Le paysan, « ébauche grossière et incomplète de l’homme réellement civilisé » (par Eugen Weber)

Afin de pro­lon­ger notre cri­tique du mot et de l’idée de civi­li­sa­tion (voir aus­si cet article), nous vous pro­po­sons ce court extrait du livre La fin des ter­roirs d’Eugen Weber (Fayard, 1983). Où l’on per­çoit de manière fla­grante l’idéologie supré­ma­ciste et raciste qu’implique l’idée de civi­li­sa­tion, idée qui ne sert pas qu’à déni­grer les « pri­mi­tifs » de quelque pays exo­tique, puisqu’elle sert éga­le­ment à infé­rio­ri­ser les « sau­vages » de notre propre nation (en deve­nir, qui doit être construite en éra­di­quant, en civi­li­sant les­dits sau­vages). La civi­li­sa­tion, la ville, le Pro­grès, l’é­cole, l’État, des idées qui se recoupent et se com­plètent, et qui nous ont menés au désastre social et éco­lo­gique en cours. Il fal­lait bien la civi­li­sa­tion pour sor­tir ces hordes de gueux misé­reux de leur mode de vie de sub­sis­tance, d’au­to­suf­fi­sance locale qui n’é­tait pas idyl­lique, loin de là, mais qui répon­dait réel­le­ment à l’as­pi­ra­tion actuelle à la sou­te­na­bi­li­té, et qui se carac­té­ri­sait par cer­taines formes de soli­da­ri­té tout à fait res­pec­tables et les connec­ter à la socié­té indus­trielle marchande.


De Bor­deaux à Bayonne s’étendaient des soli­tudes incultes. On en trou­vait de même de l’île d’Yeu jusqu’à la Drôme, dans l’Est, où, en 1857, un colo­nel expri­mait l’espoir que le che­min de fer amé­lio­re­rait le sort « de popu­la­tions en retard de deux ou trois siècles sur leurs contem­po­rains » et éli­mi­ne­rait « les ins­tincts sau­vages nés de l’isolement et de la misère ». Les habi­tants de Tulle appe­laient les pay­sans pec­ca­ta (péchés), et un prêtre de la Cor­rèze, fils d’une humble famille de cette pré­fec­ture, mais relé­gué dans une paroisse de cam­pagne, notait avec mépris : « Le pay­san c’est bien le péché, le péché ori­gi­nel, encore per­sis­tant et visible dans toute sa naï­ve­té brute. » Cette obser­va­tion, rele­vée par Joseph Roux, a pro­ba­ble­ment été faite au début de la Troi­sième Répu­blique, mais elle reflète un consen­sus qui eut cours pen­dant les pre­miers trois quarts du siècle. « L’ha­bi­tant de la cam­pagne porte dans tous ses traits l’aspect de la tris­tesse et de la souf­france ; son regard est incer­tain, timide, sa phy­sio­no­mie sans expres­sion, son allure lente et embar­ras­sée, ses longs che­veux qui tombent sur ses épaules lui donnent, quelque chose de sombre » (Haute-Vienne, 1822). Ter­rible igno­rance, super­sti­tion, sale­té (Mor­bi­han, 1822). Être pares­seux, cupide, avare, méfiant (Landes, 1843). Crasse, habits loque­teux, misère et sau­va­ge­rie (Loire-Infé­rieure, 1850). « Vul­gaire, à peine civi­li­sé, avec une nature humble, mais bru­tale » (Loire, 1862). Il n’est pas éton­nant qu’en 1865, une pro­prié­taire ter­rienne limou­sine employât des termes assez sem­blables à ceux uti­li­sés par La Bruyère deux cents ans aupa­ra­vant : « Ces ani­maux à deux pieds qui res­semblent à peine à des hommes. Ses vête­ments [du pay­san] sont sor­dides ; sous sa peau épaisse et tan­née on ne voit pas le sang cir­cu­ler. Le regard sau­vage et morne ne tra­hit pas le mou­ve­ment d’une idée dans le cer­veau de cet être, atro­phié mora­le­ment et physiquement. »

Les sou­lè­ve­ments popu­laires de décembre 1851 appor­tèrent leur lot de com­men­taires : horde sau­vage, pays de sau­vages, de bar­bares. Il ne faut pas oublier que trai­ter abu­si­ve­ment quelqu’un de sau­vage était consi­dé­ré comme un outrage pas­sible d’amende ou même de pri­son, si l’affaire allait jusqu’aux tri­bu­naux. Mais la lita­nie se pour­suit : au début des années 60, la sau­va­ge­rie a dis­pa­ru de la Nièvre, mais sub­siste jusqu’à la décen­nie sui­vante dans la Sarthe, où les « sau­vages » habi­tants des landes vivent comme des « tro­glo­dytes » et dorment près du feu dans leurs huttes « sur des bottes de bruyère comme des chats sur des copeaux ». Elle per­siste éga­le­ment en Bre­tagne, où les enfants qui rentrent à l’école « sont comme ceux des pays où la civi­li­sa­tion n’a pas péné­tré : sau­vages, sales, ne com­pre­nant pas un mot de la langue » (1880). Un spé­cia­liste de folk­lore musi­cal, par­cou­rant le pays de l’ouest de la Ven­dée jusqu’aux Pyré­nées, com­pare la popu­la­tion locale à des enfants et des sau­vages qui, heu­reu­se­ment, comme tous les peuples pri­mi­tifs, montrent un goût pro­non­cé du rythme. Même en 1903, le thème de la « sau­va­ge­rie » rurale est encore repris par un auteur de récits de voyages : visi­tant le Limou­sin, au nord de Brive, il est frap­pé par l’aspect inhos­pi­ta­lier de la région et par les huttes de sau­vages dans les­quelles vivent les gens. Quel sou­la­ge­ment, après la tra­ver­sée des inter­mi­nables châ­tai­gne­raies, d’atteindre une agglo­mé­ra­tion, même petite. La civi­li­sa­tion est urbaine (civile, civique, bour­geoise, civi­li­sée), et il en va de même, natu­rel­le­ment, de l’urbanité : de même que poli­tesse, poli­tique, police viennent de polis : tou­jours la cité.

La civi­li­sa­tion : voi­là ce qui manque aux pay­sans. […] Dans les années 1850, en fait, il est cou­rant de sou­li­gner ce point. Un prêtre de Beauce estime que le plus grand besoin de ses parois­siens est de deve­nir civi­li­sés. En Haute-Loire, les bate­liers de l’Allier montrent « le degré de civi­li­sa­tion le plus éle­vé », grâce aux « nations plus civi­li­sées » qu’ils ren­contrent sur le che­min de Paris. Il en va de même pour les gens de Saint-Didier, lieu où les rela­tions com­mer­ciales avec Saint-Étienne ont contri­bué à une « civi­li­sa­tion plus avan­cée ». Dans le Mor­van, par contre, un guide de 1857 note que les vil­lages sont « à peine effleu­rés par la civi­li­sa­tion » ; des comptes ren­dus mili­taires révèlent la même situa­tion dans le Lot et dans l’Aveyron.

Entre 1860 et 1880, nous trou­vons sans cesse des réfé­rences, dans les rap­ports des ins­pec­teurs des écoles pri­maires, au pro­grès de la civi­li­sa­tion et au rôle civi­li­sa­teur des écoles dans les popu­la­tions auprès des­quelles elles sont implan­tées. Que signi­fiaient ces rap­ports pour les contem­po­rains ? Nous exa­mi­ne­rons cette ques­tion en détail le moment venu. Disons pour l’instant qu’ils reflé­taient la croyance pré­do­mi­nante que des zones et des groupes de popu­la­tion impor­tants étaient encore non civi­li­sés, c’est-à-dire non inté­grés, non assi­mi­lés à la civi­li­sa­tion fran­çaise : ces popu­la­tions étaient pauvres, arrié­rées, igno­rantes, sau­vages, bar­bares, incultes, et vivaient comme des bêtes avec leurs bêtes. Il fal­lait leur ensei­gner les manières, la morale, l’alphabet, leur don­ner une connais­sance du fran­çais et de la France, une per­cep­tion des struc­tures juri­diques et ins­ti­tu­tion­nelles exis­tant au-delà de leurs com­mu­nau­tés immé­diates. Léon Gam­bet­ta résume la chose en quelques mots en 1871 : les pay­sans sont « intel­lec­tuel­le­ment en retard de quelques siècles sur la par­tie éclai­rée du pays » ; « la dis­tance est énorme entre eux et nous…, nous qui par­lons notre langue, tan­dis que, chose cruelle à dire, tant de nos com­pa­triotes ne font encore que la bal­bu­tier » ; la pro­prié­té maté­rielle doit « deve­nir l’outil de leur pro­grès moral », c’est-à-dire de leur civi­li­sa­tion. Le pay­san doit être inté­gré dans la socié­té, l’économie et la culture natio­nales : la culture de la cité et de la Cité par excel­lence, Paris.

C’est là le sens de la cam­pagne qu’indiquent les rap­ports sur le pro­grès : dans le Mor­bi­han des années 1880, la civi­li­sa­tion doit encore péné­trer les sau­vages contrées de l’intérieur et les rendre sem­blables au reste de la France ; mais en Ardèche, « des cou­tumes plus douces et plus poli­cées rem­placent les manières rudes, gros­sières et sau­vages ». À l’Ouest, sur la côte Atlan­tique, les anciennes cou­tumes sont « balayées par la civi­li­sa­tion ». Jusqu’au suc­cès final de cette cam­pagne, le pay­san conti­nue­ra à être, selon les termes de deux obser­va­teurs du Sud-Ouest, une ébauche gros­sière et incom­plète de l’homme réel­le­ment civilisé.

Une ébauche incom­plète, si on la com­pare à un modèle auquel il ne se conforme pas, et pour une excel­lente rai­son : il ne le connaît pas. D’un point de vue cultu­rel et poli­tique, c’est un abo­ri­gène, un pri­mi­tif sem­blable aux bêtes et aux enfants, un être que les obser­va­teurs les plus bien­veillants trouvent déci­dé­ment bizarre. En 1830, Sten­dhal parle de ce tri­angle mor­tel situé entre Bor­deaux, Bayonne et Valence : « On croit aux sor­ciers, on ne sait pas lire et on ne parle pas Fran­çais en ces pays. » Et Flau­bert, se pro­me­nant dans une foire de Rospor­den en 1846, tel un tou­riste visi­tant quelque bazar exo­tique, note à pro­pos du pay­san : « Soup­çon­neux, inquiet, ahu­ri par tout ce qu’il voit et ne com­prend pas, il se hâte de quit­ter la ville. »

Eugen Weber

Print Friendly, PDF & Email
Total
6
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les industries des énergies « vertes » et le « mangerbio » : deux fausses solutions (par Nicolas Casaux)

Depuis plusieurs années, dans les médias grand public, la propagande en faveur du développement des énergies dites « vertes » (et, plus largement, en faveur du « développement durable ») ne cesse de s’intensifier. En parallèle, l’état du monde naturel ne cesse d’empirer (je pourrais citer une liste interminable d’indicateurs de la catastrophe écologique en cours, mais il est plus simple de souligner qu’aucun indicateur ne témoigne d’une amélioration véritable). [...]
Lire

Le mythe de la machine : la pensée de Lewis Mumford

La civilisation moderne n’est plus qu’un véhicule gigantesque, lancé sur une voie à sens unique, à une vitesse sans cesse accélérée. Ce véhicule ne possède malheureusement ni volant, ni frein, et le conducteur n’a d’autres ressources que d’appuyer sans cesse sur la pédale d’accélération, tandis que, grisé par la vitesse et fasciné par la machine, il a totalement oublié quel peut être le but du voyage.