Pour nous aider !

En quelques années, à peine, notre col­lec­tif a tra­duit et publié des cen­taines de textes trai­tant des prin­ci­pales pro­blé­ma­tiques de notre temps et donc d’é­co­lo­gie, de poli­tique au sens large, d’eth­no­lo­gie, ou encore d’anthropologie.

Par­mi leurs nom­breux auteurs, et pour n’en citer que quelques-uns, men­tion­nons Der­rick Jen­sen, Will Falk, Lierre Keith, John Pil­ger, Chris Hedges, Carol Black, Peter Gel­der­loos, Cory Mor­ning­star, Arund­ha­ti Roy, Van­da­na Shi­va, Ozzie Zeh­ner, Aric McBay, et John Zerzan.

Nous avons éga­le­ment sous-titré et publié un cer­tain nombre de vidéos, tou­jours autour des thèmes pré­ci­tés, que vous pou­vez vision­ner à cette adresse, ain­si que plu­sieurs films docu­men­taires dont 4 de John Pil­ger (Les nou­veaux maîtres du monde, La guerre contre la démo­cra­tie, La guerre invi­sible & son der­nier, en date de 2016 : La menace d’une guerre contre la Chine), Les quatre cava­liers (avec Noam Chom­sky), Les villes comes­tibles (sur l’a­gri­cul­ture urbaine dans la baie de San Fran­cis­co), L’ap­pel de la vie (avec Der­rick Jen­sen, Joan­na Macy, Paul Ehr­lich et d’autres), et Le silence des pan­das (de Wil­fried Huis­mann, à pro­pos du WWF).

Nous tra­dui­sons actuel­le­ment un pre­mier livre de Der­rick Jen­sen sur les zoos et le sort que la civi­li­sa­tion réserve aux non-humains (et aux humains), et avons ache­té les droits de plu­sieurs autres (A Lan­guage Older Than Words et The Culture of Make Believe), que nous comp­tons tra­duire par la suite. Cela nous semble cru­cial étant don­né qu’il n’existe aucune lit­té­ra­ture fran­co­phone qui pro­pose une cri­tique de la « civi­li­sa­tion », et étant don­né que celle-ci (en tant que concept, en tant que culture, et donc que pra­tiques, etc.) est à la racine de ce qui menace aujourd’­hui le monde tel que nous le connais­sons. Que ce soit dans l’op­tique de créer une culture de résis­tance, un mou­ve­ment éco­lo­giste effi­cace, qui s’at­taque vrai­ment à ce qui pose vrai­ment pro­blème, ou dans l’op­tique de main­te­nir en vie une pen­sée du monde saine et sou­te­nable, ou pour encore d’autres rai­sons, la tra­duc­tion de ces ouvrages, qui pour­ront consti­tuer un véri­table point d’ap­pui, nous semble prioritaire.

Nous avons fait et fai­sons tout cela de manière entiè­re­ment béné­vole, sans que cela ne nous rap­porte le moindre cen­time (« La vraie résis­tance a de vrais coûts, et aucun salaire », ain­si que le for­mule Arund­ha­ti Roy) ; ce qui n’est pas chose aisée, puisque pour cer­tains d’entre nous nous consa­crons une grande par­tie de notre temps à cette activité.

Étant don­né la nature de notre ouvrage (éco­lo­gie radi­cale, anti-impé­ria­lisme, cri­tique de la civi­li­sa­tion, tech­no-cri­tique, etc.), nous ne pou­vons comp­ter sur aucune sub­ven­tion, aucun finan­ce­ment, ni aucune aide… excep­tée la vôtre.

Donc, si vous appré­ciez notre œuvre, si vous sou­hai­tez la voir conti­nuer, et si vous pou­vez vous le per­mettre : aidez-nous !

Toute aide est plus que bienvenue !

En plus de nous aider finan­ciè­re­ment, les dons nous motivent à conti­nuer en nous mon­trant que ce qu’on fait en touche d’autres !




MERCI BEAUCOUP !

P.S. : 1. Nous avons conscience d’être moins pro­li­fiques que plu­sieurs des médias (de plus en plus nom­breux, crois­sance oblige) qui se pro­clament et se veulent « alter­na­tifs », « indé­pen­dants » et/ou « libres », dans le domaine de l’é­co­lo­gie ou de la poli­tique. Cepen­dant, nombre de ceux-là sont sou­vent aus­si peu sub­ver­sifs que les médias de masse, dont ils se rap­prochent au niveau de la faus­se­té des ana­lyses, et dont ils repro­duisent fina­le­ment les men­songes. Tra­duire des livres demande du temps. Notre site pro­pose des articles assez longs, mais aus­si assez com­plets, et, pour cer­tains, qui sont mis à jour à l’occasion.

2. Nous avons éga­le­ment besoin d’aides sous d’autres formes : nous recher­chons, dans le désordre, des mon­teurs vidéos, des tra­duc­teurs, des gra­phistes, et des déve­lop­peurs web. Nous sommes aus­si ouverts aux écri­vains ama­teurs qui vou­draient nous sou­mettre un article ou un texte qui s’ins­cri­rait dans la veine de notre ouvrage. Et, autre point impor­tant, nous recher­chons des per­sonnes qui s’y connaissent en édi­tion, publi­ca­tion et/ou impres­sion de livres ! N’hé­si­tez pas à nous contac­ter par mail : revolterre@gmail.com

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
4 comments
  1. ne vous inquié­tez pas, vous êtes lus et sou­te­nus par de nom­breuses per­sonnes, et j’espère de tout cœur qu’en­core de nom­breuses per­sonnes vous vien­drons en aide pour faire entendre votre vois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Du mythe de la croissance verte à un monde post-croissance (par Philippe Bihouix)

La croissance « verte » se base, en tout cas dans son acception actuelle, sur le tout-technologique. Elle ne fera alors qu’aggraver les phénomènes que nous venons de décrire, qu’emballer le système, car ces innovations « vertes » sont en général basées sur des métaux moins répandus, aggravent la complexité des produits, font appel à des composants high tech plus durs à recycler. Ainsi du dernier cri des énergies renouvelables, des bâtiments « intelligents », des voitures électriques, hybrides ou hydrogène…
Lire

Le mythe de la machine : la pensée de Lewis Mumford

La civilisation moderne n’est plus qu’un véhicule gigantesque, lancé sur une voie à sens unique, à une vitesse sans cesse accélérée. Ce véhicule ne possède malheureusement ni volant, ni frein, et le conducteur n’a d’autres ressources que d’appuyer sans cesse sur la pédale d’accélération, tandis que, grisé par la vitesse et fasciné par la machine, il a totalement oublié quel peut être le but du voyage.
Lire

Les médias mentent et les enfants sont instrumentalisés : à propos d’un soi-disant recours en justice (par Nicolas Casaux)

Ces derniers jours, comme à leur habitude, la plupart des médias de masse ont fait ce qu’ils savent faire le mieux. Raconter n’importe quoi, n’importe comment. Le premier problème avec cette histoire de « plainte », « d’action en justice », c’est qu’il ne s’agit pas du tout de cela. [...]