Comment la non-violence protège l’État – Introduction (P. Gelderloos)

Une tra­duc­tion inédite (réa­li­sée par « Vio­lence ? Par­fois oui… ») de l’introduction du livre de l’activiste et anar­chiste amé­ri­cain Peter Gel­der­loos « How non-vio­lence pro­tects the state » (« Com­ment la non-vio­lence pro­tège l’État »), paru en 2007 aux édi­tions AK Press.

Télé­char­ger le livre com­plet en anglais (fichier PDF)


En août 2004, durant la Conver­gence Anar­chiste d’Amérique du Nord qui avait lieu à Athens dans l’Ohio, je pris part à une table ronde consa­crée à débattre les mérites de la non-vio­lence par oppo­si­tion à la vio­lence. Comme on pou­vait s’y attendre, la dis­cus­sion s’abîma dans un débat impro­duc­tif et com­pé­ti­tif. J’avais espé­ré que chaque inter­ve­nant se ver­rait accor­der un temps de parole consé­quent, de sorte à pou­voir pré­sen­ter ses idées en pro­fon­deur et limi­ter le risque pro­bable d’un match de ten­nis consis­tant à se ren­voyer des cli­chés en guise d’arguments. Mais le modé­ra­teur, qui était éga­le­ment un des orga­ni­sa­teurs de la confé­rence et de sur­croît un des inter­ve­nants dans cette table ronde, refu­sa cette approche.

À cause de l’hégémonie exer­cée par les défen­seurs de la non-vio­lence, les cri­tiques de la non-vio­lence sont exclues des prin­ci­paux pério­diques, médias alter­na­tifs et autres forums aux­quels les anti-auto­ri­taires ont accès. La non-vio­lence est défen­due comme un article de foi, et comme un impé­ra­tif pour pré­tendre à une pleine inté­gra­tion dans le mou­ve­ment. Les anti-auto­ri­taires et les anti-capi­ta­listes qui pro­posent ou pra­tiquent la lutte armée [Note impor­tante de tra­duc­tion à lire impé­ra­ti­ve­ment pour une bonne com­pré­hen­sion du texte (1)] se retrouvent de but en blanc aban­don­nés par ces mêmes paci­fistes au côté des­quels ils viennent de mar­cher à la der­nière mani­fes­ta­tion. Une fois iso­lés, ces mili­tants perdent leur accès à diverses res­sources et se voient éga­le­ment expo­sés sans pro­tec­tion au risque d’être pris en boucs émis­saires par les médias ou cri­mi­na­li­sés par le gou­ver­ne­ment. Du fait de ces dyna­miques enclen­chées par l’ostracisation auto­ma­tique de ceux qui ne se conforment pas au prin­cipe de non-vio­lence, il est impos­sible d’avoir une dis­cus­sion saine ou cri­tique visant à éva­luer les stra­té­gies que nous choisissons.

Au cours de mon expé­rience per­son­nelle, j’ai consta­té que la plu­part des gens qui en viennent à s’impliquer dans des mou­ve­ments radi­caux n’ont jamais enten­du de bons argu­ments, ni même de mau­vais, contre la non-vio­lence. Cela reste vrai même lorsqu’ils en savent déjà beau­coup sur d’autres aspects du mou­ve­ment. Au lieu de quoi, ils ont ten­dance à s’accommoder du tabou qui entoure les mili­tants de la lutte armée ; à avoir inté­gré la peur et le mépris que les médias réservent aux per­sonnes dési­reuses de lut­ter effi­ca­ce­ment contre le capi­ta­lisme et l’État ; et à confondre l’isolement impo­sé aux mili­tants de la lutte armée avec un iso­le­ment auto-infli­gé qui serait cen­sé­ment inhé­rent à celle-ci. La plu­part des défen­seurs de la non-vio­lence avec les­quels j’ai dis­cu­té ces ques­tions, et ils sont nom­breux, abor­daient la conver­sa­tion comme si la conclu­sion était acquise d’emblée, à savoir que l’utilisation de la vio­lence par des mou­ve­ments sociaux serait mau­vaise en soi et les condam­ne­rait à l’échec (à tout le moins si cela avait lieu à moins de mille kilo­mètres de leur per­sonne). Inver­se­ment, il existe de nom­breux et solides argu­ments contre le prin­cipe de non-vio­lence aux­quels les paci­fistes ont tout sim­ple­ment négli­gé de répondre dans leurs écrits.

Ce livre mon­tre­ra que la non-vio­lence, dans ses mani­fes­ta­tions actuelles, est basée sur la fal­si­fi­ca­tion his­to­rique de cer­taines luttes. La non-vio­lence a des liens impli­cites et expli­cites avec la mani­pu­la­tion des luttes des per­sonnes de cou­leur par les Blancs. Ses méthodes sont déter­mi­nées par des dyna­miques auto­ri­taires, et ses résul­tats ont pour effet de ser­vir les objec­tifs gou­ver­ne­men­taux plus que les objec­tifs popu­laires. Elle dis­si­mule et même encou­rage des pré­sup­po­sés pater­na­listes et une dyna­mique de pou­voir. Les dif­fé­rentes options stra­té­giques qui lui sont ouvertes mènent inva­ria­ble­ment à des impasses. Et ceux qui la pra­tiquent s’abusent eux-mêmes sur un cer­tain nombre de points cruciaux.

Étant don­nées ces conclu­sions, si nos mou­ve­ments doivent avoir une pos­si­bi­li­té quel­conque de détruire des sys­tèmes oppres­sifs tel que le capi­ta­lisme et la supré­ma­tie blanche, et de construire un monde libre et sain, nous devons faire connaître ces cri­tiques et mettre un terme à la main­mise de la non-vio­lence sur toute dis­cus­sion, tout en déve­lop­pant des formes de lutte plus efficaces.

On pour­rait dire que le but d’une conver­sa­tion est de per­sua­der et d’être per­sua­dé, alors que le but d’un débat est de gagner, et donc de réduire votre adver­saire au silence. L’une des pre­mières étapes pour gagner dans un débat quel qu’il soit, c’est de contrô­ler le voca­bu­laire pour se don­ner un avan­tage sur son adver­saire. C’est exac­te­ment ce qu’ont fait les paci­fistes en arti­cu­lant le désac­cord autour du cli­vage non-vio­len­ce/­vio­lence. Les cri­tiques de la non-vio­lence recourent géné­ra­le­ment à cette dicho­to­mie, avec laquelle nombre d’entre nous sommes fon­da­men­ta­le­ment en désac­cord, et s’efforcent de repous­ser les limites de la non-vio­lence afin que puissent être accep­tées dans son champ d’action des tac­tiques que nous sou­te­nons, comme la des­truc­tion de pro­prié­té, ce qui montre bien à quel point nous sommes délé­gi­ti­més et ren­dus impuissants.

Je ne connais aucun acti­viste, révo­lu­tion­naire ou théo­ri­cien en rap­port avec le mou­ve­ment aujourd’hui qui défende l’usage exclu­sif de tac­tiques vio­lentes et s’oppose à l’usage de tac­tiques qui ne pour­raient pas être conçues comme vio­lentes. Nous défen­dons la diver­si­té des tac­tiques, c’est-à-dire des com­bi­nai­sons effi­caces, éla­bo­rées à par­tir d’une gamme com­plète de tac­tiques, sus­cep­tibles de nous per­mettre de nous éman­ci­per de toutes les com­po­santes de ce sys­tème oppres­sif : la supré­ma­tie blanche, le patriar­cat, le capi­ta­lisme et l’État. Nous pen­sons que les tac­tiques devraient être choi­sies en fonc­tion de chaque situa­tion par­ti­cu­lière, et non pas déduites d’un code moral pré­con­çu. Nous ten­dons éga­le­ment à pen­ser que les moyens rejaillissent sur les fins, et nous ne vou­drions pas agir d’une façon qui condui­rait inva­ria­ble­ment à la dic­ta­ture ou à quelque forme de socié­té qui ne res­pecte pas la vie et la liber­té. Ain­si, nous serons plus judi­cieu­se­ment décrits comme défen­seurs d’un acti­visme révo­lu­tion­naire ou mili­tant, que comme défen­seurs de la violence.

Je me réfè­re­rai aux défen­seurs de la non-vio­lence en uti­li­sant la déno­mi­na­tion qu’ils ont eux-même choi­sie, les acti­vistes non-vio­lents ou, de façon inter­chan­geable, les paci­fistes. Nombre d’entre eux pré­fèrent l’une des deux expres­sions, et cer­tains font même une dis­tinc­tion entre les deux, mais j’ai consta­té que les dis­tinc­tions ne sont pas cohé­rentes d’une per­sonne à l’autre. Bien plus impor­tant, les paci­fistes et les acti­vistes non-vio­lents tendent eux-mêmes à col­la­bo­rer sans tenir aucun compte de celles des deux déno­mi­na­tions qu’ils uti­lisent, donc la dif­fé­rence de terme n’a pas d’importance au regard des consi­dé­ra­tions déve­lop­pées dans ce livre. Pour faire simple, en uti­li­sant le terme « paci­fisme » ou « non-vio­lence », ils dési­gnent un mode de vie ou une méthode d’activisme social qui évite, trans­forme ou exclut la vio­lence tout en essayant de chan­ger la socié­té pour créer un monde plus libre et pacifique.

Arri­vés ici, cela nous aide­rait de défi­nir clai­re­ment la vio­lence, mais l’un des argu­ments clés de ce livre est que la vio­lence ne peut pas être défi­nie clai­re­ment. Il me faut éga­le­ment expli­ci­ter quelques autres mots qui sur­viennent fré­quem­ment. J’utilise le mot « radi­cal » au sens lit­té­ral, pour dési­gner une cri­tique, une action ou une per­sonne qui s’attaque aux racines d’un pro­blème par­ti­cu­lier plu­tôt que de se concen­trer sur les solu­tions super­fi­cielles mises sur la table par les pré­ju­gés et les pou­voirs du moment. Le mot « radi­cal » n’est pas syno­nyme des mots « extrême » ou « extré­miste », contrai­re­ment à ce que les médias vou­draient nous faire croire, par igno­rance ou à des­sein. (De même, au cas où cela ne serait pas encore clair pour quelqu’un : un anar­chiste n’est pas quelqu’un qui sou­haite le chaos mais quelqu’un qui sou­haite l’émancipation com­plète du monde par l’abolition du capi­ta­lisme, du gou­ver­ne­ment et de toutes les autres formes d’autorité oppres­sive, visant à les rem­pla­cer par un nombre indé­ter­mi­né d’arrangements sociaux, exis­tants ou uto­piques.) A contra­rio, je n’utilise pas le mot « révo­lu­tion » lit­té­ra­le­ment, c’est-à-dire pour dési­gner le ren­ver­se­ment des diri­geants actuels par une nou­velle clique de diri­geants (ce qui ferait de l’expression « révo­lu­tion anti-auto­ri­taire » un oxy­more), mais seule­ment pour dési­gner un bou­le­ver­se­ment social engen­drant de vastes trans­for­ma­tions. Je n’utilise ce mot « révo­lu­tion » que parce qu’il a des conno­ta­tions posi­tives excep­tion­nel­le­ment durables, et parce que les formes adjec­ti­vales de « libé­ra­tion », un susb­tan­tif plus appro­prié, sont lourdes.

Je vou­drais sou­li­gner à nou­veau une dis­tinc­tion cru­ciale : les cri­tiques déve­lop­pées dans ce livre ne visent pas des actions par­ti­cu­lières qui ne font pas preuve d’un com­por­te­ment violent, telles qu’une vigie qui demeure paci­fique, pas plus qu’elles ne visent indi­vi­duel­le­ment les acti­vistes qui choi­sissent de se consa­crer per­son­nel­le­ment à un tra­vail non com­bat­tant, tel que les soins médi­caux ou la construc­tion de rela­tions sociales fortes dans leur com­mu­nau­té. Lorsque je parle des paci­fistes et des défen­seurs de la non-vio­lence, je me réfère à ceux qui vou­draient impo­ser leur idéo­lo­gie à tout le mou­ve­ment et qui dis­suadent les autres acti­vistes de tout recours à la vio­lence, ou qui se refu­se­rait à sou­te­nir d’autres acti­vistes du seul fait de leur recours à la vio­lence. De même, dans l’idéal un acti­viste révo­lu­tion­naire ne devrait pas se foca­li­ser obses­si­ve­ment sur le fait de com­battre les flics ou de s’engager dans des actes clan­des­tins de sabo­tage, mais devrait embras­ser et sou­te­nir de telles actions, lorsqu’elles sont effi­caces, en tant qu’elles font par­tie d’un large ensemble d’actions néces­saires pour ren­ver­ser l’État et construire un monde meilleur.

Bien que mon objet soit de débou­lon­ner l’idée que le paci­fisme pour­rait ser­vir des buts révo­lu­tion­naires, j’utilise dans ce livre des cita­tions de paci­fistes tra­vaillant à réformes limi­tées en com­plé­ment de cita­tions de per­sonnes qui tra­vaillent à une trans­for­ma­tion sociale com­plète. À pre­mière vue, cela pour­rait don­ner l’impression que je construis un rai­son­ne­ment spé­cieux ; cepen­dant, je n’ai uti­li­sé les paroles et actions de paci­fistes réfor­mistes qu’en lien avec des cam­pagnes lors des­quelles ils ont étroi­te­ment tra­vaillé avec des paci­fistes révo­lu­tion­naires et ces cita­tions sont en rap­port avec ces paci­fistes dans leur ensemble, ou en réfé­rence à des luttes sociales citées en exemple pour prou­ver l’efficacité de la non-vio­lence dans la pour­suite de buts révo­lu­tion­naires. Il est dif­fi­cile de faire la dif­fé­rence entre des paci­fistes révo­lu­tion­naires et non-révo­lu­tion­naires, parce qu’eux-mêmes ont ten­dance à ne pas faire cette dis­tinc­tion dans le cadre de leur action – ils tra­vaillent ensemble, ils mani­festent ensemble, et sou­vent uti­lisent les mêmes tac­tiques lors des mêmes actions. Puisqu’un enga­ge­ment com­mun à la non-vio­lence, et non pas un enga­ge­ment com­mun envers un but révo­lu­tion­naire, est le cri­tère pre­mier selon lequel les acti­vistes non-vio­lents décident avec qui tra­vailler, ce sont ces déli­mi­ta­tions que j’utiliserai pour éla­bo­rer mes critiques.

Peter Gel­der­loos

Pour aller plus loin, le premier chapitre du livre : https://partage-le.com/2016/02/comment-la-non-violence-protege-letat-chapitre-1-la-non-violence-est-inefficace-par-peter-gelderloos/

 


Notes de l’introduction :

(1) Gel­der­loos uti­lise très fré­quem­ment le mot anglais « mili­tan­cy ». Ce mot est intra­dui­sible de façon véri­ta­ble­ment satis­fai­sante et exacte en fran­çais. Le Webs­ter Dic­tio­na­ry indique que « nonag­gres­sion » et « paci­fism » sont des anto­nymes (des contraires) de « mili­tan­cy », et qu’en sont par contre syno­nymes : « aggres­sion, aggres­si­ve­ness, assaul­ti­ve­ness, bel­li­co­si­ty, bel­li­ge­ren­cy, com­ba­ti­ve­ness, conten­tious­ness, defiance, dis­pu­ta­tious­ness, feis­ti­ness, fight, mili­tance, bel­li­ge­rence, mili­tant­ness, pug­na­ci­ty, quar­rel­so­me­ness, scrap­pi­ness, tru­cu­lence ». Le terme « mili­tan­cy » relève, en anglais, du champ lexi­cal de l’attaque, du com­bat, de l’utilisation de formes de vio­lence plus ou moins offen­sives. En fran­çais, les termes « mili­tants » et « mili­tan­tisme » n’ont abso­lu­ment pas ce sens ; presqu’à l’opposé, l’usage et les conno­ta­tions habi­tuelles de ces deux mots sont vidés de toute réfé­rence à la racine com­mune avec « mili­taire », et sont proches de conno­ta­tions « citoyen­nistes » ou « non-vio­lentes », ce qui est peut-être aus­si un symp­tôme de l’hégémonie de la non-vio­lence dans le « pay­sage mili­tant » français.

Puisqu’il a bien fal­lu rete­nir une tra­duc­tion, nous avons choi­si faute de mieux et selon le contexte, soit l’expression « recours à la vio­lence », soit l’expression « lutte armée », que le lec­teur doit impé­ra­ti­ve­ment entendre au sens le plus large du terme (recours à des moyens qui ne sont pas non-vio­lents), et non pas dans la conno­ta­tion res­tric­tive beau­coup plus habi­tuelle de « gué­rilla ». Cette tra­duc­tion n’est pas vrai­ment satis­fai­sante, d’autant moins qu’une fois au moins, Gel­der­loos uti­lise l’expression « mili­tant and armed struggle », qui dénote une claire nuance entre « mili­tant » et « armed ». En quelques rares occur­rence, nous avons tra­duit « mili­tan­cy » par « force », du fait du contexte. Pour les mêmes rai­sons, nous sommes régu­liè­re­ment conduits à tra­duire le sub­stan­tif anglais « mili­tants » par « mili­tants recou­rant à la vio­lence » ou par « mili­tants de la lutte armée », ce qui doit éga­le­ment s’entendre au sens le plus large de « mili­tants défen­dant ou uti­li­sant des tac­tiques qui ne sont pas non-vio­lentes ». De même, l’adjectif anglais « mili­tant », est en géné­ral tra­duit en fran­çais, selon le contexte, par « mili­tant » ou par « armé ».

Tout au long de la lec­ture, il est utile de gar­der à l’esprit qu’à stric­te­ment par­ler, « mili­tant non-violent » et « mili­tant de la non-vio­lence » sont deux expres­sions dont le sens est dif­fé­rent, ou du moins devrait l’être, même si l’usage tend à les confondre. La cri­tique de Gel­der­loos, au fond, porte sur les mili­tants de la non-vio­lence et non pas sur le simple usage de tac­tiques non-violentes.

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
3 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La reproduction de la vie quotidienne (par Fredy Perlman)

L'activité pratique et quotidienne des membres d'une tribu reproduit, ou perpétue, cette tribu. Cette reproduction est à la fois physique et sociale. C’est-à-dire qu’au travers de leurs activités quotidiennes, ces hommes perpétuent davantage que leur groupe d'êtres humains ; ils perpétuent une tribu, une forme sociale particulière, dans laquelle un groupe d'êtres humains accomplit des activités spécifiques d’une manière spécifique. [...]
Lire

Du nucléaire au renouvelable, critique du système énergétique (par Arnaud Michon & J.-B. Fressoz)

L’éolien est rarement envisagé comme il devrait l’être, c’est-à-dire comme une modalité particulière de la réquisition totale du territoire à des fins de production, de circulation et d’anéantissement du monde non domestiqué, comme en attestent à leur façon d’autres projets comme les constructions d’autoroutes, d’aéroports, de lignes à grande vitesse ou les projets d’extraction de gaz de schiste (sans oublier le gaz de houille qui n’implique pas de fracturation hydraulique et dont les gisements seraient abondants en France, dans les anciennes régions minières).
Lire

Le paysan, « ébauche grossière et incomplète de l’homme réellement civilisé » (par Eugen Weber)

Afin de prolonger notre critique du mot et de l’idée de civilisation (voir aussi cet article), nous vous proposons ce court extrait du livre La fin des terroirs d’Eugen Weber (Fayard, 1983). Où l’on perçoit de manière flagrante l’idéologie suprémaciste et raciste qu’implique l’idée de civilisation, idée qui ne sert pas qu’à dénigrer les « primitifs » de quelque pays exotique, puisqu’elle sert également à inférioriser les « sauvages » de notre propre nation (en devenir, qui doit être construite en éradiquant, en civilisant lesdits sauvages). La civilisation, la ville, le Progrès, l'école, l’État, des idées qui se recoupent et se complètent, et qui nous ont menés au désastre social et écologique en cours.