Démocratie, insurrection et gilets jaunes (par Nicolas Casaux)

Nous ne vivons pas en démo­cra­tie. Cela doit appa­raître de plus en plus clai­re­ment à de plus en plus de gens. Les mani­fes­ta­tions actuelles des gilets jaunes semblent le sug­gé­rer. Le mot démo­cra­tie n’aurait jamais dû dési­gner autre chose que la démo­cra­tie directe. Le fameux pou­voir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Le régime poli­tique dans lequel nous vivons, le régime élec­to­ral répu­bli­cain et libé­ral, que les ins­ti­tu­tions cultu­relles domi­nantes, les gou­ver­nants et les médias qua­li­fient de démo­cra­tie repré­sen­ta­tive (un oxy­more), est « une aris­to­cra­tie élec­tive dans les faits », ain­si que l’écrit Fran­cis Dupuis-Déri dans son livre La peur du peuple – Ago­ra­pho­bie et ago­ra­phi­lie poli­tiques. Il ajoute d’ailleurs qu’il « est aus­si pos­sible d’y voir une monar­chie, puisque l’aristocratie élue est diri­gée par un monarque élu, le pré­sident — ou un pre­mier ministre tout puis­sant face à une reine impuis­sante, comme au Cana­da ou en Grande-Bre­tagne. D’un point de vue éty­mo­lo­gique, le mot monar­chie désigne bien le pou­voir ou le com­man­de­ment (arkhè) d’un seul indi­vi­du (mono). Mais pour­quoi donc faut-il qu’il y ait un chef dans un régime libé­ral ou répu­bli­cain, en plus du corps de l’aristocratie élue ? Mys­tère. Avoir un chef d’État semble pour­tant nor­mal et natu­rel, et per­sonne ne s’étonne que le roi ait sim­ple­ment été rem­pla­cé par un pré­sident ou un pre­mier ministre. »

Jean-Jacques Rous­seau écri­vait que le prin­cipe de la repré­sen­ta­tion « nous vient du gou­ver­ne­ment féo­dal, de cet inique et absurde gou­ver­ne­ment dans lequel l’espèce humaine est dégra­dée ». Lors de la Révo­lu­tion fran­çaise, l’Assemblée natio­nale sou­li­gnait que « la repré­sen­ta­tion du peuple était incon­nue aux Anciens » et que c’est du « gou­ver­ne­ment féo­dal […] dont elle tire son ori­gine. » Quelques années plus tard, aux États-Unis, l’historien Samuel Williams rap­pel­le­ra que « [l]a repré­sen­ta­tion […] a été gra­duel­le­ment intro­duite en Europe par les monarques ; non pas avec l’intention de favo­ri­ser les droits du peuple mais comme le meilleur moyen de lever des impôts. »

Le peuple qui s’était révol­té en 1789 contre le pou­voir en place se méfiait — à juste titre — de ceux qui disaient les repré­sen­ter. En 1793, l’article 33 de la décla­ra­tion des Droits de l’homme affir­mait que la résis­tance à l’op­pres­sion était la consé­quence des Droits de l’homme. L’article 35 don­nait donc au peuple la pos­si­bi­li­té de s’in­sur­ger contre ses diri­geants : « Quand le gou­ver­ne­ment viole les droits du peuple, l’in­sur­rec­tion est, pour le peuple et pour chaque por­tion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indis­pen­sable des devoirs. »

Seule­ment, et mal­heu­reu­se­ment (mais heu­reu­se­ment pour Macron), dès 1795, les gou­ver­nants, sou­cieux de réta­blir l’ordre et de conser­ver leur pou­voir, vont réécrire une nou­velle « consti­tu­tion ». Les hommes n’y naissent plus « libres et égaux en droit » et le droit de ren­ver­ser les diri­geants par l’insurrection est supprimé.

En 1810, le Code pénal napo­léo­nien va pré­ci­ser que toute attaque, toute résis­tance avec vio­lences envers la force publique sera qua­li­fiée de délit de rébel­lion. Les mots changent : l’insurrection devient rébel­lion. Si la rébel­lion a été com­mise par plus de vingt per­sonnes, les cou­pables seront punis, même s’il n’y a pas eu port d’armes, de la réclu­sion cri­mi­nelle pour cinq à dix ans[1]. Napo­léon pour­ra enfer­mer tran­quille­ment ceux qui menacent son auto­ri­té en créant un sys­tème poli­cier à son service.

Depuis 1992 (article 412 du code pénal[2]) la loi fran­çaise est plus répres­sive que le Code pénal napo­léo­nien. Plus répres­sive que le Code pénal napo­léo­nien. Tout un sym­bole. Répu­bli­cain, cela va de soi. Napo­léon, ce dic­ta­teur san­gui­naire — son règne a coû­té la vie à plu­sieurs mil­lions d’individus ; les esti­ma­tions varient d’un peu plus d’un mil­lion à cinq mil­lions — auquel on doit l’Arc de Triomphe, éri­gé à la gloire de sa méga­lo­ma­nie. Arc de Triomphe dont les élites (les gou­ver­nants et leurs laquais des médias et des ins­ti­tu­tions cultu­relles) ont fait un « sym­bole de la Répu­blique », et dont la dégra­da­tion a per­mis aux médias d’occulter les muti­la­tions subies par nombre de Fran­çais lors des mani­fes­ta­tions de ce same­di 1er décembre — des mains ont été arra­chées, au moins un œil cre­vé, une femme de 80 ans est morte à Mar­seille, un Tou­lou­sain est tou­jours dans le coma après avoir été tou­ché au visage par un tir de fla­sh­ball, et beau­coup se sont fait tabas­ser. C’est-à-dire qu’en réa­li­té, « la Répu­blique » dont parlent les élites, c’est l’Em­pire, c’est un régime aris­to­cra­tique, c’est l’État. D’ailleurs, un autre de ses prin­ci­paux « sym­boles », le dra­peau tri­co­lore (bleu, blanc, rouge), nous vient direc­te­ment de la royau­té[3].

« Les armoi­ries du Royaume de France uti­li­sées jus­qu’à la Révo­lu­tion. Le bla­son de Navarre y figure depuis qu’­Hen­ri, roi de Navarre, était deve­nu roi de France sous le nom d’Hen­ri IV. »

Et contrai­re­ment à ce que sug­gèrent les médias, le pro­gramme d’histoire de l’éducation d’État, les ins­ti­tu­tions cultu­relles domi­nantes et les élites gou­ver­ne­men­tales, il est absurde et indé­cent de révé­rer les ves­tiges des régimes auto­ri­taires du pas­sé. Les rois, les reines, les empe­reurs, les impé­ra­trices et leurs lèche-bottes actuels — comme Sté­phane Bern — sont autant d’ennemis du peuple. Nous faire res­pec­ter, esti­mer voire admi­rer ceux qui ont été de ter­ribles oppres­seurs ain­si que les sym­boles de leur pou­voir est une des choses les plus per­verses que les domi­nants — les héri­tiers de ces oppres­seurs — ont réus­si à accom­plir. Il est très signi­fi­ca­tif et par­ti­cu­liè­re­ment abject que nous ayons aujourd’hui des rues qui portent les noms de tyrans et de dic­ta­teurs, des sta­tues à leur effi­gie, des musées qui les honorent, que l’on visite leurs palais, et ain­si de suite. Leur « Répu­blique » désigne et incarne tout sauf le prin­cipe démo­cra­tique. Lorsque, same­di 2 décembre, en sor­tant du G20 à Bue­nos Aires, Emma­nuel Macron affirme que « le peuple, on doit l’in­for­mer au mieux, on doit constam­ment être dans un tra­vail d’é­du­ca­tion », il énonce clai­re­ment la nature anti­dé­mo­cra­tique du régime qu’il dirige (et de toutes les soi-disant démo­cra­ties repré­sen­ta­tives), dans lequel une élite, avec lui à sa tête, est en charge de l’é­du­ca­tion du peuple.

C’est pour­quoi les gilets jaunes, s’ils tiennent à vivre libres, à mener des exis­tences décentes, et pas sim­ple­ment à légè­re­ment allé­ger leur cal­vaire, ne devraient sur­tout pas se conten­ter des maigres — et par­fois étranges — reven­di­ca­tions qui cir­culent, et encore moins des quelques conces­sions ridi­cules que le gou­ver­ne­ment pro­pose ces der­niers jours (mora­toire sur la hausse des taxes, etc.), et devraient exi­ger rien de moins que la dis­so­lu­tion des struc­tures de pou­voir anti­dé­mo­cra­tiques actuelles, au pro­fit de l’ins­tau­ra­tion d’une véri­table démo­cra­tie directe. Ils sont plus qu’en droit d’exi­ger la des­ti­tu­tion de toutes les formes d’au­to­ri­té illé­gi­times, et la redis­tri­bu­tion éga­li­taire du pou­voir et des richesses ; et d’ailleurs, à moins d’une refonte totale de la socié­té indus­trielle telle qu’elle existe aujourd’­hui, la des­truc­tion de la pla­nète est garan­tie, et donc celle des socié­tés humaines. Cela requer­rait, bien évi­dem­ment, une période de tran­si­tion, et toutes sortes de pro­ces­sus qui pour­raient et devraient être débat­tus par les gens eux-mêmes, assem­blés dans les places publiques.

Mais reve­nons-en à la loi fran­çaise actuelle. Elle qua­li­fie de mou­ve­ment insur­rec­tion­nel toute vio­lence col­lec­tive de nature à mettre en péril les ins­ti­tu­tions de la Répu­blique. Les­dites ins­ti­tu­tions ne seront jamais lis­tées et seront à l’ap­pré­cia­tion du juge. Le fait de diri­ger ou d’or­ga­ni­ser un mou­ve­ment insur­rec­tion­nel est puni de la déten­tion cri­mi­nelle à per­pé­tui­té et de 750 000 euros d’amende.

Est puni de quinze ans de déten­tion cri­mi­nelle et de 225 000 euros d’a­mende le fait de par­ti­ci­per à un mou­ve­ment insurrectionnel :

  1. En édi­fiant des bar­ri­cades, des retran­che­ments ou en fai­sant tous tra­vaux ayant pour objet d’empêcher ou d’en­tra­ver l’ac­tion de la force publique ;
  2. En occu­pant à force ouverte ou par ruse ou en détrui­sant tout édi­fice ou installation ;
  3. En assu­rant le trans­port, la sub­sis­tance ou les com­mu­ni­ca­tions des insurgés ;
  4. En pro­vo­quant à des ras­sem­ble­ments d’in­sur­gés, par quelque moyen que ce soit ;
  5. En étant, soi-même, por­teur d’une arme ;
  6. En se sub­sti­tuant à une auto­ri­té légale.

Est puni de vingt ans de déten­tion cri­mi­nelle et de 300 000 euros d’a­mende le fait de par­ti­ci­per à un mou­ve­ment insurrectionnel :

  1. En s’emparant d’armes, de muni­tions, de sub­stances explo­sives ou dan­ge­reuses ou de maté­riels de toute espèce soit à l’aide de vio­lences ou de menaces, soit par le pillage, soit en désar­mant la force publique ;
  2. En pro­cu­rant aux insur­gés des armes, des muni­tions ou des sub­stances explo­sives ou dangereuses.

***

À l’é­vi­dence, mal­heu­reu­se­ment, nous sommes aujourd’­hui bien loin de la Décla­ra­tion des droits de l’homme et du citoyen de 1793, dont l’his­toire de France est pour­tant si fière, mais qui n’a plus aucune valeur juri­dique. C’est-à-dire que ce que nos ancêtres qui se sont bat­tus pour plus de jus­tice consi­dé­raient comme « le plus sacré des droits et le plus indis­pen­sable des devoirs » est aujourd’hui sévè­re­ment puni par la loi.

C’est pour­quoi, aujourd’­hui, bien que l’im­mense majo­ri­té des Fran­çais déteste Macron, aspire à une véri­table démo­cra­tie et sou­tienne les gilets jaunes, notre cher monarque est intou­chable. La loi l’au­to­rise à répri­mer — et même, poten­tiel­le­ment, dans le sang — n’im­porte quelle insurrection.

***

Para­doxa­le­ment — peut-être — tout cela ne consti­tue pas une rai­son de ne pas par­ti­ci­per à une insur­rec­tion. Au contraire.

Nico­las Casaux


  1. http://ledroitcriminel.fr/la_legislation_criminelle/anciens_textes/code_penal_1994/partie_legislative_2.htm
  2. https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000006418367&dateTexte=&categorieLien=cid
  3. https://www.lepoint.fr/culture/le-drapeau-tricolore-est-il-de-droite-ou-de-gauche-27–11-2015–1985174_3.php

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
11 comments
  1. Mer­ci pour ce texte que je partage !
    Juste une remarque :
    « la des­truc­tion de la pla­nète est garan­tie, et donc celle des socié­tés humaines. »
    Il s’a­git uni­que­ment de la des­truc­tion des socié­tés humaines et d’une par­tie plus ou moins grande de la bio­di­ver­si­té telle que nous la connais­sons aujourd’­hui. La pla­nète a connu des condi­tions cli­ma­tiques autre­ment plus ter­rible, de « notre » point de vue, et en connaî­tra bien d’autre ! Donc, ce n’est pas pas, et cela n’a jamais été de la des­truc­tion de la pla­nète qu’il s’a­git, mais bien de l’es­pèce humaine, ni plus ni moins ! En outre les études scien­ti­fiques semblent mon­trer que chaque grande extinc­tion d’es­pèces au cours des âges, n’a fait qu’aug­men­ter la bio­di­ver­si­té ! En effet sou­mis à de nou­velles contraintes, la Vie doit démul­ti­plier sa « créa­ti­vi­té » pour pou­voir s’a­dap­ter aux nou­velles condi­tions de vie. L’es­pèce humaine, au train où nous allons, risque de déte­nir le « record » de la lon­gé­vi­té la plus brève sur cette planète!!!

    1. Cette remarque, je l’en­tends beau­coup trop sou­vent. Et non, mille fois non. La pla­nète, cela désigne les espèces qui y vivent actuel­le­ment, c’est elles qui sont mena­cées d’ex­tinc­tion, et que l’on exter­mine au rythme de 200 par jour (esti­ma­tion de l’O­NU). Non, il n’y a pas que le sort de l’hu­ma­ni­té qui soit en jeu. Il y a celui des lions, des hyènes, des héris­sons, des sau­mons, des putois, des abeilles, des ours, des lynx, et d’in­nom­brables espèces ani­males, végé­tales, etc. La seule manière d’i­gno­rer leur sort, c’est de consi­dé­rer tous les indi­vi­dus qui com­posent toutes ces espèces comme « de la vie », une sorte de quan­ti­ta­tif. Ce qui consti­tue une vision fran­che­ment uti­li­ta­riste, méca­niste, inhu­maine. Par ailleurs, sug­gé­rer qu’en détrui­sant ces espèces mas­si­ve­ment, on fait du bien à la pla­nète, c’est fran­che­ment mal­sain. En outre, il existe une chance pour que l’emballement cli­ma­tique que nous pré­ci­pi­tons (nous, les humains indus­tria­li­sés) pro­duise une atmo­sphère hos­tile envers le vivant.

  2. Gilets jaunes et gilets verts,tous ensemble pour l’insurrection ?
    Mais les GJ ne rêvent que de pou­voir d’a­chat, de consom­ma­tion, de vacances, de voyages … Une fois le pou­voir à terre, on fait quoi avec ces gens qui se fichent comme d’une guigne de l’é­tat de la pla­nète, de la sur­po­pu­la­tion mon­diale et de l’é­pui­se­ment des ressources ?
    Un abru­ti reste un abruti …

      1. Je ne sais pas si Nico­las Casaux vous répon­dra, mais moi je l’ai déjà fait en répon­dant à Vince : au risque de me répé­ter, au lieu de rabâ­cher le dis­cours des édi­to­crates et des poli­ti­cards aux ordres, allez par­ler aux gens, et vous ver­rez s’ils sont conformes à ce que vous dites d’eux.
        S’il ne devait res­ter qu’une chose des GJ, ce serait bien celle là, et elle est fer­tile : pour la pre­mière fois depuis des décen­nies, les gens se reparlent en direct, sans inter­face élec­tro­nique ou média­tique, ils débattent, bref ils refont de la poli­tique, sans s’en remettre aux paroles d’ex­perts, à la mora­line de ceux dont le mode de vie est infi­ni­ment plus dévas­ta­teur que le leur, et en reje­tant toute forme de repré­sen­ta­tion (c’est-à-dire de trahison).
        C’est extrê­me­ment réjouis­sant pour tous ceux qui déses­pé­raient du genre humain et pen­saient que la consom­ma­tion, l’a­bru­tis­se­ment par le diver­tis­se­ment, le sala­riat etc. avait défi­ni­ti­ve­ment détruit l’es­prit de révolte : on voit bien aujourd’­hui que l’i­déal de jus­tice, de liber­té et de soli­da­ri­té est infi­ni­ment supé­rieur aux anes­thé­siques que les tech­no­crates répandent à haute dose pour asseoir leur pouvoir.

        1. Ne nous appro­chons pas des forces de l’ordre, elles sont au ser­vice de ceux que nous appe­lons nos « repré­sen­tants », ceux que nous avons choi­sis pour nous représenter.
          Ils sont nos enne­mis et dis­posent d’un arse­nal de répres­sion qu’il vaut mieux ne pas chatouiller.
          Toute lutte contre un pou­voir armé et répres­sif est suicidaire.
          Ces­ser de col­la­bo­rer suf­fit amplement.
          Mettre en pra­tique le monde dont nous rêvons est évi­de­ment le must.
          La seule rai­son de recou­rir à la vio­lence est la mise en dan­ger de notre envi­ron­ne­ment immédiat.
          Igno­rons l’État et com­men­çons à construire le monde dont nous rêvons (si tou­te­fois, nous savons encore rêver)

  3. Ce mou­ve­ment est un mou­ve­ment popu­liste d’ex­trême droite pro-bagnole et pro-conso.

    Sinon com­ment expli­quer nous aurions des mou­ve­ments popu­listes anti-démo­cra­tiques en Hon­grie, en Ita­lie, aux Etats-Unis, au Bré­sil, en Pologne…

    Et curieu­se­ment en France ce serait l’in­verse ? Dans un monde glo­ba­li­sé où tout baigne dans la même culture bêtifiante.…

    1. Au lieu de répé­ter les élé­ments de lan­gage du gou­ver­ne­ment et de BFM, allez par­ler aux gilets jaunes, en direct, et écou­tez-les. Cela vous évi­te­ra les pré­ju­gés qui pou­vaient aus­si être les miens au début, avant que je n’aille voir et entendre.
      Et puis le coup de la peste brune, c’est fort. Vous en connais­sez beau­coup des mili­tants d’ex­trême droite qui exigent la démo­cra­tie directe et la des­ti­tu­tion de tous les oli­garques ? Lire, en plus du texte que j’ai cité plus haut, l’ap­pel de St Nazaire et l’ap­pel de Commercy.

      Et puis, concer­nant ce qui se passe ailleurs dans le monde, il fau­drait peut-être que vous vous posiez la ques­tion de com­ment on en est arri­vés là. Il n’y aurait pas de mou­ve­ment popu­liste si les citoyens étaient véri­ta­ble­ment sou­ve­rains, c’est-à-dire si nos pays étaient véri­ta­ble­ment des démo­cra­ties, ce qu’ils n’ont JAMAIS été.

      1. Vince, en plus du pre­mier para­graphe d’I­van­kar, je rajou­te­rais qu’à mon avis, foca­li­ser sur quelques indi­vi­dus dits « extrêmes » avec des dis­cours par­fois « ‑phobes » est vou­lu et fait par­tie de la pro­pa­gande qui consiste à faire taire des expres­sions en accu­sant de raciste, anti­sé­mite (que ce mot est inco­hé­rent!), homo­phobe et etc. « Conspi­ra­tion­niste » fait aus­si par­tie du lot quand, bien sou­vent, les gens décrits ain­si sont les seuls qui réflé­chissent et osent se poser des ques­tions (ce qui n’empêche pas de se trom­per), ce que les médias devraient faire !

        Concer­nant les régimes soi-disant pires que les notres, ce n’est pas que je les aime tant, mais ça fait aus­si par­tie du jeu : « regar­dez là bas, c’est hor­rible, esti­mez-vous heu­reux de vivre en paix, chez nous c’est la démo­cra­tie ». Les consé­quences, on les connaît : Ca vote contre Le Pen pour élire Macron (dif­fi­cile à croire que ce n’é­tait pas pla­ni­fié, hein) et ça per­met aus­si d’al­ler faire une guerre en Syrie, sous cou­vert de démocratie.

        Sur­tout que, si on se penche vrai­ment sur les bilans des pré­si­dences, comme par exemple Oba­ma, on constate qu’il y a eu un matra­quage énorme pour nous dire que Trump était hor­rible, mais que fina­le­ment, Oba­ma fai­sait lâcher 3 bombes par heure, dans le Monde, en 2016… Il y a le bla bla bla de pro­pa­gande qui vise à faire élire des per­sonnes de CHOIX (pour les mil­liar­daires, cor­po­ra­tions etc) et il y a les faits. Et ceux-ci suf­fisent à com­prendre que tous nos pré­ten­dus démo­crates sont en fait des tyrans (aux ordres de).

  4. La pro­pa­gande de l’a­ris­to­cra­tie média­tique sous contrôle , l’é­tat de la planète,la surconsommation,la cen­sure des médias pour qui pense différemment,accompagné d’un sub­til com­mis­saire poli­tique de la pensée,le technototalitarisme,la loi sur les lan­ceurs d’alerte,l’eugénisme médical,le contrôle d’internet,la vidéo sur­veillance en nov­langue vidéo protection,l’impunité de classe,les guerres d’a­gres­sions à coup de mis­siles à l’u­ra­nium appauvri,violences sociales,économique,politique etc…et j’en oublie Toutes ces mesures tota­li­taires ne viennent pas d’un gou­ver­ne­ment d’ex­tréme droite, mais d’un gou­ver­ne­ment fas­ciste rose,vert,bleu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La servitude des « démocraties » modernes, anticipée (par Alexis de Tocqueville, en 1840)

Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l'avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière; il en couvre la surface d'un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige; il force rarement d'agir, mais il s'oppose sans cesse à ce qu'on agisse; il ne détruit point, il empêche de naître; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n'être plus qu'un troupeau d'animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger.
Lire

Rangez les drapeaux ! & « Notre » guerre contre le terrorisme (par Howard Zinn)

Oui, nous pouvons tenter de nous protéger de toutes les façons possibles contre des attaques futures, en tentant de sécuriser nos aéroports, nos ports, nos voies ferrées, et les autres centres de transports. Oui, nous pouvons tenter de capturer les terroristes connus. Mais aucune de ces actions ne mettra fin au terrorisme, qui émerge du fait que des millions de gens au Moyen-Orient et ailleurs sont en colère à cause des politiques États-Uniennes, et de ces millions de gens, certains verront leur colère se changer en fanatisme extrême.