Connect with us

FABRIQUE DU CONSENTEMENT

De Pol Pot à ISIS : les racines du terrorisme (par John Pilger)

Une trêve est la seule sor­tie pos­sible de ce laby­rinthe, explique John Pil­ger, autre­ment, les atro­ci­tés de Paris et de Bey­routh se reproduiront. […]

Print Friendly, PDF & Email

9ae3deca6381c2a9e1ecfec3d7b54303John Pil­ger est un jour­na­liste de natio­na­li­té Aus­tra­lienne, né à Syd­ney le 9 Octobre 1939, par­ti vivre au Royaume-Uni depuis 1962. Il est aujourd’hui basé à Londres et tra­vaille comme cor­res­pon­dant pour nombre de jour­naux, comme The Guar­dian ou le New Sta­tes­man.

Il a reçu deux fois le prix de meilleur jour­na­liste de l’année au Royaume-Uni (Britain’s Jour­na­list of the Year Award). Ses docu­men­taires, dif­fu­sés dans le monde entier, ont reçu de mul­tiples récom­penses au Royaume-Uni et dans d’autres pays.

John Pil­ger est membre, à l’instar de Van­da­na Shi­va et de Noam Chom­sky, de l’IOPS (Inter­na­tio­nal Orga­ni­za­tion for a Par­ti­ci­pa­to­ry Socie­ty), une orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale et non-gou­ver­ne­men­tale créée (mais encore en phase de créa­tion) dans le but de sou­te­nir l’activisme en faveur d’un monde meilleur, prô­nant des valeurs ou des prin­cipes comme l’autogestion, l’équité et la jus­tice, la soli­da­ri­té, l’anarchie et l’écologie.

Article ini­tia­le­ment publié le 16 novembre 2015, en anglais, sur le site offi­ciel de John Pil­ger, à cette adresse.


Les racines du terrorisme et ce qu’on peut faire contre

Une trêve est la seule sor­tie pos­sible de ce laby­rinthe, explique John Pil­ger, autre­ment, les atro­ci­tés de Paris et de Bey­routh se reproduiront.

En trans­met­tant les ordres du Pré­sident Richard Nixon de bom­bar­de­ment « mas­sif » du Cam­bodge en 1969, Hen­ry Kis­sin­ger uti­li­sa l’ex­pres­sion : « tout ce qui vole sur tout ce qui bouge ».

Alors que Barack Oba­ma mène sa sep­tième guerre contre le monde musul­man, depuis que son prix Nobel de la paix lui a été remis, et que Fran­çois Hol­lande pro­met une attaque « impi­toyable » sur un pays en ruine, l’hystérie orches­trée et les men­songes nous rendent presque nos­tal­giques de l’honnêteté meur­trière de Kissinger.

En tant que témoin des consé­quences humaines de la sau­va­ge­rie aérienne — ce qui com­prend la déca­pi­ta­tion des vic­times, leurs organes épar­pillés sur les arbres et les champs — je ne suis pas sur­pris de cette mécon­nais­sance de l’histoire et de la mémoire, une fois encore.

La mon­tée au pou­voir de Pol Pot et de ses Khmers Rouges, qui a beau­coup en com­mun avec celle de l’état isla­mique en Irak et en Syrie (ISIS), en est un bon exemple. Eux aus­si étaient impi­toya­ble­ment moyen­âgeux et n’é­taient au départ qu’une petite secte. Eux aus­si étaient le pro­duit d’une apo­ca­lypse made in USA, mais à ce moment-là en Asie.

Selon Pol Pot, son mou­ve­ment consis­tait en « moins de 5000 gué­rille­ros mai­gre­ment armés, hési­tants en matière de stra­té­gie, de tac­tique, de loyau­té et de lea­ders ». Après le pas­sage des bom­bar­diers B‑52 de Nixon et Kis­sin­ger, lors de « l’opération Menu », le démon ultime de l’Ouest n’en crut pas ses yeux.

Les états-uniens lar­guèrent l’équivalent de 5 Hiro­shi­ma sur la pro­vince Cam­bod­gienne entre 1969 et 1973. Ils rasaient vil­lage après vil­lage, reve­nant encore pour bom­bar­der les débris et les corps. Les cra­tères lais­saient des col­liers de car­nages, visibles depuis les airs. La ter­reur était inimaginable.

Un ancien offi­ciel des Khmers Rouges décri­vit com­ment les sur­vi­vants « s’é­taient figés et erraient silen­cieu­se­ment pen­dant trois ou quatre jours. Ter­ri­fiés et à moi­tié hal­lu­ci­nés, les gens étaient capables de croire tout ce qu’on leur racon­tait… c’était deve­nu facile pour les Khmers Rouges de gagner le sou­tien du peuple ».

Une com­mis­sion d’investigation gou­ver­ne­men­tale Fin­lan­daise a esti­mé que 600 000 Cam­bod­giens étaient morts dans la guerre civile qui s’ensuivit, et a décrit le bom­bar­de­ment comme « la pre­mière phase d’une décen­nie de géno­cide ». Ce que Nixon et Kis­sin­ger ont com­men­cé, Pol Pot, leur béné­fi­ciaire, l’a accom­pli. Sous leurs bombes, les Khmers Rouges devinrent une armée forte de 200 000 personnes.

ISIS a un pas­sé et un pré­sent simi­laires. Selon la plu­part des mesures uni­ver­si­taires, l’invasion de l’Irak de Bush et Blair en 2003 a entraî­né la mort d’au moins 700 000 per­sonnes — dans un pays qui n’avait aucun pré­cé­dent de dji­ha­disme. Les kurdes avaient pas­sé des accords ter­ri­to­riaux et poli­tiques ; les Sun­nites et les Chiites pré­sen­taient des dif­fé­rences sec­taires et de classe, mais étaient en paix ; le mariage inter­groupe était com­mun. Trois ans avant l’invasion, je condui­sais à tra­vers l’Irak sans aucune peur, en ren­con­trant sur la route des gens fiers, par-des­sus tout, d’être Ira­kiens, les héri­tiers d’une civi­li­sa­tion qui sem­blait être, pour eux, une présence.

Bush et Blair ont réduit tout cela en miettes. L’Irak est main­te­nant un foyer du dji­ha­disme. Al Qai­da — comme les « dji­ha­distes » de Pol Pot — a sai­si l’opportunité four­nie par le défer­le­ment de « Choc et d’Ef­froi » et de la guerre civile qui s’ensuivit. La Syrie « rebelle » offrait des récom­penses encore plus impor­tantes, avec les réseaux d’armements de la CIA et des états du golfe, la logis­tique et l’argent qui pas­sait par la Tur­quie. L’arrivée de recrues étran­gères était inévitable.

Un ancien ambas­sa­deur bri­tan­nique, Oli­ver Miles, a écrit que, « Le gou­ver­ne­ment [Came­ron] semble suivre l’exemple de Tony Blair, qui a igno­ré les conseils impor­tants du minis­tère des affaires étran­gères, du MI5 et du MI6, sur notre poli­tique au Moyen-Orient — et en par­ti­cu­lier nos guerres au Moyen-Orient — qui ont été un des prin­ci­paux fac­teurs de recru­te­ment de musul­mans bri­tan­niques pour le ter­ro­risme ici ».

ISIS est la pro­gé­ni­ture de ceux de Washing­ton, Londres et Paris, qui, en conspi­rant afin de détruire l’Irak, la Syrie et la Libye, ont com­mis un crime épique contre l’humanité. Comme Pol Pot et les Khmers Rouges, ISIS est la muta­tion issue de la ter­reur Occi­den­tale pro­pa­gée par une élite impé­ria­liste, pas le moins du monde décou­ra­gée par les consé­quences des actions prises à dis­tance géo­gra­phi­que­ment et culturellement.

Leur culpa­bi­li­té est tabou dans « nos » socié­tés, et leurs com­plices sont ceux qui sup­priment cette véri­té critique.

Il y a 23 ans, un holo­causte a iso­lé l’Irak, immé­dia­te­ment après la pre­mière guerre du golfe, lorsque les USA et la Grande-Bre­tagne ont détour­né le conseil de sécu­ri­té des nations unies et impo­sé des « sanc­tions » puni­tives à la popu­la­tion ira­kienne — ren­for­çant iro­ni­que­ment l’autorité domes­tique de Sad­dam Hus­sein. Cela s’ap­pa­ren­tait à un siège médiéval.

Pour en savoir plus sur cet embar­go et la guerre qui s’ensuivit :

LA guerre

Presque tout ce qui ser­vait au main­tien de tout état moderne fut, dans leur jar­gon, « blo­qué » — de la chlo­rine, pour rendre potable l’eau, aux sty­los d’écoles, en pas­sant par les pièces pour machines à rayons X, les antal­giques com­muns, et les médi­ca­ments pour com­battre les can­cers aupa­ra­vant incon­nus, nés de la pous­sière des champs de bataille du Sud, conta­mi­née par l’uranium appauvri.

Juste avant Noël 1999, le dépar­te­ment du com­merce et de l’industrie à Londres restrei­gnit l’exportation de vac­cins ser­vant à pro­té­ger les enfants Ira­kiens de la diph­té­rie et de la fièvre jaune. Kim Howells, sous-secré­taire d’état par­le­men­taire du gou­ver­ne­ment Blair, a expli­qué pour­quoi, « les vac­cins pour enfants », dit-il, « étaient sus­cep­tibles d’être uti­li­sés comme armes de des­truc­tion mas­sive ».

Le gou­ver­ne­ment bri­tan­nique a pu évi­ter l’outrage en rai­son de la cou­ver­ture média­tique de l’Irak — glo­ba­le­ment mani­pu­lée par le minis­tère des affaires étran­gères — qui blâ­mait Sad­dam Hus­sein pour tout.

Sous cou­vert d’un pro­gramme « huma­ni­taire » bidon, de pétrole contre nour­ri­ture, 100$ furent alloués à chaque Ira­kien, pour vivre pen­dant une année. Ce mon­tant devait payer pour la tota­li­té des infra­struc­tures de la socié­té, et pour les ser­vices essen­tiels, comme l’élec­tri­ci­té et l’eau.

« Ima­gi­nez… », m’a dit l’assistant secré­taire géné­ral de l’ONU, Hans Von Spo­neck, « …que l’on oppose cette somme déri­soire au manque d’eau potable, au fait que la majo­ri­té des malades ne pou­vaient pas se payer de trai­te­ment, et au simple trau­ma­tisme de devoir vous en sor­tir jour après jour, et vous aurez un aper­çu du cau­che­mar. Et ne vous y trom­pez pas, tout cela était déli­bé­ré. Je ne vou­lais pas, aupa­ra­vant, uti­li­ser le mot géno­cide, mais c’est aujourd’hui iné­luc­table ».

Ecœu­ré, Von Spo­neck a démis­sion­né de son poste de coor­di­na­teur huma­ni­taire de l’ONU en Irak. Son pré­dé­ces­seur, Denis Hal­li­day, un membre dis­tin­gué de l’ONU, avait éga­le­ment démis­sion­né. « On m’a ordon­né », dit Hal­li­day, « de mettre en place une poli­tique qui cor­res­pon­dait à la défi­ni­tion d’un géno­cide : une poli­tique déli­bé­rée qui a effec­ti­ve­ment tué plus d’un mil­lion d’individus, enfants et adultes ».

Une étude du Fonds des Nations Unies pour l’en­fance, l’Unicef, a esti­mé qu’entre 1991 et 1998, l’apogée du blo­cus, il y eut 500 000 morts « en excès » d’enfants ira­kiens de moins de 5 ans. Un repor­ter TV états-unien rap­por­ta cela à Made­leine Albright, ambas­sa­deur des USA aux Nations Unies, en lui deman­dant, « le prix en valait-il la peine ? », Albright répon­dit, « nous pen­sons que le prix en valait la peine ».

En 2007, l’officiel bri­tan­nique en charge des sanc­tions, Carne Ross, connu sous le nom de « Mr Irak », dit à un comi­té de sélec­tion du par­le­ment, « [les gou­ver­ne­ments US et Bri­tan­nique] ont effec­ti­ve­ment pri­vé une popu­la­tion entière de tout moyen de sub­sis­tance ». Lorsque j’ai inter­viewé Carne Ross trois ans après, il était dévo­ré de regrets et de repen­tir. « Je me sens hon­teux », dit-il. Il est aujourd’hui l’un des rares lan­ceurs d’alerte qui aver­tit de la façon dont les gou­ver­ne­ments trompent et du rôle com­plice cri­tique des médias dans la pro­pa­ga­tion et le main­tien de ces trom­pe­ries. « Nous don­nions [aux jour­na­listes] des ren­sei­gne­ments et anec­dotes asep­ti­sés », dit-il, « ou nous les empê­chions de tra­vailler ».

L’an der­nier, on pou­vait lire à la Une du Guar­dian ce titre qui n’a­vait rien d’in­ha­bi­tuel : « Face aux hor­reurs d’ISIS nous devons agir ». Le « Nous devons agir » est un spectre que l’on ranime, un aver­tis­se­ment de la sup­pres­sion de la mémoire avi­sée, des faits, des leçons apprises et des regrets ou de la honte. L’auteur de l’article était Peter Hain, l’ancien ministre des affaires étran­gères res­pon­sable de l’Irak sous Blair. En 1998, lorsque Denis Hal­li­day révé­la l’étendue de la souf­france en Irak, dont le gou­ver­ne­ment Blair était le pre­mier res­pon­sable, Hain le fit pas­ser lors du jour­nal du soir de la BBC pour un « défen­seur de Sad­dam ». En 2003, Hain sou­tint l’invasion de Blair d’un Irak déjà bles­sé, sur la base de men­songes colos­saux. Lors d’une confé­rence plus récente du par­ti tra­vailliste, il qua­li­fia l’invasion, en la balayant rapi­de­ment, de « pro­blème mar­gi­nal ».

Voi­là que Hain deman­dait « des frappes aériennes, des drones, de l’équipement mili­taire et autre sou­tien » pour ceux « fai­sant face au géno­cide » en Irak et en Syrie. Ce qui ren­for­ce­rait « les impé­ra­tifs pour une solu­tion poli­tique ». Le jour où fut publié l’article de Hain, Denis Hal­li­day et Hans Von Spo­neck étaient venus à Londres pour me voir. Ils n’étaient pas cho­qués par l’hypocrisie mor­ti­fère du poli­ti­cien, mais déplo­raient l’absence per­pé­tuelle, presque inex­pli­cable, de diplo­ma­tie intel­li­gente visant à négo­cier un sem­blant de trêve.

A tra­vers le globe, de l’Irlande du Nord au Népal, ceux qui se consi­dèrent mutuel­le­ment comme des ter­ro­ristes et des héré­tiques se sont fait face. Pour­quoi pas main­te­nant en Irak et en Syrie ? Au lieu de cela, nous avons une ver­bo­si­té insi­pide et presque socio­pa­tho­lo­gique déver­sée par Came­ron, Hol­lande, Oba­ma et leur « coa­li­tion des volon­taires » pres­cri­vant plus de vio­lence, lar­guée depuis 10 000 mètres d’altitude, sur des endroits où le sang des pré­cé­dents conflits n’est tou­jours pas sec. Ils semblent tel­le­ment savou­rer leurs propres vio­lence et stu­pi­di­té qu’ils sont prêts à ren­ver­ser leur seul allié poten­tiel de valeur, le gou­ver­ne­ment Syrien.

Ce n’est rien de nou­veau, comme ces fichiers ayant été publiés, car ayant fui­té des ser­vices de ren­sei­gne­ments Bri­tan­nique-US, le montrent :

« Afin de faci­li­ter l’action des forces libé­ra­trices [sic]… un effort spé­cial doit être four­ni pour éli­mi­ner cer­tains indi­vi­dus clés [et] pro­cé­der à des per­tur­ba­tions internes en Syrie. La CIA est pré­pa­rée, et le SIS (MI6) ten­te­ra de pro­vo­quer des sabo­tages mineurs et des inci­dents [sic] en Syrie, en tra­vaillant à l’aide de contacts avec des indi­vi­dus… un degré néces­saire de peur… des conflits fron­ta­liers [mis en scène] four­ni­ront un pré­texte d’intervention… la CIA et SIS devraient uti­li­ser… leurs capa­ci­tés à la fois psy­cho­lo­gi­que­ment et d’action sur le ter­rain pour faire croître la tension ».

Cela fut écrit en 1957, mais cela aurait aus­si pu être écrit hier. Dans le monde de l’Empire, rien ne change fon­da­men­ta­le­ment. En 2013, l’ancien ministre des affaires étran­gères fran­çais Roland Dumas a révé­lé que « deux ans avant le prin­temps arabe », on lui avait dit qu’une guerre en Syrie était pla­ni­fiée. « Je vais vous dire quelque chose », dit-il dans une inter­view avec la chaîne fran­çaise LCP, « j’étais en Angle­terre deux ans avant la vio­lence en Syrie pour d’autres affaires. J’ai ren­con­tré des hauts fonc­tion­naires bri­tan­niques qui m’ont avoué qu’ils pré­pa­raient quelque chose en Syrie. L’Angleterre pré­pa­rait l’invasion des rebelles en Syrie. Et ils m’ont même deman­dé, bien que je ne sois plus ministre des affaires étran­gères, si j’ai­me­rais y par­ti­ci­per… C’est pour dire que cette opé­ra­tion vient de très loin, elle a été pré­pa­rée, conçue, orga­ni­sée » (cita­tion en entier, ici).

Les seuls enne­mis effec­tifs d’ISIS sont dia­bo­li­sés par l’Occident — la Syrie, l’ran, le Hez­bol­lah et main­te­nant la Rus­sie. L’obstacle est la Tur­quie, une « alliée » et membre de l’OTAN, qui a conspi­ré avec la CIA, le MI6 et les médié­va­listes du Golfe pour four­nir du sou­tien aux « rebelles » syriens, dont ceux que l’on appelle aujourd’hui ISIS. Sou­te­nir la Tur­quie dans sa vieille ambi­tion de domi­na­tion régio­nale en ren­ver­sant le gou­ver­ne­ment Assad entraine une guerre clas­sique majeure et le démem­bre­ment ter­ri­fiant d’un des états les plus eth­ni­que­ment diver­si­fiés du Moyen-Orient.

Une trêve — aus­si dif­fi­cile à négo­cier et à mettre en place fut-elle — est la seule sor­tie de ce laby­rinthe ; autre­ment, les atro­ci­tés de Paris et de Bey­routh se repro­dui­ront. En plus d’une trêve, les auteurs et super­vi­seurs de la vio­lence au Moyen-Orient — les Amé­ri­cains et les Euro­péens — doivent eux-mêmes se « dé-radi­ca­li­ser » et faire preuve de bonne volon­té envers les com­mu­nau­tés musul­manes alié­nées, par­tout, y com­pris sur leur propres territoires.

Il devrait y avoir une ces­sa­tion immé­diate de tous les envois de maté­riel de guerre à Israël, et la recon­nais­sance de l’état Pales­ti­nien. Le pro­blème de la Pales­tine est la plaie ouverte la plus puru­lente de la région, et la jus­ti­fi­ca­tion la plus citée pour l’avènement de l’extrémisme Isla­mique. Ous­sa­ma Ben Laden l’a­vait expri­mé clai­re­ment. La Pales­tine offre aus­si de l’espoir. Ren­dez jus­tice aux pales­ti­niens et vous com­men­ce­rez à chan­ger le monde qui les entoure.

Il y a plus de 40 ans, le bom­bar­de­ment Nixon-Kis­sin­ger du Cam­bodge libé­ra un tor­rent de souf­france dont le pays ne s’est tou­jours pas remis. La même chose est vraie du crime ira­kien de Blair et Bush, et des crimes de l’OTAN et de la « coa­li­tion » en Libye et en Syrie.

Avec un timing impec­cable, le der­nier livre égo­cen­trique au titre sati­rique d’Henry Kis­sin­ger a été publié, « Ordre Mon­dial ». Dans une cri­tique ser­vile, Kis­sin­ger est décrit comme « un façon­neur clé d’un ordre mon­dial qui est res­té stable pen­dant un quart de siècle ».

Allez dire ça au peuple du Cam­bodge, du Viet­nam, du Laos, du Chi­li, du Timor orien­tal et à toutes les autres vic­times de son « façon­nage ». Ce n’est que lorsque « nous » recon­naî­trons les cri­mi­nels de guerre par­mi nous et arrê­te­rons de nier la véri­té que le sang pour­ra com­men­cer à sécher.

John Pil­ger


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Newsletter Signup

9 Comments

9 Comments

  1. Christophe

    17 novembre 2015 at 16 h 21 min

    En fait, cet article a été publié le 8 octobre 2014, à cette adresse : http://johnpilger.com/articles/from-pol-pot-to-isis-anything-that-flies-on-everything-that-moves

    • LePartage

      17 novembre 2015 at 16 h 32 min

      Il a récem­ment été mis à jour, par John Pil­ger, pour être recontextualisé.

  2. John K Brochet

    17 novembre 2015 at 16 h 27 min

    Mer­ci pour cette tres bonne tra­duc­tion en fran­cais de cette triste réalité.

  3. Pingback: » De Pol Pot à ISIS : les racines du terrorisme (par John Pilger)

  4. Pingback: » De Pol Pot à ISIS : les racines du terrorisme (par John Pilger)

  5. Pingback: De Pol Pot à ISIS : les racines du terrorisme (par John Pilger) | Watching world

  6. Saida Haider

    20 novembre 2015 at 17 h 36 min

    Makes one shiver -

  7. Pingback: Aux origines de Daesh : l’assassinat de millions de musulmans par les Etats occidentaux | réveil-mutin

  8. Pingback: Réaction à tiède | Si ça continue, ça va pas durer...

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles les plus consultés

Le colonialisme, la mission civilisatrice, hier et aujourd’hui (par Nicolas Casaux)

ÉCOLOGIE

Le nationalisme, stade actuel du capitalisme (par Fredy Perlman)

Capitalisme

La vaccination ou l’instrument le plus insidieux de l’impérialisme (par Romeo F. Quijano)

ÉCOLOGIE

Imposer le français, détruire les patois et les cultures locales, construire la France (par Eugen Weber)

FABRIQUE DU CONSENTEMENT

Newsletter Signup

Copyright © 2018 Jawn Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.

Newsletter Signup