Négation du sexe et idéologie de l’identité de genre (par Jane Clare Jones)

Le texte sui­vant est une tra­duc­tion d’un cha­pitre du livre Sex and Gen­der : A Contem­po­ra­ry Rea­der paru en août 2023, chez Rout­ledge, sous la direc­tion d’A­lice Sul­li­van et Seli­na Todd. Jane Clare Jones est cer­tai­ne­ment une des per­sonnes les plus éru­dites et les plus lucides concer­nant le phé­no­mène trans, ses ori­gines, ses impli­ca­tions, et la manière dont il s’im­brique avec la mou­vance et l’i­déo­lo­gie « queer ».


Le mou­ve­ment contem­po­rain pour les droits des per­sonnes trans est appa­ru au début des années 1990 des deux côtés de l’At­lan­tique, grâce à un mélange d’ac­ti­visme juri­dique et de théo­ri­sa­tion uni­ver­si­taire (Jones 2020). Le mou­ve­ment actuel se dis­tingue par un sys­tème de croyances que nous appel­le­rons ici « idéo­lo­gie de l’i­den­ti­té de genre » ou « idéo­lo­gie trans », dont l’af­fir­ma­tion cen­trale sti­pule qu’être un homme ou une femme est affaire d’i­den­ti­té de genre plu­tôt que de sexe bio­lo­gique. Ste­phen Whit­tle, « homme trans », juriste et cofon­da­teur de Press for Change — le pre­mier grand groupe de lob­bying trans­genre au Royaume-Uni — a expri­mé cette idée en affir­mant que « [l]e fait d’être un homme ou une femme est conte­nu dans l’i­den­ti­té de genre d’une per­sonne » (Whit­tle [1999] 2002, 6). Cette idée est éga­le­ment résu­mée dans le slo­gan cen­tral du tran­sac­ti­visme contem­po­rain : « Les femmes trans sont des femmes, les hommes trans sont des hommes. »

Si l’af­fir­ma­tion « les femmes trans sont des femmes » est vraie, alors le concept de « femme » doit se réfé­rer à autre chose qu’au sexe bio­lo­gique, étant don­né que les « femmes trans » ne sont, par défi­ni­tion, pas des femelles. Étant don­né que la loi bri­tan­nique défi­nit une « femme » comme « une femelle de tout âge » (Equa­li­ty Act 2010, s.212), cela consti­tue une redé­fi­ni­tion radi­cale du concept. Au cours des deux der­nières décen­nies, le mou­ve­ment pour les droits des per­sonnes trans a effec­ti­ve­ment pro­pa­gé cette redé­fi­ni­tion au sein des ins­ti­tu­tions publiques du monde anglo­phone et au-delà, par le biais d’un pro­ces­sus de « cap­ture des ins­ti­tu­tions poli­tiques » (Mur­ray et Black­burn 2019). Cela a eu pour effet de sys­té­ma­ti­que­ment rem­pla­cer les men­tions du sexe bio­lo­gique par des caté­go­ries liées à l’identité de genre dans le droit, le lan­gage, les poli­tiques publiques, la col­lecte de don­nées et l’or­ga­ni­sa­tion de l’es­pace public. J’ai appe­lé ce pro­ces­sus « l’ef­fa­ce­ment poli­tique du sexe » (Jones et Mac­ken­zie 2020).

L’ob­jec­tif de ce cha­pitre consiste à exa­mi­ner le déve­lop­pe­ment intel­lec­tuel et la per­ti­nence de la néga­tion du sexe [l’ensemble d’idées qui pré­tend que le sexe est une construc­tion sociale, NdT] qui a sous-ten­du ce pro­ces­sus d’ef­fa­ce­ment poli­tique. Dans la dis­cus­sion qui suit, je fais la dis­tinc­tion entre le sexe (bio­lo­gique et immuable), le genre (rôles et com­por­te­ments construits socia­le­ment et poli­ti­que­ment) et l’i­den­ti­té de genre (l’i­dée selon laquelle chaque être humain aurait un sens inné de son propre genre).

L’i­dée selon laquelle « l’i­den­ti­té de genre l’emporte sur le sexe » repose sur deux croyances fon­da­men­tales. La pre­mière, que nous appel­le­rons « essen­tia­lisme de l’i­den­ti­té de genre », pré­tend que les êtres humains ont une « iden­ti­té de genre » innée : un sen­ti­ment interne d’être un homme ou une femme, qui n’est pas déter­mi­né par leur sexe et peut ne pas être ali­gné avec celui-ci. L’es­sen­tia­lisme de l’i­den­ti­té de genre repose sur une ana­lo­gie avec l’in­néi­té géné­ra­le­ment accep­tée de l’ho­mo­sexua­li­té. Une grande par­tie du suc­cès du dis­cours sur les droits des per­sonnes trans repose sur l’at­trait intui­tif de l’i­dée selon laquelle les gens devraient être libres d’ex­pri­mer leur moi « authen­tique » inné. Le groupe de lob­bying Sto­ne­wall (2022), par exemple, a pour slo­gan : « Nous ima­gi­nons un monde où toutes les per­sonnes LGBTQ+ sont libres d’être elles-mêmes ». Bien que ce sen­ti­ment soit louable à bien des égards, il convient de sou­li­gner qu’en ce qui concerne l’i­den­ti­té trans­genre contem­po­raine, l’ex­pres­sion « être soi-même » implique une affir­ma­tion du pri­mat de l’i­den­ti­fi­ca­tion de genre sur le sexe.

La deuxième croyance qui sous-tend la convic­tion tran­si­den­ti­taire selon laquelle l’i­den­ti­té de genre devrait l’emporter sur le sexe peut être qua­li­fiée de « néga­tion (ou déni) du sexe ». Il s’agit de l’idée que le sexe bio­lo­gique n’est pas un phé­no­mène maté­riel signi­fi­ca­tif et que les caté­go­ries « mâle » et « femelle » sont des construc­tions sociales ou his­to­riques. Ce cha­pitre s’at­tache à exa­mi­ner l’é­vo­lu­tion des argu­ments de la néga­tion du sexe et à les sou­mettre à la cri­tique. La pre­mière sec­tion pré­sente trois des argu­ments les plus cou­rants uti­li­sés par les pro­mo­teurs de l’i­den­ti­té de genre en vue de contes­ter la réa­li­té maté­rielle du sexe en retra­çant leur l’his­toire intel­lec­tuelle. La deuxième par­tie éva­lue la soli­di­té de ces argu­ments et pro­pose une cri­tique de la néga­tion du sexe de mon point de vue de fémi­niste maté­ria­liste radicale.

Les arguments de la négation du sexe

La néga­tion du sexe pré­tend démon­trer que le phé­no­mène natu­rel du sexe bio­lo­gique serait en fait une construc­tion cultu­relle au ser­vice des inté­rêts du « pou­voir ». À cet égard, le déni tran­si­den­ti­taire du sexe est appa­rem­ment conforme à la cri­tique clas­sique de l’i­déo­lo­gie, ce qui peut expli­quer pour­quoi il trouve un écho auprès de nom­breux uni­ver­si­taires et de per­sonnes qui se consi­dèrent comme « pro­gres­sistes ». Selon la cri­tique mar­xiste clas­sique, l’« idéo­lo­gie » pré­sente des phé­no­mènes socia­le­ment construits comme s’ils étaient « natu­rels » ou « don­nés par Dieu ». Ain­si, l’idéologie laisse accroire qu’ils ne peuvent être modi­fiés. Cette idée a influen­cé de nom­breux mou­ve­ments de défense de droits humains au XXe siècle, notam­ment la cri­tique du « déter­mi­nisme bio­lo­gique » for­mu­lée par les fémi­nistes de la deuxième vague, selon laquelle les rôles « mas­cu­lins » et « fémi­nins » ne découlent pas « natu­rel­le­ment » du sexe bio­lo­gique, mais consti­tuent plu­tôt des construc­tions sociales qui servent les inté­rêts mas­cu­lins en exploi­tant le corps et le tra­vail des femmes.

La généa­lo­gie des concepts est une méthode employée afin de démon­trer qu’un phé­no­mène pré­ten­du­ment natu­rel est en fait his­to­ri­que­ment construit. « Généa­lo­gie » est un terme impor­tant, parce qu’une grande par­tie de la néga­tion contem­po­raine du sexe a été influen­cée par l’af­fir­ma­tion de Michel Fou­cault selon laquelle « la notion de “sexe” » sert à « regrou­per », dans une « uni­té arti­fi­cielle » ou « fic­tive », une varié­té de phé­no­mènes autre­ment dis­pa­rates, y com­pris « des élé­ments ana­to­miques, des fonc­tions bio­lo­giques, des conduites, des sen­sa­tions, des plai­sirs » (1978, 154). La méthode généa­lo­gique de Fou­cault (1994) met l’ac­cent sur « la filière com­plexe de la pro­ve­nance » des concepts et sug­gère qu’ils n’ex­priment pas une réa­li­té empi­rique fon­da­men­tale mais résultent plu­tôt d’« acci­dents » his­to­riques (374). Selon Judith But­ler (1990) — l’hé­ri­tière la plus influente de Fou­cault — la généa­lo­gie fou­cal­dienne récuse le carac­tère « natu­rel » de nos concepts de sexe et de genre et s’ef­force de « démon­trer que les caté­go­ries fon­da­men­tales de sexe, de genre et de désir sont les effets d’une cer­taine for­ma­tion du pou­voir » (1990, xxxi). C’est dans cette veine que la socio­logue bri­tan­nique Sal­ly Hines a récem­ment sou­te­nu que les caté­go­ries de sexe et de genre devraient être « his­to­ri­ci­sées ». Hines (2020) s’ap­puie sur les tra­vaux de Fou­cault concer­nant « la façon dont les corps naissent à tra­vers des pro­ces­sus his­to­riques » (704), sur des études anthro­po­lo­giques indi­quant « une grande diver­gence his­to­rique » dans la com­pré­hen­sion des concepts de « mâle » et de « femelle » (700), et sur les cultures pré­sen­tant un troi­sième genre pour étayer l’af­fir­ma­tion selon laquelle « plu­tôt que la bio­lo­gie, ce sont les fac­teurs sociaux, cultu­rels, poli­tiques et éco­no­miques qui donnent nais­sance à des façons dis­tinctes de com­prendre le sexe, le genre et leur rela­tion » (701).

Deux obser­va­tions s’im­posent à pro­pos des argu­ments comme celui de Hines. Pre­miè­re­ment, si l’i­déo­lo­gie trans fait sou­vent appel à Fou­cault pour étayer l’af­fir­ma­tion selon laquelle le « sexe » serait une construc­tion his­to­rique, elle n’ap­plique pas l’his­to­ri­cisme rela­ti­vi­sant de Fou­cault à son propre dis­cours. Hines (2020) observe que « le cœur des débats actuels » entre les tran­sac­ti­vistes et les fémi­nistes cri­tiques du genre réside dans « des com­pré­hen­sions diver­gentes de l’on­to­lo­gie des caté­go­ries de “sexe” et de “genre” » (700). Cepen­dant, elle ne consi­dère mani­fes­te­ment pas son onto­lo­gie comme une pos­si­bi­li­té par­mi d’autres et accuse ses oppo­sants, qu’elle asso­cie au camp « conser­va­teur », de par­ti­ci­per à des « paniques morales trans­genres » (Hines 2020, 699) et de faire preuve de « sec­ta­risme » (Hines 2019). Cette croyance en une onto­lo­gie « juste » vs. « fausse » est indé­fen­dable dans une pers­pec­tive fou­cal­dienne stricte, qui nie­rait jusqu’à l’existence de la moindre réa­li­té empi­rique à pro­pos de laquelle il serait pos­sible d’avoir rai­son ou tort. Il est d’ailleurs iro­nique qu’en dia­bo­li­sant les cri­tiques qui leur sont adres­sées, les pro­mo­teurs de l’i­den­ti­té de genre pro­pagent un « régime régle­men­taire » fou­cal­dien per­met­tant de dis­ci­pli­ner la pen­sée vers une unique conclu­sion nor­ma­ti­ve­ment approuvée.

On observe un second para­doxe fou­cal­dien dans la rela­tion entre les aspects « essen­tia­lisme de l’i­den­ti­té de genre » et « néga­tion du sexe » de l’i­déo­lo­gie trans contem­po­raine. En contra­dic­tion directe avec la pen­sée fou­cal­dienne selon laquelle les concepts sont des construc­tions du pou­voir his­to­ri­que­ment arbi­traires, l’es­sen­tia­lisme de l’i­den­ti­té de genre for­mule de grandes asser­tions sur la nature uni­ver­selle et intem­po­relle de l’i­den­ti­té trans. L’ap­pli­ca­tion sélec­tive de l’his­to­ri­cisme fou­cal­dien est donc une stra­té­gie poli­tique déli­bé­rée de l’i­déo­lo­gie trans. Celle-ci ne pré­tend pas qu’il n’existe pas de réa­li­té sous-jacente aux dis­cours, mais plu­tôt que le sexe ne pos­sède pas de réa­li­té empi­rique, tan­dis que l’i­den­ti­té de genre serait réelle, innée et aurait « tou­jours exis­té ». Cet essai sou­tient que l’inverse est vrai : le sexe est une réa­li­té empi­rique, tan­dis que l’i­den­ti­té de genre est un concept his­to­rique récent — de même que la néga­tion du sexe. Ce cha­pitre retrace la généa­lo­gie intel­lec­tuelle de la néga­tion du sexe afin de démon­trer com­ment a été construite, au cours des cin­quante der­nières années, l’idée selon laquelle le sexe serait une construc­tion his­to­rique. Pour ce faire, j’examinerai trois des prin­ci­paux argu­ments de la néga­tion du sexe : « le sexe est un conti­nuum » [ou « un spectre », NdT], « le genre construit le sexe » et « le colo­nia­lisme a créé la bina­ri­té de genre ».

L’ar­gu­ment selon lequel « le sexe est un conti­nuum » a été déve­lop­pé pour la pre­mière fois dans le contexte de l’ac­ti­visme juri­dique trans­genre au début des années 1990. En août 1992, Mar­tine Roth­blatt, « femme trans » [homme qui se dit femme, NdT], avo­cat et entre­pre­neur dans le domaine de la tech­no­lo­gie, a pro­non­cé un dis­cours lors de la pre­mière réunion annuelle de l’In­ter­na­tio­nal Confe­rence on Trans­gen­der Law and Employ­ment Poli­cy (ICTLEP, Confé­rence inter­na­tio­nale sur le droit et la poli­tique de l’emploi des per­sonnes trans­genres) à Hous­ton, au Texas. Ce dis­cours visait à pré­sen­ter le « para­digme émergent » de la loi sur la san­té des per­sonnes trans­genres, qui devait viser, selon Roth­blatt (1992), « à redé­fi­nir le sexe lui-même comme un conti­nuum de com­por­te­ments liés au style de vie » (246). Par « com­por­te­ment liés au style de vie », Roth­blatt enten­dait « le genre » ou la « clas­si­fi­ca­tion […] en mas­cu­lin et fémi­nin basée […] sur un com­por­te­ment de jeu de rôle » (252), et affir­mait donc que le « sexe » devait être redé­fi­ni juri­di­que­ment pour dési­gner des rôles de genre. Cepen­dant, une autre par­tie du dis­cours de Roth­blatt pro­po­sait une concep­tion dif­fé­rente du sexe, sug­gé­rant qu’il fal­lait le redé­fi­nir comme un « conti­nuum de carac­té­ris­tiques ana­to­miques […] et bio­lo­giques mâles et femelles » (263), une for­mu­la­tion qui se rap­proche de l’af­fir­ma­tion selon laquelle le sexe bio­lo­gique lui-même est un « continuum ».

C’est exac­te­ment ce qu’af­firme un an plus tard la bio­lo­giste Anne Faus­to-Ster­ling dans son célèbre texte inti­tu­lé « Les Cinq sexes » (1993), qui repré­sente une source majeure de l’af­fir­ma­tion tran­si­den­ti­taire désor­mais cou­rante selon laquelle le sexe serait un conti­nuum. Faus­to-Ster­ling y sug­gère que « le corps inter­sexe » signi­fie que « d’un point de vue bio­lo­gique, il existe de nom­breuses gra­da­tions entre la femelle et le mâle » et que « le sexe est un conti­nuum modu­lable à l’infini » (21). Plus tard, la même année, lors de la deuxième réunion annuelle de l’ICT­LEP, Roth­blatt (1993) cite expli­ci­te­ment la notion de Faus­to-Ster­ling d’un « conti­nuum modu­lable à l’infini » (A5‑5). L’an­née sui­vante, Roth­blatt (1994) affirme que « la science en arrive vrai­ment à la conclu­sion qu’il n’y a pas de ligne de démar­ca­tion natu­relle entre les sexes », que la dis­tinc­tion entre mâle et femelle est plu­tôt « un conti­nuum de dif­fé­rentes pos­si­bi­li­tés » et qu’en tant que tel, il n’y a « aucune rai­son logique, objec­tive […] d’é­ti­que­ter les gens en tant que mâles ou femelles » (110).

Cette affir­ma­tion a été rapi­de­ment reprise dans la lit­té­ra­ture aca­dé­mique. En 1996, s’ap­puyant à la fois sur Roth­blatt et Faus­to-Ster­ling, Ruth Hub­bard a sug­gé­ré que « les dif­fé­rences sexuelles ne sont pas si nettes » et a remis en ques­tion le « para­digme binaire selon lequel, d’un point de vue bio­lo­gique, il n’y a que […] deux sexes » (158). En 2002, Ste­phen Whit­tle a noté que « la méde­cine recon­naît un nombre crois­sant de syn­dromes inter­sexuels » (10) et que « les indi­vi­dus sont désor­mais scien­ti­fi­que­ment consi­dé­rés comme vivant sur un conti­nuum, avec des carac­té­ris­tiques femelles à un extrême et mâles à l’autre » (7). Au cours de la der­nière décen­nie, l’i­dée selon laquelle le sexe serait un conti­nuum a été cou­ram­ment affir­mée dans des publi­ca­tions plus popu­laires, en par­ti­cu­lier à la suite de l’ar­ticle de Claire Ains­worth paru en 2015 dans la revue Nature, inti­tu­lé « Sex Rede­fi­ned » (Le sexe redé­fi­ni). Dans un compte ren­du de l’ar­ticle d’Ains­worth publié dans The Guar­dian, on lit que « plu­tôt que d’être sim­ple­ment mâle ou femelle […], nous exis­tons tous à tra­vers plu­sieurs spectres d’i­den­ti­té sexuelle ». Selon l’autrice de l’ar­ticle, Vanes­sa Heg­gie (2015), aucun test por­tant sur une quel­conque dimen­sion du sexe ne don­ne­ra une « réponse binaire de type “mâle ou femelle” et “[l]es résul­tats dépen­dront tou­jours de […] seg­men­ta­tions arbi­traires ». Cette généa­lo­gie par­ti­cu­lière per­met de com­prendre com­ment les argu­ments de la néga­tion du sexe sont pas­sés du lob­bying poli­tique au dis­cours uni­ver­si­taire, puis à l’influence du dis­cours public.

L’ar­ticle de Heg­gie illustre bien la manière dont les argu­ments pré­ten­dant que « le sexe est un conti­nuum » fonc­tionnent. Ils sug­gèrent qu’il n’existe pas de dif­fé­rences de nature entre les hommes et les femmes et que les dif­fé­rences que l’on observe ne sont que des dif­fé­rences quan­ti­ta­tives de degré. C’est pour­quoi n’importe quelle ligne tra­cée sur le « conti­nuum » entre mâle et femelle serait sim­ple­ment « arbi­traire ». De là, il est facile d’en venir à croire que cette ligne « arbi­traire » est sim­ple­ment « construite socia­le­ment » ou pro­duite par des sys­tèmes de « pou­voir ». Dans le pre­mier cha­pitre de son livre Corps en tous genres, Faus­to-Ster­ling (2000a) affirme que la réa­li­té du « sexe du corps est tout sim­ple­ment trop com­plexe », avec trop de « nuances de dif­fé­rences » pour être « l’un ou l’autre », et qu’il s’en­suit que « le fait d’é­ti­que­ter quel­qu’un comme un homme ou une femme est une déci­sion sociale » (3).

Pour illus­trer cette thèse de la « déci­sion sociale », cer­tains sou­tiennent par exemple que c’est l’en­re­gis­tre­ment du sexe à la nais­sance qui crée un sys­tème de deux sexes, qui n’existe que dans l’in­té­rêt du pou­voir. En 1995, Roth­blatt écri­vait qu’« un apar­theid rigide du sexe » est créé par « la loi […] en com­men­çant par le cer­ti­fi­cat de nais­sance » (37), tan­dis que Faus­to-Ster­ling (1993) affir­mait que, bien que cela soit « au mépris de la nature », l’en­re­gis­tre­ment du sexe est requis par « les sys­tèmes juri­diques anglo-saxons modernes » afin de déter­mi­ner les ques­tions « d’hé­ri­tage, de légi­ti­mi­té, de pater­ni­té » (23). En 1998, Chris­tine Burns — une mili­tante clé du groupe de lob­bying tran­si­den­ti­taire bri­tan­nique Press for Change — appe­lait à l’é­li­mi­na­tion totale de l’en­re­gis­tre­ment du sexe à la nais­sance, arguant que « la qua­trième colonne de l’acte de nais­sance bri­tan­nique est à l’o­ri­gine des sys­tèmes de dis­cri­mi­na­tion les plus durables et les plus enra­ci­nés de la socié­té moderne ». En 2017, les Prin­cipes de Jog­ja­kar­ta Plus 10 — sou­vent consi­dé­rés comme les « meilleures pra­tiques » inter­na­tio­nales en matière de droits humains concer­nant l’o­rien­ta­tion sexuelle et l’i­den­ti­té de genre (SOGI, Sexual Orien­ta­tion and Gen­der Iden­ti­ty) — codi­fiaient cela en appe­lant à « mettre fin à l’en­re­gis­tre­ment du sexe et du genre de la per­sonne dans […] les cer­ti­fi­cats de nais­sance, les cartes d’i­den­ti­té, les pas­se­ports et les per­mis de conduire » (prin­cipe 31).

Les argu­ments qui nient l’exis­tence d’une « ligne de démar­ca­tion » claire entre les sexes sont étroi­te­ment liés à ceux qui s’in­té­ressent aux varia­tions au sein des caté­go­ries mâle et femelle. Ils sug­gèrent qu’en l’ab­sence d’une carac­té­ris­tique « essen­tielle » par­ta­gée par tous les membres de la caté­go­rie, les caté­go­ries sont arbi­traires ou socia­le­ment construites. La forme la plus cou­rante de cet argu­ment s’ap­puie sur le fait que cer­tains humains sont sté­riles pour affir­mer que le sexe ne peut pas se réfé­rer à la capa­ci­té de repro­duc­tion (Roth­blatt 1995, 36 ; Whit­tle [1999] 2002, 5). Récem­ment, Sal­ly Hines (2020) a affir­mé que comme « cer­tains hommes naissent sans tes­ti­cules et cer­taines femmes sans uté­rus ; cer­tains hommes ne pro­duisent pas de sperme et cer­taines femmes ne pro­duisent pas d’o­vules », aucun cri­tère « essen­tiel » ne peut défi­nir le sexe, qui est donc his­to­ri­que­ment construit (708).

Le deuxième groupe d’ar­gu­ments du cou­rant de la néga­tion du sexe repose sur l’i­dée que les idées sur le sexe sont « arbi­trai­re­ment » créées par « le pou­voir », et se concentre sur l’af­fir­ma­tion selon laquelle ce sont les normes de genre qui construisent le sexe. L’une des pre­mières sources de cet argu­ment, c’est le livre de Suzanne J. Kess­ler et Wen­dy McKen­na (1978) inti­tu­lé Gen­der : An Eth­no­me­tho­do­lo­gi­cal Approach. Leur ouvrage affirme que le genre pro­duit « un monde com­pre­nant deux “sexes” » (vii) plus d’une décen­nie avant que Judith But­ler (1990) ne fasse la même affir­ma­tion dans Trouble dans le genre. Kess­ler et McKen­na (1978) affirment que l’i­den­ti­fi­ca­tion du sexe chez les humains résulte du « pro­ces­sus d’at­tri­bu­tion du genre ». Elles notent que la plu­part des gens tendent à pen­ser que « les organes géni­taux sont l’in­signe essen­tiel du genre » (154), mais que la déci­sion de caté­go­ri­ser une per­sonne comme un homme ou une femme ne peut pas s’ap­puyer sur les organes géni­taux, parce qu’ils ne peuvent géné­ra­le­ment pas être vus. Au lieu de cela, sug­gèrent-elles, nous attri­buons aux indi­vi­dus des « organes géni­taux cultu­rels », c’est-à-dire qui sont « sup­po­sés exis­ter » (154). Elles rejettent l’i­dée qu’il s’a­git d’une infé­rence géné­ra­le­ment pré­cise faite sur la base des carac­té­ris­tiques sexuelles secon­daires, parce que les humains sont « loin d’être dicho­to­miques, du moins lorsque com­pa­rés à ces mar­queurs chez d’autres espèces (par exemple, le plu­mage chez les oiseaux) » (155–156). Selon Kess­ler et McKen­na, nous consi­dé­rons quel­qu’un comme un homme ou une femme sur la base des « signes socia­le­ment construits du genre », qui com­prennent « les vête­ments et les acces­soires, ain­si que les indices non ver­baux et para­lin­guis­tiques » (157). Nous n’ob­ser­vons donc pas le sexe bio­lo­gique, mais plu­tôt le sexe socia­le­ment construit.

Une autre série d’ar­gu­ments selon les­quels le genre construit le sexe repose sur le trai­te­ment des nour­ris­sons pré­sen­tant des dif­fé­rences de déve­lop­pe­ment sexuel (en anglais Dif­fe­rences of Sexual Deve­lop­ment, DSD) — que l’on appe­lait par­fois « inter­sexes » aupa­ra­vant (voir Hil­ton et Wright). Dans « The Medi­cal Construc­tion of Gen­der », Kess­ler (1990) exa­mine le pro­ces­sus d’in­ter­ven­tion chi­rur­gi­cale sur les bébés pré­sen­tant des organes géni­taux ambi­gus — pro­ces­sus aujourd’­hui sou­vent qua­li­fié de « muti­la­tion géni­tale infan­tile ». Kess­ler affirme que « l’i­dée même de genre » réside dans la concep­tion même de « deux types exclu­sifs : femelle et mâle » (25) et que le pro­ces­sus d’« assi­gna­tion » chi­rur­gi­cale d’un sexe aux nour­ris­sons « révèle le modèle de la construc­tion sociale du genre en géné­ral » (4). Dans Corps en tous genres, Faus­to-Ster­ling (2000a) s’est faite l’é­cho de Kess­ler en carac­té­ri­sant l’as­si­gna­tion d’un sexe aux enfants atteints de DSD comme une « his­toire lit­té­rale » de la « construc­tion sociale […] d’un sys­tème de sexe bipar­tite » (32). À cette époque, Faus­to-Ster­ling asso­ciait ses argu­ments selon les­quels « le sexe est un conti­nuum » à l’ar­gu­ment pro­ba­ble­ment plus influent encore selon lequel « le genre construit le sexe » : l’af­fir­ma­tion de Judith But­ler (1990) dans Trouble dans le genre selon laquelle le « sexe » est pro­duit par le « régime régle­men­taire » hété­ro­nor­ma­tif du genre. L’ap­pel de Faus­to-Ster­ling (2000a) à la pré­ten­due réa­li­té empi­rique du sexe en tant que conti­nuum est pour­tant incom­pa­tible avec le construc­ti­visme radi­cal de Trouble dans le genre. Faus­to-Ster­ling approuve néan­moins la pen­sée de But­ler selon laquelle la « maté­ria­li­té cor­po­relle » est « construite à tra­vers une matrice gen­rée » (22).

L’af­fir­ma­tion cen­trale de Trouble dans le genre pré­tend que « le cadre de pen­sée binaire sur le genre » (But­ler 1990, xxx) construit le « dimor­phisme idéal, la com­plé­men­ta­ri­té hété­ro­sexuelle des corps, les idéaux et la règle de ce qui est pro­pre­ment ou impro­pre­ment mas­cu­lin et fémi­nin » (xxiv-xxv). Pour But­ler, le genre n’est pas seule­ment un sys­tème social qui attri­bue la « mas­cu­li­ni­té » et la « fémi­ni­té » à cer­tains corps sexués, c’est aus­si l’hy­po­thèse selon laquelle il existe deux ensembles « idéaux » de corps. Selon But­ler, cette hypo­thèse s’ap­puie sur une matrice « gen­rée » ou « hété­ro­nor­ma­tive » qui pro­duit ensuite la croyance en un sexe dicho­to­mique. Un tel argu­ment sub­sume le sexe sous le genre dans le cadre de l’idée aujourd’­hui com­mu­né­ment appe­lée « bina­ri­té de genre ». Comme l’é­crit But­ler (2000a), « l’institution d’une hété­ro­sexua­li­té obli­ga­toire et natu­ra­li­sée a pour condi­tion néces­saire le genre et le régule comme un rap­port binaire » (31), et « les caté­go­ries “femelle” et “mâle”, “femme” et “homme” sont éga­le­ment pro­duites dans ce cadre binaire » (32).

Pour But­ler (2000a), il convient donc de contes­ter « le carac­tère immuable du sexe » et de se deman­der si « ce que l’on appelle “sexe” est une construc­tion cultu­relle au même titre que le genre ; en réa­li­té, peut-être le sexe est-il tou­jours déjà du genre et, par consé­quent, il n’y aurait plus vrai­ment de dis­tinc­tion entre les deux » (9–10). Bien que But­ler soit l’intellectuelle la plus sou­vent citée à l’appui de l’i­déo­lo­gie trans, il est remar­quable que ni Faus­to-Ster­ling ni Roth­blatt ne fassent réfé­rence à But­ler dans leurs pre­miers argu­ments visant à dénier la réa­li­té du sexe. Ce n’est qu’au milieu des années 1990 que Faus­to-Ster­ling et But­ler ont com­men­cé à être asso­ciées par d’autres cher­cheurs dési­reux de pro­mou­voir l’i­dée que le sexe ne serait pas une réa­li­té maté­rielle et que les caté­go­ries « bipo­laires » mâle et femelle devraient être com­prises comme « l’ef­fet de l’hé­té­ro­sexua­li­té obli­ga­toire » ou de normes gen­rées (Bem 1995, 59).

Le troi­sième groupe d’ar­gu­ments de la néga­tion du sexe repose éga­le­ment sur l’i­dée que le sexe est construit par « le pou­voir » et vise à démon­trer que la « bina­ri­té de genre » a été créé par le colo­nia­lisme. Comme nous venons de le voir, la bina­ri­té de genre est un concept issu de la pen­sée de But­ler selon laquelle le genre construit le sexe. En tant que tel, il confond sexe et genre et sug­gère que la per­cep­tion de la dif­fé­rence sexuelle humaine est créée par l’exis­tence de rôles binaires de genre. La pre­mière ver­sion de l’ar­gu­ment concer­nant le rôle du colo­nia­lisme dans la construc­tion du sexe est appa­rue dans le pam­phlet poli­tique Trans­gen­der Libe­ra­tion de Les­lie Fein­berg (1992). L’a­na­lyse de Fein­berg était cen­trée sur sa réa­li­sa­tion du fait que les cultures amé­rin­diennes recon­nais­saient des per­sonnes « bis­pi­ri­tuelles » et hono­raient un type de diver­si­té « sexe/genre » qui a été détruit par la colo­ni­sa­tion euro­péenne. Fein­berg tra­vaillait en même temps que Roth­blatt et Faus­to-Ster­ling et les remer­cie pour leur sou­tien dans son livre Trans­gen­der War­riors (Guer­riers trans­genres) publié en 1996.

Une autre source impor­tante de cet argu­ment est l’ar­ticle de Maria Lugones (2007) « Hete­ro­sexua­lism and the Colonial/Modern Gen­der Sys­tem » (L’hétérosexualisme et le sys­tème de genre colonial/moderne), qui affirme que la « natu­ra­li­sa­tion […] de la dif­fé­rence sexuelle » est un pro­duit du sys­tème qu’elle appelle la « colo­nia­li­té du pou­voir » (195). Le récit de Lugones s’ap­puie sur d’im­por­tantes études qui expliquent com­ment les sys­tèmes de genre patriar­caux occi­den­taux ont été impo­sés aux com­mu­nau­tés autoch­tones au cours de la colo­ni­sa­tion. Cepen­dant, sa pré­ten­tion selon laquelle il s’a­gis­sait d’im­po­ser un « dimor­phisme sexuel » repose sur la sub­somp­tion du sexe au genre via la concep­tion but­le­rienne de la bina­ri­té de genre. Nous en voyons une autre illus­tra­tion dans un récent article qui exa­mine « l’im­po­si­tion d’un sexe/genre binaire dans le cadre du pro­jet colo­nia­liste euro­péen » (Cos­tel­lo 2020, nous sou­li­gnons). S’il existe mani­fes­te­ment des cultures pré­sen­tant quelque « troi­sième genre », rien ne prouve que ces socié­tés ne com­prennent pas que les humains sont divi­sés en deux sexes (Joyce 2021, 63)[1]. Une telle lec­ture est pro­duite en pro­je­tant la notion contem­po­raine de l’i­den­ti­té trans — conjoin­te­ment à l’idée selon laquelle le genre construit le sexe — sur d’autres cultures et d’autres his­toires. Elle est donc anhis­to­rique et cultu­rel­le­ment impérialiste.

Une critique féministe matérialiste radicale de la négation du sexe

Les cri­tiques expo­sées ici se fondent sur ma pers­pec­tive de fémi­niste maté­ria­liste radi­cale. Le fémi­nisme maté­ria­liste radi­cal syn­thé­tise une ana­lyse maté­ria­liste de l’ex­ploi­ta­tion des femmes avec une ana­lyse fémi­niste radi­cale de l’in­fra­struc­ture cultu­relle, psy­cho­lo­gique et onto­lo­gique de la domi­na­tion mas­cu­line. Le patriar­cat est ici com­pris comme un sys­tème d’op­pres­sion basé sur le sexe, dans lequel les hommes, en tant que classe, béné­fi­cient de l’ex­ploi­ta­tion du corps et du tra­vail des femmes, en tant que classe. Pour le fémi­nisme maté­ria­liste radi­cal, le patriar­cat est un sys­tème socio­cul­tu­rel qui s’est for­mé au cours de la tran­si­tion vers les socié­tés agraires et qui repose sur la conver­sion du corps et du tra­vail des femmes en une res­source exploi­table. L’op­pres­sion des femmes s’organise ini­tia­le­ment autour de leurs capa­ci­tés repro­duc­tives, étant don­né que ce sont ces capa­ci­tés qui per­mettent qu’elles soient trans­for­mées en res­source repro­duc­tive. L’op­pres­sion des femmes n’est cepen­dant pas déter­mi­née bio­lo­gi­que­ment par ces capa­ci­tés : le sys­tème socio­cul­tu­rel qui traite les femmes comme une res­source appro­priable n’est pas une néces­si­té mais une contin­gence his­to­rique. C’est pour­quoi le rejet du déter­mi­nisme bio­lo­gique n’implique pas d’af­fir­mer que l’op­pres­sion des femmes n’est pas liée au fait qu’elles sont des femelles (Jones 2021).

Mon ana­lyse maté­ria­liste radi­cale de l’in­fra­struc­ture cultu­relle, psy­cho­lo­gique et onto­lo­gique de la domi­na­tion mas­cu­line dérive d’une syn­thèse du fémi­nisme radi­cal et de l’é­co­fé­mi­nisme, ain­si que du fémi­nisme psy­cha­na­ly­tique et décons­truc­tion­niste fran­çais. Le genre patriar­cal est un sys­tème qui per­pé­tue la domi­na­tion mas­cu­line en pos­tu­lant un sujet mas­cu­lin par défaut, tan­dis que l’i­mage de la « femme en tant qu’autre » est créée par pro­jec­tion mas­cu­line, d’une manière qui sert les inté­rêts mas­cu­lins. Le sujet mas­cu­lin par défaut s’at­tri­bue toutes les carac­té­ris­tiques qu’il consi­dère comme « pro­pre­ment » humaines, et construit, en néga­tif, et en tant qu’autre, une pro­jec­tion gen­rée de ce qu’est la femme. La mas­cu­li­ni­té patriar­cale est ain­si asso­ciée à l’esprit/la raison/l’idée/la culture, tan­dis que les carac­té­ris­tiques déva­lo­ri­sées du corps/de l’émotion/de la matière/de la nature sont attri­buées au fémi­nin. Cette déva­lua­tion hié­rar­chique consti­tue un élé­ment essen­tiel de l’ap­pa­reil cultu­rel qui faci­lite l’ef­fa­ce­ment et l’ap­pro­pria­tion du corps des femmes et l’ex­ploi­ta­tion his­to­ri­que­ment conco­mi­tante de la terre. Selon Luce Iri­ga­ray et de nom­breuses pen­seuses éco­fé­mi­nistes, le posi­tion­ne­ment de la femme en tant qu’autre est donc lié à un sys­tème de pen­sée phi­lo­so­phique qui valo­rise l’es­prit au détri­ment du corps, l’i­dée au détri­ment de la matière et la culture au détri­ment de la nature.

Ce type d’i­déa­lisme phi­lo­so­phique s’exprime de la manière la plus signi­fi­ca­tive dans la théo­rie pla­to­ni­cienne des formes, qui influence encore les hypo­thèses contem­po­raines de nom­breuses per­sonnes sur le fonc­tion­ne­ment des concepts. Dans l’essentialisme pla­to­ni­cien, les concepts dépendent de simi­li­tudes et de dif­fé­rences abso­lues. Les membres d’une caté­go­rie par­ti­cu­lière doivent tous par­ta­ger exac­te­ment les mêmes carac­té­ris­tiques « essen­tielles » et être abso­lu­ment dif­fé­ren­ciés des membres d’autres caté­go­ries. Si les argu­ments de la néga­tion du sexe se pré­tendent sou­vent « anti-essen­tia­listes », ils pré­sup­posent pour­tant que les concepts doivent fonc­tion­ner sur la base d’es­sences par­fai­te­ment iden­tiques et que, par consé­quent, par inver­sion, les ano­ma­lies ou les cas limites prouvent qu’un concept ne ren­voie à aucune réa­li­té empi­rique et consti­tue donc un arte­fact « arbi­traire » du pou­voir. Il s’a­git donc d’une croyance idéa­liste selon laquelle la caté­go­ri­sa­tion humaine maté­ria­lise le monde. En réa­li­té, vous pou­vez jouer avec les concepts de « mâle » et de « femelle » autant que vous le sou­hai­tez, les orga­nismes mâles et femelles conti­nue­ront d’exis­ter. L’as­su­jet­tis­se­ment de la réa­li­té maté­rielle à la sou­ve­rai­ne­té impé­rieuse des concepts humains repré­sente, dans une pers­pec­tive maté­ria­liste radi­cale, une simple expres­sion de la struc­ture de la domi­na­tion patriar­cale : une mani­fes­ta­tion des hypo­thèses onto­lo­giques idéa­listes qui faci­litent l’as­su­jet­tis­se­ment et l’ap­pro­pria­tion de la matière et de la terre, ain­si que l’ex­ploi­ta­tion du corps et des capa­ci­tés repro­duc­tives des femmes.

En gar­dant cela à l’es­prit, nous allons main­te­nant cri­ti­quer les dif­fé­rents argu­ments de la néga­tion du sexe. Comme nous l’a­vons vu, l’ar­gu­ment selon lequel le sexe serait un conti­nuum repose sur l’instrumentalisation des per­sonnes atteintes de condi­tions « inter­sexes » — on parle aus­si de DSD (Disor­der [ou Dif­fe­rence] of Sex Deve­lop­ment, soit « désordre [ou dif­fé­rence] du déve­lop­pe­ment sexuel »). Il est sou­vent étayé par des affir­ma­tions exa­gé­rées concer­nant l’in­ci­dence des DSD, que Faus­to-Ster­ling (1993, 21) a d’a­bord esti­mée à 4 %, puis rame­née à 1,7 % (Bla­ck­less et al. 2000), puis à 0,4 % (Hull et Faus­to-Ster­ling 2003). Comme Hil­ton et Wright l’ex­pliquent dans ce volume, l’in­ci­dence des DSD a été esti­mée à 0,018 % par Leo­nard Sax (2002). Hull (2005) a attri­bué la sur­es­ti­ma­tion de l’in­ci­dence des DSD par Faus­to-Ster­ling à une « phi­lo­so­phie […] trop enra­ci­née dans la décou­verte de taux rela­ti­ve­ment éle­vés de non-dimor­phisme sexuel » (68).

Faus­to-Ster­ling (2000b) s’in­ves­tit dans cette « décou­verte » parce qu’elle se consi­dère en lutte contre le « monde bio­lo­gique pla­to­ni­cien et idéa­li­sé », dans lequel « les êtres humains sont divi­sés en deux types : une espèce donc par­fai­te­ment dimor­phique » (19–20). Ce qui illustre et confirme le fait que des hypo­thèses pla­to­ni­ciennes sous-tendent l’idéologie de la néga­tion du sexe. Faus­to-Ster­ling s’imagine réfu­ter le pla­to­nisme, alors même que son argu­ment repose sur l’hy­po­thèse selon laquelle les dif­fé­rences empi­riques signi­fi­ca­tives entre « deux types » doivent se mani­fes­ter avec une régu­la­ri­té abso­lu­ment « par­faite ». La lit­té­ra­ture de la néga­tion du sexe est truf­fée d’affirmations telles que « la dis­tinc­tion phy­sique entre les hommes et les femmes n’est pas abso­lue » (Whit­tle [1999] 2002, 7) et de remarques comme quoi nous ne pou­vons pas « tra­cer une ligne de démar­ca­tion stricte entre les sexes » (Hines 2020, 709). Dans la réa­li­té, la plu­part des phé­no­mènes empi­riques pré­sentent des cas limites. Nous ne pou­vons pas « tra­cer une ligne par­faite » entre, par exemple, le jour et la nuit ou le chaud et le froid, mais nous n’en concluons pas pour autant qu’il n’existe pas de dis­tinc­tion signi­fi­ca­tive entre eux, que ces concepts ne ren­voient à rien, ou qu’ils ont été créés par « le pou­voir ». Les phé­no­mènes empi­riques pré­sentent géné­ra­le­ment des déli­néa­tions impré­cises. Et les concepts humains fonc­tionnent tou­jours par­fai­te­ment avec des contours flous.

En outre, il n’est pas vrai que, comme l’a affir­mé Whit­tle ([1999] 2002), le sexe humain est « un conti­nuum, avec des carac­té­ris­tiques femelles à une extré­mi­té et mâles à l’autre » (7). Une situa­tion dans laquelle plus de 99 % des per­sonnes se situent à l’un ou l’autre des « extrêmes » et où il n’existe qu’un nombre infime de cas ambi­gus ne cor­res­pond pas à un « conti­nuum ». Il s’a­git d’une dif­fé­rence phy­sique dicho­to­mique avec un petit nombre d’ir­ré­gu­la­ri­tés dues au fait que le sexe résulte d’un pro­ces­sus de déve­lop­pe­ment com­plexe. En outre, si ces voies de déve­lop­pe­ment se carac­té­risent par un très faible degré d’ir­ré­gu­la­ri­té, le déve­lop­pe­ment sexuel humain ne com­prend que deux voies, ayant évo­lué en vue de pro­duire un orga­nisme capable de rem­plir l’une des deux fonc­tions repro­duc­tives. La dif­fé­rence entre les ovaires et les tes­ti­cules n’est pas une ques­tion quan­ti­ta­tive, de degré, mais une dif­fé­rence qua­li­ta­tive, de nature. Chaque struc­ture a évo­lué pour pro­duire l’un des deux types de gamètes néces­saires à la fécon­da­tion dans les règnes végé­tal et ani­mal (Hil­ton et Wright, 2020) .

Il est impor­tant de sou­li­gner ici que le concept de sexe désigne « les deux caté­go­ries prin­ci­pales (mâle et femelle) dans les­quelles […] de nom­breux […] êtres vivants sont divi­sés sur la base de leurs fonc­tions repro­duc­tives » (Oxford English Dic­tio­na­ry ; je sou­ligne). La dis­tinc­tion, chez l’être humain, entre la fonc­tion « peut pro­duire du sperme et insé­mi­ner » et la fonc­tion « peut pro­duire des ovules et tom­ber enceinte » n’est pas une dif­fé­rence de degré. Le sexe désigne la fonc­tion de repro­duc­tion, et la fonc­tion de repro­duc­tion est une dif­fé­rence de nature. La mor­pho­lo­gie sexuelle humaine a évo­lué pour rem­plir des fonc­tions repro­duc­tives par­ti­cu­lières. Le fait que cer­taines per­sonnes ayant une mor­pho­lo­gie par­ti­cu­lière ne puissent pas rem­plir cette fonc­tion en rai­son d’a­no­ma­lies du déve­lop­pe­ment, de mala­dies ou d’ac­ci­dents ne signi­fie pas qu’elles cessent d’appartenir à une des deux caté­go­ries ou qu’elles ne peuvent pas être iden­ti­fiées (Bogar­dus, 2022). Par ailleurs, les indi­vi­dus qui pré­sentent une ambi­guï­té dans leurs carac­té­ris­tiques sexuelles ne relèvent pas d’un troi­sième ou d’un qua­trième type de fonc­tion repro­duc­tive parce qu’il n’existe que deux pos­si­bi­li­tés. En d’autres termes, il n’y a pas « plus de deux sexes ».

Comme nous l’a­vons vu, cer­tains argu­ments de la néga­tion du sexe uti­lisent la sté­ri­li­té humaine pour affir­mer que le « sexe » ne désigne pas la fonc­tion de repro­duc­tion. Cet argu­ment relève éga­le­ment d’un essen­tia­lisme pla­to­ni­cien, c’est-à-dire de l’idée que chaque membre d’une caté­go­rie doit pré­sen­ter toutes les carac­té­ris­tiques essen­tielles de cette caté­go­rie et, par inver­sion, que les ano­ma­lies inva­lident fata­le­ment l’existence d’une caté­go­rie ou qu’elles ne peuvent être caté­go­ri­sées. C’est mani­fes­te­ment faux. Un zèbre albi­nos est un zèbre. Un mug dont l’anse est cas­sée reste iden­ti­fiable en tant que mug. Le fait que les humains soient bipèdes ne devient pas faux parce que cer­tains humains perdent une jambe. Et les uni­jam­bistes sont des êtres humains. Ce type d’er­reur cor­res­pond à une confu­sion entre d’une part des défi­ni­tions post hoc et des théo­ries sur la manière dont nous caté­go­ri­sons, et d’autre part l’exis­tence des choses en elles-mêmes et la manière dont nous caté­go­ri­sons réel­le­ment. Les humains sont remar­qua­ble­ment doués pour la caté­go­ri­sa­tion et remar­qua­ble­ment mau­vais pour expli­quer com­ment ils y par­viennent. Mais notre apti­tude à caté­go­ri­ser est mani­fes­te­ment beau­coup plus com­plexe qu’une simple his­toire pla­to­ni­cienne de dis­tinc­tions par­faites et de pro­prié­tés défi­ni­tion­nelles « essen­tielles ». Autre­ment, nous ne pour­rions pas iden­ti­fier les membres anor­maux des caté­go­ries — ce que nous fai­sons, avec une grande faci­li­té, tout le temps.

Les divers argu­ments selon les­quels le genre pro­duit le sexe amal­gament tous les dif­fé­rences sexuelles dicho­to­miques et les normes sociales liées au genre sous le cadre concep­tuel de la bina­ri­té de genre. Ces argu­ments reposent sur l’ef­fa­ce­ment des dif­fé­rences maté­rielles entre les hommes et les femmes et leur sub­somp­tion sous des normes sociales au moyen de la néga­tion du fait que les humains peuvent conce­voir la réa­li­té du sexe indé­pen­dam­ment du « cadre de pen­sée binaire sur le genre » (But­ler 1990, xxx). La plus frap­pante illus­tra­tion de ce phé­no­mène est le rejet sim­pliste par Kess­ler et McKen­na (1978) de la capa­ci­té humaine à déter­mi­ner le sexe d’autres humains avec un haut degré de fia­bi­li­té sur la base des carac­té­ris­tiques sexuelles secon­daires, au pré­texte que les humains ne seraient pas aus­si sexuel­le­ment dimor­phiques que, par exemple, les paons. L’assertion selon laquelle nous serions la seule espèce ani­male inca­pable de déter­mi­ner le sexe de ses congé­nères sans recou­rir à des indices cultu­rels consti­tue un déni absurde de notre évo­lu­tion bio­lo­gique et une forme poli­ti­que­ment sus­pecte d’ex­cep­tion­na­lisme humain. En outre, le fait que nous ayons déve­lop­pé des tech­niques chi­rur­gi­cales et que nous les ayons uti­li­sées de manière dou­teuse pour « assi­gner » un sexe à des enfants pré­sen­tant des organes géni­taux ambi­gus ne consti­tue pas, comme le pré­tend Faus­to-Ster­ling (2000a), une « his­toire lit­té­rale » de la « construc­tion sociale » de toute dési­gna­tion de sexe. Comme nous l’a­vons vu, la grande majo­ri­té des bébés humains naissent sans équi­voque de sexe mas­cu­lin ou fémi­nin. Leur sexe est alors consta­té sur la base de l’ob­ser­va­tion de leurs organes géni­taux, puis enregistré.

L’ar­gu­ment de But­ler (1990) repose fon­da­men­ta­le­ment sur un amal­game entre le sexe et le genre et, à la suite de Fou­cault, sur l’hypo­thèse selon laquelle le concept de sexe inclut « le sexe, le genre » et « le désir » (xxxi). Il est exact que la culture occi­den­tale patriar­cale n’a conçu, de manière nor­ma­tive, que deux rôles de genre, qui découlent « natu­rel­le­ment » du sexe et se conforment à l’un des deux rôles dans l’appariement hété­ro­sexuel. Mais cela ne signi­fie pas que le concept du sexe contient intrin­sè­que­ment des hypo­thèses patriar­cales et hété­ro­nor­ma­tives sur le genre ou que ces hypo­thèses sont bio­lo­gi­que­ment déter­mi­nées par l’exis­tence ou la connais­sance du sexe. S’il existe mani­fes­te­ment une zone limi­nale d’in­te­rac­tion entre le sexe et le genre, il s’a­git néan­moins de concepts ana­ly­ti­que­ment dif­fé­rents. Et s’il est tout à fait rai­son­nable de par­ler de la construc­tion des rôles de genre et de leur rela­tion avec la sexua­li­té, il est beau­coup moins rai­son­nable de sou­te­nir, comme le fait But­ler, que la régu­la­ri­té de la dif­fé­rence sexuelle humaine est « aus­si construite » que le genre. Dans Trouble dans le genre, But­ler (1990) ne four­nit aucun argu­ment cohé­rent à l’appui de cette asser­tion. Elle fonde son ana­lyse sur l’assimilation fou­cal­dienne entre bio­lo­gie, com­por­te­ment et sexua­li­té et, de là, se demande si le sexe n’est pas « tou­jours déjà du genre » et si, par consé­quent, « la dis­tinc­tion entre les deux » n’est pas caduque (9–10).

Il s’a­git de rhé­to­rique dégui­sée en démons­tra­tion phi­lo­so­phique (une tech­nique but­lé­rienne cou­rante) — et d’une idée mani­fes­te­ment cir­cu­laire. Par­tir du prin­cipe que le concept de sexe contient le concept de genre, ce n’est pas l’a­voir démon­tré. Dans Ces corps qui comptent, But­ler (1993) tente de jus­ti­fier son éli­sion de la maté­ria­li­té du corps en uti­li­sant le type d’ar­gu­ment pla­to­ni­cien dont nous avons déjà par­lé, qui sug­gère qu’une dif­fé­rence empi­rique signi­fi­ca­tive exige une déli­néa­tion par­faite. La « cri­tique modé­rée pour­rait admettre », écrit-elle, « qu’une par­tie du “sexe” est construite, mais qu’une autre ne l’est cer­tai­ne­ment pas, et se trou­ve­rait alors, bien sûr, dans l’o­bli­ga­tion de tra­cer la ligne entre ce qui est construit et ce qui ne l’est pas » (But­ler 1993, 11). Cette affir­ma­tion repose à nou­veau sur l’i­dée selon laquelle la limi­na­li­té inva­lide la pos­si­bi­li­té d’une dif­fé­rence signi­fi­ca­tive. De même que pour la dif­fé­rence entre les hommes et les femmes, je sou­tiens que tel n’est pas le cas (cf. Jones 2018).

Bien qu’il ait été inté­gré à l’argumentaire de la néga­tion du sexe, à l’origine, l’amalgame de But­ler entre sexe et genre est appa­ru dans le contexte de débats fémi­nistes sur la manière de com­prendre la rela­tion entre ces concepts clés. À par­tir des années 1980, les fémi­nistes se sont mon­trées de plus en plus divi­sées concer­nant la dis­tinc­tion entre sexe et genre. Pour cer­taines fémi­nistes socia­listes, la pers­pec­tive du fémi­nisme radi­cal, selon laquelle l’oppression patriar­cale se fonde sur le sexe, était « ahis­to­rique » et bio­lo­gi­que­ment déter­mi­niste. Cette pré­oc­cu­pa­tion a été relayée par des fémi­nistes post-struc­tu­relles telles que Joan Scott (1986), dont l’in­fluent article inti­tu­lé « Gen­der : A Use­ful Cate­go­ry of His­to­ri­cal Ana­ly­sis » (Le genre : une caté­go­rie utile d’a­na­lyse his­to­rique) reje­tait l’i­dée que le patriar­cat découle de « l’ap­pro­pria­tion par les hommes […] du tra­vail repro­duc­tif » au pré­texte que cela « repose sur la seule variable de la dif­fé­rence phy­sique » (34). Pour Scott, l’a­na­lyse fon­dée sur le sexe sup­po­sait « l’an­his­to­ri­ci­té du genre lui-même » et ne pou­vait rendre compte de sa « construc­tion sociale ou cultu­relle » (34).

Il s’a­git là d’un mal­en­ten­du fon­da­men­tal : le genre patriar­cal est un sys­tème de normes et de valeurs cultu­relles qui a été déve­lop­pé afin de per­mettre aux hommes de s’ap­pro­prier les femmes en tant que res­sources repro­duc­tives et sexuelles. En d’autres termes, le genre consti­tue un méca­nisme his­to­rique d’ex­trac­tion de res­sources. Ce méca­nisme ne découle pas par néces­si­té de l’exis­tence de la res­source, de même que le com­merce inter­na­tio­nal du pétrole n’avait pas à décou­ler fata­le­ment de l’exis­tence du pétrole. Ce qui ne signi­fie pas pour autant que le motif de l’ap­pro­pria­tion d’une res­source n’est pas lié à ses pro­prié­tés maté­rielles. Les hommes veulent contrô­ler le corps des femmes parce que les femmes sont des femmes et que les femmes pos­sèdent les capa­ci­tés repro­duc­tives dont les hommes ont besoin pour pro­duire une pro­gé­ni­ture. Le genre patriar­cal est le méca­nisme qui a été déve­lop­pé his­to­ri­que­ment pour per­mettre aux hommes de contrô­ler cette res­source (Jones 2021).

Les fémi­nistes fou­cal­diennes semblent l’i­gno­rer, par­tant du prin­cipe que si le sexe est lié au genre, alors il doit le déter­mi­ner de manière nor­ma­tive. Dans Sex, Gen­der and the Body, Toril Moi (2005) ana­lyse un entre­tien de 1993 dans lequel But­ler sou­tient que le fait d’affirmer la « maté­ria­li­té du corps » implique néces­sai­re­ment « l’imposition dis­cur­sive d’une norme » concer­nant « l’ins­ti­tu­tion sociale de la repro­duc­tion » (41). Toril Moi remarque que But­ler pense appa­rem­ment que si l’on consi­dère que la « dif­fé­rence sexuelle » est liée à « la fonc­tion repro­duc­tive poten­tielle du corps », c’est que l’on « adhère à une idéo­lo­gie sexiste répres­sive » (41). Il s’agit d’une hypo­thèse déter­mi­niste éga­le­ment expri­mée par l’idée selon laquelle croire « qu’il n’existe que deux sexes […] doit être hété­ro­sexiste » (38). Ce type d’hy­po­thèse se mani­feste aus­si dans l’af­fir­ma­tion tran­sac­ti­viste cou­rante selon laquelle qui­conque pense que les femmes sont des femelles est cou­pable de « bioes­sen­tia­lisme » et doit (aus­si) pen­ser que seules les per­sonnes de sexe fémi­nin peuvent se com­por­ter de manière « fémi­nine ». Nous avons semble-t-il affaire à une confu­sion entre l’i­dée phi­lo­so­phique selon laquelle les caté­go­ries humaines fonc­tionnent sur le mode des « essences » pla­to­ni­ciennes (ce qui est faux) et l’u­ti­li­sa­tion fémi­niste du terme « essen­tia­lisme » pour dési­gner le « déter­mi­nisme bio­lo­gique ». Comme l’é­crit Moi : « S’imaginant que par­ler de faits bio­lo­giques, c’est […] par­ler d’es­sences […] de nom­breux post-struc­tu­ra­listes croient que, pour évi­ter le déter­mi­nisme bio­lo­gique, il faut adhé­rer au nomi­na­lisme phi­lo­so­phique », ce qui est « mani­fes­te­ment absurde » (43). Toril Moi note en outre qu’il n’y a « aucune rai­son valable de sup­po­ser » que qui­conque affirme la réa­li­té maté­rielle du sexe fait preuve d’« essen­tia­lisme dans le mau­vais sens poli­tique du terme » (36). En effet, « pour évi­ter le déter­mi­nisme bio­lo­gique, il suf­fit de reje­ter l’idée selon laquelle les faits bio­lo­giques jus­ti­fient les valeurs sociales » (43).

Tou­te­fois, étant don­né que les fémi­nistes fou­cal­diennes partent du prin­cipe que les faits rela­tifs au sexe bio­lo­gique créent néces­sai­re­ment des normes sociales gen­rées, elles en concluent que le seul moyen d’é­vi­ter le déter­mi­nisme bio­lo­gique consiste à nier l’exis­tence de faits bio­lo­giques et à les sub­su­mer sous la construc­tion sociale du genre. Ce rai­son­ne­ment est mani­feste dans toute la lit­té­ra­ture de la néga­tion du sexe, qui sou­tient sou­vent très expli­ci­te­ment qu’elle a pour objec­tif l’effacement des conven­tions et des hié­rar­chies sociales liées au genre. Comme l’é­crivent Kess­ler et McKen­na (1978), « une fois qu’une dicho­to­mie phy­sique a été construite, il est presque impos­sible d’é­li­mi­ner les dicho­to­mies socio­lo­giques et psy­cho­lo­giques » (164). Elles pour­suivent, dans un pas­sage qui mérite d’être cité longuement :

« Tant que les caté­go­ries femelle et mâle se pré­sen­te­ront aux gens dans la vie quo­ti­dienne comme des faits phy­siques externes, objec­tifs, dicho­to­miques, il y aura des recherches scien­ti­fiques et naïves de dif­fé­rences et des dif­fé­rences seront trou­vées. Là où il y a des dicho­to­mies, il est dif­fi­cile d’é­vi­ter d’examiner l’une par rap­port à l’autre, ce qui consti­tue une base solide pour la dis­cri­mi­na­tion et l’op­pres­sion. Tant que le genre, dans toutes ses mani­fes­ta­tions, y com­pris phy­siques, ne sera pas consi­dé­ré comme une construc­tion sociale, il ne sera pas pos­sible d’a­gir pour chan­ger radi­ca­le­ment nos pro­po­si­tions incor­ri­gibles. Les gens doivent être confron­tés à la réa­li­té d’autres pos­si­bi­li­tés ain­si qu’à la pos­si­bi­li­té d’autres réa­li­tés. » (164)

Par « pro­po­si­tions incor­ri­gibles », le jar­gon eth­no­mé­tho­do­lo­gique désigne cer­taines hypo­thèses de base ou « axiomes incon­tes­tables » (4) sur le monde, dont la plus fon­da­men­tale, nous disent Kess­ler et McKen­na, est « la croyance que le monde existe indé­pen­dam­ment de notre pré­sence, et que les objets ont une réa­li­té indé­pen­dante et une iden­ti­té constante » (4). Il s’a­git là d’une admis­sion sur­pre­nante de la mesure dans laquelle le déni du sexe se fonde sur le rejet idéa­liste d’un monde maté­riel exis­tant par-delà notre propre cog­ni­tion. Bien qu’il s’a­gisse d’une forme absurde de solip­sisme nar­cis­sique, ce type de construc­ti­visme radi­cal a quelque chose d’ex­trê­me­ment sédui­sant. D’abord, aux yeux de certain·es, il peut paraître d’une extra­or­di­naire sophis­ti­ca­tion, par contraste avec la croyance pré­ten­du­ment « naïve » ou « sim­pliste » selon laquelle nos concepts sai­sissent des phé­no­mènes réels (à un degré ou à un autre). Ensuite, il semble offrir la pos­si­bi­li­té d’un chan­ge­ment social entiè­re­ment contrô­lé par les idéaux humains, affran­chi de toute limite natu­relle ou matérielle.

Faus­to-Ster­ling (2000a), par exemple, indique clai­re­ment que son enga­ge­ment à « remettre en ques­tion les idées concer­nant la divi­sion mâle/femelle » (79) est moti­vé par la vision d’un « monde où les sexes se sont mul­ti­pliés » et où « toutes ces oppo­si­tions […] seront dis­soutes au motif qu’elles sont sources de divi­sion » (1993, 24). De la même manière, les « pion­niers du genre » (gen­der­pio­neers) de Roth­blatt (1992) nous libé­re­ront de « la fic­tion per­ni­cieuse des classes sépa­rées de mâles et de femelles […] avec les rôles de genre sépa­rés qui y sont asso­ciés […] qui a été par­ti­cu­liè­re­ment injuste pour les femmes depuis des temps immé­mo­riaux » (268). But­ler dédie la pré­face de 1999 de Trouble dans le genre à la « lutte col­lec­tive » visant à mul­ti­plier « les pos­si­bi­li­tés de vivre leur vie pour celles et ceux qui vivent, ou essaient de vivre, leurs sexua­li­tés dans les marges » (xxviii). Sa pré­oc­cu­pa­tion prin­ci­pale n’est donc pas l’op­pres­sion des femmes. Cela n’a rien de pro­blé­ma­tique en soi — cha­cun a le droit de s’in­té­res­ser aux causes poli­tiques qui lui tiennent le plus à cœur. Le pro­blème, c’est que cet ouvrage de But­ler est pro­ba­ble­ment le texte de réfé­rence du fémi­nisme de la troi­sième vague et qu’il a géné­ré une cen­sure nor­ma­tive mas­sive de l’a­na­lyse maté­ria­liste de l’op­pres­sion des femmes au sein du fémi­nisme.

En effet, toutes ces élu­cu­bra­tions ont des impli­ca­tions tota­li­taires. Car si le déni du sexe est le seul moyen de nous libé­rer des hié­rar­chies oppres­sives, alors toute per­sonne affir­mant la réa­li­té maté­rielle du sexe ne sau­rait être moti­vée que par le désir de per­pé­tuer cette oppres­sion. Dans les cercles « pro­gres­sistes », cela a contri­bué à la for­ma­tion du cadre dis­ci­pli­naire uti­li­sé pour jus­ti­fier la dif­fa­ma­tion géné­ra­li­sée des fémi­nistes cri­tiques du genre, qui sont sou­vent accu­sées, sans preuve, d’être des agents « pri­vi­lé­giés » du sta­tu quo. Ce que la plu­part des mili­tants de l’i­den­ti­té de genre refusent de réa­li­ser, c’est qu’il existe des per­sonnes hon­nêtes et sou­cieuses de jus­tice qui pensent sim­ple­ment que la néga­tion du sexe est une erreur, que le monde maté­riel existe et qu’il peut être connu avec un haut degré de fia­bi­li­té, et qui consi­dèrent qu’une inter­ven­tion poli­tique effi­cace devrait être basée sur la façon dont le monde fonc­tionne réel­le­ment plu­tôt que sur des sou­haits. Ce qui ne sera jamais admis non plus, c’est que de nom­breuses fémi­nistes sont véri­ta­ble­ment enga­gées dans une ana­lyse maté­ria­liste de l’op­pres­sion des femmes et ne sont pas dis­po­sées à aban­don­ner cette ana­lyse pour une théo­rie qui contre­dit le sens com­mun et qui ne résiste pas au moindre exa­men logique, qui n’est pas en mesure d’ex­pli­quer pour­quoi le genre existe en pre­mier lieu et qui exige que nous croyions tous que l’op­pres­sion patriar­cale s’évaporera dès que nous pré­ten­drons que le sexe n’est pas réel. D’ailleurs, le fait que l’i­déo­lo­gie de l’i­den­ti­té de genre ne résiste pas à l’in­ter­ro­ga­tion explique sans doute en grande par­tie pour­quoi ses défen­seurs s’acharnent tant à dia­bo­li­ser et cen­su­rer leurs critiques.

La der­nière série d’ar­gu­ments de la néga­tion du sexe que nous avons men­tion­née affirme que la bina­ri­té de genre a été créée par le pro­ces­sus de la colo­ni­sa­tion euro­péenne. Comme nous l’a­vons vu, le concept de la bina­ri­té de genre, qui s’est en réa­li­té déve­lop­pé à par­tir des argu­ments but­le­riens selon les­quels le genre construit le sexe, confond la per­cep­tion de la dif­fé­rence sexuelle humaine avec la struc­ture « binaire » du genre patriar­cal. Cet amal­game est un élé­ment néces­saire de ces argu­ments, car s’il est plus que plau­sible de sug­gé­rer que les conven­tions patriar­cales occi­den­tales ont modi­fié les rôles de genre, l’ac­cep­ta­tion de l’ho­mo­sexua­li­té et les struc­tures sociales rela­tives à la non-confor­mi­té au genre, rien ne per­met d’af­fir­mer que les socié­tés amé­rin­diennes, ou toute autre culture pré­sen­tant quelque troi­sième genre, ne per­ce­vaient pas les dif­fé­rences sexuelles bio­lo­giques. L’on pour­rait même consi­dé­rer que sug­gé­rer que les peuples colo­ni­sés étaient inca­pables de déter­mi­ner le sexe des êtres humains et ne com­pre­naient pas les méca­nismes de la repro­duc­tion sexuelle jus­qu’à l’ar­ri­vée des Blancs consti­tue une forme d’aveuglement his­to­rique et un arte­fact de la hié­rar­chie raciale entre peuples « civi­li­sés » et « primitifs ».

Le motif de cet argu­ment me semble en par­tie expli­cable par la struc­ture dis­ci­pli­naire de l’i­déo­lo­gie trans. Convaincre les gens que les humains ne sont pas sexués est assez dif­fi­cile. Si vous pou­vez les per­sua­der que le « sexe » est un arte­fact du supré­ma­cisme blanc et du colo­nia­lisme et qu’il est donc intrin­sè­que­ment raciste, vous ren­for­cez l’at­trait de votre argu­ment aux yeux des per­sonnes qui se consi­dèrent comme pro­gres­sistes. C’est éga­le­ment pour­quoi l’ex­pres­sion « le colo­nia­lisme a inven­té la bina­ri­té de genre » cir­cule dans le dis­cours tran­si­den­ti­taire, de concert avec l’i­dée selon laquelle la com­pré­hen­sion de la réa­li­té du sexe bio­lo­gique est carac­té­ris­tique du « fémi­nisme blanc » (voir par exemple Upadhyay 2021). Une asser­tion for­mu­lée en dépit du fait que de nom­breuses femmes noires rejettent éga­le­ment la néga­tion du sexe, qu’il s’a­gisse de célé­bri­tés comme Chi­ma­man­da Ngo­zi Adi­chie ou d’ac­ti­vistes notables de la cri­tique du genre comme Alli­son Bai­ley ou Raquel Rosa­rio Sán­chez. Ces récits ne prennent pas non plus en compte le fait que la cri­tique ori­gi­nale de bell hooks (1984) du « fémi­nisme blanc » était axée sur les capi­tu­la­tions des fémi­nistes libé­rales face au patriar­cat capi­ta­liste et n’a­vait abso­lu­ment rien à voir avec la capa­ci­té humaine à recon­naître le sexe.

Ces argu­ments sont éga­le­ment liés à l’in­ter­pré­ta­tion déli­bé­ré­ment erro­née du concept, issu du fémi­nisme noir, de l’« inter­sec­tion­na­li­té » qui per­met, à juste titre, de sou­li­gner la manière dont le fémi­nisme uni­ver­sa­lise l’ex­pé­rience des femmes blanches de la classe moyenne lors­qu’il ne tient pas compte des axes de la race et de la classe. Ce qui a mal­heu­reu­se­ment été inter­pré­té comme signi­fiant que le concept même de « femme » ne désigne que la « fémi­ni­té bour­geoise blanche » (un autre amal­game sexe/genre) et que les femmes noires ont été his­to­ri­que­ment exclues de la classe des femmes. Et ce qui a ensuite été uti­li­sé pour pré­tendre que si les femmes noires sont des femmes, alors il en va de même pour les « femmes trans­genres ». Bien qu’elle soit pré­sen­tée comme anti­ra­ciste, cette affir­ma­tion, qui ne signi­fie pas autre chose que « si les femmes noires sont des femmes, alors les hommes sont des femmes », évoque la mas­cu­li­ni­sa­tion his­to­rique des femmes noires et est, en fait, raciste. Les supré­ma­cistes blancs patriar­caux ont peut-être esti­mé que les femmes noires n’étaient pas suf­fi­sam­ment « fémi­nines » pour être consi­dé­rées comme des femmes, mais il n’y a aucune rai­son d’adhé­rer à leur logique. Les femmes noires sont des femelles, et le fait d’être une femelle est la seule qua­li­fi­ca­tion requise pour être une femme. Comme le sou­ligne Lugones, au cours de la colo­ni­sa­tion, les idées de genre ont été inex­tri­ca­ble­ment liées à la hié­rar­chie raciale. Mais « les femmes » ne sont pas « la fémi­ni­té bour­geoise blanche ». Les défi­nir comme telles per­pé­tue un sys­tème de pen­sée raciste, sexiste et classiste.

Conclusion

L’i­déo­lo­gie de l’i­den­ti­té de genre, appa­rue au début des années 1990, repose sur deux com­plexes de croyances : l’« essen­tia­lisme de l’i­den­ti­té de genre » et la « néga­tion du sexe ». Comme nous l’a­vons vu, la néga­tion du sexe repose sur une série d’ar­gu­ments, déve­lop­pés au cours des cin­quante der­nières années, qui pré­tendent que le sexe est un conti­nuum, qui confondent le sexe et le genre et qui consi­dèrent la per­cep­tion du dimor­phisme sexuel humain comme un arte­fact his­to­rique et oppres­sif du pou­voir. Nous avons explo­ré l’his­toire de la néga­tion du sexe pour com­prendre com­ment ces argu­ments tentent de repré­sen­ter le sexe comme une construc­tion his­to­rique et avons consta­té qu’ils ne résistent pas à un exa­men empi­rique ou logique. Tan­dis que la néga­tion du sexe contem­po­raine s’imagine conforme à la cri­tique tra­di­tion­nelle de l’i­déo­lo­gie en « dévoi­lant » la façon dont des normes his­to­riques se pré­sentent comme « natu­relles », elle en consti­tue en fait une inver­sion dis­tinc­tive visant à convaincre les gens qu’un méca­nisme bio­lo­gique évo­lué, vieux de plu­sieurs mil­liards d’an­nées, serait en fait une construc­tion his­to­rique récente, sus­ci­tée par des motifs poli­tiques clairs.

Les fémi­nistes maté­ria­listes radi­cales, en revanche, conservent la dis­tinc­tion éta­blie par le fémi­nisme de la deuxième vague entre la réa­li­té maté­rielle du sexe et la construc­tion cultu­relle du genre. Nous sou­te­nons que l’as­su­jet­tis­se­ment des femmes aux normes sociales et aux valeurs cultu­relles du genre patriar­cal est un déve­lop­pe­ment his­to­rique visant à conver­tir les capa­ci­tés repro­duc­tives et le tra­vail domes­tique des femmes en une res­source appro­priable. Si la manière dont les humains orga­nisent socia­le­ment la repro­duc­tion et le tra­vail repro­duc­tif au sens large est his­to­ri­que­ment contin­gente et sus­cep­tible d’être trans­for­mée, le sexe n’est pas un arte­fact his­to­rique. Étant don­né que les fémi­nistes maté­ria­listes radi­cales pensent que l’op­pres­sion des femmes est fon­dée sur l’ap­pro­pria­tion maté­rielle du corps et du tra­vail des femmes, nous ne pen­sons pas qu’elle puisse être cor­ri­gée en jouant sim­ple­ment avec nos concepts ou en décré­tant l’i­nexis­tence du sexe. Un monde plus juste pour les femmes exige plu­tôt une trans­for­ma­tion maté­rielle des condi­tions du tra­vail domes­tique et repro­duc­tif des femmes. La néga­tion du sexe entrave cette trans­for­ma­tion en effa­çant les concepts néces­saires pour décrire l’op­pres­sion des femmes et s’or­ga­ni­ser poli­ti­que­ment pour la com­battre. Elle n’est donc pas dans l’in­té­rêt maté­riel des femmes en tant que classe de sexe.

Jane Clare Jones

Tra­duc­tion : Nico­las Casaux


Réfé­rences

Ains­worth, Claire. 2015. ‘Sex Rede­fi­ned.’ Nature 518, pp. 288–291. https://doi.org/10.1038/518288a

Bem, San­dra Lip­sitz. 1995. ‘Dis­mant­ling Gen­der Pola­ri­za­tion and Com­pul­so­ry Hete­ro­sexua­li­ty : Should We Turn the Volume Down Or Up?’ Jour­nal of Gen­der Stu­dies 17(2). Avai­lable at https://www.digitaltransgenderarchive.net/files/h702q645g

Bla­ck­less, Mela­nie, et al. 2000. ‘How Sexual­ly Dimor­phic Are We?,’ Ame­ri­can Jour­nal of Human Bio­lo­gy, Mar 12(2), pp.151–166. https://doi.org/10.1002/(SICI)1520–6300(200003/04)12:2<151::AID-AJHB1>3.0.CO;2‑F

Bogar­dus, Tomas. 2022. ‘How Our Shoes Can Help Explain the Bio­lo­gy of Sex.’ Reality’s Last Stand, August 9. https://www.realityslaststand.com/p/how-our-shoes-can-help-explain-the

But­ler, Judith. 1990. Gen­der Trouble : Femi­nism and the Sub­ver­sion of Iden­ti­ty. New York and Lon­don : Rout­ledge Classics.

But­ler, Judith. 1993. Bodies that Mat­ter : On the Dis­cur­sive Limits of ‘Sex.’ New York and Lon­don : Routledge.

Burns, Chris­tine. 1998. ‘Fourth Column Revo­lu­tio­na­ry.’ Press for Change Blog, Janua­ry 10. Avai­lable at https://www.webarchive.org.uk/wayback/archive/20060124120000/http://www.pfc.org.uk/gendrpol/4th-col.htm

Cos­tel­lo, Cary Gabriel. 2020. ‘Beyond Bina­ry Sex and Gen­der Ideo­lo­gy.’ In The Oxford Hand­book of the Socio­lo­gy of Body and Embo­di­ment, edi­ted by Nata­lie Boe­ro and Kathe­rine Mason, pp. 199–220. Oxford : Oxford Uni­ver­si­ty Press. Abs­tract avai­lable at https://www.oxfordhandbooks.com/view/10.1093/oxfordhb/9780190842475.001.0001/oxfordhb-9780190842475-e-14

Faus­to-Ster­ling, Anne. 1993. ‘The Five Sexes : Why Male and Female are Not Enough.’ The Sciences, March/April, 33(2), pp. 20–24.

Faus­to-Ster­ling, Anne. 2000a. Sexing the Body : Gen­der Poli­tics and the Construc­tion of Sexua­li­ty. New York : Per­seus Books.

Faus­to-Ster­ling, Anne. 2000b. ‘The Five Sexes Revi­si­ted.’ The Sciences, July/August, 40(4), pp. 18–23.

Fein­berg, Les­lie. 1992. Trans­gen­der Libe­ra­tion : A Move­ment Whose Time Has Come. New York : World View Forum

Fein­berg, Les­lie. 1996. Trans­gen­der War­riors : Making His­to­ry from Joan of Arc to Den­nis Rod­man. Bos­ton : Bea­con Press.

Fou­cault, Michel. 1978. The His­to­ry of Sexua­li­ty, Volume 1. New York : Pan­theon Books.

Fou­cault, Michel. 1994. ‘Nietzsche, Genea­lo­gy, His­to­ry.’ In Aes­the­tics, Method, and Epis­te­mo­lo­gy : Essen­tial Works of Fou­cault 1954–1984, pp. 369–391. Lon­don : Pen­guin Classics.

Heg­gie, Vanes­sa. 2015. ‘Nature and Sex Rede­fi­ned – We Have Never Been Bina­ry.’ The Guar­dian, 19 Februa­ry. Avai­lable at https://www.theguardian.com/science/the-h-word/2015/feb/19/nature-sex-redefined-we-have-never-been-binary

Hil­ton Emma N., and Colin M. Wright. 2020. ‘The Dan­ge­rous Denial of Sex.’ Wall Street Jour­nal, Februa­ry 13. Avai­lable at https://www.wsj.com/articles/the-dangerous-denial-of-sex-11581638089

Hines, Sal­ly. 2019. “Spoi­ler : So to conclude, …’ Twit­ter, April 2. https://twitter.com/sally_hines/status/1113072399304527872?s=20

Hines, Sal­ly. 2020. ‘Sex Wars and (Trans) Gen­der Panics : Iden­ti­ty and Body Poli­tics in Contem­po­ra­ry UK Femi­nism.’ The Socio­lo­gi­cal Review Mono­graphs, 68(4), pp. 699–717.

hooks, bell. 1984. Femi­nist Theo­ry : From Mar­gin to Cen­ter. Bos­ton, MA : South End Press.

Hub­bard, Ruth. 1996. ‘Gen­der and Geni­tals : Constructs of Sex and Gen­der.’ Social Text (46/47), pp. 157–165.

Hull, Car­rie. 2005. The Onto­lo­gy of Sex. Lon­don and New York : Routledge.

Hull, Car­rie, and Faus­to-Ster­ling, A., 2003. ‘Res­ponse to : How Sexual­ly Dimor­phic Are We ? Review and Syn­the­sis.’ Ame­ri­can Jour­nal of Human Bio­lo­gy 15(1), pp. 112–115.

Jones, Jane Clare. 2018. ‘Post-struc­tu­ra­lism, But­ler and Bodies Part III : All that trouble with gen­der.’ Jane Clare Jones, July 18. Avai­lable at www.janeclarejones.com/2018/07/18/part‑3-all-that-trouble-with-gen­der/. Reprin­ted in Jane Clare Jones, The Annals of the TERF-Wars and Other Wri­ting. 2022. Willing­don, East Sus­sex : Radi­cal Notion Publishing.

Jones, Jane Clare. 2020. ‘A Brief His­to­ry of Trans­gen­der Ideo­lo­gy.’ Appen­dix to The Poli­ti­cal Era­sure of Sex. Uni­ver­si­ty of Oxford and Woman’s Place UK. Avai­lable at https://thepoliticalerasureofsex.org/

Jones, Jane Clare. 2021. ‘Woman as Resource : Towards a Radi­cal Mate­ria­list Femi­nism.’ The Radi­cal Notion, 3, pp. 4–12.

Jones, Jane Clare, and Lisa Mac­ken­zie. 2020. The Poli­ti­cal Era­sure of Sex : Sex and the Cen­sus. Uni­ver­si­ty of Oxford and Woman’s Place UK. Avai­lable at https://thepoliticalerasureofsex.org/

Joyce, Helen. 2021. Trans : When Ideo­lo­gy Meets Rea­li­ty. Lon­don : One­world Books.

Kess­ler, Suzanne J. 1990. ‘The Medi­cal Construc­tion of Gen­der : Case Mana­ge­ment of Inter-sexed Infants.’ Signs 16(1), pp. 3–26.

Kess­ler, Suzanne J and Wen­dy McKen­na. 1978. Gen­der : An Eth­no­me­tho­do­lo­gi­cal Approach. Chi­ca­go and Lon­don : The Uni­ver­si­ty of Chi­ca­go Press.

Lugones, Maria. 2007. ‘Hete­ro­sexua­lism and the Colonial/Modern Gen­der Sys­tem.’ Hypa­tia 2(1), pp. 186–209.

Moi, Toril. 2005. Sex, Gen­der and the Body : The Student Edi­tion of ‘What is a Woman?’ Oxford : Oxford Uni­ver­si­ty Press.

Mur­ray, Kath and Lucy Hun­ter Black­burn. 2019. ‘Losing Sight of Women’s Rights : The Unre­gu­la­ted Intro­duc­tion of Gen­der Self-Iden­ti­fi­ca­tion as a Case Stu­dy of Poli­cy Cap­ture in Scot­land.’ Scot­tish Affairs, 28(3), pp. 262–289. https://www.euppublishing.com/doi/full/10.3366/scot.2019.0284

Oxford English Dic­tio­na­ry. 1989. ‘Woman.’ Avai­lable online at https://www.oed.com/oed2/00286737

Roth­blatt, Mar­tine (as Mar­la Aspen). 1992. ‘Report of the Health Law Com­mit­tee.’ In Pro­cee­dings of the First Inter­na­tio­nal Confe­rence on Trans­gen­der Law and Employ­ment Poli­cy, pp. 245–275. Hous­ton, TX : Inter­na­tio­nal Confe­rence on Trans­gen­der Law and Employ­ment Poli­cy. Avai­lable at https://www.digitaltransgenderarchive.net/files/bc386j278

Roth­blatt, Mar­tine. 1993. ‘Second Report on the Health Law Pro­ject.’ In Pro­cee­dings of the Second Inter­na­tio­nal Confe­rence on Trans­gen­der Law and Employ­ment Poli­cy, Appen­dix 5, pp. A5‑1–A5-16. Hous­ton, TX Inter­na­tio­nal Confe­rence on Trans­gen­der Law and Employ­ment Poli­cy. Avai­lable at https://www.digitaltransgenderarchive.net/files/gq67jr234

Roth­blatt, Mar­tine. 1994. ‘Your Heath Report Pro­ject.’ In Pro­cee­dings of the Third Inter­na­tio­nal Confe­rence on Trans­gen­der Law and Employ­ment Poli­cy, pp. 107–117. Hous­ton, TX : Inter­na­tio­nal Confe­rence on Trans­gen­der Law and Employ­ment Poli­cy. Avai­lable at https://www.digitaltransgenderarchive.net/files/kw52j810t

Roth­blatt, Mar­tine. 1995. ‘The Apar­theid of Sex’ at ‘Key­note Lun­cheon.’ In Pro­cee­dings of the Fourth Inter­na­tio­nal Confe­rence on Trans­gen­der Law and Employ­ment Poli­cy, pp. 33–41. Hous­ton, TX : Inter­na­tio­nal Confe­rence on Trans­gen­der Law and Employ­ment Poli­cy. Avai­lable at https://www.digitaltransgenderarchive.net/files/kw52j813n

Sax, Leo­nard. 2002. ‘How Com­mon Is lnter­sex ? A Res­ponse to Anne Faus­to-Ster­ling.’ Jour­nal of Sex Research 39(3), pp. 174–178. https://doi.org/10.1080/00224490209552139

Scott, Joan. (1986) 1988. ‘Gen­der : A Use­ful Cate­go­ry of His­to­ri­cal Ana­ly­sis’ [reprint]. In Gen­der and the Poli­tics of His­to­ry, pp. 28–50. New York : Colum­bia Uni­ver­si­ty Press.

Sto­ne­wall. 2022. ‘About Us.’ Avai­lable at https://www.stonewall.org.uk/about-us. Acces­sed on Janua­ry 16, 2022.

Upadhyay, Nishant. 2021. ‘Colo­nia­li­ty of White Femi­nism and Its Trans­pho­bia : A Com­ment on Burt.’ Femi­nist Cri­mi­no­lo­gy 16(4), pp. 539–544. https://doi.org/10.1177/1557085121991337

Whit­tle, Ste­phen. (1999) 2002. ‘Disem­bo­died Law.’ In Res­pect and Equa­li­ty : Trans­sexual and Trans­gen­der Rights, pp. 1–18. Lon­don : Caven­dish Publishing.

Yogya­kar­ta 2017. ‘The Yogya­kar­ta Prin­ciples Plus 10.’ Avai­lable at https://yogyakartaprinciples.org/wp-content/uploads/2017/11/A5_yogyakartaWEB‑2.pdf

  1. On sou­li­gne­ra que la concep­tion d’un « troi­sième genre » repose néces­sai­re­ment sur la com­pré­hen­sion du fait qu’il existe deux sexes. C’est parce qu’elles com­pre­naient très bien qu’il existe deux sexes et qu’elles assi­gnaient des attri­buts par­ti­cu­liers à cha­cun d’entre eux que ces cultures ont pu conce­voir des « troi­sièmes genres » : des per­sonnes d’un sexe adop­tant les attri­buts tra­di­tion­nel­le­ment assi­gnés à l’autre. NdT
Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les sports populaires à l’âge de la machine : contrôler, distraire et stimuler les foules (par Lewis Mumford)

Il y a toutefois dans la civilisation moderne toute une série de fonctions compensatrices qui, loin de rendre possible une meilleure intégration, ne servent qu’à stabiliser l’état existant — et qui, en fin de compte, font partie de l’embrigadement même quelles sont censées combattre. La plus importante de ces institutions est sans doute le sport populaire. On peut définir ce genre de sport comme une pièce de théâtre dans laquelle le spectateur importe plus que l’acteur, et qui perd une bonne partie de son sens lorsqu’on joue le jeu pour lui-même. Le sport populaire est avant tout un spectacle.