Le texte qui suit est une tra­duc­tion d’une enquête en deux par­ties, ini­tia­le­ment publiée en anglais, en 2013, sur le site de Mint Press News (pre­mière par­tie : https://www.mintpressnews.com/divide-and-conquer-unpacking-stratfors-rise-to-power/165933/, deuxième par­tie : https://www.mintpressnews.com/stratfor-strategies-how-to-win-the-media-war-against-grassroots-activists/166078/). Pour aller plus loin, nous vous conseillons de lire le livre La socié­té ingou­ver­nable (La Fabrique, 2018) de Gré­goire Cha­mayou qui rap­porte éga­le­ment le conte­nu de cette enquête et qui va bien au-delà.


Première partie : la naissance des stratégies de la société de renseignement privée pour l’emporter sur le terrain des relations publiques — au plus offrant.

Le jour de Noël de l’année 2011, le col­lec­tif d’hack­ti­vistes Ano­ny­mous per­tur­ba la tran­quilli­té d’une socié­té de sécu­ri­té qui, jusque-là, opé­rait dans l’ombre, en toute dis­cré­tion.

La socié­té en ques­tion, Stra­te­gic Fore­cas­ting Inc., basée à Aus­tin (Texas), spé­cia­li­sée dans la col­lecte de ren­sei­gne­ments, est plus connue sous le nom de Strat­for. Par­mi ses clients, on retrouve quelques-unes des mul­ti­na­tio­nales les plus ren­tables de la pla­nète, comme l’A­me­ri­can Petro­leum Ins­ti­tute, Archer Daniels Mid­land, Dow Che­mi­cal, Duke Ener­gy, Nor­throp Grum­man, Intel et Coca-Cola.

Un col­lec­tif de hackers affi­lié aux Ano­ny­mous a ain­si réus­si à pira­ter le sys­tème de ges­tion de conte­nu du sys­tème infor­ma­tique de Strat­for, et à trans­mettre plus de 5,2 mil­lions d’emails avec leurs pièces jointes à Wiki­Leaks, qui bap­ti­sa la base de don­nées « Glo­bal Intel­li­gence Files » (par­fois tra­duit par « petits papiers du ren­sei­gne­ment mon­dial »).

Grâce à un infor­ma­teur, « Sabu », qui se fai­sait pas­ser pour un « cama­rade », les offi­ciers fédé­raux remon­tèrent en seule­ment trois mois jus­qu’à Jere­my Ham­mond, l’hack­ti­viste res­pon­sable du pira­tage, basé à Chi­ca­go.

En mars 2012, le FBI s’introduisit dans son appar­te­ment pour l’arrêter. Après plus d’un an pas­sé en déten­tion pro­vi­soire au Centre cor­rec­tion­nel de Man­hat­tan, Ham­mond finit par accep­ter une réso­lu­tion extra­ju­di­ciaire. Il recon­nut être cou­pable d’a­voir vio­lé le Com­pu­ter Fraud and Abuse Act (la loi sur la fraude et l’a­bus infor­ma­tique), et éco­pa de 10 ans de pri­son.

La stra­té­gie de rela­tions publiques de Strat­for a été éta­blie par l’entreprise Pagan Inter­na­tio­nal, dont Strat­for est issue.

Le but d’une cam­pagne de rela­tions publiques d’une entre­prise « doit consis­ter à sépa­rer les meneurs acti­vistes fana­tiques […] de la masse de leurs par­ti­sans : des gens conve­nables, impli­qués, qui sont prêts à nous juger sur la base de notre ouver­ture et de notre uti­li­té », énon­çait Pagan en 1982. Bien enten­du, les stra­ta­gèmes éla­bo­rés par la com­pa­gnie ne devaient jamais être connus du grand public.

Ham­mond — peut-être sans connaître tous les détails de ces stra­ta­gèmes — s’y réfère comme à la rai­son prin­ci­pale pour laquelle il a hacké Strat­for et envoyé les infor­ma­tions à Wiki­Leaks.

« Je crois au pou­voir de la véri­té. C’est pour­quoi je ne veux pas cacher ce que j’ai fait ou me déro­ber à mes propres actions, a‑t-il décla­ré dans un com­mu­ni­qué de presse annon­çant la réso­lu­tion extra­ju­di­ciaire. Je crois que les gens ont le droit de savoir ce que les gou­ver­ne­ments et les entre­prises font der­rière portes closes. »

Dans cette enquête, Mint Press ana­lyse la mon­tée au pou­voir de Strat­for, ain­si que sa phi­lo­so­phie du « divi­ser pour mieux régner », conçue afin de contre­car­rer cer­tains des plus grands mou­ve­ments de boy­cott contre des mul­ti­na­tio­nales.

« Diviser pour mieux régner »

L’his­toire de Strat­for débute donc au sein d’une firme éphé­mère mais ayant eu une influence pro­fonde : Pagan Inter­na­tio­nal.

Suc­cinc­te­ment décrit, le modus ope­ran­di des pré­dé­ces­seurs de Strat­for se résume à un « divi­ser pour mieux régner » mili­taire, exer­cé au tra­vers du domaine des rela­tions publiques.

Ce n’est pas un hasard. Deux des cofon­da­teurs de Pagan débu­tèrent leur car­rière en tra­vaillant sous cou­ver­ture pour l’ar­mée états-unienne. Les rela­tions publiques [NdT : expres­sion syno­nyme de « pro­pa­gande », inven­tée par Edward Ber­nays, le neveu de Freud, voir cette série docu­men­taire d’Adam Cur­tis] ont d’ailleurs d’abord été employées dans des opé­ra­tions de psy­cho­lo­gie mili­taire, ou psy-ops. « Divi­ser pour mieux régner » est un des prin­cipes énon­cés dans le U.S. Coun­te­rin­sur­gen­cy Field Manual (« Manuel pra­tique de contre-insur­rec­tion des États-Unis »).

Pagan Inter­na­tio­nal fut bap­ti­sé en réfé­rence à Rafael D. Pagan Junior, qui rejoi­gnit l’U.S Army en 1951 et pas­sa deux décen­nies dans les hautes sphères des ser­vices de ren­sei­gne­ment mili­taires. Il s’en ser­vit comme pas­se­relle vers le monde des rela­tions publiques d’entreprises.

« Ancien offi­cier du ren­sei­gne­ment à l’ar­mée, le résident de Poto­mac a infor­mé les pré­si­dents Ken­ne­dy et John­son sur les capa­ci­tés mili­taires et éco­no­miques du bloc Sovié­tique. Il a éga­le­ment ren­sei­gné les pré­si­dents Nixon, Rea­gan et Bush sur les poli­tiques de déve­lop­pe­ment socio-éco­no­mique du Tiers-Monde », explique en 1993 sa nécro­lo­gie dans le Washing­ton Times.

Après avoir quit­té le Penta­gone, Pagan décro­cha trois postes de rela­tions publiques dans des entre­prises cher­chant des mar­chés pour écou­ler leurs pro­duits dans les pays en déve­lop­pe­ment.

Tou­jours selon sa nécro­lo­gie, « Pagan com­men­ça en 1970 sa car­rière inter­na­tio­nale comme cadre supé­rieur dans le déve­lop­pe­ment de nou­velles affaires pour trois firmes mul­ti­na­tio­nales majeures, Inter­na­tio­nal Nickel of Cana­da (deve­nu Inco), Castle & Cooke (Dole) et Nest­lé. Il était spé­cia­li­sé dans la réso­lu­tion de conflits pour les firmes mul­ti­na­tio­nales cher­chant à inves­tir et opé­rer dans les pays du Tiers-Monde. »

Pagan mar­chait dans les traces d’Ed­ward Ber­nays, le père des rela­tions publiques modernes, qui se char­gea entre autres choses de la stra­té­gie de com­mu­ni­ca­tion de la Uni­ted Fruit Com­pa­ny, qui col­la­bo­ra avec le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain pour fomen­ter un Coup d’État au Hon­du­ras en 1954. Pagan tra­vailla éga­le­ment dans les rela­tions publiques pour Castle & Cooke au Hon­du­ras.

L’ex­pé­rience acquise dans la « répu­blique bana­nière » hon­du­rienne, sous l’é­gide de la dic­ta­ture mili­taire d’ex­trême-droite mise en place par les États-Unis et proche du milieu des entre­prises, lui ser­vit pour l’é­tape sui­vante de sa car­rière : prendre en charge les rela­tions publiques du géant mul­ti­na­tio­nal Nest­lé.

La stratégie mise en application pour Nestlé

S’adressant à ses col­lègues de l’in­dus­trie des rela­tions publiques lors du Conseil des affaires publiques (Public Affairs Coun­cil) d’a­vril 1982, Pagan révé­la la colonne ver­té­brale de cette stra­té­gie qui est encore celle de Strat­for.

Pagan Inter­na­tio­nal émer­gea des cendres de la cam­pagne contro­ver­sée de rela­tions publiques de Nest­lé qui s’ap­puyait sur un orga­nisme appe­lé le « Centre de coor­di­na­tion pour la nutri­tion de Nest­lé ». L’entreprise était codi­ri­gée par Pagan et Jack Mon­go­ven.

Mon­go­ven fut d’a­bord repor­ter pour The Chi­ca­go Tri­bune puis rédac­teur en chef chez Pio­neer News­pa­pers, avant de deve­nir porte-parole du Minis­tère états-unien de la san­té, de l’é­du­ca­tion et du bien-être, puis du Comi­té natio­nal répu­bli­cain.

Le Centre de coor­di­na­tion pour la nutri­tion de Nest­lé fut créé en 1980. Il ser­vait à une cam­pagne majeure de rela­tions publiques conçue pour se pré­mu­nir de plaintes et d’un éven­tuel boy­cott inter­na­tio­nal. Les cri­tiques envers Nest­lé étaient prin­ci­pa­le­ment menées par le groupe bri­tan­nique War on Want (« Guerre contre le besoin »), qui publia en 1974 une enquête bap­ti­sée « Le tueur de bébés », visant à dénon­cer la cam­pagne de mar­ke­ting de la socié­té autour du lait en poudre pour bébés ven­du dans les pays en voie de déve­lop­pe­ment.

Nest­lé avait déci­dé que les pays en voie de déve­lop­pe­ment consti­tue­raient un bon mar­ché pour écou­ler son lait en poudre, mal­gré le fait que cela inter­rompe le pro­ces­sus de lac­ta­tion chez la femme et mal­gré les pro­blèmes de san­té que cela indui­sait.

« Les femmes qui ont été inci­tées à uti­li­ser [le] pro­duit au lieu du lait mater­nel n’ont sou­vent pas d’autre choix que de diluer la poudre dans de l’eau pol­luée, cau­sant diar­rhées, déshy­dra­ta­tion et mort par­mi […] les nour­ris­sons », expliquent John Stau­ber et Shel­don Ramp­ton dans leur livre Toxic Sludge Is Good for You ! Lies, Damn Lies and the Public Rela­tions Indus­try (« La vase toxique est bonne pour vous ! Men­songe, fou­tus men­songes et le sec­teur des rela­tions publiques »).

Le com­por­te­ment de Nest­lé pro­vo­qua un tol­lé mon­dial et finit par semer les graines d’un boy­cott par plus de 700 églises et groupes acti­vistes.

Mon­go­ven et Pagan — sous les aus­pices du Centre de coor­di­na­tion pour la nutri­tion de Nest­lé qui par­ta­geait des bureaux avec l’Ins­ti­tut du Tabac, d’a­près les docu­ments de la Biblio­thèque d’archives de Tobac­co Lega­cy — déci­dèrent que la meilleure parade au mou­ve­ment social qui pre­nait forme consti­tuait à le divi­ser pour mieux le contrô­ler.

Une de leurs pre­mières prio­ri­tés fut d’é­car­ter de la cam­pagne anti-Nest­lé cer­tains de ses plus fer­vents sup­por­ters : les ensei­gnants.

« Une par­tie du sou­tien le plus impor­tant du boy­cott venait des pro­fes­seurs, repré­sen­tés par l’As­so­cia­tion Natio­nale des Pro­fes­seurs. Le CCNN cher­cha donc à s’as­su­rer le sou­tien de la Fédé­ra­tion Amé­ri­caine des Pro­fes­seurs, un syn­di­cat rival plus petit et plus conser­va­teur », écrivent Stau­ber et Ramp­ton.

Nest­lé gagna aus­si un allié au sein d’un autre oppo­sant ins­ti­tu­tion­nel : les églises.

« Pour contrer les églises impli­quées dans le boy­cott, ils avaient besoin de trou­ver une église puis­sante pou­vant prendre leur par­ti, expliquent Stau­ber et Ramp­ton. Les Métho­distes Unis sou­te­naient le boy­cott, mais suite à des négo­cia­tions et à quelques conces­sions som­maires, Nest­lé par­vint pro­gres­si­ve­ment à les gagner. »

Afin de faire amende hono­rable, Nest­lé col­la­bo­ra avec la Com­mis­sion d’au­dit des pré­pa­ra­tions pour nour­ris­sons (Infant For­mu­la Audit Com­mis­sion) pour s’as­su­rer que ses pra­tiques de mar­ke­ting mon­dial étaient com­pa­tibles avec les règles de l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té. Cette com­mis­sion était pré­si­dée par Edmund Mus­kie, un ancien séna­teur amé­ri­cain et secré­taire d’É­tat sous la pré­si­dence de Jim­my Car­ter.

Le pro­blème, c’est que c’est Nest­lé qui créa la com­mis­sion, qui la finan­ça et tira toutes les ficelles. Ceux qui étaient au cou­rant de cela ne furent guère sur­pris des conclu­sions de ladite com­mis­sion, selon les­quelles « l’en­tre­prise n’a pas indé­cem­ment écou­lé la pré­pa­ra­tion pour bébés dans les hôpi­taux du Tiers Monde », ain­si que le rap­por­ta le Los Angeles Times.

La com­mis­sion d’au­dit de Mus­kie — ou plus hon­nê­te­ment, celle de Nest­lé — est main­te­nant per­çue comme un « modèle » pour les entre­prises cher­chant à désa­mor­cer des pro­blèmes de com­mu­ni­ca­tion, comme l’explique un article du Jour­nal for Busi­ness Stra­te­gy de 1986.

Pour son suc­cès à la tête de ce qu’il décri­ra plus tard comme « un sys­tème d’a­lerte réac­tif et pré­cis concer­nant les pro­blèmes et ten­dances de l’en­tre­prise, [doté] de capa­ci­tés d’a­na­lyse », Pagan reçut la pres­ti­gieuse Médaille du Sil­ver Anvil de la « Socié­té amé­ri­caine des rela­tions publiques » (Public Rela­tions Socie­ty of Ame­ri­ca). D’autres indus­tries sui­virent des stra­té­gies simi­laires, comme l’in­dus­trie du gaz de schiste avec la cam­pagne « Ener­gy in Depth » (« Éner­gie en Pro­fon­deur »), et l’industrie de l’éducation indus­trielle pri­vée avec sa réforme « Stand for Chil­dren » (« Debout pour les enfants »).

Naissance de Pagan International

Forts d’une vic­toire majeure contre des groupes d’in­fluence natio­naux et ayant beau­coup appris de la « guerre », Pagan et Mon­go­ven sau­tèrent du juteux train Nest­lé et fon­dèrent leur propre entre­prise en 1985 : Pagan Inter­na­tio­nal.

Dans un com­mu­ni­qué de presse dif­fu­sé pour son lan­ce­ment en 1985, Pagan annon­çait : « La forte influence qu’ont aujourd’hui le public et les enjeux sociaux sur les acti­vi­tés com­mer­ciales a engen­dré un besoin pour les entre­prises d’é­va­luer soi­gneu­se­ment les poli­tiques natio­nales et inter­na­tio­nales ayant un impact sur les affaires. »

Ce com­mu­ni­qué de presse van­tait en outre la « base de don­nées socio­po­li­tiques de busi­ness inter­na­tio­nal » qui avait été déve­lop­pée durant leur com­bat aux côtés de Nest­lé, qui se réfé­rait en fait à leur éphé­mère base de don­nées et bul­le­tin d’in­for­ma­tion inti­tu­lée « Baro­mètre Inter­na­tio­nal », qui pré­fi­gu­rait la base de don­nées et le bul­le­tin d’information que Strat­for allait pro­po­ser un peu plus d’une décen­nie plus tard.

« Ce sys­tème per­met [à l’entreprise Pagan Inter­na­tio­nal] de conseiller ses clients sur les ten­dances et mou­ve­ments natio­naux et inter­na­tio­naux qui peuvent affec­ter néga­ti­ve­ment les entre­prises, expli­quait le com­mu­ni­qué de presse. Ce qui leur four­nit la pos­si­bi­li­té de s’impliquer dans le débat public et ain­si de défi­nir, en amont, les para­mètres de la dis­cus­sion, plu­tôt que de sim­ple­ment réagir à des cam­pagnes lan­cées contre elles par des acti­vistes ou d’autres groupes. »

Durant sa brève exis­tence, Pagan Inter­na­tio­nal comp­ta, par­mi ses clients, Dow Che­mi­cal, Novar­tis, Che­vron et le gou­ver­ne­ment de Puer­to Rico. Elle fut aus­si enga­gée par la Royal Dutch Shell afin de contre­car­rer une opé­ra­tion de boy­cott inter­na­tio­nal orga­ni­sée en rai­son de sa col­la­bo­ra­tion avec le régime d’a­par­theid en Afrique du Sud.

Des mili­tants exi­geaient que Shell cesse de faire affaire avec l’A­frique du Sud tant que l’a­par­theid conti­nue­rait, et mena­çaient d’organiser un boy­cott si la com­pa­gnie refu­sait d’ob­tem­pé­rer. Shell déci­da de conti­nuer à opé­rer comme si de rien n’était.

Le boy­cott qui en résul­ta ser­vit d’op­por­tu­ni­té com­mer­ciale pour Pagan Inter­na­tio­nal, qui prit en main le pro­blème et, de même qu’avec Nest­lé, cher­cha à divi­ser le mou­ve­ment de boy­cott pour mieux le contrô­ler. Pour ce faire, Shell adop­ta une stra­té­gie concoc­tée par Pagan et Man­go­ven, expo­sée dans un docu­ment de 268 pages, aujourd’­hui célèbre, inti­tu­lé « La stra­té­gie de Nep­tune ».

Docu­ment dont l’existence fut divul­guée dans la presse en 1987, cau­sant un grand embar­ras à la fois pour Shell et Pagan Inter­na­tio­nal. À l’image de la com­mis­sion d’au­dit Mus­kie, la « stra­té­gie de Nep­tune » de Pagan consis­tait à créer un groupe de façade pour l’industrie, appe­lé la « Coa­li­tion pour l’A­frique du Sud » (Coa­li­tion on Sou­thern Afri­ca) — qui par­ta­geait des bureaux et une ligne télé­pho­nique avec Pagan — afin d’attirer les sou­tiens du boy­cott au sein d’un mou­ve­ment plus large qui se conten­te­rait d’exi­gences plus minimes.

« Pagan […] pro­po­sa à Shell de “déve­lop­per une équipe d’in­ter­ven­tion” com­po­sée de Sud-Afri­cains, de diri­geants ecclé­sias­tiques, d’ac­ti­vistes et de cadres états-uniens qui rédi­ge­raient une décla­ra­tion concer­nant le rôle de l’en­tre­prise dans la pré­pa­ra­tion des Noirs sud-afri­cains à la vie après l’a­par­theid, peut-on lire dans un papier de 1987 appa­rais­sant dans l’In­ter-Press Ser­vice. Pagan iden­ti­fia des acti­vistes noirs et des diri­geants ecclé­sias­tiques clés afin de mener son plan à terme. »

Dans sa « stra­té­gie de Nep­tune », Pagan pro­po­sait une méthode qui se rap­pro­chait d’un sché­ma fami­lier : iso­ler puis coop­ter les « meneurs acti­vistes fana­tiques ».

« La pla­ni­fi­ca­tion pos­ta­par­theid devrait détour­ner l’at­ten­tion et les efforts des groupes anti­apar­theid du boy­cott et de l’ef­fort de dés­in­ves­tis­se­ment, et les redi­ri­ger dans des voies pro­duc­tives », expli­quait le docu­ment.

Ces « voies pro­duc­tives », selon Pagan, sont toutes celles qui assurent à Shell de conti­nuer à pro­duire des marges de pro­fit éle­vées. Après avoir subi des attaques de la part d’églises pen­dant le boy­cott de Nest­lé, Pagan se ren­dit compte que le fac­teur déci­sif s’ar­ti­cu­lait autour du sou­tien des églises à Shell tan­dis que la com­pa­gnie fai­sait des affaires avec l’A­frique du Sud de l’a­par­theid.

« Les membres mobi­li­sés des com­mu­nau­tés reli­gieuses four­nissent une “masse cri­tique” d’o­pi­nion publique et de poids éco­no­mique qui ne doit pas être pris à la légère, écri­vit Pagan. S’ils rejoignent le boy­cott et militent en faveur du dés­in­ves­tis­se­ment, cela crée­ra un pro­blème radi­ca­le­ment dif­fé­rent et bien plus coû­teux que celui que nous avons actuel­le­ment. »

La répu­ta­tion de Pagan Inter­na­tio­nal se dégra­da suite à la révé­la­tion au grand public du « Pro­jet Nep­tune ». L’en­tre­prise per­dit les 800 000 dol­lars de reve­nu que lui rap­por­taient ses contrats avec Shell. Pagan per­dit aus­si d’autres clients cru­ciaux suite à la divul­ga­tion de l’affaire.

En 1990, Pagan mis défi­ni­ti­ve­ment la clé sous la porte et se décla­ra en faillite, ouvrant la voie pour la créa­tion de la com­pa­gnie qui devait plus tard fusion­ner pour deve­nir Strat­for : Mon­go­ven, Bis­coe & Duchin (MBD).

Deuxième partie : Comment remporter la guerre médiatique contre les activistes : la méthode Stratfor

Rafael Pagan — qui mou­rut en 1993 — ne fut pas invi­té à être membre de la socié­té de Mon­go­ven, son ancien asso­cié, la MBD : Mon­go­ven, Bis­coe & Duchin. Sa tac­tique de conquête et de divi­sion des mou­ve­ments acti­vistes consis­tant à iso­ler les « lea­ders acti­vistes fana­tiques » sur­vé­cu néan­moins à tra­vers son ancien par­te­naire en affaires, Jack Mon­go­ven.

Mon­go­ven fit équipe avec Alvin Bis­coe et Ronald Duchin pour créer MBD en 1988. Tan­dis que « Bis­coe appa­rais­sait comme ayant été un par­te­naire plu­tôt silen­cieux chez MBD », selon l’ONG Cen­ter for Media and Demo­cra­cy (Centre pour les médias et la démo­cra­tie), Mon­go­ven et Duchin jouèrent le rôle de figures publiques de pre­mier plan pour la com­pa­gnie.

Duchin, comme Pagan, venait du milieu mili­taire. Diplô­mé de l’École de guerre de l’ar­mée des États-Unis et « l’un des membres ori­gi­nels de [l’ar­mée] DELTA » — qui fai­sait par­tie de l’Unité de com­man­de­ment uni­fié des opé­ra­tions spé­ciales qui tua Ous­sa­ma Ben Laden — Duchin occu­pa les fonc­tions d’as­sis­tant spé­cial pour le secré­taire d’É­tat à la Défense et de porte-parole des Vete­rans for Forei­gn Wars (orga­ni­sa­tion de vété­rans) avant de rejoindre Pagan.

Duchin ser­vit comme diri­geant de la sec­tion infor­ma­tion du Penta­gone durant l’opération Eagle Claw (Serre d’aigle), une mis­sion ratée de Jim­my Car­ter en 1980, visant à employer les forces spé­ciales pour cap­tu­rer des otages rete­nus en Iran.

The Atlan­tic qua­li­fia l’opération de « Desert One Debacle » (« Fias­co désert un »), dans laquelle Duchin ser­vit de source confi­den­tielle prin­ci­pale — ce que révèle un mail des « Glo­bal Intel­li­gence Files » (fuite de docu­ments confi­den­tiels de Strat­for) annon­çant la mort de Duchin en 2010. L’opération Eagle Claw se ter­mi­na par la mort de huit sol­dats éta­su­niens, fit quatre bles­sés, cau­sa la des­truc­tion d’un héli­co­ptère et rui­na la répu­ta­tion du pré­sident Car­ter. La mis­sion, ratée et meur­trière, pré­ci­pi­ta la créa­tion de l’U.S. Spe­cial Ope­ra­tions (Forces d’opérations spé­ciales de l’ar­mée amé­ri­caine).

Évi­tant lar­ge­ment le feu des pro­jec­teurs tant qu’il tra­vaillait chez Pagan comme vice-pré­sident en charge de la stra­té­gie et de la ges­tion des crises — le cer­veau de l’o­pé­ra­tion —, Duchin devint célèbre par­mi les obser­va­teurs cri­tiques du milieu des rela­tions publiques au cours de sa direc­tion de la com­pa­gnie MBD. Pen­dant les 15 ans d’exis­tence de MBD, la com­pa­gnie comp­tait comme client les grands noms du tabac, l’in­dus­trie chi­mique, les grands noms de l’a­gro-ali­men­taire et pro­ba­ble­ment bien d’autres indus­tries jamais iden­ti­fiées du fait de la nature opaque des agis­se­ments de la firme.

MBD tra­vailla pour l’industrie du tabac dans l’objectif d’entraver le moindre effort de régu­la­tion à son encontre. En 1993, Phil­lip Mor­ris paya Jack Mon­go­ven 85 000 dol­lars pour son habi­le­té à col­lec­ter des ren­sei­gne­ments.

Le groupe « Get Govern­ment Off Our Back » (« Que le Gou­ver­ne­ment nous lâche les basques »), façade de l’entreprise de tabac RJ Rey­nolds créée par MBD en 1994 pour la somme de 14 000 dol­lars par mois, illustre par­fai­te­ment le type de tra­vail pour lequel MBD était enga­gée par l’in­dus­trie du tabac.

« MBD a déve­lop­pé des pro­po­si­tions pour RJ Rey­nolds qui consistent à défendre des objec­tifs pro-taba­gisme au tra­vers d’organisations exté­rieures. Entre autres pro­jets, l’en­tre­prise enca­dra des asso­cia­tions de vété­rans pour qu’elles s’op­posent à la loi de régle­men­ta­tion du taba­gisme au tra­vail pro­po­sé par l’O­SHA (Admi­nis­tra­tion de la san­té et de la sécu­ri­té au tra­vail), explique une étude de 2007 publiée dans la Revue amé­ri­caine de san­té publique (Ame­ri­can Jour­nal of Public Health). Cela pour s’op­po­ser au nombre gran­dis­sant de pro­po­si­tions de loi fédé­rales et éta­tiques sur l’u­ti­li­sa­tion et la vente de tabac. »

Dans la veine de groupes d’au­jourd’­hui comme l’Americans For Pros­pe­ri­ty (Les Amé­ri­cains pour la pros­pé­ri­té) finan­cé par la fon­da­tion de la famille Koch, « Get Govern­ment Off Our Back » orga­ni­sa des ras­sem­ble­ments dans tout le pays en mai 1995 dans le cadre du « Regu­la­to­ry Revolt Month » (« Mois de révolte contre la régu­la­tion »).

« Get Govern­ment Off Our Back » s’accorda par­fai­te­ment au « Contrat avec l’A­mé­rique » (Contract with Ame­ri­ca) du Par­ti répu­bli­cain de 1994, qui gela de nou­velles régu­la­tions fédé­rales. Le texte du « Contrat » cor­res­pon­dait « qua­si­ment mot pour mot » au dis­cours de « Get Govern­ment Off Your Back », d’a­près l’é­tude de la Revue amé­ri­caine de san­té publique.

« Radicaux, Idéalistes, Réalistes, Opportunistes »

Outre sa clien­tèle, digne d’in­té­rêt, la for­mule de Duchin consis­tant à divi­ser pour mieux régner sur les mou­ve­ments mili­tants — une repro­duc­tion de ce qu’il avait appris en tra­vaillant sous le patro­nage de Rafael Pagan — a résis­té à l’é­preuve du temps. À ce jour, elle est tou­jours employée par Strat­for.

Dans la for­mule de Pagan, Duchin rem­pla­ça « meneurs acti­vistes fana­tiques » par « radi­caux ». Il créa une for­mule en trois étapes pour divi­ser et régner sur les mili­tants, for­mule qui repo­sait sur leur clas­se­ment en quatre sous-caté­go­ries, ain­si que l’ex­pose son dis­cours pro­non­cé en 1991 devant l’As­so­cia­tion natio­nale des éle­veurs de bétail (Natio­nal Cattleman’s Asso­cia­tion), inti­tu­lé « Qu’est-ce qu’un acti­viste ? Et com­ment se char­ger de lui/elle ? » :

Les « radi­caux », les « idéa­listes », les « réa­listes » et les « oppor­tu­nistes ».

Les radi­caux « veulent chan­ger le sys­tème, ont des moti­va­tions socio­po­li­tiques sous-jacentes et voient les mul­ti­na­tio­nales comme intrin­sè­que­ment mal­fai­santes, expli­quait Duchin. Ils n’ont pas confiance […] dans la capa­ci­té des gou­ver­ne­ments fédé­raux, éta­tiques et locaux à les défendre et à pro­té­ger l’en­vi­ron­ne­ment. Ils croient plu­tôt que les indi­vi­dus et les groupes locaux devraient avoir un pou­voir direct sur l’in­dus­trie. […] Je défi­ni­rais leurs buts prin­ci­paux […] comme la jus­tice sociale et l’é­man­ci­pa­tion poli­tique ».

Selon les ana­lyses de Duchin, il est plus simple de coop­ter les « idéa­listes ».

« Les idéa­listes […] veulent un monde par­fait. […] Du fait de leur altruisme intrin­sèque, cepen­dant, […] [ils] ont un point faible, dit-il à l’as­sis­tance. Si on peut leur démon­trer que leur oppo­si­tion à une indus­trie ou à ses pro­duits entraîne un dom­mage pour d’autres et n’est pas éthi­que­ment jus­ti­fiable, alors ils seront obli­gés de chan­ger de posi­tion. »

Les deux caté­go­ries qui rejoignent le plus faci­le­ment le par­ti des entre­prises sont les « réa­listes » et les « oppor­tu­nistes ». Par défi­ni­tion, un « oppor­tu­niste » sai­sit l’op­por­tu­ni­té de se ral­lier aux puis­sants en vue d’un béné­fice pro­fes­sion­nel, expli­qua Duchin. Il recherche « de la visi­bi­li­té, du pou­voir, des troupes, voire, dans cer­tains cas, un emploi ».

Le « réa­liste », par contraste, est plus com­plexe, mais consti­tue la par­tie la plus impor­tante du puzzle, selon Duchin.

« [Les réa­listes sont capables de] s’ac­com­mo­der de com­pro­mis ; ont la volon­té de tra­vailler à l’in­té­rieur du sys­tème ; ne sont pas inté­res­sés par un chan­ge­ment radi­cal ; sont prag­ma­tiques. Les réa­listes devraient tou­jours rece­voir la prio­ri­té maxi­male dans une stra­té­gie de ges­tion d’un pro­blème de poli­tiques publiques. »

Duchin éla­bo­ra une stra­té­gie en trois étapes pour « se char­ger » de ces quatre caté­go­ries de mili­tants. Pre­miè­re­ment, iso­ler les radi­caux. Deuxiè­me­ment, « culti­ver » les idéa­listes et les « édu­quer » afin d’en faire des réa­listes. Enfin, coop­ter les réa­listes afin qu’ils se rangent aux côtés de l’in­dus­trie.

« Si votre indus­trie par­vient à éta­blir ce type de rela­tions, les radi­caux per­dront leur cré­di­bi­li­té et vous pour­rez comp­ter sur les oppor­tu­nistes pour tirer pro­fit de la pro­po­si­tion poli­tique finale », sou­li­gna Duchin à la fin de son dis­cours.

La « méthode Duchin » arrive chez Stratfor

Alvin Bis­coe mou­rut en 1998 et Jack Mon­go­ven en 2000. Quelques années plus tard, MBD, main­te­nant réduite à Ronald Duchin et au fils de Jack, Bar­tho­lo­mew, ou « Bart », fusion­na avec Strat­for en 2003.

Un livre de John Stau­ber et Shel­don Ramp­ton, Trust Us, We’re Experts ! (« Faites-nous confiance, nous sommes experts ! »), explique que la docu­men­ta­tion pro­mo­tion­nelle de l’entreprise MBD van­tait les « dos­siers détaillés [por­tant sur] les forces de chan­ge­ment [qui] incluent géné­ra­le­ment des groupes mili­tants et d’in­té­rêt public, des églises, syn­di­cats et/ou uni­ver­si­taires » que déte­nait la com­pa­gnie.

« Un dos­sier typique inclut l’his­to­rique de l’or­ga­ni­sa­tion, des infor­ma­tions bio­gra­phiques sur ses membres cru­ciaux, ses sources de finan­ce­ment, ses struc­tures d’or­ga­ni­sa­tions et ses affi­lia­tions ain­si qu’une “carac­té­ri­sa­tion” de l’or­ga­ni­sa­tion visant à iden­ti­fier des manières poten­tielles de coop­ter ou mar­gi­na­li­ser l’in­fluence qu’elle détient au sein d’un débat de poli­tique publique », expliquent les auteurs.

Les « dos­siers détaillés » sur les « forces de chan­ge­ment » que déte­nait la com­pa­gnie MBD allaient deve­nir les « Glo­bal Intel­li­gence Files » après la fusion.

Ce qui appa­rait clai­re­ment, quand on par­court les docu­ments des « Glo­bal Intel­li­gence Files » obte­nus par Wiki­Leaks grâce au pira­tage de Strat­for réa­li­sé par Jere­my Ham­mond en décembre 2011, c’est que la fusion entre MBD et Strat­for s’avéra par­ti­cu­liè­re­ment juteuse.

La « méthode Duchin » est deve­nue un pilier de Strat­for, sous l’égide de Bart Mon­go­ven. Duchin est décé­dé en 2010.

Dans une pré­sen­ta­tion Power­Point de décembre 2010 à l’intention de la com­pa­gnie pétro­lière Sun­cor concer­nant la meilleure façon de « se char­ger » des mili­tants anti-sables bitu­mi­neux d’Al­ber­ta, Bart Mon­go­ven explique com­ment pro­cé­der en uti­li­sant expli­ci­te­ment le sys­tème concep­tuel des « radi­caux, idéa­listes, réa­listes et oppor­tu­nistes ». Il classe les dif­fé­rents groupes envi­ron­ne­men­taux s’op­po­sant aux sables bitu­mi­neux en fonc­tion de ces caté­go­ries et conclut la pré­sen­ta­tion en expli­quant com­ment Sun­cor peut les vaincre.

Dans une cor­res­pon­dance élec­tro­nique en date de jan­vier 2010, Bart Mon­go­ven décrit l’Ins­ti­tut Amé­ri­cain du Pétrole (Ame­ri­can Petro­leum Ins­ti­tute) comme son « plus gros client ». D’où son inté­rêt pour les ques­tions envi­ron­ne­men­tales et éner­gé­tiques.

Mon­go­ven semble aus­si s’être ren­du compte qu’il y avait quelque chose d’é­trange dans le sou­tien finan­cier appor­té par Che­sa­peake Ener­gy au Sier­ra Club, à en juger par des échanges de mails en novembre 2009. Il aura fal­lu aux « idéa­listes » de la mou­vance envi­ron­ne­men­tale deux ans et demi pour se rendre compte de la même chose, suite à la publi­ca­tion d’une enquête majeure dans le Time Maga­zine révé­lant la rela­tion moné­taire unis­sant l’une des plus grosses com­pa­gnie d’ex­ploi­ta­tion de gaz de schiste par frac­tu­ra­tion hydrau­lique des États-Unis avec l’un des groupes envi­ron­ne­men­taux les plus impor­tants du pays.

« La meilleure preuve d’une rela­tion finan­cière est une note dans le rap­port annuel de 2008 du Sier­ra Club ren­dant compte du sou­tien finan­cier de la Ame­ri­can Clean Skies Foun­da­tion cette année-là, écrit Mon­go­ven dans un mail des­ti­né au vice-pré­sident des com­mu­ni­ca­tions de l’As­so­cia­tion natio­nale des fabri­cants (NdT : La Natio­nal Asso­cia­tion of Manu­fac­tu­rers est une asso­cia­tion regrou­pant les entre­prises indus­trielles amé­ri­caines), Luke Popo­vich. Selon McClen­don, la Ame­ri­can Clean Skies Foun­da­tion a été créée par Che­sa­peake et d’autres en 2007. »

Bart Mon­go­ven a éga­le­ment uti­li­sé le para­digme des « réalistes/idéalistes » pour débattre de la pro­ba­bi­li­té qu’une légis­la­tion sur le chan­ge­ment cli­ma­tique soit votée dans un article publié en 2007 sur le site inter­net de Strat­for.

« Les réa­listes sou­te­nant un régime fédé­ral puis­sant sont ame­nés à pen­ser qu’avec la plu­part des indus­triels appe­lant à agir face au chan­ge­ment cli­ma­tique, tout va pour le mieux, écri­vait Mon­go­ven. Les idéa­listes, quant à eux, font valoir que puis­qu’ils sont dans une posi­tion de force, les indus­triels ne pour­raient pas grand-chose contre un pré­sident et un Congrès démo­crates, aus­si les temps sont-ils en faveur des envi­ron­ne­men­ta­listes. Les idéa­listes font valoir qu’ils ne sont pas allés aus­si loin pour faire pas­ser une demi-mesure, en par­ti­cu­lier une mesure qui ne contien­drait pas un seuil d’é­mis­sion de car­bone exi­geant. »

Mais com­ment se char­ger au mieux des « radi­caux » comme Julian Assange, fon­da­teur et diri­geant de Wiki­Leaks, et du lan­ceur d’a­lerte Brad­ley Man­ning, qui four­nit à Wiki­Leaks les câbles diplo­ma­tiques du Dépar­te­ment d’É­tat des États-Unis, les rap­ports de guerre d’I­rak et d’Af­gha­nis­tan, ain­si que la fameuse vidéo des « meurtres col­la­té­raux » ? Bart Mon­go­ven pro­pose une solu­tion simple pour les « iso­ler », ain­si que le sug­gère la for­mule de Duchin.

« Je suis d’a­vis d’u­ti­li­ser n’im­porte quelle accu­sa­tion men­son­gère pour déga­ger [Assange] et ses ser­veurs du pay­sage. Et je don­ne­rais à man­ger la tête de con de ce sol­dat [Brad­ley Man­ning] à la pre­mière meute de chiens errants que je trou­ve­rais, écrit Mon­go­ven dans un échange de mail révé­lé dans les Glo­bal Intel­li­gence Files. Ou peut-être lui faire subir ce que les Ira­niens font subir à nos indi­ca­teurs, là-bas. »

Bien sûr, l’u­ti­li­sa­tion « d’ac­cu­sa­tions men­son­gères » est une tech­nique sou­vent uti­li­sée par le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain contre des mili­tants radi­caux, ain­si que nous l’a appris le Pro­gramme de contre-espion­nage du FBI (COINTELPRO) des années 60, de même que des affaires plus récentes liées au mou­ve­ment Occu­py à Cle­ve­land et Chi­ca­go.

« L’équivalent d’armes dans le domaine de l’économie de l’information »

Quelques jours à peine après les attaques du 11 sep­tembre 2001 contre le World Trade Cen­ter et le Penta­gone, l’Aus­tin Chro­nicle publiait un article sur Strat­for posant en titre cette ques­tion rhé­to­rique : « La connais­sance est-elle pou­voir ? »

La réponse, en bref : oui.

« Ce que pro­duit Strat­for, c’est l’é­qui­valent d’armes dans le domaine de l’é­co­no­mie de l’in­for­ma­tion : de la connais­sance sur le monde pou­vant chan­ger le monde, rapi­de­ment et irré­vo­ca­ble­ment, écrit Michael Erard pour le Chro­nicle. Aus­si, si Strat­for a du suc­cès, c’est parce que tou­jours plus d’in­di­vi­dus et d’en­tre­prises veulent avoir accès à de l’in­for­ma­tion les aidant à dis­sé­quer un monde instable — et sont prêts à payer beau­coup d’argent pour ça. »

Sur ce sujet, Stau­ber le rejoint en ce qui concerne la méta­phore des « armes » et la méta­phore de la « guerre » de Duchin :

« Les entre­prises livrent une guerre contre les mili­tants pour s’as­su­rer que leurs acti­vi­tés, leur puis­sance, leurs pro­fits et leur indé­pen­dance ne soit ni réduits ni signi­fi­ca­ti­ve­ment alté­rés. Les acti­vistes sont contraints de ten­ter de pro­vo­quer des chan­ge­ments sociaux fon­da­men­taux dans un envi­ron­ne­ment où les inté­rêts des entre­prises sont domi­nants à la fois poli­ti­que­ment et au tra­vers des médias qu’elles pos­sèdent. »

Stau­ber estime que les acti­vistes ont beau­coup de retard et qu’ils n’ar­rivent pas à suivre la cadence des Pagan, MBD, Strat­for et autres :

« Les employés de chez Pagan/MBD/Stratfor ont une approche beau­coup plus sophis­ti­quée du chan­ge­ment social que celle des mili­tants aux­quels ils s’op­posent. Ils ont des res­sources illi­mi­tées à leur dis­po­si­tion, et leur but est rela­ti­ve­ment simple : s’as­su­rer qu’au bout du compte les mili­tants échouent à obte­nir des réformes fon­da­men­tales. Duchin et Mon­go­ven étaient impi­toyables. Je pense qu’ils s’a­mu­saient sou­vent de la naï­ve­té, de l’é­go­tisme, des frasques et des échecs des mili­tants qu’ils trom­paient et défai­saient quo­ti­dien­ne­ment. Au bout du compte, c’est une guerre, et les meilleurs guer­riers rem­por­te­ront la vic­toire. »

Une chose est cer­taine : l’hé­ri­tage de Duchin sur­vit dans sa « méthode ».

« Sa méthode en trois étapes est brillante et a sans doute prou­vé sa capa­ci­té à empê­cher les réformes démo­cra­tiques dont nous avons besoin, note Stau­ber, nous rame­nant où nous avons com­men­cé en 1982, à la remarque de Pagan concer­nant l’isolement des “meneurs acti­vistes fana­tiques”. »

Steve Horn


Tra­duc­tion col­lec­tive

Comments to: Stratfor ou un exemple du combat du monde de l’entreprise contre les milieux activistes (par Steve Horn)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.