Rendre l’écologie « fun et sexy », ou comment la frivolité nuit à la résistance (par Derrick Jensen)

Tra­duc­tion d’un article de Der­rick Jen­sen, membre fon­da­teur de l’or­ga­ni­sa­tion d’é­co­lo­gie radi­cale Deep Green Resis­tance, ini­tia­le­ment publié par écrit dans le numé­ro de janvier/février 2012 du maga­zine Orion, et en ligne à l’a­dresse sui­vante, le 8 mars 2016.


En guise d’introduction, il me faut pré­ci­ser : j’aime m’amuser, et j’aime le sexe. Mais je suis écœu­ré d’entendre que nous devons rendre l’écologie fun et sexy. Cette idée mal­avi­sée, irres­pec­tueuse envers les vic­times humaines et non-humaines de cette culture, est une énorme dis­trac­tion qui nous fait perdre du temps et de l’énergie que nous n’avons pas, et qui atro­phie les chances infimes qu’il nous reste de mettre en place la résis­tance concrète et néces­saire pour entra­ver la civi­li­sa­tion indus­trielle dans sa des­truc­tion de la pla­nète. Le fait que tant de gens, chaque jour, réclament de l’écologie qu’elle devienne plus fun et plus sexy révèle non seule­ment la fai­blesse de notre mou­ve­ment, mais aus­si le manque fla­grant de sérieux avec lequel un grand nombre d’activistes abordent les pro­blèmes aux­quels nous fai­sons face. Alors qu’il s’agit de mettre fin au meurtre de la pla­nète, trop d’écologistes s’y prennent davan­tage comme s’ils orga­ni­saient une fête que comme s’ils construi­saient un mouvement.

Par exemple, on trouve sur You­Tube une vidéo de man­ne­quins se dénu­dant, appa­rem­ment pour nous aler­ter des dan­gers liés au réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Quoi de mieux pour cela qu’un man­ne­quin se dan­di­nant tan­dis qu’elle se désha­bille, accom­pa­gnée d’un son rock entraî­nant ? Sous la vidéo, un slo­gan explique que « Quelle que soit votre idéo­lo­gie poli­tique, je pense que nous pou­vons tous nous retrou­ver der­rière l’idée de man­ne­quins se dénudant. »

Eh bien, pas moi. Cette vidéo ren­force les valeurs d’une culture pro­fon­dé­ment miso­gyne, au sein de laquelle le corps des femmes est régu­liè­re­ment expo­sé pour l’usage des hommes, où l’industrie de la por­no­gra­phie pèse 90 mil­liards de dol­lars et consti­tue le prin­ci­pal usage com­mer­cial d’internet. & dans un mou­ve­ment qui peine déjà à ne pas perdre en grand nombre ces femmes qui sont réi­fiées, har­ce­lées, vio­lées et réduites au silence par des hommes qu’elles pre­naient pour des cama­rades, sou­hai­tons-nous réel­le­ment uti­li­ser des moyens de recru­te­ment qui encou­ragent cette réification ?

Com­pa­rez ces effeuillages de man­ne­quins avec le mes­sage de Shey­la Juru­na, éga­le­ment dif­fu­sé sur You­Tube. Porte-parole des peuples indi­gènes Juru­na de la rivière Xin­gu au Bré­sil, Shey­la Juru­na regarde droit dans la camé­ra et déclare : « Le bar­rage du Belo Monte est un pro­jet de mort et de des­truc­tion. Il éra­di­que­ra nos popu­la­tions et toute notre bio­di­ver­si­té… Nous avons déjà ten­té diverses formes de dia­logue avec le gou­ver­ne­ment, fai­sant tout ce qui était en notre pou­voir pour entra­ver ce pro­jet, mais nous n’avons pas été enten­dus. Je pense qu’il est désor­mais temps pour nous de par­tir en guerre contre Belo Monte. Fini le dia­logue. L’heure est venue d’entreprendre des actes de résis­tance déter­mi­nés et sérieux contre ce projet. »

Je peux vous garan­tir que Shey­la Juru­na n’est pas deve­nue acti­viste pour le fun et le sexe.

De plus, l’approche « fun et sexy » de l’écologie s’attelle à employer des tech­niques ini­tia­le­ment déve­lop­pées pour vendre des pro­duits, dans le but de construire un mou­ve­ment. Mon­trer le visage exta­tique d’une femme alors qu’elle attrape un bidon d’adoucissant tex­tile peut pous­ser cer­taines per­sonnes à ache­ter cette marque. Mais deve­nir acti­viste et ache­ter de l’adoucissant sont deux pro­ces­sus tota­le­ment dis­tincts. Le pre­mier requiert force morale, dis­ci­pline, et dévoue­ment, tan­dis que le second ne néces­site que 4 dol­lars pour ache­ter ce « pro­duit natu­rel qui ren­dra votre linge doux, câlin et anti­sta­tique ».

Dans le domaine des rela­tions publiques, l’armée amé­ri­caine n’a que trop bien sai­si ce que les éco­lo­gistes peinent à com­prendre : com­bien avez-vous vu de spots de recru­te­ment van­tant le carac­tère fun et sexy de l’armée ? Aucun. L’aventure, oui. Le ser­vice à la com­mu­nau­té, oui. Pour quelques-uns, la fier­té, oui. Tout cela, au pas­sage, pour­rait et devrait être dit de l’activisme. Le recru­te­ment basé sur le fun et le sexe atti­re­ra ceux qui y sont pour le fun et pour le sexe. Cela signi­fie que soit le taux d’érosion sera fort par­mi ces recrues, ou, bien pire, que l’activisme devien­dra lui-même assez super­fi­ciel pour les rete­nir. Cela devrait être évident mais au cas où cela ne le serait pas : on ne peut pas construire un mou­ve­ment sérieux sur de la frivolité.

Les pro­blèmes aux­quels nous fai­sons face ne sont ni amu­sants ni sexy, et le tra­vail néces­saire à leur réso­lu­tion sera tout sauf super­fi­ciel. L’organisation est un tra­vail dif­fi­cile, par­fois exté­nuant, sou­vent éner­vant, et vu où nous en sommes dans le meurtre de la pla­nète, presque tou­jours déchi­rant. Le mes­sage de Shey­la Juru­na ne relève ni de l’amusement ni du jeu. Il s’agit de vie et de mort – de la sienne, de celle de son peuple, et de celle de la terre sans laquelle son peuple ne sera plus lui-même.

Mal­heu­reu­se­ment, l’idée selon laquelle l’activisme (ils n’osent jamais appe­ler cela résis­tance) doit être fun et sexy infeste l’ensemble du mou­ve­ment éco­lo­gique, des radi­caux les plus ori­gi­naux aux réfor­mistes les plus conven­tion­nels. J’ai en main le der­nier numé­ro du jour­nal Earth First ! qui contient une pho­to du der­nier Ren­dez­vous Earth First ! (des évè­ne­ments qui sont répu­tés pour leur débauche alcoo­li­sée) sur laquelle on aper­çoit des jeunes hommes et des jeunes femmes nues en train de for­mer une pyra­mide humaine. Quel est le rap­port avec le fait de mettre fin à la des­truc­tion de la pla­nète par cette culture ? Ima­gi­nez-vous les Free­dom Riders nus en train de faire des pyra­mides humaines, de se peindre le visage, ou d’apporter des marion­nettes en papier-mâché lors de rassemblements ?

Autre exemple, une cam­pagne récente a impli­qué des étu­diants d’universités se met­tant en sous-vête­ments (remar­quez-vous la constante ?) et cou­rant dans leur cam­pus. Un article pro­mo­tion­nel inti­tu­lé « Expo­sez les men­songes des entre­prises char­bon­nières — Avec vos sous-vête­ments » com­men­çait ain­si : « Qui ne serait pas par­tant pour sou­te­nir une bonne cause si l’on peut le faire en enle­vant son pan­ta­lon ? » Ce « pro­jet » est un par­te­na­riat entre le Sier­ra Club et une « marque de sous-vête­ments sty­li­sées » appe­lée PACT. Le Sier­ra Club nous rap­porte que « sur les quelques der­nières semaines, des étu­diants de cam­pus ali­men­tés par de l’énergie issue du char­bon ont déjà uti­li­sé cette ligne de sous-vête­ment lors d’évènements orga­ni­sés, comme des flash mobs, où des étu­diants se désha­billaient spon­ta­né­ment [sic] jusqu’à exhi­ber leurs sous-vête­ments “Beyond Coal” [en fran­çais : “Au-delà du char­bon”], ou lors d’une course pour les renou­ve­lables, un cross intra-cam­pus en sous-vête­ments en faveur de l’utilisation de com­bus­tibles plus propres ». La vidéo, camé­ra à l’épaule, du « flash mob en sous-vête­ments » est tel­le­ment embar­ras­sante (et dépri­mante) que j’espère vrai­ment que vous ne la cher­che­rez pas. Sous les images, on peut lire « Ôtez vos pan­ta­lons pour le Sier­ra Club et le PACT. »

Est-il vrai­ment néces­saire que j’analyse ce qui est immo­ral (et glauque) dans le fait que des diri­geants du Sier­ra Club et des fabri­cants de sous-vête­ments encou­ragent de jeunes gens à reti­rer leurs vête­ments, qui plus est en pré­ten­dant que c’est de l’activisme ? Je me sou­viens d’une récente cam­pagne contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique pour laquelle « 3000 per­sonnes, à New Del­hi, ont for­mé un énorme élé­phant mena­cé par la mon­tée des eaux — un appel aux diri­geants du monde pour qu’ils n’ignorent pas ‘l’éléphant dans la pièce’. » Je me sou­viens des visages peints, et je me sou­viens des marion­nettes. & je me sou­viens que le spec­tacle occulte la réalité.

Je me sou­viens éga­le­ment d’une conver­sa­tion que j’avais eue avec des repré­sen­tants des Pre­mières Nations à Van­cou­ver, en Colom­bie Bri­tan­nique, qui me racon­taient com­ment, lors des mani­fes­ta­tions anti-Olym­piques, des guer­riers indiens se tenaient fer­me­ment aux côtés de leurs alliés non-indi­gènes, confron­tant la police à pro­pos de la pro­fa­na­tion de leurs terres. Ils ont regar­dé der­rière eux et ont vu la rup­ture entre eux d’un côté et une grande cohorte de mani­fes­tants prin­ci­pa­le­ment blancs de l’autre. La sépa­ra­tion était cepen­dant plus que phy­sique ; les mani­fes­tants de tête étaient très sérieux, et der­rière eux se trou­vait un nombre incal­cu­lable de gens por­tant des cos­tumes de lapins ou cou­rant dans tous les sens dans des bobs­leighs en carton.

Com­ment, depuis quand, et pour­quoi le spec­tacle, la fête et la débauche ont-ils rem­pla­cés la résis­tance poli­tique orga­ni­sée et sérieuse ? Com­ment le fait d’ôter son pan­ta­lon et de cou­rir dans tous les sens est-il deve­nu un acte poli­tique ? Et où la digni­té trouve-t-elle sa place dans tout ça ? Il y a évi­dem­ment une place pour l’absurde dans le dis­cours poli­tique. Cepen­dant, l’absurde, dans le dis­cours poli­tique, vise à ridi­cu­li­ser et à humi­lier ceux aux pou­voir, pas nous-mêmes.

Les juifs qui par­ti­ci­pèrent au sou­lè­ve­ment du ghet­to de Var­so­vie ont pris les armes pour défendre leurs vies. Tecum­seh, le chef de guerre Shaw­nee a pris les armes en défense de son peuple et de sa terre. Har­riet Tub­man a mis sa propre vie en jeu pour libé­rer son peuple. Nous, en revanche, avons beau­coup à faire pour enfin esquis­ser un mou­ve­ment de résis­tance sérieux.

Der­rick Jensen


Tra­duc­tion : Jess Aubin & Nico­las Casaux

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
10 comments
  1. Article tota­le­ment réac… Avez-vous ren­con­trez ces gens ? Non, je ne crois pas… Moi oui, et ce qu’ils font, c’est sim­ple­ment s’ex­pri­mer en étant eux-mêmes. Ils prennent leur pied, et conscien­tisent (que vous le vou­liez ou non) à leur échelle. Oh oui, vous pou­vez pondre des théo­ries far­fe­lue pour essayer de briller en socié­té, il y a une chose claire : il n’y a que ceux qui créent qui prennent le risque de se trom­per. Vous êtes là tel un cri­tique d’art der­rière votre écran, vous n’a­vez que les mots pour exis­ter, mais les actes ?

    1. 1 — « Réac » ça n’est pas un argu­ment, c’est l’exemple même de l’ex­pres­sion absurde, creuse, qu’on uti­lise parce que c’est com­mun, et pour « briller en société ».
      2 — « Théo­rie far­fe­lue » ce n’est pas un argu­ment non plus, dans l’ar­ticle sont énon­cées des cri­tiques argu­men­tées de cer­taines ten­dances bien réelles (réi­fi­ca­tion du corps des femmes, nivel­le­ment par le bas du dis­cours dans un but quan­ti­ta­tif absurde, etc.)
      3 — « Vous êtes là tel un cri­tique d’art der­rière votre écran, vous n’avez que les mots pour exis­ter, mais les actes ? » Tou­jours pas un argu­ment, une sorte d’in­jure gra­tuite lan­cée au hasard, pour insul­ter le mes­sa­ger plu­tôt que d’a­voir quelque chose à répondre à un argu­ment qui nous a vexé, ou d’a­voir au moins essayé de com­prendre le message.

  2. aha­ha­ha, super drôle !!! vos refe­rences en fin d’ar­ticle sont des com­bats / des guerres qui ont été per­dues, et vous citez l’ar­mée comme exemple !!!!! Je vous pose la ques­tion : est ce que vous pre­fe­rez faire triom­pher vos idées ou mou­rir en héros ?

  3. Sur le fond, cet article est con. C’est mon point de vue et tout est dis­cu­table. Par contre sur la forme, je pige pas un truc… L’ar­ticle date de 2012. A cette époque, Pro­fes­seur Feuillage ou encore Géné­ra­tion Cobaye n’exis­taient pas. Lors­qu’on cite un article, en tant que dif­fu­seur, publi­ca­teur ou jour­na­liste, il faut res­pec­ter le texte ini­tial ou men­tion­ner vos modi­fi­ca­tions par « ndlr ». C’est la base. En l’occurrence, vous détour­nez un pro­pos de Der­rick Jen­sen avec des pho­tos d’illus­tra­tions anachroniques.
    Ensuite, avez-vous ten­té de ren­trer en contact avec ces gens si cri­ti­quables ? Peut-être auriez-vous eu une ana­lyse plus inté­res­sante que des légendes bâclées.

    1. Sur le fond, ton com­men­taire est contre-pro­duc­tif. Et con. Puisque zéro argu­men­ta­tion quant au fond, mais seule­ment une remarque sur la forme, avec laquelle nous sommes d’ac­cord, nous allons d’ailleurs pré­ci­ser que ce sont des ajouts.

    2. Cam greu sa zam­bes­ti cand tre­buie sa te gan­des­ti ce pui pe masa disea­ra sau cu ce sa iti pla­tes­ti ratele in care te-ai ingro­pat. Rea­li­ta­tea e ca mat­trioa­jea roma­ni­lor se inca­drea­za in cele 2 cate­go­rii. Restul mai sunt vreo 5%,zambesc, dar in spa­tele gea­mu­ri­lor fumurii.

  4. Cet article est con parce qu’il se fonde sur l’i­dée que votre mode de com­mu­ni­ca­tion rentre dedans, revan­chard et culpa­bi­li­sant est effi­cace. C’est une erreur. Avec ce genre d’ar­ticle, au mieux vous obte­nez l’as­sen­ti­ment d’a­nar cra­dingues et gueu­lards mais jamais vous ne ferez chan­ger d’a­vis d’autres per­sonnes. Pour­quoi ? Parce qu’en étant seg­men­tant, mora­li­sa­teur et anxio­gène on ne génère ni prise de conscience, ni chan­ge­ment, on braque les gens, on sclé­rose leur poten­tielle volon­té de chan­ger les choses. Au contraire, les acteurs de l’é­co­lo­gie que vous citez per­mettent à un cer­tain nombre de per­sonnes, qui se foutent de l’é­co­lo­gie, d’a­voir une source d’in­for­ma­tion simple ludique sur des thèmes envi­ron­ne­men­taux et c’est déjà un début. On appelle ça la vul­ga­ri­sa­tion mais vous, vous trou­ver ça vul­gaire. Dom­mage car cela porte plus de fruits que vos actions. Enfin, vous n’a­vez pas répon­du à ma ques­tion, avez-vous contac­té les gens que vous cri­ti­quez pour obte­nir des infor­ma­tions sur leurs points de vue ou leurs enga­ge­ments… Bref, pour livrer à vos lec­teurs autre chose que de simples spéculations.

  5. On attaque pas le mot « fun » comme çà mes­dames et mes­sieurs du Par­tage, c’est un mot sacré, on ne veut pas de ten­sion sur ce com­por­te­ment col­lec­tif ! ne cra­chez pas sur les restes de cette belle conscience verte, fleu­ris­sante… un éter­nel printemps !
    Vous avez mis le doigt sur quelque chose là encore…
    Il ne faut pas prendre le monde au sérieux… on va tous cre­vé mais grâce a des émis­sions comme çà on crè­ve­ra moins con ah ah ah… un peu de posi­ti­visme quoi ! sur­tout que c’est quand même plus facile de posi­ti­ver que de prendre cette atti­tude néga­tive ! un peu de laxisme, un peu de dénie, un peu d’hy­po­cri­sie et vous aurez un cock­tail digeste, tout le monde vien­dra s’a­breu­ver a vôtre source ! et puis invi­té les acteurs de la déban­dade, on a besoin de bla-bla sinon on est per­du… vous pour­riez faire des inter­views de stars ?! vous pour­riez faire comme les mains­treams çà serait plus sympa !
    Ralf a rai­son, y’en a marre des revan­chards, des loo­sers, et des anars cra­dingue… ‘est de leur faute tout çà, si les villes sont dégueus et que les gens biens peuvent pas béton­ner comme ils veulent devant chez eux ! c’est un comble quand même, si je veux faire un trou de chez moi jus­qu’en chine je vois pas ce qui m’en empêcherait !
    Comme dit Ralph il nous faut des sources d’in­for­ma­tions simples et lubriques, il faut vul­ga­ri­ser a fond, c’est un don du ciel cette his­toire de catas­trophe éco­lo­gique, il faut en pro­fi­ter ! Il a rai­son Ralph il faut don­ner du sexe, du voyeu­risme, mais je vois pas pour­quoi il veut pas spé­cu­ler, çà serait dom­mage de pas pro­fi­ter quand même ?! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Le « citoyen augmenté » (par Aurélien Berlan)

[...] C’est à partir de cette convergence que je voudrais remettre en cause l’idée que le « citoyen augmenté » pourrait incarner un renouveau de la citoyenneté. Car si l’on y regarde de plus près, on verra que l’imaginaire chrétien de la délivrance et le désir cybernétique de reprogrammer l’humanité se rejoignent dans leur dimension apolitique et même antipolitique. [...]
Lire

Daesh, crise grecque, Syrie… — une interview avec Noam Chomsky

Tout en réaffirmant son opposition à une intervention militaire totale, Chomsky explique qu’il n’est en principe pas opposé à l’idée d’une zone d’exclusion aérienne établie le long d’un corridor humanitaire (bien que les récentes interventions de Poutine aient pratiquement anéanti la possibilité de cette dernière option). En plus de répondre à ses critiques, Chomsky donne son opinion sur une large gamme d’autres sujets : ce qui devrait être fait pour combattre ISIS, l’importance des luttes populaires en Amérique du Sud et le futur du socialisme.