Cecil le lion : comprendre le fonctionnement du buzz (Ugo Bardi)

Par Ugo Bar­di, ori­gi­nel­le­ment publié sur le site Cas­san­dra’s Lega­cy | 6 Aout 2015


Un « mème » est une uni­té d’information dans l’espace de la com­mu­ni­ca­tion. Les mèmes ont ten­dance à être viraux et à se dif­fu­ser rapi­de­ment ; cer­tains se dif­fusent si vite qu’on peut les qua­li­fier de « super­mèmes ». Ci-des­sus, vous pou­vez voir les résul­tats de ten­dances de recherches Google, où le meme « Cecil le lion » connait une crois­sance incroya­ble­ment rapide, dépas­sant le nombre de recherches d’un terme poli­tique très connu, comme « Hil­la­ry ». Et cette crois­sance ne cesse de se pour­suivre ! C’est un véri­table « supermème ».

La com­mu­ni­ca­tion, de nos jours, se base prin­ci­pa­le­ment sur la capa­ci­té à rendre viraux cer­tains concepts. C’est-à-dire qu’ils se dif­fusent alors d’eux-mêmes sur le Web, géné­rant des « mèmes », des enti­tés capables de s’auto-reproduire dans l’espace de la com­mu­ni­ca­tion. Donc, pen­dant des années, scien­ti­fiques et déci­deurs poli­tiques ont essayé de créer des mèmes pour par­ler aux gens des dan­gers du réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Glo­ba­le­ment, cela s’est sol­dé par un échec cui­sant, mal­gré des efforts héroïques. L’idée selon laquelle le chan­ge­ment cli­ma­tique est réel, d’origine humaine, et dan­ge­reux, ne semble tout sim­ple­ment pas s’attarder dans l’esprit des gens. En d’autres termes, cela ne génère pas de mèmes.

Donc, com­ment un concept devient-il viral ? Nous pou­vons apprendre quelque chose là-des­sus en étu­diant un mème récent, celui qui cor­res­pond au meurtre du lion Cecil. En uti­li­sant les indi­ca­teurs de ten­dances Google pour mesu­rer le nombre rela­tif de recherches inter­net, on s’aperçoit que ce mème croît si rapi­de­ment qu’il peut être qua­li­fié de « super­mème », com­pa­rable en inten­si­té à des recherches du domaine de la poli­tique ou des grands évé­ne­ments spor­tifs, qui dominent géné­ra­le­ment l’espace des recherches internet.

« Cecil le lion » a autant de suc­cès parce qu’il pré­sente les trois carac­té­ris­tiques élé­men­taires à tout super­mème, qui sont : 1) être simple, 2) qu’il y ait un méchant, 3) être ras­su­rant. Vérifions :

  1. C’est une his­toire simple (un homme tue un lion)

  2. Il y a un méchant (le chas­seur diabolique)

  3. C’est ras­su­rant (ce n’est pas nous qui détrui­sons la faune sau­vage, ce sont les méchants chasseurs)

Il s’agit là de carac­té­ris­tiques très clas­siques de tout mème effi­cace, en par­ti­cu­lier dans le domaine de la poli­tique. Pen­sez à Sad­dam Hus­sein, qui en est un autre exemple : 1) his­toire simple (il construit des armes de des­truc­tion mas­sive), 2) Il y a un méchant (il déteste notre liber­té) et 3) C’est ras­su­rant (nous le bom­bar­dons et tout ira bien). Il est peut-être pos­sible de créer des super­mèmes avec des carac­té­ris­tiques dif­fé­rentes, mais cela s’avérera cer­tai­ne­ment très difficile.

A par­tir de ces consi­dé­ra­tions, nous pou­vons pro­ba­ble­ment com­prendre pour­quoi il est si dif­fi­cile de créer des mèmes effi­caces et véhi­cu­lant le mes­sage adé­quat au sujet du chan­ge­ment cli­ma­tique : la science cli­ma­tique n’est pas simple, le méchant c’est nous, et l’histoire est déran­geante, plu­tôt que ras­su­rante. Au contraire, créer des mèmes cli­ma­tiques dia­bo­liques est très simple ! Les concepts selon les­quels le chan­ge­ment cli­ma­tique n’existe pas, que ce n’est pas notre faute, qu’il n’est pas dan­ge­reux, semblent être des sources de mèmes inta­ris­sables. Par exemple, l’histoire du « cli­ma­te­gate » est deve­nue un mème à suc­cès parce qu’elle pré­sen­tait ces trois caractéristiques :

  1. C’est une his­toire simple (les scien­ti­fiques conspirent contre le public).

  2. Il y a un méchant (les vilains scientifiques)

  3. C’est ras­su­rant (le chan­ge­ment cli­ma­tique est un canu­lar, ce n’est donc pas notre faute).

Nous pou­vons com­pa­rer les résul­tats du « cli­ma­te­gate » avec ceux du meilleur mème en rap­port avec le chan­ge­ment cli­ma­tique que j’ai pu trou­ver ; l’encyclique du Pape sur le cli­mat. Mal­heu­reu­se­ment, le texte du Pape ne pré­sente pas les trois carac­té­ris­tiques « magiques », et vous remar­que­rez la peti­tesse de son impact, com­pa­ré à celui du climategate.

C’est donc à un obs­tacle de taille que l’on se heurte lorsqu’on essaie de créer des bons mèmes sur le chan­ge­ment cli­ma­tique. Rien d’impossible, cer­tai­ne­ment : nous pour­rions consi­dé­rer l’histoire de Cecil le Lion comme un exemple de mème posi­tif sur la néces­si­té de conser­va­tion des éco­sys­tèmes. Au moins, cela montre que beau­coup de gens se sou­cient de ce pro­blème. Mais il est aus­si exact que ce mème a rapi­de­ment dégé­né­ré en chasse aux sor­cières. Le tueur du lion ne méri­tait rien de moins, et les trois carac­té­ris­tiques impliquent tou­jours quelque chose de « méchant », une chasse contre un vilain, ce que nous pré­fé­rons évi­ter avec le pro­blème climatique.

Il sem­ble­rait que nous soyons condam­nés, n’est-ce pas ? Peut-être, mais il y a tout de même de l’espoir. Tout d’abord, les Google Trends (Ten­dances Google) nous four­nissent des don­nées sur l’impact d’un mème, mais pas l’histoire com­plète. Cela nous dit com­bien de per­sonnes cherchent acti­ve­ment un concept, mais pas com­bien d’entre elles ont été expo­sées à ce concept.

Donc, si vous uti­li­sez Google Trend pour obte­nir des don­nées au sujet du concept du « consen­sus de 97% » sur le cli­mat, vous remar­que­rez que le nombre de recherches est trop faible pour géné­rer une courbe. De la même façon, le « consen­sus cli­ma­tique » ne génère pas de com­por­te­ment « mémé­tique » signi­fi­ca­tif. Appa­rem­ment, les gens ne recherchent pas acti­ve­ment l’estimation du nombre de scien­ti­fiques qui sont convain­cus que le chan­ge­ment cli­ma­tique d’origine anthro­pique est réel. Cepen­dant, si vous recher­chez sur Google « consen­sus de 97% » sur le cli­mat, vous obtien­drez plus de 350 000 résul­tats. Cela n’est pas si mal en com­pa­rai­son avec « cli­ma­te­gate », qui pro­duit 570 000 résul­tats. Si, ensuite, vous recher­chez « Pape chan­ge­ment cli­ma­tique », vous obtien­drez 25 mil­lions de pages et « cli­ma­te­gate » devient alors insignifiant.

A par­tir de là, je pense que nous pou­vons dire que de bons mèmes cli­ma­tiques ont un impact signi­fi­ca­tif sur le débat. Le « consen­sus de 97% » est l’un d’entre eux. Il ne se dif­fuse pas aus­si vite que les mau­vais mèmes cli­ma­tiques, mais si l’on prend en consi­dé­ra­tion la viru­lence avec laquelle il a été atta­qué et nié, il est cer­tai­ne­ment effi­cace. L’impact de l’encyclique du Pape est encore bien meilleur ; lui aus­si a été for­te­ment atta­qué par ceux qui nient les chan­ge­ments climatiques.

Je pense donc que nous pou­vons apprendre deux ou trois choses de cette ana­lyse. L’une d’elles, est qu’il existe une dés­in­for­ma­tion impor­tante sur le chan­ge­ment cli­ma­tique, sous forme de mèmes, et que cela va conti­nuer tant qu’il y aura de l’argent à gagner avec les com­bus­tibles fos­siles. Nous devons apprendre à recon­naître ces mau­vais mèmes afin de les com­battre. Nous devons nous rap­pe­ler qu’une des rai­sons pour les­quelles ils sont si effi­caces, c’est que la plu­part des gens ne com­prennent pas qu’ils sont mani­pu­lés (comme l’a dit Bau­de­laire, « La plus belle des ruses du Diable est de vous per­sua­der qu’il n’existe pas ! »). Mais si les méca­nismes internes des mèmes de la dés­in­for­ma­tion cli­ma­tique sont dénon­cés, ils deviennent alors bien moins efficaces.

Nous pou­vons aus­si apprendre qu’il est pos­sible pour nous de lut­ter effi­ca­ce­ment dans cette guerre de com­mu­ni­ca­tion asy­mé­trique, même sans super­mèmes, et sans astuces tor­dues. Mani­fes­te­ment, la pro­mo­tion de l’action contre le chan­ge­ment cli­ma­tique ne peut se faire à l’aide des méthodes uti­li­sées pour vendre une marque X de céréales. Nous devons en apprendre davan­tage sur la façon de trans­mettre ce mes­sage aux lea­ders d’opinion, et aux déci­deurs poli­tiques. Nous appre­nons cela, par exemple, en dif­fu­sant le concept de consen­sus, et en nous basant sur la ten­dance natu­relle des gens à se sou­cier les uns des autres (c’est l’es­sence même de l’encyclique du Pape).

En défi­ni­tive, c’est une guerre que l’on peut gagner, et que l’on va gagner (avec ou sans mèmes) au fur et à mesure de l’augmentation de signes évi­dents du chan­ge­ment cli­ma­tique, impos­sibles à igno­rer. Se battre aux côtés de la véri­té est confortable !

Ugo Bar­di


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

L’électrification ou l’expansion de la société industrielle de consommation : l’exemple de l’Afrique

Ce que nous essaierons de souligner dans le texte qui suit, c’est que l’électrification de l’Afrique découle directement de l’expansion et de l’ancrage du mode de vie, de penser et d’être, mais surtout d’avoir, profondément antiécologique et aliénant, de la culture occidentale dominante. [...]
Lire

De l’aveuglement positiviste

Si positiver consistait simplement à voir le bon côté des choses, à jouir d'un verre à demi-plein au lieu de se lamenter devant un verre à demi-vide, rien à dire, c'est du sain Épicurisme. Mais positiver ne s'en tient pas là : on s'efforce de méconnaître "le négatif", les limites, inhérentes à la nature de l'être, les faiblesses, les ratages inévitables. C'est l'école de l'inauthenticité.