L’ONU découvre que les humains dégradent l’environnement plus vite qu’il ne se régénère (par Fiona Harvey)

Article ini­tia­le­ment publié (en anglais) sur le site du Guar­dian le 19 mai 2016, que nous avons vou­lu com­men­ter afin de mettre en lumière les inco­hé­rences et les sophismes qui consti­tuent les ornières des­truc­trices mais ras­su­rantes de l’im­passe civilisationnelle.


Selon une étude, une action radi­cale est néces­saire pour com­battre le taux crois­sant des dégra­da­tions envi­ron­ne­men­tales infli­gées aux sources d’eau, à la terre, à la bio­di­ver­si­té et à la vie marine.

Jusqu’ici, nous sommes d’accord.

La dégra­da­tion des res­sources du monde natu­rel par les humains dépasse de beau­coup la capa­ci­té de la pla­nète à encais­ser ces dom­mages, ce qui signi­fie que le taux de dété­rio­ra­tion aug­mente mon­dia­le­ment, selon la plus exhaus­tive des études jamais entre­prises par l’ONU.

L’ONU s’aperçoit de l’état catas­tro­phique de la pla­nète, alors que 90% des grands pois­sons ont déjà dis­pa­ru des océans, que « la Terre a per­du la moi­tié de ses popu­la­tions d’es­pèces sau­vages en 40 ans », que l’air est désor­mais consi­dé­ré par l’OMS comme étant can­cé­ri­gène, que l’on sait qu’en « 2050, les océans comp­te­ront plus de plas­tique que de pois­son », etc…

Il était temps.

L’étude, ayant impli­qué 1 203 scien­ti­fiques, des cen­taines d’institutions scien­ti­fiques, et plus de 160 gou­ver­ne­ments réunis par le PNUE (Pro­gramme des Nations Unies pour l’en­vi­ron­ne­ment), conclut que sans une action radi­cale, le niveau de pros­pé­ri­té dont béné­fi­cient des mil­lions de gens dans le monde déve­lop­pé ne pour­ra ni être assu­ré ni être pro­pa­gé aux pays pauvres.

Il aura fal­lu mobi­li­ser autant de scien­ti­fiques pour qu’ils en arrivent au constat que l’état de la pla­nète se dégrade à une vitesse folle ; mais pire encore, ce qui semble les inquié­ter n’est ni la des­truc­tion des éco­sys­tèmes, ni l’irréversibilité de la perte de bio­di­ver­si­té, ni l’empoisonnement uni­ver­sel, mais l’impossibilité du main­tien et de l’expansion du « niveau de pros­pé­ri­té dont béné­fi­cient des mil­lions de gens dans le monde déve­lop­pé », c’est-à-dire de la socié­té de consom­ma­tion et de son pro­jet impé­ria­liste de stan­dar­di­sa­tion cultu­relle et d’administration planétaire.

Le manque d’eau est la plaie de régions par­mi les plus pauvres de la Terre, selon l’étude, ce qui fait que les pays en déve­lop­pe­ment sont de moins en moins en capa­ci­té de se nour­rir eux-mêmes, et fait souf­frir des mil­lions de gens. Il semble y avoir peu d’espoir de résoudre cette situa­tion, selon l’ONU, sans qu’une action radi­cale soit entreprise.

La néces­si­té d’une action radi­cale n’est pas à dis­cu­ter. Mais encore fau­drait-il être capable de la défi­nir clairement.

Les sources d’eau sont de plus en plus mena­cées par la crois­sance de la popu­la­tion, par le chan­ge­ment cli­ma­tique, l’urbanisation rapide, les niveaux de consom­ma­tion crois­sants, et la dégra­da­tion des terres qui four­nis­saient autre­fois un rem­plis­sage natu­rel des res­sources en eau.

L’ONU com­prend donc bien que le niveau de consom­ma­tion éle­vé des habi­tants des pays occi­den­taux est insou­te­nable et entraine les mul­tiples pro­blèmes cités ci-dessus…

Cette étude se veut une aide aux efforts mon­diaux du com­bat contre le chan­ge­ment cli­ma­tique et les autres menaces envi­ron­ne­men­tales, en ce qu’il sou­ligne les dif­fi­cul­tés de l’amélioration des vies des gens des pays en déve­lop­pe­ment et de l’affrontement du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, alors que les res­sources ali­men­taires sont de plus en plus sous pression.

…mais reste per­sua­dée que le pro­grès serait d’étendre ce même niveau de consom­ma­tion insou­te­nable et des­truc­teur à l’ensemble de la planète.

Voi­là l’aporie Sha­do­kienne que ces brillants scien­ti­fiques essaient de résoudre.

On voit que ce n’est pas un com­bat pour la sur­vie de l’humanité, encore moins pour la pré­ser­va­tion de la pla­nète, de ses éco­sys­tèmes et de ses habi­tants non-humains, mais un com­bat pour que tous les êtres humains puissent consom­mer comme le font les occi­den­taux dont le niveau de consom­ma­tion est si éle­vé qu’il rend impos­sible la pro­pa­ga­tion de ce même niveau de consom­ma­tion aux autres êtres humains.

Ce qui n’a pré­ci­sé­ment aucun sens.

Le mode de vie occi­den­tale, en une image.

Le PNUE a déter­mi­né que le taux de dom­mages contre l’environnement natu­rel aug­men­tait mon­dia­le­ment, mal­gré les efforts concer­tés visant à per­sua­der les gou­ver­ne­ments de prendre des mesures d’amélioration du trai­te­ment des res­sources natu­relles vitales, comme l’eau, la terre, et les mers.

La méthode Coué a donc ses limites.

“Si les ten­dances actuelles se pro­longent, et que le monde échoue à mettre en place des solu­tions amé­lio­rant les sché­mas de pro­duc­tion et de consom­ma­tion, si nous échouons à uti­li­ser les res­sources natu­relles de manière sou­te­nable, alors l’état de l’environnement mon­dial conti­nue­ra à décli­ner”, a aver­ti Achim Stei­ner, direc­teur exé­cu­tif du PNUE.

Si nous conti­nuons de dégra­der la pla­nète, la pla­nète sera dégra­dée, CQFD.

Il explique que les outils d’amélioration de l’environnement pour des mil­lions de gens existent dans les pays déve­lop­pés mais courent le risque de ne pas être utilisés.

Flûte, alors.

Cette étude, uti­li­sant des décen­nies de don­nées scien­ti­fiques, sou­ligne que les mesures de base de ges­tion des prin­ci­pales causes des dom­mages envi­ron­ne­men­taux n’étaient tou­jours pas mises en place. Ces mesures com­prennent la réduc­tion de la pol­lu­tion de l’air, notam­ment par des modi­fi­ca­tions sur les véhi­cules ; des dom­mages sur les éco­sys­tèmes marins, ce qui peut avoir un impact immense sur les stocks de pois­sons des­quels dépendent des mil­lions de gens ; et de la dégra­da­tion de la terre, étant don­né que les méthodes modernes d’agriculture sont encore uti­li­sées, au mépris de leurs consé­quences à long terme.

Où l’on apprend que les plus maigres mesures « de base » ne sont même pas mises en place.

Il est tout de même per­mis de dou­ter de l’impact que pour­raient avoir les soi-disant mesures énon­cées, puisqu’il ne s’agirait pas d’arrêter de pol­luer mais de pol­luer moins tout en conti­nuant de pro­duire des véhi­cules , ni de pré­ser­ver la bio­di­ver­si­té, les espèces et les popu­la­tions ani­males pour elles-mêmes mais parce qu’elles consti­tuent des stocks pour la consom­ma­tion humaine.

Le pos­tu­lat de base, jamais dis­cu­té, étant que la pla­nète est la pro­prié­té exclu­sive et inalié­nable de l’espèce humaine.

Pêche inten­sive de thon rouge au Japon

Mal­gré l’accord mon­dial sur la réduc­tion des émis­sions de gaz à effet de serre signé à Paris en décembre 2015, les émis­sions mon­diales de car­bone conti­nuent à aug­men­ter. Le rap­port indique que cela va alté­rer sur le long terme la capa­ci­té des éco­no­mies en déve­lop­pe­ment à nour­rir les gens, en rai­son des per­tur­ba­tions induites telles que l’augmentation des séche­resses et des inondations.

Éton­nant. Si nos émis­sions de gaz à effet de serre conti­nuent à croitre, la situa­tion conti­nue­ra donc à empirer ?

Le chan­ge­ment cli­ma­tique est exa­cer­bé par les émis­sions de gaz à effet de serre issues de l’agriculture, dont celles du pro­toxyde d’azote un puis­sant gaz à effet de serre due aux émis­sions d’effluents et au mau­vais sto­ckage du fumier animal.

Ces sources ont connu une aug­men­ta­tion de plus d’un quart entre 2000 et 2010, selon l’étude.

Une des grandes réus­sites des poli­tiques de « déve­lop­pe­ment durable » de ces der­nières années.

Par­mi les autres domaines pro­blé­ma­tiques iden­ti­fiés par le rap­port, on retrouve les gla­ciers des Andes, qui four­nissent l’eau vitale dont dépendent des dizaines de mil­lions de gens, mais qui fondent à mesure que le cli­mat se réchauffe.

Dans les pays riches, ces pro­blèmes se sont accu­mu­lés au fil des décen­nies et des siècles, tan­dis que la crois­sance éco­no­mique se pour­sui­vait au détri­ment de l’environnement. Des efforts ulté­rieurs pour res­tau­rer l’environnement ont connu un suc­cès miti­gé. Mais dans les pays en déve­lop­pe­ment, il est encore pos­sible de modi­fier la voie du déve­lop­pe­ment à venir,  ce qui encou­rage les ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales à envi­sa­ger des che­mins de crois­sance plus sou­te­nables, cen­sés à la fois remé­dier à la pau­vre­té et pré­ser­ver l’environnement. Les auteurs de l’étude concluent que si ces pays suivent le sché­ma de crois­sance des pays déjà déve­lop­pés, alors le risque de dom­mages envi­ron­ne­men­taux irré­ver­sibles augmentera.

Pré­ci­sons que le déve­lop­pe­ment durable est une expres­sion qui date des années 70 ; nous pou­vons ain­si obser­ver les ravages de 45 années de soi-disant « déve­lop­pe­ment durable », la pla­nète n’a jamais été dans un état aus­si catas­tro­phique, avec en prime la 6ème extinc­tion de masse en cours.

Cepen­dant, l’ONU per­siste à pen­ser que le « confort moderne » et la socié­té de consom­ma­tion, tout en admet­tant qu’ils sont au cœur de l’ensemble des pro­blèmes envi­ron­ne­men­taux et sociaux, peuvent, par quelque tour de force ima­gi­naire et insen­sé, demeu­rer sou­hai­tables et deve­nir soutenables.

Une des défi­ni­tions que l’on donne sou­vent de la folie est le fait de refaire la même chose encore et encore tout en espé­rant un résul­tat dif­fé­rent. Nous vous lais­sons juger de l’état de san­té men­tale des membres de cette culture.

En effet, com­ment qua­li­fier autre­ment la stu­pi­di­té de ceux qui com­prennent que le déve­lop­pe­ment est en lui-même nui­sible mais qui per­sistent à vou­loir l’imposer sur la pla­nète entière ?

Ils recom­mandent une aug­men­ta­tion de la sen­si­bi­li­sa­tion à l’impact envi­ron­ne­men­tal du déve­lop­pe­ment. Par exemple, l’exploitation des res­sources en eau doit être ren­due plus sou­te­nable en recy­clant l’eau là où c’est pos­sible, et en chan­geant le type d’agriculture afin que les méthodes d’irrigation gas­pilleuses soient rem­pla­cées par des méthodes plus efficientes.

Bis repe­ti­ta.

Les pays en déve­lop­pe­ment devraient éga­le­ment chan­ger leurs méthodes de ges­tion des déchets, selon l’étude, afin de pro­té­ger leurs res­sources d’eau propre et d’éviter que les déchets solides ne prennent feu dans les décharges.

Le rap­port oublie visi­ble­ment de pré­ci­ser qu’il s’agit dans une cer­taine mesure de déchets issus des pays déve­lop­pés, et gen­ti­ment ren­voyés aux pays dont on a extrait les matières pre­mières de ces pro­duits désor­mais obsolètes.

Enfin, la pré­co­ni­sa­tion : « Les pays en déve­lop­pe­ment devraient éga­le­ment chan­ger leurs méthodes de ges­tion des déchets » est aus­si floue que ce qui est prô­né par le reste de l’étude, à savoir une « action radi­cale », jamais défi­nie, mais appa­rem­ment capable de faire coexis­ter deux réa­li­tés contraires : la des­truc­tion de la pla­nète et sa préservation.


Tra­duc­tion & Com­men­taires : Col­lec­tif Le Partage

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le problème de l’activisme financé par le Grand Capital (par Macdonald Stainsby)

Beaucoup de salariés des Grands Verts – ainsi que leurs amis proches – ont essayé très dur de faire infuser ces valeurs démocratiques, anticoloniales et même anticapitalistes dans le mouvement écolo grand public, qui évite depuis longtemps de telles vulgarités. Plongeons-nous dans ces questions, et cherchons de vraies réponses. Si elles vous mettent mal à l’aise, peut-être que c’est parce qu’elles vous touchent.
Lire

Comment le progrès technique déshumanise l’être humain et détruit le monde naturel (par Lewis Mumford)

La ligne possible de développement que je vais maintenant prolonger repose sur l’hypothèse que notre civilisation continuera à suivre le chemin tracé par le Nouveau Monde et accordera toujours plus d’importance aux pratiques introduites à l’origine par le capitalisme, la technique de la machine, les sciences physiques, l’administration bureaucratique et le gouvernement totalitaire ; et que de leur côté ces pratiques se combineront pour former un système parfaitement clos sur lui-même, dirigé par une intelligence délibérément dépersonnalisée. [...]
Lire

Endgame Vol.1 : Civilisation (par Derrick Jensen)

Avant d’envisager ici la destruction de la civilisation, je me dois de définir de quoi il s’agit. J’ai donc regardé dans plusieurs dictionnaires. Le Webster définit la civilisation comme « un stade supérieur de développement social et culturel ». Le dictionnaire d’anglais Oxford la décrit comme « un état développé ou avancé de la société humaine ». Tous les autres dictionnaires que j’ai pu consulter chantaient à l’unisson les mêmes louanges. Ces définitions, aussi consensuelles soient-elles, ne m’avancent pourtant pas le moins du monde. [...]
Lire

À propos de l’eau (par Wade Davis)

Nous sommes nés dans l'élément liquide, dans une protectrice bulle amniotique. Quand nous sortons du sein de notre mère, nos corps sont presque exclusivement liquides. Même devenus adultes, nous ne sommes constitués que pour un tiers de corps solides. Comprimez les os, les ligaments et les tendons, extrayez les cellules et les plaquettes sanguines, et tout ce qui reste de nous, presque les deux tiers de notre poids, nettoyé et rincé, s'écoulerait aussi facilement qu'une rivière vers la mer. [...]