Dark Waters, un petit aperçu de la démence industrielle (par Nicolas Casaux)

Ce n’est pas tous les jours, sur ce site, qu’on entre­prend de com­men­ter un film, qui plus est hol­ly­woo­dien. Mais il y a une pre­mière à tout. Le film Dark Waters (« Eaux sombres »), dans lequel Mark Ruf­fa­lo incarne Rob Bilott, l’avocat qui, encore actuel­le­ment, lutte contre une des entre­prises qui par­ti­cipent le plus acti­ve­ment à per­pé­trer « l’empoisonnement uni­ver­sel » dénon­cé par Fabrice Nico­li­no (il faut lire son livre sur le sujet, il est édi­fiant) : la mul­ti­na­tio­nale états-unienne DuPont (géant mon­dial de la chi­mie auquel on doit, entre autres, le génial Teflon, et divers explo­sifs, et, au moins en par­tie, la bombe ato­mique, et le nucléaire), est pas mal.

Mais reve­nons-en à DuPont. Ou, plus pré­ci­sé­ment, à « E.I. du Pont de Nemours et com­pa­gnie ». Ça sonne fran­çais, n’est-ce pas ? C’est nor­mal. La com­pa­gnie a été fon­dée en juillet 1802 à Wil­ming­ton, dans le Dela­ware, par le chi­miste Éleu­thère Iré­née du Pont de Nemours, né Éleu­thère Iré­née du Pont à Paris le 24 juin 1771, et mort à Phi­la­del­phie (Penn­syl­va­nie) le 31 octobre 1834. Avant de fon­der cette admi­rable com­pa­gnie qui par­ti­ci­pe­ra à fabri­quer la pre­mière bombe nucléaire au tra­vers du « Pro­jet Man­hat­tan » et qui conta­mi­ne­ra le monde entier avec des pro­duits toxiques comme le PFOA, ce cher Éleu­thère se dis­tingue pen­dant la Révo­lu­tion fran­çaise lorsque, au cours de la jour­née du 10 août 1792, et aux côtés de son père Pierre Samuel du Pont de Nemours (récem­ment ano­bli par Louis XVI), il défend ledit Louis XVI et son épouse Marie-Antoi­nette contre la foule insur­gée. Le brave homme. Après avoir frô­lé l’exé­cu­tion pen­dant la Ter­reur (zut alors !), les DuPont de Nemours quittent la France pour les États-Unis en 1800.

Avance rapide. Mai 2019 – RTBF : « En novembre 2018, l’Echa, l’Agence euro­péenne des pro­duits chi­miques, avait déjà expli­qué devant des dépu­tés euro­péens que pas moins de 71% des sub­stances chi­miques fabri­quées en Europe pré­sentent des lacunes en matière de tests ou d’informations sur leur dan­ge­ro­si­té éventuelle.

Selon l’Agence, la sécu­ri­té de deux tiers des pro­duits chi­miques n’est donc pas garan­tie, per­sonne ne peut dire avec cer­ti­tude si ces pro­duits sont sans dan­ger pour les humains et les animaux.

Mais ces deux tiers ne sont que des esti­ma­tions, pré­cise Tatia­na San­tos du Bureau euro­péen de l’environnement, car l’E­cha ne véri­fie que 5% des dossiers. »

Août 2019 — Le Soir : « 99% des molé­cules des pro­duits chi­miques euro­péens ne sont pas tes­tées. […] Sur 145.297 pro­duits chi­miques réper­to­riés en Europe, seule une cen­taine a été éva­luée quant à leur dangerosité. »

Il a été mis en évi­dence que le coro­na­vi­rus frappe plus dure­ment les per­sonnes atteintes de « mala­dies de civi­li­sa­tion », c’est-à-dire les per­sonnes dont la san­té est déjà rela­ti­ve­ment atta­quée par la vie nor­male dans la civi­li­sa­tion indus­trielle, c’est-à-dire beau­coup et tou­jours plus de gens. Pour tout ça, on peut remer­cier Éleu­thère et ses dignes héri­tiers, les indus­triels du monde entier, ain­si que les ins­ti­tu­tions gou­ver­ne­men­tales (éta­tiques, supra-éta­tiques) qui, depuis l’avènement de la civi­li­sa­tion indus­trielle, les accom­pagnent dans leurs crimes, en tant que com­plices et/ou instigatrices.

Toute l’horreur de la civi­li­sa­tion indus­trielle se concentre dans cette his­toire : au tra­vers des pra­tiques indus­trielles, on endom­mage la nature une pre­mière fois (obten­tion de matières pre­mières, que ce soit pour construire des usines, des routes, des machines, etc.), on asser­vit et exploite des êtres humains (« res­sources humaines »), et on endom­mage la nature une seconde fois (rejets et émis­sions de pol­luants divers et variés), en nui­sant au pas­sage à la san­té des humains comme à celle de tous les êtres vivants — folie furieuse de la méga­lo­ma­nie tech­no­lo­gique et capitaliste.

Pro­duire mas­si­ve­ment des sub­stances dont on ne sait pra­ti­que­ment rien — et dont le peu qu’on sait nous indique toutes sortes de dan­gers, de toxi­ci­tés, de can­cé­ro­gé­ni­ci­tés. Bai­gner le monde entier dedans. Quelle belle entre­prise. Quelle riche idée.

Nico­las Casaux


Annexe : Deux extraits, concer­nant l’histoire de DuPont, du livre Un empoi­son­ne­ment uni­ver­sel de Fabrice Nicolino :

1.   DuPont et la guerre de Sécession

Com­men­çons par l’ancêtre. Sans la révo­lu­tion de 1789, Éleu­thère Iré­née du Pont de Nemours serait sans doute mort fran­çais. Ce roya­liste fervent, né en 1771, part pour l’Amérique en 1799, en famille. En 1802, il crée dans le Dela­ware l’entreprise E.I. du Pont de Nemours and Com­pa­ny, à l’origine simple fabri­cant de poudre à canon. Deux siècles plus tard (en 2012), le chiffre d’affaires de DuPont atteint 34,8 mil­liards de dollars.

Iré­née, qui avait oublié d’être bête, décide de tout miser sur la guerre, ou du moins sur le sec­teur mili­taire. Au milieu du XIXe siècle, son entre­prise est déjà le plus grand four­nis­seur de poudre de l’armée amé­ri­caine. La moi­tié de celle uti­li­sée pen­dant la guerre civile amé­ri­caine, entre 1861 et 1865, porte la marque DuPont.

Mais on ne s’entretue pas chaque jour qui passe. Com­ment s’étendre encore ? Heu­reu­se­ment pour l’empire nais­sant, Alfred Nobel invente en 1866 la dyna­mite, un mot qui vient du grec duna­mis, géné­ra­le­ment tra­duit par puis­sance. Qui fait sau­ter le monde est donc puissant.

Chez les DuPont, pen­dant ce temps, les diver­gences se sont mul­ti­pliées. Lam­mot du Pont, petit-fils d’Irénée, a fait gagner des for­tunes à l’entreprise fami­liale avec la poudre noire, mais, lorsqu’il s’avise de par­ler dyna­mite, son oncle Hen­ry Alger­non du Pont, connu aux Amé­riques sous le nom de « colo­nel Hen­ry », renâcle. Au point que Lam­mot, per­sua­dé que l’avenir appar­tient à la décou­verte de Nobel, crée en 1880 une nou­velle entre­prise, la Repau­no Che­mi­cal Company.

Or donc, la for­tune par les explo­sifs. DuPont a com­pris qu’une autre guerre com­mence dont l’ennemi, omni­pré­sent, est le pays lui-même. Le pays et son absence de routes et de rails, ses absurdes rivières tumul­tueuses, sa Grande Prai­rie sans limites appa­rentes. L’Amérique des pion­niers a un immense besoin de bâtons de dyna­mite pour faire sau­ter les roches, ouvrir des voies nou­velles, étendre vers l’ouest les sta­tions de che­min de fer. DuPont sera le pro­phète d’un monde nouveau.

Plus tard, au début du XXe siècle, les ingé­nieurs de DuPont tra­vaillent sur de nou­veaux explo­sifs, comme le tri­ni­tro­to­luène, mieux connu sous le sigle TNT. En 1912, dans un sur­saut, le pro­cu­reur géné­ral des États-Unis décide de pour­suivre l’entreprise pour vio­la­tion de la loi anti­trust, esti­mant qu’elle détient un mono­pole sur la pro­duc­tion d’explosifs. DuPont est déman­te­lé, ce qui va lui don­ner l’occasion de se déve­lop­per encore en se tour­nant vers les poly­mères, qui condui­ront au grand bas­cu­le­ment du Nylon.

Entre-temps, la guerre de 1914–1918 est une aubaine. Bien que les États-Unis n’entrent dans le conflit qu’en 1917, les four­ni­tures de DuPont à l’armée connaissent une pous­sée sans pré­cé­dent. En valeur, elles seraient pas­sées de 25 mil­lions de dol­lars en 1914 à 318 mil­lions en 1918, avec un total cumu­lé, sur les cinq années, de 1,245 mil­liard de dol­lars, une somme colos­sale pour l’époque. Le grand mas­sacre est un mul­ti­pli­ca­teur de profit. […] 

***

2.   Le Nylon de DuPont fait la bombe

Où l’on note qu’un chi­miste peut être exfil­tré comme un espion. Où l’on voit qu’une grande décou­verte peut aus­si se révé­ler un bou­let. Où l’on regarde Julian Hill tirer sur un fila­ment de Nylon. Où l’on remer­cie à genoux Lise Meit­ner pour s’être ren­due en Suède. Où l’on est sidé­ré de décou­vrir les liens directs entre chi­mie et nucléaire. Entre Nylon et bombe. Entre DuPont et Nagasaki.

Nous avons lais­sé l’entreprise amé­ri­caine DuPont en 1918, ivre de ses pro­fits de guerre, les coffres rem­plis des mil­liards de dol­lars gagnés dans les tran­chées de 14–18. Que faire en temps de paix quand on a gagné tant d’argent grâce à la mort ?

Le triomphe du pro­cé­dé Haber-Bosch, c’est-à-dire de la syn­thèse de l’ammoniac – la porte ouverte aux engrais azo­tés et aux explo­sifs –, sur­ex­cite comme il se doit les chi­mistes du monde entier. La chi­mie des hautes pres­sions semble être l’avenir de l’industrie mon­diale. DuPont se lance réso­lu­ment dans l’aventure au len­de­main de l’armistice. Des chi­mistes alle­mands de Bayer et de BASF sont débau­chés à prix d’or, puis qua­si­ment « exfil­trés » vers les États-Unis. L’Allemagne ira jusqu’à lan­cer des man­dats d’arrêt contre eux, et cer­tains seront arrê­tés, avant d’être – dif­fi­ci­le­ment – libé­rés. Un labo­ra­toire spé­cia­li­sé est créé et une usine est construite en 1925 à Belle, en Vir­gi­nie. Mais toutes les nations riches ont fait de même, et la concur­rence est si vive qu’en 1928 le prix de l’ammoniac de syn­thèse baisse. Sur fond de Grande Dépres­sion, il s’effondrera même entre 1928 et 1932, pas­sant de 32 cents la livre à 16. Les capa­ci­tés de pro­duc­tion dépassent de loin la consom­ma­tion mon­diale. Or DuPont a déjà inves­ti dans le sec­teur la moi­tié de ses béné­fices de la Pre­mière Guerre mondiale.

      Quand l’ammoniac devient un boulet

Il faut donc diver­si­fier. DuPont tente par tous les moyens de vendre son ammo­niac, cher­chant des débou­chés dans la réfri­gé­ra­tion, les sol­vants pour la pein­ture, les liquides de frein. En 1930, l’ammoniac reste un bou­let. En 1934, la seule usine de Belle repré­sente un capi­tal inves­ti de 50 mil­lions de dol­lars, ce qui consti­tue alors une somme énorme. Et les pro­fits ne sont pas au rendez-vous.

Le suc­cès vien­dra à la suite d’une déci­sion du direc­teur de la recherche de DuPont, Charles Stine. Celui-ci a une bonne intui­tion : réunir de petites équipes de chi­mistes sur­doués voués à la seule recherche fon­da­men­tale. Autre­ment dit, DuPont accepte d’investir sans être sûr d’obtenir des résul­tats appli­qués, concrets, indus­triels. L’opération est de longue haleine, mais, à la fin des années 20, tous les grands sec­teurs de la chi­mie sont pour­vus d’une uni­té « à part ». Celle de la chi­mie orga­nique est confiée à un cer­tain Wal­lace Caro­thers, qui devien­dra l’un des grands héros de la chi­mie mondiale.

Embau­ché en 1928, Caro­thers est un homme de labo­ra­toire, et il n’a accep­té l’offre de DuPont qu’après avoir reçu de solides assu­rances. On ne lui fera pas faire des recherches en vue de quelque appli­ca­tion que ce soit. D’autant qu’il est pas­sion­né par la ques­tion des poly­mères, qui est par­ti­cu­liè­re­ment tech­nique. Un poly­mère est une sorte de chaîne consti­tuée de molé­cules géantes – les macro­mo­lé­cules –, elles-mêmes for­mées par la répé­ti­tion d’un atome ou de groupes d’atomes. Cer­tains poly­mères sont natu­rels, comme le caou­tchouc, l’amidon, la cel­lu­lose, le cuir. D’autres sont arti­fi­ciels, inven­tés par l’homme à coups de mani­pu­la­tions et de réac­tions. Ces der­niers peuvent être obte­nus après modi­fi­ca­tion de poly­mères natu­rels, ou bien par la syn­thèse de mono­mères, les molé­cules de base.

L’assemblage des mono­mères, appe­lé poly­mé­ri­sa­tion, est d’une grande com­plexi­té, et, jusqu’aux tra­vaux de Her­mann Stau­din­ger, autour de 1920, la plu­part des chi­mistes dou­taient même de l’existence des macro­mo­lé­cules. En annon­çant au monde, en 1926, que les maté­riaux plas­tiques natu­rels, comme le caou­tchouc, sont consti­tués par des macro­mo­lé­cules, Stau­din­ger ne ren­contre d’abord que des huées et des vexa­tions. Le monde offi­ciel de la chi­mie pense que ces maté­riaux sont un assem­blage de petites molé­cules por­tant le nom de micelle.

      La si grande découverte du Nylon

Dans ces condi­tions, la chi­mie des poly­mères ne peut évi­dem­ment pas exis­ter. Et c’est sans doute ce qui motive Caro­thers quand il entre au ser­vice de DuPont : il entend démon­trer que les hypo­thèses de Stau­din­ger sont fon­dées. En même temps que lui, DuPont engage à tour de bras des chi­mistes de tout gaba­rit qui changent la face de l’entreprise. Leur nombre passe de 279 en 1927 à 687 en 1930, puis à 1 261 en 1940.

Les recherches appa­rem­ment « gra­tuites » de Caro­thers et de son groupe conduisent à deux décou­vertes. La pre­mière s’appelle Néo­prène, ce caou­tchouc syn­thé­tique qui équi­pe­ra de pneus les Jeep de l’armée amé­ri­caine, des rizières d’Asie aux plages fran­çaises du débar­que­ment de juin 1944. La seconde devien­dra le Nylon, et marque une révo­lu­tion com­plète de la chi­mie et de la consom­ma­tion. Le Nylon, pre­mier repré­sen­tant de la pro­li­fique famille des polyamides.

Une célèbre pho­to­gra­phie montre le chi­miste Julian Hill repro­dui­sant le moment clé de l’invention du Nylon. Les faits réels se sont pro­duits en 1935, mais en 1946 le ser­vice publi­ci­té de DuPont a déci­dé de mettre en musique les grandes heures du fameux labo­ra­toire Caro­thers. Hill tient dans sa main droite un tube à essai empli d’une espèce de sirop blan­châtre, et de la gauche sou­lève une pipette qui a été préa­la­ble­ment mise au contact de l’épais liquide. Entre la pipette et le tube, un fila­ment s’étire dont l’élasticité et la résis­tance semblent pour le moins inté­res­santes. Aus­si sin­gu­lier que cela puisse paraître, ce nou­veau com­po­sé – le poly­amide 6–6 – repose sur des liai­sons chi­miques entre le car­bone, l’hydrogène, l’oxygène, l’azote. Une stu­pé­fiante tam­bouille, à l’intérieur d’un auto­clave sou­mis à des tem­pé­ra­tures et à des pres­sions très éle­vées, a orga­ni­sé la matière sui­vant des séries de macro­mo­lé­cules. Julian Hill dira plus tard avoir eu « l’impression de sen­tir les molé­cules se mettre en place en lignes paral­lèles, et les atomes d’hydrogène s’accrocher les uns aux autres ».

      Comment tuer la soie naturelle

En ce début de 1935, on est encore fort loin du vrai suc­cès. Il fau­dra bien des efforts avant qu’un bre­vet soit dépo­sé, en 1938. Caro­thers, l’inventeur, ne sera plus là pour le voir : ce grand dépres­sif se tue dans une chambre d’hôtel le 29 avril 1937. Le reste appar­tient au com­merce, et à la publi­ci­té. Le 24 octobre 1939, un maga­sin de Wil­ming­ton, dans le Dela­ware, vend ses pre­mières paires de bas faites de Nylon. Cer­taines clientes ont par­cou­ru des cen­taines de kilo­mètres pour venir les ache­ter. La pre­mière fibre syn­thé­tique de l’histoire vient de naître. Elle ouvre la voie à d’innombrables matières plastiques.

Et pour­tant, en 1938 la soie natu­relle impor­tée du Japon est encore reine. Cette année-là, 700 mil­lions de paires de bas sont ache­tées, et c’est par un tour de force que DuPont par­vient à rendre « dési­rable » un pro­duit en réa­li­té moins effi­cace. Les bas en Nylon, contrai­re­ment à ce que l’entreprise lais­se­ra croire au moyen d’énormes arti­fices publi­ci­taires, sont fra­giles et filent aisé­ment. Mais les mul­tiples spots radio­dif­fu­sés clament une tout autre chan­son. On n’entend plus que : « Si c’est du Nylon, c’est plus joli et oh ! si vite sec ! » Ou encore : « Soyeux, brillant, léger, inusable, infrois­sable ! » Et même : « Et tout ceci sim­ple­ment à par­tir de char­bon, d’air et d’eau. »

Le Nylon est lumi­neux, facile à laver, rapide à sécher, résis­tant aux mites et à la trans­pi­ra­tion, élas­tique, etc. Mais, sur­tout, le Nylon est deux fois plus cher que la soie natu­relle impor­tée. En 1939, la livre de soie japo­naise coûte 2,79 dol­lars, quand celle de Nylon atteint 4,27 dollars.

      Hahn sur la piste de la bombe

Une autre époque com­mence. En sep­tembre 1939, la Pologne est occu­pée. En mai et juin 1940, c’est au tour d’une grande par­tie de la France. En Asie, le Japon enva­hit la Mand­chou­rie dès 1931, avant d’attaquer la Chine. En décembre 1941, sa flotte de guerre détruit une par­tie de celle des États-Unis dans le port de Pearl Har­bor, à Hawaii. L’Amérique de Roo­se­velt se retourne contre le Japon, puis contre l’Allemagne. La guerre devient mondiale.

En Alle­magne, jus­te­ment, Otto Hahn – futur prix Nobel – vient de décou­vrir (en 1938) la frag­men­ta­tion de l’uranium, qui n’est autre que la fis­sion nucléaire. En 1939, une de ses amies, Lise Meit­ner, émigre en Suède pour échap­per aux per­sé­cu­tions nazies. Lise Meit­ner est une grande phy­si­cienne juive. Elle a par­ti­ci­pé de près aux expé­riences de Hahn, qui lui doit une par­tie de son suc­cès de 1938. Elle parle de ces recherches autour d’elle, et, de proche en proche, des phy­si­ciens pré­sents aux États-Unis sont mis au cou­rant de l’arrière-plan de la décou­verte. Par­mi eux, l’Italien Enri­co Fer­mi et les Hon­grois Leó Szilárd et Eugene Wigner.

Le 2 août 1939, Albert Ein­stein, lui aus­si réfu­gié en Amé­rique, écrit une lettre à ce sujet au pré­sident Frank­lin Roo­se­velt. C’est Szilárd qui l’a convain­cu de l’importance de la chose. Ein­stein confie­ra plus tard : « Ma par­ti­ci­pa­tion à la construc­tion de la bombe ato­mique consis­tait en une action unique : je signai une lettre au pré­sident Roo­se­velt dans laquelle j’insistais sur la néces­si­té d’organiser des expé­riences sur une vaste échelle et sur la pos­si­bi­li­té de pro­duire une bombe atomique. »

      Les neutrons disloquent l’uranium

Le sort en est jeté. Il s’agit de confier l’arme ato­mique soit aux Alle­mands, soit aux Amé­ri­cains. À situa­tion impos­sible, choix dra­ma­tiques. Le 30 octobre 1942, le vice-pré­sident de DuPont, Willis Har­ring­ton, reçoit un coup de fil du géné­ral Groves, qui demande à le ren­con­trer pour dis­cu­ter d’une affaire de sécu­ri­té natio­nale. Les deux firmes d’ingénierie char­gées de la construc­tion d’usines de plu­to­nium ne sont sim­ple­ment pas à la hau­teur du pro­jet, en tout point déme­su­ré. Or DuPont est la seule grande entre­prise chi­mique à bâtir, grâce à son dépar­te­ment ingé­nie­rie, ses propres usines – en fait, pro­ba­ble­ment le seul groupe indus­triel capable de rele­ver le défi. L’armée demande son inter­ven­tion prio­ri­taire, et même immédiate.

Mal­gré de sérieuses réserves internes, DuPont accepte. Le 2 décembre 1942, Craw­ford Gree­ne­walt, qui devien­dra patron de l’entreprise en 1948, assiste à une expé­rience. La scène se passe en des­sous du stade de foot de l’université de Chi­ca­go. Des phy­si­ciens de pre­mier plan, dont Enri­co Fer­mi, ont empi­lé des barres d’uranium et de gra­phite, entraî­nant la pre­mière réac­tion en chaîne déci­dée par l’homme. Les neu­trons dis­loquent l’uranium – c’est la fis­sion –, libé­rant de nou­veaux neu­trons, et ain­si de suite selon une courbe expo­nen­tielle. Tout paraît encore simple. Le 21 décembre 1942, DuPont signe un contrat avec l’armée pour construire la pre­mière usine de plu­to­nium de l’histoire.

      Cellophane, pesticides et caoutchouc de synthèse

Le « pro­jet Man­hat­tan », comme on appel­le­ra le pro­ces­sus de fabri­ca­tion de la bombe ato­mique, passe des pre­miers tâton­ne­ments à la phase indus­trielle grâce au savoir-faire unique de DuPont. En s’alliant aus­si étroi­te­ment à l’État et à l’armée, les diri­geants de l’entreprise ne perdent pas de vue leurs inté­rêts. La guerre est à nou­veau une oppor­tu­ni­té d’immenses pro­fits : 70 % des explo­sifs pro­duits aux États-Unis pen­dant le conflit sor­ti­ront des entre­pôts DuPont. Cela repré­sente la baga­telle de 2,3 mil­lions de tonnes, soit trois fois la quan­ti­té totale d’explosifs fabri­quée pen­dant la Pre­mière Guerre mon­diale. Loin de la mono­cul­ture du début du siècle – poudre noire et TNT –, DuPont ven­dra aus­si des tein­tures pour les uni­formes, de l’antigel pour les chars et les avions, de la cel­lo­phane, du caou­tchouc de syn­thèse, de tout nou­veaux pes­ti­cides comme le DDT… Un pur triomphe commercial.

Encore faut-il bâtir de toute urgence de vastes usines hau­te­ment spé­cia­li­sées. On ne décri­ra pas, fût-ce dans les grandes lignes, les trente-deux mois qui mènent de la pre­mière réac­tion en chaîne – décembre 1942 – aux explo­sions nucléaires de Naga­sa­ki et Hiro­shi­ma – août 1945. Quelques points, tout de même : le pro­jet Man­hat­tan regroupe pour l’essentiel des phy­si­ciens de haut vol repliés à l’université de Chi­ca­go, une par­tie des res­sources humaines et maté­rielles de DuPont, et, bien sûr, l’armée et divers ser­vices de l’État.

      19 kilomètres par 24

Le chan­tier démarre. Les chan­tiers, plu­tôt, car deux usines sont au pro­gramme. Le 22 février 1943, on com­mence la construc­tion d’un usine pilote dans le Ten­nes­see, des­ti­née à l’enrichissement de l’uranium. La petite ville d’Oak Ridge compte alors 3 000 habi­tants. En 1945, elle en comp­te­ra 75 000. L’usine est ache­vée en moins d’un an et ne ces­se­ra de fonc­tion­ner qu’en 1987.

L’autre ins­tal­la­tion du pro­jet Man­hat­tan défie les super­la­tifs. Il faut pro­duire cette fois du plu­to­nium, dont la « décou­verte » ne remonte qu’à la fin de 1940. Les ingé­nieurs de DuPont résolvent, pour com­men­cer, la ques­tion du site. Par­mi bien d’autres contraintes, le lieu doit être vaste et iso­lé, sus­cep­tible d’abriter une zone dan­ge­reuse de 19 kilo­mètres par 24. Il doit y avoir de l’eau en abon­dance, et de l’électricité, bien sûr. Mais aucune auto­route, aucune ligne de che­min de fer, aucune habi­ta­tion ne doit se trou­ver à moins de 16 kilo­mètres du rec­tangle stra­té­gique. Quant au sol, il doit évi­dem­ment pou­voir sup­por­ter toutes les charges nécessaires.

Ce sera près de Han­ford, un bourg agri­cole de quelques cen­taines d’habitants, dans l’État de Washing­ton, à l’extrême ouest des États-Unis. Seat­tle, au bord du Paci­fique, est envi­ron à 250 kilo­mètres au nord-ouest. Avant de com­men­cer, on chasse de leurs habi­ta­tions 1 500 per­sonnes. Sans comp­ter les Indiens Wana­pum, que per­sonne ne songe à recen­ser. Puis 50 000 ouvriers affluent, de plus en plus vite. En août 1945, les 1 600 kilo­mètres car­rés du site – à peu près la taille du dépar­te­ment de l’Essonne – abritent 554 bâti­ments, trois réac­teurs nucléaires et trois ins­tal­la­tions de pro­duc­tion de plu­to­nium. DuPont a tout construit, tout sur­veillé, tout garanti.

En véri­té, pas DuPont, mais ses ingé­nieurs de choc. Ses ingé­nieurs chi­mistes. Ceux du Nylon. Craw­ford Gree­ne­walt, le grand orga­ni­sa­teur, a trans­for­mé l’invention de Caro­thers en un pro­duit indus­triel hau­te­ment pro­fi­table avant de s’attaquer au pro­jet Man­hat­tan. Et la plu­part de ceux qui l’entourent pour pré­pa­rer la bombe ont joué un rôle émi­nent dans le triomphe du Nylon : George Graves – assis­tant de Gree­ne­walt –, Hood Wor­thing­ton – char­gé de l’ingénierie du réac­teur –, Dale Bab­cock – char­gé de la phy­sique du réac­teur et de la sécu­ri­té. La chi­mie mène donc à tout.

      Le désastre de Hanford

Les consé­quences éco­lo­giques de l’entreprise menée à Han­ford néces­si­te­raient un livre. Le der­nier réac­teur a ces­sé de fonc­tion­ner en 1987, et, depuis, chaque année apporte son lot de révé­la­tions sur ce qui fut un authen­tique désastre pla­né­taire. En un mot, c’est comme si l’urgence des années 1942–1945 avait don­né tous les droits. Il fal­lait faire vite, selon le pré­cepte offi­ciel du « fast track » – « le che­min le plus rapide ». Tom Car­pen­ter, direc­teur de l’association Han­ford Chal­lenge, ne cesse de récla­mer aujourd’hui un vrai net­toyage des lieux : « La méthode fast track signi­fie que le dépôt a été conçu et construit en l’absence de tech­no­lo­gies de sto­ckage des déchets nucléaires sûres et sécu­ri­sées, dans l’espoir de les intro­duire plus tard, quand elles auraient fait leur apparition. »

Aujourd’hui, le seul entre­tien des cuves, pis­cines, fûts, réac­teurs en char­pie, bâti­ments en ruine coûte 2,5 mil­liards de dol­lars par an. Des docu­ments déclas­si­fiés en 1986 – 19 000 au total – donnent une idée de l’immensité des pol­lu­tions. Le mythique fleuve Colum­bia, tout proche, a per­mis de refroi­dir les réac­teurs, tan­dis que ses pois­sons, ali­ment essen­tiel pour les com­mu­nau­tés indiennes de l’aval, ont été nour­ris aux radio­nu­cléides. Han­ford est la pro­prié­té du dépar­te­ment de l’Énergie (DoE), une admi­nis­tra­tion fédé­rale qui décide de la régle­men­ta­tion et des contrôles. Or le DoE n’entend pas payer la dépol­lu­tion, dont l’addition est de toute manière hors de portée.

      Greenewalt et les petits oiseaux

Les cen­taines de mil­liers de mètres cubes de déchets se trouvent aujourd’hui dans des cuves en acier qui fuient. Dans des caisses en bois. Dans des fos­sés, à même le sol. Le gou­ver­neur de l’État, Jay Ins­lee, a révé­lé le 22 février 2013 que six réser­voirs enter­rés, bour­rés des déchets les plus radio­ac­tifs, sont per­cés. Mais DuPont est pas­sé à autre chose.

Entre l’entrée de DuPont dans le pro­jet Man­hat­tan, à la fin de 1942, et le lar­gage des bombes ato­miques sur Hiro­shi­ma et Naga­sa­ki, en août 1945, il s’écoule trente-deux mois. Les phy­si­ciens de l’atome nais­sant, autour de Fer­mi, n’auraient rien pu faire sans la puis­sance indus­trielle de DuPont et la qua­li­té de ses chi­mistes. En 1962, alors qu’il est pré­sident de l’entreprise, Craw­ford Gree­ne­walt écrit en toute clar­té : « Il est mal­heu­reux que les livres d’histoire parlent d’un triomphe des phy­si­ciens. C’est tou­jours la même chose ! […] Je pense que le tra­vail des ingé­nieurs chi­mistes a été aus­si impor­tant que celui des phy­si­ciens[11]. »

On peut être à l’origine de la bombe ato­mique et aimer regar­der les oiseaux. La preuve : la revue d’ornithologie amé­ri­caine The Auk publie dans son numé­ro de jan­vier-mars 1994 un hom­mage à Gree­ne­walt, mort en 1993. L’ancien pré­sident de DuPont avait mis au point un sys­tème pho­to­gra­phique capable de sai­sir un à un les bat­te­ments d’ailes du coli­bri. En ver­tu de quoi, comme le note la revue, « les orni­tho­logues seront long­temps rede­vables à Craw­ford Gree­ne­walt pour sa contri­bu­tion pion­nière à la dis­ci­pline qu’ils ont choisie ».

      Une seule et même histoire

Le lec­teur aura-t-il iden­ti­fié le fil qui relie les faits expo­sés dans cet ouvrage ? Il existe. Qu’il soit de Nylon ou d’une autre matière de syn­thèse, un fil rouge sang rat­tache sans conteste le des­tin de Fritz Haber, l’aventure indus­trielle d’IG Far­ben et les réus­sites consi­dé­rables de l’entreprise DuPont. Si un même mot pou­vait réunir ces his­toires extrêmes, ce serait celui d’impunité. Pas de pro­cès de Nurem­berg pour la chi­mie de syn­thèse ! Certes, tout ne sau­rait être mis sur le même plan. Mais la mort était au pro­gramme de l’industrie chi­mique mon­diale entre 1900 et 1945. Et, puisque aucun compte n’a été sol­dé, cela ne pou­vait que conti­nuer. Cela n’a pas manqué.

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
7
Shares
1 comment
  1. Ha ouais ! Quand même !
    Je com­prends mieux les agis­se­ments du coli­bri dans la fable, maintenant…

    C’est mar­rant ce réflexe judéo-chré­tien des richis­simes per­sonnes qui veulent contre­ba­lan­cer leur sale image (dont ils ont réel­le­ment con-science) pour leur pos­té­ri­té, avant de caner.

    Moi j’ai juste envie d’en­tendre tout ces chi­mistes du bon côté braire qu’ils ne fai­saient, eux aus­si, qu’o­béir aux ordres.

    Et c’est une véri­table question :
    En aurait-t-on beau­coup de ce genre de témoi­gnage, même en dehors du genre cinématographique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Bertrand Louart : « À écouter certains écolos, on a en effet l’impression que les machines nous tombent du ciel ! »

Nicolas Casaux : Je me suis entretenu avec Bertrand Louart, auteur, notamment, de Les êtres vivants ne sont pas des machines (La Lenteur), animateur de l'émission « Racine de moins un » (Radio Zinzine), rédacteur du bulletin de critique des sciences, des technologies et de la société industrielle Notes & Morceaux choisis (La Lenteur) [...]
Lire

La farce électorale états-unienne (Chris Hedges)

L’État-entreprise cherche à nous faire participer à la mascarade politique des élections chorégraphiées. Il cherche à ce que nous jouions selon ses règles. Nos médias corporatistes, rincés par les dollars de la publicité politique, inondent les ondes de ridicule et de trivial. Les candidats, les sondeurs, les analystes politiques, les commentateurs et les journalistes célèbres fournissent des boucles infinies de bla-bla "politique" banal et absurde, qui n’est en réalité qu’une grotesque forme d’anti-politique. Nous serons bombardés par cette propagande, largement centrée sur les personnalités fabriquées des candidats, pendant plusieurs mois. Éteignez tout cela. Ça n’a aucun sens.