Non classé

Civilisés à en mourir (par Christopher Ryan)

La critique de la civilisation gagne un peu de terrain (peut-être finira-t-elle un jour par devenir un filon capitaliste comme un autre, mais c’est une autre histoire). Christopher Ryan, un auteur assez célèbre aux États-Unis, essentiellement connu en tant que co-auteur du livre Sex at Dawn (« Sexe à l’aube »), publié en 2010 et abordant l’histoire de la sexualité humaine à l’époque préhistorique (ce qui correspond plus ou moins au sujet de la thèse du doctorat en psychologie qu’il a obtenu dans une université californienne), vient de publier, cet automne, un livre intitulé Civilized to Death: The Price of Progress (« Civilisés à en mourir : le prix du progrès »). Si sa critique a le mérite d’étendre un peu la remise en question de la civilisation et du Progrès, elle laisse à désirer sur de nombreux points. Ce qui était malheureusement attendu de la part d’un auteur grand public, habitué des médias de masse. Quoi qu’il en soit, je me suis permis de traduire une grande partie de l’introduction du livre en question. Voici donc :

Nous voulons (re)voir scintiller les étoiles et briller les lucioles

Le mot « réseau » se construit à travers une longue filiation. Dès le 1er siècle avant JC, les « rétiaires » sont des gladiateurs à pieds, armés d’un poignard, d’un trident et d’un filet, le « reta », dont ils se servent pour capturer leurs adversaires. […]

Pierre Madelin : « Nous ne pouvons pas attendre que la société industrielle s’effondre en préparant l’après »

Je me suis entretenu avec Pierre Madelin, qui a traduit en français plusieurs auteurs écologistes dont Arne Naess, John Baird Callicott, Holmes Rolston et prochainement Val Plumwood, et qui est lui-même l’auteur d’un très bon petit livre intitulé Après le capitalisme. […]

Quand un ancien ponte de Télérama/Courrier International calomnie DGR sur Reporterre (par Nicolas Casaux)

Nous avons eu la surprise de découvrir que le livre Deep Green Resistance : Un mouvement pour sauver la planète (Tome 1), que nous avions envoyé en service de presse à Reporterre, au lieu de faire l’objet d’une note de lecture décente, nous a valu un flot de calomnies déversées par Philippe Thureau-Dangin. […]

Confusion renouvelable et transition imaginaire (par Nicolas Casaux)

Les technologies productrices d’énergie soi-disant « verte » ou « renouvelable » et les technologies dites « vertes » en général requièrent ces « grands systèmes techniques » dont l’humain moderne a été rendu dépendant et qui, selon toute logique, ne pourront jamais être rendus ni démocratiques ni écologiques.

La civilisation et la destruction du monde (par Stéphane Durand)

Tout ce que la vie sauvage a patiemment mis en place depuis la fin de l’âge de glace, l’homme néolithique va le détruire systématiquement, plus ou moins consciemment. […]

Démocratie directe, violence et technologie : un entretien avec Francis Dupuis-Déri

Note de l’intervieweur (Nicolas Casaux) : je me suis entretenu, par mail, avec Francis Dupuis-Déri (FDD, dans le texte ci-après), professeur de science politique à l’université du Québec à Montréal, militant et auteur de plusieurs excellents livres, que je vous recommande vivement. Voici donc : *** 1. Dans ton dernier livre, La peur du peuple, tu proposes […]

La dysphorie de genre, le transgenrisme, le transsexualisme et l'enfance (par Michael K. Laidlaw)

L’article qui suit (initialement publié, en anglais, le 5 avril 2018 à cette adresse) discute du phénomène de la dysphorie de genre, du transgenrisme et du transsexualisme au travers d’une émission américaine intitulée I Am Jazz, diffusée sur TLC, qui présente la vie d’une transfemme nommée Jazz Jennings. Un livre éponyme a également été publié, […]

À propos de ces youtubeurs qui font la promotion de l’écologie capitaliste (par Nicolas Casaux)

Précision liminaire : À chaque critique formulée envers une personnalité médiatique de l’écologie, un certain type de commentaires — assez déconcertants — paraît immanquablement pour enjoindre les écologistes radicaux à respecter (c’est-à-dire ne pas critiquer) les plus modérés. Comme une sorte d’injonction à ne pas trop réfléchir, à ne pas trop penser. Que les personnes se […]

Previous page Next page