Dernière Rénovation, Alternatiba, Extinction Rebellion, etc. : la pseudo-écologie au service du capitalisme industriel (par Nicolas Casaux)

Peut-être avez-vous enten­du par­ler, si vous vous inté­res­sez à l’écologie, de ces jeunes qui, en France, ont per­tur­bé un match de Roland-Gar­ros et une épreuve du tour de France, de ces jeunes qui se sont col­lé les mains à un tableau de Bot­ti­cel­li dans un musée de Flo­rence en Ita­lie, ou de celles et ceux qui ont fait pareil avec des tableaux de Van Gogh et De Vin­ci (entre autres) au Royaume-Uni ? Outre un même genre de reven­di­ca­tions, ces groupes par­tagent un autre point com­mun : ils sont tous finan­cés par un même fonds, le Cli­mate Emer­gen­cy Fund (CEF).

Le CEF a été fon­dé en juillet 2019 par trois per­sonnes prin­ci­pales : Tre­vor Neil­son, Aileen Get­ty et Rory Kennedy.

Tre­vor Neil­son est un mil­liar­daire états-unien, pré­sident de la socié­té i(x) invest­ments, co-fon­dée avec le petit-fils du mil­liar­daire War­ren E. Buf­fett (troi­sième for­tune mon­diale). I(x) Invest­ments est « une socié­té de capi­tal-risque » qui « inves­tit dans les éner­gies renou­ve­lables, l’im­mo­bi­lier vert, l’é­ga­li­té des sexes, le loge­ment abor­dable, la tech­no­lo­gie et l’in­for­ma­tion, la trans­for­ma­tion des déchets en car­bu­rants et la valo­ri­sa­tion du car­bone ». Neil­son a aus­si été direc­teur exé­cu­tif de la Glo­bal Busi­ness Coa­li­tion, une coa­li­tion de plus de 200 mul­ti­na­tio­nales dédiée aux ques­tions de san­té et créée avec le fon­da­teur de Micro­soft, Bill Gates, le finan­cier George Soros et le fon­da­teur de CNN, Ted Tur­ner. Ex-diri­geant de la Fon­da­tion Bill & Melin­da Gates, Neil­son a été nom­mé « Jeune lea­der glo­bal » par le Forum éco­no­mique mon­dial et a ser­vi à la Mai­son Blanche sous l’administration de Bill Clin­ton. Enfin, Neil­son est aus­si le PDG de la com­pa­gnie Was­te­Fuel, qui « met en œuvre des tech­no­lo­gies éprou­vées pour faire face à l’urgence cli­ma­tique et révo­lu­tion­ner la mobi­li­té », par exemple en trans­for­mant « les déchets muni­ci­paux et agri­coles en car­bu­rants à faible émis­sion de car­bone, en gaz natu­rel renou­ve­lable, et en métha­nol vert ». Par­mi les inves­tis­seurs majeurs de Was­te­Fuel figure… Aileen Getty.

Aileen Get­ty est une héri­tière de l’empire pétro­lier du même nom (Get­ty Oil Com­pa­ny). Et Rory Ken­ne­dy est la fille du célèbre séna­teur états-unien Robert F. Ken­ne­dy, fervent défen­seur du « capi­ta­lisme de libre-mar­ché » et pro­mo­teur d’un « capi­ta­lisme propre », éga­le­ment inves­tis­seur de longue date dans les éner­gies et les tech­no­lo­gies dites « vertes », « propres », « renou­ve­lables » ou « décar­bo­nées » (Robert F. Ken­ne­dy siège, entre autres, à Van­ta­ge­Point Capi­tal Part­ners, une com­pa­gnie d’investissement « en capi­tal-risque inter­na­tio­nal qui sou­tient les entre­prises, de leur créa­tion à leur déve­lop­pe­ment, en met­tant l’ac­cent sur l’in­no­va­tion et l’ef­fi­ca­ci­té énergétique »).

Et donc quoi ? Et donc, si l’identité des finan­ceurs d’une orga­ni­sa­tion ne déter­mine pas — pas tou­jours — la nature de ses acti­vi­tés (on peut trou­ver des contre-exemples), en règle géné­rale, les capi­ta­listes (pré­ten­du­ment « phi­lan­thropes ») ne financent pas n’importe qui pour faire n’importe quoi. Les groupes ici finan­cés ont été choi­sis parce qu’ils sont non-vio­lents (pré­re­quis élé­men­taire) et parce que leurs reven­di­ca­tions s’inscrivent, en gros, dans le cadre d’un pro­ces­sus visant à encou­ra­ger la décar­bo­na­tion du capi­ta­lisme indus­triel, la fameuse « tran­si­tion éco­lo­gique » (ou tech­no­lo­gique, ou éco­no­mique, c’est tout un) dont on entend de plus en plus par­ler dans les médias de masse. Il ne s’agit jamais de déman­te­ler la civi­li­sa­tion indus­trielle, d’en finir avec les rap­ports sociaux inhu­mains qu’imposent l’État et le capi­ta­lisme, avec la dépos­ses­sion poli­tique. Il s’agit plu­tôt de deman­der des finan­ce­ments pour ci ou ça. Ici pour le déve­lop­pe­ment mas­sif des indus­tries de pro­duc­tion d’énergie dite verte, propre, renou­ve­lable ou décar­bo­née. Là pour un vaste chan­tier natio­nal de BTP.

On pour­rait pen­ser que le groupe bri­tan­nique « Just Stop Oil » (« Arrê­tez le pétrole ») fait excep­tion, parce qu’il demande l’arrêt de l’extraction et de la consom­ma­tion de com­bus­tibles fos­siles. Sauf qu’il demande en contre­point aux gou­ver­ne­ments de finan­cer le déve­lop­pe­ment mas­sif des indus­tries de pro­duc­tion d’énergie dite « renou­ve­lable » et fait la pro­mo­tion du « plan pour par­ve­nir à la neu­tra­li­té car­bone » d’ici 2050 de l’AIE (Agence inter­na­tio­nale de l’éner­gie). Là encore, il ne s’agit pas du tout de sor­tir du capi­ta­lisme indus­triel. (Ces gens-là semblent en outre igno­rer que le déve­lop­pe­ment des éner­gies pré­ten­du­ment renou­ve­lables néces­site l’usage de com­bus­tibles fossiles).

Il y a quelques jours, Extinc­tion Rebel­lion France célé­brait l’a­dop­tion de la « loi cli­mat » por­tée par Joe Biden aux États-Unis en la pré­sen­tant comme une déci­sion qui « va dans le bon sens » au motif qu’elle per­met­trait « la réduc­tion des émis­sions de CO2 », sans même pré­ci­ser son conte­nu. Eh bien, cette loi vise à déblo­quer 369 mil­liards de dol­lars afin de « déve­lop­per la pro­duc­tion d’éner­gie éolienne et solaire, mettre les véhi­cules élec­triques à la por­tée d’un plus grand nombre d’A­mé­ri­cains et mettre 1,5 mil­liard de dol­lars à la dis­po­si­tion des com­pa­gnies pétro­lières pour qu’elles réduisent leurs émis­sions de gaz à effet de serre et les péna­li­ser si elles ne le font pas. Par ailleurs, elle contri­bue­ra au déve­lop­pe­ment de tech­no­lo­gies telles que le cap­tage et la séques­tra­tion du car­bone, l’hy­dro­gène et les petits réac­teurs nucléaires qui, selon les experts, seront néces­saires pour que les États-Unis atteignent la neu­tra­li­té car­bone d’i­ci 2050, que les scien­ti­fiques estiment néces­saire pour évi­ter un chan­ge­ment cli­ma­tique catas­tro­phique[1]. »

Busi­ness-as-usual. Construire tou­jours plus de cen­trales de pro­duc­tion d’énergie pour ali­men­ter les machines de la civi­li­sa­tion indus­trielle, pro­duire tou­jours plus de machines mais pré­ten­du­ment « neutres en car­bone » (comme les voi­tures élec­triques), per­pé­tuer le déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique et la course au pro­fit capi­ta­liste. Non seule­ment il est très dou­teux que tous ces déve­lop­pe­ments réduisent réel­le­ment les émis­sions de CO2 (comme le sou­ligne Jean-Bap­tiste Fres­soz en poin­tant du doigt la manière dont les sources de pro­duc­tion d’énergie ne font que s’accumuler ; ce n’est pas parce qu’on construit une cen­trale pho­to­vol­taïque qu’on ferme une cen­trale à com­bus­tible fos­sile), mais ce qui est sûr c’est qu’ils consti­tuent autant de désastres sup­plé­men­taires pour la nature (je ne revien­drais pas ici sur les impli­ca­tions maté­rielles, éco­lo­giques, de la pro­duc­tion de pan­neaux solaires pho­to­vol­taïques, d’éoliennes, de voi­tures élec­triques, etc., suf­fi­sam­ment décrites dans d’autres textes publiés sur ce site). Il faut être pro­fon­dé­ment stu­pide pour célé­brer une telle loi et se pré­tendre écologiste.

Et c’est à cause de ce phé­no­mène — qu’on observe depuis plus d’un siècle — du finan­ce­ment d’associations et autres groupes soi-disant éco­lo­gistes par des ultra-riches, des fon­da­tions pri­vées, des indus­triels, des entre­prises ou des gou­ver­ne­ments, que nous n’avons pas de mou­ve­ment éco­lo­giste digne de ce nom. En matière de recru­te­ment, d’organisation d’actions, de por­tée média­tique, il est très dif­fi­cile, sinon impos­sible, pour des col­lec­tifs (réel­le­ment) éco­lo­gistes, c’est-à-dire anti-indus­triels, de concur­ren­cer ces groupes dis­po­sant de moyens autre­ment plus consé­quents, de contacts dans les médias, etc.

Nico­las Casaux


  1. https://www.politico.com/news/2022/08/07/inflation-reduction-act-climate-biden-00050230

Print Friendly, PDF & Email
Total
9
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Les ravages de l’industrialisme : les impacts des nouvelles et des hautes technologies

Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouissent d'une image d'industrie propre, non polluante, pouvant contribuer à la résolution des problèmes environnementaux. Cette perception, entretenue par les fabricants, les publicitaires, les politiques, est le fruit de notions largement diffusées comme la dématérialisation, l'informatique dans les nuages (cloud computing)... qui nous laissent croire que toutes ces infrastructures, tous ces équipements, n'ont guère d'impacts sur notre environnement.