approche très sédui­sante car elle trans­forme l’histoire du monde en des­tin, mais très éloi­gnée des méthodes des sciences sociales. Je trouve beau­coup plus riche et dépay­sant de se recon­naître igno­rant et d’écouter ce que la recherche archéo­lo­gique et anthro­po­lo­gique nous fait décou­vrir tous les jours. 

S.D. May­na­ga­shev, Cha­mane en transe che­vau­chant son tam­bour : ado­ra­tion de la divi­ni­té du feu, début du xxe siècle.

Ana Mins­ki : « Ces tech­niques sont des outils d’ex­plo­ra­tion des sub­jec­ti­vi­tés ani­males, des arbres et des mon­tagnes. Elles per­mettent d’ex­plo­rer l’in­vi­sible où demeure la dimen­sion inten­tion­nelle du milieu vivant. » Dans notre culture, dès que nous envi­sa­geons une sub­jec­ti­vi­té ani­male nous sommes accu­sés d’an­thro­po­mor­phisme, prê­ter des inten­tions ou des émo­tions aux autres espèces est de l’ordre de la lubie voire de la sot­tise. Seul le domaine de l’i­ma­gi­naire est auto­ri­sé à octroyer des émo­tions, des pen­sées, des inten­tion­na­li­tés aux autres espèces. La valeur sociale de l’i­ma­gi­naire est réduite à un sec­teur bien spé­ci­fique : les œuvres d’i­ma­gi­na­tion qu’il serait dan­ge­reux de confondre avec la réa­li­té. Ain­si, la sub­jec­ti­vi­té est dif­fé­rente et infé­rieure à l’ob­jec­ti­vi­té dans la connais­sance du monde. Pour­tant, comme vous le démon­trez tout au long de votre essai, la com­plé­men­ta­ri­té entre sub­jec­tif et objec­tif, ima­gi­naire et réa­li­té, la non-oppo­si­tion de ces deux aspects de l’es­prit humain, est d’une impor­tance capi­tale pour se situer dans le monde et plus par­ti­cu­liè­re­ment déve­lop­per notre empa­thie. Cette empa­thie serait née, selon vous, de notre condi­tion de chas­seur. Pen­sez-vous, comme l’é­crit She­pard, que c’est parce que la chasse « confronte le chas­seur aux pro­blèmes émo­tion­nels et phi­lo­so­phiques intenses que sug­gèrent l’acte de tuer et la confron­ta­tion avec sa propre mort » ?

Les cha­manes sont-ils tou­jours des chas­seurs ? Est-il pos­sible d’ob­ser­ver des dif­fé­rences dans la per­cep­tion des autres espèces selon le cha­ma­nisme pratiqué ?

Charles Ste­pa­noff : L’attitude des socié­tés occi­den­tales modernes face aux ani­maux est com­plexe, mar­quée par une dis­tinc­tion radi­cale entre trois caté­go­ries : ani­mal sau­vage, ani­mal de rente et ani­mal de com­pa­gnie. La sub­jec­ti­vi­té et la sen­si­bi­li­té de l’animal sont des sujets tout à fait sérieux et légi­times chez nous s’il s’agit de l’animal de com­pa­gnie. C’est la fonc­tion pre­mière des ani­maux de com­pa­gnie que d’être une source d’affects. L’économie de l’animal sup­port d’affect est consi­dé­rable. Aux États-Unis, le mar­ché de l’animal de com­pa­gnie est pas­sé de 40 mil­liards de dol­lars en 2007 à près de 80 mil­liards en 2019, près de 300 fois le bud­get de l’État de la Soma­lie. Or ce qui est très frap­pant, c’est la sépa­ra­tion entre les ani­maux à qui nous deman­dons des affects et ceux à qui nous deman­dons de la viande. La fron­tière est pour­tant tota­le­ment arbi­traire : pour­quoi deman­dons-nous des affects au cochon d’Inde alors que les Andins qui l’ont domes­ti­qué lui demandent de la viande ? Dans les socié­tés nord-asia­tiques, on attend de la viande et des affects d’un même ani­mal, on ne sépare pas comme nous les ani­maux-sujets des ani­maux-matière. On mange des ani­maux tout en les res­pec­tant et en leur recon­nais­sant une âme. Contrai­re­ment aux sché­mas sim­plistes de She­pard qui oppose terme à terme chasse et éle­vage, ceci vaut aus­si bien pour le chas­seur qui tue un ours en hono­rant son crâne que pour l’éleveur qui tue un mou­ton en s’excusant auprès de lui, puisque ce chas­seur et cet éle­veur sont la même per­sonne. La plu­part des éle­veurs sont aus­si chas­seurs en Asie du nord. Les cha­manes ne sont pas tou­jours chas­seurs, puisqu’il y a beau­coup de femmes cha­manes et les femmes chassent rarement. 

Ana Mins­ki : Une théo­rie sur la nais­sance de l’art accorde éga­le­ment une grande impor­tance à la chasse. La lec­ture des empreintes ani­males aurait été à l’o­ri­gine de l’art. Cette impor­tance accor­dée à la chasse ne par­ti­cipe-t-elle pas à ce que Ursu­la K. Le Guin, dans son court essai La théo­rie de la fic­tion-panier, expose, c’est-à-dire l’im­por­tance des récits de chasse, plus spec­ta­cu­laires que les récits de cueillettes, dans le déve­lop­pe­ment d’une socié­té hié­rar­chi­sée et patriar­cale ? Non pas parce que la femme n’au­rait jamais chas­sé, mais parce que le chas­seur, deve­nu guer­rier, valo­ri­se­rait des qua­li­tés dites masculines.

Qu’en est-il dans les socié­tés que vous avez étu­diées ? La cueillette est-elle pré­sente dans les récits, l’a­gen­ti­vi­té du pay­sage, de la flore est-elle repré­sen­tée d’une manière ou d’une autre ? Existe t‑il une asy­mé­trie des genres plus ou moins mar­quée selon le cha­ma­nisme pratiqué ?

Charles Ste­pa­noff : Dans le monde sep­ten­trio­nal, la diver­si­té végé­tale est très réduite par rap­port aux forêts tro­pi­cales. Il y a cent fois moins d’espèces d’arbres au km² dans la taï­ga que dans la forêt ama­zo­nienne. Plus on va vers le nord, plus la part du végé­tal est réduite dans l’alimentation. Dans ces condi­tions, il n’est pas sur­pre­nant que le cha­ma­nisme sibé­rien accorde beau­coup moins d’importance aux esprits des plantes que le cha­ma­nisme ama­zo­nien. Cepen­dant les arbres cha­ma­niques, bou­leaux ou mélèzes, ont un rôle consi­dé­rable dans les pra­tiques rituelles : ils font le lien entre les hommes et les esprits des lieux.

La ques­tion des asy­mé­tries de genre selon le type de cha­ma­nisme est com­plexe et n’appelle pas de réponse uni­voque. D’un point de vue évo­lu­tion­niste ins­pi­ré d’Engels, on aurait ten­dance à pen­ser que plus une socié­té est hié­rar­chi­sée, moins les femmes ont de pou­voir dans l’invisible. Or dans les socié­tés aris­to­cra­tiques et patri­li­néaires des steppes, le cha­ma­nisme est une ins­ti­tu­tion sub­ver­sive qui enfreint l’ordre domi­nant. Les cha­manes peuvent y être plus sou­vent des femmes que dans les socié­tés de chas­seurs-cueilleurs. En tout cas l’asymétrie de genre me semble être un ins­tru­ment pour pen­ser la topo­lo­gie cos­mique dans toutes les formes de cha­ma­nisme. Les inver­sions de sexe repré­sen­tées par les pra­tiques de tra­ves­tis­se­ment chez les socié­tés hété­rar­chiques, quand un cha­mane homme devient femme et inver­se­ment, sont pré­ci­sé­ment fon­dées sur les asy­mé­tries entre les fonc­tions, les obli­ga­tions et les vête­ments des hommes et des femmes. Ce ren­ver­se­ment les rend ter­ri­fiants pour leur entou­rage, pré­ci­sé­ment parce que l’asymétrie de genre a une réso­nance cosmique. 

Grotte Chau­vet

Ana Mins­ki : Le besoin de « sto­ckage sym­bo­lique externe », que vous défi­nis­sez comme « la néces­si­té d’enfermer ses mondes vir­tuels, pro­ba­ble­ment très riches, dans des arté­facts », com­men­ce­rait à par­tir de 40 000 ans, au Paléo­li­thique supé­rieur, avec la repré­sen­ta­tion figu­ra­tive. À Blom­bos une pla­quette gra­vée de croi­sillons, datée de 70 000 ans, a été mise au jour. Des tra­cés géo­mé­triques ryth­més voire même les bifaces sont consi­dé­rés par cer­tains archéo­logues comme les pre­mières formes d’art ou du moins comme les pre­mières repré­sen­ta­tions sym­bo­liques, ce qui recu­le­rait l’ap­pa­ri­tion des com­por­te­ments dits modernes (art et écri­ture) au Paléo­li­thique ancien, à Homo erec­tus. Pour­quoi ne pas tenir compte de ces tailles ou tra­cés ryth­més et symé­triques, et consi­dé­rer la repré­sen­ta­tion figu­ra­tive comme une rup­ture dans notre rap­port au monde, à l’in­vi­sible et aux autres espèces ? Les peuples qui pra­tiquent un cha­ma­nisme hié­rar­chique ont-ils un sto­ckage sym­bo­lique plus impor­tant que celui des peuples hété­rar­chiques ? Les repré­sen­ta­tions sym­bo­liques sont-elles plus figu­ra­tives chez les uns ou les autres ? Cette dif­fé­rence, si elle existe, est-elle d’ordre quan­ti­ta­tif ou figuratif ?

Charles Ste­pa­noff : Les tra­cés géo­mé­triques du Paléo­li­thique moyen sont en effet connus : Leroi-Gou­rhan par­lait à leur sujet de « période pré­fi­gu­ra­tive ». Ces tra­cés sont très énig­ma­tiques et il est vrai que l’on peut les consi­dé­rer comme des traces maté­rielles de sto­ckage sym­bo­lique externe, mais sur un mode très dif­fé­rent de l’art figu­ra­tif. Gar­dons en tête la pro­blé­ma­tique de Leroi-Gou­rhan, celle du lien entre gra­phisme et parole, qu’il syn­thé­tise dans la notion de « mytho­gramme » (parole – gra­phisme). Dans l’ethnographie, on sait que de tels tra­cés peuvent être uti­li­sés par exemple pour enre­gis­trer une suc­ces­sion de chants. Ils ont pour but d’aider à la mémo­ri­sa­tion d’une séquence ryth­mée, mais ils ne peuvent pas avoir d’effet pré­cis sur le conte­nu de l’imagerie men­tale. Un même signe, le trait, ren­voie à un ours, un héros, ou un arbre. La visua­li­sa­tion men­tale n’est pas déter­mi­née par le signe, on est dans de l’imagination lar­ge­ment explo­ra­toire plu­tôt que gui­dée. En revanche quand le chant rituel est accom­pa­gné de figures peintes ou gra­vées, le signe ico­nique met d’une cer­taine manière l’imagerie men­tale sur des rails, en tout cas il lui ouvre des pistes. L’apparition de la figure et sa géné­ra­li­sa­tion est donc une inno­va­tion inté­res­sante du point de vue de la ques­tion des rap­ports entre visible et invisible. 

Dans ce livre je pro­pose un lien entre hié­rar­chie et abon­dance des images. Effec­ti­ve­ment les cha­manes hié­rar­chiques sont bour­rés d’images, ils portent un cos­tume qui peut peser trente ou qua­rante kilos de figu­rines. Au contraire les cha­manes hété­rar­chiques portent un cos­tume sans images, ou offi­cient à moi­tié nus ; de toute façon, ils sont dans le noir. Leur ico­no­gra­phie est prin­ci­pa­le­ment men­tale, oni­rique, elle se situe dans l’invisible. L’enjeu demeure l’invisible dans le cha­ma­nisme hié­rar­chique, mais le visible est mis à contri­bu­tion pour y accé­der. Il s’agit de per­mettre l’apprentissage et la sta­bi­li­sa­tion d’une cos­mo­gra­phie par­ta­gée que l’on veut éter­nelle. Le gra­phisme figu­ra­tif n’est qu’un des outils de cette sta­bi­li­sa­tion, il accom­pagne des tech­niques pro­so­diques qui favo­risent la mémo­ri­sa­tion des chants rituels décri­vant le pay­sage de l’invisible. Les images maté­rielles sont un des moyens de fixer les images men­tales. Toute la ques­tion est : pour­quoi à cer­tains moments, cer­taines socié­tés décident qu’il est néces­saire de les fixer ? 

Ana Mins­ki : Vous com­pa­rez le voyage cha­ma­nique à un iti­né­raire cos­mique, au voyage d’Or­phée, plus qu’un temps il s’a­gi­rait d’un espace, d’une autre dimen­sion de la réa­li­té. Ce rap­port à l’es­pace et la com­pa­rai­son avec le mythe Orphée sont remar­quables, les cha­manes Tuva, par exemple, pou­vaient se rendre, avant la colo­ni­sa­tion, au pays des morts. Annie Lebrun, dans son ouvrage sur le roman­tisme noir, Les châ­teaux de la sub­ver­sion, écrit : « L’i­ma­gi­naire est aux abois à trop céder au ter­ro­risme du réel. Il s’ar­rête devant les objets, au lieu de les emprun­ter comme autant de pas­sages déro­bés dans la foule des appa­rences. ». Elle se révolte contre l’ob­ses­sion de notre culture pour les archives et la sau­ve­garde du patri­moine, sto­ckage sym­bo­lique hau­te­ment cumu­la­tif, et réha­bi­lite le goût du roman­tisme noir pour les ruines et les lieux aban­don­nés qui, bien plus qu’un choix esthé­tique, est une expé­rience du monde, la recon­nais­sance de la richesse émo­tion­nelle qu’offre l’éphémère.

L’es­pace que par­court le cha­mane implique un rap­port au temps et à la mort, qu’en est-il exac­te­ment ? Que pen­sez-vous de cette affir­ma­tion de She­pard : « La « pen­sée sau­vage » appré­hende le monde comme une tota­li­té à la fois pré­sente et pas­sée, dans toute sa mul­ti­pli­ci­té et sa com­plexi­té. » (Retour au Pléis­to­cène) ?

Charles Ste­pa­noff : De mon point de vue, l’opposition entre « l’imaginaire » et le « ter­ro­risme du réel » est très carac­té­ris­tique de ce dua­lisme onto­lo­gique qui a mené les Occi­den­taux à croire que l’imagination nous éloigne du réel. C’est une croyance absurde qui n’est pas par­ta­gée par les autres popu­la­tions humaines. Sans ima­gi­na­tion nous serions inca­pables de com­mu­ni­quer avec nos sem­blables, de faire des plans dans l’avenir et de les par­ta­ger et de com­prendre notre uni­vers. Nous ne serions pas des humains. 

Il y a une chose que j’ai mis beau­coup de temps à sai­sir et qui me semble impor­tante dans la notion de voyage cha­ma­nique : le rap­port à l’espace et au temps ne s’articule pas de la même manière que chez nous. Nous ima­gi­nons assez faci­le­ment l’espace et le temps comme des réa­li­tés abs­traites, sépa­rables, comme des « dimen­sions », des axes d’un gra­phique. On pour­rait se dépla­cer dans l’espace sans temps et dans le temps sans espace. Or pour les tra­di­tions cha­ma­niques voya­ger dans l’espace prend du temps et voya­ger dans le temps prend de l’espace. Pré­ci­sé­ment parce qu’un voyage men­tal est un voyage réel.

C’est une dif­fé­rence qui m’a frap­pé lorsque j’ai par­ti­ci­pé à des séances de cha­ma­nisme en France. Les par­ti­ci­pants, tous Fran­çais, voya­geaient fer­mant les yeux et ils disaient se pro­je­ter ins­tan­ta­né­ment au Machu Pic­chu ou aux pyra­mides d’Égypte. Or les cha­manes sibé­riens, lorsqu’ils accom­plissent un voyage de l’âme vers une des­ti­na­tion loin­taine, suivent une série d’étapes. Plus le lieu est éloi­gné, plus ces étapes seront nombreuses. 

Voya­ger dans l’espace prend du temps et réci­pro­que­ment voya­ger dans le temps prend de l’espace. Pour nous les pra­tiques divi­na­toires peuvent être ins­tan­ta­nées : le devin « voit » le futur. Or pour les cha­manes de Sibé­rie, voir ce que sera l’hiver implique de mon­ter haut dans le ciel. Plus vous mon­tez haut, plus vous voyez loin l’avenir qui se prépare. 

Ces faits sont cer­tai­ne­ment à mettre en rap­port avec les per­cep­tions de l’espace-temps des peuples nomades et semi-nomades. Les dis­tances ne sont pas expri­mées en uni­tés spa­tiales comme des kilo­mètres, mais tem­po­relles : une « sta­tion » est la dis­tance par­cou­rue en une jour­née. On peut mesu­rer une dis­tance en « haltes de rennes » : c’est-à-dire le temps entre deux pauses néces­saires aux rennes pour uri­ner. Si nous mesu­rions les voyages en car en nombre de pauses-pipi, plu­tôt qu’en kilo­mètres ou en heures, nous aurions une per­cep­tion beau­coup plus cor­po­relle de l’espace-temps.

Ana Mins­ki : « André Leroi-Gou­rhan obser­vait que chaque nou­veau médium figu­ra­tif nour­rit et guide de façon plus étroite l’imaginaire indi­vi­duel. Alors que les ani­maux de la grotte de Las­caux ouvrent pour qui les regarde un large champ de scènes ima­gi­naires pos­sibles, devant un film de ciné­ma, la « marge d’interprétation per­son­nelle » est réduite à l’extrême, lais­sant le spec­ta­teur « hors de toute pos­si­bi­li­té d’intervention active » ».

Pour­tant, il semble que le ciné­ma, contrai­re­ment à ce qu’af­firme André Leroi-Gou­rhan, puisse per­mettre de déve­lop­per l’i­ma­gi­na­tion active. Bien plus que le medium, ce qui véri­ta­ble­ment entre en jeu est l’in­ten­tion de celui qui explore ce medium. « Il faut lais­ser à l’insaisissable sa part », écrit Phi­lippe Jac­cot­tet, « moins on com­prend plus on ima­gine. On n’i­ma­gine que de l’in­con­nu. », écrit Elias Canet­ti. Ou enfin cette décla­ra­tion de Chan­tal Aker­man : « Il est impor­tant que le spec­ta­teur ne soit pas ava­lé par la chose mais existe d’autant plus par lui-même. Je crois que c’est Barthes qui disait qu’en lisant on réécri­vait aus­si. En tous cas c’est l’idée : je fais des films non pour que les spec­ta­teurs se retrouvent à ma place, mais pour que cha­cun puisse y trou­ver sa place propre, à côté de la mienne, ou ailleurs. Et c’est vrai que dans Là-bas, j’ai un peu le sen­ti­ment de prendre le spec­ta­teur avec moi au milieu des bruits et de la vie quo­ti­dienne. ». C’est ain­si qu’un film comme Shi­ning, par exemple, sti­mule l’i­ma­gi­na­tion du spec­ta­teur bien plus qu’il ne la contrôle ou la conduit, comme le docu­men­taire Room 237 en témoigne. Dans votre ouvrage vous dis­tin­guez l’i­ma­gi­na­tion active et explo­ra­toire, de l’i­ma­gi­na­tion contem­pla­tive et gui­dée. Le cha­ma­nisme hété­rar­chique pri­vi­lé­gie l’i­ma­gi­na­tion active à la dif­fé­rence du cha­ma­nisme hié­rar­chique qui pri­vi­lé­gie une ima­gi­na­tion contem­pla­tive, le cha­mane étant le chef d’orchestre.

Lorsque le cha­mane par­tage ses décou­vertes, ses voyages, les contrées visi­tées, les habi­tants ren­con­trés à son audi­toire, ne par­ti­cipe-t-il pas d’une cer­taine manière à la sti­mu­la­tion de l’i­ma­gi­naire de son audi­toire ? Les contes et récits ne par­ti­cipent-ils pas à créer, chez les peuples au cha­ma­nisme hété­rar­chique, un ima­gi­naire com­mun ? Quelles sont les parts accor­dées à l’in­di­vi­duel et au collectif ?

Charles Ste­pa­noff : Tout exer­cice de l’imagination est actif, l’imagination est une acti­vi­té, seul un cer­veau mort est inac­tif. Quand je dis­tingue l’imagination « agen­tive » (et non « active ») de l’imagination « contem­pla­tive », je prends un cri­tère pré­cis qui est le rap­port du sujet au conte­nu de ce qu’il ima­gine. Quand vous regar­dez un film, vous êtes actif, votre cer­veau tra­vaille, vous plon­gez dans une his­toire, vous vivez les émo­tions des per­son­nages, mais pour autant vous n’êtes pas un agent dans l’histoire, vous ne pou­vez pas prendre la parole, aider un per­son­nage en lui révé­lant un dan­ger. Votre ima­gi­na­tion est contem­pla­tive et non agen­tive. Les choses sont dif­fé­rentes dans des formes archaïques de spec­tacles où les spec­ta­teurs par­ti­cipent, et comme sou­vent ces archaïsmes se conservent dans des ins­ti­tu­tions enfan­tines comme le gui­gnol. Les enfants peuvent pré­ve­nir Gui­gnol d’un dan­ger, ils crient : « Gui­gnol, der­rière toi ! » et Gui­gnol répond : « Où ça ? ». C’est pour­quoi je pré­fère le gui­gnol au ciné­ma. Ensuite les enfants apprennent à ne plus agir ain­si dans les spec­tacles pour grands. Aujourd’hui quelqu’un qui inter­vien­drait dans une pièce de théâtre ou au ciné­ma serait mis dehors. Mais en Inde, j’ai assis­té à des séances de ciné­ma où les gens encou­ra­geaient les acteurs, les applau­dis­saient et les huaient. Ce rap­port non dis­ci­pli­né au ciné­ma mobi­li­sait une ima­gi­na­tion agen­tive. J’ai aus­si assis­té à des pro­jec­tions de films de Chan­tal Aker­man dans le quar­tier latin, le public est sans doute actif à sa manière, mais d’une façon beau­coup plus discrète.

De même dans les rituels cha­ma­niques, les gens peuvent avoir un rôle plus ou moins actif. Ils peuvent être les prin­ci­paux agents dans cer­tains rituels hété­rar­chiques, ou au contraire être uni­que­ment spec­ta­teurs de l’action dans les dis­po­si­tifs hié­rar­chiques. Mais même comme spec­ta­teurs, ils ne sont pas inac­tifs : ils suivent l’action, ce qui demande un grand effort men­tal car on n’est pas au ciné­ma, par­fois ils encou­ragent le cha­mane, ils répètent ses chants. Mais en contexte hié­rar­chique, ils ne sont pas cen­sés être eux-mêmes des héros de l’action.

Ana Mins­ki : Vous remar­quez une simi­li­tude entre l’organisation pic­tu­rale du tam­bour et l’organisation interne de la yourte : « l’axe haut-bas du tam­bour a pour équi­valent dans la yourte l’axe sud-ouest/­nord-est avec les oppo­si­tions com­munes : céleste/souterrain, sec/humide, clair/obscur. »

L’espace du tam­bour et celui de la yourte semblent mettre en lumière une oppo­si­tion ou une com­plé­men­ta­ri­té entre ani­maux domes­tiques et ani­maux sau­vages, steppe et taï­ga, cor­res­pon­dant à un contraste entre dextre-côté mas­cu­lin et senestre-côté féminin.

« Tan­dis que l’ours est un être « d’en haut » pour les Nivkh, il est lié au monde « d’en bas » pour les gens de l’Altaï-Saïan. Alors que les restes de l’ours sont ins­tal­lés dans le coin d’honneur de l’habitation pen­dant la fête nivkh, ils sont pla­cés dans la zone la moins pres­ti­gieuse de la mai­son dans l’Altaï-Saïan. De plus, dans la mai­son comme sur le tam­bour, l’ours n’apparaît nul­le­ment en tant qu’individu par­ti­cu­lier. Son image n’est pas sin­gu­la­ri­sée sur les tam­bours : il s’agit d’un sté­réo­type fai­sant office de sym­bole pris dans un réseau ordon­né d’évocations. L’image ren­voie à autre chose qu’à l’ours lui-même : au dieu des enfers, à la nuit, à la féminité. »

Ces dif­fé­rents contrastes sont-ils fon­dés sur le dua­lisme masculin/féminin, sont-ils aus­si pré­sents dans le cha­ma­nisme hété­rar­chique ou sont-ils étroi­te­ment liés à une onto­lo­gie ana­lo­gique, à une vision holiste du monde ?

La fabri­ca­tion du tam­bour chez les peuples à tra­di­tion hié­rar­chique néces­site l’intervention d’un spé­cia­liste : le for­ge­ron. « Cos­tume et tam­bour dans les tra­di­tions hié­rar­chiques contiennent des élé­ments de fer ou de bronze, or le métal est coû­teux et le tra­vail du for­ge­ron doit être rému­né­ré, ce qui implique l’investissement d’une com­mu­nau­té. » La tech­no­lo­gie employée – extrac­tion et tra­vail du métal – n’implique-t-elle pas une spé­cia­li­sa­tion bien plus importante ?

Charles Ste­pa­noff : L’orchestration de ces dif­fé­rents dua­lismes, mas­cu­lin-fémi­nin, diurne-noc­turne, amont-aval en une seule sym­pho­nie est tout à fait par­ti­cu­lière aux tra­di­tions hié­rar­chiques et ana­lo­giques. Cela ne signi­fie pas pour autant que ces dua­lismes soient absents des autres traditions. 

Le tra­vail du for­ge­ron est effec­ti­ve­ment la deuxième spé­cia­li­sa­tion la plus com­mune en Asie du nord après celle de cha­mane. Elle est fon­dée sur la pos­ses­sion de maté­riel de forge mais aus­si la maî­trise de cer­tains esprits dont la trans­mis­sion est patri­li­néaire alors que la fonc­tion de cha­mane est mixte. La métal­lur­gie n’est pas néces­sai­re­ment maî­tri­sée : les for­ge­rons peuvent tout à fait tra­vailler du métal obte­nu d’autres popu­la­tions par voies d’échanges sans qu’ils aient la moindre idée de la façon dont on extrait du mine­rai. Cer­tains groupes tra­vaillent sim­ple­ment les métaux à froid par mar­te­lage sans forge. Le tra­vail du métal n’implique donc pas tou­jours une grande spé­cia­li­sa­tion. Par ailleurs le for­ge­ron a un sta­tut moins répan­du et moins consi­dé­rable que celui de cha­mane hié­rar­chique et je pense que c’est parce qu’il n’a pas de rôle com­mu­nau­taire. Le cha­mane hié­rar­chique est hié­rar­chique parce que la com­mu­nau­té dépend de lui en tant que com­mu­nau­té : il assure le bon­heur du groupe. En revanche, le for­ge­ron répond à des com­mandes individuelles. 

Ana Mins­ki : Le prix de la fian­cée est pri­vi­lé­gié dans le cas des socié­tés à cha­ma­nisme hié­rar­chique. Claude Lévi-Strauss, dans Les Struc­tures élé­men­taires de la paren­té, écri­vait : « il en est donc des femmes comme de la mon­naie d’échange dont elles portent sou­vent le nom » insis­tant sur le lien sym­bo­lique exis­tant entre les règles de l’exogamie et la mise à dis­po­si­tion du corps des femmes dans l’économie des socié­tés dites pri­mi­tives. L’abandon du ser­vice à la per­sonne au pro­fit d’un prix de la fian­cée peut-il être envi­sa­gé comme une pre­mière rup­ture impor­tante dans les rela­tions entre dif­fé­rents clans et une pre­mière forme sym­bo­lique de « monnaie » ?

Charles Ste­pa­noff : Oui tout à fait, les mon­naies pri­mi­tives ont géné­ra­le­ment pour rôle de sol­der des obli­ga­tions sociales comme le paie­ment des pres­ta­tions matri­mo­niales ou des com­pen­sa­tions pour meurtre. C’est le cas en Sibé­rie comme en Méla­né­sie. Il est clair que les femmes perdent une grande part de leur pos­si­bi­li­té d’intervenir dans le choix de leur époux lorsqu’est adop­té le prin­cipe du prix de la fian­cée. La tran­sac­tion est une négo­cia­tion entre des clans, pas entre les fian­cés, elle peut se conclure pen­dant l’enfance des futurs époux à leur insu et même avant leur nais­sance. Ces arran­ge­ments sont légi­ti­més idéo­lo­gi­que­ment par la notion d’époux prédestiné. 

Ana Mins­ki : « En par­cou­rant l’Asie du Nord, nous nous sommes aper­çus que l’une des pra­tiques les plus répan­dues des cha­manes consiste à se trans­per­cer le corps. Ils donnent ain­si à voir que leur corps est spon­gieux, per­méable, ouvert à l’invisible, ren­dant pos­sible le double mou­ve­ment cen­tri­pète et cen­tri­fuge du rituel cha­ma­nique. » Le cha­mane est donc celui dont le corps est ouvert. Cette poro­si­té seul le cha­mane est capable de la sup­por­ter, pour le pro­fane elle met en dan­ger le fra­gile équi­libre du monde domes­tique. Chez les Even­ki, par exemple, des rennes domes­tiques sont sacri­fiés en échange des âmes de gibier que le cha­mane est par­ve­nu à négo­cier avec « la maî­tresse du monde », mère du gibier. Plus signi­fi­ca­tif peut-être, l’ouverture du « haa­cha » chez les Tuva qui met en dan­ger le groupe domes­tique dans son ensemble : famille et troupeau.

Ne peut-on y voir une cer­taine forme d’opposition entre sau­vage et domes­tique ? La peur du « sau­vage », ce qui s’éloigne de la sphère domes­tique, ne per­met-elle pas au cha­mane de conser­ver sa position ?

Cette ouver­ture du corps du cha­mane me fait pen­ser à ces vers de Rilke :

« De tous ses yeux la créature
voit l’Ou­vert. Seuls nos yeux
sont comme retour­nés et posés autour d’elle
tels des pièges pour encer­cler sa libre issue.
Ce qui est au-dehors nous ne le connaissons
que par les yeux de l’a­ni­mal. Car dès l’enfance
on nous retourne et nous contraint à voir l’envers,
les appa­rences, non l’ou­vert, qui dans la vue
de l’a­ni­mal est si pro­fond. Libre de mort. »

Le cha­mane est celui qui conduit les rites funé­raires, qui peut voya­ger et dis­cu­ter en face à face avec l’esprit des morts, les dif­fé­rentes forces qui cir­culent dans le monde ouvert. Voyez-vous une dif­fé­rence signi­fi­ca­tive dans ces rituels entre les deux cha­ma­nismes que vous avez étudiés ?

Enfin, dans les tra­di­tions hié­rar­chiques les rêves-visites sont inter­pré­tés par le cha­mane, qu’en est-il chez les peuples de tra­di­tion hété­rar­chique ? Tobie Nathan écrit que « le monde issu du rêve aura la cou­leur de l’interprète. Ain­si le rêve laisse-t-il entendre à notre phi­lo­so­phie que la nature la plus pro­fonde, la plus secrète d’une per­sonne don­née réside dans une autre. » Bien choi­sir l’interprète de nos rêves est cru­cial tout comme l’interprétation des rêves par un autre que soi est fon­da­men­tale pour créer une sub­jec­ti­vi­té unique. N’y a‑t-il pas un peu de cela dans cette oppo­si­tion entre le corps ouvert du cha­mane et les « gens simples », « bêtes », « esclaves » ? Une oppo­si­tion entre une sin­gu­la­ri­té et un « qui­conque », une ten­sion entre le col­lec­tif et l’individu ?

Charles Ste­pa­noff : L’ouverture du corps cha­ma­nique est un trait géné­ral que l’on retrouve dans toutes les tra­di­tions sibé­riennes, mais aus­si au-delà en Ama­zo­nie ou en Aus­tra­lie. C’est une ouver­ture à l’invisible, pas seule­ment au sau­vage par oppo­si­tion au domes­tique, un contraste qui n’est pas très per­ti­nent en dehors des socié­tés occi­den­tales comme l’a mon­tré Phi­lippe Des­co­la. Par exemple les cha­manes ont en charge l’entretien de l’esprit du feu dans la mai­son, un esprit émi­nem­ment domestique. 

L’homme bles­sé de la grotte du Pech Merle

Ana Mins­ki : La théo­rie de l’art du Paléo­li­thique euro­péen comme art cha­ma­nique s’inspirait des phé­no­mènes entop­tiques, phé­no­mènes hal­lu­ci­na­toires géné­rant des signes abs­traits tels que des spi­rales. Les quelques thé­rian­thropes peints repré­sen­tant alors des cha­manes en action. Mal­gré de nom­breux points dis­cu­tables, et plus par­ti­cu­liè­re­ment le fait que sous la plume de ces auteurs le cha­ma­nisme est un fourre-tout, il est remar­quable que l’anthropomorphe de la grotte de Pech Merle (pan­neau de « l’homme dit bles­sé ») ait été peint trans­per­cé de flèches. Les ani­maux figu­rés sont aus­si très sin­gu­liers, ils ne semblent pas pré­sen­ter des arché­types mais des indi­vi­dus. Dans sa thèse sou­te­nue il y a quelques temps, Clé­ment Birouste conclut : « L’art parié­tal du Mag­da­lé­nien moyen nous a fina­le­ment sem­blé don­ner à voir un réseau de sub­jec­ti­vi­tés, au sein duquel chaque jalon est consti­tué par un indi­vi­du appar­te­nant à une espèce. La mise en place d’un tel sys­tème paraît par­ti­cu­liè­re­ment carac­té­ris­tique d’un régime onto­lo­gique ani­miste et montre de nom­breuses incom­pa­ti­bi­li­tés avec les autres régimes onto­lo­giques, dans la mesure où il pointe des indi­vi­dus ani­maux qui par­tagent un même sta­tut et consti­tuent des centres d’in­ten­tion­na­li­tés divers défi­nis par la forme de leur corps et les agis­se­ments carac­té­ris­tiques de leur espèce. » L’analyse des ves­tiges osseux per­met éga­le­ment d’identifier des rites de bou­che­ries com­pa­rables aux rites ani­mistes pra­ti­qués pour sépa­rer la viande de l’âme afin que cette der­nière rejoigne le conti­nuum des inté­rio­ri­tés. Ces peuples étaient encore des chas­seurs-cueilleurs nomades ou semi-séden­taires et, s’il est absurde de pro­je­ter sur toutes les périodes du paléo­li­thique une concep­tion ani­miste du monde, les moyens de sub­sis­tance peuvent-ils modi­fier suf­fi­sam­ment notre rap­port au monde pour en modi­fier la cos­mo­lo­gie ? Dans sa thèse, Carole Dudo­gnon, qui étu­die la repré­sen­ta­tion des camé­li­dés dans les Andes avant et après la domes­ti­ca­tion conclut : « Chez les chas­seurs, l’homme est en géné­ral de petite taille et dépour­vu de détails face à un ani­mal beau­coup plus grand que lui, tan­dis que chez les éle­veurs, l’homme est sou­vent plus grand que les ani­maux qui l’entourent et il est pour­vu de détails ana­to­miques et d’éléments dis­tinc­tifs (armes, parure, coiffe). Cela montre que l’image de l’homme devient domi­nante au fur et à mesure qu’il maî­trise tech­ni­que­ment l’animal. En marge des dis­po­si­tifs tech­niques qui se mettent en place avec la domes­ti­ca­tion ani­male, nous voyons que l’évolution des rap­ports entre l’homme et l’animal modi­fie la construc­tion des repré­sen­ta­tions psy­chiques homme/animal et pro­ba­ble­ment aus­si les rela­tions sociales entre les hommes. »

Que pen­sez-vous du rôle de la domes­ti­ca­tion dans l’émergence de la figure humaine dans l’art parié­tal ? Pen­sez-vous qu’elle coïn­cide avec une vision ana­lo­gique ou holiste du monde ?

Charles Ste­pa­noff : C’est une ques­tion fas­ci­nante qui a sus­ci­té de nom­breuses hypo­thèses depuis le XIXe siècle et il faut recon­naître que notre regard est très orien­té par les grands récits struc­tu­rants comme ceux de Mor­gan, Engels, Childe. Ces récits jouent véri­ta­ble­ment dans nos socié­tés le rôle de mythes fon­da­teurs. Ils sont par­fois confir­més par les don­nées archéo­lo­giques, par­fois contre­dits et demandent l’élaboration d’hypothèses plus fines. En Sibé­rie, il y a un tour­nant fort dans l’art parié­tal au Néo­li­thique (qui n’implique pas la domes­ti­ca­tion dans cette région), avec l’apparition de scènes nar­ra­tives qui n’étaient pas pré­sentes au Paléo­li­thique. Des scènes de chasse et d’accouplement d’humains avec des ani­maux sont visibles. Mais l’animal, l’élan, demeure la figure majeure, exé­cu­tée avec le plus de soin et avec les plus grandes dimen­sions. Or à par­tir de l’âge du Bronze dans la région du Baï­kal, on assiste à un chan­ge­ment pro­fond qui laisse devi­ner une révo­lu­tion cos­mo­lo­gique. Nous voyons des orga­ni­sa­tions cos­miques ordon­nées et l’humain devient une figure cen­trale. Le style rayon‑X autre­fois réser­vé aux ani­maux s’applique désor­mais à l’humain dans des figures à sque­lettes appa­rents qui font pen­ser aux cha­manes modernes. Or tout ceci se joue chez des chas­seurs-cueilleurs deux mil­lé­naires avant l’apparition de l’élevage. Il n’y a pas de rai­son de voir les chas­seurs-cueilleurs comme des gens par­ta­geant une cos­mo­lo­gie unique et immuable, ce serait réha­bi­li­ter l’idée d’un monde sau­vage pri­mi­tif. La domes­ti­ca­tion n’est pas non plus un phé­no­mène homo­gène qui entraî­ne­rait méca­ni­que­ment l’adoption de telle ou telle onto­lo­gie. Tous les groupes humains ont un ani­mal domes­tique, le chien, cela n’implique nul­le­ment qu’ils nour­rissent tous le même type de rap­port au vivant. Il faut plu­tôt s’interroger sur cer­tains grands chan­ge­ments qui inter­viennent au sein des socié­tés de chasse-cueillette et pré­parent l’adoption ou non de l’élevage et de l’agriculture.


Cor­rec­tion : Lola Bearzatto

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
34
Shares
2 comments
  1. Bon­jour,

    Je lis régu­liè­re­ment vos articles, qui font beau­coup réflé­chir même si je ne par­tage pas tou­jours les ana­lyses des dif­fé­rents auteurs.

    Je vou­lais sou­le­ver une petite cri­tique au sujet de cet article : assi­mi­ler le cha­ma­nisme au « domaine de l’i­ma­gi­na­tion » me semble très eth­no­cen­tré. Si pour l’an­thro­po­logue obser­va­teur, ces pra­tiques cha­ma­niques, témoi­gnage d’une spi­ri­tua­li­té ani­miste, sont du res­sort de l’i­ma­gi­naire, c’est qu’il ne recon­nait pas la réa­li­té vécue par les pra­ti­quants du cha­ma­nisme et qua­li­fie ces pra­tiques d’illu­sion puis­qu’il n’a pas les sens adé­quats pour cap­tu­rer cette expé­rience du vivant. 

    Pour connaître une spi­ri­tua­li­té, il faut la goû­ter et la vivre de l’in­té­rieur. Obser­ver ou par­ti­ci­per en gar­dant son sché­ma de pen­sée, sa grille, son cadre, ne per­met pas la connais­sance mais juste l’a­na­lyse. C’est intel­lec­tuel, froid, non vivant. La connais­sance vient de la com­pas­sion, du vivre avec.

    Je suis conteur de pro­fes­sion, domaine où l’i­ma­gi­naire est roi. Mais aus­si où chaque conte, chaque légende découle d’une réa­li­té vécue par celui qui rap­porte ou écrit cette expé­rience, quelle qu’elle soit. Ce peut être la ren­contre avec l’am­biance d’un lieu, qui va lais­ser pen­ser qu’il est habi­té, ce peut être le mou­ve­ment du vent, qui va trans­por­ter un mes­sage appré­hen­dé par l’ob­ser­va­teur, ce peut être la forme d’un arbre, d’un rocher, ce peut être la ren­contre avec un être de la nature, aper­çu dans un rayon de soleil. Qua­li­fier ces his­toires d’i­ma­gi­naires revient à nier l’ex­pé­rience vécue par l’ob­ser­va­teur et rabais­ser ces his­toires au rang du roman popu­laire, qui, lui, est un vrai pro­duit de l’i­ma­gi­na­tion car inven­té de toute pièce. 

    Ensuite, comme toute spi­ri­tua­li­té, la pure­té ini­tiale (avoir un lien avec la nature>animisme, déta­cher l’es­prit du matériel>bouddhisme, pro­mou­voir l’a­mour entre les gens>christianisme…) est très vite déna­tu­ré par l’ap­pa­ri­tion d’une caste de « sachants » s’ac­ca­pa­rant les rites et s’ins­tal­lant comme seuls inter­mé­diaires entre l’in­di­vi­du et la Source de la spi­ri­tua­li­té (la Nature, le Grand Tout, le Divin…). Le cha­ma­nisme n’é­chappe pas à la règle et les cha­mans « modernes » de ces socié­tés tiennent la même place que les prêtres de toutes les spi­ri­tua­li­tés qui se veulent les seuls « inter­mé­diaires », pour une ques­tion de pou­voir et de main-mise tem­po­rel sur les membres de leurs communautés.

    En espé­rant que ces quelques lignes sus­citent en vous une réflexion.

    Belle jour­née,

    Erwan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Nous ne devrions pas exister — La philosophie de l’antinatalisme (par David Benatar)

L’antinatalisme est le point de vue selon lequel nous devrions cesser de procréer – qu’il est mauvais d’avoir des enfants. Plusieurs routes mènent à cette conclusion. Certaines d’entre elles pourraient être qualifiées de "philanthropiques". Elles émanent de préoccupations pour les humains qui seront amenés à exister si nous procréons. Selon ces arguments, la vie est pleine de souffrance et nous ne devrions pas en rajouter. Beaucoup de pronatalistes réfutent cette affirmation et prétendent, au moins, que dans la vie le bon l’emporte sur le mauvais. Ils devraient se souvenir de ce qui suit.
Lire

Résistance et activisme : comprendre la dépression grâce à l’écopsychologie (par Will Falk)

Je suis un activiste écologiste. Je souffre de dépression. Être un activiste tout en souffrant de dépression me place directement face à un dilemme sans issue : la destruction du monde naturel engendre un stress qui exacerbe la dépression. Mettre un terme à la destruction du monde naturel soulagerait le stress que je ressens, et, dès lors, apaiserait cette dépression. Cependant, agir pour mettre fin à la destruction du monde naturel m’expose à une grande quantité de stress, ce qui alimente à nouveau ma dépression. [...]