Pourquoi les ONG sont un problème (par Stephanie McMillan)

Ste­pha­nie McMil­lan (née en 1965) est une des­si­na­trice poli­tique US, édi­to­ria­liste, et acti­viste du Sud de la Flo­ride. Petite-fille du réa­li­sa­teur de films d’a­ni­ma­tion alle­mand Hans Fischerkö­sen, elle vou­lait deve­nir des­si­na­trice depuis l’âge de 10 ans. Durant ses années de lycée, elle a com­men­cé à orga­ni­ser des mani­fes­ta­tions contre le capi­ta­lisme et l’impérialisme. Elle continue.


Il y a une ving­taine d’an­nées, lors d’une conver­sa­tion avec un orga­ni­sa­teur ban­gla­dais, nous avons abor­dé le sujet des ONG*. Il a cra­ché avec dégoût : « Je déteste les ONG ». À l’époque, je n’ai pas vrai­ment com­pris pour­quoi il était si véhé­ment sur le sujet. Je savais que les ONG avaient des aspects néga­tifs, comme le fait qu’elles détournent une par­tie de l’énergie révo­lu­tion­naire des masses, mais je croyais encore à moi­tié leurs affir­ma­tions selon les­quelles leur tra­vail était plus utile que nui­sible. Ne fal­lait-il pas être une espèce de cré­tin dog­ma­tique pour dénon­cer les soins gra­tuit et les pro­grammes de lutte contre la pau­vre­té ? Je ne com­pre­nais pas encore à quel point elles sont en réa­li­té une catastrophe.

Depuis cette conver­sa­tion, les ONG ont pro­li­fé­ré comme des cham­pi­gnons dans le monde entier. D’abord déployées dans les for­ma­tions sociales domi­nées par l’impérialisme, elles occupent aujourd’hui aus­si la scène poli­tique des pays qui sont la base du capi­ta­lisme. Elles sont deve­nues la nou­velle forme à la mode d’accumulation du capi­tal, avec une por­tée mon­diale et des mil­liards de reve­nus. Der­rière leur pré­ten­tion sti­pu­lant un soi-disant « but non-lucra­tif », elles consti­tuent une source de reve­nus impor­tants pour ceux d’en haut, tout en gavant de larges couches de la petite bour­geoi­sie, leur per­met­tant de s’é­ta­ler sur la classe ouvrière comme une cou­ver­ture chauf­fante humide, met­tant ain­si en sour­dine ses revendications.

Après beau­coup d’observations et d’ex­pé­riences directes et indi­rectes, je com­prends aujourd’hui et par­tage la haine de cet orga­ni­sa­teur d’au­tre­fois envers les ONG. Quel est leur degré de nui­sance ? Per­met­tez-moi d’é­nu­mé­rer quelques réponses :

I. Les ONG sont une des nombreuses armes de domination impérialiste

Aux côtés des inva­sions mili­taires et des mis­sion­naires, les ONG aident à ouvrir les pays comme on craque des noix, en pré­pa­rant le ter­rain pour des vagues d’exploitation et d’extraction plus intenses, comme l’agrobusiness pour l’exportation, les ate­liers de misère, les res­sources minières et les sites touristiques.

Haï­ti en est l’exemple le plus extrême. Appe­lé par nombre d’Haï­tiens eux-mêmes « la répu­blique des ONG », le pays avait déjà été infes­té par 10 000 ONG avant le trem­ble­ment de terre de 2010, le nombre d’ONG par habi­tant le plus éle­vé du monde. 99% des aides d’après le trem­ble­ment de terre ont été ache­mi­nées par des ONG et autres agences, qui ont gagné des sommes colos­sales, en volant la majeure par­tie de l’argent que les gens avaient don­né de bonne foi en pen­sant qu’il aide­rait réel­le­ment les masses affec­tées par la catastrophe.

[Une vidéo très impor­tante sur le rôle des ONG dans le pillage du conti­nent Africain]:

Cette merde n’est pas récente. Il y a des décen­nies, l’USAID et la Banque mon­diale impo­saient déjà des éco­no­mies orien­tées vers l’exportation et les pro­grammes d’ajus­te­ment struc­tu­rel conco­mi­tants en Haï­ti et ailleurs. Il y a 20 ans, 80% de l’argent de l’USAID finis­saient par reve­nir dans les poches des entre­prises US et des « experts ». Au fil de la matu­ra­tion de ce pro­ces­sus, les ONG sont deve­nues l’entité pré­fé­rée de cette forme para­si­taire d’accumulation, en capi­ta­li­sant et ali­men­tant la misère créée par « l’aide » au départ.

Dans de nom­breux pays domi­nés, les direc­teurs d’ONG sont deve­nus un seg­ment de la bour­geoi­sie bureau­cra­tique, uti­li­sant l’État comme leur source pre­mière d’accumulation de capi­tal. Sur les der­nières 20 années, envi­ron, en Haï­ti, nombre de ceux qui avaient créé et diri­gé des ONG ont fini aus­si par occu­per des postes poli­tiques, de pré­sident à pre­mier ministre ou membre du par­le­ment, comme Aris­tide, Pré­val, et Michèle Pierre-Louis.

Main­te­nant que le capi­ta­lisme est dans une crise struc­tu­relle mon­diale crois­sante, l’ajustement struc­tu­rel est éga­le­ment impo­sé à ses for­ma­tions sociales cen­trales. Comme des cane­tons condi­tion­nés, les ONG suivent dans le sillage. 30 nou­velles ONG sont créées chaque jour au Royaume-Uni, et 1,5 mil­lion d’ONG infestent les USA. Elles sont deve­nues l’option de sur­vie du jour pour les diplô­més au chô­mage navi­gant à tra­vers une crise éco­no­mique mondiale.

II. Les ONG sabotent, détournent et remplacent l’organisation autonome de masse

« Ce à quoi vous résis­tez va per­sis­ter » : ce cli­ché est loin d’être inutile stra­té­gi­que­ment. Par consé­quent, au lieu de com­battre la gauche de front comme ils le fai­saient aupa­ra­vant, les capi­ta­listes l’ont étouf­fée dans leurs bras bienveillants.

En aban­don­nant la lutte des classes, la gauche s’est déjà ren­due impuis­sante : elle donne des coups d’é­pée dans l’eau et ne peut frap­per l’ennemi. Cet état d’atrophie la rend vul­né­rable, sus­cep­tible d’accepter que la Fon­da­tion Rocke­fel­ler ou autre enti­té capi­ta­liste lui pro­pose un chèque pour « com­battre pour l’émancipation et la jus­tice sociale contre la rapa­ci­té des entre­prises ». Boum : les capi­ta­listes ont neu­tra­li­sé leur pire menace. Ils l’ont ache­tée, ren­due inof­fen­sive, lui ont arra­ché ses griffes.

Ils l’ont rem­pla­cée par un phé­no­mène social qui semble être (et qui par­fois affirme direc­te­ment être) une force d’opposition, mais qui n’est plus qu’un ani­mal domes­tique loyal et utile. Au lieu d’attaquer le capi­tal à la gorge, elle (quoi qu’il en soit, il ne fau­drait plus l’appeler « la gauche ») lèche gaie­ment les bottes de ses nou­veaux maitres.

Voyons à quoi ça res­semble sur le terrain.

Vous êtes en mani­fes­ta­tion. Com­ment pou­vez-vous ne serait-ce que savoir si tout ça est authen­tique ? Il y a une poi­gnée d’activistes payés por­tant des pan­cartes pré-impri­mées. Ils scandent des slo­gans — mais com­ment pou­vons-nous être sûrs qu’ils pensent ce qu’ils disent, alors qu’ils suivent un script pré­dé­ter­mi­né ? Com­ment être cer­tain que si leur finan­ce­ment était cou­pé, ils seraient tout de même ici, qu’ils seraient tou­jours concer­nés et impliqués ?

Les gens sin­cères pensent sou­vent qu’ils pour­ront être « payés pour faire le bien », mais ça ne fonc­tionne pas ain­si. Les capi­ta­listes ne se sont pas empa­rés du monde en étant com­plè­te­ment cons. Ils ne vont pas nous payer pour leur nuire.

Com­bien de fois avez-vous obser­vé un tel scé­na­rio ? Une atro­ci­té se pro­duit, des gens indi­gnés inondent les rues, et une fois réunis, quelqu’un annonce un mee­ting pour pour­suivre et conti­nuer la lutte. Lors de ce mee­ting, plu­sieurs orga­ni­sa­teurs expé­ri­men­tés semblent être res­pon­sables. Ils disent des choses radi­cales, un peu dures qui semblent rela­ti­ve­ment impres­sion­nantes. Ils pro­posent de four­nir une for­ma­tion et un lieu de ren­contres régu­lières. Ils semblent déjà avoir un plan, bien que per­sonne d’autre n’ait eu le temps d’y pen­ser. Ils semblent com­pé­tents, expliquent (à l’aide de dia­grammes) com­ment repé­rer nos alliés poten­tiels, et sortent une liste de poli­ti­ciens spé­ci­fiques à cibler lors des mani­fes­ta­tions. Ils for­mulent des « demandes » sim­plistes pour « construire la confiance avec un gain rapide ».

Qui­conque sug­gère une approche dif­fé­rente est pas­si­ve­ment-agres­si­ve­ment ignoré.

Sous leur com­man­de­ment, vous occu­pez telle ins­ti­tu­tion ou tel bureau de poli­ti­cien, ou orga­ni­sez une mani­fes­ta­tion ou un ras­sem­ble­ment. Votre pro­tes­ta­tion est bruyante et pas­sion­née, et a l’air assez militante.

Avant même de vous en rendre compte, vous vous retrou­vez à frap­per à la porte d’un incon­nu, une plan­chette à pince à la main, espé­rant le convaincre de voter lors de la pro­chaine élection.

Les ONG servent à saper, à détour­ner et à rem­pla­cer les luttes de masse. En cela, elles sont très effi­caces. J’ai récem­ment dis­cu­té avec une radi­cale du New Jer­sey, qui m’expliquait qu’une mani­fes­ta­tion où elle s’était ren­due était en fait le pro­jet d’un étu­diant diplô­mé, sans aucun doute un futur direc­teur d’ONG. L’air assez cho­quée et éner­vée, elle me dit que depuis, elle n’a même plus envie d’aller mani­fes­ter parce qu’elle ne croit plus en leur authen­ti­ci­té. Une vic­toire écla­tante pour le capital.

A Mia­mi, j’ai assis­té à des mani­fes­ta­tions de l’organisation “Fight for $15” [Com­bat­tez pour un salaire horaire mini­mal de 15 $, NdE] dans les­quelles la vaste majo­ri­té des par­ti­ci­pants étaient des acti­vistes payés, des employés d’ONG, de CBOs (Orga­ni­sa­tions basées sur les com­mu­nau­tés), et des per­son­nels de syn­di­cats à la recherche de membres poten­tiels. Les mani­fes­ta­tions de Black Lives Mat­ter [Les vies noires, ça compte] à Mia­mi ont éga­le­ment été menées de cette façon, avec des acti­vistes payés, qui devaient mon­trer qu’ils « orga­ni­saient la com­mu­nau­té », afin de rece­voir la pro­chaine subvention.

Lors de ce genre de mobi­li­sa­tions, lorsqu’une per­sonne aupa­ra­vant inor­ga­ni­sée est repé­rée, elle se retrouve encer­clée comme de la viande fraiche par une bande de hyènes, ins­tan­ta­né­ment dévo­rée par des acti­vistes cher­chant à atteindre leur quo­ta de recru­te­ment. La pro­chaine fois que vous ver­rez ces nou­veaux conscrits, ils por­te­ront le t‑shirt vio­let, rouge, orange ou vert citron de la marque d’or­ga­ni­sa­tion à laquelle ils ont été vendus.

Ces orga­ni­sa­tions à but non-lucra­tif choi­sissent et aban­donnent leurs thèmes de cam­pagne non pas en rai­son de convic­tions ou de stra­té­gie sur le long-terme, mais stric­te­ment en fonc­tion du finan­ce­ment qu’elles reçoivent, et se limitent aux para­mètres dic­tés par les fon­da­tions. En pro­fi­tant du tra­vail fas­ti­dieux de béné­voles confiants espé­rant « faire une dif­fé­rence posi­tive », nombre d’organisateurs réa­lisent des car­rières lucra­tives dans la bureau­cra­tie non-lucra­tive, ou uti­lisent cette expé­rience comme base de lan­ce­ment pour grim­per dans la poli­tique bour­geoise de haut niveau.

L’activisme a été minu­tieu­se­ment capi­ta­li­sé et pro­fes­sion­na­li­sé. Au lieu d’organiser les masses pour qu’elles com­battent pour leurs propres inté­rêts, ces ins­ti­tu­tions les uti­lisent à leur propre béné­fice. Au lieu de construire un mou­ve­ment de masse, elles font dans la ges­tion de l’in­di­gna­tion publique. Au lieu d’engendrer des mili­tants radi­caux ou révo­lu­tion­naires, elles déve­loppent des acti­vistes-tra­vailleurs-sociaux et des assis­tés passifs.

Je ne vou­drais pas avoir l’air d’une vieille grin­cheuse, mais dans le temps — croyez-le ou pas ! — il était nor­mal pour les orga­ni­sa­teurs de ne pas être payé. Les révo­lu­tion­naires lut­taient contre Le Sys­tème en adop­tant la pers­pec­tive des inté­rêts de la classe ouvrière inter­na­tio­nale, en toute conscience, et avec un désir ardent d’écraser l’ennemi et de chan­ger le monde. Nous com­pre­nions que cela serait extrê­me­ment dif­fi­cile et que cela impli­quait l’adversité et la répres­sion, mais nous n’étions pas décou­ra­gés. Un‑e militant‑e révo­lu­tion­naire consacre volon­tiers sa vie à cette grande cause.

Aujourd’hui, l’organisation sans com­pen­sa­tion finan­cière semble être un concept étran­ger à beau­coup, voire une idée sau­gre­nue. Quand je sors pour trac­ter (oui, nous dis­tri­buons encore des tracts), les gens demandent sou­vent : « Com­ment puis-je dégo­ter un job me fai­sant faire ça ? ». Lorsque j’explique que je ne suis pas payée pour ça, mais que je le fais par convic­tion, leurs visages tra­duisent l’incrédulité.

Sigh.

Pas éton­nant que nous soyons si faibles et épar­pillés. La classe capi­ta­liste, qui a en per­ma­nence 5 coups d’avance, a bien réus­si à dévo­rer vivante la gauche. Tant que nous ne bri­sons pas la malé­dic­tion de l’ONGisme, nous res­tons condam­nés à errer comme des sque­lettes dans le pur­ga­toire du militantisme.

L’information à empor­ter (pour uti­li­ser le jar­gon non-lucra­tif, en levant les yeux au ciel) est la sui­vante : si les capi­ta­listes par­viennent à nous gar­der trop occu­pés et fati­gués pour que nous nous orga­ni­sions nous-mêmes, si nous sommes condam­nés à n’être que des fan­tas­sins au ser­vice de leur pro­gramme et pas du nôtre, alors nous ne gagne­rons pas la révolution.

III. Les ONG supplantent l’État, en faisant ce qu’il devrait faire

Les soi-disant agences “d’aide” finan­cées par les gou­ver­ne­ments capi­ta­listes et impé­ria­listes ont récu­pé­ré les fonc­tions des États dans les pays domi­nés, qui ont été for­cés à cou­per les pres­ta­tions sociales comme condi­tion des cré­dits de la part de ces États impé­ria­listes. Conflit d’intérêt, un peu, non ?

Au cœur de l’empire comme en sa péri­phé­rie, les ONG prennent en charge les res­pon­sa­bi­li­tés de l’État pour répondre aux besoins sociaux. La « déli­ques­cence » des pro­grammes sociaux d’État ne signi­fie pas que les états capi­ta­listes s’affaiblissent (déso­lé, chers anar­chistes et liber­taires). Cela signi­fie sim­ple­ment qu’ils peuvent allouer une part plus impor­tante de leurs res­sources à la conquête, à la répres­sion et à l’accumulation, et moins à la pré­ven­tion et ges­tion de la popu­lace pour évi­ter les sou­lè­ve­ments de masse liés au mécontentement.

Nous sommes désor­mais condi­tion­nés afin que nos besoins soient com­blés par des cli­niques bon mar­ché, des banques ali­men­taires et une myriade d’autres agences de la « socié­té civile ». Les soins médi­caux, la nour­ri­ture, l’eau, le loge­ment, les soins aux enfants et une acti­vi­té ayant du sens sont les néces­si­tés fon­da­men­tales de la vie humaine. Toute socié­té décente devrait pro­di­guer tout cela, mais on nous fait nous sen­tir comme des men­diants humi­liés tan­dis que nous patau­geons à tra­vers la pape­rasse bureau­cra­tique et que nous nous dis­pu­tons avec des fonc­tion­naires. C’est fou­tre­ment n’importe quoi. Nous avons droit à des vies décentes. Nous devons nous orga­ni­ser et lut­ter pour ça, ensemble.

IV. Les ONG soutiennent le capitalisme en gommant la lutte des classes

Le pla­ce­ment struc­tu­rel des orga­ni­sa­tions non-lucra­tives dans l’économie (en tant que vec­teurs d’accumulation) les empêche de défier le capi­ta­lisme. Elles offrent une échap­pa­toire à la petite bour­geoi­sie en lutte (la soi-disant « classe moyenne »), une alter­na­tive à la pro­lé­ta­ri­sa­tion, en lui don­nant des bou­lots. Elles sont le plus grand employeur d’Haï­ti. Par­tout où elles opèrent, elles font enfler la petite bour­geoi­sie pour ser­vir de tam­pon mas­quant et se sub­sti­tuant elles-mêmes, avec leurs aspi­ra­tions, aux luttes de la classe ouvrière. Les ONG cherchent à atté­nuer les consé­quences les plus fla­grantes du capi­ta­lisme, jamais à les éliminer.

La petite bour­geoi­sie, sous-payée dans la cir­cu­la­tion du capi­tal plu­tôt qu’exploitée par la pro­duc­tion (comme le sont les ouvriers), est domi­née par le capi­tal, mais n’est pas en rela­tion anta­go­niste avec lui (comme le sont les ouvriers). D’où la ten­dance natu­relle pour la petite bour­geoi­sie, lorsqu’elle affirme ses inté­rêts de classe, à lut­ter pour l’égalité au sein de la struc­ture capi­ta­liste. La classe capi­ta­liste dépend d’elle pour la modé­ra­tion de la lutte de la classe ouvrière, son détour­ne­ment et sa dilu­tion dans le réfor­misme, pour l’enfouissement de sa lutte au sein des par­tis poli­tiques éta­blis et des syn­di­cats collaborateurs.

His­to­ri­que­ment, à chaque fois que la classe ouvrière pro­clame sa volon­té de révo­lu­tion, l’oreiller moel­leux de la petite bour­geoi­sie se porte volon­taire pour suf­fo­quer sa voix. Les capi­ta­listes façonnent tou­jours la petite bour­geoi­sie de façon à faire d’elle un agent d’exé­cu­tion de la domi­na­tion capi­ta­liste sur la classe ouvrière. Le chal­lenge, pour le pro­gres­siste sérieux, le mili­tant radi­cal ou révo­lu­tion­naire qui se trouve être membre de la petite bour­geoi­sie est de sor­tir de cette impo­sée, de reje­ter consciem­ment ce rôle, et d’éviter d’être uti­li­sé (par inad­ver­tance ou autre) pour des objec­tifs réactionnaires.

Les consé­quences hor­ribles du capi­ta­lisme — l’oppression, l’écocide, les guerres de conquête, l’exploitation, la pau­vre­té — ne peuvent pas éli­mi­nées sans éli­mi­na­tion de leur cause. Si nous vou­lons vrai­ment faire adve­nir les chan­ge­ments aux­quels nous pré­ten­dons, nous devons inté­gra­le­ment nous débar­ras­ser du moindre rési­du de loyau­té petite-bour­geoise envers le capi­ta­lisme, et com­battre sous l’égide de l’ennemi fon­da­men­tal du capi­ta­lisme : la classe ouvrière.

Note aux employés d’ONG

Je ne remets pas en ques­tion votre sin­cé­ri­té. Beau­coup de jeunes sin­cères veulent faire une dif­fé­rence. Les emplois sont rares, et il vous faut vivre. Il est extrê­me­ment ten­tant de pen­ser que ces deux impé­ra­tifs peuvent se com­bi­ner en un joli paquet, ce qui vous per­met­trait de ser­vir l’humanité tout en assu­rant votre propre survie.

C’est une belle idée. Mais fausse. Une struc­ture bien éta­blie vous chan­ge­ra avant que vous l’ayez chan­gée. « L’union du pou­let et du cafard à lieu dans le ventre de la poule ».

Aban­don­ner n’est pas une réponse. Nous sommes tous pris au piège dans l’économie de l’en­ne­mi. Ils ont créé ces condi­tions, nous obli­geant à tra­vailler pour leur sec­teur indus­triel, leur sec­teur des ser­vices, ou leur sec­teur non-lucra­tif. Tout cela pour extraire de nous de la plus-value, et pour main­te­nir leur domi­na­tion. Nous ne pou­vons pas sim­ple­ment déci­der de fuir indi­vi­duel­le­ment. La seule issue est l’organisation, ensemble, dans le but d’un sou­lè­ve­ment révo­lu­tion­naire, et d’une rup­ture de la struc­ture tout entière. Nous serons tous libres, ou per­sonne ne le sera.

Ce que nous devons évi­ter, en atten­dant, c’est de confondre le tra­vail pour une ONG (ou un syn­di­cat col­la­bo­ra­tion­niste) avec la véri­table orga­ni­sa­tion auto­nome. Com­prendre sa nature : votre tra­vail dans une ONG n’est pas d’organiser les masses, mais de les désor­ga­ni­ser, de les paci­fier, de les mener vers une impasse poli­tique. Faites donc votre véri­table tra­vail d’or­ga­ni­sa­tion ailleurs.

Le capi­ta­lisme ne nous assiste pas dans sa propre des­truc­tion. Si nous par­ve­nions à deve­nir effi­caces dans notre construc­tion d’un mou­ve­ment anti­ca­pi­ta­liste de masse, ils ne nous enver­raient pas de chèque. Au lieu de cela, ils feraient tout leur pos­sible pour nous dis­cré­di­ter, nous neu­tra­li­ser, nous empri­son­ner et nous tuer.

Les vrais orga­ni­sa­teurs révo­lu­tion­naires ne sont pas payés.

*ONG : orga­ni­sa­tions non-gou­ver­ne­men­tales, ou “sans but lucra­tif”, de fait habi­tuel­le­ment finan­cées par les gou­ver­ne­ments ou les fon­da­tions capitalistes.

Ste­pha­nie McMillan

Et tou­jours, à voir abso­lu­ment, l’ex­cellent dis­cours d’A­rund­ha­ti Roy à ce sujet :


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Faus­to Giu­dice & Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
17
Shares
21 comments
  1. je dois avouer que mes yeux se sont des­sillés à la lec­ture de l’ar­ticle . je ne ver­rai plus jamais les ONG du même oeil, avec la même bienveillance;je suis tom­bé de haut, ( du haut de ma naï­ve­té, sans doute ).

  2. il y a tel­le­ment long­temps que j’af­firme que les pays pauvres le res­tent grâce « à l’aide » des pays riches qui se servent selon leurs besoins et les main­tiennent sous le joug de leurs des­seins criminels.
    La pau­vre­té n’existe aujourd’­hui que pour mieux enri­chir les riches.

  3. Il en va de toute orga­ni­sa­tion humaine de pro­duire un sys­tème à deux facettes. L’E­glise par exemple ne fait pas que du bien sur Terre. Elle aide les plus pauvres tout en vivant dans l’o­pu­lence, au contact direct des hommes de pou­voir de ce monde. Pour­quoi le Pape a t il besoin de faire le ménage ? Est ce que là où l’E­glise s’est implan­tée, les pays se sont déve­lop­pés plus par­ti­cu­liè­re­ment ? Elle a envoyé des mis­sion­naires qui devaient édu­quer les gens, avec quel résul­tat ? L’E­glise était et est une grande ONG mais le vec­teur reli­gieux doit lui don­ner plus de cau­tion ? Aucune attaque contre elle.
    Les ONG font du busi­ness mais elles font aus­si des choses, que les Etats se refusent à prendre en charge ou n’ont pas les moyens de faire. Est ce d’ailleurs leur rôle de ces der­niers ? Regar­dez les res­tos du coeur chez nous. On a inven­té (Kouch­ner) le droit d’in­gé­rence huma­ni­taire, ce n’e­tait pas pour aller trai­ter les consé­quences de l’in­ter­ven­tion de puis­sances exté­rieures. C’é­tait pour aller notam­ment com­battre les consé­quences du com­por­te­ment et de l’in­cu­rie de ces gou­ver­ne­ments contre leur population.
    Les ONG sont un mal néces­saire, et leur prê­ter le pou­voir de nuire, à elles seuls, au déve­lop­pe­ment de tel ou tel pays est bien exa­gé­ré. Elles sont vécues comme de l’in­gé­rence, c’est ce qui les rend indé­si­rables. Des révo­lu­tion­naires ont de bonnes rai­sons de leur en vouloir.
    Par­tant, on peut conclure sur ce qu’on veut sur tel ou tel aspect de leur acti­vi­té et de leur rai­son d’être.
    Ces inter­ven­tions (les deux vidéos), très inté­res­santes, ain­si que l’ar­ticle abordent le pro­blème sous l’angle de la révo­lu­tion et de la lutte des classes (le pre­mier est plu­tôt orien­té sur l’ex­ploi­ta­tion de ses pays, du cynisme qui l’ac­com­pagne et des moyens employés pour y par­ve­nir). C’est un prisme qui en vaut un autre. Mon beau père qui a tra­vaillé pen­dant plus de vingt ans en Afrique comme cher­cheur vété­ri­naire m’a­vait fait le com­men­taire sui­vant : regarde un film tour­né dans les années vingt dans de nom­breux coins d’A­frique et aujourd’­hui, tu ver­ras que les gens vivent de la même manière et que rien n’a changé.
    L’op­pres­sion exis­tait déjà à tra­vers une orga­ni­sa­tion tri­bale de pays dotés de fron­tières arti­fi­cielles. Il n’y avait pas d’ONG à l’é­poque pour bâillon­ner des lea­ders poten­tiels, issus de la popu­la­tion en souf­france, en leur pro­po­sant des emplois rému­né­rés et en étouf­fant par la même occa­sion des vel­léi­tés de révo­lu­tion ou de lutte pour le pou­voir. La révo­lu­tion pro­lé­ta­rienne est un concept de pays en voie de déve­lop­pe­ment et de pays déve­lop­pé. Je ne crois pas que dans la plu­part des pays d’A­frique, ce concept soit à l’ordre du jour. L’ob­jec­tif quo­ti­dien est la lutte pour la sur­vie pas contre le patron qui n’existe pas et qui ne leur donne pas du tra­vail. Il s’a­gi­rait pour eux de juste se révol­ter contre leur condition.
    Bref, je pense que l’angle d’at­taque ci des­sus est par­ti­san même s’il n’est pas exempt d’un cer­tain bon sens. J’é­cris ça, j’é­cris rien.

  4. Com­ment expli­quez vous alors que les chiffres soient plu­tôt bons concer­nant le capi­ta­lisme pour réduire la pau­vre­té ? (article : http://is.gd/I2hzeV)

    Nous ne vivons pas dans un monde par­fait, d’ac­cord, mais pour moi la majo­ri­té des ONGs font du bon tra­vail.. (même si leurs sub­ven­tions publiques devraient effec­ti­ve­ment être moindre)

    1. Les rap­ports d’Ox­Fam ne décrivent pas for­cé­ment la même chose, le capi­ta­lisme a créé la pau­vre­té. Ce concept est sa créa­tion. La pau­vre­té et les inéga­li­tés sont indis­so­ciables du capi­ta­lisme, il en a besoin pour fonc­tion­ner ; pen­ser qu’il peut les sup­pri­mer ou que c’est dans son inté­rêt, c’est absurde.

  5. Je pense qu’il y a du vrai, et d’ailleurs ça fait long­temps que c’est le cas — il suf­fit de regar­der The Constant Gar­de­ner ou de s’in­té­res­serde près au déve­lop­pe­ment du géno­cide rwan­dais pour voir les limites ter­ribles de l’aide occidentale. 

    Cepen­dant, le ton pas très neutre « je détiens La véri­té » — qui fait d’ailleurs pen­ser aux vidéos you­tube sur la théo­rie du com­plot — et le manque de détails sur les chiffres et les preuves quan­ti­ta­tives / qua­li­ta­tives de la non-cré­di­bi­li­té des ONGs des­servent l’ob­jec­tif initial. 

    Il fau­drait un repor­tage vidéo de l’a­ca­bit d’In­side job sur ce sujet. Je pense que ce serait un grand suc­cès car il y a bcp à creuser.

  6. Bon­jour,

    je che­mine dans la même direc­tion depuis quelques années en ayant consta­té en France notre inca­pa­ci­té à nous orga­ni­ser pour faire que les RESTAURANTS DU CoEUR, BANQUES ALIMENTAIRES… ne soient plus nécessaires.

    J’ai pro­po­sé à ces asso­cia­tions (oNG) de co-construire un plan d’ac­tion via twit­ter notamment.

    Je n’ai eu aucune réponse…

    Cette page est d’une grande luci­di­té. Cha­cun peut réflé­chir aux consé­quences à en tirer pour sa vie per­son­nelle et ses engagements.

    Avoir dans chaque quar­tier, chaque vil­lage, un lieu pour en par­ler, y réflé­chir, débattre, par­ta­ger, agir, me semble une prio­ri­té car tout ne peut pas se faire en ligne.

    Il y a tout de même une bonne nou­velle en France, c’est que les ser­vices d’aide au déve­lop­pe­ment en sont conscient et dési­reux de ne pas « faire le bon­heur des gens mal­gré eux ».
    Un exemple : dans les années 2000, j’ai été for­mé en tant que diri­geant d’une asso­cia­tion à mon­ter des pro­jets de déve­lop­pe­ment. Le for­ma­teur a bien su nous don­ner des méthodes pour évi­ter les tra­vers évo­qués plus haut.

    Par contre, ce qui manque, c’est un régu­la­teur indé­pen­dant, impar­tial, qui détecte et sanc­tionne les dérives, défaillances, scandales…

  7. Le Nord consi­dère le Sud comme sa pou­belle. Les ONG sont deve­nues leurs agents d’in­ter­po­si­tion, elles ne jouent pas franc-jeu. Les gou­ver­nants du Sud sont entraî­nés dans cette spi­rale. Il faut une résis­tance à ce comportement.

  8. En 2012 je publiais un texte sur les dan­gers des ONG struc­tu­rees , petites ou grandes, le post­olo­nial­simne est cer­tai­ne­ment plus dan­ge­reux que le colo­nia­lisme, ajoute a la pense unique de l’ul­tra-libe­ra­lisme et des nou­velles tech­no­lo­gies le monde vit sur une poudriere…
    62 per­sonnes detiennent autant que la moi­tie de la planete.…c’est un crime contre l’humanite !
    Engage en Inde sur le ter­rain dans la lutte contre le Sida depuis plus de 10 ans. ANDRE MAGE

  9. Il faut etre sur le ter­rain pour voir les degats des ONG petites ou grandes qui servent le post-colo­nia­lisme et l’ul­tra-libe­ra­lisme, ce qui est pire que le capi­ta­lisme, ain­si que les nou­velles tech­no­lo­gies que seule une nebu­leuse controle. Le Monde est a inven­ter,  » L’hu­ma­nite sera non vio­lente ou ne sera pas « . ANDRE MAGE engage depuis 10 ans en Inde.

  10. Très inté­res­sée par ce sujet qui me touche de près, auriez-vous d’autres sources (articles, docu­men­taires) à faire suivre pour appro­fon­dir le débat ?

    cet article est très inté­res­sant mais il m’ouvre juste un point de vue et n’ap­porte pas assez, à mon avis, d’in­for­ma­tions concrètes et com­pré­hen­sibles, d’in­for­ma­tions suf­fi­sam­ment solides pour convaincre sans par­tis pris et avec logique.

    mer­ci beau­coup en tout cas pour votre site !

  11. Exellent éclai­rage sur l,organisation mondialisés
    Pour com­prendre com­ment il nous format
    Afin de nous mettre dans l,inyorence

  12. Je déteste les ONG. j’ai beau­coup souf­fert depuis mon arri­vée en France. il s’a­git d’ins­tru­man­ta­li­ser la crise syrienne afin d’ob­te­nir des pro­fits. La der­nière asso était la pire. Je me suis trou­vée sur inter­net avec une his­toire créée sur moi et je suis cho­quée car elle a même inven­té une binôme disant qu’elle m’ap­prend le fran­çais ( et je connais même pas cette fille !) afin d’ob­te­nir 200 000 € de finan­ce­ment de GHR & Ope­ni­deo et j’ai écris à la pré­fec­ture de police & pro­cu­reur mais pas de retour !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le colonialisme, la mission civilisatrice, hier et aujourd’hui (par Nicolas Casaux)

L’idéologie raciste et suprémaciste dont procède la colonisation, la mission civilisatrice, considère que toutes les sociétés sont engagées sur une seule et même voie, celle de la civilisation (européenne), en direction d’une seule et unique fin, celle que vise le « développement », c’est-à-dire celui de la civilisation (plus seulement européenne, désormais mondialisée), de l'État-capitalisme, de l’industrialisation, c’est-à-dire l'expansion du Léviathan.