Le Vent Se Lève, mais pas dans la bonne direction (par Nicolas Casaux)

LE VENT SE LÈVE, MAIS PAS DANS LA BONNE DIRECTION

Et donc, un « jour­na­liste » : Pierre Gil­bert. Tra­vaillant pour un média « de gauche » : « Le Vent Se Lève » (LVSL). Le genre de média (de gauche, donc) qui te demande impor­tu­né­ment de lui don­ner des sous dès l’ins­tant où tu arrives sur son site (sans même te lais­ser l’op­por­tu­ni­té, en pre­mier lieu, de lire ce qu’il pro­duit) ; le genre de média qui s’op­pose à « l’ad­ver­saire néo­li­bé­ral », à « l’hé­gé­mo­nie néo­li­bé­rale », mais pas (pas dans le long texte qui le pré­sente, du moins) au capi­ta­lisme, cepen­dant qu’il se réclame de « la pen­sée mar­xiste ». Rien d’é­ton­nant, la gauche, en somme.

Cette gauche selon laquelle une bonne socié­té tech­no-indus­trielle, bio, plus ou moins locale, et démo­cra­tique (en tout cas plus démo­cra­tique que nos démo­cra­ties actuelles — que ladite gauche ne rechigne pas à consi­dé­rer comme des démo­cra­ties —, en tout cas, « de gauche »), pour­rait exis­ter, à condi­tion que la gauche (du moins, cette gauche) prenne le pou­voir, et rem­place la droite.

Un « jour­na­liste », et « de gauche », donc, c’est-à-dire un jour­na­liste selon lequel il nous fau­drait « une puis­sance publique digne de ce nom, un État fort capable de maî­tri­ser ses fron­tières et de se libé­rer des car­cans », pour une « France verte et uni­ver­sa­liste ». Ô Gloire. Ô natio­na­lisme « de gauche », incom­pa­ra­ble­ment supé­rieur à celui de droite.

Un « jour­na­liste », et « de gauche », et natio­na­liste donc, pour lequel « les éner­gies renou­ve­lables sont non seule­ment fonc­tion­nelles, mais essen­tielles » (pour par­ve­nir à une socié­té tech­no-indus­trielle bio­du­rable et démo­cra­tique, ou, du moins, « de gauche », à une « France verte et uni­ver­sa­liste »). Un jour­na­liste qui, pour cette rai­son, a plu­tôt mal digé­ré le docu­men­taire de Jeff Gibbs, Pla­net of the Humans, auquel Michael Moore a asso­cié son nom, et qui se demande alors : « com­ment Michael Moore peut-il tom­ber si bas ? »

On le com­prend, puisque, dans sa pers­pec­tive, cri­ti­quer les renou­ve­lables est fon­ciè­re­ment absurde, insen­sé. Il faut bien pro­duire de l’éner­gie pour ali­men­ter la méga­ma­chine que la gauche dis­pute à la droite, et ses indus­tries et ses tech­no­lo­gies (« vertes »). Certes, cer­taines tech­no­lo­gies « renou­ve­lables » ou ins­tal­la­tions de tech­no­lo­gies renou­ve­lables sont mal fichues. Mais alors le pro­blème, selon notre jour­na­liste de gauche : « cela s’appelle le capi­ta­lisme ». Tiens donc. Le capi­ta­lisme ? Pas juste le néo­li­bé­ra­lisme ? Le capi­ta­lisme ? Pour­tant, dans une inter­view accor­dée au maga­zine éco­lo radi­cal Kai­zen (créé par le radi­cal Cyril Dion), ledit jour­na­liste se range der­rière la pers­pec­tive d’un « État […] capable de bri­der le capi­ta­lisme ». Là. On retrouve le pro­pos de la pré­sen­ta­tion du média LVSL. Le pro­blème, c’est le néo­li­bé­ra­lisme — notre jour­na­liste a sans doute eu un moment de fai­blesse — pas le capi­ta­lisme, et sur­tout pas l’État.

Ce qui explique pour­quoi notre jour­na­liste de gauche pro­meut lui aus­si un Green New Deal. Pour­quoi, dans ladite inter­view publiée dans Kai­zen, il pro­meut le livre Draw­down : Le plan le plus com­plet jamais pro­po­sé pour inver­ser le réchauf­fe­ment cli­ma­tique (Actes Sud, 2017), de Paul Haw­ken, lequel est notam­ment connu pour sa pro­mo­tion d’un « capi­ta­lisme natu­rel » (c’est le titre d’un de ses livres, « un des cinq meilleurs livres du monde » selon Bill Clin­ton). Ce qui explique aus­si pour­quoi notre jour­na­liste de gauche cosigne un texte avec Gaël Giraud, un éco­no­miste qu’il admire beau­coup, et qui pro­meut, quant à lui, un « capi­ta­lisme viable », cou­plé à un sys­tème indus­triel vert. Gaël Giraud — ancien chef éco­no­miste de l’AFD (l’A­gence Fran­çaise de Déve­lop­pe­ment, orga­nisme d’É­tat char­gé de per­pé­tuer la mis­sion civi­li­sa­trice, c’est-à-dire la mis­sion colo­niale d’ex­pan­sion de l’in­dus­tria­lisme et de son socle, le capi­ta­lisme, c’est dire le révo­lu­tion­naire anti-sys­tème auquel on a affaire) — se trouve être le pré­sident d’honneur de l’Institut Rous­seau, un « think tank de gauche » (et même « à gauche de la gauche » ! dixit Le Monde) dont Pierre Gil­bert est « res­pon­sable des affaires géné­rales au sein du conseil d’administration ». Dans le texte qu’ils cosignent (avec un troi­sième lar­ron du même « think tank », Nico­las Dufrêne), nos pen­seurs de gauche font la pro­mo­tion d’une « réin­dus­tria­li­sa­tion verte » créa­trice d’emploi, repo­sant notam­ment sur « l’amélioration des tech­no­lo­gies d’énergie renou­ve­lable, de la chi­mie non ther­mique, de l’industrie bio-ins­pi­rée, de l’ingénierie orga­nique et bio­mi­mé­tique », laquelle requiert « un effort consi­dé­rable de R&D pour deve­nir la sub­stance de la pro­chaine révo­lu­tion industrielle ».

Bref, un jour­na­liste de gauche comme il y en a beau­coup, qui fait hon­neur à l’ins­ti­tu­tion sco­laire qui l’a for­mé (Sciences Po) en van­tant l’es­cro­que­rie absurde d’une socié­té indus­trielle inté­gra­le­ment ripo­li­née en vert, avec alié­na­tions et coer­ci­tions vertes et « de gauche », domi­na­tion verte et « de gauche », escla­vage sala­rial « vert » et « de gauche », exploi­ta­tion des « res­sources » natu­relles « verte » et « de gauche », etc.

Et pour­tant, le cre­do du média (LVSL) pour lequel il tra­vaille sti­pule : « Tout recons­truire, tout réin­ven­ter ». Faut-il se foutre du monde. En réa­li­té, plu­tôt : « Gar­der l’es­sen­tiel, le peindre en vert ». La socié­té indus­trielle qu’ils appellent de leurs vœux res­semble comme deux gouttes d’eau à la pré­sente socié­té indus­trielle, dont ils entendent conser­ver le prin­ci­pal (l’État, l’in­dus­tria­lisme, le capi­ta­lisme, le « déve­lop­pe­ment », le Pro­grès tech­nique). Tout ce que pro­posent ces idiots utiles du tech­no­monde capi­ta­liste, c’est de chan­ger le dosage des ingré­dients infects de la pré­sente recette pour cui­si­ner à peu près la même tam­bouille infâme, mortifère.

C’est pour­quoi PMO (Pièces et Main d’Œuvre) rétor­quait récem­ment à la CGT (qui relève à peu près de la même gauche que LVSL) :

« À cet égard, nous vous le disons net­te­ment : toute chance d’un ave­nir quel­conque, et a for­tio­ri “démo­cra­tique, éco­lo­gique, fémi­niste et social”, exige non seule­ment le ren­ver­se­ment du capi­ta­lisme “finan­cia­ri­sé” ou pro­duc­tif (“l’économie réelle”), ain­si que vous le sou­hai­tez, mais sur­tout le déman­tè­le­ment de la “Machi­ne­rie géné­rale” (Marx) à l’échelle mon­diale et locale.

Nous ne vou­lons pas, nous, Pièces et main d’œuvre, rem­pla­cer le capi­ta­lisme par la tech­no­cra­tie ; ni les action­naires pri­vés par l’État et/ou par les direc­teurs, cadres, ingé­nieurs et scien­ti­fiques ; ni la droite par la gauche.

Nous refu­sons donc votre reven­di­ca­tion visant à sous­traire “les sec­teurs essen­tiels à la vie de la popu­la­tion (…), l’eau, le gaz, l’électricité (…) des mains des capi­ta­listes pour en faire de grands mono­poles publics.” L’industrialisme — libé­ral ou com­mu­niste —, la grande orga­ni­sa­tion, la pla­ni­fi­ca­tion d’ensemble et cen­tra­li­sée, non merci. »

Ailleurs :

« Nous refu­sons […], avec la même révolte, la Machine bleue, blanche ou rouge. Nous ne vou­lons pas socia­li­ser Ama­zon ni STMi­croe­lec­tro­nics, nous vou­lons les fermer. »

Puisque :

« Notre sur­vie réside au contraire dans le déman­tè­le­ment de la socié­té indus­trielle et l’abolition de l’appareil d’État, dans la décrois­sance, la réap­pro­pria­tion des savoir-faire arti­sa­naux et pay­sans, à taille humaine et à l’échelle locale. »

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
4
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Se battre pour le vivant ! (par Thierry Sallantin)

Nous sommes en guerre, la guerre est là, trop tard pour fuir le conflit en cours et défiler "pour la paix", car le faire ressemblerait à la lâcheté des "je-m'en-foutiste" : face aux luttes en cours, se voiler la face par un "foutez-moi la paix", et donc devenir comme dans les années quarante un "collabo", ou retomber dans les polémiques des anarchistes qui optaient pour le pacifisme face à l'invasion allemande de 1914... Non, il faut avoir le courage de combattre car jamais la vie n'a été aussi gravement menacée.
Lire

Le « citoyen augmenté » (par Aurélien Berlan)

[...] C’est à partir de cette convergence que je voudrais remettre en cause l’idée que le « citoyen augmenté » pourrait incarner un renouveau de la citoyenneté. Car si l’on y regarde de plus près, on verra que l’imaginaire chrétien de la délivrance et le désir cybernétique de reprogrammer l’humanité se rejoignent dans leur dimension apolitique et même antipolitique. [...]
Lire

L’APPEL DE LA VIE : Comment faire face à l’extinction de masse (2010)

L’appel de la Vie est le premier long-métrage documentaire à enquêter sur la menace croissante que pose la perte massive et rapide de biodiversité sur la planète. À l’aide d’éminents scientifiques, de chercheurs en sciences sociales, d’environnementalistes, entre autres, le film explore la portée, les causes, et l’impact planétaire prévisible d’une extinction de masse d’une échelle sans précédent depuis la disparition des dinosaures il y a 65 millions d’années.