Hommes chasseurs, femmes cueilleuses : une théorie fausse (par Cara Ocobock et Sarah Lacy)

Illus­tra­tion de femmes chas­seuses de l’An­ti­qui­té sur fond rouge et orange. Cré­dit : Saman­tha Mash

Tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié, en anglais, sur le site du maga­zine Scien­ti­fic Ame­ri­can, le 1er novembre 2023, à l’a­dresse sui­vante.


Même si vous n’êtes pas anthro­po­logue, vous êtes pro­ba­ble­ment déjà tombé·e sur l’une des notions d’anthropologie les plus influentes connue sous l’appellation de L’Homme chas­seur (Man the Hun­ter). Selon cette théo­rie, la chasse fut l’un des prin­ci­paux moteurs de l’é­vo­lu­tion humaine auquel les hommes s’adonnèrent de manière exclu­sive, sans les femmes ; nos ancêtres éta­blirent une divi­sion du tra­vail enra­ci­née dans les dif­fé­rences bio­lo­giques entre hommes et femmes, et les hommes avaient été conçus pour chas­ser et sub­ve­nir aux besoins de la famille, tan­dis que les femmes s’oc­cu­paient des enfants et des tâches domes­tiques. Cette théo­rie sup­pose ain­si que les hommes sont phy­si­que­ment supé­rieurs aux femmes et que la gros­sesse et l’é­du­ca­tion des enfants réduisent ou annulent la capa­ci­té d’une femme à chasser.

La théo­rie de L’Homme chas­seur a régné sur les études de l’é­vo­lu­tion humaine pen­dant près d’un demi-siècle et a impré­gné la culture popu­laire. On la dif­fuse dans les dio­ra­mas des musées, dans les manuels sco­laires, dans les des­sins ani­més du same­di matin et dans les films. Le pro­blème, c’est qu’elle est erronée.

De plus en plus de don­nées issues des sciences des acti­vi­tés phy­siques et spor­tives sug­gèrent que les femmes sont phy­sio­lo­gi­que­ment mieux adap­tées que les hommes aux efforts d’en­du­rance tels que les mara­thons [et ultra­ma­ra­thons et ultra­trails]. Cet avan­tage sou­lève des ques­tions rela­tives à la chasse, car selon une hypo­thèse très répan­due, les pre­miers humains auraient pour­sui­vi leurs proies à pied sur de longues dis­tances jus­qu’à ce que les ani­maux soient épui­sés. En outre, les archives fos­siles et archéo­lo­giques, ain­si que les études eth­no­gra­phiques sur les socié­tés de chasse-cueillette modernes, indiquent que les femmes chassent le gibier depuis long­temps. Nous avons encore beau­coup à apprendre sur les per­for­mances ath­lé­tiques fémi­nines et sur la vie des femmes pré­his­to­riques. Néan­moins, les don­nées dont nous dis­po­sons nous indiquent qu’il est temps d’en­ter­rer L’Homme chas­seur une bonne fois pour toute.

La théo­rie de L’Homme chas­seur par­vint sous le feu des pro­jec­teurs en 1968, lorsque les anthro­po­logues Richard B. Lee et Irven DeVore publièrent Man the Hun­ter, un recueil d’ar­ticles scien­ti­fiques pré­sen­tés lors d’un sym­po­sium orga­ni­sé en 1966 sur les socié­tés contem­po­raines de chasse-cueillette. L’ou­vrage s’ap­puie sur des don­nées eth­no­gra­phiques, archéo­lo­giques et paléoan­thro­po­lo­giques pour sou­te­nir que la chasse fut le moteur de l’é­vo­lu­tion humaine et qu’elle pro­dui­sit des carac­té­ris­tiques sin­gu­lières chez l’homme. « La vie de l’homme en tant que chas­seur a nous a don­né tous les ingré­dients néces­saires à la civi­li­sa­tion : la varia­bi­li­té géné­tique, l’in­ven­ti­vi­té, les sys­tèmes de com­mu­ni­ca­tion vocale, la coor­di­na­tion de la vie sociale », affirme l’an­thro­po­logue William S. Laugh­lin au cha­pitre 33 de l’ou­vrage. Puisque les hommes étaient cen­sés être les seuls à chas­ser, les par­ti­sans de la théo­rie de L’Homme chas­seur ont alors sup­po­sé que les adap­ta­tions évo­lu­tives se mani­fes­taient prin­ci­pa­le­ment chez les hommes, et que les femmes n’é­taient que de pas­sives béné­fi­ciaires de l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en viande et des pro­grès de l’é­vo­lu­tion masculine.

Mais les auteurs de la théo­rie de L’Homme chas­seur igno­rèrent sou­vent les preuves qui allaient à l’en­contre de leurs sup­po­si­tions, quand bien même celles-ci se trou­vaient par­fois dans leur propre cor­pus de don­nées. Par exemple, Hito­shi Wata­nabe se concen­tra sur les don­nées eth­no­gra­phiques concer­nant les Aïnous, une popu­la­tion indi­gène du nord du Japon et des régions avoi­si­nantes. Il consta­ta que les femmes Aïnous chas­saient, sou­vent avec l’aide de chiens, mais ne tint pas compte de ces don­nées dans ses inter­pré­ta­tions, en pré­sen­tant les hommes comme les prin­ci­paux four­nis­seurs de viande. C’est ain­si qu’il pro­je­ta l’i­dée de la supé­rio­ri­té mas­cu­line en matière de chasse sur les Aïnous et sur le passé.

Cette fixa­tion sur la supé­rio­ri­té mas­cu­line était dans l’air du temps, non seule­ment dans le monde uni­ver­si­taire, mais aus­si dans la socié­té en géné­ral. En 1967, l’an­née char­nière entre la confé­rence Man the Hun­ter et la publi­ca­tion du recueil épo­nyme, Kathrine Swit­zer, alors âgée de 20 ans, s’inscrivit au mara­thon de Bos­ton sous le nom de « K. V. Swit­zer » afin de dis­si­mu­ler son sexe. Aucune règle offi­cielle n’in­ter­di­sait aux femmes de par­ti­ci­per à la course ; cela ne se fai­sait tout sim­ple­ment pas. Lorsque les offi­ciels décou­vrirent que Swit­zer était une femme, le direc­teur de la course, Jock Semple [ain­si qu’un autre des orga­ni­sa­teurs], ten­ta de la chas­ser hors du par­cours manu mili­ta­ri en la poussant.

À l’é­poque, un pré­ju­gé pré­ten­dait que les femmes étaient inca­pables d’ac­com­plir une épreuve phy­sique aus­si exi­geante, et que s’y essayer ris­quait de nuire à leurs pré­cieuses capa­ci­tés repro­duc­tives. Les éru­dits qui sou­te­naient le dogme de L’Homme chas­seur s’ap­puyaient sur la croyance en des capa­ci­tés phy­siques limi­tées des femmes ain­si que sur le sup­po­sé far­deau de la gros­sesse et de l’al­lai­te­ment pour affir­mer que seuls les hommes chas­saient. Les femmes avaient des enfants à élever.

Aujourd’­hui, ces pré­ju­gés per­sistent à la fois dans la lit­té­ra­ture scien­ti­fique et dans la conscience popu­laire. Certes, des films tels que Prey, le der­nier volet de la célèbre fran­chise Pre­da­tor et des émis­sions telles que Naked and Afraid, 21 jours pour sur­vivre et Women Who Hunt montrent des femmes qui chassent. Mais les trolls des réseaux sociaux ont vio­lem­ment cri­ti­qué ces repré­sen­ta­tions, les qua­li­fiant de cli­chés poli­ti­que­ment cor­rects au ser­vice d’agendas poli­tiques fémi­nistes. Ils sou­tiennent que les créa­teurs de ces œuvres visent à réécrire l’his­toire de l’é­vo­lu­tion et les rôles socio­sexuels des hommes et des femmes afin de bou­le­ver­ser les sphères sociales « tra­di­tion­nel­le­ment mas­cu­lines ». Les spec­ta­trices et spec­ta­teurs sont en droit de se deman­der si ces repré­sen­ta­tions de femmes chas­seuses ne cher­che­raient pas à rendre le pas­sé plus inclu­sif qu’il ne l’é­tait vrai­ment, ou si les hypo­thèses paléoan­thro­po­lo­giques comme celle de L’Homme chas­seur ne seraient pas plu­tôt des pro­jec­tions sexistes sur le pas­sé. Nos récentes études sur les preuves phy­sio­lo­giques et archéo­lo­giques de l’aptitude à chas­ser et de la divi­sion sexuelle du tra­vail dans l’é­vo­lu­tion humaine répondent à cette question.

Cré­dit : Vio­let Isa­belle Frances pour Bryan Chris­tie Design

[…]

Avant d’entrer dans le vif du sujet […] rap­pe­lons que la majeure par­tie des recherches en phy­sio­lo­gie de l’exer­cice phy­sique, en paléoan­thro­po­lo­gie, en archéo­lo­gie et en eth­no­gra­phie ont his­to­ri­que­ment été menées par des hommes sur des hommes. Par exemple, Ella Smith et ses col­lègues de l’U­ni­ver­si­té catho­lique aus­tra­lienne ont consta­té que seuls 23 % des par­ti­ci­pants aux études sur la nutri­tion et les com­plé­ments ali­men­taires étaient des femmes. Emma Cow­ley, qui tra­vaillait alors à l’u­ni­ver­si­té de Caro­line du Nord à Cha­pel Hill, a consta­té avec ses col­lègues que par­mi les études publiées sur les per­for­mances ath­lé­tiques, seules 6 % por­taient exclu­si­ve­ment sur des femmes, tan­dis que 31 % por­taient exclu­si­ve­ment sur des hommes. Cette énorme dis­pa­ri­té signi­fie que nous en savons encore très peu sur les per­for­mances ath­lé­tiques, l’en­traî­ne­ment et la nutri­tion des femmes, et donc que les entraî­neurs et les pré­pa­ra­teurs spor­tifs se contentent de trai­ter les femmes comme des hommes de petit gaba­rit. Cela signi­fie éga­le­ment qu’une grande par­tie des tra­vaux sur les­quels nous devons nous appuyer pour for­mu­ler nos argu­ments phy­sio­lo­giques sur les chas­seuses pré­his­to­riques se basent sur des recherches por­tant sur de petits échan­tillons humains ou sur des études de ron­geurs. Nous espé­rons que cette situa­tion inci­te­ra la pro­chaine géné­ra­tion de scien­ti­fiques à veiller à ce que les femmes soient davan­tage repré­sen­tées dans ces études. Mais même avec les don­nées limi­tées dont nous dis­po­sons, nous pou­vons mon­trer que L’Homme chas­seur est une théo­rie biai­sée et que les femmes des pre­mières com­mu­nau­tés humaines chas­saient elles aussi.

D’un point de vue bio­lo­gique, il existe des dif­fé­rences indé­niables entre les femmes et les hommes. Lorsque nous dis­cu­tons de ces dif­fé­rences, nous nous réfé­rons géné­ra­le­ment à des moyennes, les médianes d’un groupe par rap­port à un autre. Les moyennes masquent le vaste éven­tail de varia­tions qui existent chez les êtres humains. Par exemple, si les hommes ont ten­dance à être plus grands, à avoir un cœur et des pou­mons plus gros et une masse mus­cu­laire plus impor­tante, beau­coup de femmes se situent dans la four­chette typique des mesures des hommes ; l’in­verse est éga­le­ment vrai.

Dans l’en­semble, les femmes sont méta­bo­li­que­ment mieux adap­tées aux acti­vi­tés d’en­du­rance (comme le mara­thon), tan­dis que les hommes excellent dans les acti­vi­tés courtes, explo­sives et puis­santes (comme l’haltérophilie). [NdT : Et pour­tant, Cara Oco­bock a défen­du Gavin « Lau­rel » Hub­bard, homme tran­si­den­ti­fié en caté­go­rie femme, qui était l’un des meilleurs hal­té­ro­phile de sa dis­ci­pline dans l’archipel en caté­go­rie homme, ayant éta­bli un record natio­nal à 20 ans. À 34 ans, il devient Lau­rel et suit un trai­te­ment hor­mo­nal. À 43 ans, il rem­porte la médaille d’or caté­go­rie femme aux JO de Tokyo devant une jeune samoane de 20 ans, Fea­gai­ga Sto­wers. Il sem­ble­rait que Cara Oco­bock, en dépit de la qua­li­té de ses recherches, soit une véri­table com­pé­ti­trice en dis­so­nance cog­ni­tive.] Cette dif­fé­rence semble être due en grande par­tie aux pou­voirs de l’hor­mone œstrogène.

Cré­dit : Vio­let Isa­belle Frances pour Bryan Chris­tie Design

Étant don­né que le monde du fit­ness ne jure que par les mérites de la tes­to­sté­rone, on vous par­don­ne­rait d’ignorer que les estro­gènes, géné­ra­le­ment pro­duites par les femmes en plus grande quan­ti­té que les hommes, jouent un rôle incroya­ble­ment impor­tant dans les per­for­mances ath­lé­tiques. C’est pour­tant logique d’un point de vue évo­lu­tif. Le récep­teur de l’estrogène — la pro­téine à laquelle l’estrogène se lie pour faire son tra­vail — est très ancien. Joseph Thorn­ton et ses col­lègues de l’u­ni­ver­si­té de Chi­ca­go ont esti­mé qu’il avait entre 1,2 mil­liard et 600 mil­lions d’an­nées, et qu’il était donc deux fois plus vieux que le récep­teur de la tes­to­sté­rone. En plus de contri­buer à la régu­la­tion du sys­tème repro­duc­teur, les estro­gènes influencent le contrôle de la motri­ci­té fine et la mémoire, favo­risent la crois­sance et le déve­lop­pe­ment des neu­rones et contri­buent à pré­ve­nir l’artériosclérose.

Les estro­gènes amé­liorent éga­le­ment le méta­bo­lisme des graisses. Pen­dant l’exer­cice phy­sique, ils encou­ragent l’or­ga­nisme à uti­li­ser les graisses plu­tôt que les glu­cides comme source d’énergie. La graisse contient plus de calo­ries par gramme que les glu­cides, elle brûle donc plus len­te­ment, ce qui peut retar­der la fatigue lors d’une acti­vi­té d’en­du­rance [et de résis­tance]. Non seule­ment les estro­gènes encou­ragent la com­bus­tion des graisses, mais ils favo­risent éga­le­ment un plus grand sto­ckage des graisses dans les muscles – l’aspect « per­sillé » de la viande rouge – ce qui rend l’éner­gie de ces graisses plus faci­le­ment dis­po­nible. L’a­di­po­nec­tine, une autre hor­mone géné­ra­le­ment pré­sente en plus grande quan­ti­té chez les femmes que chez les hommes, amé­liore encore le méta­bo­lisme des graisses tout en éco­no­mi­sant les glu­cides pour une uti­li­sa­tion ulté­rieure, et pro­tège les muscles de la dégra­da­tion. Anne Fried­lan­der et ses col­lègues de l’u­ni­ver­si­té de Stan­ford ont consta­té que les femmes uti­lisent jus­qu’à 70 % de plus de graisses que les hommes pour pro­duire de l’éner­gie pen­dant l’exercice.

En consé­quence, les fibres mus­cu­laires des femmes dif­fèrent de celles des hommes. Les femmes ont plus de fibres mus­cu­laires de type I, ou « à contrac­tion lente », que les hommes. Ces fibres pro­duisent de l’éner­gie len­te­ment en uti­li­sant les graisses. Elles ne sont pas très puis­santes, mais elles mettent long­temps à se fati­guer. Ce sont les fibres mus­cu­laires de l’endurance. Les hommes, en revanche, ont géné­ra­le­ment plus de fibres de type II (« à contrac­tion rapide »), qui uti­lisent les glu­cides pour four­nir une éner­gie rapide et une grande puis­sance, mais qui se fatiguent rapidement.

Ensuite, les femmes ont ten­dance à avoir un plus grand nombre de récep­teurs d’estrogène sur les muscles sque­let­tiques que les hommes. Cette dis­po­si­tion rend ces muscles plus sen­sibles aux estro­gènes, y com­pris à leur effet pro­tec­teur après une acti­vi­té phy­sique. La capa­ci­té des estro­gènes à aug­men­ter le méta­bo­lisme des graisses et à régu­ler la réponse de l’or­ga­nisme à l’in­su­line peut contri­buer à pré­ve­nir la dégra­da­tion des muscles au cours d’un exer­cice phy­sique intense. En outre, les estro­gènes semblent avoir un effet sta­bi­li­sa­teur sur les mem­branes cel­lu­laires qui, autre­ment, pour­raient se rompre en rai­son du stress sévère pro­vo­qué par la cha­leur et l’exer­cice. Les cel­lules rom­pues libèrent des enzymes appe­lées créa­tine kinases, qui peuvent endom­ma­ger les tissus.

[NdT : tout ce que nous pou­vons tirer des don­nées issues des sciences des acti­vi­tés phy­siques et spor­tives, c’est que les femmes sont mieux équi­pées pour les épreuves phy­siques d’endurance et de résis­tance. Si vous pen­sez qu’un mara­thon, voire un ultra­trail, n’est qu’affaire d’endurance, vous n’avez pro­ba­ble­ment jamais cou­ru plus de 21 km par ses­sion et cer­tai­ne­ment pas de longues mon­tées acci­den­tées. En revanche, ce que ne nous disent pas ces don­nées, c’est que les femmes peuvent encais­ser les coups de kick­boxing d’hommes entrai­nés. Au contraire, les don­nées montrent que bien que les femmes aient plus de neu­rones que les hommes dans le cor­tex fron­tal, ain­si que plus de cel­lules gliales, opti­mi­sant les connexions neu­ro­nales, la sophis­ti­ca­tion de leur sys­tème ner­veux les rend aus­si plus sus­cep­tibles d’avoir des com­mo­tions céré­brales et plus sen­sibles aux dégâts cau­sés par les chocs à la tête. C’est pour­quoi les femmes doivent avoir leur caté­go­rie spor­tive sexo-spé­ci­fique, à la fois par équi­té, les hommes ayant une phy­sio­lo­gie plus adap­tée pour les efforts explo­sifs et plus de puis­sance de frappe, et pour la sécu­ri­té des femmes. Rien n’empêche en revanche d’organiser des com­pé­ti­tions mixtes sur les ultra­courses de plus de 80 kilo­mètres (au jugé). Pour déter­mi­ner à par­tir de quelle longueur/durée d’effort, sur les ultra­courses, l’avantage phy­sio­lo­gique de résis­tance fémi­nine vient équi­li­brer les départs sur les cha­peaux de roue mas­cu­lins, encore faut-il vou­loir pro­duire ces recherches.]

Des études menées sur des femmes et des hommes pen­dant et après l’exer­cice phy­sique confirment ces affir­ma­tions. Lin­da Lamont et ses col­lègues de l’u­ni­ver­si­té de Rhode Island, ain­si que Michael Rid­dell et ses col­lègues de l’u­ni­ver­si­té York au Cana­da ont consta­té que les femmes subis­saient moins de dégra­da­tion mus­cu­laire que les hommes après les mêmes séances d’exer­cice. Fait édi­fiant, dans une autre étude, Mazen J. Hama­deh et ses col­lègues de l’u­ni­ver­si­té York ont consta­té que les hommes ayant reçu des sup­plé­ments d’estrogènes souf­fraient moins de dégra­da­tion mus­cu­laire pen­dant les épreuves cyclistes que ceux qui n’en avaient pas reçu. Dans la même veine, les recherches menées par Ron Mau­ghan de l’u­ni­ver­si­té de St. Andrews en Écosse ont mon­tré que les femmes étaient capables d’ef­fec­tuer beau­coup plus de répé­ti­tions de mou­ve­ments d’haltérophilie que les hommes à des pour­cen­tages iden­tiques de leur force maxi­male. [NdT : Et les com­pé­ti­tions d’haltérophilie ne se mesurent pas par le nombre de répé­ti­tion du geste, mais par une seule occur­rence – la mesure de la puis­sance et de l’explosivité est ce qui compte, ain­si, la phy­sio­lo­gie mas­cu­line est pri­vi­lé­giée (tout don­ner d’un seul coup), donc, en mixi­té, les femmes sont pénalisées.] 

Si les femmes uti­lisent mieux les graisses comme source d’éner­gie durable et pour main­te­nir leurs muscles en meilleure condi­tion pen­dant l’exer­cice phy­sique, elles doivent ain­si être capables de cou­rir de plus grandes dis­tances avec moins de fatigue que les hommes. En fait, une ana­lyse des mara­thons réa­li­sée par Robert Dea­ner de la Grand Val­ley State Uni­ver­si­ty a démon­tré que les femmes ont ten­dance à moins ralen­tir que les hommes au fur et à mesure de la pro­gres­sion de la course.

Si vous sui­vez les courses de longue dis­tance, vous vous dites peut-être : « Atten­dez, les hommes sont plus per­for­mants que les femmes dans les épreuves d’en­du­rance ! » Pour­tant, ce n’est que par­fois le cas. Les femmes dominent plus régu­liè­re­ment les épreuves d’ul­tra-endu­rance telles que la course à pied Mon­tane Spine de plus de 418 km à tra­vers l’An­gle­terre et l’É­cosse, la tra­ver­sée de la Manche à la nage sur 33 km et la course cycliste Trans Am de 6920 km à tra­vers les États-Unis. En 2018, la trai­leuse anglaise Sophie Power a cou­ru l’Ul­tra-Trail du Mont-Blanc (168 km) dans les Alpes tout en allai­tant son bébé de trois mois aux sta­tions de repos. [NdT : Et les mara­thons de 42 km sont bien plus popu­laires que les ultra­courses. Encore une fois, 42 km sont insuf­fi­sants pour per­mettre à l’avantage fémi­nin d’apparaitre par rap­port aux per­for­mances masculines.] 

L’i­né­ga­li­té entre les ath­lètes hommes et femmes [dans les longues courses] résulte non pas des dif­fé­rences bio­lo­giques inhé­rentes entre les sexes, mais de pré­ju­gés concer­nant leurs capa­ci­tés. Par exemple, cer­taines épreuves de course d’en­du­rance auto­risent le recours à des cou­reurs pro­fes­sion­nels appe­lés pace­set­ters [« meneurs ou coaches de cadence »] pour aider les com­pé­ti­teurs à don­ner le meilleur d’eux-mêmes. Les hommes ne sont pas auto­ri­sés à jouer le rôle de pace­set­ters dans de nom­breuses épreuves fémi­nines, car on pense qu’ils ren­dront les femmes « arti­fi­ciel­le­ment plus rapides », comme si les femmes ne cou­raient pas elles-mêmes sur leurs deux jambes.

Les preuves phy­sio­lo­giques modernes, ain­si que les exemples his­to­riques, révèlent les pro­fondes lacunes de l’hypothèse selon laquelle une infé­rio­ri­té phy­sique aurait empê­ché les femmes de par­ti­ci­per à la chasse au cours de notre évo­lu­tion. Les don­nées de la pré­his­toire viennent encore ébran­ler cette idée.

Consi­dé­rez les sque­lettes des popu­la­tions anciennes. Les dif­fé­rences de taille entre les femelles et les mâles d’une espèce, un phé­no­mène appe­lé dimor­phisme sexuel de taille, sont en cor­ré­la­tion avec la struc­ture sociale. Chez les espèces pré­sen­tant un dimor­phisme de taille pro­non­cé, les mâles les plus grands sont en concur­rence les uns avec les autres pour l’ac­cès aux femelles, et chez les grands singes, les mâles les plus grands dominent socia­le­ment les femelles. Un faible dimor­phisme sexuel de taille est carac­té­ris­tique des espèces éga­li­taires et mono­games [une mono­ga­mie non abso­lue et très variable chez ces espèces, NdT]. Les humains modernes pré­sentent un faible dimor­phisme sexuel de taille par rap­port aux autres grands singes. Il en va de même pour nos ancêtres humains des deux der­niers mil­lions d’an­nées, ce qui sug­gère que la struc­ture sociale des humains a chan­gé par rap­port à celle de nos ancêtres de type pré-chimpanzés.

Sophie Power a cou­ru les 168 km de l’Ul­tra-Trail du Mont-Blanc dans les Alpes tout en allai­tant son bébé aux sta­tions de repos. Cré­dit : Alexis Berg

Les anthro­po­logues exa­minent éga­le­ment les dom­mages subis par les sque­lettes de nos ancêtres pour trou­ver des indices sur leur façon de vivre. Les néan­der­ta­liens sont les membres éteints de la famille humaine les mieux étu­diés, car nous dis­po­sons d’un riche registre fos­sile. Les femelles et les mâles néan­der­ta­liens ne pré­sentent pas de dif­fé­rences dans leurs trau­ma­tismes, ni de dif­fé­rences entre les sexes en ce qui concerne les patho­lo­gies liées à des actions répé­ti­tives. Leurs sque­lettes pré­sentent les mêmes sché­mas d’u­sure. Cette décou­verte sug­gère qu’ils fai­saient les mêmes choses, de la chasse au gros gibier en embus­cade au trai­te­ment des peaux pour le cuir. Oui, les femmes néan­der­ta­liennes pour­chas­saient des rhi­no­cé­ros lai­neux à la lance et les hommes néan­der­ta­liens fabri­quaient des vêtements.

Les hommes du paléo­li­thique supé­rieur, la période cultu­relle située entre envi­ron 45 000 et 10 000 ans avant notre ère, au moment où pre­miers humains modernes sont entrés en Europe, pré­sentent des taux plus éle­vés de bles­sures au coude droit, connues sous le nom de « coude du lan­ceur » ; ce qui pour­rait signi­fier qu’ils étaient plus enclins que les femmes à pro­je­ter des lances. Mais cela ne signi­fie pas que les femmes ne chas­saient pas, car c’est aus­si à cette époque qu’ont été inven­té l’arc et les flèches, les filets de chasse et les hame­çons. Ces outils plus sophis­ti­qués per­met­taient aux humains d’at­tra­per une plus grande varié­té d’a­ni­maux ; ils étaient éga­le­ment plus faciles à uti­li­ser pour les chas­seurs et chas­seuses. Il est pos­sible que les femmes aient pri­vi­lé­gié des tac­tiques de chasse tirant par­ti de ces nou­velles technologies.

De plus, au Paléo­li­thique supé­rieur, les femmes et les hommes étaient enter­rés de la même manière. Leurs corps étaient inhu­més avec les mêmes types d’ar­te­facts ou d’ob­jets funé­raires, ce qui sug­gère que les groupes dans les­quels ils vivaient ne pré­sen­taient pas de [forte] hié­rar­chie sociale basée sur le sexe.

L’ADN ancien nous donne des indices sup­plé­men­taires sur la struc­ture sociale et les poten­tiels rôles socio­sexuels des hommes et des femmes. Les modèles de varia­tion du chro­mo­some Y, héri­té du père, et de l’ADN mito­chon­drial, héri­té de la mère, révèlent des dif­fé­rences dans la manière dont les femmes et les hommes se dis­per­saient après avoir atteint la matu­ri­té sexuelle. Grâce à l’a­na­lyse de l’ADN extrait de restes fos­si­li­sés, nous savons aujourd’­hui que trois groupes néan­der­ta­liens pra­ti­quaient la patri­lo­ca­li­té, c’est-à-dire que les mâles avaient ten­dance à res­ter dans le groupe qui les avait vus naître et que les femelles se dépla­çaient vers d’autres groupes, mais nous ne savons pas dans quelle mesure cette pra­tique était répandue.

L’on estime que la patri­lo­ca­li­té était une ten­ta­tive pour évi­ter l’in­ceste en échan­geant des par­te­naires poten­tiels avec d’autres groupes. [NdT : Bof. La consan­gui­ni­té est plus évi­table en matri­lo­ca­li­té lorsque les mâles se déplacent et changent de groupe, comme c’est le cas chez les babouins et les Lan­gurs.] Néan­moins, de nom­breux Néan­der­ta­liens pré­sentent des preuves géné­tiques et ana­to­miques de consan­gui­ni­té per­sis­tante chez leurs ancêtres. [CQFD.] Ils vivaient en petits groupes nomades à faible den­si­té de popu­la­tion et subis­saient de fré­quentes extinc­tions locales, ce qui pro­dui­sait des niveaux de diver­si­té géné­tique bien infé­rieurs à ceux que nous obser­vons chez les humains actuels. Il s’agit pro­ba­ble­ment de la rai­son pour laquelle leurs sque­lettes ne révèlent aucune dif­fé­rence de com­por­te­ment sexo-spé­ci­fique. [NdT : Pas très clair. On sup­pose qu’il s’agit du fait d’avoir vécu en petits groupes mobiles où tout le monde effec­tuait plu­sieurs types d’activités, avec un faible bras­sage géné­tique dû à une faible mobi­li­té inter-groupe.] 

Pour ceux qui pra­tiquent une stra­té­gie de sub­sis­tance four­ra­gère basée sur la recherche de nour­ri­ture en petits groupes fami­liaux, la flexi­bi­li­té et l’a­dap­ta­bi­li­té sont bien plus impor­tantes que des rôles rigides, liés au sexe ou non. Les indi­vi­dus se blessent ou meurent, et la dis­po­ni­bi­li­té des ali­ments d’o­ri­gine ani­male et végé­tale change au fil des sai­sons. Tous les membres du groupe doivent être en mesure d’as­su­mer n’im­porte quel rôle en fonc­tion de la situa­tion, qu’il s’a­gisse d’un rôle de chasse ou de par­te­naire de repro­duc­tion [NdT : sous-enten­du « et d’investissement parental »].

L’ob­ser­va­tion des socié­tés four­ra­gères récentes et contem­po­raines four­nit des preuves directes de la par­ti­ci­pa­tion des femmes à la chasse. Les exemples les plus cités pro­viennent du peuple Agta des Phi­lip­pines. Les femmes Agta chassent même lorsqu’elles ont leurs règles, sont enceintes ou allaitent, et elles obtiennent les mêmes taux de suc­cès à la chasse que les hommes Agta.

Elles sont loin d’être les seules. Une étude récente de don­nées eth­no­gra­phiques cou­vrant les 100 der­nières années — dont la majeure par­tie a été igno­rée par les contri­bu­teurs de Man the Hun­ter — a révé­lé que les femmes d’un large éven­tail de cultures chas­saient des ani­maux pour se nour­rir. Abi­gail Ander­son et Cara Wall-Schef­fler, alors toutes deux à l’u­ni­ver­si­té Seat­tle Paci­fic, et leurs col­lègues ont rap­por­té que 79 % des 63 socié­tés four­ra­gère ayant des des­crip­tions claires de leurs stra­té­gies de chasse comptent des femmes par­mi leurs chas­seurs. Les femmes par­ti­cipent à la chasse indé­pen­dam­ment de leur sta­tut de mère. Ces résul­tats remettent direc­te­ment en ques­tion l’hy­po­thèse de L’Homme chas­seur selon laquelle le corps des femmes et les res­pon­sa­bi­li­tés liées à l’é­du­ca­tion des enfants restreignent leurs apti­tudes à la seule col­lecte d’a­li­ments inca­pables de s’enfuir.

Il reste encore beau­coup à décou­vrir sur la phy­sio­lo­gie de l’exer­cice phy­sique des femmes et sur la vie des femmes pré­his­to­riques. Mais l’i­dée selon laquelle, par le pas­sé, seuls les hommes chas­saient, n’est abso­lu­ment pas étayée par les preuves limi­tées dont nous dis­po­sons. La phy­sio­lo­gie fémi­nine est par­ti­cu­liè­re­ment opti­mi­sée pour le type d’ac­ti­vi­tés d’en­du­rance néces­saires à la cap­ture du gibier pour l’a­li­men­ta­tion. De plus, les femmes et les hommes des temps archaïques semblent s’être livrés aux mêmes acti­vi­tés de recherche de nour­ri­ture, plu­tôt que d’établir une divi­sion du tra­vail socio-sexuelle. C’est l’ar­ri­vée de l’a­gri­cul­ture, il y a quelque 10 000 ans, avec son inves­tis­se­ment inten­sif de la terre, ain­si que la crois­sance démo­gra­phique et la concen­tra­tion des res­sources en résul­tant qui condui­sit aux rôles socio­sexuels rigides et aux inéga­li­tés économiques.

[…] La chasse est peut-être deve­nue une acti­vi­té émi­nem­ment mas­cu­line ces der­niers temps, mais pen­dant la majeure par­tie de l’his­toire de l’hu­ma­ni­té, elle appar­te­nait à tout le monde.

Cara Oco­bock & Sarah Lacy

Tra­duc­tion : Audrey A.

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
10 comments
  1. On aime­rait que cela soit vrai, mal­heu­reu­se­ment durant mes très longues années de pêche et de chasses sous marine, je n’ai jamais vu un seule femme pêcher ou chas­ser. J’ai aus­si essaye d’in­te­res­ser les femmes qui com­posent mon cercle fami­liale, sans aucun succés.

    1. Oui, mais tu prends la situa­tion à un ins­tant t dans la dyna­mique de notre socié­té masculiniste.
      On peut ima­gi­ner que la situa­tion serait toute autre si la femme était res­tée socia­le­ment l’é­gale de l’homme. Tu aurais pro­ba­ble­ment par­ta­gé ta pas­sion avec des femmes, sans distinction.

    1. Je pense que l’in­sis­tance constante sur,es pro­blèmes de genres, qui marquent aus­si bien les médias main stream (france info nojus gave avec cela pour 15 %de dif­fe­rence de salaire alors qu« il ya plein d’ul­tra pauvres en France), que la Macro­nie, que des maga­zines ecol­gistes tel repor­terre (cer­tans jours c’est la moi­tie des articles), cette insis­tance est la pour cacher la faillite totale du sys­teme (par exemple son inca­pa­cite fla­grante a reduire ces emissions).
      Quand on lit repor­terre, on a l’im­pres­sion par exemple que les hommes sont res­pon­sables de tout et qu’il suf­fi­rait de les eli­mi­ner pour sau­ver la pla­nete. Le sup­pose sys­teme patriar­cale serait res­pon­sable de la guerre, de l’in­dus­tria­li­sta­tion, de la sur­cons­som­ma­tion et j’en passe.
      Moi, j’ai la nai­vete de pen­ser que le genre est pure­ment anec­do­tique, et que les deux sexes tra­vaillent de concerts pour le pire (sur­pro­crea­tion, recherche du confort, fuite de l’ef­fort phy­sique actuel, lachete gene­ral) et ce qu’il ya de meilleur.
      Je pense que quand les humains n’e­taient pas indus­tria­lise, ces ques­tions se posaient assez peu, car on devaient se battre pour se nouir­rir et se chauf­fer et tous les talents et las capa­cites etaint appre­cie par les membres d’une famille qui etaient sur­tout heu­reux de pou­voir man­ger et se chauf­fer. Avec l’ul­tra­so­ca­li­sa­tion indus­trielle et la dilu­tion des res­pon­sa­bi­lites, on peut effec­ti­ve­ment se per­mettre de se dechi­rer sur des points de dogmes.

      1. Non, vrai­ment pas. Le patriar­cat est une réa­li­té fla­grante. Votre com­men­taire est juste empreint d’une miso­gy­nie banale. Les médias de masse parlent aus­si de la catas­trophe éco­lo­giste, doit-on en conclure qu’il n’y a pas de catas­trophe éco­lo­gique ? Évi­dem­ment pas. Ce n’est pas parce que les médias parlent d’une chose qu’elle est fausse ou insi­gni­fiante. e jour, les femmes effec­tuent en moyenne une heure de tâches ména­gères en plus que les hommes. Elles sont tou­jours moins bien payées (24% de moins en moyenne) et sont sous-repré­sen­tées à de nom­breux égards (la repré­sen­ta­tion au sein d’un sys­tème tota­le­ment injuste, conçu par et pour des hommes, n’est pas for­cé­ment un objec­tif, mais elle est signi­fi­ca­tive). Une grande majo­ri­té d’entre elles (envi­ron 75%) craignent de se retrou­ver seules dans la rue, ou de cir­cu­ler seules le soir dans l’espace public ou dans les trans­ports en com­mun. Cer­tains pré­ten­dront hâti­ve­ment que cela découle du cli­mat anxio­gène qu’entretiennent les médias par oppor­tu­nisme, pour faire du sen­sa­tion­nel. Et peut-être y a‑t-il de cela. Mais pas que, loin de là. Une femme sur deux a déjà été agres­sée ver­ba­le­ment dans la rue et 14 % y ont déjà été agres­sées physiquement.

        Et chaque année, en France, près de 100 000 femmes (majeures) déclarent avoir été vic­times de viol ou de ten­ta­tive de viol. Et chaque année, en moyenne, le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans qui sont vic­times de vio­lences phy­siques et/ou sexuelles com­mises par leur conjoint ou ex-conjoint, est esti­mé à 213 000.

        En 2020, selon le minis­tère de la Jus­tice, « 4 577 per­sonnes ont été pour­sui­vies pour viol et “la qua­si-tota­li­té a été mise en exa­men”. Et 683 d’entre elles ont fini par être condam­nées pour des faits de viol, dont 673 hommes. Soit 14,7 % des viols enre­gis­trés par la police… et 0,6 % de l’ensemble des viols décla­rés chaque année. » Autre­ment dit, en France (comme dans beau­coup de pays), le viol est assez répan­du et assez peu répri­man­dé. Les hommes violent les femmes en rela­tive impu­ni­té. Et les mineur·es ne sont pas beau­coup mieux loti·es.

        En France, en 2017, « 8788 plaintes ou signa­le­ments pour des faits de viols concer­nant des vic­times mineures ont été enre­gis­trés par les ser­vices de police et de gen­dar­me­rie, selon les chiffres du minis­tère de l’Intérieur. […] Ces chiffres sur les vio­lences sexuelles sur mineurs, bien que très impor­tants, sont, pour les spé­cia­listes, très infé­rieurs à la réa­li­té des faits. On estime qu’il fau­drait les mul­ti­plier par dix. “Et encore on le mini­mi­se­rait. Il y a un consen­sus inter­na­tio­nal pour les enfants : les chiffres noirs, ceux qui ne sont pas rap­por­tés aux auto­ri­tés sont très impor­tants”, pré­cise-t-elle [Muriel Sal­mo­na] à LCI. Pour elle, ce sont près de 130 000 filles et 35 000 gar­çons qui sont vic­times de vio­lences sexuelles, par an, en France. » Ce qui donne entre 24 et 452 viols de mineur·es PAR JOUR (selon que l’on se base sur les 8788 plaintes ou sur les esti­ma­tions de 130 000 filles et 35 000 gar­çons vio­lés par an). Sachant que « les agres­seurs sont des mineurs dans 25 % des cas, des hommes dans 96 % des cas et un proche dans 94 % des cas ».

        En outre, d’après un rap­port du Haut-conseil à l’é­ga­li­té entre les femmes et les hommes publié le 22 jan­vier 2024 : « 50% des hommes âgés de 25 à 34 ans pensent que les femmes doivent s’ar­rê­ter de tra­vailler pour s’oc­cu­per de leurs enfants » ; « un quart des [hommes de] 25–34 ans pense qu’il faut par­fois être violent pour se faire res­pec­ter » ; « les vidéos por­no­gra­phiques dif­fusent des conte­nus miso­gynes d’une rare vio­lence que 64% des hommes de 25–34 ans disent imi­ter dans leurs rela­tions sexuelles » ; « plus d’un homme sur 5 de 25–34 ans consi­dère nor­mal d’avoir un salaire supé­rieur à sa col­lègue à poste égal » ; « 70% des hommes pensent encore qu’un homme doit avoir la res­pon­sa­bi­li­té finan­cière de sa famille pour être res­pec­té dans la socié­té » ; « plus de la moi­tié de la popu­la­tion trouve encore nor­mal ou posi­tif qu’une femme cui­sine tous les jours pour toute la famille » ; « 9 femmes sur 10 déclarent avoir per­son­nel­le­ment subi une situa­tion sexiste » ; « 37% des femmes déclarent tou­jours avoir vécu une situa­tion de non-consen­te­ment, un chiffre qui grimpe à plus de 50% chez les 25–34 ans ».

        En outre, 100% des ins­ti­tu­tions qui com­posent l’État fran­çais ont été créées par et pour des hommes et datent d’époque encore plus ouver­te­ment et offi­ciel­le­ment patriar­cales que la nôtre. Mais bon, il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

        1. Tout d’a­bord la misan­dire est aujourd’­hui tout aus­si repan­due que la miso­gy­nie (et dans les medias, c’est un fes­ti­val !). Le com­men­taire de abcd en est la preuve, et n’a rien d’exceptionnel.
          Ensuite concer­nant les viols, il faut voir qui viole en France et pour­quoi. Pour­quoi depuis quelques annees les femmes ne peuvent plus sor­tir dehors pas­see une cer­taine heure, pour­quoi elles ne peuvent plus s’ha­biller comme elle le desir et pour­quoi elles ne peuvent plus sor­tir sans se faire har­ce­ler. Quand des filles qui m’ac­com­pa­gnaient se sont fait agres­see, et c’est arri­vee un cer­tain nombre de fois, dont des aggres­sions vio­lentes, c’est a a 100 % issus d’un cer­tain public. il y’a tou­jours eu de la vio­lence, de l’al­cool, mais l’in­fla­tion recente et le bruit media­tique qui va avec stig­ma­tise injus­te­ment des hommes qui n’y sont pour rien et sont assi­mile aux chas­seurs en groupes qui sevissent dans nos rues et qui en ont rien a faire de la vul­gate femin­jiste (ils sont pour un ultra patriar­cat culturellement).

          Ensuite je sous­crit a 100% au these de Kac­zyns­ki : femi­nise, defense des mii­no­rites, anti­ra­cisme, vega­nisme, sont des com­bats pru­re­ment gau­chistes (cela ne veut pas dire que l’on ne doit pas etre pour le patriar­cat, insen­sible au sort des ani­maux ou croire en la super­io­rite d’une race), c’est a dire des com­bats d’une elite bour­geoise qui che­rhce le pou­voir (moral et poli­tique) et l’as­cen­dant sur les classes popu­laires, sans remettre eb cause le sys­teme indus­triel. Au contraire, leurs « com­bat  » est la cndi­tion de sa per­pe­tua­tion (comme le mar­xisme et par exemple les lois sociales ont per­mis au capi­ta­lisme de se main­te­nir et de sur­mon­ter de tres graves crises).

          Le pro­bleme, c’est la recherche du pou­voir qui carac­te­rise nos societe, et le patr­rar­cat n’est qu’un ava­tar de ce mal qui touche aus­si bien les femmes que les hommes ( Chris­tine Lagarde est une des per­sonnes les plus « puis­sante » du monde). Qu’il y’ait des hommes quii sou­mettent des femmes ou les violent n’est qu’une des ‚mani­fes­ta­tion de ce mal.
          On est dans une struc­ture social et de pro­duc­tion ou la seule facon de se rea­li­ser est d’a­voir du pou­voir, et ce pou­vor est presque tou­jours ille­gi­time car le sys­teme ne pri­vi­le­gie pas la crea­ti­vite, la beaute ou meme auj­pourd’­hui la force phy­sique, mais l’o­beis­sance, la confor­mite et l’en­tre­gent (la ruse mal­hon­nete qui sert d’ou­til pour sou­mettre et ecraser).
          A l’in­verse un sys­teme ou l’in­di­vide a un impact reele sur la pro­duc­tion (sys­teme arti­sa­nal) valo­rise de vrais talents, et chaque homme cherche d’a­bord a les deve­lop­per pour se nour­rir et acquiert de l’au­ra en fonc­tion de veri­tables quat­lites et il n’a pas besoin de sou­mettre son entou­rage puis­qu’il le seduit (et en gene­ral il est trop occupe pour s’en preoc­cu­per outre mesure).

          Enfin je par­le­rai de mon cas : je suis peut etre miso­gyne mais j’ai aban­donne la toute vel­leite de car­riere pour per­mettre a ma com­pagne de rea­li­ser la sienne (je ne l’ai pas viole pour la seduire, c’est elle qui a vou­lu se mettre avec moi), je m’oc­cupe presque exclu­si­ve­ment de notre enfant tri­so­mique (notre fille « nor­male » se debrouille seule), fait toute la cui­sine, la vais­selle (et quand je vivais dans une fer­mel le bois, les legume, l’e­le­vage…). Je me fous donc pas mal de ce que raconte fran­cein­fo sur la per­sis­tacne du patriar­cat, et je pense que de plus en plus d’hommes sont un peu ecoeure d’etre stig­mat­sie (insulte).
          Ensuite, contrai­re­ment au milieu boou­geois, je des­cend d’un milieu de pay­san mineur et de marins pecheurs. On a jamais vu de femmes mani­fes­ter pour avoir le droit de des­cendre ou fond de la mine et mopur­rir de sili­cose a 50 ans, ou de par­tir en mer tirer des filets de l’eau gla­cial. Cela demontre bien qu’en grande par­tie c’est une pro­ble­ma­tique bour­geoise liee au pou­voir eco­no­mique. il faut pre­ci­ser que sur la cote bre­tonne, ce ne sont pas les hommes qui com­mande mais les femmes, car un marin pecheur est ouvent absent et que l’on est jamais sur qu’il revien­dra au port. Donc selon le type de soci­tete et de sub­sis­tance, les rap­ports de poiu­voir son dif­fe­rents et le patriar­cat n’est pas une notion inta­gible que seul le monde moderne poour­rait com­battre grace a une mora­li­sa­tion de l’etre humain opere par un lavage de cer­veau mediatique.…

          1. purée mais tu vis dans une réa­li­té paral­lèle, non la misan­drie n’est pas aus­si répan­due que la miso­gy­nie. Pas du tout. Pour le reste, la flemme.

  2. Mer­ci de tout ça, c’est tou­jours un bon­heur de lire les nou­veaux articles ! J’ai­me­rais cepen­dant avoir un éclai­rage… Tu écris « Emma Cow­ley, qui tra­vaillait alors à l’université de Caro­line du Nord à Cha­pel Hill, a consta­té avec ses col­lègues que par­mi les études publiées sur les per­for­mances ath­lé­tiques, seules 6 % com­por­taient des femmes, tan­dis que 31 % por­taient exclu­si­ve­ment sur des hommes. »
    Si 6% des études com­por­taient des femmes, cela signi­fie que 94% n’en com­por­taient pas. Donc ne com­por­tait que des hommes. Or ce n’est pas cohé­rent avec la phrase qui suit : 31% por­taient exclu­si­ve­ment sur des hommes.
    Ai-je mal lu ou interprété ?
    Mer­ci de la réponse

    1. Bien vu, erreur de tra­duc­tion, 6% por­taient exclu­si­ve­ment sur des femmes, 31% por­taient exclu­si­ve­ment sur des hommes.

  3. Je vis peut etre dans une rea­lite par­ral­lele, mais j’ai eu cette semaine un entre­tien d’embauche dans une rAf­fi­ne­rie pour etre agent de secu­rite indus­triellte (faut gagner sa vie en atten­dant de pou­voir se reins­tal­ler a la campagne).
    Je n’ai pas vu une seule femme sur la qua­ran­taine d’employes croises durant ma visite.
    Pour­tant, c’est en SUede, pays ou je reside main­te­nant. Cela confir­me­rait presque les dires de Jor­dan Peterson.
    Effec­ti­vemrnt, c’est un monde par­ral­lele à celui des bobos : les indus­tries se trouvent sur une ile, HIsin­gen, avec les migrants, et les autres res­tent sur la terre ferme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les illusions vertes ou L’art de se poser les mauvaises questions (par Ozzie Zehner)

Il y a cette impression de choix entre combustibles fossiles et technologies énergétiques propres comme les panneaux solaires et les éoliennes. Ce choix est une illusion. Les technologies alternatives reposent sur les combustibles fossiles à tous leurs stades de production. Les technologies alternatives dépendent des combustibles fossiles lors des opérations d'extractions, dans les usines de fabrications, pour l'installation, la maintenance, et le démantèlement. En plus, à cause de l'irrégularité de production du solaire et de l'éolien, ces technologies requièrent des centrales à combustibles fossiles opérationnelles en parallèle en permanence. Et, plus significatif encore, le financement des énergies alternatives dépend du type de croissance soutenu par les combustibles fossiles.