Après avoir censuré des évènements, la gauche transidentitaire veut supprimer un livre (par Nicolas Casaux)

Les tran­sac­ti­vistes jubilent. Les mécréantes qui pensent que le sexe existe, est immuable, qu’une femme est un être humain de sexe fémi­nin, etc., ne seront pas reçues à la Mai­son de l’é­co­lo­gie de Lyon, qui a déci­dé de ne pas accueillir l’évènement éco­fé­mi­niste conjoin­te­ment orga­ni­sé par des femmes de DGR et de Flo­rai­sons. Quelle gloire pour l’an­ti­fas­cisme ! Quelle victoire !

La réa­li­té c’est qu’ils gagnent parce qu’ils ter­ro­risent. Pas parce qu’ils per­suadent. Les gérants de la mai­son de l’é­co­lo­gie de Lyon nous l’ont clai­re­ment confié. Ils ont été ter­ro­ri­sés (ils n’en reviennent pas, sont tou­jours sous le choc). Ils n’an­nulent pas l’é­vè­ne­ment parce qu’ils ont été convain­cus de la jus­tesse des reven­di­ca­tions des tran­sac­ti­vistes, les tran­sac­ti­vistes n’ob­tiennent pas leurs annu­la­tions parce que leurs idées sont meilleures ou parce que leur cause est plus juste, mais parce qu’ils font peur aux res­pon­sables et aux gérants des lieux.

Leur méthode, c’est donc du ter­ro­risme moral/intellectuel. Et phy­sique, aus­si. Plu­sieurs femmes qui comptent venir à l’é­vè­ne­ment nous ont fait part de leur crainte d’être phy­si­que­ment atta­quées par ces gens-là (cer­taines l’ayant déjà été).

Et voi­là qu’ils veulent s’at­ta­quer à ce pro­jet de réédi­tion d’un livre écrit par une fémi­niste états-unienne il y a plu­sieurs décen­nies, et qu’ils n’ont, pour la qua­si-tota­li­té d’entre eux, jamais lu. Empê­cher la publi­ca­tion d’un livre. C’est infâme. Qu’ils puissent se per­mettre de faire ça de manière plei­ne­ment décon­trac­tée, osten­sible, avec l’ap­pro­ba­tion active ou pas­sive du reste de la gauche, n’est pas ano­din. C’est dément.

La gauche tran­si­den­ti­taire se per­met de qua­li­fier tout le monde et n’im­porte qui de fas­cistes en tra­ves­tis­sant des pro­pos, des idées, voire en en inven­tant pure­ment et sim­ple­ment, ou sim­ple­ment parce qu’elle n’ap­pré­cie pas que des indi­vi­dus sou­lignent des faits bien réels. En revanche, dans le même temps, elle emploie des méthodes assez typiques du fascisme.

Nous conti­nuons de récol­ter de l’argent pour aider à la réédi­tion de cet excellent ouvrage de Janice Ray­mond. Celles et ceux qui vou­draient s’en pro­cu­rer un exem­plaire en contri­buant à notre cagnotte peuvent nous contac­ter par e‑mail (la cagnotte publique a été désactivée).

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les ravages de l’industrialisme : les impacts des nouvelles et des hautes technologies

Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouissent d'une image d'industrie propre, non polluante, pouvant contribuer à la résolution des problèmes environnementaux. Cette perception, entretenue par les fabricants, les publicitaires, les politiques, est le fruit de notions largement diffusées comme la dématérialisation, l'informatique dans les nuages (cloud computing)... qui nous laissent croire que toutes ces infrastructures, tous ces équipements, n'ont guère d'impacts sur notre environnement.
Lire

En Colombie-Britannique, avant la civilisation, les Premières Nations enrichissaient l’environnement

L’occupation humaine est habituellement associée avec des paysages écologiques détériorés, mais une nouvelle recherche montre que 13 000 années d’occupation régulière de la Colombie Britannique par des Premières Nations ont eu l’effet inverse, en augmentant la productivité de la forêt vierge tempérée. [...]