Produire ou ne pas produire : Classe, modernité et identité (par Kevin Tucker)

Produire ou ne pas produire 

Classe, modernité et identité

La classe consti­tue une rela­tion sociale. Rame­née à l’essentiel, elle est un fait éco­no­mique. Elle dis­tingue le pro­duc­teur du dis­tri­bu­teur et du pro­prié­taire des moyens et des fruits de la pro­duc­tion. Quelle que soit sa caté­go­rie, elle défi­nit l’identité d’une per­sonne. Avec qui vous iden­ti­fiez-vous ? Ou plus pré­ci­sé­ment, avec quoi vous iden­ti­fiez-vous ? Nous pou­vons tous être ran­gés dans un cer­tain nombre de caté­go­ries socio-pro­fes­sion­nelles. Mais là n’est pas la ques­tion. Votre iden­ti­té est-elle défi­nie par votre tra­vail ? Par votre niche économique ?

Pre­nons un peu de recul. Qu’est-ce que l’économie ? Mon dic­tion­naire en offre le sens sui­vant : « Science de la pro­duc­tion, de la dis­tri­bu­tion, et de la consom­ma­tion des biens et ser­vices. » Certes, l’économie existe bel et bien. Dans toute socié­té où l’accès aux néces­si­tés vitales est inéga­li­taire, où les gens sont dépen­dants les uns des autres (et, de manière plus impor­tante, des ins­ti­tu­tions), l’économie existe. Les révo­lu­tion­naires et les réfor­mistes ont presque tou­jours eu comme objec­tif de réor­ga­ni­ser l’économie. Les richesses doivent être redis­tri­buées. Capi­ta­listes, com­mu­nistes, socia­listes, syn­di­ca­listes, qu’importe, c’est tou­jours l’économie qui les inté­resse. Pour­quoi ? Parce que la pro­duc­tion a été natu­ra­li­sée, que l’économie est deve­nue un fait scien­ti­fique et que le tra­vail n’est fina­le­ment qu’un mal nécessaire.

Cette concep­tion remonte à l’his­toire de la chute du Para­dis, lorsqu’Adam fut condam­né à labou­rer la terre pour avoir déso­béi à Dieu. Elle consti­tue l’éthique pro­tes­tante du tra­vail et sa mise en garde contre le péché d’« oisi­ve­té ». Le tra­vail devient le fon­de­ment de l’humanité. Voi­là le mes­sage inhé­rent à l’économie. Le tra­vail est « la condi­tion fon­da­men­tale pre­mière de toute vie humaine, et il l’est à un point tel que, dans un cer­tain sens, il nous faut dire : le tra­vail a créé l’homme lui-même. » Ce n’est pas Adam Smith ou Dieu qui le dit (en tout cas, pas cette fois), mais Fre­de­rick Engels. Quelque chose ne colle pas dans ce dis­cours. Qu’en est-il de Ceux par-delà les murs du Para­dis ? Qu’en est-il des sau­vages que les agri­cul­teurs et les colons (si tant est que l’on puisse les dis­tin­guer) consi­dé­raient comme des fai­néants, pour la simple rai­son qu’ils ne tra­vaillaient pas ?

L’é­co­no­mie est-elle uni­ver­selle ? Exa­mi­nons à nou­veau notre défi­ni­tion. Le point cen­tral de l’économie est la pro­duc­tion. Si la pro­duc­tion n’est pas uni­ver­selle, l’économie ne peut donc pas l’être. Par chance, la pro­duc­tion ne l’est pas. Les Autres, les sau­vages, par-delà les murs du Para­dis, les murs de Baby­lone, et les jar­dins : les chas­seurs-cueilleurs nomades, ne pro­dui­saient rien. Un chas­seur ne pro­duit pas d’animaux sau­vages. Un cueilleur ne pro­duit pas de plantes sau­vages. Ils chassent, et cueillent, sim­ple­ment. Leur exis­tence se résume à prendre et à don­ner en retour, mais il s’agit là d’écologie, pas d’économie. Chaque membre d’une socié­té de chas­seurs-cueilleurs est en mesure d’obtenir ce dont il a besoin pour sur­vivre. Le fait qu’ils n’agissent pas ain­si est une ques­tion d’entraide et de cohé­sion sociale, pas de puis­sance. S’ils n’aiment pas leur situa­tion, ils en changent. Ils en sont capables et sont encou­ra­gés à le faire. Leur forme d’échange est anti-éco­no­mique : une réci­pro­ci­té géné­ra­li­sée. Cela signi­fie sim­ple­ment que les gens donnent tout à tous, tout le temps. Par­tage avec les autres, et ils par­ta­ge­ront en retour. Ces socié­tés sont intrin­sè­que­ment contre la pro­duc­tion, contre la richesse, contre le pou­voir, et contre l’économie. Elles sont sim­ple­ment éga­li­taires dans leur fon­de­ment : une anar­chie orga­nique, primale.

Néan­moins, cela ne nous dit pas com­ment nous sommes deve­nus des peuples éco­no­miques. Com­ment le tra­vail est deve­nu syno­nyme d’identité. L’é­tude des ori­gines de la civi­li­sa­tion per­met d’y voir plus clair. La civi­li­sa­tion est basée sur la pro­duc­tion. Le pre­mier exemple de pro­duc­tion est la pro­duc­tion de sur­plus. Les chas­seurs-cueilleurs nomades obte­naient ce dont ils avaient besoin quand ils en avaient besoin. Ils man­geaient des ani­maux, des insectes, et des plantes. Lorsque cer­tains groupes de chas­seurs-cueilleurs se sont séden­ta­ri­sés, ils ont conti­nué à chas­ser des ani­maux et à cueillir des plantes, mais pas pour les man­ger. Du moins, pas immédiatement.

En Méso­po­ta­mie, le ber­ceau de notre civi­li­sa­tion désor­mais glo­bale, de vastes champs de céréales sau­vages pou­vaient être mois­son­nés. Les céréales, contrai­re­ment à la viande et à la plu­part des plantes sau­vages, peuvent être faci­le­ment sto­ckées. Elles étaient pla­cées dans d’énormes gre­niers. Mais la récolte des céréales est sai­son­nière. A mesure qu’elle aug­men­tait, la popu­la­tion deve­nait davan­tage dépen­dante des gre­niers que de ce qui était dis­po­nible libre­ment. C’est ici que la dis­tri­bu­tion entre en jeu. Les gre­niers étaient déte­nus par des élites ou par les anciens des familles, res­pon­sables du ration­ne­ment et de la dis­tri­bu­tion aux per­sonnes qui culti­vaient leurs ter­rains. La dépen­dance implique le com­pro­mis : il s’agit de l’élément cen­tral de la domes­ti­ca­tion. Les céréales doivent être sto­ckées. Les pro­prié­taires de gre­niers stockent et rationnent les céréales en échange d’un sta­tut social supé­rieur. Le sta­tut social implique un pou­voir coer­ci­tif. Voi­là com­ment l’État est né.

Dans d’autres lieux, comme ce qui consti­tue désor­mais la côte nord-ouest entre les États-Unis et le Cana­da, les entre­pôts étaient des­ti­nés au pois­son séché plu­tôt qu’aux céréales. Des royaumes et d’importantes chef­fe­ries y furent éta­blies. Les sujets de ces pou­voirs gros­sis­sant étaient ceux qui rem­plis­saient les entre­pôts. Cela ne vous rap­pelle rien ? De vastes réseaux d’échanges se créaient et la domes­ti­ca­tion des plantes puis des ani­maux sui­vit l’augmentation des popu­la­tions. La néces­si­té d’obtenir plus de céréales trans­for­ma les cueilleurs en agri­cul­teurs. Les agri­cul­teurs avaient besoin de plus de terres, et des guerres furent déclen­chées. Des sol­dats furent enrô­lés. Des esclaves cap­tu­rés. Les chas­seurs-cueilleurs et hor­ti­cul­teurs nomades furent chas­sés et tués.

Les gens n’agirent pas ain­si parce que les chefs et les rois le leur deman­daient, mais parce que les dieux qu’ils avaient créés le fai­saient. Le prêtre est aus­si cru­cial à l’apparition des états que les chefs et les rois. Par­fois, ces rôles étaient tenus par la même per­sonne, par­fois non. Mais ils étaient inter­dé­pen­dants. L’économie, la poli­tique, et la reli­gion ont tou­jours for­mé un seul sys­tème. De nos jours, la science a pris la place de la reli­gion. C’est pour cela qu’Engels a pu affir­mer que le tra­vail est ce qui a trans­for­mé les singes en humains. Scien­ti­fi­que­ment, cela pour­rait faci­le­ment être vrai. Dieu a condam­né les des­cen­dants d’Adam et Eve à tra­vailler la terre. Les deux ne sont qu’une ques­tion de foi.

Mais il est facile de croire lorsque c’est la main qui nous nour­rit qui nous y incite. Tant que nous serons dépen­dants de l’économie, nous ferons des com­pro­mis vis-à-vis de ce que les plantes et les ani­maux nous disent, vis-à-vis de ce que nos corps nous disent. Per­sonne ne sou­haite tra­vailler, mais c’est comme ça. Ain­si, notre vision du monde est res­treinte par les œillères de la civi­li­sa­tion. L’économie doit être réfor­mée ou révo­lu­tion­née. Les fruits de la pro­duc­tion doivent être redistribués.

C’est ici que la lutte des classes fait son entrée. La classe sociale est une des nom­breuses rela­tions ins­ti­tuées par la civi­li­sa­tion. Il a sou­vent été affir­mé que l’histoire de la civi­li­sa­tion est l’histoire de la lutte des classes. Mais je sou­tien­drai quelque chose de dif­fé­rent. La rela­tion entre le pay­san et le roi et entre le chef et le rotu­rier ne se résume pas à un seul ensemble de caté­go­ries. En la sim­pli­fiant ain­si, nous ne tenons pas compte d’un cer­tain nombre de nuances cru­ciales. La sim­pli­fi­ca­tion est agréable et facile, mais si nous essayons de com­prendre com­ment la civi­li­sa­tion a émer­gé afin de pou­voir la détruire, nous devons prendre en compte des dif­fé­rences sub­tiles et per­ti­nentes. Qu’est ce qui pour­rait être plus per­ti­nent que la façon dont le pou­voir est créé, main­te­nu et revendiqué ?

Il ne s’agit pas de mini­mi­ser la résis­tance de la ‘classe infé­rieure’ contre les élites, loin de là. Mais dire que les classes ou la conscience de classe sont uni­ver­selles, c’est faire abs­trac­tion d’importantes par­ti­cu­la­ri­tés. Les classes sont l’affaire du capi­ta­lisme. Elles sont liées à un sys­tème glo­ba­li­sé basé sur un arbi­trage et une spé­cia­li­sa­tion abso­lus. Elles ont émer­gé des rela­tions féo­dales par le biais du capi­ta­lisme mar­chand, du capi­ta­lisme indus­triel et main­te­nant de la moder­ni­té. Le pro­lé­ta­riat, la bour­geoi­sie, la pay­san­ne­rie, la petite bour­geoi­sie, toutes ces classes sociales relèvent de notre rap­port à la pro­duc­tion et à la dis­tri­bu­tion. En par­ti­cu­lier dans la socié­té capi­ta­liste, où cela est tout. Cela n’a jamais été aus­si mani­feste que pen­dant les périodes majeures de l’industrialisation. Vous tra­vailliez à l’usine, la pos­sé­diez, ou ven­diez ce qui en sor­tait. Ce fut l’âge d’or de la conscience de classe car elle n’était pas remise en ques­tion. Les pro­lé­taires évo­luaient dans les mêmes condi­tions et pour la plu­part ils savaient qu’il en serait tou­jours ain­si. Ils pas­saient leurs jours et leurs nuits dans des usines, tan­dis que la « haute socié­té » de la bour­geoi­sie était tou­jours assez près pour être sen­tie, mais pas pour être goûtée.

Si vous aviez foi en Dieu, Smith ou Engels, le tra­vail était votre rai­son d’être. Il fai­sait de vous des humains. Voir le fruit de votre tra­vail enle­vé de vos mains aurait dû consti­tuer le pire de tous les crimes. Les tra­vailleurs fai­saient tour­ner les machines et il était à leur por­tée de prendre le contrôle. Ils pou­vaient se débar­ras­ser du patron et en dési­gner un nou­veau, ou un conseil des travailleurs.

Si vous pen­siez que la pro­duc­tion était néces­saire, cela sem­blait révo­lu­tion­naire. D’autant plus que c’était com­plè­te­ment réa­li­sable. Cer­taines per­sonnes essayèrent. Quelques-unes réus­sirent. Beau­coup échouèrent. La plu­part des révo­lu­tions furent accu­sées d’avoir tra­hi les idéaux de ceux qui les avaient créées. Mais nulle part la résis­tance du pro­lé­ta­riat ne par­vint à mettre fin aux rela­tions de domination.

La rai­son de cet échec est simple : ils se trom­paient de cible. Le capi­ta­lisme est une forme de domi­na­tion, pas sa source. La pro­duc­tion et l’industrie font par­tie de la civi­li­sa­tion, qui consti­tue un héri­tage cultu­rel bien plus ancien et aux racines bien plus pro­fondes que le capitalisme.

Mais le vrai pro­blème relève de l’identité. Les par­ti­sans de la lutte des classes ont accep­té leur des­tin de pro­duc­teurs, mais ont cher­ché à tirer par­ti d’une mau­vaise situa­tion. C’est une foi que la civi­li­sa­tion requiert. C’est un des­tin que je n’accepterai pas. C’est un des­tin que la Terre n’acceptera pas. La conclu­sion inévi­table de la lutte des classes est limi­tée car elle prend racine dans l’économie. Les pro­lé­taires sont iden­ti­fiés comme des per­sonnes qui vendent leur tra­vail. La révo­lu­tion pro­lé­ta­rienne consiste à se réap­pro­prier son tra­vail. Seule­ment, je ne crois ni en Dieu, ni en Smith, ni en Engels. Le tra­vail et la pro­duc­tion ne sont pas uni­ver­sels, et la civi­li­sa­tion est le véri­table pro­blème. Ce que nous devons apprendre, c’est que le lien entre nos rela­tions de classe et celles des anciennes civi­li­sa­tions ne concerne pas qui vend son tra­vail et qui l’achète, mais l’existence même de la pro­duc­tion. Qu’il cor­res­pond à la manière dont nous en sommes arri­vés à croire que de pas­ser nos vies à sou­te­nir un pou­voir diri­gé contre nous est jus­ti­fié. Et dont nous avons accep­té de com­pro­mettre nos vies en tant qu’êtres libres pour deve­nir des tra­vailleurs et des soldats.

Il relève des condi­tions maté­rielles de la civi­li­sa­tion et de leurs jus­ti­fi­ca­tions, car c’est de cette façon que nous arri­ve­rons à com­prendre la civi­li­sa­tion. Et que nous com­pren­drons le coût de la domes­ti­ca­tion, pour nous-mêmes et pour la terre. Et que nous pour­rons la déman­te­ler une fois pour toutes.

Il s’agit de ce que la cri­tique anar­cho-pri­mi­ti­viste de la civi­li­sa­tion se pro­pose de faire. Com­prendre la civi­li­sa­tion, com­ment elle a été créée et main­te­nue. Le capi­ta­lisme n’est qu’une des nom­breuses formes qu’a revê­tu la civi­li­sa­tion, la der­nière en date, et la lutte des classe en tant que résis­tance contre cet ordre est extrê­me­ment impor­tante à la fois pour com­prendre ce qu’est la civi­li­sa­tion et com­ment l’attaquer.

Il existe un riche héri­tage de résis­tance contre le capi­ta­lisme. Une autre par­tie de l’histoire de la résis­tance contre le pou­voir remonte à ses ori­gines. Mais nous devrions faire atten­tion à ne pas consi­dé­rer iso­lé­ment une des formes de la civi­li­sa­tion en occul­tant les autres. Les approches anti-capi­ta­listes sont seule­ment cela, anti-capi­ta­listes. Pas anti-civi­li­sa­tion. Elles ne s’intéressent qu’à un cer­tain type d’économie, pas à l’économie, la pro­duc­tion ou l’industrie en elles-mêmes. Une com­pré­hen­sion du capi­ta­lisme est seule­ment utile si elle est ancrée his­to­ri­que­ment et écologiquement.

Le capi­ta­lisme a été la prin­ci­pale cible des der­niers siècles de résis­tance. Dès lors, il est appa­rem­ment dif­fi­cile de se défaire de l’emprise de la lutte des classes. Le capi­ta­lisme mon­dial était déjà bien ancré en 1500 et s’est per­pé­tué à tra­vers les révo­lu­tions tech­no­lo­giques, indus­trielles et vertes de ces 500 der­nières années. Son déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique lui a per­mis de se répandre tout autour de la pla­nète jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’une seule civi­li­sa­tion pla­né­taire. Mais le capi­ta­lisme n’est pas uni­ver­sel. Si nous ne voyons le monde que comme le théâtre de la lutte des classes, nous fai­sons abs­trac­tion des nom­breux fronts de résis­tance qui luttent expli­ci­te­ment contre la civi­li­sa­tion. Il s’agit de quelque chose que les par­ti­sans de la lutte des classes ignorent habi­tuel­le­ment ; mais il y a un autre pro­blème : le déni de la modernité.

La moder­ni­té est la façade la plus récente du capi­ta­lisme, qui s’est prin­ci­pa­le­ment dif­fu­sée ces cin­quante der­nières années à tra­vers une série d’expansions tech­no­lo­giques ayant ren­du pos­sible l’économie telle que nous la connais­sons. Elle est carac­té­ri­sée par l’hyper-technologie et l’hyper-spécialisation.

Admet­tons-le : les capi­ta­listes savent ce qu’ils font. Pen­dant la période qui a mené à la Pre­mière Guerre mon­diale et pen­dant la Seconde Guerre mon­diale, la menace d’une révo­lu­tion pro­lé­taire n’avait peut-être jamais été aus­si for­te­ment res­sen­tie. Les deux guerres furent conduites en par­tie pour démo­lir cet esprit révo­lu­tion­naire. Mais il y a plus. Durant la période d’après-guerre les capi­ta­listes savaient que n’importe quelle restruc­tu­ra­tion majeure devrait, entre autres, ser­vir à saper la conscience de classe. Bri­ser la capa­ci­té d’organisation était cen­tral. Il fal­lait que l’économie mon­diale nous paraisse sen­sée, non seule­ment en termes éco­no­miques, mais éga­le­ment sociaux. Les réa­li­tés concrètes de la cohé­sion de classe furent cham­bou­lées. Plus impor­tant, avec la mon­dia­li­sa­tion de la pro­duc­tion, la révo­lu­tion pro­lé­taire ne pou­vait plus s’auto-alimenter, s’auto-approvisionner. Il s’agit de l’une des prin­ci­pales causes de « l’échec » des révo­lu­tions socia­listes en Rus­sie, en Chine, au Nica­ra­gua, et à Cuba pour n’en citer que quelques-unes.

La moder­ni­té est fon­da­men­ta­le­ment anti-conscience de classe. Dans les nations indus­tria­li­sées, la majeure par­tie de la force de tra­vail est orien­tée vers le ser­vice. Les gens pour­raient très faci­le­ment se sai­sir d’un cer­tain nombre de maga­sins et de centres com­mer­ciaux, mais où cela nous mène­rait-il ? La péri­phé­rie et le cœur du capi­ta­lisme moderne sont dis­per­sés tout autour du monde. Toute révo­lu­tion devrait alors être mon­diale, mais au bout du compte, serait-elle dif­fé­rente ? En serait-elle plus désirable ?

Dans les pays en déve­lop­pe­ment, qui four­nissent presque tout ce dont dépendent les nations déve­lop­pées, la réa­li­té de la conscience de classe est bien tan­gible. Mais la situa­tion reste à peu près la même. Tan­dis que chez nous, la police nous tient tran­quilles, des inter­ven­tions mili­taires quo­ti­diennes se chargent de main­te­nir l’ordre chez eux. La menace d’une répres­sion éta­tique y est bien plus pré­sente, et la plu­part d’entre nous n’imaginons pas la puis­sance déployée par les états déve­lop­pés pour gar­der les gens dans le rang. Même si la révolte devait l’emporter, les champs de mono­cul­tures et les ate­liers de manu­fac­ture clan­des­tins sont-ils de bonnes choses ? Le pro­blème est loin de se résu­mer à ce qu’il est pos­sible d’accomplir en restruc­tu­rant la production.

Et, en ce qui concerne les nations indus­trielles, le pro­blème est encore plus com­plexe. L’esprit de la moder­ni­té est extrê­me­ment indi­vi­dua­liste. Même si ce seul trait de com­por­te­ment suf­fit à détruire tout ce qu’être humain signi­fie, nous n’avons d’autre choix que de nous y confor­mer. Comme dans un loto capi­ta­liste, nous croyons qu’il est pos­sible pour cha­cun d’entre nous de faire for­tune. Il nous faut sim­ple­ment trou­ver le ticket gagnant. Nous sommes enchan­tés à l’idée de deve­nir riches, ou de mou­rir en essayant d’y par­ve­nir. La phi­lo­so­phie post-moderne qui est celle de la culture domi­nante nous enseigne que nous sommes dépour­vus de racines. Elle nour­rit chez nous un nihi­lisme pas­sif qui nous per­suade que nous sommes fou­tus, et que nous ne pou­vons rien y faire. Dieu, Smith et Engels ont énon­cé cette idée, et ce sont désor­mais les films, la musique et les mar­chés qui nous en convainquent. En réa­li­té, l’identité pro­lé­ta­rienne n’a que peu de sens dans ce contexte. Des études montrent que la plu­part des amé­ri­cains consi­dèrent qu’ils font par­tie de la classe moyenne. Nous jugeons par ce que nous pos­sé­dons plu­tôt que par ce que nous pos­sé­dons à cré­dit. L’argent emprun­té ou fan­tas­mé nour­rit une iden­ti­té qui relève d’un com­pro­mis : nous sommes prêts à vendre nos âmes pour plus de richesse maté­rielle. Nous sommes bien plus que ce que l’identité pro­lé­ta­rienne laisse entre­voir. La cri­tique anti-civi­li­sa­tion met en évi­dence l’origine pri­mi­tive de notre condi­tion. Elle rejette les mythes de la néces­si­té de la pro­duc­tion ou du tra­vail, et consi­dère une manière de vivre où ces élé­ments étaient non seule­ment absents, mais volon­tai­re­ment rejetés.

Elle exhume un sen­ti­ment de plus en plus inten­sé­ment per­çu à mesure que la moder­ni­té auto­ma­tise la vie. A mesure que le déve­lop­pe­ment anéan­tit les der­niers biomes. Que la pro­duc­tion fabrique une vie par­fai­te­ment syn­thé­tique. Que la vie perd son sens. Et que la terre est assassinée.

Je prône une guerre pri­maire. Il ne s’agit pas d’une forme anti-civi­li­sa­tion de la lutte des classes. Pas non plus d’un moyen pour s’organiser. Il s’agit d’une expres­sion de rage. D’une rage res­sen­tie à chaque étape du pro­ces­sus de domes­ti­ca­tion. D’une rage inef­fable. Celle de notre iden­ti­té pri­maire étouf­fée par la pro­duc­tion et la coer­ci­tion. Celle qui ne peut être cor­rom­pue. Celle qui peut détruire la civilisation.

Ques­tion d’identité. Êtes-vous un pro­duc­teur, un dis­tri­bu­teur, un pro­prié­taire, ou un être humain ? Plus impor­tant encore, sou­hai­tez-vous réfor­mer la civi­li­sa­tion et son éco­no­mie, ou êtes-vous prêts à com­battre pour rien de moins que leur des­truc­tion totale ?

Kevin Tucker


Tra­duc­tion : Jess Aubin

Édi­tion & Révi­sion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
102
Shares
4 comments
  1. Bien, tout ceci a déjà été dit par robert Dehoux de façon humou­ris­tique dans son livre le zizi sous clô­ture inau­gure la culture, mais per­sonne ne le lit. Vous aurez la réponse sur le pas­sage à la civilisation.

    1. ‘Scu­zez nous de ten­ter de le re-dire. Si la ques­tion de la civi­li­sa­tion vous inté­resse vous pou­vez aus­si lire James C. Scott, Der­rick Jen­sen, John Zer­zan, etc.

  2. Si, jus­te­ment dans nos socié­tés moderne c’est sur la confu­sion des classes sociales en classes socio-pro­fes­sion­nelles qu’il faut comp­ter pour ana­ly­ser l’e­vo­lu­tion de nos socié­tés. Le pro­lé­ta­riat, la pay­san­ne­rie ont régressés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Arundhati Roy, Edward Snowden, Daniel Ellsberg & John Cusack : Le monde comme il va

C’est la rencontre improbable de deux époques, de deux « dissidences » américaines, de deux lanceurs d’alerte contre les abus de Washington. Edward Snowden, l’ancien collaborateur de la NSA à l’origine des révélations sur l’ampleur de la surveillance effectuée par les Etats-Unis, a reçu dans son exil russe Daniel Ellsberg, l’homme qui, en 1971, a fait « fuiter » les « Documents du Pentagone » sur la guerre du Vietnam. [...]
Lire

La nuisance fataliste #2 : Elon Musk (par Daniel Oberhaus)

Il y a de fortes chances pour que vous ayez eu vent de la déclaration délirante d’Elon Musk, le PDG de SpaceX et de Tesla, lors de la conférence de code Recode de cet été. Selon le chouchou de la Silicon Valley, "les chances pour que nous vivions dans la réalité sont d’une sur des milliards", ce qui signifie qu’il est quasiment certain que nous vivions dans une simulation informatique créée par une lointaine civilisation du futur. [...]