Les quatre cavaliers (avec Noam Chomsky, Joseph Stiglitz, John Perkins, etc.)

Les quatre cava­liers (« Four Hor­se­men ») est un film indé­pen­dant de 2012 réa­li­sé par Ross Ash­croft, qui dévoile les rouages du sys­tème éco­no­mique domi­nant actuel­le­ment la pla­nète. La crois­sance infi­nie et la recherche du pro­fit ont pous­sé l’humanité au bord du pré­ci­pice. Et les quatre cava­liers d’aujourd’hui sont la vio­lence, la dette, l’inégalité et enfin la pau­vre­té. Si leurs galops infer­naux ne sont pas arrê­tés, ils risquent de com­pro­mettre la péren­ni­té des futures générations.

L’économie mon­diale va mal. La crise se trans­for­mant rapi­de­ment en catas­trophe, de plus en plus de gens se mettent en quête de conseils avi­sés sur la manière de restruc­tu­rer l’économie occi­den­tale. Ces trois der­nières années, 23 intel­lec­tuels – cer­tains d’entre eux très contro­ver­sés aux yeux de l’intelligentsia poli­ti­co-média­tique – ont accep­té de bri­ser le silence et d’expliquer com­ment le monde fonc­tionne vrai­ment. Les quatre cava­liers ne tombe ni dans la cri­tique des mondes finan­cier et poli­tique ni dans la théo­rie du com­plot : le film ana­lyse sim­ple­ment le sys­tème éco­no­mique dans lequel nous avons choi­si de vivre et avance des pro­po­si­tions de changement.

Inter­ve­nants : Noam Chom­sky, Her­man Daly, Joseph Sti­glitz, Max Kei­ser, John Per­kins, Ha-Joon Chang, Gil­lian Tett, Michael Hud­son, Richard Wil­kin­son, Law­rence Wil­ker­son, Satish Kumar, Simon John­son, Cami­la Bat­man­ghe­lid­jh, Phil­lip Blond, George Nil­son, Domi­nic Frisby.

Print Friendly, PDF & Email
Total
9
Shares
3 comments
  1. Mer­ci beaucoup !
    Je ne com­prends même pas com­ment il est pos­sible que je n’ai pas enten­du par­ler de ce film !
    Sur­ement per­du dans le brou­ha­ha du flux constant… dans lequel se perd mal­heu­reu­se­ment bien trop sou­vent les vrais infos ; celles qui donnent du sens et font toute la différence.
    Au pas­sage, je salue Guillaume Nery qui m’a per­mis de vous connaitre en vous citant sur le site de France Culture, lors­qu’il fut l’in­vi­té de la très belle émis­sion : De cause à effet.
    Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

À propos des métiers à la con (par David Graeber)

En 1930, John Maynard Keynes avait prédit que d'ici la fin du siècle, les technologies seraient suffisamment avancées pour que des pays comme le Royaume-Uni ou les États-Unis mettent en place une semaine de travail de 15 heures. Tout laisse à penser qu’il avait raison. En termes technologiques, nous en sommes tout à fait capables. Et pourtant cela n’est pas arrivé. Au contraire, la technologie a été mobilisée dans le but de trouver des moyens de nous faire travailler plus. [...]
Lire

Art, divertissement et destruction du monde (par Stephanie McMillan, Derrick Jensen et Lewis Mumford)

[...] On nous enseigne qu'il est impoli de juger, d'être moraliste, qu'affirmer un point de vue viole l'esprit pur, transcendantal et neutre de l'art. Des putains de conneries de merde, conçues pour nous affaiblir et nous dépolitiser. Ces temps-ci, la neutralité n'existe pas — ne pas prendre position signifie soutenir et assister les exploiteurs et les meurtriers. Ne soyons ni les outils ni les bouffons du système. Les artistes ne sont ni des poltrons ni des mauviettes — nous sommes des résistants. Nous prenons position. Nous ripostons. [...]
Lire

Le paysan, « ébauche grossière et incomplète de l’homme réellement civilisé » (par Eugen Weber)

Afin de prolonger notre critique du mot et de l’idée de civilisation (voir aussi cet article), nous vous proposons ce court extrait du livre La fin des terroirs d’Eugen Weber (Fayard, 1983). Où l’on perçoit de manière flagrante l’idéologie suprémaciste et raciste qu’implique l’idée de civilisation, idée qui ne sert pas qu’à dénigrer les « primitifs » de quelque pays exotique, puisqu’elle sert également à inférioriser les « sauvages » de notre propre nation (en devenir, qui doit être construite en éradiquant, en civilisant lesdits sauvages). La civilisation, la ville, le Progrès, l'école, l’État, des idées qui se recoupent et se complètent, et qui nous ont menés au désastre social et écologique en cours.