Que le contrat social est une monstruosité (par Anselme Bellegarrigue)

Extrait tiré de L’A­nar­chie, jour­nal de l’ordre, un jour­nal anar­chiste publié en France, fon­dé et ani­mé en 1850 par Anselme Bel­le­gar­rigue.


Que cha­cun dans la socié­té s’af­firme per­son­nel­le­ment et n’af­firme que lui, et la sou­ve­rai­ne­té indi­vi­duelle est fon­dée, le gou­ver­ne­ment n’a plus de place, toute supré­ma­tie est détruite, l’homme est l’é­gal de l’homme.

Cela fait, que reste-t-il ? Il reste ce que tous les gou­ver­ne­ments ont vai­ne­ment ten­té de détruire ; il reste la base essen­tielle et impé­ris­sable de la natio­na­li­té ; il reste la com­mune que tous les pou­voirs per­turbent et désor­ga­nisent pour en faire leur chose ; il reste la muni­ci­pa­li­té, orga­ni­sa­tion fon­da­men­tale, exis­tence pri­mor­diale qui résiste à toutes les désor­ga­ni­sa­tions et à toutes les des­truc­tions. La com­mune a son admi­nis­tra­tion, son jury, ses judi­ca­tures ; elle les impro­vi­se­rait si elle ne les avait pas.

La France, étant donc muni­ci­pa­le­ment orga­ni­sée par elle-même, est démo­cra­ti­que­ment orga­ni­sée de soi. Il n’y a, quant à l’or­ga­nisme inté­rieur, rien à faire, tout est fait ; l’in­di­vi­du est libre et sou­ve­rain dans la com­mune ; la com­mune, indi­vi­du com­plexe, est libre et sou­ve­raine dans la nation.

Main­te­nant, la nation, ou les com­munes, doivent-elles avoir un organe syn­thé­tique et cen­tral pour régle­men­ter cer­tains inté­rêts com­muns, maté­riels et déter­mi­nés, et pour ser­vir d’in­ter­lo­cu­teur entre la com­mu­nau­té et l’é­tran­ger ? Cela n’est une ques­tion pour per­sonne ; et je ne vois pas qu’il y ait fort à s’in­quié­ter de ce que tout le monde admet comme ration­nel et néces­saire. Ce qui est en ques­tion, c’est le gou­ver­ne­ment ; mais un arbi­trage et une chan­cel­le­rie, dus à l’i­ni­tia­tive des com­munes, res­tées maî­tresses d’elles-mêmes, peuvent consti­tuer, si l’on veut, une com­mis­sion admi­nis­tra­tive, mais non pas un gouvernement.

Savez-vous ce qui fait qu’un maire est agres­sif dans la com­mune ? C’est le pré­fet. Sup­pri­mez le pré­fet, et le maire ne s’ap­puie plus que sur les indi­vi­dus qui l’ont nom­mée ; la liber­té de cha­cun est garantie.

Une ins­ti­tu­tion qui dépend de la com­mune n’est pas un gou­ver­ne­ment ; un gou­ver­ne­ment c’est une ins­ti­tu­tion à laquelle la com­mune obéit. On ne peut pas appe­ler un gou­ver­ne­ment ce sur quoi pèse l’in­fluence indi­vi­duelle ; on appelle un gou­ver­ne­ment ce qui écrase les indi­vi­dus sous le poids de son influence.

Ce qui est en ques­tion, en un mot, ce n’est pas l’acte civil, dont j’ex­po­se­rai pro­chai­ne­ment la nature et le carac­tère, c’est le contrat social.

Il n’y a pas, il ne peut pas y avoir de contrat social, d’a­bord parce que la socié­té n’est pas un arti­fice, un fait scien­ti­fique, une com­bi­nai­son de la méca­nique ; la socié­té est un phé­no­mène pro­vi­den­tiel et indes­truc­tible ; les hommes, comme tous les ani­maux de mœurs douces, sont en socié­té par nature. L’é­tat de nature est déjà l’é­tat de socié­té ; il est donc absurde, quand il n’est pas infâme, de vou­loir consti­tuer, par un contrat, ce qui est consti­tué de soi et à titre fatal. En second lieu, parce que mon mode d’être social, mon indus­trie, ma croyance, mes sen­ti­ments, mes affec­tions, mes goûts, mes inté­rêts, mes habi­tudes échappent à l’ap­pré­hen­si­bi­li­té de toute sti­pu­la­tion ; par la rai­son simple, mais péremp­toire, que tout ce que je viens d’é­nu­mé­rer est variable et indé­ter­mi­né ; parce que mon indus­trie d’au­jourd’­hui peut n’être pas mon indus­trie de demain ; parce que mes croyances, mes sen­ti­ments, mes affec­tions, mes goûts, mes inté­rêts, mes habi­tudes changent, ou chaque année, ou chaque mois, ou chaque jour, ou plu­sieurs fois par jour, et qu’il ne me plaît pas de m’en­ga­ger vis-à-vis de qui que ce soit, ni par parole, ni par écrit, à ne jamais chan­ger ni d’in­dus­trie, ni de croyance, ni de sen­ti­ment, ni d’af­fec­tion, ni de goût, ni d’in­té­rêt, ni d’ha­bi­tude ; décla­rant que si je pre­nais un pareil enga­ge­ment ce ne serait que pour le rompre, et affir­mant que, si on me le fai­sait prendre de force, ce serait la plus bar­bare en même temps que la plus odieuse des tyrannies.


test


Cepen­dant, notre vie sociale à tous est enga­gée par contrat. Rous­seau a inven­té la chose, et depuis soixante ans le génie de Rous­seau se traîne dans notre légis­la­tion. C’est en ver­tu d’un contrat, rédi­gé par nos pères et renou­ve­lé tout der­niè­re­ment par les grands citoyens de la Consti­tuante, que le gou­ver­ne­ment nous enjoint de ne voir, de n’en­tendre, de ne par­ler, de n’é­crire, de ne faire que ce qu’il nous per­met­tra. Telles sont les pré­ro­ga­tives popu­laires dont l’a­lié­na­tion consti­tue le gou­ver­ne­ment des hommes ; ce gou­ver­ne­ment, je le mets en ques­tion pour ce qui me concerne, lais­sant d’ailleurs aux autres la facul­té de le ser­vir, de le payer, de l’ai­mer, et fina­le­ment de mou­rir pour lui. Mais quand bien même tout le peuple fran­çais consen­ti­rait à vou­loir être gou­ver­né dans son ins­truc­tion, dans son culte, dans son cré­dit, dans son indus­trie, dans son art, dans son tra­vail, dans ses affec­tions, dans ses goûts, dans ses habi­tudes, dans ses mou­ve­ments, et jusque dans son ali­men­ta­tion, je déclare qu’en droit, son escla­vage volon­taire n’en­gage pas plus ma res­pon­sa­bi­li­té que sa bêtise ne com­pro­met mon intel­li­gence ; et si, en fait, sa ser­vi­tude s’é­tend sur moi sans qu’il me soit pos­sible de m’y sous­traire ; s’il est notoire, comme je n’en sau­rais dou­ter, que la sou­mis­sion de six, sept ou huit mil­lions d’in­di­vi­dus à un ou plu­sieurs hommes entraîne ma sou­mis­sion propre à ce même ou à ces mêmes hommes, je défie qui que ce soit de trou­ver dans cet acte autre chose qu’un guet-apens, et j’af­firme que, dans aucun temps, la bar­ba­rie d’au­cun peuple n’a exer­cé sur la terre un bri­gan­dage mieux carac­té­ri­sé. Voir, en effet, une coa­li­tion morale de huit mil­lions de valets contre un homme libre est un spec­tacle de lâche­té contre la sau­va­ge­rie duquel on ne sau­rait invo­quer la civi­li­sa­tion sans la ridi­cu­li­ser ou la rendre odieuse aux yeux du monde.

Mais je ne sau­rais croire que tous mes com­pa­triotes éprouvent déli­bé­ré­ment le besoin de ser­vir. Ce que je sens, tout le monde doit le sen­tir ; ce que je pense, tout le monde doit le pen­ser ; car je ne suis ni plus ni moins qu’un autre homme ; je suis dans les condi­tions simples et labo­rieuses du pre­mier tra­vailleur venu. Je m’é­tonne, je m’ef­fraie de ren­con­trer à chaque pas que je fais dans la vie, à chaque pen­sée que j’ac­cueille dans ma tête, à chaque entre­prise que je veux com­men­cer, à chaque écu que j’ai besoin de gagner, une loi ou un règle­ment qui me dit : on ne passe pas par là ; on ne pense pas ain­si ; on n’en­tre­prend pas cela ; on laisse ici la moi­tié de cet écu. À ces obs­tacles mul­tiples, qui s’é­lèvent de toutes parts, mon esprit inti­mi­dé s’af­faisse vers l’a­bru­tis­se­ment ; je ne sais de quel côté me retour­ner ; je ne sais que faire, je ne sais que devenir.

Qui donc a ajou­té aux fléaux atmo­sphé­riques, aux décom­po­si­tions de l’air, aux insa­lu­bri­tés des cli­mats, à la foudre que la science a su domp­ter, cette puis­sance occulte et sau­vage, ce génie mal­fai­sant qui attend l’hu­ma­ni­té au ber­ceau pour la faire dévo­rer par l’hu­ma­ni­té ? Qui ? Mais ce sont les hommes eux-mêmes qui, n’ayant pas assez de l’hos­ti­li­té des élé­ments, se sont encore don­né les hommes pour ennemis.

Les masses, encore trop dociles, sont inno­centes de toutes les bru­ta­li­tés qui se com­mettent en leur nom et à leur pré­ju­dice ; elles en sont inno­centes, mais elles n’en sont pas igno­rantes ; je crois que, comme moi, elles les sentent et s’en indignent ; je crois que, comme moi, elles ont hâte d’en finir ; seule­ment, n’en dis­tin­guant pas bien les causes, elles ne savent com­ment agir. Je vais essayer de les fixer sur l’un et l’autre point.

Com­men­çons par signa­ler les coupables.

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

La journée australienne des secrets, des drapeaux et des lâches (par John Pilger)

C’était à l’aube d’un 26 janvier, il y a de nombreuses années, que je suis allé, avec des australiens indigènes et des non-indigènes, déposer des gerbes dans le port de Sydney. Nous nous étions rendus dans l’une de ces baies sablonneuses paradisiaques où d’autres s’étaient rassemblés comme autant de silhouettes, pour observer les bateaux de la "première flotte" britannique tandis qu’ils jetaient l’ancre, le 26 janvier 1788. Ce fut le moment précis où la seule île continent du monde fut volée à ses habitants ; selon l’euphémisme consacré, il s’agissait de "peuplement". Ce fut, comme l’a écrit Henry Reynolds, l’un des rares historiens australiens honnêtes, l’un des plus importants vols de terre de l’histoire du monde. [...]
Lire

Selon Bill McKibben, les panneaux solaires : « c’est de la magie digne de Poudlard » (par Nicolas Casaux)

À la suite de la diffusion du film Planet of the Humans, réalisé par Jeff Gibbs, et produit par Michael Moore et Ozzie Zehner, dont nous vous proposons ici une version sous-titrée en français, Bill McKibben, le fondateur de l'ONG 350.org, dont l’hypocrisie et la duplicité sont bien exposées dans le documentaire, s’est fendu d’une petite réponse, espérant ainsi limiter les dégâts, ou redorer son blason. L’absurdité de sa réponse appelle quelques remarques sur Bill McKibben et son ONG. [...]
Lire

La technologie comme domination (par Miguel Amoros)

[...] La civilisation capitaliste place la production séparée au centre de la société; le pouvoir dépend de la production, la production dépend de la technologie, par conséquent le pouvoir dépend de la technologie. La technologie étant la principale force productive, le progrès social suit la logique du progrès technologique. Et comme le dit Ellul, la technologie n’est rien d’autre que le mode d’organisation du monde. Le pire de tous. La technique n’est pas neutre, elle ne l’est jamais. [...]