Confusion renouvelable et transition imaginaire (par Nicolas Casaux)

Les tech­no­lo­gies pro­duc­trices d’énergie soi-disant « verte » ou « renou­ve­lable » et les tech­no­lo­gies dites « vertes » en géné­ral requièrent ces « grands sys­tèmes tech­niques » dont l’humain moderne a été ren­du dépen­dant et qui, selon toute logique, ne pour­ront jamais être ren­dus ni démo­cra­tiques ni écologiques.