Gérald Bronner et la « naturalité » du désastre technologique (par Nicolas Casaux)

Dans son der­nier livre, inti­tu­lé Apo­ca­lypse cog­ni­tive, Gérald Bron­ner, cré­tin diplô­mé et titu­la­ri­sé, socio­logue, membre de l’A­ca­dé­mie natio­nale de méde­cine, de l’A­ca­dé­mie des tech­no­lo­gies et de l’Ins­ti­tut uni­ver­si­taire de France, scien­tiste, défen­seur « des hié­rar­chies sociales », de la civi­li­sa­tion et de l’industrie, com­pile des sta­tis­tiques élo­quentes sur le désastre tech­no­lo­gique en cours :

« La bataille est inégale car la vraie ques­tion est : qu’est-ce qui peut concur­ren­cer les écrans dans ce domaine ? Ceux-ci, toutes les enquêtes de par le monde le disent, sont deve­nus des monstres atten­tion­nels. Ils dévorent notre temps de cer­veau dis­po­nible plus que n’importe quel autre objet pré­sent dans notre uni­vers. En 2010 déjà, l’Insee sou­li­gnait qu’en France, la moi­tié du temps men­tal dis­po­nible (c’est-à-dire, rap­pe­lons-le : le temps qui n’est consa­cré ni aux besoins phy­sio­lo­giques, ni au tra­vail, ni aux tâches domes­tiques, ni au trans­port) était cap­té par les écrans. Le terme « écran » désigne indif­fé­rem­ment la télé­vi­sion, les ordi­na­teurs ou les télé­phones. Si l’on y regarde de plus près, on voit que, dès 2010, les plus jeunes sont en train de migrer de la télé­vi­sion vers Inter­net. Chez les 15–24 ans, la télé­vi­sion est déjà lar­ge­ment dépas­sée par les écrans d’ordinateur et le phé­no­mène s’amplifie aujourd’hui.

Ce sipho­nage de notre atten­tion est en cours chez les plus jeunes. En dix ans, c’est 30 % sup­plé­men­taires de la dis­po­ni­bi­li­té men­tale des 2–4 ans qui ont été absor­bés par les écrans. En d’autres termes, les tout-petits, et notam­ment aux États-Unis, sont cap­ti­vés en moyenne près de 3 heures par jour par ces pièges à atten­tion. Ce temps d’écran jour­na­lier atteint 4 h 40 à douze ans. Les ado­les­cents ne s’arrêtent pas en si bon che­min et vont atteindre pour leurs dix-huit ans 6 h 40 de consom­ma­tion jour­na­lière moyenne de temps d’écran ! Pour bien mon­trer la puis­sance de cette cap­ta­tion, Michel Des­mur­get (2019, p. 197) rap­pelle que chez ceux qui s’approchent de l’âge adulte, ce temps cor­res­pond sur une année à 100 jours com­plets, soit 2,5 années sco­laires, ou encore “la tota­li­té du temps consa­cré de la sixième à la ter­mi­nale, pour un élève de filière scien­ti­fique, à l’enseignement du fran­çais, des mathé­ma­tiques et des sciences de la vie et de la terre”.

Expri­mée de cette façon, la diges­tion de notre dis­po­ni­bi­li­té men­tale par les écrans est assez élo­quente car, en la matière, c’est la logique des vases com­mu­ni­cants qui s’impose : ce qui est pris ici n’est pas inves­ti là. On pour­rait se dire qu’il se passe des choses pas­sion­nantes sur ces écrans et que ces jeunes esprits en for­ma­tion peuvent y trou­ver du maté­riel intel­lec­tuel aus­si satis­fai­sant que dans un livre ou dans un cours. Non, car ce temps est répar­ti comme suit : 43 % pour la télé­vi­sion, 22 % pour les jeux vidéo, 24 % pour les médias sociaux et 11 % pour par­cou­rir Inter­net. La lec­ture pâtit par­ti­cu­liè­re­ment de cette concur­rence pour siphon­ner notre atten­tion puisque les don­nées montrent qu’en France, le temps qui lui est consa­cré (y com­pris celle des jour­naux sur Inter­net) a dimi­nué d’un tiers depuis 1986.

L’outil le plus per­ti­nent pour appro­cher ce trans­fert d’attention est sans doute le smart­phone. D’abord, parce qu’en dix ans, le nombre de ces appa­reils ven­dus dans le monde a décu­plé pour atteindre près de 1 600 mil­lions d’unités ache­tées chaque année. Ensuite, parce que le temps moyen que nous y consa­crons est en constante évo­lu­tion. Les humains passent désor­mais 3,7 heures par jour sur leur télé­phone. Les Fran­çais, plus pon­dé­rés dans leur uti­li­sa­tion (2,3 heures), ont néan­moins vu leur consom­ma­tion pro­gres­ser de 27 % en deux ans (2018–2019). Enfin, parce que la taille de ces télé­phones nous per­met de les empor­ter et de les consul­ter sans arrêt. Au moindre temps mort : temps de trans­port, salle d’attente, marche dans la rue, nous jetons un coup d’œil sur nos por­tables. Tan­dis que nos amis nous parlent, lorsque nous sommes en réunion ou plus géné­ra­le­ment durant notre temps de tra­vail, ces outils s’invitent sans cesse à la table de notre temps de cer­veau dis­po­nible. C’est pour­quoi, aujourd’hui, cer­tains cal­culent l’occupation de notre temps de cer­veau en consta­tant que cette inter­pé­né­tra­tion entre nos acti­vi­tés usuelles et la consul­ta­tion inces­sante des mondes numé­riques abou­tit à des jour­nées de 30 heures et plus. Ain­si Pati­no (2019, p. 86), en obser­vant de cette façon maxi­ma­liste le nombre de fois où nous tour­nons nos yeux et notre esprit vers les écrans, consi­dère qu’ils finissent par absor­ber, aux États-Unis tout du moins, la moi­tié de la tota­li­té de nos vies !

[…]

Ceux qu’on appelle les “smom­bies” (contrac­tion de “smart­phone” et “zom­bies”) mettent par­fois les autres en dan­ger autant qu’eux-mêmes. Une étude médi­cale a d’ailleurs été publiée sur les acci­dents qu’ils subissent, qui montre un très net accrois­se­ment du nombre de bles­sés par défaut d’attention. En 2015, aux États-Unis, 50 % des pié­tons recon­nais­saient consul­ter leur télé­phone en mar­chant sur le trot­toir ou en tra­ver­sant une route, ils sont à pré­sent 65 % ! Comme tou­jours lorsqu’il s’agit d’interroger l’usage des nou­velles tech­no­lo­gies, les jeunes arrivent lar­ge­ment en tête de pelo­ton puisqu’ils sont 91 % à confes­ser cette dan­ge­reuse manie. C’est pour cette rai­son qu’ici ou là, on cherche à pré­ve­nir ces nou­veaux dan­gers. À Tel Aviv, par exemple, cer­tains car­re­fours sont équi­pés d’avertissement lumi­neux qui se situent au sol pour que les “smom­bies” puissent les aper­ce­voir. On fait de même à Séoul mais en y ajou­tant un cap­teur radar et une camé­ra ther­mique qui fait cli­gno­ter des feux sur la chaus­sée à l’approche d’un véhi­cule. Comble de l’interpénétration des mondes, une appli­ca­tion pour smart­phone offre éga­le­ment de vous aver­tir des risques qui peuvent sur­ve­nir sur votre che­min lorsque vous par­cou­rez une ville la tête incli­née vers le sol. Ce pro­blème est plus inquié­tant encore lorsqu’il s’agit des auto­mo­bi­listes puisque désor­mais la consul­ta­tion du smart­phone est impli­quée dans une col­li­sion mor­telle sur dix et qu’elle mul­ti­plie par 23 les risques d’accident.

[…]

Par contraste, que l’on y songe un ins­tant : nous avons pro­duit plus d’informations sur la Terre entière au début des années 2000, c’est-à-dire au début de la déré­gu­la­tion mas­sive du mar­ché de l’information, que depuis l’invention de l’imprimerie par Guten­berg. Et en ce début de XXIe siècle, le phé­no­mène s’est encore ver­ti­gi­neu­se­ment accé­lé­ré. Depuis 2013, la masse d’informations dis­po­nibles double tous les deux ans. C’est pro­pre­ment inima­gi­nable, puisque nous avons vu com­bien notre cer­veau a du mal à conce­voir les pro­gres­sions géo­mé­triques. Chaque seconde, 29 000 giga-octets (Go) d’informations sont publiées dans le monde, soit plus de 900 000 000 000 Go par an. En 2017, 253 000 tex­tos par seconde étaient envoyés alors que, dans le même temps, 60 000 recherches sur Google étaient effec­tuées tan­dis que chaque minute, 527 760 pho­tos étaient par­ta­gées sur Snap­Chat et 456 000 mes­sages twee­tés. Autre pro­por­tion frap­pante : 90 % des infor­ma­tions dis­po­nibles dans le monde ont été rédi­gées dans les deux der­nières années.

Dans une telle caco­pho­nie infor­ma­tion­nelle qui nous plonge, bon gré mal gré, dans une situa­tion de cock­tail mon­dial, qu’est-ce qui va rete­nir notre atten­tion ? Quelles sont les pro­po­si­tions qui vont cap­ter notre pré­cieux temps de cer­veau dis­po­nible ? Quels sont les pro­duits cog­ni­tifs qui auront un avan­tage concur­ren­tiel sur ce mar­ché de l’information deve­nu métastasé ?

[…]

Mais le Mini­tel s’est défi­ni­ti­ve­ment éteint le 30 juin 2012. Le Bever­ly, der­nier ciné­ma por­no­gra­phique de Paris, a tiré le rideau en 2019. Les vidéo­clubs ont pra­ti­que­ment dis­pa­ru un peu par­tout dans le monde. Le film X de Canal+ ne fait plus guère recette. Le Jour­nal du hard, qui réunis­sait à ses beaux jours un mil­lion de télé­spec­ta­teurs, ne par­vient plus à inté­res­ser qu’une cen­taine de mil­liers d’entre eux. Et l’entreprise de Beate Uhse a dépo­sé le bilan en 2017. Ce n’est pas que la demande d’images de sexua­li­té a bais­sé : au contraire, elle a trou­vé un nou­vel outil de flui­di­fi­ca­tion entre la demande et l’offre, l’arme par­faite : Internet.

On aurait pu faci­le­ment pré­dire que nombre d’individus allaient uti­li­ser cette nou­velle tech­no­lo­gie pour regar­der des vidéos por­no­gra­phiques, mais pou­vait-on ima­gi­ner l’ampleur de cette demande ? Avec une ving­taine d’années de recul, on peut à pré­sent l’affirmer : ces vidéos sont celles qui sont le plus consom­mées sur Inter­net. On dénombre des dizaines de mil­liers de sites qui dif­fusent mas­si­ve­ment ce type de films. Plus d’un tiers de vidéos regar­dées chaque jour dans le monde sont des pro­duits por­no­gra­phiques. L’industrie en elle-même génère près d’une cen­taine de mil­liards de reve­nu. L’humanité contemple chaque année 136 mil­liards de vidéos pornographiques.

À ce titre, le site Porn­hub, lea­der mon­dial du sec­teur, livre des sta­tis­tiques impres­sion­nantes. En 2019, il bat­tait tous les records avec 42 mil­liards de visites dans le monde, soit 115 mil­lions par jour, tan­dis que 6,83 mil­lions de vidéos étaient mises en ligne. Il fau­drait pas­ser 169 années pour les regar­der toutes. Plus impres­sion­nant encore, le nombre d’heures de vidéos regar­dées par minute s’élève à 10 498, soit, chaque année dans le monde, 629 880 années de temps de cer­veau dis­po­nible qui s’évaporent dans la contem­pla­tion pornographique.

De telles don­nées per­mettent d’approcher l’ampleur de la cap­ta­tion de notre dis­po­ni­bi­li­té men­tale que repré­sentent cer­taines pro­po­si­tions sur le mar­ché cog­ni­tif. D’ailleurs, cette étrange période de dis­po­ni­bi­li­té men­tale à laquelle nous a contraint le confi­ne­ment lors de la pan­dé­mie de Covid-19 a été carac­té­ri­sée par une aug­men­ta­tion du tra­fic Inter­net vers les sites por­no­gra­phiques. Ain­si le lea­der mon­dial a‑t-il vu une aug­men­ta­tion du tra­fic de 40 % au début du confi­ne­ment, de même que l’on a vu sur les sites spé­cia­li­sés une aug­men­ta­tion de 20 % à 30 % de l’offre de pho­tos et vidéos éro­tiques amateur.

[…]

Le déve­lop­pe­ment de la pho­to­gra­phie nous a per­mis de démul­ti­plier notre image. Qu’on y songe : il se pre­nait moins d’un mil­liard de pho­to­gra­phies par an en 1930 alors qu’on en compte aujourd’hui, chaque année, près de 1 000 mil­liards ! L’un des objec­tifs les plus évi­dents de cette com­pul­sion pho­to­gra­phique est de pro­po­ser ces images de nous-mêmes à l’ensemble des membres de notre réseau social en scru­tant le nombre de noti­fi­ca­tions que cette exhi­bi­tion pro­duit. Nous pous­sons par­fois l’impudeur jusqu’à pho­to­gra­phier le conte­nu de nos assiettes pour faire savoir com­bien même nos repas ne sont pas banals. Mais, puisque nous sommes des légions à ali­men­ter ain­si ce nar­cis­sisme, d’où vient qu’il soit una­ni­me­ment condamné ?

Il est vrai que cette pas­sion pho­to­gra­phique peut avoir des consé­quences inat­ten­dues et regret­tables. Cer­tains pay­sages natu­rels, par exemple, sont défi­gu­rés par des légions d’instagrameurs avides de prendre et de dif­fu­ser la pho­to excep­tion­nelle. Le parc cana­dien de Joffre Lakes n’est plus le même depuis que, ces der­nières années, sa fré­quen­ta­tion s’est accrue de plus de 250 % ! La rai­son en est qu’il abrite trois magni­fiques lacs d’eau tur­quoise qui, sur­mon­tés par un gla­cier, offrent un décor magni­fique ne deman­dant qu’à être immor­ta­li­sé. Cerise sur le gâteau, un tronc d’arbre large et solide échoué depuis une rive per­met de s’aventurer au-des­sus d’un des lacs. Ce tronc a même été renom­mé Ins­ta­log. La rai­son ? Sur ce tronc pou­vant sou­te­nir le poids de plu­sieurs indi­vi­dus, on peut se faire prendre en pho­to en don­nant l’impression qu’on est abso­lu­ment seul face à la nature sau­vage. Un pro­duit par­fait pour récol­ter des cœurs sur le réseau Ins­ta­gram dévo­lu au par­tage de pho­to­gra­phies. Faire cette pho­to est même deve­nu un pas­sage obli­gé de la visite du parc. Si cha­cune de ces pho­tos était déca­drée, le sen­ti­ment qu’elle ins­pi­re­rait serait bien dif­fé­rent : on ver­rait que devant le tronc s’allonge une file d’attente com­po­sées d’individus impa­tients et agres­sifs, atten­dant de faire la même pho­to pour pou­voir par­ta­ger ce moment unique sur les réseaux sociaux.

Le des­tin d’un grand nombre de lieux de la pla­nète a été modi­fié parce que le pay­sage qu’ils offrent est deve­nu viral sur les réseaux sociaux. C’est encore le cas de Troll­tun­ga en Nor­vège, spec­ta­cu­laire pic rocheux qui avance dans le vide à 700 mètres de hau­teur. En 2010, quelques cen­taines de per­sonnes seule­ment bra­vaient la dif­fi­cile ran­don­née qui per­met­tait d’accéder à ce graal. En 2016, il crou­lait sous les 90 000 visi­teurs vou­lant à tout prix prendre la pho­to emblématique.

Le pro­prié­taire d’une ferme de la pro­vince de Mani­to­ba, au Cana­da, se sou­vien­dra lui aus­si long­temps de ces mil­liers de per­sonnes qui, en un week-end, ont débar­qué dans ses champs de tour­ne­sol pour ten­ter de prendre la même pho­to­gra­phie qu’elles avaient admi­rée quelques jours avant sur Ins­ta­gram. Il en va de même pour la petite ville cali­for­nienne de Lake Elsi­nore qui, à la Saint-Patrick, a vu l’un de ses champs de pavot pié­ti­né par les 100 000 per­sonnes avides de repro­duire les pho­tos qu’avait prises une influen­ceuse. Ce type de situa­tion conduit par­fois à des déci­sions radi­cales. Dans l’État de Washing­ton, aux États-Unis, on a pré­fé­ré détruire le Vance Creek Bridge, un magni­fique pont aban­don­né tra­ver­sant la forêt, plu­tôt que de subir le van­da­lisme plus ou moins volon­taire de la légion des indi­vi­dus vou­lant faire la pho­to unique et cepen­dant iden­tique à toutes les autres. »

Ayant lis­té toutes ces hor­reurs, Gérald Bron­ner fait amende hono­rable : il « ne sou­haite en aucun cas don­ner un tour mora­li­sa­teur » à son pro­pos. « Rien ne [lui] paraît condam­nable en soi dans l’expression de ces com­pul­sions, et les réprou­ver serait tout sim­ple­ment nier cer­tains des grands traits qui font notre espèce ». En effet, selon ce grand pen­seur, socio­logue, roman­cier, aca­dé­mi­cien, et j’en oublie, invi­té à élu­cu­brer par­tout (France Inter, Arte, France Culture, Le Monde, Libé­ra­tion, Public Sénat, Marianne, Le Temps, Europe 1, Les Échos, pour ne citer que quelques entre­prises ayant récem­ment col­por­té ses bêtises), tous les traits carac­té­ris­tiques de l’être humain civi­li­sé de ce début du troi­sième mil­lé­naire seraient révé­la­teurs de la nature pro­fonde de l’être humain en géné­ral. Si Bron­ner exa­mine la condi­tion de l’être humain civi­li­sé et sou­mis au capi­ta­lisme, c’est « parce qu’elle dévoile notre nature » d’être humain tout court. Élé­men­taire mon cher Wat­son ! Selon notre émi­nent expert aca­dé­mi­cien roman­cier, les « traces que nous lais­sons dans le monde numé­rique […] dressent un cer­tain por­trait de notre espèce ». À rebours de ceux qui consi­dèrent que le mar­ché s’impose et impose une forme d’existence à l’être humain, que la condi­tion humaine est alté­rée par le mar­ché, Bron­ner consi­dère que l’homme est « révé­lé par le mar­ché », qui ne fait que mettre au jour sa nature pro­fonde, pro­fon­dé­ment médiocre. En effet, d’après Gérald, « les big data sont des outils de dévoi­le­ment très puis­sants de notre médio­cri­té com­mune », l’être humain est « révé­lé par les don­nées mas­sives qui émergent du mar­ché cog­ni­tif », les­quelles font res­sor­tir les « traits fon­da­men­taux de notre espèce », « la médio­cri­té de nos choix », « notre médio­cri­té collective ».

Tout au long de son livre, en s’appuyant sur des études menées par et sûr des membres de la civi­li­sa­tion tech­no­ca­pi­ta­liste, Bron­ner par­vient à accom­plir ce tour de force consis­tant à nous dévoi­ler la (médiocre) nature humaine en lisant dans les entrailles de l’homo economicus.

Et au contraire de ceux — anar­chistes, décrois­sants et autres hip­pies — qui voient dans le désastre du capi­ta­lisme une cala­mi­té infli­gée à l’être humain et qui sou­haitent l’en affran­chir, aspi­rant naï­ve­ment (par incul­ture, igno­rance des tra­vaux de Gérald Bron­ner) à l’ « abo­li­tion des hié­rar­chies sociales », il s’agit, selon notre romancier-chevalier-de-la-légion‑d’honneur, « d’accepter cette part de notre huma­ni­té », ces « hié­rar­chies sociales », ces pro­pen­sions à consom­mer, à deve­nir accros aux der­nières tech­no­lo­gies déve­lop­pées par les tech­ni­ciens et ven­dues par les entre­prises, qui dévoilent seule­ment notre « natu­ra­li­té » humaine. D’ailleurs, se lamen­tant du déli­te­ment d’un cer­tain ordre social dans lequel les gens comme lui dis­po­saient de davan­tage de pou­voir, Bron­ner déplore l’affaiblissement du « rôle des gate kee­pers tra­di­tion­nels (jour­na­listes, experts aca­dé­miques… toute per­sonne consi­dé­rée comme légi­time socia­le­ment à par­ti­ci­per au débat public) ». Car, bien enten­du, « toute per­sonne » n’est pas « légi­time socia­le­ment à par­ti­ci­per au débat public », seuls le sont les experts comme Bronner.

Vous l’aurez com­pris, un livre médiocre, dévoi­lant la nature médiocre d’un pen­seur médiocre, dont les vues, par le plus grand des hasards, cor­res­pondent par­fai­te­ment à celles de la civi­li­sa­tion et des ins­ti­tu­tions qui le sala­rient, lui décernent des prix et des médailles, lui pro­diguent argent et notoriété.

Nico­las Casaux


Pour aller plus loin, vous pou­vez éga­le­ment lire cet article com­pi­lant quelques textes contre  notre cher légion­naire socio­logue :

Fabrice Fli­po, Démo­cra­tie des cré­dules ou arro­gance des clercs ?, 2014

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
3 comments
  1. J’ai lu un de ses bou­quins, « La démo­cra­tie des cré­dules ». Il fait des constats amu­sants et une liste inter­mi­nable d’a­nec­dotes sur inter­net et les médias. Seule­ment on attend qu’il en tire des conclu­sions inté­res­santes et ça ne vient jamais. Au contraire, il atter­rit tou­jours sur des conclu­sions consen­suelles et conser­va­trices. En gros les conspi­ra­tions se répandent sur inter­net car les gens seraient stupides.
    Le genre de bons clients pour des émis­sions de télé, qui se veulent trans­gres­sifs mais servent en réa­li­té la cause qu’ils dénoncent. Une gen­tille trans­gres­sion qui reste à l’in­té­rieur d’une vision ultra-libérale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Leurs virus, nos morts (par Pièces et Main d’Oeuvre/PMO)

Les idées, disons-nous depuis des lustres, sont épidémiques. Elles circulent de tête en tête plus vite que l’électricité. Une idée qui s’empare des têtes devient une force matérielle, telle l’eau qui active la roue du moulin. Il est urgent pour nous, Chimpanzés du futur, écologistes, c’est-à-dire anti-industriels et ennemis de la machination, de renforcer la charge virale de quelques idées mises en circulation ces deux dernières décennies. Pour servir à ce que pourra. [...]
Lire

Les chasseurs-cueilleurs et la mythologie du marché (par John Gowdy)

Marx affirmait que « la vitalité des communautés primitives était incomparablement plus importante que celle des sociétés capitalistes modernes. » Cette affirmation a depuis été appuyée par de nombreuses études soigneusement résumées dans cette formule de la prestigieuse Cambridge Encyclopedia of Hunters and Gatherers (Encyclopédie de Cambridge des chasseurs et des cueilleurs). Ainsi que l’Encyclopédie le stipule : « Le fourrageage constitue la première adaptation à succès de l’humanité, occupant au moins 90% de son histoire. Jusqu’à il y a 12 000 ans, tous les humains vivaient ainsi. » [...]
Lire

L’électrification ou l’expansion de la société industrielle de consommation : l’exemple de l’Afrique

Ce que nous essaierons de souligner dans le texte qui suit, c’est que l’électrification de l’Afrique découle directement de l’expansion et de l’ancrage du mode de vie, de penser et d’être, mais surtout d’avoir, profondément antiécologique et aliénant, de la culture occidentale dominante. [...]