L’art, le divertissement et la destruction du monde (par Stephanie McMillan, Derrick Jensen et Lewis Mumford)

Sur le thème de l’art, du diver­tis­se­ment et de la fin du monde nous vous pro­po­sons trois textes. Le pre­mier est une tra­duc­tion d’un article de Ste­pha­nie McMil­lan inti­tu­lé « Artists raise your wea­pons » (Artistes, pré­sen­tez arme). Le second est une tra­duc­tion d’un texte de Der­rick Jen­sen inti­tu­lé « Cal­ling all fana­tics » (Appel à tous les fana­tiques) et ini­tia­le­ment publié ici : https://orionmagazine.org/article/calling-all-fanatics/. Enfin, le troi­sième est un extrait tiré du livre Tech­niques et civi­li­sa­tion de Lewis Mum­ford, publié en 1934.


En ces temps d’ex­ploi­ta­tion crois­sante, de pau­vre­té, de guerres impé­ria­listes, de tor­tures et d’é­co­cides, nous n’a­vons vrai­ment pas besoin d’une pièce d’art consis­tant en un mate­las dégou­li­nant de pein­ture orange, habi­le­ment inti­tu­lée « rêve tan­ge­rine ». Actuel­le­ment, tan­dis que l’in­nom­brable mul­ti­tude souffre et meurt pour les pro­fits et le luxe du petit nombre, et que les espèces s’é­teignent à une vitesse trop éle­vée pour que l’on puisse suivre, nous n’a­vons que faire d’un orchestre com­po­sé d’i­Phones. Le futur de la vie sur Terre est mena­cé, alors épar­gnez-nous cette incon­ti­nence de Tweets nar­cis­siques jux­ta­po­sant com­mé­rages de célé­bri­tés et choix de nour­ri­tures excentriques.

En temps de paix et d’har­mo­nie, créer de jolies œuvres-échap­pa­toires et sti­mu­lant la séro­to­nine, de doux amu­se­ments, ne serait pas un crime (sauf peut-être envers la Muse d’un­tel). Si tout allait bien, un tel art pour­rait agré­men­ter une exis­tence heu­reuse, comme de la crème fouet­tée un cho­co­lat au lait. Il n’y a rien de mau­vais dans le plai­sir ou l’art déco­ra­tif. Mais en notre temps, pour un artiste, ne pas consa­crer ses talents et ses éner­gies à la créa­tion d’armes de résis­tances cultu­relles est une tra­hi­son de la plus haute magni­tude, un signe de mépris envers la vie elle-même. C’est impardonnable.

La fon­da­tion de toute culture est son sys­tème éco­no­mique sous-jacent. Aujourd’­hui, l’art est contraint de se confor­mer aux demandes du capi­ta­lisme indus­triel afin de reflé­ter et de ren­for­cer les inté­rêts de ceux au pou­voir. Cet art ser­vile envers le sys­tème est inexo­ra­ble­ment fade, vicieu­se­ment apai­sant, dan­ge­reu­se­ment sûr. Il nous séduit afin que nous dési­rions, que nous ache­tions, que nous uti­li­sions, que nous consom­mions. Il nous diver­tit et nous fait glous­ser, nous berce d’une fausse joie tan­dis qu’il atro­phie len­te­ment nos cer­veaux à tra­vers nos globes oculaires.

Le sys­tème exerce une pres­sion immense afin de créer de l’art qui soit non seule­ment apo­li­tique mais aus­si anti­po­li­tique. Lorsque la culture domi­nante repère de l’art poli­tique, elle s’en­fonce les doigts dans les oreilles et chante « La la la ! », elle refuse d’en faire la cri­tique dans le New York Times ou de lui four­nir une bourse NEA. L’art poli­tique est vigou­reu­se­ment sno­bé, igno­ré, noyé dans l’obs­cu­ri­té, effa­cé. Et s’il est trop impor­tant pour être effa­cé, il est alors bafoué, accu­sé d’être dépri­mant, trop triste, mora­li­sa­teur, impo­li, et « au fait, votre style de des­sin est nul ». D’ailleurs, vous ne pou­vez pas gagner votre vie si votre tra­vail n’est pas vide de sens, cynique et par consé­quent com­mer­cia­le­ment viable, allez donc mou­rir de faim sous un pont avec vos pré­cieux principes.

On nous enseigne qu’il est impo­li de juger, d’être mora­liste, qu’af­fir­mer un point de vue viole l’es­prit pur, trans­cen­dan­tal et neutre de l’art. Des putains de conne­ries de merde, conçues pour nous affai­blir et nous dépo­li­ti­ser. Ces temps-ci, la neu­tra­li­té n’existe pas — ne pas prendre posi­tion signi­fie sou­te­nir et assis­ter les exploi­teurs et les meurtriers.

Ne soyons ni les outils ni les bouf­fons du sys­tème. Les artistes ne sont ni des pol­trons ni des mau­viettes — nous sommes des résis­tants. Nous pre­nons posi­tion. Nous ripostons.

Les artistes et les écri­vains ont comme fière tra­di­tion d’être en pre­mière ligne de la résis­tance, de pro­vo­quer des émo­tions et d’in­ci­ter à l’ac­tion. Nous devons aujourd’­hui créer une défer­lante d’œuvres mora­listes, obs­ti­nées, effron­tées et par­ti­sanes dans la tra­di­tion des artistes anti­na­zis comme John Heart­field et George Grosz, du mura­liste radi­cal Die­go Rive­ra, du réa­li­sa­teur Ous­mane Sem­bène, des artistes fémi­nistes « Guer­rilla Girls », des roman­ciers comme Maxim Gor­ky et Tas­li­ma  Nas­rin, des poètes comme Nazim Hik­met et Kazi Naz­rul Islam, des musi­ciens comme The Coup et les Dead Kennedys.

La pla­nète a déses­pé­ré­ment besoin d’un art poli­tique, com­ba­tif et signi­fi­ca­tif. Il est de notre devoir et de notre res­pon­sa­bi­li­té de créer une culture de résis­tance féroce, intran­si­geante, et agres­sive. Notre art devrait expo­ser et dénon­cer les maux, sou­te­nir et confor­ter les acti­vistes et les révo­lu­tion­naires, célé­brer et contri­buer à l’a­vè­ne­ment de la libé­ra­tion de cette pla­nète du joug de la démence omni­ci­daire mili­ta­ro-indus­trielle cor­po­ra­tiste [du joug de l’État, du joug de la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle, NdT].

Artiste, affûte ton arme.

Ste­pha­nie McMillan

Tunisia_Graffiti_pic_8

 


Un extrait du texte de Derrick Jensen intitulé « Calling All Fanatics » (Appel à tous les fanatiques) :

[…] La véri­té fon­da­men­tale de notre temps, c’est que cette culture tue la pla­nète. Nous pou­vons ergo­ter tant que nous le vou­lons — et bien trop le font — sur le fait qu’elle soit en train de tuer la pla­nète ou sim­ple­ment de pro­vo­quer une des 6 ou 7 extinc­tions de masse de ces der­niers mil­liards d’an­nées, mais aucune per­sonne rai­son­nable ne peut pré­tendre que la civi­li­sa­tion indus­trielle n’en­dom­mage pas actuel­le­ment la pla­nète de manière irré­ver­sible et dramatique.

En consé­quence, on aurait pu pen­ser que la plu­part des gens seraient en train de faire tout ce qui est en leur pou­voir pour pro­té­ger la vie sur cette pla­nète — la seule vie, à notre connais­sance, de l’u­ni­vers. Mal­heu­reu­se­ment, on aurait tort.

Je pense sou­vent à cette  phrase du psy­chiatre R.D. Laing : « peu de livres, aujourd’­hui, sont  par­don­nables ». Je pense qu’il a écrit cela parce que nous sommes alié­nés de notre propre expé­rience, de qui nous sommes, et parce que cette alié­na­tion est des­truc­trice des autres et de nous-mêmes, au point que lors­qu’un livre ne prend pas cette alié­na­tion comme point de départ et n’œuvre pas à la rec­ti­fier, nous ferions alors mieux de regar­der des feuilles blanches. Ou d’ex­pé­ri­men­ter quelque chose (ou quel­qu’un). Ou encore, comme aurait pu l’é­crire Mar­tin Buber, nous ferions mieux d’en­trer en rela­tion avec quelque chose ou avec quelqu’un.

Je suis d’ac­cord avec Laing, aujourd’­hui, peu de livres sont par­don­nables (la même chose est vraie des films, des tableaux, des chan­sons, des  rela­tions, des vies, et ain­si de suite) ; et je le suis pour les rai­sons pré­cé­dem­ment citées. Mais il y a une autre rai­son pour laquelle je pense que peu de livres (films, tableaux, chan­sons, rela­tions, vies, et ain­si de suite) sont par­don­nables : ce petit détail tenace qui nous rap­pelle que cette culture est en train de détruire la pla­nète. Tout livre (ou films, tableaux, chan­sons, rela­tions, vies, etc.) n’ayant pas pour fon­de­ment cette obser­va­tion élé­men­taire — le fait que cette culture soit en train de détruire la pla­nète (en par­tie à cause de cette alié­na­tion, qui est, bien sûr, par la suite, conti­nuel­le­ment ali­men­tée par la des­truc­tion) — et n’œuvrant pas à la rec­ti­fier, n’est pas par­don­nable, pour une infi­ni­té de rai­sons, l’une d’elles étant que sans pla­nète vivante aucun livre n’existe. Aucun tableau, aucune chan­son, aucune rela­tion, aucune vie, et ain­si de suite. Rien n’existe.[…] 

Comme mon amie artiste et auteure Ste­pha­nie McMil­lan l’a écrit dans son essai « Artistes : aux armes ! »:

« Si nous vivions en temps de paix et d’har­mo­nie, alors créer des œuvres-échap­pa­toires et sti­mu­lant la séro­to­nine, de doux amu­se­ments, ne  serait pas un crime. Si tout allait bien, un tel art pour­rait agré­men­ter notre exis­tence heu­reuse. Il n’y a rien de mau­vais dans le plai­sir ou  l’art déco­ra­tif. Mais en des temps comme ceux-là, pour un artiste, ne pas consa­crer ses talents et ses éner­gies à la créa­tion d’armes de résis­tance cultu­relle est une tra­hi­son de la plus haute magni­tude, un signe de mépris envers la vie elle-même. C’est impardonnable ».

J’é­ten­drais ses com­men­taires au-delà de l’art : en des temps comme ceux-là, pour n’im­porte qui, ne pas consa­crer ses talents et ses éner­gies à la défense de la pla­nète est une tra­hi­son de la plus haute magni­tude, un signe de mépris envers la vie elle-même. C’est impardonnable. […] 

Der­rick Jensen


Tra­duc­tion : Nico­las CASAUX

« L’histoire de la vie », fresque murale de l’artiste ita­lien Blu, Rome, Casal de’ Paz­zi, 2015

Quand l’art devient un gigantesque appareil collectif d’évasion

par Lewis Mum­ford (extrait tiré de son livre Tech­niques et civi­li­sa­tion, publié en 1934)

[…] Lorsque les moyens phy­siques de fuite n’étaient pas réunis, l’imagination pure fleu­ris­sait en mots ou en images. Mais, au XIXe siècle, ces alter­na­tives mêmes furent nive­lées sur une base col­lec­tive méca­ni­sée, résul­tat de la pro­duc­tion bon mar­ché que per­met­taient la presse rota­tive, la pho­to­gra­phie, la pho­to­gra­vure et le ciné­ma. Avec le déve­lop­pe­ment de la pro­duc­tion lit­té­raire, la lit­té­ra­ture for­ma un monde à part dans lequel l’individu insa­tis­fait pou­vait se reti­rer, pour vivre une vie d’aventure en sui­vant les voya­geurs et les explo­ra­teurs dans leurs sou­ve­nirs, pour vivre une vie d’action dan­ge­reuse et d’observations pré­cises en par­ti­ci­pant aux crimes et inves­ti­ga­tions d’un Arsène Lupin ou d’un Sher­lock Holmes, ou pour vivre une vie roman­tique dans les romans d’amour ou les chan­sons éro­tiques qui, à par­tir du XVIIIe siècle, s’of­frirent à tous. Évi­dem­ment, la plu­part de ces pos­si­bi­li­tés de rêve­rie et d’imagination exis­taient par le pas­sé. Mais elles fai­saient désor­mais par­tie d’un gigan­tesque appa­reil col­lec­tif d’évasion. La lit­té­ra­ture popu­laire comme moyen d’évasion devint si impor­tante que beau­coup de psy­cho­logues modernes ont trai­té la lit­té­ra­ture dans son ensemble comme un simple moyen de fuir les dures réa­li­tés de l’existence, oubliant que la lit­té­ra­ture de pre­mier ordre, loin d’être un simple plai­sir, est un effort suprême pour affron­ter et étreindre la réa­li­té, effort à côté duquel une vie de tra­vail active implique une rétrac­tion et repré­sente un repli partiel.

Au XIXe siècle, la lit­té­ra­ture ordi­naire rem­pla­ça, dans une large mesure, les construc­tions mytho­lo­giques de la reli­gion. La cos­mo­lo­gie aus­tère et la morale soi­gneu­se­ment codi­fiée des reli­gions les plus sacrées étaient, hélas ! un peu trop sem­blables à la machine, à laquelle les gens essayaient jus­te­ment d’échapper. Ce repli dans l’imaginaire fut consi­dé­ra­ble­ment ren­for­cé, à par­tir de 1910, par le ciné­ma, qui appa­rut juste au moment où le poids de la machine com­men­çait à deve­nir trop lourd et inexo­rable. Les rêves publics de richesse, muni­fi­cence, aven­ture, sur­prise et action, l’identification avec le cri­mi­nel qui défie les forces de l’ordre, avec les cour­ti­sanes qui pra­tiquent ouver­te­ment la séduc­tion, ces ima­gi­na­tions à peine nées, créées et pro­je­tées à l’aide de la machine, ren­dirent le rite de la machine tolé­rable aux vastes popu­la­tions urba­ni­sées du monde. Mais ces rêves n’étaient plus per­son­nels et, qui plus est, n’étaient ni spon­ta­nés ni libres. Ils furent rapi­de­ment capi­ta­li­sés à grande échelle comme un busi­ness du diver­tis­se­ment devant rap­por­ter un inté­rêt. Créer une vie plus libé­rale, qui aurait pu se pas­ser de tels remèdes, aurait mena­cé la sûre­té des inves­tis­se­ments fon­dés sur la cer­ti­tude de la tris­tesse, de l’ennui et de la défaite continuels.

Quand on était trop triste pour pen­ser, on pou­vait lire ; trop fati­gué pour lire, on pou­vait aller au ciné­ma ; inca­pable d’aller au ciné­ma ou au théâtre, on pou­vait tour­ner le bou­ton de la radio. Dans tous les cas, on pou­vait évi­ter l’appel de l’action. Des ersatz d’amants, de héros et d’héroïnes, de richesse, emplis­saient les vies stu­pides et appau­vries et appor­taient dans les demeures un par­fum d’irréel. Au fur et à mesure que la machine deve­nait plus active et plus humaine, repro­dui­sant les pro­prié­tés bio­lo­giques de l’œil et de l’oreille, les êtres humains qui s’en ser­vaient comme d’un moyen de fuite ten­daient à deve­nir plus pas­sifs et plus méca­niques. Man­quant de confiance en leur propre voix, inca­pables de don­ner le ton, ils trans­portent avec eux un pho­no­graphe ou un poste de radio, même en pique-nique. Crai­gnant d’être seuls avec leurs propres pen­sées, effrayés d’affronter le vide et l’inertie de leurs esprits, ils allument la radio, mangent, parlent et dorment avec un sti­mu­lant exté­rieur conti­nuel : là un orchestre, là un peu de pro­pa­gande, là un bavar­dage public consi­dé­ré comme de l’information. Même la soli­tude dont jouis­sait jadis le plus pauvre tra­vailleur — et qui lais­sait Cen­drillon rêver au Prince Char­mant pen­dant que ses sœurs allaient au bal — a été sup­pri­mée par cet envi­ron­ne­ment méca­nique. Quelles que soient les com­pen­sa­tions du quo­ti­dien, elles doivent venir de la machine. Se ser­vant uni­que­ment de la machine pour échap­per à la machine, nos popu­la­tions méca­ni­sées sont tom­bées de Cha­rybde en Scyl­la. Les com­pen­sa­tions sont du même ordre que l’environnement lui-même. Le ciné­ma glo­ri­fie déli­bé­ré­ment la froide bru­ta­li­té et les ins­tincts homi­cides des gang­sters. Les actua­li­tés ciné­ma­to­gra­phiques pré­parent la guerre en exhi­bant chaque semaine les der­niers pro­grès de l’armement, accom­pa­gnées de quelques mesures per­sua­sives de l’hymne natio­nal. En sou­la­geant la contrainte psy­cho­lo­gique, ces diverses inven­tions ne font fina­le­ment qu’augmenter la ten­sion et encou­ra­ger des formes de sou­la­ge­ment plus désas­treuses. Quand on sup­porte à l’écran un mil­lier de morts, la vio­lence est telle qu’on est prêt pour un viol, un lyn­chage, un meurtre ou la guerre dans la vie réelle. Quand l’excitation des ersatz de la radio et du film com­mence à s’émousser, le goût du vrai sang devient une néces­si­té. Bref, les com­pen­sa­tions pré­parent à un nou­veau choc. […] 

Lewis Mum­ford

la politique de l'Autruche

Print Friendly, PDF & Email
Total
9
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

L’accord de Paris : ne rien changer, compter sur la technologie, s’adapter et, surtout, vive la croissance (par Clive Spash)

À l’issue de la 21e session de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, ayant eu lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015 en France, à Paris, les 195 pays de la communauté internationale sont finalement parvenus à un accord, considéré, tant par les participants que par les médias, comme un tournant politique majeur dans la difficulté de s’attaquer au changement climatique provoqué par l’humain. Le texte suivant est un bref commentaire critique dans lequel j’explique succinctement en quoi l’accord de Paris ne change rien. J’y souligne comment cet accord ignore pratiquement toutes les questions de fond concernant les causes du changement climatique d’origine anthropique, et en quoi ce même accord n’offre aucun plan d’action concret. [...]
Lire

Des mots chargés ! L’écriture comme discipline de combat (par Derrick Jensen)

Bien trop d'entre nous ont oublié, ou n'ont jamais su, que les mots peuvent servir d'armes au service de nos communautés. Bien trop d’entre nous ont oublié, ou n’ont jamais su, que les mots devraient être utilisés comme des armes au service de nos communautés. Depuis bien trop longtemps, trop de critiques et professeurs nous disent que la littérature devrait être apolitique (comme si c’était possible), et que même les essais et les œuvres journalistiques devraient être "neutres" ou "objectifs" (comme si, encore une fois, c’était possible).
Lire

De Paul Hawken à Isabelle Delannoy : les nouveaux promoteurs de la destruction « durable » (par Nicolas Casaux)

Dans son dernier livre, Petit traité de résistance contemporaine, Cyril Dion explique que la société écolo idéale qu’il imagine correspond à la dystopie technocratique imaginée par Isabelle Delannoy dans son livre L’économie symbiotique. Il expose donc ainsi assez explicitement à la fois son soutien du capitalisme vert et du solutionnisme technologique. Pour bien le comprendre, voici une brève présentation de ce livre d’Isabelle Delannoy. [...]