Le problème de la Grèce n’est pas seulement une tragédie. C’est un mensonge. (John Pilger)

9ae3deca6381c2a9e1ecfec3d7b54303John Pil­ger est un jour­na­liste de natio­na­li­té Aus­tra­lienne, né à Syd­ney le 9 Octobre 1939, par­ti vivre au Royaume-Uni depuis 1962. Il est aujourd’hui basé à Londres et tra­vaille comme cor­res­pon­dant pour nombre de jour­naux, comme The Guar­dian ou le New Sta­tes­man.

Il a reçu deux fois le prix de meilleur jour­na­liste de l’année au Royaume-Uni (Britain’s Jour­na­list of the Year Award). Ses docu­men­taires, dif­fu­sés dans le monde entier, ont reçu de mul­tiples récom­penses au Royaume-Uni et dans d’autres pays.

John Pil­ger est membre, à l’instar de Van­da­na Shi­va et de Noam Chom­sky, de l’IOPS (Inter­na­tio­nal Orga­ni­za­tion for a Par­ti­ci­pa­to­ry Socie­ty), une orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale et non-gou­ver­ne­men­tale créée (mais encore en phase de créa­tion) dans le but de sou­te­nir l’activisme en faveur d’un monde meilleur, prô­nant des valeurs ou des prin­cipes comme l’auto-gestion, l’équité et la jus­tice, la soli­da­ri­té, l’anarchie et l’écologie.

Article ini­tia­le­ment publié le 13 Juillet 2015, en anglais, sur le site offi­ciel de John Pil­ger, à cette adresse.


Une tra­hi­son his­to­rique a consu­mé la Grèce. Ayant mis de côté le man­dat de l’électorat grec, le gou­ver­ne­ment Syri­za a volon­tai­re­ment igno­ré le raz-de-marée du « Non » et a secrè­te­ment accep­té un panel de mesures appau­vris­santes, répres­sives, en échange d’un « ren­floue­ment » qui signi­fie un sinistre contrôle depuis l’étranger, et un aver­tis­se­ment pour le monde.

Le pre­mier ministre Alexis Tsi­pras a fait pas­ser au Par­le­ment une pro­po­si­tion de coupe d’au moins 13 mil­liards d’euros du Tré­sor public — 4 mil­liards d’euros de plus que la pro­po­si­tion « d’austérité » lar­ge­ment reje­tée par la majo­ri­té de la popu­la­tion grecque dans un réfé­ren­dum, le 5 juillet.

Ceci com­prend appa­rem­ment une aug­men­ta­tion de 50 % du coût des soins médi­caux pour les retrai­tés, dont près de 40 % vivent dans la pau­vre­té ; d’importantes coupes dans les salaires du sec­teur public ; la pri­va­ti­sa­tion com­plète d’établissements publics comme les aéro­ports et les ports ; une aug­men­ta­tion dans les taxes sur la valeur ajou­tée de 23 % s’applique désor­mais pour les îles grecques, où les gens luttent pour gagner de quoi vivre. Et ce n’est pas terminé.

« Le par­ti anti-aus­té­ri­té rem­porte une vic­toire écla­tante », décla­rait le Guar­dian dans sa Une du  25 jan­vier. « Radi­caux de gauche », voi­là com­ment le jour­nal qua­li­fiait Tsi­pras et ses cama­rades éton­nam­ment édu­qués. Ils por­taient des che­mises à cols ouverts, le ministre des finances rou­lait sur une moto et était décrit comme « une rock star de l’économie ». C’était une façade. Ils n’étaient radi­caux en aucun point de cette éti­quette cli­chée, et n’étaient pas non plus « anti-aus­té­ri­té ».

Pen­dant six mois, Tsi­pras et le récem­ment écar­té minis­ter des finances, Yanis Varou­fa­kis, ont fait l’aller-retour entre Athènes et Bruxelles, Ber­lin et les autres centres du pou­voir moné­taire euro­péen. Au lieu de la jus­tice sociale pour la Grèce, ils ont mis en place un nou­vel endet­te­ment, un appau­vris­se­ment plus pro­fond encore, qui ne fera que rem­pla­cer une pour­ri­ture sys­té­mique basée sur le vol des recettes fis­cales par les super-riches Grecs — en accord avec les valeurs « néo­li­bé­rales » euro­péennes — et par des prêts bon mar­ché, hau­te­ment pro­fi­tables, émis par ceux qui veulent main­te­nant le scalp de la Grèce.

La dette grecque, selon un audit du Par­le­ment grec, « est illé­gale, illé­gi­time et odieuse ». Pro­por­tion­nel­le­ment, elle est équi­va­lente à moins de 30 % de celle de l’Allemagne, son prin­ci­pal créan­cier. Elle est infé­rieure à la dette des banques euro­péennes dont le « sau­ve­tage » en 2007–2008 fut à peine contro­ver­sé, et impuni.

Pour un petit pays comme la Grèce, l’euro est une mon­naie colo­niale : une attache à une idéo­lo­gie capi­ta­liste tel­le­ment extrême que même le pape la qua­li­fie « d’intolérable », et « d’excrément du diable ». L’euro est à la Grèce ce que le dol­lar est aux ter­ri­toires éloi­gnés du Paci­fique, dont la pau­vre­té et la ser­vi­li­té sont garan­ties par leur dépendance.

Dans leurs voyages aux cours des puis­santes Bruxelles et Ber­lin, Tsi­pras et Varou­fa­kis ne se sont pré­sen­tés ni comme radi­caux, ni comme « gau­chistes », ni même comme d’honnêtes sociaux-démo­crates, mais comme deux arri­vistes sup­pliants, avec leurs demandes et leurs plai­doyers. Sans sous-esti­mer l’hostilité qu’ils affron­taient, il est juste de dire qu’ils n’ont fait preuve d’aucun cou­rage poli­tique. Plus d’une fois, le peuple grec a enten­du par­ler de leurs « plans d’austérité secrets » dans des fuites, dans les médias : comme dans une lettre en date du 30 juin publiée dans le Finan­cial Times, dans laquelle Tsi­pras pro­met­tait aux diri­geants de l’UE, à la banque cen­trale euro­péenne et au FMI, d’accepter leurs demandes élé­men­taires les plus vicieuses — qu’il a main­te­nant acceptées.

Lorsque l’électorat grec a voté « non », le 5 juillet, contre ce type même d’accord putride, Tsi­pras a décla­ré « d’ici lun­di le gou­ver­ne­ment grec sera à la table des négo­cia­tions après le réfé­ren­dum, avec de meilleures condi­tions pour le peuple grec ». Les Grecs n’avaient pas voté pour de « meilleures condi­tions ». Ils avaient voté pour la jus­tice et la sou­ve­rai­ne­té, comme ils l’avaient fait le 25 janvier.

Au len­de­main de l’élection de jan­vier, un gou­ver­ne­ment réel­le­ment démo­cra­tique et, oui, radi­cal, aurait empê­ché le moindre euro de quit­ter le pays, aurait répu­dié la dette « illé­gale et odieuse » — comme l’a fait l’Argentine, avec suc­cès — et aurait expé­dié un plan pour quit­ter l’écrasante Euro­zone. Mais il n’y a pas eu de plan. Il n’y a eu qu’une volon­té d’être « à la table » à la recherche  de « meilleures condi­tions ».

La véri­table nature de Syri­za a rare­ment été exa­mi­née, et expli­quée. Pour les médias étran­gers il ne s’agit que d’un par­ti « gau­chiste », ou « d’extrême gauche », « intran­si­geant » — les termes trom­peurs habi­tuels. Cer­tains des sup­por­ters inter­na­tio­naux de Syri­za ont atteint, de temps à autre, des niveaux d’ac­cla­ma­tions qui rap­pellent l’ascension de Barack Oba­ma. Bien peu se sont deman­dés : qui sont ces radi­caux ? En quoi croient-ils ?

En 2013, Yanis Varou­fa­kis avait écrit :

« Devrions-nous nous réjouir de cette crise du capi­ta­lisme euro­péen, comme d’une oppor­tu­ni­té pour le rem­pla­cer par un meilleur sys­tème ? Ou devrions-nous nous en inquié­ter au point de nous embar­quer dans une cam­pagne de sta­bi­li­sa­tion du capi­ta­lisme ? Pour moi, la réponse est claire. La crise euro­péenne est bien moins sus­cep­tible de don­ner nais­sance à une meilleure alter­na­tive au capi­ta­lisme… je m’incline devant la cri­tique selon laquelle j’ai fait cam­pagne en me basant sur un agen­da fon­dé sur la sup­po­si­tion que la gauche était, et demeure, entiè­re­ment vain­cue… oui, j’aimerais mettre en avant un agen­da radi­cal. Mais, non, je ne suis pas prêt à com­mettre [l’erreur du par­ti tra­vailliste bri­tan­nique à la suite de la vic­toire de That­cher]… Quel bien avons-nous accom­pli en Angle­terre au début des années 1980 en fai­sant la pro­mo­tion d’un agen­da de chan­ge­ment socia­liste, que la socié­té bri­tan­nique a dédai­gné en tom­bant la tête la pre­mière dans le plan néo­li­bé­ral de That­cher ? Pré­ci­sé­ment aucun. À quoi bon appe­ler aujourd’hui à un déman­tè­le­ment de l’Eurozone, de l’union euro­péenne elle-même… ? »

Varou­fa­kis omet toute men­tion du par­ti social-démo­crate qui a divi­sé le vote tra­vailliste et a entraî­né le Blai­risme. En sug­gé­rant que les gens en Angle­terre « ont dédai­gné le chan­ge­ment socia­liste » — alors qu’ils n’eurent aucune réelle oppor­tu­ni­té de mettre en place un tel chan­ge­ment — il se fait l’écho de Tony Blair.

Les lea­ders de Syri­za sont des révo­lu­tion­naires d’un cer­tain type — mais leur révo­lu­tion est l’appropriation per­verse et fami­lière des mou­ve­ments sociaux-démo­crates et par­le­men­taires par des libé­raux s’apprêtant à accep­ter la folie néo­li­bé­rale et l’ingénierie sociale dont le vrai visage est celui de Wolf­gang Schauble, ministre des finances alle­mand, et ban­dit impé­ria­liste. Comme le par­ti tra­vailliste d’Angleterre et ses équi­va­lents par­mi les anciens par­tis sociaux-démo­crates comme le par­ti tra­vailliste d’Australie, se décri­vant tou­jours comme « libé­raux », voire « de gauche », Syri­za est le pro­duit d’une classe moyenne ins­truite, opu­lente, hau­te­ment pri­vi­lé­giée, « édu­quée dans le post­mo­der­nisme », comme l’écrit Alex Lantier.

Pour eux, la classe est l’innommable, et encore moins la lutte pro­lon­gée, peu importe la réa­li­té des vies de la plu­part des êtres humains. Les per­son­na­li­tés de Syri­za sont très soi­gnées ; ils ne mènent pas la résis­tance à laquelle aspirent les gens ordi­naires, comme l’électorat grec l’a si bra­ve­ment démon­tré, mais visent de « meilleures condi­tions » pour le sta­tu quo vénal qui enchaine et punit les pauvres. Une fois asso­cié à la poli­tique iden­ti­taire et ses dis­trac­tions insi­dieuses, la consé­quence n’est pas la résis­tance, mais l’asservissement. La vie poli­tique « Mains­tream » (grand public) en Angle­terre illustre bien cela.

Ceci n’est pas inévi­table, ce n’est pas un fait accom­pli, si nous nous réveillons du long coma post­mo­derne et reje­tons les mythes et les trom­pe­ries de ceux qui pré­tendent nous repré­sen­ter, et si nous combattons.

John Pil­ger


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Pourquoi l’efficacité énergétique ne résout rien, bien au contraire (par Max Wilbert)

Dans notre culture, et dans le mouvement écologiste en particulier, le mot d’ordre est de promouvoir et de développer ce qu’on appelle « l’efficacité énergétique », ou les « bonnes pratiques énergétiques » dans tous les domaines de la vie humaine sur la planète, du commerce à l’agriculture, des corporations aux maisons individuelles, de l’arène économique au domaine législatif, du secteur universitaire à la sphère militante. [...]
Lire

Comment nous nous préparons, nous et nos enfants, pour l’extinction (par Daniel Quinn)

Dans un récent film semi-documentaire appelé Garbage (Déchet), un ingénieur en traitement des déchets toxiques à qui l’on demande comment nous pourrions faire pour cesser de submerger le monde ne nos poisons, répond : « Qu’il faudrait pour cela qu’on disparaisse tous de la planète, parce que les humains GÉNÈRENT des déchets toxiques, qu’il s’agisse d’organismes pathogènes que l’on excrète de nos corps ou d’autres choses. Nous sommes un poison pour la planète. » Comment réagissez-vous à cette affirmation ? Si vous êtes d’accord avec cette idée que les humains sont intrinsèquement toxiques, levez la main.