Si on ne l’arrête pas, la civilisation industrielle pourrait détruire toute la biosphère (par Theodore Kaczynski)

Tra­duc­tion et illus­tra­tion d’un extrait du der­nier livre de Theo­dore Kac­zyns­ki, « Anti-Tech Revo­lu­tion : Why and How » (en fran­çais : « Révo­lu­tion Anti-Tech : Pour­quoi et Com­ment ») publié en 2016 aux États-Unis, à mettre en lien avec l’ar­ticle pré­cé­dent (L’étrange logique der­rière la quête d’énergies « renou­ve­lables »). Ici, lorsque Kac­zyns­ki parle de « sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs », il fait réfé­rence aux puis­sances cor­po­ra­tistes (mul­ti­na­tio­nales) et éta­tiques, qui sont les ins­ti­tu­tions de pou­voir domi­nantes de notre temps. Un texte court, un aver­tis­se­ment. Sauf acci­dent de par­cours, et/ou sauf s’il fait face à une résis­tance assez effi­cace, le sys­tème tech­no­lo­gique mon­dial se com­por­te­ra très cer­tai­ne­ment comme suit :