Oubliez les douches courtes ! (par Derrick Jensen)

Der­rick Jen­sen (né le 19 décembre 1960) est un écri­vain et acti­viste éco­lo­gique amé­ri­cain, par­ti­san du sabo­tage envi­ron­ne­men­tal, vivant en Cali­for­nie. Il a publié plu­sieurs livres très cri­tiques à l’é­gard de la socié­té contem­po­raine et de ses valeurs cultu­relles, par­mi les­quels The Culture of Make Believe (2002) End­game Vol1&2 (2006) et A Lan­guage Older Than Words (2000). Il est un des membres fon­da­teurs de Deep Green Resis­tance. Plus de ren­sei­gne­ments sur l’or­ga­ni­sa­tion Deep Green Resis­tance et leurs ana­lyses dans cet excellent docu­men­taire qu’est END:CIV, dis­po­nible en ver­sion ori­gi­nale sous-titrée fran­çais en cli­quant ici. Article source : https://orionmagazine.org/article/forget-shorter-showers/


Qui aurait été assez insen­sé pour croire que le recy­clage aurait pu arrê­ter Hit­ler, que le com­pos­tage aurait pu mettre fin à l’esclavage ou nous faire pas­ser aux jour­nées de huit heures, que cou­per du bois et aller cher­cher de l’eau au puits aurait pu sor­tir le peuple russe des pri­sons du tsar, que dan­ser nus autour d’un feu aurait pu nous aider à ins­tau­rer la loi sur le droit de vote de 1957 ou les lois des droits civiques de 1964 ? Alors pour­quoi, main­te­nant que la pla­nète entière est en jeu, tant de gens se retranchent-ils der­rière ces « solu­tions » tout à fait personnelles ?

Une par­tie du pro­blème vient de ce que nous avons été vic­times d’une cam­pagne de déso­rien­ta­tion sys­té­ma­tique. La culture de la consom­ma­tion et la men­ta­li­té capi­ta­liste nous ont appris à prendre nos actes de consom­ma­tion per­son­nelle (ou d’illu­mi­na­tion) pour une résis­tance poli­tique orga­ni­sée. « Une véri­té qui dérange » a par­ti­ci­pé à expo­ser le pro­blème du réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Mais avez-vous remar­qué que toutes les solu­tions pré­sen­tées ont à voir avec la consom­ma­tion per­son­nelle – chan­ger nos ampoules, gon­fler nos pneus, uti­li­ser deux fois moins nos voi­tures – et n’ont rien à voir avec le rôle des entre­prises, ou l’arrêt de la crois­sance éco­no­mique qui détruit la pla­nète ? Même si chaque indi­vi­du aux États-Unis fai­sait tout ce que le film pro­pose, les émis­sions de car­bone ne bais­se­raient que de 22%. Le consen­sus scien­ti­fique sti­pule pour­tant que ces émis­sions doivent être réduites d’au moins 75%.

Ou bien par­lons de l’eau. Nous enten­dons si sou­vent que le monde va bien­tôt man­quer d’eau. Des gens meurent par manque d’eau. Des rivières s’assèchent par manque d’eau. Pour cette rai­son, nous devons prendre des douches plus courtes. Vous voyez le rap­port ? Parce que je prends des douches, je suis res­pon­sable de l’épuisement des aqui­fères ? Eh bien non. Plus de 90% de l’eau uti­li­sée par les humains l’est par l’agriculture et l’industrie. Les 10% res­tant sont par­ta­gés entre les muni­ci­pa­li­tés et les êtres humains qui vivent et res­pirent. L’entretien des ter­rains de golf d’une ville néces­site en moyenne autant d’eau que l’ensemble des êtres humains de cette ville. Les gens (qu’ils soient des gens humains ou des gens pois­sons) ne sont pas en train de mou­rir parce que l’eau s’épuise. Ils sont en train de mou­rir parce que l’eau est volée.

Une partie d'un golf de Las Vegas (5% de la consommation en eau de la région)
Une par­tie d’un golf de Las Vegas (5% de la consom­ma­tion en eau de la région)

Ou bien par­lons de l’énergie. Kirk­pa­trick Sale le résume bien : « Ces 15 der­nières années, l’histoire a été la même chaque année : la consom­ma­tion indi­vi­duelle – rési­dence, voi­ture pri­vée, etc. – ne repré­sente jamais plus d’1/4 de la consom­ma­tion totale d’énergie ; la grande majo­ri­té vient du com­merce, de l’industrie, des entre­prises, de l’agro-industrie et du gou­ver­ne­ment [il a oublié l’armée]. Alors, même si on se met­tait tous à rou­ler à vélo et à se chauf­fer au bois, ça n’aurait qu’un impact négli­geable sur l’utilisation de l’énergie, le réchauf­fe­ment cli­ma­tique et la pol­lu­tion atmo­sphé­rique. »

Ou bien par­lons des déchets. En 2005, la pro­duc­tion de déchets par habi­tant (essen­tiel­le­ment ce qu’on dépose sur le trot­toir pour les col­lectes) était de 1660 livres (envi­ron 750 kilos). Disons que vous êtes un acti­viste radi­cal et intran­si­geant et que vous vou­lez réduire ça à zéro. Vous recy­clez tout. Vous empor­tez vos sacs de courses. Vous répa­rez votre grille-pain. Vos orteils passent au tra­vers de vos vieilles bas­kets. & ce n’est pas tout, puisque les déchets muni­ci­paux n’incluent plus seule­ment les déchets des ménages mais aus­si ceux des bureaux du gou­ver­ne­ment et des entre­prises, vous vous ren­dez dans ces bureaux, bro­chures d’information en main, et vous les per­sua­dez de suf­fi­sam­ment réduire leur pro­duc­tion de déchets pour en éli­mi­ner votre part. J’ai une mau­vaise nou­velle. Les déchets des ménages repré­sentent seule­ment 3 % de la pro­duc­tion totale de déchets aux États-Unis.

Soyons clairs. Je ne dis pas que nous ne devrions pas vivre sim­ple­ment. Je vis moi-même assez sim­ple­ment, mais je ne pré­tends pas que ne pas ache­ter grand-chose (ou ne pas conduire beau­coup, ou ne pas avoir d’enfants) est un acte poli­tique fort, ou pro­fon­dé­ment révo­lu­tion­naire. Ça ne l’est pas. Le chan­ge­ment per­son­nel n’est pas égal au chan­ge­ment social.

Alors, com­ment, et par­ti­cu­liè­re­ment avec cet enjeu pla­né­taire, en sommes-nous arri­vés à accep­ter ces réponses tout à fait inap­pro­priées et insuf­fi­santes ? Je pense que cela relève en par­tie du fait que nous sommes pris dans une double contrainte. Une double contrainte consiste en un choix par­mi plu­sieurs options, qui nous sont toutes défa­vo­rables, sachant que ne rien choi­sir n’est pas une option. Dès lors, il pour­rait être assez facile de recon­naître que toutes les actions impli­quant l’économie indus­trielle sont des­truc­trices (et nous ne devrions pas pré­tendre que les pan­neaux solaires, par exemple, ne le sont pas : ils néces­sitent des infra­struc­tures et extrac­tions minières, et des infra­struc­tures de trans­port à toutes les étapes du pro­ces­sus de pro­duc­tion ; la même chose est vraie de toutes les soi-disant tech­no­lo­gies vertes). Donc, si nous choi­sis­sons l’option 1 si nous par­ti­ci­pons acti­ve­ment à l’économie indus­trielle nous pou­vons pen­ser, à court terme, que nous gagnons, puisque nous accu­mu­lons des richesses, signe de réus­site dans notre socié­té. Mais nous per­dons, parce qu’à agir ain­si, nous aban­don­nons notre empa­thie, notre huma­ni­té ani­male. & nous per­dons vrai­ment parce que la civi­li­sa­tion indus­trielle tue la pla­nète, ce qui signi­fie que tout le monde est perdant.

Si nous choi­sis­sons la solu­tion « alter­na­tive » qui consiste à vivre plus sim­ple­ment et donc à cau­ser moins de dom­mages, mais qui ne consiste pas à empê­cher l’économie indus­trielle de tuer la pla­nète, nous pou­vons pen­ser, à court terme, que nous gagnons, parce que nous nous sen­tons purs et que nous n’avons pas eu à aban­don­ner notre empa­thie (juste assez pour jus­ti­fier le fait de ne pas empê­cher ces hor­reurs) mais, encore une fois, nous sommes per­dants, puisque la civi­li­sa­tion indus­trielle détruit tou­jours la pla­nète, ce qui signi­fie que tout le monde est perdant.

La troi­sième option, agir déli­bé­ré­ment pour stop­per l’économie indus­trielle, est très effrayante pour un cer­tain nombre de rai­sons, notam­ment, mais pas seule­ment, parce que nous per­drions ces luxes (comme l’électricité) aux­quels nous sommes habi­tués, ou parce que ceux qui sont au pou­voir pour­raient essayer de nous tuer si nous entra­vions sérieu­se­ment leur capa­ci­té d’exploiter le monde rien de tout ça ne change le fait que cela vaut tou­jours mieux qu’une pla­nète morte.

En plus d’être inapte à entraî­ner les chan­ge­ments néces­saires afin de stop­per cette culture dans sa des­truc­tion de la pla­nète, il y a au moins 4 autres pro­blèmes qu’en­gendre cette croyance selon laquelle un mode de vie simple est un acte poli­tique (et que ce n’est pas qu’un simple choix de vie per­son­nel). Le pre­mier pro­blème c’est que cela repo­se­rait sur la notion fal­la­cieuse selon laquelle les humains abîment inévi­ta­ble­ment leur envi­ron­ne­ment. L’acte poli­tique d’une vie simple consiste seule­ment à réduire les dégâts, alors que les humains peuvent aider la Terre aus­si bien qu’ils peuvent la détruire. Nous pou­vons réta­blir les cours d’eau, nous pou­vons nous débar­ras­ser des nui­sibles enva­his­sants, nous pou­vons abattre les bar­rages, nous pou­vons déman­te­ler ce sys­tème poli­tique qui pri­vi­lé­gie les riches, ce sys­tème éco­no­mique extrac­ti­viste, nous pou­vons détruire l’économie indus­trielle qui détruit, elle, le véri­table monde physique.

Le second pro­blème – et il est impor­tant, lui aus­si – c’est que cela incite à injus­te­ment blâ­mer l’individu (et par­ti­cu­liè­re­ment les indi­vi­dus les moins puis­sants) au lieu de ceux qui exercent effec­ti­ve­ment le pou­voir dans ce sys­tème et pour ce sys­tème. Kirk­pa­trick Sale, encore : « Le sen­ti­ment de culpa­bi­li­té indi­vi­dua­liste du tout-ce-que-tu-pour­rais-faire-pour-sau­ver-la-pla­nète est un mythe. Nous, en tant qu’individus, ne créons pas les crises, et nous ne pou­vons pas les résoudre. »

Le troi­sième pro­blème c’est que cela implique une redé­fi­ni­tion capi­ta­liste de ce que nous sommes, de citoyens à consom­ma­teurs. En accep­tant cette redé­fi­ni­tion, nous restrei­gnons nos pos­si­bi­li­tés de résis­tance à consom­mer ou ne pas consom­mer. Les citoyens ont un panel bien plus large de pos­si­bi­li­tés de résis­tance, comme voter ou ne pas voter, se pré­sen­ter aux élec­tions, dis­tri­buer des tracts d’information, boy­cot­ter, orga­ni­ser, faire pres­sion, pro­tes­ter et, quand un gou­ver­ne­ment en arrive à détruire la vie, la liber­té, et la pour­suite du bon­heur, nous avons le droit de l’altérer ou de l’abolir.

Le qua­trième pro­blème, c’est que l’aboutissement de cette logique de vie simple en tant qu’acte poli­tique est un sui­cide. Si chaque action interne à l’économie indus­trielle est des­truc­trice, et si nous vou­lons mettre un terme à cette des­truc­tion, et si nous ne vou­lons (ou ne pou­vons) pas remettre en ques­tion (plus ou moins détruire) toute l’infrastructure morale, éco­no­mique et phy­sique qui fait que chaque action interne à l’économie indus­trielle est des­truc­trice, alors nous en vien­drons aisé­ment à croire que nous cau­se­rions beau­coup moins de dégâts si nous étions morts.

La bonne nou­velle, c’est qu’il y a d’autres options. Nous pou­vons suivre l’exemple d’activistes cou­ra­geux qui ont vécu aux époques dif­fi­ciles que j’ai men­tion­nées l’Allemagne nazie, la Rus­sie tsa­riste, les États-Unis d’avant la Guerre de Séces­sion qui ont fait bien plus qu’ex­hi­ber une cer­taine forme de pure­té morale ; ils se sont acti­ve­ment oppo­sés aux injus­tices qui les entou­raient. Nous pou­vons suivre l’exemple de ceux qui nous rap­pellent que le rôle d’un acti­viste n’est pas de navi­guer dans les méandres des sys­tèmes d’oppression avec autant d’intégrité que pos­sible, mais bien d’affronter et de faire tom­ber ces systèmes.

Der­rick Jensen


Tra­duc­tion : Vanes­sa Lefebvre & Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
82
Shares
31 comments
  1. Mwais.

    Aus­si acti­viste que je tentes d’être et suis bien d’ac­cord qu’il faille se battre pour ses valuers, per­mets moi d’of­frir ici mon opi­nion quelque-peu différente.
    Par­tant du constat que :
    1/ nul ne désire aban­don­ner ses acquis
    2/ ça défonce la pla­nète tel­le­ment on est deve­nus nombreux

    Il fau­drait que nous son­gions (contrai­re­ment à tes dires) à dimi­nuer sacré­ment notre taux de reproduction.
    Il n’est pas illu­soire de se dire que la décrois­sance ser­rait béné­fique. alors pour­quoi pas com­men­cer par la décrois­sance démographique !?

    1. le taux de nata­li­té dépend for­te­ment de l’espérance de vie et du « déve­lop­pe­ment » : on fait net­te­ment plus d’en­fant si les 3/4 d’entre eux vont mou­rir avant d’être « utile » à la sur­vie de leur parents lors­qu’ils ne seront plus capable de tra­vailler. donc dire que les autres (parce que l’Europe « his­to­rique » est en déna­ta­li­té) doivent dimi­nuer leur nata­li­té, c’est beau. aug­men­ter l’aide pour qu’ils y par­viennent, c’est mieux, voir sim­ple­ment « moins hypo­crite » et la seule solu­tion réelle mais dont pas grand monde ne veux

      1. En cher­chant avec Google un fichier PDF conte­nant dans son titre les mots [ Chiffres, et, stats, 290, Pré­lè­ve­ments, d’eau, en, France, en, 2009, Février, 2012.pdf ] je trouve celui-ci :

        http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Chiffres_et_statistiques/2012/Chiffres%20et%20stats%20290%20Pr%C3%A9l%C3%A8vements%20d%27eau%20en%20France%20en%202009%20-%20f%C3%A9vrier%202012.pdf

        Je crois qu’il a sim­ple­ment quit­té la page « édi­to­riale », il ne faut pas en déduire que l’on nous cache des choses ou qu’il était faux.

        MAIS, car il y a un MAIS, en me limi­tant à la lec­ture du pre­mier para­graphe je ne com­prends, MAIS ALORS PAS DU TOUT, le chiffre de 87% lié l’agriculture.
        Le pre­mier para­graphe en ques­tion :« En 2009, 33,4 mil­liards de m3 d’eau ont été pré­le­vés en France métro­po­li­taine pour satis­faire les besoins liés à la pro­duc­tion d’eau potable, à l’industrie, à l’irrigation et à la production
        d’électricité. Les volumes pré­le­vés ne sont pas répar­tis éga­le­ment selon les usages : la pro­duc­tion d’électricité en génère près des 2/3, loin devant l’eau potable (17 %), l’industrie (10 %) et l’irrigation (9 %). »

        Oui, d’a­près les sta­tis­tiques du Minis­tère du déve­lop­pe­ment durable du gou­vernent Fran­çais, l’irrigation agri­cole uti­lise 9% des pré­lè­ve­ments d’eau sur notre ter­ri­toire et notre bon vieux nucléaire 65%.

        1. Aucune insi­nua­tion de quoi que ce soit, le lien ne fonc­tion­nait juste plus. J’ai recher­ché plu­sieurs sources et les chiffres varient gros­so modo entre 7 et 24% pour la consom­ma­tion des foyers, ce qui reste faible com­pa­ré au reste. Mais effec­ti­ve­ment d’a­près votre fichier je ne sais pas com­ment ils ont fait leur gra­phique de 3%, mais il y a une dif­fé­rence entre pré­lè­ve­ments et consom­ma­tion, ce ne sont pas les mêmes choses.

          Si vous regar­dez bien sur le pre­mier lien :https://freshwaterwatch.thewaterhub.org/fr/blogs/lutilisation-des-ressources-en-eau-en-france-un-examen-plus-approfondi, il y a un pre­mier gra­phique cor­res­pon­dant à vos chiffres, puis ils pré­cisent ensuite : « Les pré­lè­ve­ments totaux en eau dans le milieu natu­rel en France sont 33.4milliards de m3 (en comp­tant la pro­duc­tion de l’électricité) et 14.4 mil­liards de m3 (en pre­nant en compte le retour aux rivières).

          Il faut dis­tin­guer ici les pré­lè­ve­ments des consom­ma­tions. Le pré­lè­ve­ment des res­sources com­prend toutes les acti­vi­tés sous­traient des res­sources de la nature, et la consom­ma­tion recouvre les res­sources effec­ti­ve­ment uti­li­sées par sec­teur ou par foyer. »

          Et c’est après ça qu’ils mettent le second gra­phique, celui que j’ai repris.

    1. l’autre aspect du pro­blème, c’est qu’une consom­ma­tion n’est pas l’autre. si tu cultives des légumes chez toi avec de l’eau de pluie, peu importe la quan­ti­té d’eau que tu consommes, le sur­plus est propre et conti­nue son tra­jet vers la nappe phréa­tique, comme si tu n’a­vais rien plan­té. à l’in­verse si tu cultives des légumes façon « engrais+pesticides », même l’eau ser­vant au lavage n’est plus si propre que cela. elle est de plus ren­voyé à la sta­tion d’é­pu­ra­tion donc la rivière donc ne rechar­ge­ra pas la nappe phréa­tique. si cette culture pompe dans la nappe pour l’ar­ro­sage et que le sur­plus ruis­selle lui aus­si vers la rivière char­gé d’en­grais, au final le cycle de l’eau est cas­sé et la qua­li­té dégradé

  2. L’ar­ticle ne parle pas du tout des futures géné­ra­tions. Vivre autre­ment (moins de déchets, meilleur choix de consom­ma­tion etc…) et trans­mettre cela à ses enfants, cela ne sert à rien alors ?

    1. Si, ça sert, mais plus d’un point de vue per­son­nel, ce que l’ar­ticle dit sur­tout c’est que ça n’est pas suf­fi­sant, que ça n’ar­rê­te­ra pas la machine capi­ta­liste civi­li­sa­tion­nelle, et que c’est par­fois ridi­cule d’o­béir aux injonc­tions comme prendre des douches courtes, car celles-ci n’ont aucun impact concret, et sur­tout parce que ceux qui uti­lisent le plus d’eau, on ne leur dit rien, étant don­né que ce sont des mul­ti­na­tio­nales, des entre­prises, et les amis de ceux qui vont par la suite nous dire d’u­ti­li­ser moins d’eau. On marche sur la tête.

    1. Les humains, ça ne veut rien dire, tu fais un immense amal­game insul­tant pour les tri­bus et peu­plades autoch­tones qui vivent sur la pla­nète sans la détruire.

  3. Très inter­es­sant cet article. Par contre je ne com­prends pas pour­quoi nos actes n’ont « rien avoir avec le roles des entre­prises ». Elles sont pour­tant bien depen­dantes de notre consom­ma­tion, et doivent par­fois sadap­ter aux desirs des consommateurs.
    Par ailleurs si l’on achète un velo au lieu d’une voi­ture, on injecte beau­coup moins d’argent dans le milieu indus­triel (si tout le monde le se prete au jeu les emis­sions de lin­dus­trie auto­mo­bile seraient bien dif­fe­rentes). On pour­rait uti­li­ser cet argent pour ache­ter plus de nour­ri­ture bio par exemple. En encou­ra­geant cette filière on impact les entre­prises qui ne font pas de bio. Tout ça parait un peu uto­pique mais cest pour l’exemple. Je com­prends bien que les entre­prises ne sont pas par nature eco­lo, mais il me semble que nos actions peuvent les pous­ser à le devenir

    1. L’i­dée c’est que rou­ler au maxi­mum en vélo, man­ger bio au maxi­mum, etc., dans le cadre de la civi­li­sa­tion indus­trielle, sont des actions de type moindre mal, elles ne nous mène­ront jamais vers des cultures humaines saines et sou­te­nables. Au mieux, elles per­met­tront à la civi­li­sa­tion indus­trielle de durer un peu plus longtemps.

      1. Si le chan­ge­ment de nos modes de conso­ma­tion ne suf­fisent pas, quels sont les pistes d’ac­tion que vous pro­po­sez alors pour mener vers des cultures humaines saines et sou­te­nables ? Merci

          1. @Maxence

            Le rap­port Mea­dows nous donne la seule solu­tion­qui per­met­trait d’é­vi­ter l’ef­fon­dre­ment sys­tè­mique glo­bal qui approche : appli­quer toutes les solu­tions en même temps (dou­bler la pro­duc­tion de nour­ri­ture, arré­ter la pol­lu­tion, ces­ser d’ex­traire et de brû­ler les éner­gies fos­siles, etc.) et com­men­cer dans le début des années1970.

            Actuel­le­ment l’éf­fon­dre­ment est inévi­table, notre marge de manoeuvre consiste à savoir si on s’en va vers une pla­nète étuve où vivre sera sim­ple­ment impos­sible ou non.
            Plus l’ef­fon­dre­ment se pro­dui­ra vite et plus on aura de chances d’é­vi­ter une Terre étuve, donc du point de vue réa­liste tout ce que vous pou­vez faire pour accé­le­rer l’ef­fon­dre­ment sys­tè­mique glo­bal est béné­fique à nos chances de survie.
            Du point de vue uto­pique il faut uni­fier la popu­la­tion pla­né­taire dans un effort com­mun pour se mettre à faire pous­ser des légumes par­tout et mettre un terme à la civi­li­sa­tion ther­mo-indus­triel au cours des pro­chains 18 mois.

        1. je pense que la per­sonne veux sim­ple­ment dire « si la solu­tion contient le mot indus­triel, alors cela ne va pas ». et donc man­ger bio est à mes yeux une par­tie de la solu­tion uni­que­ment si c’est arti­sa­nal. mais de l’in­dus­triel bio aux yeux de l’au­teur non. notons que cela ne veux rien dire en tant que tel. tu peux pro­duire du bio de manière arti­sa­nale à ta petite mai­son de cam­pagne que tu rejoins chaque we en 4x4 die­sel et que tu congèles dans un vieil appa­reil inef­fi­cace pour en man­ger hors sai­son. ou tu peux avoir de l’a­qua­po­nie urbaine « indus­trielle » à 100m de chez toi que tu consommes sans besoin de congé­la­tion. le « bio arti­sa­nal » n’est pas néces­sai­re­ment moins pol­luant que l’industriel.

          1. > tu peux pro­duire du bio de manière arti­sa­nale à ta petite mai­son de campagne

            non. la label­li­sa­tion AB et la cer­ti­fi­ca­tion euro­péenne coûtent cher. aucune per­sonne qui pro­duit de manière anec­do­tique ou à usage autre com­mer­cial ne fait du bio.

            Le bio n’a pas du tout été conçu ou pen­sé pour répondre à autre chose que la demande de consommateurs. 

            La approche qui fonc­tionne c’est sim­ple­ment de consom­mer local et de sai­son et autant que pos­sible en autoproduction.

    2. La nour­ri­ture BIO étant aujourd’­hui majo­ri­tai­re­ment pro­duite de manière indus­trielle pour être ven­due dans la grande dis­tri­bu­tion, ce n’est qu’un rouage de plus dans le grand méca­nisme capi­ta­liste qui vient répondre à une demande des consommateurs.

      Fuyez l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique, si vous vous sou­ciez de l’a­ve­nir alors tour­nez vous vers le local, de sai­son et autant que pos­sible verrs l’autoproduction.

  4. Bon et du coup, com­ment on fait pour se retrou­ver entre per­sonnes qui veulent se regrou­per (à part attendre la sor­tie du bou­quin DGR en Novembre pro­chain) ? Com­ment faire pour que les golfs cessent toute acti­vi­té dans notre pays ?

  5. I live in?? First THANKS I feel that my des­pair is lowe­ring. Since years I defend the same dis­course in words in acts. Majo­ri­ty of people don’t care. As you said per­son after selec­tive sor­ting stop being active (only an example) Many don’t think with a broa­der view. I have feel alone
    Thanks to confirm that I’m not a crack­pots and others share my thoughts

  6. Inté­res­sant.
    OK sur le fait que vivre sim­ple­ment n’est pas un acte révolutionnaire.
    Je ne suis par contre pas d’ac­cord sur le fait que nos choix ne consom­ma­tion n’ont pour seul impact que les émis­sions de C02 des ménages et non des entre­prises (à la baisse, comme à la hausse).
    C’est pour­tant évident : hor­mis cer­taines « pro­duc­tions » spé­ci­fiques (dépenses mili­taires, conquête de l’es­pace, …), la majo­ri­té de la pro­duc­tion des entre­prises sert, en bout de course, à pro­duire des biens que l’on consomme, même indirectement.
    Si, par exemple, une part signi­fi­ca­tive des ménages est auto­suf­fi­sante sur le plan de l’a­li­men­ta­tion, cela détruit l’in­dus­trie ali­men­taire telle qu’elle est aujourd’hui.
    La « douche courte » a donc plus de consé­quences que vous ne lais­sez entendre.
    Mais je vous rejoins pour dire qu’elle n’est pas suf­fi­sante pour en faire un acte révolutionnaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Genèse, oxymore et échec du « développement durable© » (par Gilbert Rist)

« Développement durable » ? Le concept est aujourd’hui très répandu dans les politiques publiques nationales comme internationales, ainsi que dans les stratégies des entreprises. Son but officiel ? Assurer au présent un « développement » qui ne compromette pas « la possibilité pour les générations à venir de satisfaire le leur ». [...]
Lire

Produire ou ne pas produire : Classe, modernité et identité (par Kevin Tucker)

La classe constitue une relation sociale. Ramenée à l’essentiel, elle est un fait économique. Elle distingue le producteur du distributeur et du propriétaire des moyens et des fruits de la production. Quelle que soit sa catégorie, elle définit l’identité d’une personne. Avec qui vous identifiez-vous ? Ou plus précisément, avec quoi vous identifiez-vous ? Nous pouvons tous être rangés dans un certain nombre de catégories socio-professionnelles. Mais là n’est pas la question. Votre identité est-elle définie par votre travail ? Par votre niche économique ?
Lire

Endgame Vol.1 : Civilisation (par Derrick Jensen)

Avant d’envisager ici la destruction de la civilisation, je me dois de définir de quoi il s’agit. J’ai donc regardé dans plusieurs dictionnaires. Le Webster définit la civilisation comme « un stade supérieur de développement social et culturel ». Le dictionnaire d’anglais Oxford la décrit comme « un état développé ou avancé de la société humaine ». Tous les autres dictionnaires que j’ai pu consulter chantaient à l’unisson les mêmes louanges. Ces définitions, aussi consensuelles soient-elles, ne m’avancent pourtant pas le moins du monde. [...]