Nous voulons (re)voir scintiller les étoiles et briller les lucioles

Le texte qui suit est plus ou moins issu d’une tra­duc­tion d’un texte ano­nyme publié en anglais sur le site de la biblio­thèque anar­chiste, à cette adresse.


Le mot « réseau » se construit à tra­vers une longue filia­tion. Dès le 1er siècle avant J.C., les « rétiaires » sont des gla­dia­teurs à pieds, armés d’un poi­gnard, d’un tri­dent et d’un filet, le « reta », dont ils se servent pour cap­tu­rer leurs adver­saires. Au 12ème siècle, le mot « résel » désigne un filet uti­li­sé pour cap­tu­rer de petits ani­maux. Le « réseul », au 16ème siècle, désigne un filet dans lequel les femmes retiennent leurs che­veux. Le réseul est deve­nu la « résille » (« filet à large maille qui retient la che­ve­lure », Le petit Larousse, 1996). Au sens figu­ré, le réseau signi­fie alors : tout ce qui peut empri­son­ner l’être humain, entra­ver sa liber­té ou mena­cer sa per­son­na­li­té. Le réseau élec­trique n’est pas autre chose : la dépen­dance que le « pro­grès » et le « déve­lop­pe­ment » nous imposent n’est qu’un escla­vage à peine dégui­sé. La pro­duc­tion et la consom­ma­tion d’énergies indus­trielles, élec­trique et autres, ne génèrent que mala­dies, morts et des­truc­tions ; ain­si qu’un appro­fon­dis­se­ment inexo­rable de notre dépen­dance (lire : sou­mis­sion, asser­vis­se­ment) au sys­tème techno-industriel.

L’internet consti­tue sans doute l’ultime réseau, l’emprisonnement pla­né­taire de l’humanité dans un monde vir­tuel dont les impacts réels, maté­riels — éco­lo­giques — sont pour­tant colos­saux, lar­ge­ment insou­te­nables et crois­sants (comme tout le reste). Monde vir­tuel qui reflète la culture, abjecte, dont il est issu : ain­si qu’un récent article spé­cial du New York Times le titre : « L’internet est sur­char­gé d’images d’abus sexuels d’enfants. » Ses impacts sociaux sont en effet à l’image de ses impacts éco­lo­giques : désas­treux. Du tra­fic d’enfants au tra­fic d’animaux sau­vages, toutes les acti­vi­tés de la socié­té tech­no-indus­trielle (toutes les hor­reurs sociales et éco­lo­giques qui la com­posent et qu’elle engendre) reposent désor­mais sur ce réseau qui leur per­met de s’intensifier, de croître, de s’étendre, de se multiplier.

*

Les « néces­si­tés » liées à l’énergie élec­trique sont-elles autres choses que des (faux) besoins fabri­qués de toutes pièces par ce sys­tème ? Quels sont donc ces fameux bien­faits dont nous pou­vons jouir grâce à l’énergie élec­trique et à son réseau omniprésent ?

Le réveil, qui rac­cour­cit nos nuits et mutile nos rêves, annon­çant la sen­tence d’un autre jour de tra­vail obligatoire ?

La radio, qui condi­tionne notre esprit tan­dis que nous englou­tis­sons en vitesse notre petit-déjeu­ner, per­tur­bés à l’idée d’être en retard, ce qui ferait enra­ger – selon notre cas – notre patron ou notre professeur ?

La machine à café, qui nous octroie notre dose quo­ti­dienne d’une drogue légale — pre­mière den­rée agri­cole com­mer­cia­li­sée au monde, véri­table or noir de la socié­té capi­ta­liste et fac­teur majeur de la défo­res­ta­tion du monde — nous per­met­tant d’être plus effi­cace au travail ?

Le réfri­gé­ra­teur, le micro-onde, le lave-vais­selle, l’aspirateur, et tous les autres appa­reils « élec­tro­mé­na­gers » vomis en masse par les usines du sys­tème indus­triel, pro­duits de l’exploitation des humains et de la des­truc­tion de la bio­sphère dont nous n’avions jamais eu besoin de toute notre his­toire, machines « pour nous épar­gner de la peine, machines pour nous épar­gner des efforts de pen­sée, machines pour nous épar­gner de la souf­france, pour gagner en hygiène, en effi­ca­ci­té, en orga­ni­sa­tion — tou­jours plus d’hygiène, tou­jours plus d’efficacité, tou­jours plus d’organisation, tou­jours plus de machines, jusqu’à ce que nous débou­chions sur cette uto­pie well­sienne qui nous est deve­nue fami­lière et qu’a si jus­te­ment épin­glée Hux­ley dans Le Meilleur des mondes, le para­dis des petits hommes gras­souillets », comme l’a écrit Orwell ?

Le métro, le tram, les bus élec­triques soi-disant « éco­lo­giques » ou les trains, qui nous trim­ballent vers ces pri­sons où nous opé­rons, qui ne sont pour nous que les tapis rou­lants d’un immense abattoir ?

Les feux de cir­cu­la­tion, qui régulent et limitent nos dépla­ce­ments, à pieds ou en voiture ?

Les camé­ras de vidéo­sur­veillance — cette armée de gar­gouilles —, qui observent tous nos mou­ve­ments et essaient d’instiller la peur en nous afin que nous res­pec­tions tous le sta­tu quo ?

La lumière arti­fi­cielle qui, outre ses impacts hau­te­ment délé­tères sur le corps humain et le corps social plus géné­ra­le­ment, pré­ci­pite l’ex­tinc­tion des lucioles et d’autres espèces luci­fuges, nuit à cette par­tie de la vie sur Terre qui dépend de l’im­mé­mo­riale alter­nance entre le jour et la nuit, et a fait dis­pa­raître les étoiles, « nous déro­bant les mys­tères de la voûte céleste, […] les inquié­tudes remuantes et les bizar­re­ries, les silences extra­lu­cides et les médi­ta­tions de la nuit, en même temps que la nuit elle-même ; nous pri­vant donc aus­si de savoir ce qu’est le jour » (Bau­douin de Bodinat) ?

*

Esclaves modernes, nous n’a­vons d’autre choix, pour sur­vivre, que de vendre nos vies sur leur « mar­ché du tra­vail », ce qui nous libère effec­ti­ve­ment — et peut-être est-ce là le sens de cette fameuse ins­crip­tion que l’on pou­vait lire sur la grille d’en­trée du camp de concen­tra­tion d’Au­sch­witz I, que ne renie­raient ni un Macron ni un Mélen­chon — du far­deau d’a­voir à les orga­ni­ser nous-mêmes, d’a­voir à nous diri­ger nous-mêmes, direc­te­ment, sans État, loin de la paro­die « démo­cra­tique » moderne. Ain­si mou­rons-nous au tra­vail, ou du tra­vail, plus tard, après une longue ago­nie liée à quelque mala­die « pro­fes­sion­nelle », nos esprits anéan­tis par la sou­mis­sion et ses cra­vates qui séparent la tête du reste du corps, nous asphyxiant mortellement.

Et à l’extérieur de nos lieux de tra­vail : un empoi­son­ne­ment uni­ver­sel.

C’est le réseau élec­trique qui per­met le fonc­tion­ne­ment des zones indus­trielles, la pro­duc­tion et le trans­port de « biens » de consom­ma­tion et de mar­chan­dises inutiles, de matières pre­mières sou­vent en pro­ve­nance d’endroits sou­mis à des guerres pré­da­trices, par­fois dis­si­mu­lées sous l’apparence de conflits reli­gieux, eth­niques ou régionaux.

C’est ce même réseau qui assure le fonc­tion­ne­ment de l’État et des orga­nismes inter­na­tio­naux, des bureau­cra­ties et de leurs rami­fi­ca­tions, sys­tèmes de com­mu­ni­ca­tion, banques, usines, labo­ra­toires, écoles et autres ins­ti­tu­tions de propagande.

Cette même éner­gie élec­trique ali­mente la répres­sion orga­ni­sée depuis les postes de police et leurs sys­tèmes infor­ma­tiques, leurs casiers judi­ciaires, leurs bases de don­nées, etc.

Et les salles des tri­bu­naux, et les détec­teurs de métaux, et ain­si de suite.

La même éner­gie qui aide à gar­der les indé­si­rables dans les pri­sons, dans les centres de déten­tion pour réfu­giés ou les hôpi­taux psychiatriques.

Tan­dis que faire par­tie des « chan­ceux » vous auto­rise à évo­luer dans d’autres mailles du réseau élec­trique : les super­mar­chés, les maga­sins, les salles de gym, les endroits d’art et de « culture », les res­tau­rants, les bars, les dis­co­thèques — simi­laires en ce qu’ils servent tous à main­te­nir une illu­sion de « vie », jour et nuit, pen­dant que beau­coup res­sentent tou­jours plus inten­sé­ment, au plus pro­fond d’eux-mêmes, que quelque chose ne tourne pas rond.

La sen­sa­tion d’une vie vécue ne se retrouve ni dans la cha­leur d’une douche élec­tri­que­ment chauf­fée, ni dans l’hyp­nose effer­ves­cente de la télé­vi­sion, ni dans la toxique lumière bleue des écrans tou­jours plus nom­breux qui nous connectent au cyber­monde — dont l’exis­tence détruit le monde réel comme les rela­tions humaines réelles.

Aucune PlayS­ta­tion (et aucune autre drogue) ne soi­gne­ra notre malaise vis-à-vis de l’existant ; de la même manière, l’invention des « vacances », il y a un peu plus d’un siècle, n’a été et ne sera jamais autre chose qu’un simple pal­lia­tif (éga­le­ment ren­for­cé par l’électricité) visant à gar­der tels qu’ils sont les esclaves paci­fiés et productifs.

Déman­te­ler son réseau élec­trique — d’esclavage et de mort — c’est atta­quer les racines de ce sys­tème, la civi­li­sa­tion indus­trielle. Sys­tème qui n’est, comme son nom l’in­dique, qu’une ver­sion indus­trielle du sys­tème plus ancien, mais déjà fon­dé sur les mêmes tra­vers, que consti­tue la civi­li­sa­tion.

L’énergie élec­trique est le sang de la socié­té tech­no­lo­gique, de la socié­té-machine. Ouvrons-lui les veines.

Nous avons le soleil, nous avons la braise.

Une révo­lu­tion ne sera cer­tai­ne­ment pas indo­lore, mais face à l’impossibilité d’améliorer ou de réfor­mer un sys­tème mul­ti­mil­lé­naire — la civi­li­sa­tion — fon­dé sur la domi­na­tion et la des­truc­tion, y a‑t-il une alternative ?

Nous vou­lons voir briller les étoiles. Partout.

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
3 comments
  1. Bon­jour. J’ap­pré­cie très sou­vent vos publi­ca­tions, mais là, j’y met­trais un bémol… L’élec­tri­ci­té, dans ses tâches pre­mières a tout d’a­bord libé­ré la femme de l’es­cla­vage domes­tique. Le monde patriar­cal a dévo­lu à la femme des tâches de ser­vantes et l’élec­tri­ci­té a contri­bué à la pos­si­bi­li­té d’é­man­ci­pa­tion des femmes qui le sou­hai­taient. Je n’ai­me­rais vrai­ment pas retour­ner laver le linge fami­lial à la main et au ruis­seau, comme ma mère… Sachons rai­son gar­der. Merci 🙂

    1. C’est faux. Lire Sil­via Fede­ri­ci à ce sujet. Par exemple, « Le capi­ta­lisme patriar­cal ». L’élec­tri­ci­té n’a éman­ci­pé per­sonne. Sauf à sug­gé­rer que l’embrigadement à l’u­sine en plus de l’as­ser­vis­se­ment patriar­cal habi­tuel vaut mieux que l’as­ser­vis­se­ment patriar­cal tout court. Comme toutes les tech­no­lo­gies auto­ri­taires, l’élec­tri­ci­té ne peut qu’en­cou­ra­ger et ren­for­cer des struc­tures sociales auto­ri­taires (loin d’être émancipatrices).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

L’électrification ou l’expansion de la société industrielle de consommation : l’exemple de l’Afrique

Ce que nous essaierons de souligner dans le texte qui suit, c’est que l’électrification de l’Afrique découle directement de l’expansion et de l’ancrage du mode de vie, de penser et d’être, mais surtout d’avoir, profondément antiécologique et aliénant, de la culture occidentale dominante. [...]
Lire

Trois jours chez les transhumanistes (Par n°0670947011009)

C’est ainsi que grâce au compte-rendu de n° 0 67 09 47 011 009, nous découvrons à la fois les propagandistes du transhumanisme, leurs discours, leurs tactiques et surtout leur idéologie, qui n’est autre que l’idéologie dominante à l’ère des technologies convergentes : soit ce produit des universités américaines répandu sous le label de French Theory.