La vaccination ou l’instrument le plus insidieux de l’impérialisme (par Romeo F. Quijano)

Le texte sui­vant est une tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié, en anglais, le 12 octobre 2019, sur le site de jour­na­lisme indé­pen­dant phi­lip­pin bulatlat.com ; son auteur, le méde­cin Romeo F. Qui­ja­no, est un pro­fes­seur à la retraite du dépar­te­ment de phar­ma­co­lo­gie et de toxi­co­lo­gie de la facul­té de méde­cine de l’u­ni­ver­si­té des Phi­lip­pines à Manille. À sa suite, après les notes de fin, vous trou­ve­rez un nota bene du tra­duc­teur, com­plé­ment impor­tant à la réflexion pro­po­sée par le doc­teur Quijano.


La vac­ci­na­tion est pro­ba­ble­ment l’instrument le plus insi­dieux de l’im­pé­ria­lisme ; au point que la plu­part des anti-impé­ria­listes ont même ten­dance, bien sou­vent, à ne pas le remar­quer. Sous le visage huma­ni­taire qu’elle revêt se cache la per­fi­die du capi­ta­lisme. Son véri­table carac­tère est celui d’un agent double de l’im­pé­ria­lisme. L’idéalisation de la méde­cine occi­den­tale dis­si­mule la véri­table nature de la vac­ci­na­tion et l’é­thique qui la fonde. Cepen­dant, au tra­vers du prisme anti-impé­ria­liste, au moyen de la péda­go­gie des oppri­més[1], une étude dili­gente et appro­fon­die de l’his­toire de la vac­ci­na­tion et du contexte socio­po­li­tique et cultu­rel de son déve­lop­pe­ment peut nous aider à révé­ler son véri­table visage.

La vac­ci­na­tion désigne « l’administration, par voie orale, intra­der­mique ou par sca­ri­fi­ca­tion, d’un vac­cin dans l’or­ga­nisme d’un être vivant, à des fins pré­ven­tives ou cura­tives ». Elle n’est pas iden­tique à l’im­mu­ni­sa­tion (que l’on uti­lise, à tort, comme un syno­nyme de vac­ci­na­tion), qui désigne le pro­ces­sus confé­rant une immu­ni­té, l’action d’immuniser, pas néces­sai­re­ment par le biais de la vac­ci­na­tion. Par immu­ni­té, il faut entendre la « résis­tance d’un orga­nisme à l’ac­tion d’un poi­son ou d’un agent patho­gène, qui peut être natu­relle ou acquise ». L’impérialisme, quant à lui, désigne géné­ra­le­ment l’ex­pan­sion des acti­vi­tés éco­no­miques, en par­ti­cu­lier l’in­ves­tis­se­ment, la vente, l’ex­trac­tion de matières pre­mières et l’exploitation de main-d’œuvre, afin de pro­duire des biens et des ser­vices au-delà des fron­tières natio­nales, ain­si que les effets sociaux, poli­tiques et éco­no­miques de cette expan­sion. Je défi­ni­rais l’im­pé­ria­lisme comme suit : Inter­ven­tion Mono­po­lis­tique d’un Pou­voir Élar­gis­sant son Rayon d’Imposition à une Aire Loin­taine Indui­sant Sciem­ment une Misère Éten­due (I‑M-P-E-R-I-A-L-I-S-M‑E).

En exa­mi­nant atten­ti­ve­ment l’his­toire de la vac­ci­na­tion, on constate que son déve­lop­pe­ment a coïn­ci­dé avec le déve­lop­pe­ment de l’im­pé­ria­lisme, lequel s’est beau­coup appuyé sur la méde­cine et la san­té publique. Avec l’é­mer­gence des États-Unis en tant que puis­sance impé­riale au début du XXe siècle, des liens entre l’im­pé­ria­lisme, une élite mar­chande, la san­té publique et les orga­ni­sa­tions en charge de la san­té se sont for­gés par le biais de plu­sieurs ins­ti­tu­tions de média­tion clés. Des orga­ni­sa­tions phi­lan­thro­piques ont cher­ché à uti­li­ser les ini­tia­tives de san­té publique afin de résoudre plu­sieurs pro­blèmes aux­quels étaient confron­tées les entre­prises capi­ta­listes en expan­sion : la pro­duc­ti­vi­té du tra­vail, la sécu­ri­té des inves­tis­seurs et des ges­tion­naires, et le coût des soins[2].

Au début des années 1900, le magnat capi­ta­liste Rocke­fel­ler par­ti­ci­pait au déve­lop­pe­ment du vac­cin contre la variole. Tho­mas Rivers (1888–1962), viro­logue pion­nier au ser­vice du clan Rocke­fel­ler, entre­prit de mettre au point un vac­cin plus sûr en repro­dui­sant le virus dans des cultures de tis­sus. Il obtint une souche de virus atté­nuée, plus sûre que les vac­cins pré­cé­dents pro­duits en Angle­terre. Il s’agissait du pre­mier vac­cin uti­li­sé chez l’homme à être déve­lop­pé en culture de tis­sus. Les rap­ports qu’entretenait Rivers avec les scien­ti­fiques de la Fon­da­tion Rocke­fel­ler, qui tra­vaillaient alors à la fabri­ca­tion d’un vac­cin contre la fièvre jaune dans les labo­ra­toires de la Fon­da­tion, sur le cam­pus de l’Ins­ti­tut Rocke­fel­ler, ont inci­té Max Thei­ler à déve­lop­per un vac­cin à virus atté­nué. Thei­ler a par la suite rem­por­té un prix Nobel pour ce tra­vail[3]. La com­pa­gnie Parke-Davis a éga­le­ment été pion­nière dans la pro­duc­tion de vac­cins. La socié­té s’est ins­tal­lée en 1907 à Roches­ter Hil­ls, dans le Michi­gan, plan­tant un cha­pi­teau de cirque pour abri­ter des che­vaux et construi­sant un bâti­ment de pro­duc­tion de vac­cins, une salle de sté­ri­li­sa­tion et un réser­voir d’eau[4]. Parke-Davis était autre­fois le plus ancien et le plus grand fabri­cant de médi­ca­ments d’A­mé­rique. Elle a été rache­tée par la socié­té War­ner Lam­bert en 1970, qui a elle-même été rache­tée en 2000 par Pfi­zer, qui est aujourd’­hui la plus grande socié­té phar­ma­ceu­tique au monde[5][6]. Pfi­zer se targue d’avoir par­ti­ci­pé à la pro­duc­tion d’un vac­cin anti­va­rio­lique au début des années 1900, d’avoir été la pre­mière entre­prise à mettre au point un vac­cin anti­va­rio­lique ther­mo­stable et lyo­phi­li­sé, à déve­lop­per l’ai­guille bifur­quée, d’avoir été la pre­mière entre­prise à pro­po­ser un vac­cin com­bi­né visant à pré­ve­nir la diph­té­rie, la coque­luche et le téta­nos, ain­si que d’avoir pro­duit plus de 600 mil­lions de doses du pre­mier vac­cin oral tri­va­lent vivant contre la polio­myé­lite[7]. Ces prouesses médi­cales coïn­ci­daient avec l’é­mer­gence du « nou­vel impé­ria­lisme », durant lequel les États euro­péens éta­blis­saient de vastes empires prin­ci­pa­le­ment en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient[8] tan­dis que, presque à la même époque, les États-Unis colo­ni­saient les Phi­lip­pines, Guam, Por­to Rico, le Royaume d’Ha­waï, les Samoa amé­ri­caines, les îles Mariannes du Nord et, pen­dant de courtes périodes, Haï­ti, la Répu­blique domi­ni­caine, le Nica­ra­gua et Cuba[9][10].

L’im­pé­ria­lisme découle du besoin du capi­tal d’étendre tou­jours plus ses inves­tis­se­ments. Les crises récur­rentes de sur­pro­duc­tion, la dimi­nu­tion des pro­fits et la stag­na­tion du capi­tal qui s’en­suivent, génèrent une pres­sion tou­jours plus forte en faveur de l’ex­pan­sion des mar­chés et des ter­ri­toires contrô­lés. Le désir des inves­tis­seurs de tra­vailler à l’an­nexion poli­tique de pays en mesure de rece­ler des poten­tia­li­tés lucra­tives est très puis­sant. L’im­pé­ria­lisme est consi­dé­ré comme une néces­si­té par les capi­ta­listes, afin qu’ils puissent conti­nuer à accu­mu­ler des richesses. La cupi­di­té capi­ta­liste se cache der­rière le rideau de la « des­ti­née mani­feste » et de la « mis­sion civi­li­sa­trice ». Ce sont avant tout les barons voleurs de l’é­poque, les Rocke­fel­ler, Mor­gan, Car­ne­gie, Cooke, Shwab, Fisk, Har­ri­man et leurs sem­blables, qui avaient besoin de l’im­pé­ria­lisme, qui inci­taient les gou­ver­ne­ments à y recou­rir, et qui ont uti­li­sé les res­sources publiques de leur pays pour leur expan­sion capi­ta­liste[11]. L’im­pé­ria­lisme a donc été adop­té comme poli­tique et pra­tique poli­tique par des gou­ver­ne­ments sous l’influence de l’é­lite capi­ta­liste [Pour plus de détails, il faut lire les ouvrages de Ludo­vic Tour­nès, dont quelques articles très four­nis se trouvent en lec­ture libre sur Cairn : lire notam­ment celui-ci, celui-là, et cet autre, NdT]. Le gou­ver­ne­ment et les socié­tés pri­vées cher­chaient des moyens de maxi­mi­ser les pro­fits. L’ex­pan­sion éco­no­mique exi­geait une main d’œuvre bon mar­ché, l’ac­cès ou le contrôle de nou­veaux mar­chés pour vendre ou ache­ter des pro­duits, et de nou­veaux ter­ri­toires pour en extraire des res­sources natu­relles. Ain­si s’ensuivirent pillages et régimes coloniaux.

Cepen­dant, les impé­ria­listes furent confron­tés à un excès de mala­dies et à de nom­breux décès au sein de leurs troupes, leurs fonc­tion­naires et leurs com­mer­çants. Il leur fal­lait réagir. Avec l’a­vè­ne­ment de la « théo­rie micro­bienne » des mala­dies, on esti­ma que ces mala­dies et ces décès étaient cau­sés par des agents infec­tieux. Cela conduit à l’élaboration de médi­ca­ments et de vac­cins que les puis­sances colo­niales ado­ptèrent sans réserve. Ce fut le début de Big Phar­ma [le début de l’industrie ou plu­tôt du car­tel phar­ma­ceu­tique, NdT]. Des inno­va­tions médi­cales furent alors déployées, ini­tia­le­ment, en vue de pro­té­ger les troupes colo­niales et les fonc­tion­naires, ensuite, pour les popu­la­tions locales exploi­tées par la puis­sance colo­niale, et enfin pour toute la popu­la­tion. De meilleurs soins et la construc­tion d’hô­pi­taux : d’a­bord pour les mili­taires, puis pour les expa­triés et enfin pour la popu­la­tion locale[12]. Les entre­prises phar­ma­ceu­tiques pion­nières de l’é­poque, ain­si que l’é­lite mar­chande, plus géné­ra­le­ment, per­ce­vaient les énormes pro­fits à tirer de la vac­ci­na­tion et de la four­ni­ture de pro­duits phar­ma­ceu­tiques. L’in­tro­duc­tion de « ser­vices de san­té modernes » à des­ti­na­tion des popu­la­tions sou­mises est l’une des jus­ti­fi­ca­tions les plus sou­vent citées pour jus­ti­fier le régime colo­nial. Ain­si, la san­té est deve­nue un ins­tru­ment de paci­fi­ca­tion des oppri­més, et les gens ont été ame­nés à croire que le colo­nia­lisme était bon pour eux. Cela étant, il appa­raît clai­re­ment que l’in­tro­duc­tion de tech­no­lo­gies sani­taires comme les vac­cins et les médi­ca­ments n’est pas le fruit de l’altruisme de la puis­sance colo­niale mais le résul­tat du pillage impé­ria­liste. En réa­li­té, les orga­ni­sa­tions de san­té publique sont issues de pro­grammes mili­taires visant à sou­te­nir l’ex­pan­sion impé­ria­liste. Et des orga­ni­sa­tions cari­ta­tives pri­vées se sont inves­ties dans le domaine au fur et à mesure de la conso­li­da­tion des conquêtes colo­niales. Le colo­ni­sa­teur se sou­ciait avant tout de maxi­mi­ser l’ex­ploi­ta­tion de la main-d’œuvre colo­niale et l’ex­trac­tion (le vol) des res­sources natu­relles des peuples conquis.

Depuis lors, l’é­li­mi­na­tion ou le contrôle des mala­dies dans les pays tro­pi­caux sont deve­nus une obses­sion motrice pour toutes les puis­sances colo­niales. Dans le monde colo­ni­sé, les mesures de san­té publique encou­ra­gées par la Com­mis­sion Inter­na­tio­nale de la San­té (Inter­na­tio­nal Health Com­mis­sion) de Rocke­fel­ler ont per­mis d’aug­men­ter les béné­fices, car chaque tra­vailleur pou­vait désor­mais être moins payé par uni­té de tra­vail, « mais avec une force accrue, il pou­vait tra­vailler plus dur et plus long­temps et rece­vait plus d’argent dans son enve­loppe de paie ». Les pro­grammes de recherche Rocke­fel­ler pro­met­taient une plus grande marge de manœuvre pour les futures aven­tures mili­taires amé­ri­caines dans le Sud éco­no­mique, où les armées d’oc­cu­pa­tion avaient sou­vent été para­ly­sées par des mala­dies tro­pi­cales[13]. Les pro­grammes Rocke­fel­ler ne se pré­oc­cu­paient pas uni­que­ment de la pro­duc­ti­vi­té des tra­vailleurs. Ils visaient éga­le­ment à réduire la résis­tance cultu­relle des peuples « arrié­rés » et « non civi­li­sés » à la domi­na­tion de leur vie et de leur socié­té par le capi­ta­lisme indus­triel. La Fon­da­tion Rocke­fel­ler a décou­vert que la méde­cine était une force presque irré­sis­tible dans la colo­ni­sa­tion des pays non indus­tria­li­sés. Pen­dant l’oc­cu­pa­tion amé­ri­caine des Phi­lip­pines, le pré­sident de la Fon­da­tion Rocke­fel­ler, George Vincent, l’a for­mu­lé sans ambages : « Les dis­pen­saires et les méde­cins ont récem­ment péné­tré paci­fi­que­ment dans des zones des îles phi­lip­pines et démon­tré que, dans le but d’a­pai­ser les peuples pri­mi­tifs et sus­pi­cieux, la méde­cine pré­sente des avan­tages que les mitraillettes n’ont pas[14]. »

La vac­ci­na­tion de masse est appa­rue comme un pro­gramme impé­ria­liste majeur, mal­gré la pré­misse erro­née et réduc­tion­niste qui la sous-tend, et mal­gré l’ab­sence totale d’é­tudes appro­priées concer­nant sa sécu­ri­té et son effi­ca­ci­té. La vac­ci­na­tion a été consi­dé­rée comme la solu­tion miracle pour les per­sonnes colo­ni­sées, face aux mala­dies infec­tieuses, en dépit de l’existence avé­rée d’ef­fets néfastes pires que la mala­die que l’on cher­chait à évi­ter. Nombre de cam­pagnes de vac­ci­na­tion de masse for­cées, obli­ga­toires, ont eu des résul­tats désas­treux. Aux Phi­lip­pines, par exemple, avant le coup d’État états-unien de 1905, la mor­ta­li­té de la variole était d’en­vi­ron 10 %. En 1905, à la suite du com­men­ce­ment du pro­gramme de vac­ci­na­tion sys­té­ma­tique impo­sé par le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain, une épi­dé­mie s’est décla­rée, avec une mor­ta­li­té de 25 à 50 %, dans dif­fé­rentes par­ties des îles. En 1918–1919, alors que plus de 95 % de la popu­la­tion était vac­ci­née, la pire épi­dé­mie de l’his­toire des Phi­lip­pines s’est pro­duite, avec une mor­ta­li­té de 65 %. La mor­ta­li­té la plus faible a été obser­vée à Min­da­nao, l’en­droit le moins vac­ci­né, en rai­son de pré­ju­gés reli­gieux. Le doc­teur V. de Jesus, direc­teur de la san­té, a esti­mé que l’é­pi­dé­mie de variole de 1918–1919 avait pro­vo­qué 60 855 décès. Au Japon, après que la vac­ci­na­tion ait été ren­due obli­ga­toire, on a enre­gis­tré 171 611 cas de variole et 47 919 décès entre 1889 et 1908, soit un taux de mor­ta­li­té de 30 %, supé­rieur à celui de la période pré­cé­dant la vac­ci­na­tion. À peu près à la même époque, en Aus­tra­lie, l’un des pays les moins vac­ci­nés contre la variole dans le monde, on n’enregistrait que trois cas de variole en 15 ans. En Angle­terre et au Pays de Galles, entre 1934 et 1961, aucun décès dû à une infec­tion natu­relle de variole n’a été enre­gis­tré, et pour­tant, pen­dant cette même période, 115 enfants de moins de 5 ans sont morts des suites de la vac­ci­na­tion contre la variole. La situa­tion était tout aus­si grave aux États-Unis, où 300 enfants sont morts des com­pli­ca­tions du vac­cin anti­va­rio­lique entre 1948 et 1969. Pour­tant, pen­dant cette même période, aucun cas de variole n’a été signa­lé dans le pays[15].

Des résul­tats désas­treux du même ordre ont éga­le­ment été obte­nus avec le vac­cin contre la polio. La majo­ri­té des cas de polio ne pro­voquent en réa­li­té aucun symp­tôme chez les per­sonnes infec­tées. Les symp­tômes n’ap­pa­raissent que dans 5 % des cas d’in­fec­tion[16], envi­ron, avec un taux de léta­li­té de seule­ment 0,4 %, envi­ron. Même pen­dant les pics épi­dé­miques, l’in­fec­tion par le polio­vi­rus, qui entraîne une para­ly­sie à long terme, était une mala­die à faible inci­dence, faus­se­ment pré­sen­tée comme une mala­die para­ly­sante viru­lente et vio­lente par le biais de cam­pagnes publi­ci­taires visant à col­lec­ter des fonds pour accé­lé­rer le déve­lop­pe­ment et l’ap­pro­ba­tion du vac­cin Salk, dont Rocke­fel­ler était le prin­ci­pal sou­tien. En rai­son de pres­sions exté­rieures, le comi­té d’ho­mo­lo­ga­tion amé­ri­cain char­gé d’ap­prou­ver le vac­cin l’a fait après avoir déli­bé­ré pen­dant à peine deux heures, et sans avoir lu au préa­lable l’in­té­gra­li­té de la recherche[17]. Cette appro­ba­tion hâtive a conduit au tris­te­ment célèbre « désastre Cut­ter » : l’é­pi­dé­mie de polio­myé­lite déclen­chée par l’u­ti­li­sa­tion du vac­cin Salk pro­duit par la socié­té Cut­ter. En fin de compte, 200 000 per­sonnes, au moins, ont été infec­tées par le virus vivant [il était cen­sé être inac­tif, NdT] de la polio conte­nu dans le vac­cin de Cut­ter ; 70 000 ont déve­lop­pé une fai­blesse mus­cu­laire, 164 ont été gra­ve­ment para­ly­sées, 10 ont été tuées. De toutes ces per­sonnes infec­tées, 204 ont déve­lop­pé la polio, dont 153 (75 %) ont été para­ly­sées à vie[18]. Lorsque les cam­pagnes natio­nales de vac­ci­na­tion ont été lan­cées dans les années 1950, le nombre de cas de polio signa­lés à la suite d’i­no­cu­la­tions mas­sives avec le vac­cin à virus inerte était net­te­ment plus éle­vé qu’a­vant les ino­cu­la­tions mas­sives et pour­rait avoir plus que dou­blé, dans l’en­semble, aux États-Unis[19]. On a éga­le­ment décou­vert, beau­coup plus tard, que Wyeth avait pro­duit un vac­cin para­ly­sant. Les vac­cins de tous les autres fabri­cants mis sur le mar­ché, dans les années 50, ont été ven­dus et injec­tés aux enfants amé­ri­cains, et des mil­lions de vac­cins ont éga­le­ment été expor­tés dans le monde entier[20].

L’ « éra­di­ca­tion » de la variole et le déclin appa­rem­ment spec­ta­cu­laire de la polio ne peuvent être attri­bués aux vac­cins, ni exclu­si­ve­ment, ni prin­ci­pa­le­ment. Aucune étude scien­ti­fique en bonne et due forme n’a jamais per­mis d’appuyer l’af­fir­ma­tion selon laquelle les vac­cins sont res­pon­sables du déclin de la mala­die. Les effets com­bi­nés des déter­mi­nants sociaux et envi­ron­ne­men­taux de la polio­myé­lite ont été les causes les plus pro­bables du déclin. L’utilisation éten­due du vac­cin contre la polio­myé­lite a été impul­sée par les inté­rêts éco­no­miques, poli­tiques et per­son­nels des impé­ria­listes plu­tôt que par les inté­rêts de la science et de la san­té publique. Il est assez bien éta­bli scien­ti­fi­que­ment que le déclin des taux de mor­ta­li­té des mala­dies infec­tieuses était dû, en grande par­tie, à des déter­mi­nants socio-éco­no­miques (amé­lio­ra­tion de la nutri­tion, de l’hy­giène et de l’as­sai­nis­se­ment, etc.) et à l’extension de l’immunité natu­relle. L’in­ter­ven­tion médi­cale à base de vac­cins et d’antibiotiques a été tar­dive, et sa contri­bu­tion à la dimi­nu­tion glo­bale de la mor­ta­li­té au fil du temps a été, au mieux, minime. Il existe en effet un cer­tain nombre de preuves scien­ti­fiques et des­crip­tives mon­trant que les vac­cins pro­voquent divers effets indé­si­rables aigus et chro­niques, et qu’ils ont pro­ba­ble­ment eu pour effet de retar­der le déclin des mala­dies infec­tieuses. La vac­ci­na­tion, induc­tion contrainte d’une réponse immu­ni­taire, était lar­ge­ment inap­pro­priée. Elle n’a pas par­ti­cu­liè­re­ment aidé, mais a au contraire créé plus de pro­blèmes, par­mi les­quels l’é­mer­gence de souches de micro-orga­nismes très viru­lentes. Autre effet indé­si­rable poten­tiel­le­ment désas­treux et impré­vu de la vac­ci­na­tion : la per­tur­ba­tion de l’im­mu­ni­té natu­relle des membres d’une com­mu­nau­té don­née. Néan­moins, en dépit de preuves scien­ti­fiques néga­tives acca­blantes, le pou­voir écra­sant de l’é­lite diri­geante a réus­si à pro­pa­ger la croyance bien ancrée selon laquelle la vac­ci­na­tion avait éra­di­qué la variole et consi­dé­ra­ble­ment réduit les décès dus à la polio et à d’autres mala­dies infec­tieuses. Cette croyance lar­ge­ment répan­due a per­mis à la classe diri­geante mon­diale de reven­di­quer des vel­léi­tés huma­ni­taires et de dis­si­mu­ler son véri­table pro­gramme d’hégémonie pla­né­taire et de maxi­mi­sa­tion des pro­fits industriels.

Après la Seconde Guerre mon­diale, le sec­teur phi­lan­thro­pique [d’aucuns parlent, à rai­son, de « colo­nia­lisme phi­lan­thro­pique », ou inver­se­ment, de « phi­lan­thro­pie colo­nia­liste », ou de « com­plexe indus­tria­lo-cari­ta­tif », ou encore de « com­plexe indus­triel non-lucra­tif », NdT] axé sur la san­té publique s’est étroi­te­ment ali­gné sur la poli­tique étran­gère des États-Unis, le néo­co­lo­nia­lisme favo­ri­sant le « déve­lop­pe­ment » des pays du Tiers-Monde. Les prin­ci­pales fon­da­tions phi­lan­thro-capi­ta­listes ont ain­si col­la­bo­ré avec l’U­SAID [« L’A­gence des États-Unis pour le Déve­lop­pe­ment Inter­na­tio­nal »] et les agences connexes afin de sou­te­nir des inter­ven­tions visant à aug­men­ter l’obtention de matières pre­mières tout en créant de nou­veaux mar­chés pour les pro­duits manu­fac­tu­rés occi­den­taux. Le concept de « gou­ver­nance mon­diale de la san­té » (Glo­bal Health Gover­nance, GHG) est appa­ru au début des années 1990, reflé­tant la confiance des États-Unis dans le fait que la chute de l’U­nion sovié­tique allait inau­gu­rer un monde uni­po­laire domi­né par leurs propres inté­rêts. Il s’a­gis­sait d’une vision d’un pou­voir dif­fus et omni­pré­sent conjoin­te­ment exer­cé par les ins­ti­tu­tions du capi­ta­lisme mon­dia­li­sé et garan­ti, en der­nier recours, par l’ar­mée amé­ri­caine. Les pro­grammes d’a­jus­te­ment struc­tu­rel ont alors détour­né et pillé les inves­tis­se­ments des gou­ver­ne­ments du tiers monde dans la san­té publique. La mon­dia­li­sa­tion du capi­ta­lisme s’est inten­si­fiée avec les mesures néo­li­bé­rales, la déré­gle­men­ta­tion et la pri­va­ti­sa­tion. Le nou­veau régime de gou­ver­nance mon­diale de la san­té a sys­té­ma­ti­que­ment contour­né ou com­pro­mis les minis­tères natio­naux de la san­té par le biais de « par­te­na­riats public-pri­vé » et autres dis­po­si­tifs simi­laires. Afin d’at­té­nuer la résis­tance aux inter­ven­tions impé­ria­listes dans le domaine de la san­té, des « mala­dies émer­gentes » ont été pré­sen­tées comme inévi­tables et poten­tiel­le­ment catas­tro­phiques, et le régime de gou­ver­nance mon­diale de la san­té s’est ins­crit dans le dis­cours plus géné­ral sur la « sécu­ri­té », à la suite des évè­ne­ments dou­teux du 11-sep­tembre. L’inquiétude mon­diale concer­nant le bio­ter­ro­risme a per­mis de relier le sec­teur de la san­té à celui de la sécu­ri­té nationale/internationale. Non seule­ment les tra­vailleurs de la san­té allaient consti­tuer un impor­tant poste de dépenses dans une sorte de front médi­cal de la guerre contre la ter­reur, mais en outre les forces mili­taires allaient être régu­liè­re­ment mobi­li­sées en réponse aux catas­trophes sani­taires. Les inter­ven­tions impé­ria­listes, dans le domaine de la san­té, ont com­men­cé à être jus­ti­fiées dans les mêmes termes que les récentes inter­ven­tions mili­taires « huma­ni­taires ». Cer­tains ana­lystes ont dénon­cé la mili­ta­ri­sa­tion de la san­té publique, esti­mant qu’elle était auto­ri­ta­riste et stra­té­gi­que­ment contre-pro­duc­tive, mais pour Bill Gates, le deuxième homme le plus riche du monde, il s’agissait d’un déve­lop­pe­ment bien­ve­nu. Le sou­tien de Gates était par­ti­cu­liè­re­ment signi­fi­ca­tif, sa fon­da­tion étant désor­mais à la pointe du com­plexe indus­triel non-lucra­tif à l’ère de la gou­ver­nance mon­diale de la san­té[21].

La Fon­da­tion Bill & Melin­da Gates (FBMG) est aujourd’­hui, et de loin, la plus impor­tante fon­da­tion pri­vée au monde, avec plus de 50 mil­liards de dol­lars d’ac­tifs. La majeure par­tie de ses acti­vi­tés ont pour objets les popu­la­tions du monde impé­ria­li­sé, où sa mis­sion consiste sup­po­sé­ment à aider au contrôle des nais­sances et à lut­ter contre les mala­dies infec­tieuses. La BMGF (Bill et Melin­da Gates Foun­da­tion) exerce son pou­voir non seule­ment au tra­vers de ses propres dépenses, mais aus­si en pilo­tant un réseau éla­bo­ré d’ « orga­ni­sa­tions par­te­naires » com­pre­nant des orga­ni­sa­tions à but non lucra­tif, des agences gou­ver­ne­men­tales et des socié­tés pri­vées. En tant que deuxième plus impor­tante source de finan­ce­ment de l’Or­ga­ni­sa­tion Mon­diale de la San­té (OMS) [depuis que les USA de Trump ont annon­cé qu’ils ces­saient de finan­cer l’OMS, peut-être que Bill Gates est le prin­ci­pal finan­ceur de l’OMS, NdT], et des Nations unies, elle joue un rôle pré­pon­dé­rant dans l’é­la­bo­ra­tion de la poli­tique sani­taire mon­diale. Elle orchestre des par­te­na­riats public-pri­vé com­plexes, et est le prin­ci­pal bailleur de fonds et le moteur prin­ci­pal de l’Al­liance pour les vac­cins (ancien­ne­ment GAVI), un par­te­na­riat public-pri­vé entre l’OMS et l’in­dus­trie des vac­cins. Le prin­ci­pal béné­fi­ciaire des acti­vi­tés de la BMGF n’est pas la popu­la­tion du Sud éco­no­mique, mais l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique occi­den­tale. Les liens de la Fon­da­tion Gates avec l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique et l’in­dus­trie des vac­cins sont très étroits, com­plexes et anciens. Peu après sa créa­tion, la BMGF a inves­ti 205 mil­lions de dol­lars dans de grandes entre­prises phar­ma­ceu­tiques, dont Merck & Co, Pfi­zer, John­son & John­son et GlaxoS­mi­thK­line. Les inter­ven­tions de la BMGF visent à créer des mar­chés lucra­tifs pour les pro­duits phar­ma­ceu­tiques excé­den­taires, en par­ti­cu­lier les vac­cins[22][23].

Les entre­prises pro­duc­trices de vac­cins appar­tiennent à de plus vastes com­pa­gnies imbri­quées, contrô­lées direc­te­ment ou indi­rec­te­ment par une élite d’ultra-riches et puis­sants, qui dirigent effec­ti­ve­ment le monde en impo­sant leurs poli­tiques impé­ria­listes. Ces grandes entre­prises sont de plus en plus liées entre elles par des direc­teurs et des inves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels com­muns. En 2004, une équipe de théo­ri­ciens suisses des sys­tèmes, uti­li­sant une base de don­nées de 37 mil­lions d’en­tre­prises et d’in­ves­tis­seurs dans le monde, a étu­dié l’ac­tion­na­riat reliant plus de 43 000 socié­tés trans­na­tio­nales. Ils ont décou­vert qu’un noyau de 1 318 socié­tés, repré­sen­tant 20 % des reve­nus d’ex­ploi­ta­tion mon­diaux, « sem­blait pos­sé­der col­lec­ti­ve­ment, par leurs actions, la majo­ri­té des com­pa­gnies de pre­mier ordre et des entre­prises manu­fac­tu­rières du monde — l’é­co­no­mie dite « réelle » — repré­sen­tant 60 % sup­plé­men­taires des reve­nus mon­diaux ». En étu­diant plus minu­tieu­se­ment encore le réseau de pro­prié­té, l’équipe a décou­vert qu’une grande par­tie de celui-ci remon­tait à une « super-enti­té » de 147 entre­prises encore plus étroi­te­ment liées — toutes leurs pro­prié­tés étaient déte­nues par d’autres membres de la super-enti­té — qui contrô­laient 40 % de la richesse totale du réseau. Ain­si, moins de 1 % des entre­prises étaient capables de contrô­ler 40 % de l’en­semble du réseau. La plu­part étaient des ins­ti­tu­tions finan­cières. Par­mi les 20 com­pa­gnies les plus impor­tantes, on trou­vait la Bar­clays Bank, JP Mor­gan Chase & Co et le groupe Gold­man Sachs[24]. Cette élite com­mer­ciale est inti­me­ment liée au Coun­cil of Forei­gn Rela­tions (CFR). Le CFR, fon­dé en 1921, est un think tank amé­ri­cain spé­cia­li­sé dans la poli­tique étran­gère et les affaires inter­na­tio­nales des États-Unis. Le CFR dirige le Pro­gramme d’É­tudes Rocke­fel­ler (Rocke­fel­ler Stu­dies Pro­gram) et réunit des res­pon­sables gou­ver­ne­men­taux, des diri­geants de mul­ti­na­tio­nales et des membres émi­nents du sec­teur du ren­sei­gne­ment et de la poli­tique étran­gère, afin de dis­cu­ter de sujets inter­na­tio­naux et de for­mu­ler des recom­man­da­tions à l’attention de l’ad­mi­nis­tra­tion pré­si­den­tielle et de la com­mu­nau­té diplo­ma­tique[25]. Cer­tains cri­tiques et ana­lystes poli­tiques ont qua­li­fié le CFR de « gou­ver­ne­ment fan­tôme » (USA­mé­ri­cain) tirant les ficelles en cou­lisses [Arund­ha­ti Roy, par exemple, en parle dans son livre Capi­ta­lisme, une his­toire de fan­tômes, dont nous avons publié un extrait ici, NdT].

Ces der­nières années, le che­val de Troie de l’im­pé­ria­lisme en matière de vac­ci­na­tion s’est beau­coup déve­lop­pé grâce au pou­voir crois­sant de la Fon­da­tion Bill et Melin­da Gates, désor­mais le prin­ci­pal moteur de la poli­tique de san­té mon­diale. Elle est aujourd’­hui le deuxième dona­teur de l’OMS [et peut-être même, le prin­ci­pal, ain­si que je le rap­pe­lais plus haut, NdT]. Avec les États-Unis comme prin­ci­pal dona­teur, l’emprise de l’im­pé­ria­lisme amé­ri­cain sur l’OMS est donc presque abso­lue. Bill Gates est la pre­mière per­sonne pri­vée à prendre la parole à l’as­sem­blée géné­rale des pays membres de l’OMS. Un délé­gué l’a fait remar­quer : « Il est trai­té comme un chef d’É­tat, non seule­ment à l’OMS, mais aus­si au G20[26] ». La BMGF a été com­pa­rée à « une énorme socié­té mul­ti­na­tio­nale à inté­gra­tion ver­ti­cale, contrô­lant chaque étape d’une chaîne d’ap­pro­vi­sion­ne­ment qui va de sa salle de conseil d’ad­mi­nis­tra­tion basée à Seat­tle, en pas­sant par les dif­fé­rentes étapes de l’ap­pro­vi­sion­ne­ment, de la pro­duc­tion et de la dis­tri­bu­tion, et jus­qu’aux mil­lions d’ “uti­li­sa­teurs finaux” ano­nymes et dépos­sé­dés dans des vil­lages d’A­frique et d’A­sie du Sud ». Elle dis­pose d’un mono­pole fonc­tion­nel dans le domaine de la san­té publique. Selon les termes d’un res­pon­sable d’ONG : « Vous ne pou­vez pas tous­ser, vous grat­ter la tête ou éter­nuer sans croi­ser quelqu’un de la Fon­da­tion Gates[27] ».

On ne manque pas d’exemples très actuels, s’a­gis­sant de pro­ces­sus en cours : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/19/le-kenya-et-le-malawi-zones-test-pour-un-carnet-de-vaccination-injecte-sous-la-peau_6023461_3212.html

Grâce à son pou­voir sans pré­cé­dent, Bill Gates a été en mesure de lan­cer un plan de finan­ce­ment néo­li­bé­ral éla­bo­ré pour les vac­cins, qui trans­fère inévi­ta­ble­ment les fonds publics vers les caisses pri­vées. En appa­rence, ce plan semble conçu pour aider les « pays en déve­lop­pe­ment » à finan­cer leurs pro­grammes de vac­ci­na­tion, mais en réa­li­té, ces pays sont pris dans un piège de la dette. Ce « finan­ce­ment inno­vant du déve­lop­pe­ment » est un méca­nisme fon­dé sur la dette qui fait appel aux mar­chés des capi­taux pour sub­ven­tion­ner les ache­teurs et les fabri­cants de vac­cins par l’in­ter­mé­diaire de la Faci­li­té Inter­na­tio­nale de Finan­ce­ment pour l’Immunisation (IFFIm). La GAVI émet des obli­ga­tions qui sont garan­ties par la pro­messe des dona­teurs gou­ver­ne­men­taux d’a­che­ter des mil­lions de doses de vac­cins à un prix fixe sur des périodes pou­vant aller jus­qu’à 20 ans. Les capi­ta­listes extorquent une part à chaque étape de la chaîne de valeur tan­dis que les pays pauvres sont cen­sés béné­fi­cier de l’ac­cès à des vac­cins qu’ils ne pour­raient pas s’offrir autre­ment. Les déten­teurs d’o­bli­ga­tions béné­fi­cient d’un retour sur inves­tis­se­ment garan­ti et non impo­sable, adap­té à une époque où les taux d’in­té­rêt sont très bas. Les entre­prises phar­ma­ceu­tiques, quant à elles, sont en mesure de vendre des vac­cins coû­teux à des prix sub­ven­tion­nés sur un mar­ché pauvre en liqui­di­tés mais vaste et sans risque. En créant une demande pré­vi­sible, l’IF­FIm s’at­taque à un obs­tacle majeur à l’ex­ten­sion de la vac­ci­na­tion : la rare­té des flux de tré­so­re­rie stables, pré­vi­sibles et coor­don­nés sur une longue période[28][29]. Les récentes acti­vi­tés de la BMGF/GAVI au Sri Lan­ka offrent une étude de cas exem­plaire de ce que l’on qua­li­fie par­fois de « colo­nia­lisme phar­ma­ceu­tique ». La GAVI a ciblé le pays en 2002, en pro­po­sant de sub­ven­tion­ner un vac­cin penta­valent bre­ve­té à prix éle­vé, le DtwP-hepB-Hib. En échange du sou­tien de la GAVI, le pays a accep­té d’a­jou­ter le vac­cin à son calen­drier natio­nal de vac­ci­na­tion. Dans les trois mois qui ont sui­vi l’in­tro­duc­tion du vac­cin, 24 effets indé­si­rables, dont 4 décès, ont été signa­lés, ce qui a conduit le Sri Lan­ka à sus­pendre l’u­ti­li­sa­tion du vac­cin. Par la suite, 21 nour­ris­sons sont morts des suites d’ef­fets indé­si­rables en Inde[30].

La véri­table cause sous-jacente des décès lors d’é­pi­dé­mies est le dys­fonc­tion­ne­ment du sys­tème de san­té pro­vo­qué par le sous-déve­lop­pe­ment socio-éco­no­mique chro­nique carac­té­ris­tique d’une socié­té semi-féo­dale et semi-colo­niale vic­time de l’im­pé­ria­lisme, et non la perte de confiance dans les vac­cins due à la « peur du Deng­vaxia ». Le détour­ne­ment du sys­tème de san­té par les entre­prises, avec la com­pli­ci­té du gou­ver­ne­ment, des ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales, de la méde­cine conven­tion­nelle et de divers orga­nismes, a pri­vé les popu­la­tions de leur droit à la san­té. Le pro­fit est deve­nu le prin­ci­pal fac­teur déci­sion­nel dans la réso­lu­tion d’un pro­blème de san­té publique, et non de bien-être public. La déré­gle­men­ta­tion, la pri­va­ti­sa­tion et la libé­ra­li­sa­tion, carac­té­ris­tiques de la mon­dia­li­sa­tion capi­ta­liste, le nou­veau visage de l’im­pé­ria­lisme, ont pra­ti­que­ment anéan­ti tout ce qui res­tait des ser­vices sociaux abor­dables, en par­ti­cu­lier des ser­vices de san­té, acces­sibles à la majo­ri­té de la popu­la­tion. Pire encore, sous cou­vert de « déve­lop­pe­ment éco­no­mique », le poids des grandes entre­prises dans les mines, les plan­ta­tions, le char­bon, les bar­rages et autres méga­pro­jets des­truc­teurs de l’en­vi­ron­ne­ment et socia­le­ment nui­sibles ont dévas­té les ini­tia­tives de res­pon­sa­bi­li­sa­tion des com­mu­nau­tés et de sou­te­na­bi­li­té réelle, de réduc­tion de la pau­vre­té, de pro­mo­tion de la san­té et de rési­lience cli­ma­tique. Les atteintes conco­mi­tantes et crois­santes (com­pre­nant même des exé­cu­tions extra­ju­di­ciaires) aux droits fon­da­men­taux de l’homme ont sou­mis les per­sonnes mar­gi­na­li­sées à un stress phy­sique, bio­lo­gique, psy­cho­lo­gique et social extrême, et les ont for­cées, à plu­sieurs reprises, à quit­ter leurs terres, leurs mai­sons, leurs cultures et à aban­don­ner leurs autres moyens de sub­sis­tance. Dans ces cir­cons­tances, des épi­dé­mies de mala­dies infec­tieuses et d’autres pro­blèmes de san­té graves ne peuvent que sur­ve­nir et s’ag­gra­ver. La cause pro­fonde des épi­dé­mies, dans ce pays, est l’im­pé­ria­lisme. Le remède est donc la libé­ra­tion, l’émancipation du joug colo­nial, pas la vaccination.

Romeo F. Quijano

Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Cor­rec­tion : Lola Bearzatto


  1. Pau­lo Freire, La Péda­go­gie des oppri­més.
  2. Waitz­kin, H. Imperialism’s Health Com­ponent. 2015. monthlyreview.org/2015/07/01/imperialisms-health-component/
  3. Rocke­fel­ler Hos­pi­tal Cen­ten­nial, Using Advances in Viral Tis­sue Culture Tech­niques to Pro­duce aSa­fer Small­pox Vac­cine : http://centennial.rucares.org/index.php?page=Smallpox_Vaccine”http://centennial.rucares.org/index.php?page=Smallpox_Vaccine
  4. She­pard, L., Legend lives on at Parke-Davis site. Roches­ter Post, April 27, 2016.
  5. Pfi­zer joins forces with War­ner-Lam­bert : https://www.pfizer.com/about/history/pfizer_warner_lambert”https://www.pfizer.com/about/history/pfizer_warner_lambert
  6. https://fr.wikipedia.org/wiki/Pfizer
  7. https://www.pfizer.com/science/vaccines/milestones &
  8. The Age of Impe­ria­lism (1870–1914) : https://www.tamaqua.k12.pa.us/cms/lib07/PA01000119/Centricity/Domain/119/TheAgeofImperialism.pdf
  9. Ame­ri­can Impe­ria­lism – Digi­tal His­to­ry Web­site : http://www.clovis-schools.org/chs-freshman/Resources/Notes/American Imperialism.pdf
  10. Ame­ri­can Impe­ria­lism-Bound­less US His­to­ry : https://courses.lumenlearning.com/boundless-ushistory/chapter/american-imperialism/
  11. The eco­no­mic taproot of impe­ria­lism : https://www.marxists.org/archive/hobson/1902/imperialism/pt1ch6.htm
  12. Cox, F. Conquest and Disease or Colo­ni­za­tion and Health ? : https://www.gresham.ac.uk/lecture/transcript/print/conquest-and-disease-or-colonialism-and-health/
  13. Levich J. Glo­bal Health and US Impe­ria­lism. In : Ness I., Cope Z. (eds) The Pal­grave ; Ency­clo­pe­dia of Impe­ria­lism and Anti-Impe­ria­lism. Pal­grave Mac­mil­lan, Cham, 2019
  14. Brown, E.R., Public Health in Impe­ria­lism. AJPH Sep­tem­ber, 1976, Vol. 66, No. 9
  15. Sin­clair, I. Small­pox True His­to­ry : http://www.cidpusa.org/dangers_of_smallpox_vaccination.htm”http://www.cidpusa.org/dangers_of_smallpox_vaccination.htm
  16. Dead­ly Diseases and Epi­de­mics : Polio, p. 19, 2009, Info­base Publi­shing.
  17. Hum­phries, S. & Bys­tria­nyk, R.. Dis­sol­ving Illu­sions : Disease, Vac­cines, and the For­got­ten His­to­ry. Crea­teS­pace Inde­pendent Publi­shing, 2014.
  18. Offit, P. The Cut­ter Inci­dent : How America’s First Polio­Vac­cine Led to a Gro­wing Vac­cine Cri­sis. Jour­nal of The Royal Socie­ty of Medi­cine, Volume 99 March 2006.
  19. Mil­ler, N.Z, The polio vac­cine : a cri­ti­cal assess­ment. Medi­cal Veri­tas 1 (2004) 239–251.
  20. Voir note 17
  21. Voir note 13
  22. Voir note 13
  23. Levich, J. The real agen­da of the Gates Foun­da­tion, Libe­ra­tion News, Nov.2,2014 : https://www.liberationnews.org/real-agenda-gates-foundation/”https://www.liberationnews.org/real-agenda-gates-foundation/
  24. Busi­ness mana­ged demo­cra­cy – inter­lo­cking direc­to­rates : http://www.herinst.org/BusinessManagedDemocracy/introduction/interlocking.html”http://www.herinst.org/BusinessManagedDemocracy/introduction/interlocking.html
  25. https://fr.wikipedia.org/wiki/Council_on_Foreign_Relations
  26. Huet, N. and Paun, P., Meet the world’s most power­ful doc­tor : Bill Gates influence : https://www.politico.eu/article/bill-gates-who-most-powerful-doctor/
  27. Voir note 13
  28. Voir note 13
  29. Atun, R., et al. Inno­va­tive finan­cing for health : What is tru­ly inno­va­tive ? Lan­cet, 380(9858), 2044–2048,2012.
  30. Voir note 13

Nota Bene : Le prisme anti-impé­ria­liste est inté­res­sant, et impor­tant. Cepen­dant, il passe bien sou­vent à côté d’une par­tie essen­tielle de l’Histoire. L’impérialisme n’est que le pro­lon­ge­ment d’une poli­tique ayant d’abord été appli­quée, impo­sée, au sein même d’une enti­té éta­tique (Cf. L’en­ne­mi inté­rieur : la généa­lo­gie colo­niale et mili­taire de l’ordre sécu­ri­taire dans la France contem­po­raine de Mathieu Rigouste, et Por­trait du colo­nia­liste : l’ef­fet boo­me­rang de sa vio­lence et de ses des­truc­tions de Jéré­mie Piolat).

Les oppo­sants aux vac­cins et à la vac­ci­na­tion ne sont le plus sou­vent pas des oppo­sants à la socié­té indus­trielle dans son ensemble, leurs argu­ments relèvent bien sou­vent de polé­miques concer­nant des sta­tis­tiques, l’efficience des vac­cins, leur dan­ge­ro­si­té, etc. Le texte de Romeo Qui­ja­no l’illustre d’ailleurs, mais seule­ment en par­tie. Cette ten­dance ne consti­tue ni le plus inté­res­sant ni le prin­ci­pal élé­ment de son argu­ment, qui est que les vac­cins et la vac­ci­na­tion sont des pro­duits et des élé­ments de l’im­pé­ria­lisme capi­ta­liste. Dans un article sur les nou­veaux vac­cins obli­ga­toires, publié en 2017 dans un numé­ro de Phi­lo­so­phie Maga­zine, le phi­lo­sophe Oli­vier Rey sou­ligne que :

« La majo­ri­té des oppo­sants à la vac­ci­na­tion […] invoquent avant tout les risques que ferait cou­rir la vac­ci­na­tion, notam­ment à cause de leurs adju­vants alu­mi­niques ou de rares cas de com­pli­ca­tions. Autre­ment dit, ils se placent dans la même logique que ceux qui la pré­co­nisent, tout en contes­tant les don­nées du cal­cul bénéfice/risque. Une telle posi­tion est peu convain­cante. La façon la plus favo­rable de l’envisager est d’y voir un symp­tôme : l’expression du sen­ti­ment de dépos­ses­sion qui nous enva­hit de devoir nous confier, pour ce bien propre que sont notre san­té et celle de nos enfants, à un sys­tème qui décide de ce qui est bon pour nous et qui, en pré­ten­dant œuvrer pour notre bien, ruine notre autonomie. »

Le pro­blème fon­da­men­tal de la vac­ci­na­tion est en effet poli­tique, c’est pour­quoi Romeo Qui­ja­no parle de libé­ra­tion, d’é­man­ci­pa­tion du joug colo­nial. Cela dit, pour le com­prendre, encore faut-il réa­li­ser que nous ne vivons pas en démo­cra­tie, qu’il existe bel et un bien un « sys­tème qui décide » et que l’immense majo­ri­té d’entre nous ne contrôle aucu­ne­ment. Les vac­cins et la vac­ci­na­tion ont été impo­sés à l’intérieur des fron­tières de la France comme dans ses colo­nies d’Afrique et d’ailleurs. Leur déve­lop­pe­ment, ain­si que Romeo Qui­ja­no le rap­pelle, découle du déve­lop­pe­ment conjoint du capi­ta­lisme et de l’industrialisme — sans eux, pas de vac­cin, pas de vac­ci­na­tion, mais en même temps, pas besoin de vac­cin, et pas besoin de vac­ci­na­tion. C’est en effet leur déve­lop­pe­ment conjoint, ou, plus exac­te­ment, celui de la civi­li­sa­tion depuis déjà plu­sieurs mil­lé­naires, qui agglu­tine tou­jours plus les êtres humains dans des villes, étio­lant ain­si leurs orga­nismes (« mala­dies de civi­li­sa­tion », etc.), qui concentre pareille­ment les ani­maux domes­tiques et d’élevages, qui détruit le monde natu­rel, qui détraque le cli­mat, dérou­lant un véri­table tapis rouge à l’émergence et la pro­pa­ga­tion de tou­jours plus nom­breuses mala­dies infec­tieuses. Dans un tel cercle vicieux, il est très pos­sible que les vac­cins et la vac­ci­na­tion consti­tuent une néces­si­té vitale de la socié­té indus­trielle tech­no-capi­ta­liste, sans laquelle elle péri­rait ; une condi­tion sine qua non de la per­pé­tua­tion de son entre­prise de des­truc­tion et d’artificialisation du monde, d’exploitation tou­jours plus pous­sée des « res­sources humaines » dont elle a encore besoin (pour l’instant).

Les fana­tiques d’une soi-disant « sécu­ri­té » dépour­vue d’objet, se fichant pas mal de la liber­té, y ayant plei­ne­ment renon­cé, y com­pris pour et aux noms des autres, ne voient là que du bien. L’État et les Entre­prises garan­tissent la sécu­ri­té de tous — de tous leurs sujets, ou objets (cela revient au même) — et tout va pour le mieux dans Le Meilleur des mondes. Car en effet, la vac­ci­na­tion « sup­pose l’allégeance à un gigan­tesque sys­tème médi­cal », ain­si que le for­mule Oli­vier Rey dans le même article. Ce gigan­tesque sys­tème médi­cal, en grande par­tie consti­tué de l’industrie phar­ma­ceu­tique, s’inscrit lui-même dans le cadre plus vaste du sys­tème tech­no-indus­triel capi­ta­liste désor­mais mon­dia­li­sé, lequel détruit la vie sur Terre — voi­là pour le coût éco­lo­gique des vac­cins et de la vac­ci­na­tion : leur impact envi­ron­ne­men­tal est indis­so­ciable de celui du sys­tème socio­tech­nique sur lequel ils reposent, et dans lequel ils s’imbriquent — aus­si sûre­ment qu’il nous dépos­sède et nous aliène effec­ti­ve­ment tous, à tous les niveaux, ain­si que le dénon­çait Lewis Mum­ford dans Le Mythe de la machine :

« […] l’organisation de la vie est deve­nue si com­plexe et les pro­ces­sus de pro­duc­tion, dis­tri­bu­tion et consom­ma­tion si spé­cia­li­sés et sub­di­vi­sés, que la per­sonne perd toute confiance en ses capa­ci­tés propres : elle est de plus en plus sou­mise à des ordres qu’elle ne com­prend pas, à la mer­ci de forces sur les­quelles elle n’exerce aucun contrôle effec­tif, en che­min vers une des­ti­na­tion qu’elle n’a pas choi­sie. […] l’individu condi­tion­né par la machine se sent per­du et déses­pé­ré tan­dis qu’il pointe jour après jour, qu’il prend place dans la chaîne d’assemblage, et qu’il reçoit un chèque de paie qui s’avère inca­pable de lui offrir les véri­tables biens de la vie.

Ce manque d’investissement per­son­nel rou­ti­nier entraîne une perte géné­rale de contact avec la réa­li­té : au lieu d’une inter­ac­tion constante entre le monde inté­rieur et exté­rieur, avec un retour ou réajus­te­ment constant et des sti­mu­li pour rafraî­chir la créa­ti­vi­té, seul le monde exté­rieur – et prin­ci­pa­le­ment le monde exté­rieur col­lec­ti­ve­ment orga­ni­sé, exerce l’autorité ; même les rêves pri­vés nous sont com­mu­ni­qués, via la télé­vi­sion, les films et les disques, afin d’être acceptables.

Paral­lè­le­ment à ce sen­ti­ment d’aliénation naît le pro­blème psy­cho­lo­gique carac­té­ris­tique de notre temps, décrit en termes clas­siques par Erik Erik­son comme la “crise d’identité”. Dans un monde d’éducation fami­liale tran­si­toire, de contacts humains tran­si­toires, d’emplois et de lieux de rési­dences tran­si­toires, de rela­tions sexuelles et fami­liales tran­si­toires, les condi­tions élé­men­taires pour le main­tien de la conti­nui­té et l’établissement d’un équi­libre per­son­nel dis­pa­raissent. L’individu se réveille sou­dain, comme Tol­stoï lors d’une fameuse crise de sa vie à Arza­mas, dans une étrange et sombre pièce, loin de chez lui, mena­cé par des forces hos­tiles obs­cures, inca­pable de décou­vrir où et qui il est, hor­ri­fié par la pers­pec­tive d’une mort insi­gni­fiante à la fin d’une vie insignifiante. »

Car la vac­ci­na­tion et les vac­cins sont intrin­sè­que­ment des « tech­niques auto­ri­taires », pour reprendre une autre for­mule de Mum­ford, c’est-à-dire qu’ils s’inscrivent dans « une nou­velle confi­gu­ra­tion d’in­ven­tion tech­nique, d’ob­ser­va­tion scien­ti­fique et de contrôle poli­tique centra­lisé qui a don­né nais­sance au mode de vie que nous pou­vons à pré­sent iden­ti­fier à la civi­li­sa­tion, sans en faire l’éloge ».

Or une des carac­té­ris­tiques des « tech­niques auto­ri­taires », c’est qu’elles font sys­tème, qu’il est impos­sible de les conce­voir iso­lé­ment : pas de pro­duc­tion en masse de vac­cins sans labo­ra­toires, machines, employés, etc., sans de nom­breuses autres indus­tries, et sans un sys­tème pour faire tenir le tout. C’est-à-dire qu’il serait erro­né de ne voir dans les vac­cins ou la vac­ci­na­tion « qu’un objet iso­lé, tel que son uti­li­té ponc­tuelle le fait pas­ser pour bénin et de peu de consé­quences », ain­si que l’expose Jaime Sem­prun, dans son ex­cellent livre Défense et illus­tra­tion de la nov­langue fran­çaise, en pre­nant, pour exemple de tech­no­lo­gie auto­ri­taire, la voi­ture (sachant qu’il en va pareille­ment des vac­cins et de la vaccination) :

« En revanche, dès qu’on le consi­dère comme par­tie inté­grante d’un ensemble, tout change. Et ain­si l’au­to­mo­bile, machine on ne peut plus tri­viale et presque archaïque, que cha­cun s’ac­corde à trou­ver bien utile et même indis­pen­sable à notre liber­té de dépla­ce­ment, devient tout autre chose si on la replace dans la socié­té des machines, dans l’or­ga­ni­sa­tion géné­rale dont elle est un simple élé­ment, un rouage. On voit alors tout un sys­tème com­plexe, un gigan­tesque orga­nisme com­po­sé de routes et d’au­to­routes, de champs pétro­li­fères et d’oléo­ducs, de sta­tions-ser­vice et de motels, de voyages orga­ni­sés en cars et de grandes sur­faces avec leurs par­kings, d’échan­geurs et de rocades, de chaînes de mon­tage et de bureaux de “recherche et déve­lop­pe­ment” ; mais aus­si de sur­veillance poli­cière, de signa­li­sa­tion, de codes, de régle­men­ta­tions, de normes, de soins chirur­gi­caux spécia­li­sés, de “lutte contre la pollu­tion”, de mon­tagnes de pneus usés, de batte­ries à recy­cler, de tôles à compres­ser. Et dans tout cela, tels des para­sites vivant en sym­biose avec l’or­ga­nisme hôte, d’af­fec­tueux aphi­diens cha­touilleurs de machines, des hommes s’af­fai­rant pour les soi­gner, les entre­te­nir, les alimen­ter, et les ser­vant encore quand ils croient circu­ler à leur propre initia­­tive, puisqu’il faut qu’elles soient ain­si usées et détruites au rythme pres­crit pour que ne s’in­ter­rompe pas un ins­tant leur repro­duc­tion, le fonc­tion­ne­ment du sys­tème géné­ral des machines. »

Si vous dési­rez ardem­ment ser­vir de rouage à la machine tech­no-capi­ta­liste dans les agglo­mé­ra­tions de la socié­té de masse — laquelle, n’ayant de cesse de détruire la nature, est sans doute vouée à s’autodétruire — on peut alors com­prendre que vous défen­diez les vac­cins et leur monde. Mais tâchez de com­prendre que ceux d’entre nous qui choi­sissent de s’oppo­ser « à ce sys­tème auto­ri­taire qui confère […] à la tech­nique l’au­to­rité qui appar­tient à la person­na­lité humaine » (Mum­ford), qui estiment que « la vie ne se délègue pas » (idem), qui ne se rêvent pas ser­vo­mé­ca­nismes dans la conur­ba­tion pla­né­taire, mais sou­haitent le déman­tè­le­ment inté­gral de la civi­li­sa­tion indus­trielle, puissent ne voir dans la vac­ci­na­tion et les vac­cins qu’une détes­table tech­no­lo­gie auto­ri­taire par­mi toutes celles sur les­quelles elle repose, et qui fini­ront avec elle.

***

« Oui, mais sans vac­cins, tous les enfants mourraient !

— Dans l’état actuel des choses, admet­tons (même s’il s’agit, bien enten­du, d’une exa­gé­ra­tion). Cela étant, nous ne sommes bien évi­dem­ment pas en train d’affirmer, ici, que nous sou­hai­tons une inter­dic­tion totale et immé­diate des vac­cins dès demain matin. Et d’abord parce que ça n’aurait aucun sens. Pour bien le com­prendre, pre­nons un autre exemple : la plu­part de ceux qui dénoncent à juste titre l’extraction et l’utilisation de com­bus­tibles fos­siles ne sont pas en train de dire qu’ils exigent que dès demain matin, lit­té­ra­le­ment, plus une seule goutte de pétrole ni d’aucun autre com­bus­tible fos­sile ne soit uti­li­sée. Cela n’a aucune chance de se pro­duire, mais pour aller au bout de l’absurde, ima­gi­nons que cela soit pos­sible. Cela ne serait pas for­cé­ment une mau­vaise chose, du moins pour le reste du monde vivant, mais cela impli­que­rait la mort de 95% des humains, gros­so modo (la plu­part d’entre nous en dépendent actuel­le­ment, d’une façon ou d’une autre, de manière qua­si-vitale sinon vitale, étant don­né que le fonc­tion­ne­ment de la civi­li­sa­tion indus­trielle repose tota­le­ment sur leur uti­li­sa­tion). On ne reproche pour­tant pas à ceux qui cri­tiquent l’extraction et l’utilisation de com­bus­tibles fos­siles de vou­loir tuer toute l’humanité, ou tous les enfants. Ce qu’ils disent, c’est qu’il faut que nous par­ve­nions à des socié­tés dans les­quelles nous ne serons plus contraints d’utiliser de tels com­bus­tibles. Nous ne disons pas autre chose concer­nant les vaccins. »

(La pro­duc­tion de vac­cins repo­sant elle aus­si, au même titre que tout le reste, sur l’utilisation de com­bus­tibles fos­siles et sur la socié­té indus­trielle dans son ensemble, on pour­rait repro­cher à ceux qui les défendent bec et ongles de vou­loir tous nous tuer, ain­si que la vie sur Terre telle qu’elle existe actuel­le­ment, au tra­vers du réchauf­fe­ment cli­ma­tique et de ses consé­quences, ou sim­ple­ment au tra­vers de la des­truc­tion sui­ci­daire de la nature qu’implique le fonc­tion­ne­ment nor­mal de la civi­li­sa­tion industrielle).

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
309
Shares
1 comment
  1. Mer­ci à Le Par­tage d’é­vo­quer le sujet (j’ai juste sur­vo­lé l’ar­ticle pour le moment). Il semble impor­tant de faire les ponts entre les évé­ne­ments. Comme Jacques Pau­wels (cité sur ce site web) le disait pour la pre­mière guerre mon­diale, il y a pro­ba­ble­ment un but à ce que nous vivons. N’en déplaisent à ceux, empê­trés dans des éti­quettes (« extrême gauche » par exemple) qui refu­se­ront de croire à tout com­plot (décré­tant que « l’ex­trême droite » est tenan­cière de ces théo­ries). J’a­joute au sujet de Bill Gates, le lien pour la simu­la­tion de pan­dé­mie faite juste avant la crise : https://www.centerforhealthsecurity.org/event201/

    Il en va de notre pos­si­bi­li­té d’a­ve­nir que de refu­ser masques, attes­ta­tions, tra­çage, vac­ci­na­tion et tout ce qu’on va nous impo­ser sous cou­vert de seconde vague, troi­sième vague etc. Main­te­nant, c’est STOP.

    Je me per­mets un lien pour le site de Xochi­pel­li, fon­da­teur des semences Koko­pel­li. Concer­nant la vac­ci­na­tion, il a des choses à dire, sour­cées, à chaque fois. Outre son « cli­ma­to­sep­ti­cisme » (quel terme de merde — créé par les indus­triels?) ceci dit très étayé, Xochi est un véri­table défen­seur du vivant, pour un « futur pri­mi­tif » et avec une culture incroyable. Beau­coup des textes qu’il fait par­ta­ger ne seraient pas reniés par Le Par­tage ; Le « conspi­ra­tion­nisme » en fera peut-être bon­dir cer­tains… je suis d’a­vis qu’il est tant d’ou­vrir les yeux. N’a t‑on pas dit sou­vent, ici, que les puis­sants, les Etats, n’é­taient cer­tai­ne­ment pas là pour notre bien ?
    http://xochipelli.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Lettre ouverte : Pour se réapproprier l’écologie ! (par Derrick Jensen, Vandana Shiva, Chris Hedges…)

Il fut un temps, le mouvement écologiste œuvrait à protéger le monde naturel de l’insatiable exigence de cette culture extractiviste. Une partie du mouvement y œuvre encore : sur toute la planète des activistes de terrain et leurs organisations luttent désespérément afin de sauver telle ou telle créature, telle ou telle plante, ou champignon, tel ou tel lieu, et cela par amour [...]