Bill Gates affirme que la pauvreté est en baisse. Il ne pourrait pas se tromper davantage. (par Jason Hickel)

Tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié (en anglais) sur le site du Guar­dian le 29 jan­vier 2019.


Une série de gra­phiques approu­vés par le groupe de Davos pré­sente l’histoire de l’imposition d’une pro­lé­ta­ri­sa­tion mon­diale comme un triomphe néolibéral.

La semaine der­nière, au moment où les diri­geants mon­diaux et les élites mar­chandes arri­vaient à Davos pour le Forum Éco­no­mique Mon­dial, Bill Gates a twee­té une série de gra­phiques à ses 46 mil­lions d’abonnés, sug­gé­rant que le monde allait de mieux de mieux. « C’est ma série de gra­phique pré­fé­rée, a‑t-il écrit. Beau­coup sous-estiment à quel point la vie s’est amé­lio­rée au cours des deux der­niers siècles. »

Des six gra­phiques – déve­lop­pés par Max Roser de Our World in Data – le pre­mier est celui qui a le plus atti­ré l’attention. Il montre que la pro­por­tion de per­sonnes vivant dans la pau­vre­té a dimi­nué, pas­sant de 94% en 1820 à seule­ment 10% aujourd’hui. L’affirmation est simple et convain­cante. Bill Gates n’est d’ailleurs pas le seul à l’avoir pro­pa­gée. Ces chiffres ont été col­por­tés par beau­coup au cours de l’année, de Ste­ven Pin­ker à Nick Kris­tof en pas­sant par une grande majo­ri­té du groupe de Davos, dans une ten­ta­tive de prou­ver que l’extension mon­diale du capi­ta­lisme de libre mar­ché aurait béné­fi­cié à tout le monde. Pin­ker et Gates sont même allés plus loin, affir­mant que nous ne devrions pas nous plaindre de la mon­tée des inéga­li­tés, puisque ces mêmes forces qui confèrent tant de richesses aux riches sont aus­si en train d’éradiquer la pau­vre­té, ain­si que nous devrions le constater.

Un récit puis­sant. Et com­plè­te­ment faux.

En effet, ces gra­phiques sont pro­blé­ma­tiques pour de nom­breuses rai­sons. Tout d’abord, ce n’est qu’à par­tir de 1981 que nous avons com­men­cé à dis­po­ser de don­nées fiables concer­nant la pau­vre­té. Au-delà de cette année, ce que nous savons est anec­do­tique, et remon­ter à 1820 n’a stric­te­ment aucun sens. Roser s’ap­puie sur une base de don­née qui n’avait pas pour but de faire un état des lieux de la pau­vre­té, mais de l’inégalité dans la dis­tri­bu­tion du PIB mon­dial – et ce pour un nombre limi­té de pays. Il n’existe pas de véri­tables recherches per­met­tant d’appuyer ces affir­ma­tions sur la pau­vre­té à long-terme. Rien de scien­ti­fique ici, donc. Seule­ment de la propagande.

Ce que les chiffres de Roser révèlent en réa­li­té, c’est que le monde est pas­sé d’une situa­tion où la majeure par­tie de l’humanité n’avait pas besoin d’argent du tout à une situa­tion où la majeure par­tie de l’humanité peine à sur­vivre avec extrê­me­ment peu d’argent. Leur gra­phique pré­sente cela comme une dimi­nu­tion de la pau­vre­té. En réa­li­té, cela repré­sente un pro­ces­sus de dépos­ses­sion qui a ser­ti les popu­la­tions du monde dans le sys­tème de tra­vail capi­ta­liste durant les mou­ve­ments des enclo­sures en Europe et la colo­ni­sa­tion des pays du Sud.

Avant la colo­ni­sa­tion, la plu­part des gens vivaient dans des éco­no­mies de sub­sis­tance où ils avaient accès à d’abondants biens com­muns – terres, eau, forêts, bétail et de robustes sys­tèmes de par­tage et de réci­pro­ci­té. Ils avaient peu voire pas d’argent du tout, mais n’en avaient pas besoin pour bien vivre – cela n’a donc pas vrai­ment de sens d’affirmer qu’ils étaient pauvres. Cette façon de vivre a été vio­lem­ment détruite par les colo­ni­sa­teurs qui ont expul­sé les habi­tants de leurs terres et les ont encar­tés dans des mines, usines et plan­ta­tions appar­te­nant aux Euro­péens, où ils rece­vaient des salaires déri­soires en échange d’un tra­vail qu’ils ne vou­laient pas effec­tuer en pre­mier lieu.

En d’autres termes, le gra­phique de Roser illustre l’histoire d’une pro­lé­ta­ri­sa­tion for­cée. L’idée selon laquelle cela consti­tue­rait une amé­lio­ra­tion de la vie des gens est lar­ge­ment dis­cu­table, étant don­né que dans la plu­part des cas, nous savons que leur nou­veau reve­nu, leur salaire, était bien loin de com­pen­ser la perte de leurs terres et de leurs res­sources ; terres et res­sources qui ont bien sûr été acca­pa­rées par les colo­ni­sa­teurs. Le gra­phique pré­fé­ré de Gates maquille la vio­lence de la colo­ni­sa­tion en une jolie his­toire de progrès.

Mais il y a plus. Leur gra­phique se base sur un seuil de pau­vre­té de 1,90 dol­lars par jour, qui cor­res­pond à ce que 1,90 dol­lars pou­vaient ache­ter aux Etats-Unis en 2011. À tous points de vue, ce seuil est indé­cem­ment bas. Nous dis­po­sons désor­mais de nom­breuses preuves indi­quant que les per­sonnes vivant juste au-des­sus de ce seuil ont de très mau­vais taux de nutri­tion et de mor­ta­li­té. Ce n’est pas parce que vous gagnez 2 dol­lars par jour que vous n’êtes plus dans une situa­tion d’ex­trême pau­vre­té. Pas du tout.

Cela fait des années que des cher­cheurs réclament un seuil de pau­vre­té plus appro­prié. La plu­part s’accordent pour dire qu’un indi­vi­du devrait dis­po­ser d’au moins 7,40 dol­lars par jour pour béné­fi­cier d’une nutri­tion basique et d’une espé­rance de vie nor­male, et aus­si d’une chance à peu près décente de voir leurs enfants sur­vivre à leur cin­quième anni­ver­saire. Beau­coup de cher­cheurs, dont l’économiste de Har­vard Lant Prit­chett, affirment même que le seuil de pau­vre­té devrait être bien plus éle­vé, entre 10 et 15 dol­lars par jour.

Et qu’observons-nous si nous mesu­rons la pau­vre­té mon­diale à tra­vers ces indi­ca­teurs un peu plus décents – disons 7,40 dol­lars par jour, pour res­ter très conser­va­teur ? Eh bien nous consta­tons que le nombre de per­sonnes vivant en des­sous de ce seuil de pau­vre­té a énor­mé­ment aug­men­té depuis que la col­lecte de don­nées a débu­té en 1981, pour atteindre envi­ron 4,2 mil­liards de per­sonnes aujourd’hui. Ain­si le glo­rieux récit de Davos s’effondre-t-il.

En outre, les maigres amé­lio­ra­tions qui se sont pro­duites ont toutes pris place au même endroit : en Chine. Il est donc mal­hon­nête pour des per­sonnes comme Gates et Pin­ker de les pré­sen­ter comme des accom­plis­se­ments du néo­li­bé­ra­lisme du consen­sus de Washing­ton. Sor­tez la Chine de l’équation, et les chiffrent empirent. Au cours des quatre der­nières décen­nies, non seule­ment le nombre de per­sonnes vivant dans la pau­vre­té a aug­men­té, mais la pro­por­tion des per­sonnes vivant dans la pau­vre­té a stag­né autour des 60%. Dif­fi­cile d’exagérer les souf­frances que cela indique.

Cela consti­tue un sévère réqui­si­toire à l’encontre de notre sys­tème éco­no­mique mon­dial, qui nuit à la majeure par­tie de l’humanité. Notre monde est plus riche que jamais, mais toute cette richesse, ou presque, est entre les mains d’une petite élite. Seule­ment 5% de tous les nou­veaux reve­nus pro­ve­nant de la crois­sance mon­diale par­viennent aux 60% les plus pauvres – et pour­tant ce sont eux qui pro­duisent la plu­part de la nour­ri­ture et des biens que le monde consomme, tra­vaillant dure­ment dans les usines, plan­ta­tions et mines où ils ont été incar­cé­rés il y a 200 ans. Une folie – qu’aucun argu­ment pater­na­liste for­mu­lé par quelque mil­liar­daire ne sau­rait justifier.

Jason Hickel


Tra­duc­tion : Rachelle Hajjar

Edi­tion : Nico­las Casaux

Parce que beau­coup de choses devraient être dis­cu­tées concer­nant les autres gra­phiques mis en avant par Bill, vous pou­vez com­plé­ter cette lec­ture par l’ar­ticle suivant :

https://partage-le.com/2018/10/le-mensonge-du-progres-par-nicolas-casaux/

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
1 comment
  1. Je cher­chais un résu­mé simple et clair des argu­ments contre ce type de fake news révol­tantes (« La pau­vre­té dans le monde a dimi­nué grâce au néo-ibéralisme »).

    Mer­ci à vous de me l’a­voir fourni 🙂

    Conti­nuez le bon bou­lot, votre site est super !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

De l’entreprise capitaliste à l’entreprise nazie : une même absence de conscience morale (par Günther Anders)

L’« instrumentalisation » règne partout : dans les pays qui imposent le conformisme par la violence, et aussi dans ceux qui l’obtiennent en douceur. Comme c’est bien sûr dans les pays totalitaires que ce phénomène est le plus clair, je prendrai, pour illustrer ce qu’est l’« instrumentalisation », l’exemple d’un comportement typiquement totalitaire. [...]
Lire

Le travail scientifique est-il principalement motivé par le désir de faire du bien à l’humanité ? (par Theodore Kaczynski)

Le texte qui suit est un extrait d'une lettre de Theodore Kaczynski à l'attention d'un certain P.B., en date du 16 mai 2009 (revue le 8 septembre 2009 et le 27 octobre 2009). Il a été traduit en français par Ana Minski depuis une version espagnole (la lettre originale, en anglais, n'est pas disponible sur internet), lisible à cette adresse. [...]
Lire

Les illusions vertes ou L’art de se poser les mauvaises questions (par Ozzie Zehner)

Il y a cette impression de choix entre combustibles fossiles et technologies énergétiques propres comme les panneaux solaires et les éoliennes. Ce choix est une illusion. Les technologies alternatives reposent sur les combustibles fossiles à tous leurs stades de production. Les technologies alternatives dépendent des combustibles fossiles lors des opérations d'extractions, dans les usines de fabrications, pour l'installation, la maintenance, et le démantèlement. En plus, à cause de l'irrégularité de production du solaire et de l'éolien, ces technologies requièrent des centrales à combustibles fossiles opérationnelles en parallèle en permanence. Et, plus significatif encore, le financement des énergies alternatives dépend du type de croissance soutenu par les combustibles fossiles.
Lire

« Nous devons être plus courageuses » — la remise en question de « l’identité de genre » et le mutisme imposé au féminisme (par Meghan Murphy)

Les femmes qui remettent en question le discours portant sur « l’identité de genre » ont beaucoup été isolées sur les lignes de front au cours des dix dernières années. Les féministes libérales et progressistes ont souvent préféré la politique identitaire à l’analyse féministe, cela n’a donc rien d’étonnant. [...]