Un exemple d’espoir mensonger et de propagande médiatique : « La plus belle ville du monde » sur M6

Le 1er jan­vier 2016, un repor­tage qui fit grand bruit était dif­fu­sé sur la chaîne M6. Selon les sta­tis­tiques dis­po­nibles (qui ne sont pro­ba­ble­ment pas bien fiables), il aurait atti­ré plus de 2 083 000 télé­spec­ta­teurs (bien moins que le film « Les Aven­tures De Rab­bi Jacob », sur France 2, qui, le même soir, en cap­ti­vait 5 839 000 ; éga­le­ment moins que le film « Paci­fic Rim » sur TF1, avec 4 775 000 télé­spec­ta­teurs, et qu’un épi­sode des « Enquêtes de Vera » sur France 3, avec 2 982 000 télé­spec­ta­teurs). Nous n’a­vons pas pour habi­tude de cri­ti­quer le conte­nu pro­po­sé par les dif­fé­rentes chaînes de télé­vi­sion, puisque, par défi­ni­tion, rien de bon n’est à attendre de cet outil de pro­pa­gande de masse, mais étant don­né la teneur de ce repor­tage et son suc­cès, nous nous sommes dits que cela ferait un bon exemple. Les chiffres de l’au­di­mat sont en eux-mêmes un indi­ca­teur de l’emprise tou­jours aus­si pré­gnante de la télé­vi­sion sur l’es­prit des masses.

Reve­nons-en au repor­tage d’M6, hum­ble­ment et intel­li­gem­ment inti­tu­lé « La plus belle ville du monde », et réa­li­sé par Fré­dé­ric Fou­geat (qui n’en est pas à son pre­mier titre exempt de chau­vi­nisme puis­qu’il a éga­le­ment pro­duit un autre docu­men­taire inti­tu­lé « Le plus beau pays du monde »). En voi­ci le synop­sis, trou­vé sur Allociné :

« Véri­table éloge du retour de la nature en ville, ce film raconte les his­toires secrètes et inédites de ces êtres vivants, ces petits ani­maux, qui arpentent la ville en quête de nour­ri­ture, d’amour et d’aventures. Des des­tins insoup­çon­nés qui ré-enchantent la plus belle ville du monde. »

A l’heure où l’ur­ba­ni­sa­tion du monde pré­ci­pite 200 espèces vers l’ex­tinc­tion, chaque jour, appau­vris­sant tou­jours plus la bio­di­ver­si­té pla­né­taire, il est édi­fiant et navrant de ne lire que des éloges de ce docu­men­taire qui n’est que tis­su de men­songes et pro­pa­gande grossière.

Cela devrait être d’une logique indu­bi­table, face à l’é­vi­dence, nous devrions tous le savoir et le com­prendre, mais face aux écrans de la pro­pa­gande média­tique, cela semble ne pas suf­fire. Puisque nos yeux ne par­viennent pas à nous l’ap­prendre, peut-être que les conclu­sions des scien­ti­fiques du monde entier peuvent aider à y voir clair ; le Uni­ver­si­ty Col­lege Lon­don explique par exemple, dans une étude sur l’u­ti­li­sa­tion des sols et la bio­di­ver­si­té que : « les envi­ron­ne­ments urbains sont sys­té­ma­ti­que­ment les pires en ce qui concerne la richesse en bio­di­ver­si­té ».

Cela paraît sur­réa­liste de devoir expli­quer en quoi l’ur­ba­ni­sa­tion, qui cor­res­pond à la des­truc­tion de l’ha­bi­tat natu­rel de toutes les espèces, nuit à la bio­di­ver­si­té. Peu importe les efforts mis en place pour ten­ter de « faire reve­nir la nature en ville », la ville ne sera jamais com­pa­tible avec une bio­di­ver­si­té flo­ris­sante, ou avec des éco­sys­tèmes fonc­tion­nels. L’er­satz de nature van­té par le navet de Fré­dé­ric Fou­geat est une pâle et pauvre copie de la Nature (cet « Ensemble de la réa­li­té maté­rielle consi­dé­rée comme indé­pen­dante de l’ac­ti­vi­té et de l’his­toire humaines »).

Bien sûr, nous avons des pigeons à Paris, et des abeilles qui peuvent buti­ner nos pou­belles (et les fleurs des bal­cons), dont se nour­rissent éga­le­ment des cor­neilles et bien d’autres ani­maux. Pour le renard, dont il est admis dans le docu­men­taire qu’il ne vit pas en ville mais en péri­phé­rie, et au contact de nos ordures, l’ur­bain est tout sauf un envi­ron­ne­ment agréable, avec son bruit, ses lumières et ses odeurs.

Mais arrê­tons nous d’a­bord sur la scène d’in­tro­duc­tion du film, où l’on voit des loups dans Paris. En amou­reux de la nature, le réa­li­sa­teur nous apprend que :

« C’est l’image forte d’ouverture du film. Bien enten­du, elle ne cor­res­pond pas à la réa­li­té : aucun loup sau­vage n’a, pour l’instant, été aper­çu errant dans Paris. Je me suis fait un kif, il faut voir ça comme une allé­go­rie. J’ai ame­né de vrais loups, une meute de seize indi­vi­dus lâchés de nuit dans la capi­tale. Ce fut un moment très périlleux, car il ne fal­lait pas que l’un d’eux s’échappe. Cela aurait fait désordre… »

Il s’est « fait un kif ». Tous les éco­lo­gistes le savent bien, il est très amu­sant de cap­tu­rer des loups, de les emme­ner dans Paris, sur les Champs-Ély­sées, pour tour­ner une scène d’un télé­film, puis de les re-cap­tu­rer et de les relâ­cher on ne sait où. C’est si res­pec­tueux de trim­ba­ler des ani­maux sau­vages à droite, à gauche pour les besoins de la télévision.

Res­pect de la nature sau­vage oblige, nous appre­nons éga­le­ment, tou­jours de la part du réa­li­sa­teur, que :

« Quatre fau­cons nichent dans les tours à Beau­gre­nelle. On a pu les fil­mer en train de chas­ser, après avoir fixé des camé­ras très puis­santes sur la tour Eif­fel. Mais on vou­lait voler avec l’oiseau de proie. On a donc fait venir un effa­rou­cheur (un fau­con­nier char­gé d’éloigner les oiseaux des pistes d’aéroport, ndlr) accom­pa­gné de ses deux fau­cons. À l’aide de col­liers, on leur a posé des camé­ras sur le dos et sur le ventre. Nous les avons ensuite fait plon­ger en piqué du haut de la tour Eif­fel. Pour la scène du rapace qui fond à 350 km/h et attrape un pigeon place du Tro­ca­dé­ro, nous avons créé un pigeon entiè­re­ment numérique. »

Les besoins du spectacle.

Beau­coup d’autres scènes ont été tour­nées avec des ani­maux spé­cia­le­ment éle­vés pour le film, ou spé­cia­le­ment habi­tués à l’être humain (« ani­maux dits impré­gnés, c’est-à-dire habi­tués au contact de l’homme et entraî­nés pour avoir un com­por­te­ment le plus natu­rel pos­sible à l’écran. Cette tech­nique est sou­vent uti­li­sée au ciné­ma ») :

« Tout le monde peut voir des oies sau­vages sur les plans d’eau du bois de Bou­logne ou de Vin­cennes. Mais l’idée était de les faire voler au-des­sus de Paris. Six mois avant le tour­nage, nous avons éle­vé des oisons, nous les avons nour­ris à la main pour qu’ils s’habituent à notre pré­sence, afin qu’ils nous suivent en bateau, en avion, avec un drone ou un ULM. Quand ils sont arri­vés à matu­ri­té, nous avons tour­né plu­sieurs dimanches, très tôt dans la jour­née, avec l’aide de la Bri­gade flu­viale. On met­tait les vola­tiles sur l’eau et, ensuite, ils s’envolaient et sui­vaient le bateau. Les voir ain­si pas­ser sous les ponts de Paris au milieu des Bateaux Mouches, c’était un moment magique. »

« Le renard connaît un exode rural, il fuit la cam­pagne, où il est pour­chas­sé, pour se rap­pro­cher des villes, où il trouve une nour­ri­ture abon­dante, notam­ment dans les pou­belles. Il entre dans la cité en sui­vant la petite cein­ture. La Direc­tion des Parcs et Jar­dins de Paris sait où la plu­part se terrent et nous a indi­qué leurs tanières. Nous avons fait quelques cap­ta­tions de nuit sur des indi­vi­dus qui par­taient en goguette. Mais l’animal est farouche. Pour les plans rap­pro­chés, nous avons uti­li­sé des renards habi­tués à l’homme. »

La nature, selon l’être humain des villes, n’est-ce pas grandiose.

Autre chose, la scène où l’on voit un silure man­ger un pigeon n’est pas tour­née à Paris, ni près de Paris, mais à Albi, dans le Sud de la France. Elle est tirée d’un épi­sode sur les villes et la bio­di­ver­si­té de la tout nou­velle série docu­men­taire pro­duite par la BBC inti­tu­lée « Pla­net Earth II », qui a, elle, le mérite de recon­naître et d’ad­mettre qu’une « grande majo­ri­té des espèces n’ont pas pu s’a­dap­ter à l’en­vi­ron­ne­ment urbain ». A pro­pos de l’ur­ba­ni­sa­tion et de la bio­di­ver­si­té, voi­ci un autre extrait de l’é­pi­sode de la BBC dont la scène du silure et du pigeon est tirée, que nous avons sous-titré :

On pour­rait éga­le­ment faire remar­quer qu’il est ridi­cule et mal­hon­nête que le docu­men­taire ne s’é­panche pas sur la poli­tique de contrôle de la faune opé­rée par la ville de Paris, puisque cer­taines espèces mises en scène dans le docu­men­taire (notam­ment le ragon­din, pré­sen­té comme une petite bes­tiole ado­rable et dont la pré­sence embel­lit la ville) sont consi­dé­rées comme des nuisibles.

Dans les villes, bien peu d’es­pèces non-humaines par­viennent à vivre, mais les quelques-unes qui y par­viennent peuvent s’y repro­duire en grand nombre.

Les chiffres don­nées sur la bio­di­ver­si­té pari­sienne sont aus­si dou­teux, sur plu­sieurs sites inter­net il est fait men­tion par­fois de 1290 espèces, d’autres fois de 2000 espèces. Le site Cano­pé Paris (lié au gou­ver­ne­ment) sti­pule dans un de ses récents rap­ports qu’on « trouve à Paris 2000 espèces ani­males ». Dans un mémoire réa­li­sé à l’U­ni­ver­si­té Paris 7 — Denis Dide­rot, « en coha­bi­li­ta­tion avec le Muséum natio­nal d’Histoire Natu­relle et l’Ins­ti­tut natio­nal agro­no­mique Paris-Gri­gnon », on peut lire que « près de 1290 espèces ani­males coha­bitent dans la capi­tale ». Peu importe, le film n’est mani­fes­te­ment pas à une approxi­ma­tion près.

Une autre étude scien­ti­fique, par­mi les innom­brables études qui aver­tissent des effets de l’ur­ba­ni­sa­tion sur la bio­di­ver­si­té, publiée par l’U­ni­ver­si­té d’Ox­ford, nous apprend que :

Par­mi les nom­breuses acti­vi­tés humaines qui détruisent des habi­tats natu­rels (Czech et al. 2000), le déve­lop­pe­ment urbain entraine les taux d’extinctions locaux les plus éle­vés et éli­mine fré­quem­ment une grande majo­ri­té des espèces natives (Vale et Vale 1976, Luniak 1994, Kowa­rik 1995, Marz­luff 2011).

Un gra­phique tiré de cette même étude. La courbe montre la « richesse en espèces » (le nombre d’es­pèces) selon le type d’ha­bi­tat, du rural à gauche à l’ur­bain à droite.

Nous avions des bisons, des ours, des lynx et des loups en France. Mais ces ani­maux ne sont pas com­pa­tibles avec la civi­li­sa­tion urbaine et agri­cole. Ils ne repeu­ple­ront pas le ter­ri­toire, ou si peu, tant que les villes existeront.

« Pre­nez les plans de Paris à divers âges. Super­po­sez-les l’un à l’autre concen­tri­que­ment à Notre-Dame… l’ef­fet de gros­sis­se­ment est ter­rible. Vous croyez voir, au bout d’une lunette, l’ap­proche d’un astre. »  (Vic­tor Hugo 1867, cité dans le Guide du Patri­moine 1994)

En effet, la réa­li­té est l’exact inverse de ce que sug­gère ce docu­men­taire. Comme la plu­part des villes, Paris n’a ces­sé de croître et de s’é­ta­ler au fil des siècles, rédui­sant pro­por­tion­nel­le­ment la bio­di­ver­si­té dont elle usur­pait l’ha­bi­tat. Et, encore une fois, il ne s’a­git là que de Paris intra-muros, et pas de l’ag­glo­mé­ra­tion pari­sienne dans son ensemble, qui occupe bien plus d’es­pace, et qui ne cesse de croître.

Le pla­teau de Saclay, pour prendre un exemple, dans les Yve­lines, est mena­cé d’ur­ba­ni­sa­tion par divers pro­jets qui s’ins­crivent dans le concept du Grand Paris. D’ailleurs, le 20 décembre 2016, le quo­ti­dien Repor­terre publiait un article inti­tu­lé « À Saclay, on détruit des terres agri­coles sous pré­texte de com­pen­sa­tion envi­ron­ne­men­tale ».

L’é­ta­le­ment urbain de la ville de Paris au fil des siècles.

Ce qui est natu­rel­le­ment pas­sé sous silence par ce « docu­men­taire », c’est que la ville en tant que mode d’ha­bi­tat est pro­fon­dé­ment insou­te­nable sur le plan de l’u­ti­li­sa­tion des res­sources, et ce, depuis des mil­lé­naires. Dans un pré­cé­dent article, décri­vant plus en détails le carac­tère insou­te­nable de la ville en tant que mode d’ha­bi­tat, nous rap­pe­lions que :

Le sec­teur de la construc­tion est insou­te­nable depuis l’avènement de la civi­li­sa­tion et des pre­mières villes (cités), il y a plu­sieurs mil­liers d’années, au Proche-Orient. Rap­pe­lons que les défo­res­ta­tions mas­sives asso­ciées à ces pre­mières formes d’urbanisations (Ur, Uruk et Baby­lone, par exemple) entrai­nèrent la créa­tion de déserts.

Pré­ci­sons que la défi­ni­tion de la civi­li­sa­tion sur laquelle nous nous basons se rap­proche de celle for­mu­lée par Der­rick Jensen :

« La civi­li­sa­tion est une culture – c’est-à-dire un com­plexe d’histoires, d’institutions, et d’artefacts – qui à la fois mène aux, et émerge de la crois­sance de villes (voir civil, de civis, citoyen, du latin civi­ta­tis, cité-état), en défi­nis­sant les villes – pour les dis­tin­guer des camps, des vil­lages, etc. – comme des regrou­pe­ments de gens vivant de façon plus ou moins per­ma­nente en un lieu pré­cis, d’une den­si­té telle que l’importation quo­ti­dienne de nour­ri­ture et d’autres élé­ments néces­saires à la vie est requise. »

Ce carac­tère lar­ge­ment insou­te­nable de la ville en tant que mode d’ha­bi­tat est loin d’être un secret, l’entreprise bri­tan­nique pri­vée de construc­tion « Will­mott Dixon » le recon­naît sans pro­blème dans un dos­sier sur les impacts de la construc­tion (routes, bâti­ments, etc.) :

« Près de la moi­tié des res­sources non-renou­ve­lables que l’humanité consomme est uti­li­sée par l’industrie de la construc­tion, ce qui en fait l’une des moins sou­te­nables au monde. […] Aujourd’hui, nous évo­luons quo­ti­dien­ne­ment dans et sur toutes sortes de construc­tions : nous vivons dans des mai­sons, nous voya­geons sur des routes, nous tra­vaillons et socia­li­sons dans des bâti­ments de toutes sortes. La civi­li­sa­tion humaine contem­po­raine dépend des bâti­ments et de ce qu’ils contiennent pour la conti­nua­tion de son exis­tence, et pour­tant notre pla­nète ne peut sou­te­nir le niveau de consom­ma­tion de res­source que cela engendre ».

Sachant que toutes les ten­dances actuelles et pré­vi­sions futures sou­lignent que l’ur­ba­ni­sa­tion de la pla­nète ne fait que croître et ne va faire que croître au cours des pro­chaines décen­nies (tri­ple­ment de la sur­face urbaine du monde, des cen­taines de mil­liers de kilo­mètres de routes, des bar­rage, des voies fer­rées, etc.).

Réca­pi­tu­lons. L’ur­ba­ni­sa­tion est un mode d’ha­bi­tat insou­te­nable, autre­ment dit des­truc­teur, pour l’é­co­lo­gie de la pla­nète. Ce pro­ces­sus des­truc­teur pro­gresse actuel­le­ment et va conti­nuer à le faire pen­dant les pro­chaines décen­nies. Mais M6 et Fré­dé­ric Fou­geat nous assurent que la nature et la ville sont hau­te­ment com­pa­tibles. Peut-être qu’ils ne mentent pas entiè­re­ment, peut-être que cette inver­sion s’ex­plique par la défi­ni­tion de nature. Si par nature ils entendent une petite poi­gnée d’es­pèces ren­dues dépen­dantes d’un mode d’ha­bi­tat qui néces­site la des­truc­tion de la pla­nète et des com­mu­nau­tés natu­relles ori­gi­nelles, une expan­sion sans fin et démen­tielle, alors peut-être qu’ils ont rai­son. Si, par nature, on entend des éco­sys­tèmes (des com­mu­nau­tés natu­relles) divers et variés, sains et pros­pères, une pla­nète vivante, qui res­pire un air sain, dont les sols s’en­ri­chissent et dont l’eau serait propre, cer­tai­ne­ment pas.

A tra­vers ce repor­tage, c’est tou­jours ce même mythe d’un splen­dide futur « vert » qui est implan­té dans l’i­ma­gi­naire des télé­spec­ta­teurs. Ce mythe qui est à l’o­ri­gine de l’in­ven­tion du « déve­lop­pe­ment durable » et de toutes les éco-inno­va­tions n’ayant ni stop­pé ni même frei­né la des­truc­tion de la pla­nète. Ce mythe qui, mal­gré l’é­vi­dence ter­rible, conti­nue à hyp­no­ti­ser les popu­la­tions urbaines du monde « déve­lop­pé », cou­pées de la nature, et n’en remar­quant donc plus la des­truc­tion. En effet, la plu­part d’entre nous n’est plus au contact de la nature au quo­ti­dien, com­ment, alors, peut-elle savoir ce qu’il lui arrive ? Un dévoie­ment du lan­gage et des défi­ni­tions cou­plé à l’a­mné­sie éco­lo­gique suf­fisent à faire pas­ser quelques papillons et quelques oiseaux pour la nature.

Mais la nature n’aime pas les villes. Dès qu’elle en a l’oc­ca­sion, elle le mani­feste radi­ca­le­ment, en bri­sant le bitume, en cas­sant nos bar­rages, en effon­drant nos immeubles, ce que nous devrions col­lec­ti­ve­ment faire si nous sou­hai­tons, 1) que la bio­di­ver­si­té cesse d’être détruite ; 2) que des com­mu­nau­tés natu­relles (ou éco­sys­tèmes) saines se reforment ; 3) que les pol­lu­tions en tous genres soit stop­pées ; 4) que la Terre demeure habi­table pour nos des­cen­dants, entre autres.

Col­lec­tif Le Partage

Print Friendly, PDF & Email
Total
9
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Lettre ouverte : Pour se réapproprier l’écologie ! (par Derrick Jensen, Vandana Shiva, Chris Hedges…)

Il fut un temps, le mouvement écologiste œuvrait à protéger le monde naturel de l’insatiable exigence de cette culture extractiviste. Une partie du mouvement y œuvre encore : sur toute la planète des activistes de terrain et leurs organisations luttent désespérément afin de sauver telle ou telle créature, telle ou telle plante, ou champignon, tel ou tel lieu, et cela par amour [...]