La lutte des peuples contre le totalitarisme de l’État : 6000 ans d’histoire (par Thierry Sallantin)

Thier­ry Sal­lan­tin, l’au­teur du texte qui suit, est un eth­no­logue et anthro­po­logue fran­çais, ayant pas­sé près de 10 ans au sein de tri­bus amé­rin­diennes dans la forêt ama­zo­nienne de Guyane).


Soit l’État, comme tech­nique de gou­ver­ne­ment, de main­tien dans l’o­béis­sance de col­lec­ti­vi­tés humaines de taille… inhumaine.

Ce qui sous-entend que la taille humaine (étu­diée par Phi­lippe Gru­ca de la revue Entro­pia, et spé­cia­liste de Gun­ther Anders), est cette taille modeste qui per­met aux humains de s’or­ga­ni­ser sans avoir à s’in­cli­ner devant une struc­ture hié­rar­chique et donc inégalitaire.

Dès que s’ins­talle la déme­sure, l’Hubris en grec, com­mence la domi­na­tion de quelques-uns sur la majo­ri­té, et l’u­sage de la force (police, armée…) pour assu­rer cette domination.

La déme­sure est là dès que le nombre d’êtres humains est trop impor­tant pour l’exer­cice de la démo­cra­tie directe et la prise des déci­sions à l’u­na­ni­mi­té des membres de la com­mu­nau­té concer­née, tous et toutes pré­sents à la réunion, une réunion de per­sonnes qui se connaissent bien car elles par­tagent chaque jour une vie convi­viale, ce qui sup­pose proxi­mi­té, fami­lia­ri­té et intimité.

Jadis ces groupes de co-habi­tants par­laient la même langue, et étaient fiers d’être « eux », donc de langue dif­fé­rente des « autres », la langue étant un mar­queur d’i­den­ti­té, vécu comme le plai­sir de la cha­leur humaine, cha­leur res­sen­tie qu’à l’é­chelle de la fami­lia­ri­té, de la vie locale, à por­tée de voix. Et les enfants étaient habi­tués dès le plus jeune âge à être plu­ri­lingues, ce qui per­met­tait la com­mu­ni­ca­tion avec les peuples voisins…

6 909 langues dans le monde main­te­nant, à 90% par­lées dans les espaces encore peu éta­ti­sés ou colo­ni­sés par la déme­sure occi­den­tale. Les lin­guistes éva­luent à 20 000 le nombre des langues par­lées il y a 6 000 ans. (Source : Nicho­las Evans : « Ces mots qui meurent », ed. La Découverte.)

Dès que com­mence la folie de la puis­sance, la soif de pou­voir et de ses signes : la richesse qu’il faut exhi­ber par défi et concur­rence osten­ta­toire, com­mence la déme­sure de la taille du groupe humain à sou­mettre et gérer.

Les Puis­sants rêvent de conquêtes jamais ter­mi­nées : aller tou­jours plus loin, pour sou­mettre le plus de peuples pos­sible, rame­ner le butin, les armées se payant sur le dos des conquis : pillages et rapines…

Sys­tème de pillage qui, pour per­mettre sa péren­ni­sa­tion, va peu à peu à peu se nor­ma­li­ser par le sys­tème de la ponc­tion à inter­valles régu­liers : nais­sance des impôts et des taxes, avec un niveau d’ac­cep­ta­bi­li­té sociale à entre­te­nir en jouant tou­jours avec le feu des « jac­que­ries » pos­sibles si le Pou­voir tire trop sur la corde, exige trop des soumis.

L’His­toire (celle que racontent les manuels en Occi­dent) n’est que l’his­toire des conquêtes et des consti­tu­tions d’États et d’Em­pires, l’his­toire de l’eth­no­cide des peuples, méthode plus effi­cace que le géno­cide, car une fois mort, le peuple exter­mi­né ne peut plus payer, mieux vaut donc sou­mettre sans tuer, ou tuer juste la quan­ti­té néces­saire pour effrayer (ter­ro­ri­ser : but du ter­ro­risme) et obte­nir ain­si à moindre frais la red­di­tion : les vain­cus acceptent alors la « paci­fi­ca­tion » qui va se concré­ti­ser par l’ac­cep­ta­tion du tri­but à payer (rôle du « contri­buable ») puis de l’impôt.

Les Puis­sants décou­vri­ront au début du 19ème qu’il est plus effi­cace de faire tra­vailler les vain­cus sous le régime du sala­riat des ouvriers (salaire avec lequel l’in­di­vi­du doit sub­ve­nir péni­ble­ment à ses besoins), que sous le régime de l’es­cla­vage : lire d’An­dré Pichot : « De la Bible à Dar­win, aux ori­gines du racisme occi­den­tal ».

Les vain­cus seront autant les peuples tra­di­tion­nels orga­ni­sés en com­mu­nau­tés pay­sannes qua­si autar­ciques, en Europe, que les peuples exo­tiques décou­verts lors de la colo­ni­sa­tion outre-mer ou outre Oural au 16ème siècle…

Les peuples tra­di­tion­nels d’Eu­rope se rebel­le­ront face à leur dépor­ta­tion dans les pre­mières usines concen­tra­tion­naires par ces bris de machines qu’on appel­le­ra le « lud­disme », ou par des révoltes comme la « Guerre des Demoi­selles » lorsque l’État de plus en plus tota­li­taire ira jus­qu’à exclure les pay­sans des forêts qui assu­raient jusque là la moi­tié de leur sub­sis­tance, ou à les exclure des espaces gérés de façon col­lec­tive : les « com­mu­naux », que les Puis­sants vont clô­tu­rer et s’at­tri­buer : la pri­va­ti­sa­tion par les « enclo­sures ». Rui­ner les autar­cies locales jet­te­ra sur les routes la main‑d’œuvre dont va se repaître la révo­lu­tion indus­trielle en marche, de la même façon que ces masses d’im­mi­grés sub-saha­riens qui tentent de plus en plus d’ar­ri­ver en Europe mal­gré les noyades en Méditerranée.

Rien de chan­gé au cours des siècles, sauf que les eth­no­ci­dés viennent de plus en plus de loin !

Si ! Quelque chose a chan­gé : la mise à dis­po­si­tion des Puis­sants d’ou­tils élec­tro­niques de plus en plus effi­caces pour détruire jus­qu’au bout du monde les fier­tés cultu­relles locales, et répandre le com­plexe d’infériorité.

Des peuples jadis heu­reux, épa­nouis et auto-suf­fi­sants, fiers de leur mode de vie par­fai­te­ment adap­té aux res­sources locales, mode de vie éco­lo­gi­que­ment sou­te­nable et donc péren­ni­sable grâce à la sagesse d’une faible empreinte éco­lo­gique, finissent par céder aux injonc­tions de la publi­ci­té et se mettent à croire qu’ils sont « en retard », mal pla­cés sur l’é­chelle du « déve­lop­pe­ment ». On lira à ce sujet les écrits de Majid Rah­ne­ma, d’Hé­lé­na Nor­bert-Hodge, de Fran­çois Par­tant, de Fran­çoise Dufour, de Gil­bert Rist, de Serge Latouche et d’Al­ber­to Acosta.

Des peuples heu­reux deviennent mal­heu­reux : ils sombrent dans le « besoin » car tout est fait pour créer de nou­veaux besoins ; ils s’i­ma­ginent que la « vraie vie est ailleurs » : « Ailleurs c’est meilleur, loin c’est bien » : un slo­gan des ado­les­cents Inuits de la Baie d’Hud­son rap­por­té par Yan­nick Blanc.

Bou­le­ver­se­ment psy­cho­lo­gique (s’au­to-intoxi­quer par la croyance au carac­tère indis­pen­sable du mode de vie occi­den­tal) aggra­vé bien-sûr par l’ir­rup­tion des hommes d’af­faire colo­ni­sa­teurs qui vont détruire les éco­no­mies tra­di­tion­nelles et piller les res­sources dont l’in­dus­trie euro­péenne est affa­mée, impo­ser l’a­gri­cul­ture de rente, impo­ser une façon euro­péenne de gérer des Etats, la struc­ture « état » étant déjà par elle-même une forme de colo­ni­sa­tion de l’i­ma­gi­naire comme l’a mon­tré Ber­trand Badie, ces États tenus en laisse par le piège de la dette. Sans comp­ter le déclen­che­ment de l’ex­plo­sion démo­gra­phique par des­truc­tion de l’é­qui­libre entre mor­ta­li­té et natalité…

Donc fina­le­ment l’His­toire n’est que l’his­toire de la mise en place du mal­heur, l’his­toire d’une régres­sion, l’his­toire du recul du pro­grès, si par « pro­grès » on entend l’a­mé­lio­ra­tion d’un mode de vie épa­nouis­sant, un mode de vie simple et tran­quille apte à faire res­sen­tir le sen­ti­ment de bon­heur et de plénitude.

On peut suivre pas à pas à la trace la mise en place tra­gique de ce régrès dès les pre­mières créa­tions de cités-état en Méso­po­ta­mie il y a 6 000 ans, puis étu­dier la conta­mi­na­tion par ce can­cer létal qu’est l’État sur toute la sur­face de la Terre. Car dès ces pre­mières cités orgueilleuses du Moyen-orient, avec ces déli­rantes « zig­gou­rats » juste pour en impo­ser aux cités concur­rentes, la folie de l’ « hubris », de la déme­sure , était en place, ébauche de ce qui devien­dra le tech­no-tota­li­ta­risme dont nous sommes les mal­heu­reux contem­po­rains ! (lire de Marc Wein­stein : « L’évolution tota­li­taire de l’Occident », édi­tions Her­man 2015).

Sauf si la force du contre-récit actuel­le­ment en cours de rédac­tion por­tait ses fruits en jetant à la pou­belle la construc­tion mythique par laquelle depuis des mil­liers d’an­nées le monde des Puis­sants tente de se jus­ti­fier et de s’im­po­ser aux masses crétinisées.

Contre-récit qui pour­rait être capable (à la veille de la des­truc­tion des condi­tions bio­lo­giques d’ha­bi­ta­bi­li­té de cette pla­nète, et donc d’ex­ter­mi­na­tion de tous les êtres plu­ri­cel­lu­laires) de nous téta­ni­ser bru­ta­le­ment au point de nous réveiller, de nous sor­tir de notre tor­peur et de nous enga­ger réso­lu­ment dans la voie cou­ra­geuse de la contes­ta­tion radi­cale (jus­qu’aux racines) du Grand-Récit du pro­grès par la tech­nique, autant comme méthode de plus en plus cruelle de gou­ver­ne­ment des êtres humains aupa­ra­vant soi­gneu­se­ment eth­no­ci­dés, liqué­fiés, ato­mi­sés, mas­si­fiés pour obte­nir la « socié­té liquide » (Zyg­mut Bau­man) qui faci­lite la gou­ver­nance tech­no­cra­tique auto­ma­ti­sée, que comme méthode de pro­duc­tion d’ar­te­facts maté­riels pour doper encore et tou­jours plus la pro­duc­tion de « biens » (à nom­mer désor­mais « maux ») au seul ser­vice du com­merce, source d’en­ri­chis­se­ment des Puis­sants dont l’ap­pé­tit psy­cho-patho­lo­gique est insa­tiable depuis 6 000 ans…

Contre-récit menant au réveil des endor­mis de la « Socié­té de consom­ma­tion », c’est à dire celle où nous sommes som­més d’être… cons, réveil face à ces 6 000 années de cau­che­mar sti­mu­lant une sou­daine révo­lu­tion, une modi­fi­ca­tion ren­ver­sante de la situa­tion un peu comme on tombe du lit, tiré sou­dain du som­meil par un rêve fulgurant.

Trop tard pour la gen­tille et insi­pide « tran­si­tion »!

Osons à nouveau le mot « révolution »!

Il faut se faire vio­lence pour faire sau­ter tous les ver­rous sopo­ri­fiques qui nous empêchent de mettre vite hors d’é­tat de nuire, un à un, cha­cun des ces puis­sants qui, à la tête de mul­ti­na­tio­nales cri­mi­nelles, empoi­sonnent tous les éco­sys­tèmes et bou­le­versent le cli­mat. Les per­sonnes qui détruisent les condi­tions d’ha­bi­ta­bi­li­té de notre bio­sphère nous ter­ro­risent : ce sont eux les ter­ro­ristes les plus dan­ge­reux. A nous d’a­voir le cou­rage de les mettre par tous les moyens hors d’é­tat de nuire. (lire Gel­der­loos : « Com­ment la non-vio­lence pro­tège l’Etat », sur inter­net).

Ce cou­rage peut être dopé par le tra­vail de sape don­nant nais­sance au nou­vel ima­gi­naire en cours de construc­tion grâce aux efforts de toutes celles et de tous ceux qui contri­buent à défaire l’His­toire et la mytho­lo­gie dont se gar­ga­ri­sait le monde des Puis­sants depuis de trop nom­breux millénaires.

Mais là aus­si, il ne faut pas géné­ra­li­ser : seules quelques régions du monde, notam­ment en Europe, sont concer­nées par un triste pas­sé d’hor­reurs plu­ri-mil­lé­naires, mais il reste encore des peuples qui résistent aux extré­mi­tés du monde colo­ni­sé, par exemple ces 95 peuples qui échappent tota­le­ment à l’oc­ci­den­ta­li­sa­tion dans les franges ama­zo­niennes du pié­mont andin, grâce à la stra­té­gie de l’i­so­le­ment volon­taire, ou cette île du sud de l’ar­chi­pel des Anda­mans, jamais enva­hie, ou, encore mieux, ces petits peuples qui ont connu un début d’oc­ci­den­ta­li­sa­tion, mais n’ont pas fina­le­ment cédé aux sirènes de la moder­ni­té et ont déci­dé d’a­ban­don­ner tous les signes de la vie nou­velle pour reprendre réso­lu­ment l’an­cien mode de vie : cas des Saa de l’ île de Bun­lap au Vanuatu…

Mais comme la cir­cu­la­tion atmo­sphé­rique ne connait pas de fron­tières, même ces peuples cou­ra­geux sont vic­times des effets glo­baux du Méga­lo­cène, cette nou­velle époque géo­lo­gique suc­cé­dant aux temps post-gla­ciaires de l’Holocène.

Quelques humains (et non tout « anthro­pos » : erreur du chi­miste et géo-ingé­nieur Crut­zen avec son concept stu­pide d’ « Anthro­po­cène »!) ont enclen­ché il y a 6 000 ans la folie des gran­deurs, donc le Méga­lo­cène, et hélas ce tro­pisme pour la richesse et la puis­sance semble se géné­ra­li­ser jus­qu’à l’ul­time folie : exter­mi­ner toute la vie sur Terre.

« Semble se géné­ra­li­ser » : à nous de faire men­tir cette impres­sion, ce pré­ten­du tropisme !

En don­nant de la force au Grand Récit alter­na­tif qui doit nour­rir le besoin impé­rieux d’in­sur­rec­tion.

En deve­nant des révo­lu­tion­naires pour stop­per net la folie des Puissants !

Thier­ry Sallantin


Thier­ry Sal­lan­tin = blancimarron@gmail.com—www.technologos.fr et articles sur la revue Vert et Noir du mou­ve­ment « Anar­chie verte » : anarchieverte.ch40s.net/2014/01/les-verts-de-rage/, éga­le­ment auteur de l’ar­ticle « Per­ma­cul­ture, agroé­co­lo­gie, jar­dins-forêts : des pra­tiques mil­lé­naires, l’exemple des Yano­ma­mi ».

Et sur le site « ago­ra­vox » plu­sieurs articles contre le « déve­lop­pe­ment » à rem­pla­cer par l’enveloppement, et contre la civi­li­sa­tion, notion raciste inven­tée par Mira­beau en 1756 pour mépri­ser les sau­vages, à rem­pla­cer par la mul­ti­pli­ci­té des syl­vi­li­sa­tions : art de vivre de façon sou­te­nable grâce à une très faible empreinte éco­lo­gique : ces­ser l’indignité qui consiste à vivre comme des ani­maux domes­tiques, et pré­fé­rer la vie libre et sau­vage ! Vidéos sur Deep Green Resis­tance… et sur You­Tube : End-Civ, docu­men­taire de Frank Lopez sur Der­rick Jen­sen = pour en finir avec la civilisation !

P.S. = étrange per­ma­nence de la folie des gran­deurs au Moyen-Orient depuis les tours à l’o­ri­gine du mythe de Babel dans la Bible : les ziggourats :

601 mètres, la tour Mak­kah Clock Royal Tower, à La Mecque finie en 2012

828 mètres, la tour Burj Kha­li­fa, à Dubaïe, Emi­rats arabes unis, habi­tée depuis 2010 (La Chine veut battre ce record mon­dial actuel de 10 mètres avec la tour Sky City : pré­vue : 838m !)

1001 mètres, la tour King­dom Tower, à Jed­dah, Ara­bie saou­dite, fin des tra­vaux pré­vus en 2018

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
9
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Moins d’humains ou plus d’humanité ? (par Yves-Marie Abraham)

Dans cette perspective, le salut de l’espèce humaine ne passe donc pas par une réduction du nombre d’humains sur Terre mais plutôt par l’avènement de sociétés réellement humaines. C’est avant tout d’un surcroît d’humanité dont nous avons besoin. Pour ce faire, il faut commencer par abattre le capitalisme, ce qui réclame du courage bien sûr, mais aussi beaucoup de précautions. [...]